Réfugiés afghans: Les leçons tirées par l’immigration syrienne dans les pays scandinaves

Des Syriens déplacés arrivent au camp de Deir al-Ballout, situé dans la campagne d'Afrine, à la frontière avec la Turquie, le 19 février 2020. (Photo d'archive AFP)
Des Syriens déplacés arrivent au camp de Deir al-Ballout, situé dans la campagne d'Afrine, à la frontière avec la Turquie, le 19 février 2020. (Photo d'archive AFP)
Des enfants de familles déplacées qui vivent dans une école abandonnée et sinistrée jouent dans la cour à Binnish, dans la province d'Idleb, en Syrie, le 2 mars 2021. (Photo d'archives AFP)
Des enfants de familles déplacées qui vivent dans une école abandonnée et sinistrée jouent dans la cour à Binnish, dans la province d'Idleb, en Syrie, le 2 mars 2021. (Photo d'archives AFP)
Un Syrien porte dans ses bras une petite fille blessée par des frappes aériennes menées par le gouvernement syrien sur l'enclave de Douma, contrôlée par les rebelles de la Ghouta orientale, le 20 mars 2018. (Dossier AFP).
Un Syrien porte dans ses bras une petite fille blessée par des frappes aériennes menées par le gouvernement syrien sur l'enclave de Douma, contrôlée par les rebelles de la Ghouta orientale, le 20 mars 2018. (Dossier AFP).
On voit sur cette photo des enfants syriens déplacés dans l'une des allées d'un camp de déplacés surpeuplé à proximité du village de Kah, non loin de la frontière turque, dans la province d'Idleb, le 28 octobre 2020. (AFP)
On voit sur cette photo des enfants syriens déplacés dans l'une des allées d'un camp de déplacés surpeuplé à proximité du village de Kah, non loin de la frontière turque, dans la province d'Idleb, le 28 octobre 2020. (AFP)
Sur cette photo prise le 4 mai 2020, pendant le ramadan, mois sacré chez les musulmans, on voit une famille syrienne déplacée rompre le jeûne au milieu des décombres de sa maison démolie à Ariha, en Syrie. (AFP)
Sur cette photo prise le 4 mai 2020, pendant le ramadan, mois sacré chez les musulmans, on voit une famille syrienne déplacée rompre le jeûne au milieu des décombres de sa maison démolie à Ariha, en Syrie. (AFP)
Sur cette photo d'archives prise le 14 juin 2015, on aide un enfant syrien qui fuit la guerre à franchir les grillages frontaliers pour qu’il rejoigne le territoire turc près du poste frontière d'Akçakale, dans la province de Sanliurfa. (AFP)
Sur cette photo d'archives prise le 14 juin 2015, on aide un enfant syrien qui fuit la guerre à franchir les grillages frontaliers pour qu’il rejoigne le territoire turc près du poste frontière d'Akçakale, dans la province de Sanliurfa. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 18 octobre 2021

Réfugiés afghans: Les leçons tirées par l’immigration syrienne dans les pays scandinaves

  • Les pays scandinaves ont accueilli les réfugiés syriens à bras ouverts en 2015, mais leur attitude s'est durcie depuis lors
  • Les flux de personnes fuyant l'Afghanistan mettent sur le devant de la scène la politique de l'Europe en matière d'asile

STOCKHOLM: La guerre qui sévit en Syrie a contraint, depuis 2011, des millions de Syriens à se déplacer. Ils sont nombreux – quoique minoritaires – à avoir réussi à atteindre l'Europe, échappant ainsi à la violence et aux persécutions, mais aussi à la pauvreté et à la conscription forcée dans l'armée.

Lorsque est apparue la première vague de déplacés, de nombreux pays européens se sont empressés de fermer leurs frontières. L'Allemagne, tout comme la Suède, la Norvège et le Danemark, comptaient parmi les pays les plus accueillants.

Au mois de septembre 2014, les images d'Aylan Kurdi, le petit garçon qui gisait, le visage contre le sable, sur une plage de la Méditerranée située près de Bodrum, en Turquie, ont rappelé la triste réalité de la guerre civile syrienne. 

photo
Un graffiti signé par les artistes Justus Becker et Oguz Sen, dans le port de Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, rend hommage à Aylan Kurdi, le jeune Syrien noyé, le 10 mars 2016. (AFP)

Ce même mois, l'Office national suédois des migrations a annoncé qu'il accorderait à tous les réfugiés syriens qui demandaient l'asile le statut de résidents permanents dès leur arrivée dans le pays.

«Nous estimons que le conflit est loin d’avoir pris fin», avait déclaré à l'époque Anders Danielsson, directeur général de l'Office des migrations, dans un entretien diffusé à la radio nationale. «Le droit international exige donc de leur délivrer des permis de résidence permanents.»

Après cette annonce, le nombre de Syriens qui ont déposé une demande d'asile en Suède a atteint 51 000 en 2015, contre 30 000 en 2014, selon les données du gouvernement. Le Danemark, pays voisin, a lui aussi constaté une hausse des demandes d'asile en 2015: leur nombre avoisinait 21 000.

Six ans plus tard, par un mouvement de balancier, l'opinion publique va cependant basculer dans la direction opposée.

photo
L'Allemagne, tout comme la Suède, la Norvège et le Danemark, comptaient parmi les pays les plus accueillants. (Photo d'archive AFP)

«Le Danemark a été le premier pays qui s’est s'engagé sur la voie nationaliste-populiste, puis la Norvège a suivi», explique Ali Esbati, député socialiste suédois, à Arab News. Il redoute que son pays ne suive ce mouvement.

«Ce phénomène tient en partie au sentiment éprouvé par de nombreux Suédois selon lequel nous avons fait notre possible en 2015 et assumé la responsabilité qui incombe aux pays riches, ce que les autres nations ont refusé de faire.»

En effet, au moment où les événements survenus en Afghanistan mettent sur le devant de la scène la question de la politique d'asile en Europe, l'humeur politique en Suède est à mille lieues du climat accueillant observé en 2015.

«Nous refusons que le scenario de 2015 se répète. La Suède ne se retrouvera pas dans la même situation», a déclaré le Premier ministre suédois, Stefan Löfven, au quotidien national Dagens Nyheter le 18 août, trois jours après la prise de Kaboul par les talibans.

photo
Des Afghans se rassemblent au bord d'une route à proximité de l'aéroport de Kaboul, le 20 août 2021, pour fuir le pays après la prise de contrôle militaire de l'Afghanistan par les talibans. (AFP)

Ce qui contrarie le plus M. Esbati dans ces commentaires, c'est qu'ils ne reconnaissent pas que la Suède a réussi à accueillir et à intégrer les réfugiés syriens.

Abdallah Miri fait partie des Syriens qui ont fui leur pays vers la Scandinavie en 2015. Prêt à tout pour échapper à la conscription dans l'armée du régime syrien, Miri a préféré fuir vers l'Europe. Il a promis à sa fiancée Nour qu'elle le rejoindrait.

photo
Abdallah Miri, réfugié syrien.

 «Les pots-de-vin que j'ai versés m'ont vidé les poches», raconte-t-il dans un entretien accordé à Stockholm, où il vit, à Arab News.

M. Miri évoque un incident survenu peu de temps après son arrivée au Danemark, alors qu'il se dirigeait vers la Suède: il a remarqué que deux policiers l'observaient. «À cette époque, je n’avais pas encore décidé de m'habiller comme un Scandinave; ils pouvaient donc voir que j'étais un réfugié», se souvient-il.

«Je pensais avoir des ennuis, mais les policiers m'ont aidé à acheter un billet pour la Suède. Ils savaient que la plupart des réfugiés souhaitaient traverser le pont pour se rendre en Suède. Tous les trois, nous avons ri de la situation.»

Neuf mois plus tard, la Suède accordera l'asile politique à Miri.

C’est au mois de mars 2011 que la crise des réfugiés syriens a éclaté. Alors, le régime a brutalement réprimé les manifestants qui soutenaient un groupe d'adolescents arrêtés en raison de graffitis hostiles au gouvernement dans la ville de Deraa, dans le sud du pays.

Ces arrestations ont déclenché des vagues de manifestations à travers la Syrie, violemment réprimées par les forces de sécurité. Ce conflit n'a pas tardé à dégénérer, plongeant le pays dans une guerre civile et contraignant des millions de Syriens à quitter leurs foyers.

Dans ce contexte, les réfugiés syriens ont demandé l'asile dans cent trente pays, et même davantage. Ils vivent pour la plupart, cependant, dans des pays voisins: la Turquie, le Liban, la Jordanie, l'Irak et l'Égypte. C'est la Turquie qui compte la plus grande partie des réfugiés syriens: quelque 3,6 millions de personnes y vivent aujourd'hui.

Les pays européens accueillent au total près d'un million de réfugiés syriens, et 70% d’entre eux vivent dans deux pays: l'Allemagne (59%) et la Suède (11%). L'Autriche, la Grèce, les Pays-Bas et la France hébergent entre 2 et 5% des réfugiés, tandis que le reste des pays européens en accueille moins de 2%.

La plupart des réfugiés originaires du Moyen-Orient et d'Afrique rejoignent l'Europe en traversant la Turquie par voie terrestre via la Bulgarie et la Roumanie, ou en parcourant la Méditerranée sur des embarcations délabrées conduites par des passeurs.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 1 146 personnes au moins sont mortes alors qu'elles tentaient de se rendre en Europe par bateau au cours des six premiers mois de l'année 2021. Ce chiffre est deux fois supérieur à celui qui correspond à la même période en 2020; 513 migrants se sont noyés cette année-là.

Les survivants de ce périlleux voyage ne reçoivent pas le même accueil. Un grand nombre de ceux qui cherchent à se rendre au Royaume-Uni, par exemple, finissent par atterrir dans des camps de fortune sordides au port de Calais, en France. Ceux qui choisissent de s'installer en Allemagne ou dans les pays scandinaves reçoivent, pour la plupart, une protection internationale.

EN BREF

  • Il y a 6,6 millions de réfugiés syriens dans le monde, dont 5,6 vivent dans les pays voisins
  • 1 146 demandeurs d'asile se sont noyés en tentant de gagner l'Europe dans les six premiers mois de l’année 2021

Depuis que la guerre de Syrie a éclaté, en 2011, les instances chargées de l'asile dans les pays de l'Union européenne et de la zone Schengen (UE+) ont accordé la protection internationale à plus d'un million de demandeurs syriens, selon le Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR).

Toutefois, le populisme de droite gagne en puissance dans de nombreux États européens en raison des difficultés économiques, de la vague d'attentats terroristes islamistes et du sentiment selon lequel les communautés de migrants ne sont pas parvenues à pleinement s'intégrer dans la société. Cette situation a fait reculer l'esprit accueillant manifesté en 2015.

Nawal Abdo Hadid a 62 ans. Cette Syrienne vit à Gentofte, une banlieue tranquille de Copenhague. On lui a annoncé que son permis de séjour ne serait pas renouvelé, dans la mesure où les autorités danoises considèrent que la situation en Syrie ne représente plus de danger.

 

photo
Nawal Abdo Hadid.

«Quand j’ai reçu cette lettre, j'ai eu une crise cardiaque», confie Mme Hadid à Arab News. Elle est sujette à des troubles cardiaques et souffre d'asthme. Il lui est donc difficile de gravir les marches qui mènent à son appartement d'une pièce, situé au troisième étage. Sa maison, sobrement décorée, suggère une vie de perpétuelle incertitude.

Aux yeux de Mme Hadid, retourner en Syrie la condamnerait à la mort: elle a publié sur les réseaux sociaux des messages dans lesquels elle critique le gouvernement. Un voisin qu'elle a accusé d'être un «criminel» pro-Assad a menacé Hadid ainsi que son fils, qui vit toujours en Syrie, en compagnie de ses six enfants.

«Cela fait plus de six ans que je n'ai pas vu mes petits-enfants», raconte-t-elle. «Je préfère mourir seule au Danemark plutôt que de retourner en Syrie et compromettre la famille de mon fils.»

Miri se trouve confronté au même problème. Après avoir reçu la nationalité suédoise au mois de juillet 2017 au terme de cinq années passées dans le pays, il s'est rendu à Beyrouth pour épouser Nour. Il est revenu avec elle à Stockholm.

Le couple a eu de la chance, en dépit des difficultés qu’il ont éprouvées pour trouver un logement abordable en Suède. Un veuf leur a loué le rez-de-chaussée de sa maison, située dans une banlieue aisée de Stockholm.

«C'est une véritable bénédiction d'avoir rencontré cet homme», confie Nour à Arab News. «Il est toujours là pour m'aider. Il est pour nous une sorte de père.» 

photo
La maison de Nawal Abdo Hadid, en Suède. (Photo fournie)

Nour a fait des études de littérature anglaise à Damas et apprécie tout particulièrement le poète Lord Byron. Elle a déjà commencé à découvrir les œuvres des auteurs suédois.

Elle a été impressionnée par l'ouvrage Everything I Don't RememberTout ce dont je ne me souviens pas») du célèbre écrivain Jonas Hassen Khemiri, lui-même fils d'un immigré tunisien. «Cet auteur comprend ce que le fait de se déplacer d'un pays à l'autre produit sur l'âme», explique Nour.

Miri, qui porte désormais le surnom suédois d’«Abbe», maîtrise la langue suédoise. Nour parle également le suédois et son accent arabe est presque imperceptible, même si elle éprouve parfois des difficultés à trouver les bons mots.

Chaque année, le 6 juin, Miri rassemble ses amis à l'occasion de la fête nationale de la Suède. Les Suédois de souche n'ont pas l'habitude de célébrer cette fête.

«Pour mes amis suédois, la fête nationale est désormais la journée d'Abbe», sourit-il.

Les futurs demandeurs d'asile auront du mal à suivre un parcours similaire à celui de Miri. Le 23 juin, le Parlement suédois a voté un nouveau projet de loi sur l'immigration, selon lequel seuls des permis de séjour temporaires seront dorénavant accordés aux réfugiés, comme dans le système danois.

«Il est nécessaire de mettre en place un [cadre] politique tout à fait nouveau pour que les gens puissent s'intégrer à notre société et s'y installer», a déclaré récemment à la radio nationale Maria Malmer Stenergard, porte-parole de la politique d'immigration auprès du Parti modéré de rassemblement, un parti conservateur.

L’espoir, pourtant, est éternel. Dans la maison de Miri et Nour, une pile de livres sur la grossesse et la parentalité est posée sur le rebord d’une fenêtre. Une voisine suédoise leur en a fait cadeau lorsqu'elle a appris que le couple attendait son premier enfant.

 

Cet article est le premier d'une série qui compte deux parties. Le papier suivant sera intitulé «À quoi doivent s'attendre les Afghans qui demanderont l'asile».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Femmes: Le Conseil de sécurité de l'ONU demande aux talibans d' «inverser rapidement» leur politique restrictive

Des femmes portant une burqa et un niqab marchent dans une rue de Kaboul le 7 mai 2022 (Photo, AFP).
Des femmes portant une burqa et un niqab marchent dans une rue de Kaboul le 7 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Selon des diplomates, la négociation de la déclaration s'est révélée ardue avec la Chine et la Russie
  • Le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les élèves

NATIONS UNIES, États-Unis: Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé mardi les talibans "à inverser rapidement les politiques et pratiques qui restreignent actuellement les droits humains et les libertés fondamentales des femmes et des filles afghanes" dans une déclaration adoptée à l'unanimité.

Dans ce texte rédigé par la Norvège et négocié depuis près de deux semaines, les 15 membres du Conseil se déclarent "profondément préoccupés par l'érosion croissante du respect des droits humains et des libertés fondamentales des femmes et des filles en Afghanistan par les talibans".

Ils citent à cet égard "l'imposition de restrictions qui limitent l'accès à l'éducation, à l'emploi, à la liberté de mouvement et à la participation pleine, égale et significative des femmes à la vie publique".

En particulier, le Conseil de sécurité réclame au pouvoir taliban de rouvrir les écoles pour toutes les élèves sans plus tarder et exprime sa "profonde préoccupation" face à l'obligation faite aux femmes de se couvrir le visage dans les espaces publics et dans les émissions des médias.

Selon des diplomates, la négociation de la déclaration s'est révélée ardue avec la Chine et la Russie qui ne voulaient pas d'un texte focalisé sur les droits humains. En conséquence, ce dernier comprend plusieurs paragraphes exprimant aussi une "profonde préoccupation" face à "la situation instable" en Afghanistan, dans les domaines humanitaires, politiques, économiques, sociaux et sécuritaires.

La déclaration cite notamment le trafic de drogue et la poursuite d'attaques terroristes visant des civils, ainsi que la nécessité de restaurer les systèmes financiers et bancaires du pays.

A la mi-mars, le Conseil de sécurité de l'ONU avait approuvé une résolution renouvelant pour un an la mission politique de l'Organisation en Afghanistan en tablant sur une approche plus modérée des talibans, en fonctions depuis la mi-août, par rapport à leur précédent exercice du pouvoir, entre 1996 et 2001.

Ces derniers mois, les talibans ont cependant imposé une série de restrictions à la société civile, dont une grande partie vise à soumettre les femmes à leur conception intégriste de l'islam.


Un Irakien lié à l'EI a cherché à assassiner George W. Bush

L'ancien président américain George W. Bush s'exprimant lors d'une commémoration du 11 septembre au Flight 93 National Memorial à Shanksville, Pennsylvanie, le 11 septembre 2021 (Photo, AFP).
L'ancien président américain George W. Bush s'exprimant lors d'une commémoration du 11 septembre au Flight 93 National Memorial à Shanksville, Pennsylvanie, le 11 septembre 2021 (Photo, AFP).
Short Url
  • Il précise que l'homme avait fait des repérages
  • Selon le FBI, le suspect s'est rendu début février devant l'ancien domicile de George W. Bush à Dallas

WASHINGTON: Un Irakien lié au groupe Etat Islamique a été arrêté et inculpé mardi aux Etats-Unis, soupçonné d'avoir préparé une tentative d'assassinat contre l'ancien président américain George W. Bush, ont annoncé les autorités.

Shihab Ahmed Shihab, 52 ans, est accusé d'avoir "aidé et soutenu un complot visant à tuer l'ancien président des Etats-Unis George W. Bush", a indiqué dans un communiqué un procureur fédéral de l'Ohio.

Il précise que l'homme avait fait des repérages, prévu de faire venir toute une équipe du Moyen-Orient et réfléchi à acquérir armes et uniformes de police factices afin de tuer le président, à l'origine de l'invasion de l'Irak en 2003.

Arrivé légalement en 2020 aux Etats-Unis avec un visa de tourisme, M. Shihab a vécu entre Colombus, dans l'Ohio (nord) et Indianapolis, avant de demander l'asile. Il a tenté d'aider un homme, qu'il pensait être irakien, à immigrer aux Etats-Unis en échange d'argent.

"En octobre et décembre 2021, M. Shihab a accepté des dizaines de milliers de dollars pour le supposé passage. En réalité, l'individu était fictif et les échanges étaient coordonnés sous la direction du FBI", la police fédérale américaine, précise le procureur.

Dans un document rendu public mardi, celle-ci indique que deux sources anonymes, qui ont discuté à plusieurs reprises avec le suspect, ont permis de mettre à jour cette affaire.

Les hommes qu'il voulait faire venir aux Etats-Unis n'étaient "pas propres", a-t-il dit à la source du FBI, selon ce document. M. Shihab se dit également cousin de l'ancien leader de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi.

«Al-Raed»

Deux hommes, anciens des services secrets irakiens, devaient mener l'opération, aidés d'autres hommes membre de l'EI et d'un groupe nommé "Al-Raed", a indiqué Shihab Ahmed Shihab à la taupe du FBI.

Le groupe "Al-Raed", dont se dit membre le suspect, est basé au Qatar et semble être derrière cette cellule.

L'un des six ou sept membres de l'équipe prévue "était le secrétaire d'un ministre des Finances de l'EI" et aurait permis de financer l'opération, estimée à trois millions de dollars.

Ces hommes devaient arriver et repartir illégalement des Etats-Unis par la frontière avec le Mexique.

Toujours selon le FBI, le suspect s'est rendu début février devant l'ancien domicile de George W. Bush à Dallas, au Texas, pour prendre des images. Début mars, la taupe du FBI a présenté des armes et uniformes de police au suspect, qui a pris des photos.

Shihab Ahmed Shihab a dit devant cette taupe avoir "aidé la résistance en tuant de nombreux Américains en Irak entre 2003 et 2006", la "résistance" étant comprise par le FBI comme Al-Qaïda en Irak ou le groupe Etat islamique.

La cellule "souhaitait tuer l'ancien président Bush car ils estimaient qu'il était responsable de la mort de nombreux Irakiens et de l'effondrement de l'ensemble de l'Irak" à la suite de son intervention militaire lancée en 2003, note le document.

A la suite de son arrestation mardi matin par une cellule antiterroriste du FBI, il a comparu une première fois devant un tribunal fédéral.


Est de RDC: combats au nord de Goma près du Rwanda, le M23 soupçonné

Des unités des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la police se tiennent à l'aérodrome de Kiwanja quelques jours après des affrontements avec les rebelles du M23 à Rutshuru, à 70 kilomètres de la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 3 avril 2022 (Photo, AFP).
Des unités des Forces armées de la République démocratique du Congo et de la police se tiennent à l'aérodrome de Kiwanja quelques jours après des affrontements avec les rebelles du M23 à Rutshuru, à 70 kilomètres de la ville de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 3 avril 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le M23 est une ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 par les forces armées de RDC
  • Lundi, le Rwanda avait affirmé que plusieurs civils avaient été blessés par des tirs congolais

GOMA, RD Congo: Des combats ont éclaté mardi à une vingtaine de km au nord de Goma, chef-lieu de la province troublée du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, au lendemain d'accusations rwandaises contre l'armée congolaise, a-t-on appris de sources locales.

Certaines de ces sources affirment que des rebelles du M23 ("Mouvement du 23 mars"), en conflit avec l'armée dans cette province frontalière du Rwanda et de l'Ouganda, ont attaqué une position militaire. D'autres accusent "des Rwandais" d'avoir participé aux combats.

Selon des témoignages d'habitants, des tirs d'armes lourdes ont été entendus à partir de 03H00 (01H00 GMT) dans le groupement de Buhumba et ses environs en territoire de Nyiragongo, dans la zone du massif des Virunga autour du mont Mikeno, région connue pour ses gorilles de montagne. Le calme semblait revenu en fin de journée.

"Une position des FARDC (armée congolaise) a été attaquée", les villageois se sont enfuis, certains allant vers Goma, d'autres vers le Rwanda, a déclaré à l'AFP Olivier Nzabonimpa, président de la société civile du groupement Buhumba. Selon lui, plusieurs villages "se sont vidés de leurs habitants".

Boniface Kagumyo, bourgmestre de la commune de Kibumba, une des localités touchées, a accusé les rebelles du M23 d'être à l'origine de l'attaque dans cette zone de Buhumba où, selon lui, les militaires n'étaient pas déployés en grand nombre.

"Ce sont des Rwandais qui ont attaqué les FARDC (...) Il y a deux blessés parmi les civils", a de son côté déclaré Augustin Mirere, chef de la localité de Rubiranga, également ciblée.

"C'est calme pour l'instant, nous attendons de voir comment se passera la nuit", a déclaré en fin d'après-midi à l'AFP sous couvert d'anonymat un haut responsable militaire congolais, affirmant avoir "saisi des tenues de l'armée rwandaise et récupéré des armes". 

"Nous avons repoussé l'attaque de l'ennemi, ils ont fui vers la frontière, nous les avons pourchassés", a affirmé cet officier. "Nous avons compté 22 corps de leur côté et avons perdu 9 militaires", a-t-il ajouté. 

«Déposer les armes»

Lundi, le Rwanda avait affirmé que plusieurs civils avaient été blessés par des tirs congolais de roquettes en territoire rwandais à la frontière avec la RDC, et appelé à une "enquête urgente" sur cet incident.

La veille, les Nations unies avaient accusé le M23 d'avoir "délibérément" attaqué des Casques bleus dans le territoire congolais voisin de Rutshuru.

"Notre mission reste prête à utiliser tous les (moyens) nécessaires dans le cadre de son mandat pour soutenir les efforts congolais visant à neutraliser les groupes armés et protéger les civils", a déclaré Stéphane Dujarric, porte-parole de l'ONU dans son point presse de mardi.

Dans un communiqué daté de lundi, le président de la Commission de l'Union africaine Moussa Faki Mahamat a appelé "les rebelles du M23 à déposer définitivement leurs armes, à cesser toute hostilité et à s'inscrire dans l'esprit du processus de Nairobi pour une résolution des crises à l’Est de la RDC".

Des consultations ont été menées en avril dans la capitale kényane entre le gouvernement congolais et des groupes rebelles, nouvelle initiative lancée pour tenter de mettre fin à plus d'un quart de siècle de violence. Une branche du M23, accusée par Kinshasa d'avoir relancé les hostilités au moment des discussions, en avait été exclue.

Le M23 est une ancienne rébellion tutsi vaincue en 2013 par les forces armées de RDC et réapparue en fin d'année dernière, qui reproche aux autorités de Kinshasa de ne pas avoir respecté des engagements sur la démobilisation de ses combattants.

Les relations entre Kinshasa et Kigali sont tendues depuis le génocide au Rwanda en 1994 avec l'arrivée massive en RDC de Hutu rwandais accusés d'avoir massacré des Tutsi durant le génocide. Depuis, le Rwanda a été régulièrement accusé par Kinshasa d'incursions au Congo et de soutien à des groupes armés dans l'est du pays.