Réfugiés afghans: Les leçons tirées par l’immigration syrienne dans les pays scandinaves

Des Syriens déplacés arrivent au camp de Deir al-Ballout, situé dans la campagne d'Afrine, à la frontière avec la Turquie, le 19 février 2020. (Photo d'archive AFP)
Des Syriens déplacés arrivent au camp de Deir al-Ballout, situé dans la campagne d'Afrine, à la frontière avec la Turquie, le 19 février 2020. (Photo d'archive AFP)
Des enfants de familles déplacées qui vivent dans une école abandonnée et sinistrée jouent dans la cour à Binnish, dans la province d'Idleb, en Syrie, le 2 mars 2021. (Photo d'archives AFP)
Des enfants de familles déplacées qui vivent dans une école abandonnée et sinistrée jouent dans la cour à Binnish, dans la province d'Idleb, en Syrie, le 2 mars 2021. (Photo d'archives AFP)
Un Syrien porte dans ses bras une petite fille blessée par des frappes aériennes menées par le gouvernement syrien sur l'enclave de Douma, contrôlée par les rebelles de la Ghouta orientale, le 20 mars 2018. (Dossier AFP).
Un Syrien porte dans ses bras une petite fille blessée par des frappes aériennes menées par le gouvernement syrien sur l'enclave de Douma, contrôlée par les rebelles de la Ghouta orientale, le 20 mars 2018. (Dossier AFP).
On voit sur cette photo des enfants syriens déplacés dans l'une des allées d'un camp de déplacés surpeuplé à proximité du village de Kah, non loin de la frontière turque, dans la province d'Idleb, le 28 octobre 2020. (AFP)
On voit sur cette photo des enfants syriens déplacés dans l'une des allées d'un camp de déplacés surpeuplé à proximité du village de Kah, non loin de la frontière turque, dans la province d'Idleb, le 28 octobre 2020. (AFP)
Sur cette photo prise le 4 mai 2020, pendant le ramadan, mois sacré chez les musulmans, on voit une famille syrienne déplacée rompre le jeûne au milieu des décombres de sa maison démolie à Ariha, en Syrie. (AFP)
Sur cette photo prise le 4 mai 2020, pendant le ramadan, mois sacré chez les musulmans, on voit une famille syrienne déplacée rompre le jeûne au milieu des décombres de sa maison démolie à Ariha, en Syrie. (AFP)
Sur cette photo d'archives prise le 14 juin 2015, on aide un enfant syrien qui fuit la guerre à franchir les grillages frontaliers pour qu’il rejoigne le territoire turc près du poste frontière d'Akçakale, dans la province de Sanliurfa. (AFP)
Sur cette photo d'archives prise le 14 juin 2015, on aide un enfant syrien qui fuit la guerre à franchir les grillages frontaliers pour qu’il rejoigne le territoire turc près du poste frontière d'Akçakale, dans la province de Sanliurfa. (AFP)
Short Url
Publié le Lundi 18 octobre 2021

Réfugiés afghans: Les leçons tirées par l’immigration syrienne dans les pays scandinaves

  • Les pays scandinaves ont accueilli les réfugiés syriens à bras ouverts en 2015, mais leur attitude s'est durcie depuis lors
  • Les flux de personnes fuyant l'Afghanistan mettent sur le devant de la scène la politique de l'Europe en matière d'asile

STOCKHOLM: La guerre qui sévit en Syrie a contraint, depuis 2011, des millions de Syriens à se déplacer. Ils sont nombreux – quoique minoritaires – à avoir réussi à atteindre l'Europe, échappant ainsi à la violence et aux persécutions, mais aussi à la pauvreté et à la conscription forcée dans l'armée.

Lorsque est apparue la première vague de déplacés, de nombreux pays européens se sont empressés de fermer leurs frontières. L'Allemagne, tout comme la Suède, la Norvège et le Danemark, comptaient parmi les pays les plus accueillants.

Au mois de septembre 2014, les images d'Aylan Kurdi, le petit garçon qui gisait, le visage contre le sable, sur une plage de la Méditerranée située près de Bodrum, en Turquie, ont rappelé la triste réalité de la guerre civile syrienne. 

photo
Un graffiti signé par les artistes Justus Becker et Oguz Sen, dans le port de Francfort-sur-le-Main, en Allemagne, rend hommage à Aylan Kurdi, le jeune Syrien noyé, le 10 mars 2016. (AFP)

Ce même mois, l'Office national suédois des migrations a annoncé qu'il accorderait à tous les réfugiés syriens qui demandaient l'asile le statut de résidents permanents dès leur arrivée dans le pays.

«Nous estimons que le conflit est loin d’avoir pris fin», avait déclaré à l'époque Anders Danielsson, directeur général de l'Office des migrations, dans un entretien diffusé à la radio nationale. «Le droit international exige donc de leur délivrer des permis de résidence permanents.»

Après cette annonce, le nombre de Syriens qui ont déposé une demande d'asile en Suède a atteint 51 000 en 2015, contre 30 000 en 2014, selon les données du gouvernement. Le Danemark, pays voisin, a lui aussi constaté une hausse des demandes d'asile en 2015: leur nombre avoisinait 21 000.

Six ans plus tard, par un mouvement de balancier, l'opinion publique va cependant basculer dans la direction opposée.

photo
L'Allemagne, tout comme la Suède, la Norvège et le Danemark, comptaient parmi les pays les plus accueillants. (Photo d'archive AFP)

«Le Danemark a été le premier pays qui s’est s'engagé sur la voie nationaliste-populiste, puis la Norvège a suivi», explique Ali Esbati, député socialiste suédois, à Arab News. Il redoute que son pays ne suive ce mouvement.

«Ce phénomène tient en partie au sentiment éprouvé par de nombreux Suédois selon lequel nous avons fait notre possible en 2015 et assumé la responsabilité qui incombe aux pays riches, ce que les autres nations ont refusé de faire.»

En effet, au moment où les événements survenus en Afghanistan mettent sur le devant de la scène la question de la politique d'asile en Europe, l'humeur politique en Suède est à mille lieues du climat accueillant observé en 2015.

«Nous refusons que le scenario de 2015 se répète. La Suède ne se retrouvera pas dans la même situation», a déclaré le Premier ministre suédois, Stefan Löfven, au quotidien national Dagens Nyheter le 18 août, trois jours après la prise de Kaboul par les talibans.

photo
Des Afghans se rassemblent au bord d'une route à proximité de l'aéroport de Kaboul, le 20 août 2021, pour fuir le pays après la prise de contrôle militaire de l'Afghanistan par les talibans. (AFP)

Ce qui contrarie le plus M. Esbati dans ces commentaires, c'est qu'ils ne reconnaissent pas que la Suède a réussi à accueillir et à intégrer les réfugiés syriens.

Abdallah Miri fait partie des Syriens qui ont fui leur pays vers la Scandinavie en 2015. Prêt à tout pour échapper à la conscription dans l'armée du régime syrien, Miri a préféré fuir vers l'Europe. Il a promis à sa fiancée Nour qu'elle le rejoindrait.

photo
Abdallah Miri, réfugié syrien.

 «Les pots-de-vin que j'ai versés m'ont vidé les poches», raconte-t-il dans un entretien accordé à Stockholm, où il vit, à Arab News.

M. Miri évoque un incident survenu peu de temps après son arrivée au Danemark, alors qu'il se dirigeait vers la Suède: il a remarqué que deux policiers l'observaient. «À cette époque, je n’avais pas encore décidé de m'habiller comme un Scandinave; ils pouvaient donc voir que j'étais un réfugié», se souvient-il.

«Je pensais avoir des ennuis, mais les policiers m'ont aidé à acheter un billet pour la Suède. Ils savaient que la plupart des réfugiés souhaitaient traverser le pont pour se rendre en Suède. Tous les trois, nous avons ri de la situation.»

Neuf mois plus tard, la Suède accordera l'asile politique à Miri.

C’est au mois de mars 2011 que la crise des réfugiés syriens a éclaté. Alors, le régime a brutalement réprimé les manifestants qui soutenaient un groupe d'adolescents arrêtés en raison de graffitis hostiles au gouvernement dans la ville de Deraa, dans le sud du pays.

Ces arrestations ont déclenché des vagues de manifestations à travers la Syrie, violemment réprimées par les forces de sécurité. Ce conflit n'a pas tardé à dégénérer, plongeant le pays dans une guerre civile et contraignant des millions de Syriens à quitter leurs foyers.

Dans ce contexte, les réfugiés syriens ont demandé l'asile dans cent trente pays, et même davantage. Ils vivent pour la plupart, cependant, dans des pays voisins: la Turquie, le Liban, la Jordanie, l'Irak et l'Égypte. C'est la Turquie qui compte la plus grande partie des réfugiés syriens: quelque 3,6 millions de personnes y vivent aujourd'hui.

Les pays européens accueillent au total près d'un million de réfugiés syriens, et 70% d’entre eux vivent dans deux pays: l'Allemagne (59%) et la Suède (11%). L'Autriche, la Grèce, les Pays-Bas et la France hébergent entre 2 et 5% des réfugiés, tandis que le reste des pays européens en accueille moins de 2%.

La plupart des réfugiés originaires du Moyen-Orient et d'Afrique rejoignent l'Europe en traversant la Turquie par voie terrestre via la Bulgarie et la Roumanie, ou en parcourant la Méditerranée sur des embarcations délabrées conduites par des passeurs.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), 1 146 personnes au moins sont mortes alors qu'elles tentaient de se rendre en Europe par bateau au cours des six premiers mois de l'année 2021. Ce chiffre est deux fois supérieur à celui qui correspond à la même période en 2020; 513 migrants se sont noyés cette année-là.

Les survivants de ce périlleux voyage ne reçoivent pas le même accueil. Un grand nombre de ceux qui cherchent à se rendre au Royaume-Uni, par exemple, finissent par atterrir dans des camps de fortune sordides au port de Calais, en France. Ceux qui choisissent de s'installer en Allemagne ou dans les pays scandinaves reçoivent, pour la plupart, une protection internationale.

EN BREF

  • Il y a 6,6 millions de réfugiés syriens dans le monde, dont 5,6 vivent dans les pays voisins
  • 1 146 demandeurs d'asile se sont noyés en tentant de gagner l'Europe dans les six premiers mois de l’année 2021

Depuis que la guerre de Syrie a éclaté, en 2011, les instances chargées de l'asile dans les pays de l'Union européenne et de la zone Schengen (UE+) ont accordé la protection internationale à plus d'un million de demandeurs syriens, selon le Haut-Commissariat des nations unies pour les réfugiés (HCR).

Toutefois, le populisme de droite gagne en puissance dans de nombreux États européens en raison des difficultés économiques, de la vague d'attentats terroristes islamistes et du sentiment selon lequel les communautés de migrants ne sont pas parvenues à pleinement s'intégrer dans la société. Cette situation a fait reculer l'esprit accueillant manifesté en 2015.

Nawal Abdo Hadid a 62 ans. Cette Syrienne vit à Gentofte, une banlieue tranquille de Copenhague. On lui a annoncé que son permis de séjour ne serait pas renouvelé, dans la mesure où les autorités danoises considèrent que la situation en Syrie ne représente plus de danger.

 

photo
Nawal Abdo Hadid.

«Quand j’ai reçu cette lettre, j'ai eu une crise cardiaque», confie Mme Hadid à Arab News. Elle est sujette à des troubles cardiaques et souffre d'asthme. Il lui est donc difficile de gravir les marches qui mènent à son appartement d'une pièce, situé au troisième étage. Sa maison, sobrement décorée, suggère une vie de perpétuelle incertitude.

Aux yeux de Mme Hadid, retourner en Syrie la condamnerait à la mort: elle a publié sur les réseaux sociaux des messages dans lesquels elle critique le gouvernement. Un voisin qu'elle a accusé d'être un «criminel» pro-Assad a menacé Hadid ainsi que son fils, qui vit toujours en Syrie, en compagnie de ses six enfants.

«Cela fait plus de six ans que je n'ai pas vu mes petits-enfants», raconte-t-elle. «Je préfère mourir seule au Danemark plutôt que de retourner en Syrie et compromettre la famille de mon fils.»

Miri se trouve confronté au même problème. Après avoir reçu la nationalité suédoise au mois de juillet 2017 au terme de cinq années passées dans le pays, il s'est rendu à Beyrouth pour épouser Nour. Il est revenu avec elle à Stockholm.

Le couple a eu de la chance, en dépit des difficultés qu’il ont éprouvées pour trouver un logement abordable en Suède. Un veuf leur a loué le rez-de-chaussée de sa maison, située dans une banlieue aisée de Stockholm.

«C'est une véritable bénédiction d'avoir rencontré cet homme», confie Nour à Arab News. «Il est toujours là pour m'aider. Il est pour nous une sorte de père.» 

photo
La maison de Nawal Abdo Hadid, en Suède. (Photo fournie)

Nour a fait des études de littérature anglaise à Damas et apprécie tout particulièrement le poète Lord Byron. Elle a déjà commencé à découvrir les œuvres des auteurs suédois.

Elle a été impressionnée par l'ouvrage Everything I Don't RememberTout ce dont je ne me souviens pas») du célèbre écrivain Jonas Hassen Khemiri, lui-même fils d'un immigré tunisien. «Cet auteur comprend ce que le fait de se déplacer d'un pays à l'autre produit sur l'âme», explique Nour.

Miri, qui porte désormais le surnom suédois d’«Abbe», maîtrise la langue suédoise. Nour parle également le suédois et son accent arabe est presque imperceptible, même si elle éprouve parfois des difficultés à trouver les bons mots.

Chaque année, le 6 juin, Miri rassemble ses amis à l'occasion de la fête nationale de la Suède. Les Suédois de souche n'ont pas l'habitude de célébrer cette fête.

«Pour mes amis suédois, la fête nationale est désormais la journée d'Abbe», sourit-il.

Les futurs demandeurs d'asile auront du mal à suivre un parcours similaire à celui de Miri. Le 23 juin, le Parlement suédois a voté un nouveau projet de loi sur l'immigration, selon lequel seuls des permis de séjour temporaires seront dorénavant accordés aux réfugiés, comme dans le système danois.

«Il est nécessaire de mettre en place un [cadre] politique tout à fait nouveau pour que les gens puissent s'intégrer à notre société et s'y installer», a déclaré récemment à la radio nationale Maria Malmer Stenergard, porte-parole de la politique d'immigration auprès du Parti modéré de rassemblement, un parti conservateur.

L’espoir, pourtant, est éternel. Dans la maison de Miri et Nour, une pile de livres sur la grossesse et la parentalité est posée sur le rebord d’une fenêtre. Une voisine suédoise leur en a fait cadeau lorsqu'elle a appris que le couple attendait son premier enfant.

 

Cet article est le premier d'une série qui compte deux parties. Le papier suivant sera intitulé «À quoi doivent s'attendre les Afghans qui demanderont l'asile».

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com.


Brésil: à J-7 de la présidentielle, une victoire de Lula au 1er tour possible

Luiz Inacio Lula da Silva, candidat présidentiel du Brésil pour le Parti des travailleurs (Photo, AFP).
Luiz Inacio Lula da Silva, candidat présidentiel du Brésil pour le Parti des travailleurs (Photo, AFP).
Short Url
  • C'est avec constance que les enquêtes d'opinion accordent depuis des mois un troisième mandat pour diriger la première puissance d'Amérique latine à Lula
  • Si 11 candidats s'alignent au départ, c'est la lutte entre l'ancien président Luiz Inacio Lula da Silva et Jair Bolsonaro qui accapare l'attention

RIO DE JANEIRO: A une semaine de la présidentielle, le Brésil entre dans la dernière ligne droite d'une campagne électorale ultra-polarisée se résumant à un duel sans merci entre Jair Bolsonaro et Lula, dont l'élection dès le premier tour paraît possible.

Si 11 candidats s'alignent au départ, c'est la lutte entre l'ancien président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva (47% des intentions de vote selon le dernier sondage Datafolha) et le président d'extrême droite Jair Bolsonaro (33%) qui accapare l'attention.

"Nous devons parler aux indécis et à ceux qui envisagent de ne pas aller voter", a déclaré Lula lors d'un meeting dimanche devant des milliers de soutiens à l'école de samba Portela, à Rio.

C'est avec constance que les enquêtes d'opinion accordent depuis des mois un troisième mandat pour diriger la première puissance d'Amérique latine à Lula, président de 2003 à 2010 et chef de file du Parti des Travailleurs (PT, gauche).

"Le gouvernement de Lula a été très bon: mes enfants ont pu avoir leur diplôme à l'université, j'ai pu moi-même acheter une voiture. Je veux son retour car je voudrais que tout redevienne comme avant", dit à l'AFP Sandra Chaves, une femme de couleur de 60 ans venue dimanche entendre Lula à l'école de samba Portela.

Ralliements à Lula
L'ancien métallo avait quitté le pouvoir sur des taux d'approbation stratosphériques (87%), avant de connaître la disgrâce de la prison pour corruption (2018-2019) et d'être empêché de se représenter. Son élection, à 76 ans, marquerait un come-back remarquable.

Il bénéficie d'une dynamique. "Les sondages disent qu'il y a une réelle possibilité que Lula gagne dès le premier tour" du 2 octobre, note Fernanda Magnotta, analyste à la fondation FAAP, à Sao Paulo.

Lula pourrait bénéficier du "vote utile" si "les électeurs de candidats moins compétitifs tel Ciro Gomes migrent vers lui", explique-t-elle, au sujet du candidat de centre gauche, 3e dans les sondages (7%) devant Simone Tebet (centre droit, 5%).

Le "vote utile", qui fait beaucoup parler de lui, est devenu le thème dominant de la campagne de Lula.

Ces derniers jours, Lula a surfé sur une vague de soutiens: l'ex-président Fernando Henrique Cardoso (1995-2003) a demandé aux Brésiliens de voter "pour la démocratie", son ex-ministre de l'Environnement Marina Silva s'est ralliée à lui après une longue brouille.

Des hommes politiques et des intellectuels de gauche d'Amérique latine ont demandé à Ciro Gomes de se retirer pour faciliter la victoire de Lula.

Mais vendredi, Jair Bolsonaro, 67 ans, du Parti libéral (PL), assurait lors d'un meeting dans le Minas Gerais (sud-est): "Nous allons vaincre au 1er tour".

Fraude électorale
"Si Dieu le veut, nous gagnerons dès le premier tour", a-t-il répété dimanche en direct sur les réseaux sociaux. "L'autre camp ne réunit pas le peuple dans la rue, comment gagnerait-il dès le premier tour? Ca me paraît difficile... non: impossible. Point final", a ajouté le président sortant.

Sur Telegram, les réseaux bolsonaristes mènent campagne pour expliquer que si leur champion n'est pas élu dès le 2 octobre, c'est que l'élection aura été frauduleuse.

La crainte d'un remake brésilien de l'assaut du Capitole est dans tous les esprits.

"Ca peut être dangereux", dit Mme Magnotta, "Bolsonaro va très probablement invoquer la fraude électorale, comme Donald Trump, cela va galvaniser ses soutiens".

Car l'ex-capitaine de l'Armée peut compter sur des bataillons de partisans prêts à tout. Lui-même a plusieurs fois attaqué violemment les institutions de la jeune démocratie brésilienne, telle la Cour suprême, et mené une virulente campagne contre les urnes électroniques, qui favoriseraient selon lui "la fraude".

Mais baissant soudainement le ton, ce président imprévisible a aussi déclaré que s'il perdait, il se retirerait de la politique.

Impossible donc de prévoir la suite des événements au soir du premier tour.

«Voleur», «incompétent»
La campagne de Bolsonaro et Lula a été plus marquée par des attaques personnelles -- "voleur", "incompétent" -- que par la présentation de programmes.

Le quotidien O Globo appelait samedi Lula à proposer "un projet économique cohérent", car "s'il gagne, personne ne sait comment il va gouverner".

Les candidats ont sillonné le gigantesque Brésil et tenu d'innombrables meetings en gilet pare-balles.

Le thème de l'environnement et du climat, dans ce pays abritant l'Amazonie, est passé à la trappe, contrairement à la faim, l'inflation ou la corruption, préoccupations de la majorité des 214 millions de Brésiliens.

Pour ratisser large, Lula a tenté de séduire les évangéliques qui constituent le socle de l'électorat de Jair Bolsonaro avec l'agronégoce et les pro-armes.

Il s'est aussi choisi pour colistier le très modéré ex-gouverneur de Sao Paulo Geraldo Alckmin, du centre droit, afin de rassurer les marchés qui voient avec appréhension son élection.

M. Bolsonaro tente de son côté de séduire sans succès un électorat féminin qui majoritairement le fuit pour ses propos sexistes et a labouré le Nordeste, fief de Lula, sans beaucoup d'effet non plus, selon les sondages.

Les fausses informations déferlent comme jamais sur les réseaux sociaux. Elles sont aussi abondamment relayées par les présidentiables eux-mêmes, à la télévision, et jusqu'à la tribune de l'ONU mardi dernier par Jair Bolsonaro.

La semaine qui s'ouvre va voir les ennemis jurés jeter leurs dernières forces dans la bataille, avec de gros meetings et, jeudi, un débat télévisé très attendu, où, contrairement à samedi, Lula devrait être présent.


Conséquences «catastrophiques» si Moscou utilise l'arme nucléaire, prévient la Maison Blanche

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken (Photo, Reuters).
Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken (Photo, Reuters).
Short Url
  • Un haut conseiller du président Joe Biden a alerté sur les conséquences catastrophiques d'une utilisation de l'arme nucléaire
  • Washington a déjà émis plusieurs mises en garde, avec un vocabulaire de plus en plus dur, contre un éventuel recours à l'arme nucléaire

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont demandé via des canaux privés à la Russie de mettre fin à son discours agitant la menace nucléaire dans la guerre en Ukraine, une arme dont l'utilisation aurait, prévient Washington, des conséquences "catastrophiques".

"Nous avons été très clairs avec les Russes, publiquement et en privé, pour qu'ils cessent de parler d'armes nucléaires", a déclaré le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, dans un entretien à la chaîne CBS News diffusé dimanche.

"Il est très important que Moscou nous entende et sache que les conséquences seraient horribles. Et nous avons été très clairs à ce sujet", a souligné le secrétaire d'Etat. "Toute utilisation d'armes nucléaires aurait des effets catastrophiques pour le pays qui les utilise, bien sûr, mais aussi pour beaucoup d'autres".

Un peu plus tôt, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche avait déjà mis en garde contre les conséquences "catastrophiques" en cas d'utilisation de l'arme nucléaire par Moscou.

"Nous avons la capacité de parler directement à haut niveau (aux Russes), de leur dire clairement quel est notre message et d'entendre le leur", avait aussi dit Jake Sullivan sur NBC.

"Cela s'est produit fréquemment ces derniers mois, cela s'est même produit ces derniers jours", a-t-il indiqué, sans toutefois vouloir préciser la nature exacte des canaux de communication employés, afin de "les protéger."

Mercredi dans un discours télévisé, Vladimir Poutine avait fait une allusion à la bombe atomique en se disant prêt à utiliser "tous les moyens" dans son arsenal face à l'Occident qu'il a accusé de vouloir "détruire" la Russie. "Ce n'est pas du bluff", avait aussi assuré le président russe.

Washington a déjà émis plusieurs mises en garde, avec un vocabulaire de plus en plus dur, contre un éventuel recours à l'arme nucléaire de Moscou.

Interrogé le 16 septembre, avant que le président russe n'agite implicitement cette menace, Joe Biden avait lancé ce message: "Ne le faites pas. Ne le faites pas. Ne le faites pas. Vous changeriez la face de la guerre d'une manière jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale."

Doctrine militaire russe

Il avait averti que la réponse américaine serait "conséquente", mais sans plus de précision.

Washington avait auparavant déjà dit prendre "au sérieux" cette menace, et promis une réponse "sévère."

La Russie et les Etats-Unis sont les plus grandes puissances nucléaires du monde.

La doctrine militaire russe autorise l'utilisation d'armes nucléaires tactiques sur le champ de bataille pour forcer un ennemi à battre en retraite.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, invité lors d'une conférence de presse samedi aux Nations unies à préciser les déclarations du président Poutine, a répondu que la doctrine de Moscou était "un document public".

Mais la doctrine militaire russe prévoit aussi la possibilité de recourir à des frappes nucléaires si des territoires considérés comme siens par Moscou sont attaqués, ce qui pourrait être prochainement le cas avec les régions ukrainiennes dans lesquels se déroulent depuis vendredi des référendums d'annexion.

Ces scrutins, qualifiés de "simulacres" sans valeur juridique par Kiev et ses alliés occidentaux, se déroulent dans les régions de Donetsk et de Lougansk, qui forment le bassin minier du Donbass, dans l'est de Ukraine, ainsi que dans les zones occupées de Kherson et de Zaporijjia, dans le sud du pays.

De son côté, Volodymyr Zelensky a dit sur CBS prendre très au sérieux les menaces de son homologue russe, en se fondant sur les frappes qu'il accuse Moscou d'avoir commises à proximité notamment de la centrale nucléaire de Zaporijjie, la plus grande d'Europe.

"Donc, il veut effrayer le monde entier", a fait valoir le président ukrainien. "Ce sont les premières étapes de son chantage nucléaire. Je ne pense pas qu'il bluffe".

L'arme nucléaire a été utilisée deux fois dans l'histoire, en 1945, lorsque les Etats-Unis ont détruit les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki, tuant plus de 200.000 personnes. Le Japon impérial s'est rendu quelques jours plus tard, mettant fin à la Seconde Guerre mondiale.


Des dizaines de milliers de pèlerins juifs en Ukraine malgré la guerre

Pèlerins juifs ultra-orthodoxes à Ouman en Ukraine le 25 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Pèlerins juifs ultra-orthodoxes à Ouman en Ukraine le 25 septembre 2022 (Photo, Reuters).
Short Url
  • Malgré les appels à renoncer à cause du conflit, des dizaines de milliers de juifs hassidiques se sont rassemblés dans la ville ukrainienne d'Ouman
  • Chaque année, des pèlerins hassidiques viennent du monde entier à Ouman pour le nouvel an juif, Rosh Hashana

KIEV: Des dizaines de milliers de juifs hassidiques se sont rassemblés dans la ville ukrainienne d'Ouman pour leur pèlerinage annuel, malgré les appels à renoncer à cause du conflit en cours, ont annoncé les autorités dimanche.

Chaque année, des pèlerins hassidiques viennent du monde entier à Ouman pour le nouvel an juif, Rosh Hashana, sur la tombe de Rabbi Nahman de Breslev (1772-1810), une des principales figures du hassidisme, un courant orthodoxe du judaïsme.

Même si Ouman, ville du centre de l'Ukraine, se trouve relativement loin des fronts où s'affrontent les armées ukrainienne et russe, les autorités ukrainiennes et israéliennes avaient exhorté les pèlerins à ne pas venir pour les célébrations prévues de dimanche à mardi cette année.

Habitués aux sirènes
Les pèlerins citent souvent un texte religieux de Rabbi Nachman dans lequel il promet qu'il "sauvera de l'enfer" ceux qui viennent visiter sa tombe à Rosh Hashana.

"Il y a eu des sirènes, mais venant d'Israël nous sommes habitués aux sirènes, nous savons quoi faire. Nous nous sentons plutôt en sécurité", a déclaré M. Allen, médecin originaire de Yad Binyamin.

Le voyage n'est pourtant pas sans risque. Située à environ 200 kilomètres au sud de Kiev, Ouman a été touchée par des frappes russes  dans les premières semaines de la guerre. Le mois dernier, un homme a été mortellement blessé par des éclats d'un missile russe abattu par la défense anti-aérienne.

La police a mis en place un vaste cordon pour contrôler l'accès au tombeau, vérifiant les identités et ne laissant passer que des habitants et des fidèles.

Durant Rosh Hashana, la vente d'alcool, de feux d'artifice, de pétards et d'armes factices a été interdite et un couvre-feu décrété de 23H00 à 05H00 locales, selon une porte-parole de la police régionale, Zoïa Vovk.

Malgré les restrictions, le sanctuaire abritant la tombe bourdonnait d'agitation dimanche. Des pèlerins - seulement des hommes et des garçons - priaient, appuyés contre les murs et colonnes blanches à l'intérieur du bâtiment.

A l'extérieur du temple résonnaient les prières simultanées de centaines de fidèles.

À quelques mètres de là, Yaniv Vakhnin, un autre pèlerin, explique à l'AFP que la guerre ne fait pas peur quand le rabbin Nachman vous protège.

«Que les prières soient entendues»
"Le rabbin Nachman dit que même s'il y a la guerre dans un pays, celui qui l'écoute ne sera pas affecté par la guerre", assure cet homme de 48 ans originaire de Safed, dans le nord d'Israël.

"Nous sommes donc entièrement protégés" et "nous nous sentons très en sécurité et très heureux d'être ensemble", a dit le fidèle qui a mis 30 heures pour se rendre à Ouman: d'abord un vol vers la Roumanie voisine, puis 15 heures de trajet en bus jusqu'à la destination finale.

Ferme sur sa foi, il n'a pas hésité de venir en Ukraine avec ses deux enfants, laissant cinq autres à la maison.

"Nous allons prier Dieu. Et j'espère que l'Ukraine ne sera pas blessée et gagnera la guerre parce que le rabbin Nachman est enterré ici, donc l'Ukraine est protégée", confie M. Vakhnin.

Selon la Communauté juive unie d'Ukraine, une ONG confessionnelle, plus de 23.000 juifs hassidiques sont déjà arrivés à Ouman, frappée à plusieurs reprises par la Russie depuis son invasion de l'Ukraine le 24 février.

La police a préféré ne pas donner le nombre de pèlerins jusqu'à la fin des festivités, craignant une attaque russe. "La seule chose que je peux dire, c'est des dizaines de milliers" de pèlerins déjà arrivés, a indiqué Zoïa Vovk.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lui-même d'ascendance juive, a félicité dimanche "tous les juifs du monde à l'occasion de la fête".

"Que toutes les prières pour la victoire, toutes les prières pour la paix en Ukraine soient entendues", a-t-il déclaré dans son adresse quotidienne tard le soir.