A Paris, la détresse des exilés afghans en soins psychiatriques

Des réfugiés afghans arrivent dans un hôtel à Strasbourg le 26 août 2021. (Photo, AFP)
Des réfugiés afghans arrivent dans un hôtel à Strasbourg le 26 août 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 16 novembre 2021

A Paris, la détresse des exilés afghans en soins psychiatriques

  • «En 2012, nous avions estimé le nombre d'exilés souffrant de troubles psychologiques à 125 000. Aujourd'hui, on serait plutôt autour de 140 000», affirme Sibel Agrali, directrice du Centre Primo Levi
  • En France, seule une quinzaine de centres de soins proposent aux exilés un suivi psychologique «adapté», selon un rapport publié en 2018 par ce centre avec Médecins du monde

PARIS : Ehsan* renverse un sachet rempli de médicaments sur le bureau de sa psychiatre à Paris. Il n'a jamais retrouvé le sourire depuis qu'il a quitté l'Afghanistan et les comprimés n'arrivent plus à calmer son mal-être.

Depuis qu'il connaît la date de l'entretien pour sa demande d'asile en France, il ne dort plus. "Je stresse, je tremble, je ne me sens jamais bien", marmonne cet Afghan de 27 ans, mains jointes entre les cuisses. 

Voûté sur son siège, regard dans le vide et cheveux hirsutes, il se confie au Dr Andrea Tortelli, qui le suit au Groupement hospitalier universitaire (GHU) de Paris, dont une unité tente de rafistoler des âmes fracassées par le parcours migratoire et la précarité.

En France depuis trois ans, Ehsan venait pourtant de trouver une chambre d'hôtel porte de la Villette, après neuf mois à la rue.

Andrea Tortelli jette les plaquettes de médicaments à la poubelle. Avant l'entretien qui décidera de son avenir en France, dans quelques jours, il faut se reposer, s'aérer l'esprit, lui suggère-t-elle.

"J'aimerais sortir, mais ça fait dix mois que je suis en sandales", rétorque Ehsan en ce mercredi froid de novembre, pointant ses pieds marqués par des engelures.

Dans ce centre de soins du XXe arrondissement de Paris, 120 patients sont suivis régulièrement, dont 80% d'Afghans.

La cellule du GHU dédiée à la santé mentale s'est montée, il y a un an, pour accompagner les exilés dans la durée.

«Stress post-migratoire»

Elle apparaît cependant comme un sparadrap sur une plaie béante. En attendant le renfort de deux médecins, l'établissement parisien n'est ouvert que deux jours par semaine. Les demandes pleuvent, les consultations s'enchaînent. 

Samir*, autre Afghan de 26 ans, ne trouve plus le sommeil non plus: il a épuisé toutes les voies de recours pour obtenir le statut de réfugié et, d'un jour à l'autre, peut être renvoyé vers la Roumanie, son premier pays d’entrée dans l'Union européenne.

"Je n'ai plus envie de rien. Mon cœur s'est fermé", dit le jeune homme.

Il n'a plus de nouvelle de sa famille, restée en Afghanistan, depuis près d'un an. Il se lève, regarde dans le vide, se rassoit. "Tout ça me rend fou !"

Ces derniers temps, il "perd patience": "quand les gens me parlent, je stresse, j'ai envie de me casser la tête ou de leur casser la tête".

"La précarité, la faim, la rue, la peur d'être renvoyés chez eux... Tout cela aggrave les traumas", analyse Andrea Tortelli, responsable de l’unité.

Un "stress post-migratoire" nomme-t-elle, regrettant que les pouvoirs publics ne s'intéressent à ces troubles mentaux que lorsqu'ils rejaillissent sous forme de faits divers.

Bol d'air

Dans les centres médico-psychologiques spécialisés, vers lesquels les centres d'accueil orientent les migrants en détresse, les listes d'attente s'étalent sur plusieurs mois.

"En 2012, nous avions estimé le nombre d'exilés souffrant de troubles psychologiques à 125 000. Aujourd'hui, on serait plutôt autour de 140 000", affirme Sibel Agrali, directrice du Centre Primo Levi, où sont suivis plus de 400 patients de 48 nationalités.

En France, seule une quinzaine de centres de soins proposent aux exilés un suivi psychologique "adapté", selon un rapport publié en 2018 par ce centre avec Médecins du monde.

Une autre étude publiée lundi par Médecins sans frontières et le Comité pour la santé des exilés (Comede) souligne que les mineurs isolés étrangers suivis souffrent pour moitié de troubles mentaux générés par leurs conditions de vie en France.

Au Dr Tortelli, Donya* répète qu'elle ne supporte plus sa colocataire. Dans son centre d'accueil, cette Afghane de 72 ans partage sa chambre avec une femme qui "achèvera de (la) rendre malade", dit-elle.

"Parfois j'ai l'impression de mourir. La seule chose qui me calme, c'est d'ouvrir la fenêtre. Mais ma colocataire, aussitôt, la referme", souffle-t-elle, au bord des larmes. 

Elle reconnaît que les consultations du GHU lui "font du bien". Comme un bol d'air.

*Les prénoms ont été modifiés


Présidentielle 2022: Macron avance, Mélenchon se conforte à gauche, Zemmour décroche

Du côté de la droite, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour. (Photo, AFP)
Du côté de la droite, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour. (Photo, AFP)
Short Url
  • Du côté de la droite, le président sortant devrait dominer les candidatures, à savoir celles de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour
  • Du côté de la gauche, Jean-Luc Mélenchon maintient une avance confortable sur ses concurrents

CASABLANCA: À quatre-vingt-sept jours des élections présidentielles en France, l’analyse des sondages reste un exercice important et donne une idée sur les tendances du moment.

Selon l’enquête «Opinion 2022» menée par Elabe pour BFMTV, L'Express et SFR, publiée ce mercredi, le «quasi-candidat» Emmanuel Macron reste en tête des intentions de vote. Que ce soit au premier ou au second tour, Macron rafle la mise. 

Marine le Pen et Valérie Pécresse sont au coude à coude, alors que la candidature de Jean-Luc Mélenchon est la seule susceptible d’atteindre le chiffre symbolique de 10%, à gauche.

Contrairement aux sondages traditionnels, celui-ci prend en compte divers scénarios susceptibles de survenir ou pas durant la dernière ligne droite de la présidentielle 2022. La gauche partira-t-elle unie? Christiane Taubira ira-t-elle jusqu'au bout de ses ambitions? Qu’en est-il de la candidature de Macron? 

Ainsi, ce que l’on retient c’est que le président sortant devrait dominer ses concurrents issus de la droite, à savoir de Le Pen, Pécresse ou encore Éric Zemmour, et ce, dans tous les scénarios. Ce dernier décroche dans les sondages, selon le baromètre Elabe.

Du côté de la gauche, Jean-Luc Mélenchon maintient une avance confortable sur ses concurrents. Dans un scénario où Taubira se désiste, il parvient à cumuler dix points d'intentions de vote, en progression de 0,5 point, loin devant les 6,5 points de l'écologiste Yannick Jadot qui, lui, décroche d'autant.

Dans le cas contraire, à savoir un scenario dans lequel Christiane Taubira maintient sa candidature, Jean-Luc Mélenchon glisse alors d'un point, mesuré à 9%, et Yannick Jadot de 0,5%, se rétablissant à 5,5%. Derrière eux, Fabien Roussel se situe autour de 2,5 points, tout comme la maire socialiste de Paris.

Concernant les tranches d’âges, on apprend que Macron séduit 26% des 65 ans et plus, presque autant que Pécresse qui en séduit 27%. Marine Le Pen, quant à elle, connaît un succès auprès des jeunes, notamment les 25-34 ans, avec un score de 23%.

Jean-Luc Mélenchon trouve ses meilleures audiences auprès des catégories populaires et les ouvriers. Dans ce sens, 17% des 25-34 ans et 14% des salariés et ouvriers le soutiennent.

Le sondage Elabe s’appuie sur un échantillon de 1 508 personnes interrogées sur Internet entre le 24 et le 26 janvier 2022, dont 1397 sont inscrites sur les listes électorales. Cet échantillon est représentatif des résidents de la France métropolitaine âgés de 18 ans et plus.

 

 


Présidentielle: l'angoisse des candidats au moment des parrainages

Une photo prise le 27 mars 2019 montre la façade de la mairie du 20e arrondissement de Paris. (Photo, AFP)
Une photo prise le 27 mars 2019 montre la façade de la mairie du 20e arrondissement de Paris. (Photo, AFP)
Short Url
  • En 2022 comme tous les cinq ans, plusieurs prétendants à l'Elysée se plaignent des difficultés qu'ils rencontrent pour obtenir le précieux sésame, ces 500 signatures qui leur ouvriront formellement les portes du premier tour
  • Comme lors de chaque présidentielle, la pression se porte sur les près de 42 000 élus, dont 34 000 maires, qui disposent des signatures

PARIS : Coups de fil répétés, courriers en veux-tu en voilà, ou visites parfois impromptues: avec l'ouverture officielle jeudi de la course aux parrainages, les candidats ne lésinent pas sur les moyens pour obtenir les 500 signatures indispensables auprès des élus. 

En 2022 comme tous les cinq ans, plusieurs prétendants à l'Elysée se plaignent des difficultés qu'ils rencontrent pour obtenir le précieux sésame, ces 500 signatures qui leur ouvriront formellement les portes du premier tour.

"Non, je ne les ai pas", a reconnu la RN Marine Le Pen dimanche sur France 3, précisant qu'il lui en manque "quand même un certain nombre". "J'en ai 450 mais il ne faudrait pas que je reste bloqué à 485", a redouté le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan sur BFMTV. 

L'incertitude sur les parrainages préoccupe aussi le candidat LFI Jean-Luc Mélenchon ou celui d'extrême droite Eric Zemmour, sans parler des candidats moins bien placés dans les sondages comme Hélène Thouy, candidate du Parti animaliste, ou encore à l'extrême gauche Philippe Poutou (NPA) ou Nathalie Arthaud (LO). 

Comme lors de chaque présidentielle, la pression se porte sur les près de 42 000 élus, dont 34 000 maires, qui disposent des signatures. Mais beaucoup d'entre eux, non encartés politiquement, sont embarrassés par un parrainage que le Conseil constitutionnel rendra public dès qu'il lui parviendra, comme l'exige la loi approuvée en 2016.

Les maires des grandes villes pour la plupart affichent publiquement leur étiquette politique et accordent leur signature au candidat de leur camp, mais il n'en va pas de même pour les quelque 10 000 maires ruraux, pas encartés pour la plupart, qui sont l'objet de toutes les convoitises.  

Et pour ces élus, le dilemme se répète: accorder leur parrainage à un candidat pour garantir la diversité démocratique au premier tour, ou s'abstenir pour ne pas donner l'impression à leurs administrés de prendre position ? 

"D'un point de vue juridique, ce n'est pas la même chose de parrainer une candidature que de voter pour une candidature", a tenu à rappeler mardi le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius. 

"Si c'était la même chose, cela aurait des conséquences pratiques, car le vote en France est secret", a-t-il ajouté, tout en précisant que cette obligation "n'a pas empêché qu'il y ait un nombre important de candidats à chaque fois".

«On nous prend le chou»

Mais ce rappel purement juridique ne change pas vraiment la donne pour les élus locaux, comme l'observe Michel Fournier, président de l'Association des maires ruraux de France (AMRF) et maire sans étiquette de Les Voivres (Vosges): "La grande difficulté c'est l'association systématique qui est faite entre celui qui a donné le parrainage aux idées que défend le filleul".

Malgré tout, les candidats insistent : "On vient nous voir, on nous téléphone, on nous prend le chou", explique-t-il, soulignant que chacun de ses interlocuteurs prétend être le seul candidat à défendre le monde rural. "Sauf qu'il y en a bien une vingtaine qui m'ont tenu ce même discours..."

M. Fournier, qui n'accordera pas de parrainage pour rester "libre", relate la mésaventure arrivée récemment à l'un de ses collègues, dont il tait le nom, et qui s'est vu reprocher par son conseil municipal d'avoir accordé sans délibération son parrainage à un candidat "probablement issu des extrêmes". 

"Il estimait, sans doute à juste titre, que quelqu'un entre 5 et 10% dans les sondages doit avoir la possibilité de se présenter", explique-t-il.

Pour sortir de cette situation, certains élus font preuve d'originalité: Jean-Marie Allain, maire sans étiquette de Marpent, dans le Nord, a décidé de choisir par tirage au sort.  

A l'autre bout de la France, dans le village de Lamasquère, en Haute-Garonne, la maire Christelle Matheu, élue en 2020, fera "un choix d'équipe" en consultant ses conseillers municipaux. 

Du côté de l'AMRF, M. Fournier refuse de donner des conseils aux maires: "Ils sont assez grands pour décider eux-mêmes". Il plaide toutefois pour "une forme d'anonymat".


France: les autorités dans la crainte d'un passage à l'acte de l'ultradroite

Des membres et sympathisants du groupe d'extrême droite Génération Identitaire tiennent un drapeau lors d'une manifestation contre sa possible dissolution à Paris le 20 février 2021. (Photo, AFP)
Des membres et sympathisants du groupe d'extrême droite Génération Identitaire tiennent un drapeau lors d'une manifestation contre sa possible dissolution à Paris le 20 février 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Dans un climat de contestations et de colères disparates à moins de trois mois du premier tour de l'élection présidentielle dans ce pays, leur activisme est surveillé comme le lait sur le feu par les autorités
  • En moins d'un an, le gouvernement a dissout deux groupuscules, les Zouaves Paris (ZVP) et Alvarium, ainsi qu'une association, Génération identitaire, qui se réclament tous de l'ultradroite, terme policier désignant une mouvance protéiforme

PARIS : Antivax, complotistes ou ennemis de la République, la pandémie de coronavirus a donné un coup de fouet aux idées de l'ultradroite en France. Au point que policiers, magistrats et services de renseignements redoutent désormais le passage à l'acte d'un de leurs partisans.

Dans un climat de contestations et de colères disparates à moins de trois mois du premier tour de l'élection présidentielle dans ce pays, leur activisme est surveillé comme le lait sur le feu par les autorités.

En moins d'un an, le gouvernement a dissout deux groupuscules, les Zouaves Paris (ZVP) et Alvarium, ainsi qu'une association, Génération identitaire, qui se réclament tous de l'ultradroite, terme policier désignant une mouvance protéiforme.

Ces mesures n'ont pas empêché certains de s'inviter ostensiblement à un cortège contre le pass vaccinal le 15 janvier à Paris, en dépit d'un contrôle judiciaire le leur interdisant.

"La dissolution, ce n'est pas la panacée, mais cela les insécurise, les empêche de monter en gamme", fait valoir un haut responsable policier. Plus dubitatif, Jean-Yves Camus, chercheur spécialiste de l'extrême droite, observe que des "petites structures plus locales" se recréent sitôt prononcée la dissolution du groupe.

Ce foisonnement fait craindre aux autorités françaises un acte individuel et ciblé. Particulièrement contre les élus, dont les parlementaires qui ont approuvé le pass sanitaire puis le pass vaccinal, entré en vigueur lundi.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin ne cache plus sa préoccupation.

«Menaces graves»

"J'ai demandé aux préfets que l'on protège les élus comme on protège les lieux de culte... Le climat de cette campagne n'est pas serein", a-t-il dit au Journal du Dimanche (JDD) le week-end dernier.

"Les menaces contre les élus sont une très grande préoccupation", abonde un policier haut gradé. Depuis juillet, le ministère de l'Intérieur a recensé plus de 500 "faits de menaces graves" (menaces de mort) contre eux et plus de 400 plaintes. 

Jusqu'à présent, aucune ne s'est concrétisée par une atteinte à leur vie ou à leur intégrité physique.

Mais les policiers s'inquiètent de la formation de cellules structurées et clandestines qui visent à "renverser" les institutions par la violence.

Actuellement, le parquet national antiterroriste (Pnat) gère "9 dossiers judiciaires" liés à l'ultradroite. "Six concernent ces cellules clandestines (...) et trois des projets individuels", précise une source sécuritaire. 

"C'est un nombre assez conséquent", insiste Laurent Nunez, le coordinateur national du renseignement et de la lutte contre le terrorisme.

"Nous ne sommes plus en présence d'un phénomène marginal mais d'un phénomène qui est en train de monter en puissance", confirme le patron du Pnat, Jean-François Ricard.

Théorie du «grand remplacement»

"Jusqu'à présent, la France a été épargnée", se réjouit toutefois un haut responsable policier.

D'autres pays ont été frappés. 

En juin 2021 au Canada, quatre membres d'une même famille musulmane ont été tués par un homme qui a précipité sa voiture sur eux. Deux ans plus tôt, en Nouvelle-Zélande, un suprémaciste australien avait ouvert le feu dans deux mosquées de Christchurch, tuant 51 musulmans.

Les deux hommes peuvent être classés à l'ultradroite. "C'est une catégorie fourre-tout où l'on met l'extrême droite extraparlementaire, activiste, ce qui ne signifie pas nécessairement terroriste, tout ce qui est à droite du RN" (parti d'extrême droite Rassemblement national), résume Jean-Yves Camus.

Ses tenants partagent la même haine des étrangers, des musulmans, des juifs ou des francs-maçons.

A partir des attentats djihadistes de 2015 et de la crise migratoire, se sont installées dans la mouvance française, forte d'environ 3.000 personnes, les idées du "grand remplacement", d'un "péril imminent" et d'un Etat "incapable", explique une source sécuritaire.

Des courants venus des Etats-Unis, comme les "suprémacistes", "accélérationnistes" ou "survivalistes", y ont ensuite germé, rejoints par certains membres du mouvement de révolte populaire des "gilets jaunes" (qui avait ébranlé le quinquennat d'Emmanuel Macron en 2018 et 2019) qui ont basculé dans la "radicalité, se sont retrouvés et structurés", poursuit la même source.

«Processus terroriste»

La crise sanitaire a servi de catalyseur à ce magma et "l'on a vu les théories anti-système comme celles des QAnon se développer en France", ajoute-t-elle.

Jean-Yves Camus évalue à "un petit millier le nombre" de ces militants "très orientés vers la violence". Une source sécuritaire fait état de "10 à 100 profils susceptibles de passer à l'acte".

Des groupes "cherchent à mener des actions démonstratives", par exemple "en participant à des manifestations pour les faire dégénérer", explique Laurent Nunez. Ce fut le cas le 15 janvier lors d'un cortège "antivax" à Paris, où des journalistes de l'AFP ont été menacés de mort. 

D'autres organisent des "fights contre les antifas" ou des actions illégales, comme Génération identitaire avec "les contrôles aux frontières", poursuit-il. Ils se comportent comme "des milices privées", "incitent à la haine" mais "ne sont pas dans la démarche du passage à l'acte terroriste".

A l'inverse, poursuit M. Nunez, les cellules clandestines "sont engagées dans un processus terroriste, de contestation des institutions représentatives" ou de "lutte contre l'islam et les +gauchistes+". 

Depuis 2017, "6 projets de passage à l'acte à l'extrême droite" ont été déjoués, selon M. Darmanin.

A l'instar des jihadistes, ils affichent "de plus en plus de professionnalisme", "des projets qui se précisent" dans "le choix des cibles, le mode opératoire, la structuration", note une source judiciaire spécialisée dans la lutte antiterroriste.

Accès aux armes 

"Les ressorts psychologiques sont les mêmes : frustration, besoin de reconnaissance, fascination pour l'ultra violence. Mais il y a pas mal de différences", nuance un haut responsable policier.

Jean-Yves Camus relève lui aussi qu'à ce jour, il n'y a pas eu de la part de l'ultradroite de projet d'attentat "équivalent aux bonbonnes de gaz" que voulaient faire sauter près de Notre-Dame de Paris des jeunes filles adeptes du djihad.

De nombreuses armes ont été découvertes dans plusieurs dossiers impliquant l'ultradroite, pour la plupart détenues légalement.

Nombre des tenants de l'ultradroite sont chasseurs, ex-militaires, collectionneurs ou adeptes du tir sportif et ont peu recours aux circuits utilisés par la grande criminalité.

Mais ils ont "un accès facile aux armes par leurs relations avec les mouvements néonazis internationaux", note une source judiciaire.

Prototype de ces adeptes de l'ultradroite prêts à franchir le pas, un ancien militaire est jugé à partir de mercredi à Paris pour "entreprise individuelle terroriste". Arrêté en 2020, il possédait des armes et venait de publier des messages inquiétants d'apologie du nazisme qui suggéraient un attentat imminent visant la communauté juive.