Surpris par Shell, les Pays-Bas essuient un nouveau revers post-Brexit

Short Url
Publié le Mardi 16 novembre 2021

Surpris par Shell, les Pays-Bas essuient un nouveau revers post-Brexit

  • Après plus d'un siècle d’une présence emblématique, le déménagement sera particulièrement douloureux pour les Néerlandais
  • Le géant des hydrocarbures suit l’entreprise agroalimentaire Unilever, également fleuron national aux Pays-Bas et possédant un siège à Londres

LA HAYE : Royal Dutch Shell a eu pendant plus d'un siècle une présence emblématique aux Pays-Bas, rendant l'intention du géant des hydrocarbures de déménager son siège au Royaume-Uni particulièrement douloureuse pour les Néerlandais.

Il est d'autant plus exaspérant pour le pays que sa plus grande entreprise veut suivre le géant de l'agroalimentaire Unilever à Londres, et ce malgré le coup de pouce économique espéré du Brexit.

Voici quelques questions et réponses clés sur l'annonce de Shell lundi :

Quel âge à Shell ?

Koninklijke Nederlandsche Petroleum Maatschappij, ou la compagnie royale du pétrole néerlandais, a été créée en 1890 afin de chercher du pétrole dans les Indes néerlandaises de l'époque, l'Indonésie aujourd'hui.

Le 23 avril 1907, elle a fusionné avec la société britannique Shell Transport and Trading (transport et commerce, en français) afin d'affronter leur principal concurrent, l'Américain Standard Oil.

En partie en raison de sensibilités nationales, le groupe était une société à double cotation avec son siège à La Haye, à l'instar d'Unilever, formé par un accord similaire à travers la mer du Nord.

Depuis 2005, Shell est enregistré en Grande-Bretagne mais avec une résidence fiscale néerlandaise.

Quel impact pour l'économie néerlandaise ?

Shell est de loin la plus grosse entreprise néerlandaise, avec un chiffre d'affaires de 158 milliards d'euros en 2020.

Un transfert de résidence fiscale vers le Royaume-Uni pourrait coûter au trésor néerlandais des "milliards" d'euros chaque année, ont estimé les médias néerlandais, sans donner de chiffre précis.

Parmi les plus gros employeurs aux Pays-Bas, Shell compte plus de 8500 employés dans le pays. Shell assure que ces chiffres devraient rester inchangés.

Au-delà des chiffres, Shell représente pour les Néerlandais un symbole national, collant à leur image de nation tournée vers l'extérieur, de commerçants et d'explorateurs.

Quel est le problème avec les taxes ?

Les Néerlandais semblent avoir ces dernières années refroidi leurs multinationales, suscitant des inquiétudes sur des questions telles que l'évasion fiscale et l'environnement.

Malgré de nombreuses critiques, le Premier ministre Mark Rutte avait tenté de supprimer une taxe sur les dividendes pour les entreprises, avec en tête des multinationales comme Shell et Unilever.

Les multinationales jugeaient pour leur part les charges financières et réglementaires dues à leur bicéphalie de plus en plus lourdes.

Le Brexit ne devait-il pas stimuler les Pays-Bas ?

Le divorce entre la Grande-Bretagne et l'Union européenne était censé stimuler les Pays-Bas, mais si Amsterdam a gagné du centre financier de Londres, tout n'a pas tourné à la faveur les Néerlandais.

En 2018, le géant de l'agroalimentaire Unilever avait suite à une révolte des actionnaires abandonné le projet de déplacer le siège de l'entreprise de Londres vers les Pays-Bas. En 2020, Unilever devenait une entreprise uniquement britannique.

Affaibli politiquement après avoir échoué à garder Unilever, M. Rutte avait fini par abandonner sa mesure impopulaire d'allègement fiscal, ce qui avait mécontenté Shell.

Andrew Mackenzie, président du conseil d'administration, avait déclaré que le situation vis à vis de la taxe sur les dividendes signifiait que Shell était "amené à aller au Royaume-Uni".

Quel impact sur l'affaire climat ?

En avril, un tribunal néerlandais a condamné la société à réduire ses gaz à effet de serre, un nouveau revers aux Pays-Bas pour Shell.

Mais l'entreprise et les écologistes à l'origine de l'affaire judiciaire affirment que la décision sera maintenue même si Shell déménage.

"Cela n'aura aucun effet sur l'affaire contre Shell. Cette affaire restera sous le contrôle du tribunal néerlandais", a assuré Peer de Rijk des Amis de la Terre.

Les plans "n'auront aucun impact sur les procédures judiciaires liées au verdict climatique", a déclaré Shell.

 

 

 


La livre Sterling au plus bas face au dollar, craintes de récession

Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Des pièces et des billets en livres sterling exposés sur une table, à Londres (Photo, AFP).
Short Url
  • Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT
  • Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng

HONG KONG: La livre Sterling a atteint lundi un plancher record face au dollar, les annonces budgétaires de Londres inquiétant les investisseurs sur la santé des finances publiques britanniques, dans un pays peut-être déjà en récession.

Face à un dollar résistant grâce à son statut de valeur refuge, la livre a plongé à 1,0350 dollar vers 01H25 GMT contre 1,0859 dollar vendredi à 21H00 GMT, selon des données de Bloomberg, des analystes avertissant qu'elle pourrait même atteindre la parité avec le billet vert.

Les investisseurs se sont détournés de la livre après l'annonce des mesures budgétaires du nouveau ministre britannique des Finances Kwasi Kwarteng, mêlant aides massives aux factures énergétiques et baisses d'impôts tous azimuts, dont le coût vertigineux n'a pas été pleinement dévoilé.

L'ensemble devrait contraindre le Royaume-Uni à emprunter 72 milliards de livres supplémentaires sur les marchés, ce qui inquiète les opérateurs.

Lundi, la tendance était toujours à la baisse, le ministre affirmant que des mesures supplémentaires étaient attendues. Ce qui a précipité les marchés londoniens dans le gouffre, l'indice FTSE perdant autour de 2%.


Budget Sécu: déficit prévu en forte baisse en 2023, à 6,8 milliards d'euros

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années. (AFP).
Short Url
  • Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires
  • L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023

PARIS : Le déficit de la Sécu va nettement se réduire en 2023, à 6,8 milliards d'euros contre 17,8 milliards attendus cette année, selon l'avant-projet de loi de financement de la sécurité sociale, publié par l'Agence de presse médicale et consulté dimanche par l'AFP.

Ces chiffres, qui couvrent un périmètre plus large que le régime général des caisses de Sécu, confirment néanmoins le spectaculaire redressement des comptes depuis le record abyssal de 2020 (près de 39 milliards).

Malgré le ralentissement de la croissance, le gouvernement table sur des recettes plus dynamiques que les dépenses, avec des cotisations dopées par l'inflation et la hausse des salaires.

L'amélioration profitera essentiellement à la branche maladie, dont les pertes vont se réduire d'environ 20 milliards en 2022 à 6,5 milliards en 2023.

Un résultat toutefois largement dû à la fonte de la facture du Covid, qui passerait de plus de 11 milliards à seulement 1 milliard l'an prochain, bien que cette provision "risque de se révéler très insuffisante", selon l'avis du Haut conseil des finances publiques, cité dans le document.

Au-delà de cette échéance, le déficit de la branche maladie continuerait de se réduire à un rythme beaucoup plus modéré, pour s'établir à 2,6 milliards en 2026.

A l'inverse, la branche vieillesse devrait vite replonger: proche de l'équilibre cette année (-1,7 milliard), elle devrait creuser ses pertes jusqu'à 13,6 milliards en 2026.

Un solde qui tient compte d'une "dégradation marquée" du régime des fonctionnaires territoriaux et hospitaliers (CNRACL), mais aussi de "l'objectif d’élévation progressive de l'âge effectif de départ", qui devrait continuer à augmenter dans les prochaines années.

L'avant-projet de loi ne comprend cependant aucune mesure de réforme des retraites, alors que l'exécutif songe à introduire une hausse de l'âge légal ou de la durée de cotisation par un amendement lors des débats au Parlement au mois d'octobre.

Par ailleurs, les branches famille et accidents du travail devraient rester excédentaires au moins jusqu’en 2026, tandis que la branche autonomie, déficitaire en 2023, repasserait ensuite dans le vert.


L’Arabie saoudite favorise l’économie basée sur l’intelligence artificielle

La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA (fournie)
Short Url
  • La technologie apportera une contribution de plusieurs milliards au produit intérieur brut
  • De plus, cela pourrait dynamiser l’économie au moyen d’emplois, d’investissements et de possibilités pour le Royaume

RIYAD: L’Autorité saoudienne des données et de l’intelligence artificielle (SDAIA) vise à mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’intelligence artificielle et à faire de l’Arabie saoudite l’un des meilleurs pays en matière de technologie, déclare le directeur adjoint de l’agence.

Mishari al-Mishari, le directeur adjoint de la SDAIA, déclare à Arab News, en marge du Sommet mondial sur l’intelligence artificielle à Riyad, que la SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national sur les données et l’IA.

«La SDAIA a été créée pour préserver l’agenda national des données et de l’intelligence artificielle en vue de mettre en place une économie de premier plan axée sur les données et l’IA», dit-il.

La conférence, organisée par la SDAIA, a accueilli jusqu’à 30 000 participants et des représentants de plus de 90 pays, ajoute-t-il.

«Lors de ce sommet, nous ne nous sommes pas limités aux dialogues et à la discussion; nous avons également mis l’accent sur l’expérience», insiste-t-il.