Afghanistan: sevrage de force pour les toxicomanes à Kaboul

Pour les toxicomanes raflés par les talibans sous un pont de Kaboul, 45 jours de sevrage forcé commencent (Photo, AFP).
Pour les toxicomanes raflés par les talibans sous un pont de Kaboul, 45 jours de sevrage forcé commencent (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Lundi 18 octobre 2021

Afghanistan: sevrage de force pour les toxicomanes à Kaboul

  • Leur cache est connue de tous. A Pul-e-Sukhta, le pont sous lequel la ville recrache ses eaux usées, les toxicomanes de Kaboul vivent et meurent à l'abri des regards
  • Environ 10% de la population afghane est aux prises avec la drogue, un record mondial confirmé par les enquêtes internationales

KABOUL: Ils ont des têtes rasées, des tuniques trop grandes et des regards de bêtes traquées. Pour les toxicomanes raflés par les talibans sous un pont de Kaboul ou confiés par leurs familles à un centre de réhabilitation, 45 jours de sevrage forcé commencent.

Leur cache est connue de tous. A Pul-e-Sukhta, le pont sous lequel la ville recrache ses eaux usées, les toxicomanes de Kaboul vivent et meurent à l'abri des regards. 

Une présence intolérable pour la nouvelle police talibane qui multiplie les rafles. 

Deux combattants, armés de M16 et d'AK47 ont été envoyés ce matin pour secouer les silhouettes amorphes au milieu d'un amoncellement de coussins, de couvertures, de sacs de sable et de seringues ou de pipes à crack. 

Après quelques tirs de semonce, les toxicomanes sont poussés sans ménagement dans des ambulances direction le service de réhabilitation de l'hôpital Ibn Sina, installé dans une ancienne base militaire.

Le directeur du centre, le Dr. Ahmad Zoher Sultani peut accueillir un millier de patients. Et il y vide la mer du fléau national à la petite cuillère. 

"La drogue est un terrible problème dans notre pays, il y a près de quatre millions de toxicomanes", explique à l'AFP le médecin. 

Environ 10% de la population afghane est aux prises avec la drogue, un record mondial confirmé par les enquêtes internationales.   

"C'est la politique de l'Emirat islamique, ils en arrêtent davantage. Ils veulent nettoyer la ville de ceux qui l'enlaidissent. Alors dès que nous avons des places, ils vont les chercher. Aujourd'hui, nos 1.000 lits sont presque tous occupés", ajoute-t-il.

"Pour l'instant, nous travaillons gratuitement, personne n'a été payé depuis quatre mois. Nous espérons que les choses s'arrangent".

Le séjour de "Réhabilitation" dure 45 jours et s'apparente plutôt à un sevrage au cours duquel les hommes passent leurs journées couchés sur leurs lits, dans des chambres collectives ou des dortoirs, ou accroupis dans les cours pour profiter des rayons du soleil d'automne. 

Il y a un peu de méthadone pour les accros à l'opium, rien pour les usagers de méthamphétamine, indique le Dr Sultani.  

Ce matin Emal, 36 ans, arrive en trainant des pieds dans la salle d'enregistrement. Un volontaire (ils sont souvent choisis parmi d'anciens pensionnaires) ouvre son registre. 

A Pul-e-Sukhta, le pont sous lequel la ville recrache ses eaux usées, les toxicomanes de Kaboul vivent et meurent à l'abri des regards (Photo, AFP).

«Pour nous piller»

- Quel est ton nom ? Emal.

- Celui de ton père: Abdul Matin.

- Marié ? Oui. J’ai trois enfants, deux filles et un garçon.

- Tu as un travail ? Actuellement non.

- Quelle drogue prends-tu ? Cristal (méthamphétamine). 

- Tu es déjà venu à l'hôpital ? Oui, trois fois. Là c'est la quatrième. J'étais sorti il y a 10 jours.

Bilal Ahmad, 22 ans, maigre et craintif comme un chat de gouttière, prend sa place sur la chaise. Lui aussi indique être accro à la "meth" et être passé par le programme "il y a un an, ou un an et demi".

"Je suis content d'être là", assure-t-il à l'AFP, en jetant autour de lui des coups d'œil qui disent le contraire. "Dans 45 jours, si Dieu le veut, nous pourrons retourner chez nous". 

La fouille est minutieuse: replis des vêtements, chaussures, tout est inspecté à la recherche de drogue.

- Ouvre la bouche. Plus grand. Tire la langue. 

En groupe de six, ils sont ensuite conduits dans le bâtiment carrelé des douches, où on leur remet les tenues kaki, longues chemises et pantalons amples, une dosette de shampoing, pas de serviette. Ils en sortent après, dégoulinants, pour passer entre les mains agiles de barbiers qui leur rasent les cheveux mais pas la barbe. 

Ce traitement leur donne un air de famille et c'est en fratrie apeurée, épaules voutées, démarche hésitante, qu'ils sont conduits dans l'un des bâtiments où une chambre à cinq lits leur est attribuée. Deux infirmiers leur prennent la tension, le pouls, la température. 

Le dortoir voisin est occupé par une trentaine d'hommes de tous âges, couchés sur leur couvertures. L'un joue un air enfantin sur une flute traversière en bambou. Un autre, portant sa main à la bouche, fait signe qu'il a faim.

Le centre a pourtant près d'un an de réserves et offre trois repas par jour, assure le Dr Sultani, en faisant visiter un entrepôt aux étagères pleines de sacs de riz et de boîtes de conserve. 

"Nous sommes dans un quartier mal famé", dit-il. "Le 15 août, le jour où Kaboul est tombé aux mains des talibans, des centaines de personnes se sont massées à nos portes, pour nous piller. Mais nous avons résisté, avec nos patients. Et nous les avons repoussés." 


Le Royaume-Uni menacé par une vague de gel après la tempête Arwen

Mais le pays peine pour l'instant encore à se remettre complètement de la tempête Arwen, dont les rafales à près de 160km/h vendredi et samedi ont entraîné la mort de trois personnes, tuées chacune par une chute d'arbre, et mis de nombreux trains et camions à l'arrêt. (AFP)
Mais le pays peine pour l'instant encore à se remettre complètement de la tempête Arwen, dont les rafales à près de 160km/h vendredi et samedi ont entraîné la mort de trois personnes, tuées chacune par une chute d'arbre, et mis de nombreux trains et camions à l'arrêt. (AFP)
Short Url
  • Les températures pourraient chuter jusqu'à moins 10°C au cours de la nuit dans certaines parties du pays, en raison d'un «souffle arctique» se déplaçant de l'Écosse vers le sud
  • En Écosse, quelque 45 000 personnes sont toujours privées d'électricité

LONDRES: Le Royaume-Uni se préparait dimanche à subir dans la nuit une vague de gel "arctique", au lendemain d'une puissante tempête qui a fait trois morts et privé en Écosse des milliers de personnes d'électricité. 


Les prévisionnistes du Met Office, l'agence météorologique britannique, ont averti que les températures pourraient chuter jusqu'à moins 10°C au cours de la nuit dans certaines parties du pays, en raison d'un "souffle arctique" se déplaçant de l'Écosse vers le sud. 


Même Londres pourrait voir le mercure descendre en dessous de zéro, ont prévenu les analystes, qui ont émis en conséquence une alerte "froid" pour tout le weekend, invitant le public à prendre des précautions contre le gel.


Mais le pays peine pour l'instant encore à se remettre complètement de la tempête Arwen, dont les rafales à près de 160km/h vendredi et samedi ont entraîné la mort de trois personnes, tuées chacune par une chute d'arbre, et mis de nombreux trains et camions à l'arrêt. 


Arwen a depuis faibli au Royaume-Uni, et s'est dirigée vers l'Europe continentale. Mais les abondantes chutes de neige qui l'ont suivie ont conduit dimanche à l'annulation du match de football entre deux clubs de Premier League, Burnley et Tottenham Hotspur. 


En Écosse, quelque 45 000 personnes sont toujours privées d'électricité, a indiqué la compagnie Scottish Southern and Electricity Network (SSEN), qui comptabilisait plus de 100 000 coupures dans la nuit de vendredi à samedi.


Selon Mark Rough, directeur des opérations chez SSEN, les dégâts causés par les vents violents d'Arwen sont trois fois plus importants que ceux générés par l’impressionnante vague de froid qui avait frappé le pays en février 2018. 


"Nos équipes répondent à des situations parmi les plus graves et difficiles que ces régions ont connues depuis des décennies", a-t-il déclaré, avertissant que de nombreux clients pourraient ne pas voir leur électricité rétablie "avant plusieurs jours".


Naufrage dans la Manche: ouverture de la réunion européenne contre le trafic migratoire

 Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a appelé à une lutte commune «contre les passeurs qui se jouent de nos frontières», en ouvrant dimanche à Calais une réunion européenne contre le trafic migratoire dans la Manche. (Photo, AFP)
 Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a appelé à une lutte commune «contre les passeurs qui se jouent de nos frontières», en ouvrant dimanche à Calais une réunion européenne contre le trafic migratoire dans la Manche. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Ces morts sont trop nombreux» et «nous ne pouvons pas accepter que d'autres personnes meurent», a déclaré M. Darmanin
  • Le naufrage de mercredi est le pire drame migratoire dans la Manche, désormais sillonnée quotidiennement à bord de fragiles embarcations par des migrants tentant de rallier les côtes anglaises.

CALAIS: Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, a appelé à une lutte commune « contre les passeurs qui se jouent de nos frontières », en ouvrant dimanche à Calais une réunion européenne contre le trafic migratoire dans la Manche, quatre jours après la mort de 27 migrants dans un naufrage.  

« Ces morts sont trop nombreux » et « nous ne pouvons pas accepter que d'autres personnes meurent », a déclaré M. Darmanin à l'adresse de ses invités, les ministres en charge de l'immigration allemand, néerlandais et belge, ainsi que la Commissaire européenne aux Affaires intérieures, et les directeurs des agences européennes de police criminelle Europol et des frontières Frontex. 

La ministre britannique, Priti Patel, a elle été désinvitée vendredi, en riposte à une lettre publiée jeudi soir sur Twitter par Boris Johnson, demandant à Paris de reprendre les migrants arrivant en Grande-Bretagne depuis la France.  

« Le point le plus important de cette réunion est la lutte contre les passeurs qui se jouent de nos frontières et pays », a mis en avant M. Darmanin,  relevant que « la pression migratoire continue et ne cesse d'augmenter », « y compris depuis le Brexit ».  

Soulignant qu'il s'agissait d'un « problème commun », « européen et britannique », il a rappelé que les autorités françaises avaient arrêté 1 500 passeurs et sauvé 7 800 migrants depuis le début de l'année, tandis que 1 000 policiers et gendarmes sont déployés actuellement sur le littoral nord de la France.  

Le naufrage de mercredi est le pire drame migratoire dans la Manche, désormais sillonnée quotidiennement à bord de fragiles embarcations par des migrants tentant de rallier les côtes anglaises. 


Burkina: une dizaine de blessés samedi à Ouagadougou

Des manifestants ont également vandalisé une partie de la direction de l'état-civil, après avoir tenté d'incendier le bâtiment de la mairie de Ouagadougou, dont le maire avait interdit les manifestations. (AFP)
Des manifestants ont également vandalisé une partie de la direction de l'état-civil, après avoir tenté d'incendier le bâtiment de la mairie de Ouagadougou, dont le maire avait interdit les manifestations. (AFP)
Short Url
  • Parmi les blessés figurent un enfant et deux journalistes qui l'ont été lors des tirs de gaz lacrymogène par les forces de l'ordre
  • Les attaques qui visent civils et militaires sont de plus en plus fréquentes et en grande majorité concentrées dans le nord et l'est du pays

OUAGADOUGOU: Une dizaine de personnes ont été blessées lors d'incidents qui ont suivi samedi à Ouagadougou la dispersion de manifestants dénonçant l'"incapacité" du pouvoir à endiguer la violence jihadiste au Burkina Faso, a-t-on apris dimanche samedi de source hospitalière.


"Au moins dix blessés ont été enregistrés", a indiqué à l'AFP une source dans l'un des plus importants hôpitaux de la capitale burkinabè, sans préciser l'état de gravité des patients hospitalisés.


Parmi les blessés figurent un enfant et deux journalistes qui l'ont été lors des tirs de gaz lacrymogène par les forces de l'ordre, dont plusieurs ont également été blessées, selon le gouvernement qui n'a pas fourni de chiffres.


La Coalition du 27 novembre qui avait appelé à manifester, a demandé à ses partisans de rester mobilisés, mais la situation était calme dimanche à Ouagadougou, a constaté un journaliste de l'AFP.


Quelques pick-up de la police étaient visibles dans le centre-ville où les commerces et stations-service, restés fermés samedi, ont rouvert et où les gens vaquaient normalement à leurs occupations.


"Nous n’avons reçu aucune notification de manifestation", a indiqué un responsable sécuritaire en précisant néanmoins que "des dispositions sont toujours en cours pour éviter de nouveaux troubles". 


Samedi, la police anti-émeutes a dispersé des centaines de manifestants qui voulaient se rassembler place de la Nation en centre-ville. Des affrontements ont suivi dans les rues ajacentes, où des jeunes en colère ont érigé des barricades, à l'aide notamment de pneus enflammés, et jeté des pierres aux forces de l'ordre, qui ripostaient en faisant usage de gaz lacrymogènes.


Des manifestants ont également vandalisé une partie de la direction de l'état-civil, après avoir tenté d'incendier le bâtiment de la mairie de Ouagadougou, dont le maire avait interdit les manifestations.


Plusieurs manifestants ont été interpellés, dont une des responsables du "Mouvement Sauvons le Burkina Faso", selon cette organisation membre de la Coalition du 27 novembre, sans donner le nombre d'arrestations.


Le Burkina Faso est pris depuis 2015 dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe État islamique.


Les attaques qui visent civils et militaires sont de plus en plus fréquentes et en grande majorité concentrées dans le nord et l'est du pays.


L'attaque le 14 novembre d'un détachement de gendarmerie à Inata (nord), l'une des plus meutrières contre les forces de sécurité, a profondément choqué: au moins 57 personnes, dont 53 gendarmes, ont été tuées par des jihadistes armés.