Procès 13-Novembre: «On n'était pas préparés», explique l'ex-procureur de Paris

L'ancien procureur de Paris François Molins (Photo, AFP).
L'ancien procureur de Paris François Molins (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Jeudi 18 novembre 2021

Procès 13-Novembre: «On n'était pas préparés», explique l'ex-procureur de Paris

  • Dès 2012, a souligné M. Molins, «on a assisté à une augmentation phénoménale de la menace» avec le départ de jeunes Français en Syrie
  • Le procureur est également longuement revenu sur les «nombreuses difficultés et dysfonctionnements» rencontrés lors de cette «tuerie de masse»

PARIS: "Même si on redoutait des attaques d'ampleur, je pense qu'en réalité on n'était pas préparés" aux attentats du 13-Novembre, a expliqué mercredi l'ancien procureur de Paris François Molins devant la cour d'assises spéciale.

Témoignant assis en raison d'une sciatique, François Molins qui occupe depuis novembre 2018 le poste de procureur général près la Cour de cassation, a rappelé qu'il avait vécu les attentats du 13-Novembre comme "un échec".

"Cet attentat terroriste n'a pas été évité. J'ai toujours vécu ce type de situation comme un échec. Tout n'a pas été parfait, loin s'en faut, mais nous avons donné le meilleur de nous-mêmes", a dit le haut magistrat qui a témoigné à la suite de l'ancien ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve.

Dès 2012, a souligné M. Molins, "on a assisté à une augmentation phénoménale de la menace" avec le départ de jeunes Français en Syrie pour rejoindre la rébellion contre Bachar Al-Assad mais aussi des groupes jihadistes comme le Front al-Nosra ou l'Etat islamique. De 10 dossiers pour affaires terroristes ouverts en 2012, on est passé à 239 en 2016, a-t-il rappelé.

"On a assisté à une montée en puissance de Daech (acronyme de l'Etat islamique, ndlr) avec la proclamation du califat en juin 2014 et, en septembre 2014, avec l'appel de Daech au meurtre pour tuer les Français mécréants où qu'ils se trouvent".

L'année 2015 a été "particulièrement dure", a insisté l'ancien procureur de Paris. "Ce fut une année dramatique ponctuée d'attaques terroristes lourdes et au cours de laquelle les services de renseignement nous disaient régulièrement que la menace n'avait jamais été aussi élevée".

"La question n'était plus si mais quand, où, comment", a-t-il souligné.

L'ancien procureur de Paris est également longuement revenu sur les "nombreuses difficultés et dysfonctionnements" rencontrés lors de cette "tuerie de masse", en ce qui concerne notamment la médecine légale et les erreurs dans l'identification des corps, un "sujet épineux" pour les parties civiles. 


France: le projet de loi de « réparation » envers les « harkis » débattu au Sénat

La sous-ministre française de la Défense Geneviève Darrieussecq salue un enfant debout avec des vétérans Harki lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre 2018 à Paris.(AFP)
La sous-ministre française de la Défense Geneviève Darrieussecq salue un enfant debout avec des vétérans Harki lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre 2018 à Paris.(AFP)
Short Url
  • Une cinquantaine d'amendements seront examinés dans l'hémicycle
  • Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit

PARIS : Le Sénat français débute mardi l'examen en première lecture du projet de loi visant à demander "pardon" et tenter de "réparer" les préjudices subis par les harkis et leurs familles, un texte jugé "insuffisant" par la majorité des sénateurs.

Près de soixante ans après la Guerre d'Algérie (1954-1962, près de 500.000 morts), il se veut la traduction législative d'un discours du président français Emmanuel Macron, qui, le 20 septembre, avait demandé "pardon" à ces Algériens ayant combattu aux côtés de l'armée française, mais qui furent "abandonnés" par la France.

"La Nation exprime la reconnaissance envers les harkis, les moghaznis et les personnels des diverses formations supplétives (...) qui ont servi la France en Algérie et qu'elle a abandonnés", stipule le projet de loi, auquel l'Assemblée nationale a donné un premier feu vert le 18 novembre.

Le texte reconnaît "les conditions indignes de l'accueil" réservé aux 90.000 harkis et à leurs familles, qui ont fui l'Algérie après l'indépendance en 1962. 

Près de la moitié d'entre eux ont été relégués dans des camps et des "hameaux de forestage", directement gérés par l'Etat.

Pour ceux-ci, le projet de loi prévoit "réparation" du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. Le nombre de bénéficiaires potentiels est estimé par le gouvernement à 50.000, pour un coût global de 302 millions d'euros sur environ six ans.

En commission, les sénateurs ont précisé le texte pour s'assurer que "certaines prisons reconverties en lieux d'accueil pour rapatriés" puissent être intégrées dans la liste des structures éligibles au mécanisme de réparation.

Mais les critiques se cristallisent sur ceux qui ne sont pas inclus dans le champ de l'indemnisation, les quelque 40.000 rapatriés qui n'ont pas séjourné dans ces structures, mais dans des "cités urbaines", où il n'étaient pas privés de liberté de circulation, mais ont connu des conditions de vie précaires. 

Certains harkis considèrent ainsi, a relevé la rapporteure Marie-Pierre Richer, que le texte "crée une séparation entre ce que l'on appelle +les harkis des villes+ et les +harkis des camps+".

Une cinquantaine d'amendements seront examinés dans l'hémicycle.

Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit.

Une journée d'hommage de la nation leur est consacrée chaque 25 septembre, depuis un décret de 2003.

"Je crois qu'il faut prendre ce texte non comme une fin en soi, mais comme une avancée de plus dans la reconnaissance de l'abandon des harkis", a déclaré la rapporteure Marie-Pierre Richer: "une avancée qui, loin d'être +solde de tout compte+, nous permet de poursuivre notre chemin commun, complexe, mais nécessaire, vers la réconciliation nationale et la transmission de la mémoire".


Présidentielle: premier grand meeting de Pécresse le 13 février au Zénith

La candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse (AFP)
La candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse (AFP)
Short Url
  • La candidate LR s'était jusqu'à présent limitée à des salles plus petites en raison de l'épidémie de Covid-19
  • Le grand meeting initialement prévu porte de Versailles le 11 décembre, une semaine après son investiture par le congrès de LR, avait dû être annulé en raison de la crise sanitaire

PARIS: Valérie Pécresse tiendra son premier grand meeting de campagne le 13 février au Zénith à Paris, a indiqué son entourage mardi, confirmant une information du Figaro.

La candidate LR s'était jusqu'à présent limitée à des salles plus petites en raison de l'épidémie de Covid-19. 

Le grand meeting initialement prévu porte de Versailles le 11 décembre, une semaine après son investiture par le congrès de LR, avait dû être annulé en raison de la crise sanitaire.

Ce meeting au Zénith lui permettra de développer sa vision de la France et son projet pour la présidentielle, "l'ordre, la concorde et la liberté", selon Le Figaro.


Pour Darmanin, les propos du rappeur Gims sur l'islam ne sont pas «une bonne preuve d'assimilation»

Interprète des titres «Bella» ou «Sapé comme jamais», Gims est arrivé en France à l'âge de deux ans avec ses parents fuyant le Zaïre du président Mobutu Sese Seko. (Photo, AFP)
Interprète des titres «Bella» ou «Sapé comme jamais», Gims est arrivé en France à l'âge de deux ans avec ses parents fuyant le Zaïre du président Mobutu Sese Seko. (Photo, AFP)
Short Url
  • La star du rap congolaise, ayant vécu en France presque toute sa vie, avait annoncé redemander la nationalité française qui lui a été refusée
  • «Les services de l'Intérieur vont réétudier évidemment sa demande», a poursuivi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin

PARIS: Gérald Darmanin a laissé mardi peu d'espoir au rappeur Gims d'obtenir la nationalité française, en faisant valoir qu'elle était refusée « de manière générale aux tenants de l'islam rigoriste ». 

La star du rap congolaise, ayant vécu en France presque toute sa vie, avait annoncé redemander la nationalité française qui lui a été refusée. 

« Les services de l'Intérieur vont réétudier évidemment sa demande », a poursuivi le ministre de l'Intérieur sur France Inter. 

Mais, a-t-il enchaîné, « ne pas souhaiter la bonne année parce que ce ne serait pas conforme à ce que font les amis, les copains ou les frères de tel ou tel personnage aussi sacré soit-il, ce n'est pas une bonne preuve d'assimilation à la société française ». 

Le rappeur a présenté ses excuses dimanche dans le Journal du Dimanche pour une vidéo le 1er janvier où il appelait les musulmans à ne pas fêter la nouvelle année.  

« Cette vidéo, je la regrette totalement (...) Je ne voulais pas blesser les gens. La foi, ça relève de l'intime », a-t-il affirmé. 

Interprète des titres « Bella » ou « Sapé comme jamais », le chanteur est arrivé en France à l'âge de deux ans avec ses parents fuyant le Zaïre du président Mobutu Sese Seko.  

« Il me manque ‘le papier officiel’. Mais ça, ça ne dépend pas que de moi. Apparemment le refus est lié à un délit que j'aurais commis quand j'étais mineur. Mais mon casier est vierge », détaille le rappeur. 

Le quotidien Le Parisien, qui a publié une enquête sur Gims, présente toutefois une autre version. 

Sa première demande de naturalisation est déposée en 2013, mais « la procédure s'enlise ». Selon « un ancien ministre de l'Intérieur » interrogé par le journal, le refus finalement essuyé en 2017 est dû à « des défauts de paiement d'amendes pour des délits routiers et son incapacité à établir en France le centre de ses intérêts matériels », le chanteur résidant une bonne partie de l'année à Marrakech (Maroc). 

Gims aurait relancé sa demande en 2018, évoquant le sujet auprès de l'épouse du président Brigitte Macron, sans plus de succès, d'après Le Parisien.