Réfugiés afghans: Les leçons tirées par l’immigration syrienne dans les pays scandinaves

Des Syriens déplacés arrivent au camp de Deir al-Ballout, situé dans la campagne d'Afrine, à la frontière avec la Turquie, le 19 février 2020. (Photo d'archive AFP)
Des Syriens déplacés arrivent au camp de Deir al-Ballout, situé dans la campagne d'Afrine, à la frontière avec la Turquie, le 19 février 2020. (Photo d'archive AFP)
Des enfants de familles déplacées qui vivent dans une école abandonnée et sinistrée jouent dans la cour à Binnish, dans la province d'Idleb, en Syrie, le 2 mars 2021. (Photo d'archives AFP)
Des enfants de familles déplacées qui vivent dans une école abandonnée et sinistrée jouent dans la cour à Binnish, dans la province d'Idleb, en Syrie, le 2 mars 2021. (Photo d'archives AFP)
Un Syrien porte dans ses bras une petite fille blessée par des frappes aériennes menées par le gouvernement syrien sur l'enclave de Douma, contrôlée par les rebelles de la Ghouta orientale, le 20 mars 2018. (Dossier AFP).
Un Syrien porte dans ses bras une petite fille blessée par des frappes aériennes menées par le gouvernement syrien sur l'enclave de Douma, contrôlée par les rebelles de la Ghouta orientale, le 20 mars 2018. (Dossier AFP).
On voit sur cette photo des enfants syriens déplacés dans l'une des allées d'un camp de déplacés surpeuplé à proximité du village de Kah, non loin de la frontière turque, dans la province d'Idleb, le 28 octobre 2020. (AFP)
On voit sur cette photo des enfants syriens déplacés dans l'une des allées d'un camp de déplacés surpeuplé à proximité du village de Kah, non loin de la frontière turque, dans la province d'Idleb, le 28 octobre 2020. (AFP)
Sur cette photo prise le 4 mai 2020, pendant le ramadan, mois sacré chez les musulmans, on voit une famille syrienne déplacée rompre le jeûne au milieu des décombres de sa maison démolie à Ariha, en Syrie. (AFP)
Sur cette photo prise le 4 mai 2020, pendant le ramadan, mois sacré chez les musulmans, on voit une famille syrienne déplacée rompre le jeûne au milieu des décombres de sa maison démolie à Ariha, en Syrie. (AFP)
Sur cette photo d'archives prise le 14 juin 2015, on aide un enfant syrien qui fuit la guerre à franchir les grillages frontaliers pour qu’il rejoigne le territoire turc près du poste frontière d'Akçakale, dans la province de Sanliurfa. (AFP)
Sur cette photo d'archives prise le 14 juin 2015, on aide un enfant syrien qui fuit la guerre à franchir les grillages frontaliers pour qu’il rejoigne le territoire turc près du poste frontière d'Akçakale, dans la province de Sanliurfa. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 18 octobre 2021

Réfugiés afghans: Les leçons tirées par l’immigration syrienne dans les pays scandinaves

  • Les pays scandinaves ont accueilli les réfugiés syriens à bras ouverts en 2015, mais leur attitude s'est durcie depuis lors
  • Les flux de personnes fuyant l'Afghanistan mettent sur le devant de la scène la politique de l'Europe en matière d'asile

STOCKHOLM: La guerre qui sévit en Syrie a contraint, depuis 2011, des millions de Syriens à se déplacer. Ils sont nombreux – quoique minoritaires – à avoir réussi à atteindre l'Europe, échappant ainsi à la violence et aux persécutions, mais aussi à la pauvreté et à la conscription forcée dans l'armée.

Lorsque est apparue la première vague de déplacés, de nombreux pays européens se sont empressés de fermer leurs frontières. L'Allemagne, tout comme la Suède, la Norvège et le Danemark, comptaient parmi les pays les plus accueillants.

Au mois de septembre 2014, les images d'Aylan Kurdi, le petit garçon qui gisait, le visage contre le sable, sur une plage de la Méditerranée située près de Bodrum, en Turquie, ont rappelé la triste réalité de la guerre civile syrienne. 

photo
Un graffiti signé par les artistes Justus Becker et Oguz Sen, dans le port de Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, rend hommage à Aylan Kurdi, le jeune Syrien noyé, le 10 mars 2016. (AFP)

Ce même mois, l'Office national suédois des migrations a annoncé qu'il accorderait à tous les réfugiés syriens qui demandaient l'asile le statut de résidents permanents dès leur arrivée dans le pays.

«Nous estimons que le conflit est loin d’avoir pris fin», avait déclaré à l'époque Anders Danielsson, directeur général de l'Office des migrations, dans un entretien diffusé à la radio nationale. «Le droit international exige donc de leur délivrer des permis de résidence permanents.»

Après cette annonce, le nombre de Syriens qui ont déposé une demande d'asile en Suède a atteint 51 000 en 2015, contre 30 000 en 2014, selon les données du gouvernement. Le Danemark, pays voisin, a lui aussi constaté une hausse des demandes d'asile en 2015: leur nombre avoisinait 21 000.

Six ans plus tard, par un mouvement de balancier, l'opinion publique va cependant basculer dans la direction opposée.

photo
L'Allemagne, tout comme la Suède, la Norvège et le Danemark, comptaient parmi les pays les plus accueillants. (Photo d'archive AFP)

«Le Danemark a été le premier pays qui s’est s'engagé sur la voie nationaliste-populiste, puis la Norvège a suivi», explique Ali Esbati, député socialiste suédois, à Arab News. Il redoute que son pays ne suive ce mouvement.

«Ce phénomène tient en partie au sentiment éprouvé par de nombreux Suédois selon lequel nous avons fait notre possible en 2015 et assumé la responsabilité qui incombe aux pays riches, ce que les autres nations ont refusé de faire.»

En effet, au moment où les événements survenus en Afghanistan mettent sur le devant de la scène la question de la politique d'asile en Europe, l'humeur politique en Suède est à mille lieues du climat accueillant observé en 2015.

«Nous refusons que le scenario de 2015 se répète. La Suède ne se retrouvera pas dans la même situation», a déclaré le Premier ministre suédois, Stefan Löfven, au quotidien national Dagens Nyheter le 18 août, trois jours après la prise de Kaboul par les talibans.

photo
Des Afghans se rassemblent au bord d'une route à proximité de l'aéroport de Kaboul, le 20 août 2021, pour fuir le pays après la prise de contrôle militaire de l'Afghanistan par les talibans. (AFP)

Ce qui contrarie le plus M. Esbati dans ces commentaires, c'est qu'ils ne reconnaissent pas que la Suède a réussi à accueillir et à intégrer les réfugiés syriens.

Abdallah Miri fait partie des Syriens qui ont fui leur pays vers la Scandinavie en 2015. Prêt à tout pour échapper à la conscription dans l'armée du régime syrien, Miri a préféré fuir vers l'Europe. Il a promis à sa fiancée Nour qu'elle le rejoindrait.

photo
Abdallah Miri, réfugié syrien.

 «Les pots-de-vin que j'ai versés m'ont vidé les poches», raconte-t-il dans un entretien accordé à Stockholm, où il vit, à Arab News.

M. Miri évoque un incident survenu peu de temps après son arrivée au Danemark, alors qu'il se dirigeait vers la Suède: il a remarqué que deux policiers l'observaient. «À cette époque, je n’avais pas encore décidé de m'habiller comme un Scandinave; ils pouvaient donc voir que j'étais un réfugié», se souvient-il.

«Je pensais avoir des ennuis, mais les policiers m'ont aidé à acheter un billet pour la Suède. Ils savaient que la plupart des réfugiés souhaitaient traverser le pont pour se rendre en Suède. Tous les trois, nous avons ri de la situation.»

Neuf mois plus tard, la Suède accordera l'asile politique à Miri.

C’est au mois de mars 2011 que la crise des réfugiés syriens a éclaté. Alors, le régime a brutalement réprimé les manifestants qui soutenaient un groupe d'adolescents arrêtés en raison de graffitis hostiles au gouvernement dans la ville de Deraa, dans le sud du pays.

Ces arrestations ont déclenché des vagues de manifestations à travers la Syrie, violemment réprimées par les forces de sécurité. Ce conflit n'a pas tardé à dégénérer, plongeant le pays dans une guerre civile et contraignant des millions de Syriens à quitter leurs foyers.

Dans ce contexte, les réfugiés syriens ont demandé l'asile dans cent trente pays, et même davantage. Ils vivent pour la plupart, cependant, dans des pays voisins: la Turquie, le Liban, la Jordanie, l'Irak et l'Égypte. C'est la Turquie qui compte la plus grande partie des réfugiés syriens: quelque 3,6 millions de personnes y vivent aujourd'hui.

Les pays européens accueillent au total près d'un million de réfugiés syriens, et 70% d’entre eux vivent dans deux pays: l'Allemagne (59%) et la Suède (11%). L'Autriche, la Grèce, les Pays-Bas et la France hébergent entre 2 et 5% des réfugiés, tandis que le reste des pays européens en accueille moins de 2%.

La plupart des réfugiés originaires du Moyen-Orient et d'Afrique rejoignent l'Europe en traversant la Turquie par voie terrestre via la Bulgarie et la Roumanie, ou en parcourant la Méditerranée sur des embarcations délabrées conduites par des passeurs.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 1 146 personnes au moins sont mortes alors qu'elles tentaient de se rendre en Europe par bateau au cours des six premiers mois de l'année 2021. Ce chiffre est deux fois supérieur à celui qui correspond à la même période en 2020; 513 migrants se sont noyés cette année-là.

Les survivants de ce périlleux voyage ne reçoivent pas le même accueil. Un grand nombre de ceux qui cherchent à se rendre au Royaume-Uni, par exemple, finissent par atterrir dans des camps de fortune sordides au port de Calais, en France. Ceux qui choisissent de s'installer en Allemagne ou dans les pays scandinaves reçoivent, pour la plupart, une protection internationale.

EN BREF

  • Il y a 6,6 millions de réfugiés syriens dans le monde, dont 5,6 vivent dans les pays voisins
  • 1 146 demandeurs d'asile se sont noyés en tentant de gagner l'Europe dans les six premiers mois de l’année 2021

Depuis que la guerre de Syrie a éclaté, en 2011, les instances chargées de l'asile dans les pays de l'Union européenne et de la zone Schengen (UE+) ont accordé la protection internationale à plus d'un million de demandeurs syriens, selon le Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR).

Toutefois, le populisme de droite gagne en puissance dans de nombreux États européens en raison des difficultés économiques, de la vague d'attentats terroristes islamistes et du sentiment selon lequel les communautés de migrants ne sont pas parvenues à pleinement s'intégrer dans la société. Cette situation a fait reculer l'esprit accueillant manifesté en 2015.

Nawal Abdo Hadid a 62 ans. Cette Syrienne vit à Gentofte, une banlieue tranquille de Copenhague. On lui a annoncé que son permis de séjour ne serait pas renouvelé, dans la mesure où les autorités danoises considèrent que la situation en Syrie ne représente plus de danger.

 

photo
Nawal Abdo Hadid.

«Quand j’ai reçu cette lettre, j'ai eu une crise cardiaque», confie Mme Hadid à Arab News. Elle est sujette à des troubles cardiaques et souffre d'asthme. Il lui est donc difficile de gravir les marches qui mènent à son appartement d'une pièce, situé au troisième étage. Sa maison, sobrement décorée, suggère une vie de perpétuelle incertitude.

Aux yeux de Mme Hadid, retourner en Syrie la condamnerait à la mort: elle a publié sur les réseaux sociaux des messages dans lesquels elle critique le gouvernement. Un voisin qu'elle a accusé d'être un «criminel» pro-Assad a menacé Hadid ainsi que son fils, qui vit toujours en Syrie, en compagnie de ses six enfants.

«Cela fait plus de six ans que je n'ai pas vu mes petits-enfants», raconte-t-elle. «Je préfère mourir seule au Danemark plutôt que de retourner en Syrie et compromettre la famille de mon fils.»

Miri se trouve confronté au même problème. Après avoir reçu la nationalité suédoise au mois de juillet 2017 au terme de cinq années passées dans le pays, il s'est rendu à Beyrouth pour épouser Nour. Il est revenu avec elle à Stockholm.

Le couple a eu de la chance, en dépit des difficultés qu’il ont éprouvées pour trouver un logement abordable en Suède. Un veuf leur a loué le rez-de-chaussée de sa maison, située dans une banlieue aisée de Stockholm.

«C'est une véritable bénédiction d'avoir rencontré cet homme», confie Nour à Arab News. «Il est toujours là pour m'aider. Il est pour nous une sorte de père.» 

photo
La maison de Nawal Abdo Hadid, en Suède. (Photo fournie)

Nour a fait des études de littérature anglaise à Damas et apprécie tout particulièrement le poète Lord Byron. Elle a déjà commencé à découvrir les œuvres des auteurs suédois.

Elle a été impressionnée par l'ouvrage Everything I Don't RememberTout ce dont je ne me souviens pas») du célèbre écrivain Jonas Hassen Khemiri, lui-même fils d'un immigré tunisien. «Cet auteur comprend ce que le fait de se déplacer d'un pays à l'autre produit sur l'âme», explique Nour.

Miri, qui porte désormais le surnom suédois d’«Abbe», maîtrise la langue suédoise. Nour parle également le suédois et son accent arabe est presque imperceptible, même si elle éprouve parfois des difficultés à trouver les bons mots.

Chaque année, le 6 juin, Miri rassemble ses amis à l'occasion de la fête nationale de la Suède. Les Suédois de souche n'ont pas l'habitude de célébrer cette fête.

«Pour mes amis suédois, la fête nationale est désormais la journée d'Abbe», sourit-il.

Les futurs demandeurs d'asile auront du mal à suivre un parcours similaire à celui de Miri. Le 23 juin, le Parlement suédois a voté un nouveau projet de loi sur l'immigration, selon lequel seuls des permis de séjour temporaires seront dorénavant accordés aux réfugiés, comme dans le système danois.

«Il est nécessaire de mettre en place un [cadre] politique tout à fait nouveau pour que les gens puissent s'intégrer à notre société et s'y installer», a déclaré récemment à la radio nationale Maria Malmer Stenergard, porte-parole de la politique d'immigration auprès du Parti modéré de rassemblement, un parti conservateur.

L’espoir, pourtant, est éternel. Dans la maison de Miri et Nour, une pile de livres sur la grossesse et la parentalité est posée sur le rebord d’une fenêtre. Une voisine suédoise leur en a fait cadeau lorsqu'elle a appris que le couple attendait son premier enfant.

 

Cet article est le premier d'une série qui compte deux parties. Le papier suivant sera intitulé «À quoi doivent s'attendre les Afghans qui demanderont l'asile».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Le Royaume-Uni menacé par une vague de gel après la tempête Arwen

Mais le pays peine pour l'instant encore à se remettre complètement de la tempête Arwen, dont les rafales à près de 160km/h vendredi et samedi ont entraîné la mort de trois personnes, tuées chacune par une chute d'arbre, et mis de nombreux trains et camions à l'arrêt. (AFP)
Mais le pays peine pour l'instant encore à se remettre complètement de la tempête Arwen, dont les rafales à près de 160km/h vendredi et samedi ont entraîné la mort de trois personnes, tuées chacune par une chute d'arbre, et mis de nombreux trains et camions à l'arrêt. (AFP)
Short Url
  • Les températures pourraient chuter jusqu'à moins 10°C au cours de la nuit dans certaines parties du pays, en raison d'un «souffle arctique» se déplaçant de l'Écosse vers le sud
  • En Écosse, quelque 45 000 personnes sont toujours privées d'électricité

LONDRES: Le Royaume-Uni se préparait dimanche à subir dans la nuit une vague de gel "arctique", au lendemain d'une puissante tempête qui a fait trois morts et privé en Écosse des milliers de personnes d'électricité. 


Les prévisionnistes du Met Office, l'agence météorologique britannique, ont averti que les températures pourraient chuter jusqu'à moins 10°C au cours de la nuit dans certaines parties du pays, en raison d'un "souffle arctique" se déplaçant de l'Écosse vers le sud. 


Même Londres pourrait voir le mercure descendre en dessous de zéro, ont prévenu les analystes, qui ont émis en conséquence une alerte "froid" pour tout le weekend, invitant le public à prendre des précautions contre le gel.


Mais le pays peine pour l'instant encore à se remettre complètement de la tempête Arwen, dont les rafales à près de 160km/h vendredi et samedi ont entraîné la mort de trois personnes, tuées chacune par une chute d'arbre, et mis de nombreux trains et camions à l'arrêt. 


Arwen a depuis faibli au Royaume-Uni, et s'est dirigée vers l'Europe continentale. Mais les abondantes chutes de neige qui l'ont suivie ont conduit dimanche à l'annulation du match de football entre deux clubs de Premier League, Burnley et Tottenham Hotspur. 


En Écosse, quelque 45 000 personnes sont toujours privées d'électricité, a indiqué la compagnie Scottish Southern and Electricity Network (SSEN), qui comptabilisait plus de 100 000 coupures dans la nuit de vendredi à samedi.


Selon Mark Rough, directeur des opérations chez SSEN, les dégâts causés par les vents violents d'Arwen sont trois fois plus importants que ceux générés par l’impressionnante vague de froid qui avait frappé le pays en février 2018. 


"Nos équipes répondent à des situations parmi les plus graves et difficiles que ces régions ont connues depuis des décennies", a-t-il déclaré, avertissant que de nombreux clients pourraient ne pas voir leur électricité rétablie "avant plusieurs jours".


Naufrage dans la Manche: ouverture de la réunion européenne contre le trafic migratoire

 Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a appelé à une lutte commune «contre les passeurs qui se jouent de nos frontières», en ouvrant dimanche à Calais une réunion européenne contre le trafic migratoire dans la Manche. (Photo, AFP)
 Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a appelé à une lutte commune «contre les passeurs qui se jouent de nos frontières», en ouvrant dimanche à Calais une réunion européenne contre le trafic migratoire dans la Manche. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Ces morts sont trop nombreux» et «nous ne pouvons pas accepter que d'autres personnes meurent», a déclaré M. Darmanin
  • Le naufrage de mercredi est le pire drame migratoire dans la Manche, désormais sillonnée quotidiennement à bord de fragiles embarcations par des migrants tentant de rallier les côtes anglaises.

CALAIS: Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a appelé à une lutte commune « contre les passeurs qui se jouent de nos frontières », en ouvrant dimanche à Calais une réunion européenne contre le trafic migratoire dans la Manche, quatre jours après la mort de 27 migrants dans un naufrage.  

« Ces morts sont trop nombreux » et « nous ne pouvons pas accepter que d'autres personnes meurent », a déclaré M. Darmanin à l'adresse de ses invités, les ministres en charge de l'immigration allemand, néerlandais et belge, ainsi que la Commissaire européenne aux Affaires intérieures, et les directeurs des agences européennes de police criminelle Europol et des frontières Frontex. 

La ministre britannique, Priti Patel, a elle été désinvitée vendredi, en riposte à une lettre publiée jeudi soir sur Twitter par Boris Johnson, demandant à Paris de reprendre les migrants arrivant en Grande-Bretagne depuis la France.  

« Le point le plus important de cette réunion est la lutte contre les passeurs qui se jouent de nos frontières et pays », a mis en avant M. Darmanin,  relevant que « la pression migratoire continue et ne cesse d'augmenter », « y compris depuis le Brexit ».  

Soulignant qu'il s'agissait d'un « problème commun », « européen et britannique », il a rappelé que les autorités françaises avaient arrêté 1 500 passeurs et sauvé 7 800 migrants depuis le début de l'année, tandis que 1 000 policiers et gendarmes sont déployés actuellement sur le littoral nord de la France.  

Le naufrage de mercredi est le pire drame migratoire dans la Manche, désormais sillonnée quotidiennement à bord de fragiles embarcations par des migrants tentant de rallier les côtes anglaises. 


Burkina: une dizaine de blessés samedi à Ouagadougou

Des manifestants ont également vandalisé une partie de la direction de l'état-civil, après avoir tenté d'incendier le bâtiment de la mairie de Ouagadougou, dont le maire avait interdit les manifestations. (AFP)
Des manifestants ont également vandalisé une partie de la direction de l'état-civil, après avoir tenté d'incendier le bâtiment de la mairie de Ouagadougou, dont le maire avait interdit les manifestations. (AFP)
Short Url
  • Parmi les blessés figurent un enfant et deux journalistes qui l'ont été lors des tirs de gaz lacrymogène par les forces de l'ordre
  • Les attaques qui visent civils et militaires sont de plus en plus fréquentes et en grande majorité concentrées dans le nord et l'est du pays

OUAGADOUGOU: Une dizaine de personnes ont été blessées lors d'incidents qui ont suivi samedi à Ouagadougou la dispersion de manifestants dénonçant l'"incapacité" du pouvoir à endiguer la violence jihadiste au Burkina Faso, a-t-on apris dimanche samedi de source hospitalière.


"Au moins dix blessés ont été enregistrés", a indiqué à l'AFP une source dans l'un des plus importants hôpitaux de la capitale burkinabè, sans préciser l'état de gravité des patients hospitalisés.


Parmi les blessés figurent un enfant et deux journalistes qui l'ont été lors des tirs de gaz lacrymogène par les forces de l'ordre, dont plusieurs ont également été blessées, selon le gouvernement qui n'a pas fourni de chiffres.


La Coalition du 27 novembre qui avait appelé à manifester, a demandé à ses partisans de rester mobilisés, mais la situation était calme dimanche à Ouagadougou, a constaté un journaliste de l'AFP.


Quelques pick-up de la police étaient visibles dans le centre-ville où les commerces et stations-service, restés fermés samedi, ont rouvert et où les gens vaquaient normalement à leurs occupations.


"Nous n’avons reçu aucune notification de manifestation", a indiqué un responsable sécuritaire en précisant néanmoins que "des dispositions sont toujours en cours pour éviter de nouveaux troubles". 


Samedi, la police anti-émeutes a dispersé des centaines de manifestants qui voulaient se rassembler place de la Nation en centre-ville. Des affrontements ont suivi dans les rues ajacentes, où des jeunes en colère ont érigé des barricades, à l'aide notamment de pneus enflammés, et jeté des pierres aux forces de l'ordre, qui ripostaient en faisant usage de gaz lacrymogènes.


Des manifestants ont également vandalisé une partie de la direction de l'état-civil, après avoir tenté d'incendier le bâtiment de la mairie de Ouagadougou, dont le maire avait interdit les manifestations.


Plusieurs manifestants ont été interpellés, dont une des responsables du "Mouvement Sauvons le Burkina Faso", selon cette organisation membre de la Coalition du 27 novembre, sans donner le nombre d'arrestations.


Le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique.


Les attaques qui visent civils et militaires sont de plus en plus fréquentes et en grande majorité concentrées dans le nord et l'est du pays.


L'attaque le 14 novembre d'un détachement de gendarmerie à Inata (nord), l'une des plus meutrières contre les forces de sécurité, a profondément choqué: au moins 57 personnes, dont 53 gendarmes, ont été tuées par des jihadistes armés.