Cuba: un opposant défie le pouvoir avec une marche solitaire

«Grâce aux réseaux sociaux, pour la première fois à Cuba une société civile vraiment indépendante est en train d'émerger», se félicite Yunior Garcia. (Photo, AFP)
«Grâce aux réseaux sociaux, pour la première fois à Cuba une société civile vraiment indépendante est en train d'émerger», se félicite Yunior Garcia. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 14 novembre 2021

Cuba: un opposant défie le pouvoir avec une marche solitaire

  • La télévision d'Etat a accusé Yunior Garcia d'être un agent entraîné et financé par Washington
  • Les agents de la Sécurité de l'Etat «m'ont dit qu'ils ne vont pas me laisser manifester, ils m'ont même dit à quelle prison ils allaient m'emmener», a déclaré le dramaturge de 39 ans

LA HAVANE : Une rose blanche à la main, l'opposant cubain Yunior Garcia veut défiler en solitaire dimanche à La Havane, malgré la certitude d'être arrêté et à la veille d'une manifestation dissidente elle aussi interdite par les autorités communistes.

Les agents de la Sécurité de l'Etat "m'ont dit qu'ils ne vont pas me laisser manifester, ils m'ont même dit à quelle prison ils allaient m'emmener", a déclaré le dramaturge de 39 ans, qui il y a encore un an, était éloigné de la politique.

Mais "il n'y a rien qui m'interdit de manifester dimanche, absolument rien, donc je ne vais pas me cacher", affirme-t-il depuis son appartement dans un quartier populaire de la capitale.

Le visage fatigué après avoir été désigné depuis des semaines comme l'ennemi public numéro un dans les médias d'Etat, Yunior fume nerveusement une cigarette, inquiet de la violence pouvant éclater lundi lors de la manifestation prévue à La Havane et dans six provinces. C'est ce qui l'a poussé à décider de marcher seul, dimanche après-midi, sur une avenue havanaise.

Le groupe de débat politique sur Facebook Archipiélago, qu'il a créé, avec plus de 30.000 membres dans et en dehors de Cuba, maintient toutefois son appel à défiler lundi.

Vendredi, le président Miguel Diaz-Canel a assuré que ses partisans sont "prêts à défendre la révolution" et "affronter toute action d'ingérence", en référence aux Etats-Unis qu'il accuse d'être à la manoeuvre en coulisses.

"Nous sommes sereins, sûrs de nous, mais attentifs et vigilants", a-t-il prévenu.

Les autorités cubaines ont retiré samedi les accréditations des cinq journalistes de l'agence espagnole de presse Efe à La Havane, invoquant "la réglementation sur la presse étrangère", sans préciser la raison exacte de cette décision.

Selon Atahualpa Amerise, chef de la rédaction du bureau, c'est la première fois que toute une équipe d'un média étranger est ainsi sanctionnée à Cuba. "Ils nous ont convoqués en urgence", et "ont demandé de rendre nos accréditations", a t-il déclaré. 

«Attention internationale»

La télévision d'Etat a accusé Yunior Garcia d'être un agent entraîné et financé par Washington, le comparant au dramaturge tchèque Vaclav Havel (1936-2011), dissident devenu ensuite président du pays.

Elle l'a montré en train de participer à un séminaire à Madrid en 2019 sur le rôle des forces armées dans un éventuel processus de transition à Cuba, et révélé des versements de petites sommes d'argent depuis l'étranger.

"Ils doivent arrêter d'essayer de relier toute initiative citoyenne cubaine et authentique avec l'ennemi de toujours", soupire l'intéressé.

La manifestation de lundi, interdite par le gouvernement, coïncide avec la réouverture de l'île au tourisme international, le retour à l'école des élèves du primaire et la célébration du 502e anniversaire de La Havane.

Pour l'opposition, l'heure n'est pas à la fête: en défilant, elle veut exiger la libération des prisonniers politiques, quatre mois après les manifestations historiques du 11 juillet, aux cris de "Nous avons faim" et "Liberté", qui se sont soldées par un mort, des dizaines de blessés et 1.270 personnes arrêtées, dont 658 restent détenues, selon l'ONG Cubalex.

Washington maintient "des contacts clés avant les manifestations" de lundi et demandera "à ceux qui violent les droits de l'homme de rendre des comptes", a indiqué vendredi Emily Mendrala, sous-secrétaire adjointe aux Amériques au département d'Etat.

Dans ce bras de fer, Michael Shifter, président du groupe de réflexion Dialogue interaméricain, estime que les manifestants veulent "attirer plus d'attention internationale sur la gravité de la situation économique, politique et des droits de l'homme à Cuba".

Une réaction agressive du gouvernement serait "très coûteuse", avec le risque de "sanctions très dures des Etats-Unis et de l'Europe".

Le rôle d'internet

Ces dernières semaines, l'appel à manifester est devenu le grand sujet de conversation dans les foyers cubains, les queues face aux supermarchés et les entreprises.

La population "a des sentiments variés", estime l'expert en droit Julio Antonio Fernandez Estrada.

"La majorité des personnes que je connais ont peur de ce qui peut se passer ce jour-là, elles prévoient que leur famille reste à la maison", mais "d'un autre côté, il y a des gens qui pensent qu'il faut sortir manifester", note-t-il, rappelant que manifester est "un droit de l'homme inscrit dans la Constitution" cubaine.

Surveillés en permanence et pour beaucoup convoqués par la police ces derniers jours, les organisateurs de la manifestation l'ont planifiée presque exclusivement via l'internet mobile, arrivé à Cuba fin 2018.

"Grâce aux réseaux sociaux, pour la première fois à Cuba une société civile vraiment indépendante est en train d'émerger", se félicite Yunior Garcia.

C'est sans doute pour cela que beaucoup redoutent dimanche et lundi une coupure d'internet, comme celle survenue lors des manifestations du 11 juillet.


Cameroun: Au moins 11 morts dans un éboulement à Yaoundé

Une capture vidéo extraite des images de l'AFP Tv montre des habitants effectuant des travaux d'excavation à la suite de glissements de terrain qui ont entraîné la mort d'au moins 42 personnes dans la ville de Bafoussam, dans l'ouest du Cameroun (Photo, AFP).
Une capture vidéo extraite des images de l'AFP Tv montre des habitants effectuant des travaux d'excavation à la suite de glissements de terrain qui ont entraîné la mort d'au moins 42 personnes dans la ville de Bafoussam, dans l'ouest du Cameroun (Photo, AFP).
Short Url
  • «On venait juste de commencer à danser quand la terre s'est effondrée»
  • Des centaines de personnes s'étaient amassées à proximité

YAOUNDÉ: Au moins 11 personnes ont péri dimanche dans un affaissement de terrain lors d'une réunion en hommage à des défunts dans un quartier populaire de Yaoundé, la capitale du Cameroun, où les recherches ont été interrompues en fin de soirée avant une reprise prévue lundi.

Quatre premiers corps recouverts de draps blancs ont été évacués en début de soirée sur les plateaux de trois pickups de la police, dans le quartier de Damas, en périphérie est de Yaoundé, a rapporté un journaliste de l'AFP sur place. Puis les autres sans doute dans l'un des nombreux véhicules des pompiers et ambulances qui se sont succédé.

Des centaines de personnes s'étaient amassées à proximité, des résidents affolés à la recherche de proches, des badauds tentant de prendre des photos avec leurs portables et des secouristes, policiers et gendarmes qui peinaient à se frayer un chemin vers les lieux du drame.

De nombreuses familles s'étaient installées dans l'après-midi pour une cérémonie de commémoration de cinq membres d'une association décédés durant l'année. Les convives étaient installés sous plusieurs grandes tentes sur un terrain vague au sommet d'une colline quand le sol s'est affaissé en début de soirée sous une partie de l'assistance.

"Pour le moment, nous avons 11 corps, les recherches se poursuivent pour trouver d'autres corps sous la terre", a expliqué en soirée sur les ondes de la radio d'État CRTV Naseri Paul Bea, le gouverneur de la région Centre, dont Yaoundé est le chef-lieu.

"C'est une réunion de gens qui voulaient pleurer des membres (de leurs familles) qui sont partis avant eux. Certains étaient assis sous une tente où il y a eu un glissement de terrain en début de soirée", a-t-il poursuivi.

«Avec mes mains»

"On venait juste de commencer à danser quand la terre s'est effondrée", a raconté à l'AFP Marie Claire Mendouga, 50 ans, qui se tenait par chance sous l'une des toiles n'ayant pas été emportées par l'éboulement. "Je suis allée creuser avec mes mains" pour tenter de sortir des victimes des amas de terre, soufflait cette commerçante de Damas, les mains encore souillées par la glaise marron et les vêtements couverts de poussière.

"Je ne sais pas si je vais pouvoir dormir. Tu es assise, tu as des gens derrière toi et après ils sont morts", gémissait-elle.

Quatre grandes tentes blanches se dressaient toujours en haut de la colline, mais au bord de ce qui paraissait être une arête au-delà de laquelle le sol avait disparu, a décrit le journaliste de l'AFP qui a pu s'approcher un peu des lieux de l'éboulement avant d'être bloqué par un cordon de policiers, puis refoulé.

Des secouristes y descendaient en début de soirée pour tenter de retrouver des personnes en contrebas. Dans la foule, derrière le cordon de sécurité, des larmes coulaient sur des visages.

Mais vers 22H00, les recherches ont cessé, a constaté le journaliste. Un responsable des secouristes a indiqué à l'AFP, sous couvert de l'anonymat, que le bilan de la soirée restait à 11 morts, mais que les recherchent reprendraient lundi matin pour vérifier qu'il n'y ait pas d'autres victimes ensevelies.

Aux environs du terrain vague se dressent aussi bien des maisons relativement cossues et en bon état que des habitations très précaires, comme celles, innombrables, faites parfois de bois et de tôle, qui recouvrent les flancs des sept collines formant une partie du relief de la capitale camerounaise, peuplée de plus de quatre millions d'habitants.

Les effondrements de pans de terrain, parfois avec des maisons, surviennent relativement fréquemment à Yaoundé et dans d'autres villes du pays, mais, dans la capitale, ils sont rarement aussi meurtriers.

À Bafoussam cependant, dans l'ouest, 43 personnes avaient été tuées le 29 octobre 2019 quand un glissement de terrain avait emporté une dizaine d'habitations précaires construites à flanc de colline, après des pluies diluviennes.


Chine: La BBC dénonce l'arrestation d'un de ses journalistes en Chine

Ed Lawrence a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai (Photo, AFP).
Ed Lawrence a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai (Photo, AFP).
Short Url
  • Le porte-parole a expliqué que la BBC n'avait eu «aucune explication ou excuse officielle des autorités chinoises»
  • Selon lui, «il a été battu et frappé par la police», alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays

LONDRES: La groupe de médias britannique BBC a indiqué dimanche qu'un de ses journalistes en Chine, qui couvrait à Shanghai les manifestations contre la politique draconienne "zéro Covid" du régime, a été arrêté et "frappé par la police".

"La BBC est très inquiète de la manière dont a été traité notre journaliste Ed Lawrence qui a été arrêté et menotté pendant qu'il couvrait les manifestations à Shanghai", a indiqué un porte-parole du groupe dans une déclaration transmise à l'AFP.

Selon lui, "il a été battu et frappé par la police", alors qu'il travaillait en tant que journaliste accrédité dans le pays.

Des centaines de personnes ont manifesté ce week-end en Chine dans plusieurs grandes villes, dont Shanghai et Pékin, pour protester contre les confinements et les restrictions imposées par les autorités pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.

Le porte-parole a expliqué que la BBC n'avait eu "aucune explication ou excuse officielle des autorités chinoises, au-delà d'une affirmation des fonctionnaires, qui l'ont ensuite libéré, qu'ils l'avaient arrêté pour son propre bien au cas où il aurait attrapé la Covid (au milieu) de la foule".

"Nous ne considérons pas cela comme une explication crédible", a-t-il ajouté.


Les Slovènes valident une loi visant à dépolitiser la TV publique

Vue générale du bâtiment où se trouve l'Agence de presse slovène (STA) à Ljubljana (Photo, AFP).
Vue générale du bâtiment où se trouve l'Agence de presse slovène (STA) à Ljubljana (Photo, AFP).
Short Url
  • Plus de 40 salariés ont quitté la rédaction qui réunit quelque 2.100 membres au total
  • Plus de 62% des électeurs ont donné leur aval, selon les résultats publiés dans la soirée par la Commission électorale

LJUBLJANA: Les Slovènes ont validé dimanche par référendum une loi visant à empêcher les nominations politiques au sein de la télévision publique, après une dégradation du climat médiatique sous le précédent Premier ministre Janez Jansa.

Plus de 62% des électeurs ont donné leur aval, selon les résultats publiés dans la soirée par la Commission électorale, ouvrant la voie à son entrée en vigueur dans le pays alpin de deux millions d'habitants, probablement début 2023.

Plusieurs associations de défense de la presse, comme l'Organisation des médias du sud-est de l'Europe (SEEMO), ont salué un amendement destiné à "protéger l'indépendance éditoriale" de la chaîne RTV Slovenija face aux "abus politiques et à une destruction certaine".

Le dirigeant conservateur Janez Jansa, au pouvoir de 2020 à 2022, avait multiplié les attaques contre les médias, les accusant de partialité, et remplacé la plupart des responsables de RTV pour y nommer des proches.

La chaîne a depuis été secouée par une série de grèves et de manifestations contre la réorientation des programmes et les pressions subies par les journalistes, tandis que la Slovénie a chuté du 54e au 36e rang dans le dernier classement de l'ONG Reporters sans Frontières (RSF).

C'est le parti de l'ex-Premier ministre qui avait demandé la tenue d'un référendum dans l'espoir d'enterrer cette nouvelle loi, adoptée peu après l'arrivée en avril d'une coalition de centre-gauche. Janez Jansa subit là un nouveau camouflet.

Selon le texte, le gouvernement et le Parlement n'auront désormais plus le droit de procéder à des nominations, et la chaîne sera placée sous la supervision de groupes de la société civile (employés, défenseur des droits, Académie des sciences...).

"Il y a des dommages irréversibles, mais l'autonomie éditoriale sera préservée" par cet amendement, a commenté Helena Milinkovic, porte-parole du principal syndicat de la télévision, interrogée par l'AFP.

Plus de 40 salariés ont quitté la rédaction qui réunit quelque 2.100 membres au total, a-t-elle précisé. Une dizaine de journalistes, qui travaillaient auparavant pour des médias pro-Jansa, sont arrivés entre temps.

"Le nouveau système de gouvernance limitera de manière significative la capacité de tout gouvernement (...) d'interférer dans le travail du média public", ont abondé RSF et d'autres signataires dans un communiqué, jugeant le cadre législatif actuel "dépassé".