A Istanbul un trio de musiciens fait chanter les déchets

A Istanbul, un trio fait chanter des objets sauvés des décharges pour alerter sur la crise environnementale, dans un pays frappé en 2021 par plusieurs catastrophes naturelles. (Photo/AFP)
A Istanbul, un trio fait chanter des objets sauvés des décharges pour alerter sur la crise environnementale, dans un pays frappé en 2021 par plusieurs catastrophes naturelles. (Photo/AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 novembre 2021

A Istanbul un trio de musiciens fait chanter les déchets

  • FungIstanbul qualifie sa musique, mélange de musique traditionnelle et de funk, de « Trash Oriental »
  • Son arrivée sur la scène musicale coïncide avec la montée des préoccupations environnementales dans la population turque, en particulier chez les jeunes

ISTANBUL : Un bidon vide, une vieille lampe et quelques cordes. A Istanbul, un trio fait chanter des objets sauvés des décharges pour alerter sur la crise environnementale, dans un pays frappé en 2021 par plusieurs catastrophes naturelles.

"Quand nous nous sommes lancés, nous n'imaginions pas obtenir ce son", confie Roni Aran, l'un des membres du groupe FungIstanbul, qui a commencé à créer des instruments à partir de déchets en 2019. 

"Nous étions tous surpris du résultat et notre public aussi", ajoute le poly-instrumentiste dans le studio du groupe, situé dans un quartier d'Istanbul surtout connu pour ses garagistes.

FungIstanbul qualifie sa musique, mélange de musique traditionnelle et de funk, de "Trash Oriental".

Son arrivée sur la scène musicale coïncide avec la montée des préoccupations environnementales dans la population turque, en particulier chez les jeunes.

Une prise de conscience accentuée en 2021 par des inondations meurtrières et des feux de forêt qui ont réduit en cendres près de 200 000 hectares de forêts, plus de cinq fois la moyenne annuelle.

Roni et ses deux amis, tous musiciens professionnels, disent vouloir, à travers leur musique, promouvoir le "upcycling", qui consiste à donner une seconde vie à des objets ou vêtements destinés aux bennes à ordures.

"Je l'ai trouvé à côté d'une poubelle. Heureusement, il était propre", sourit Roni en montrant un grand bidon en plastique blanc transformé en caisse de résonance.

"Tout cela peut paraître archaïque, mais il y a de la technologie derrière chacun de ces instruments", fait valoir le musicien. Transformer des déchets en instruments performants nécessite du temps et de l'imagination.

Catastrophes en chaîne

L'accent mis par le trio sur le recyclage des ordures a une résonance particulière à Istanbul, monstre urbain de 16 millions d'habitants bordé au sud par la mer de Marmara, dont des pans entiers ont été recouverts au printemps d'une épaisse couche de mucilages, mousse visqueuse et pestilentielle.

Selon les scientifiques, ces mucilages, qu'il a fallu des mois à éliminer, sont la conséquence, entre autres,d'années de négligence dans le traitement des déchets industriels.

Cette pollution, ajoutée aux feux de forêts et aux inondations de l'été, qui ont causé près de 100 morts, ont poussé le gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan à ratifier début octobre l'Accord de Paris sur le climat, que la Turquie avait signé en 2016.

Dorénavant, les Turcs doivent demander des comptes à leur gouvernement et s'assurer que les accords qu'il signe "ne restent pas lettre morte", juge Herman Artuc, un autre membre du groupe.

"Le réchauffement climatique, la pollution marine... toutes ces catastrophes nous rappellent l'urgence à trouver une solution avant que nous n'atteignions le point de non-retour", estime le percussionniste.

« Une cause plus importante »

Spécialiste du jazz latino, Herman Artuc a remisé ses percussions et tape désormais sur des mannequins en plastique pour produire des sons sourds.

Le groupe, qui a enregistré deux titres dans sa série "Trash Oriental", travaille à un troisième pour lequel il n'utilisera que des déchets métalliques.

Les trois Stambouliotes sont encore novices, comparés au groupe colombien Latin Latas fondé il y a dix ans, qui transforme lui aussi des déchets en instruments pour chanter des odes à l'environnement.

Le trio turc souffre encore régulièrement d'incidents sur scène, sans que ses fans ne lui en tiennent rigueur.

"Des instruments se désaccordent parfois au milieu d'un concert", reconnaît Roni Aran.

"Mais vous pouvez réchauffer l'ambiance en disant +attendez! je vais le ré-accorder+ et le public l'accepte, parce que ces instruments servent une cause plus importante".


L’académie Aysh vise à combler le manque de compétences des amateurs de cuisine

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire. (Photo fournie)
Short Url
  • La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en 2020 et les étudiants de la première promotion de l’académie culinaire saoudienne ont obtenu leurs diplômes cette année
  • Aysh était l’une des premières académies de ce genre à ouvrir ses portes en Arabie saoudite, introduisant la boulangerie dans la vie de tous les jours

DJEDDAH: La nourriture est un élément important de toute culture, et l’Arabie saoudite cherche à créer un système d’éducation qui permettra d’acquérir les connaissances nécessaires pour exceller dans l’art culinaire.

Cette année, la première cérémonie de remise des diplômes aux étudiants de l’Académie culinaire saoudienne a eu lieu.

La Commission des arts culinaires d’Arabie saoudite a été fondée en février 2020 afin de renforcer le secteur culinaire, créant ainsi une source de revenus pour de nombreuses personnes. 

Summaiya Suhail, fondatrice et directrice générale de l’académie Aysh, un établissement spécialisé dans la boulangerie et la pâtisserie, raconte à Arab News qu’à ses débuts, il n’existait que très peu d’établissements proposant une formation culinaire.

Elle a suivi des ateliers et des cours de boulangerie et de pâtisserie dans le monde entier. Après avoir accumulé suffisamment de connaissances, elle a décidé de les diffuser à Djeddah.

«Mon rêve (…) était  de rendre cette voie facile pour les gens de ma communauté et pour moi, ainsi que de les autonomiser en leur fournissant un ensemble de compétences et de connaissances», indique Mme Suhail.

L’académie a pour objectifs principaux de devenir une plaque tournante pour toutes les personnes intéressées par cet aspect de la cuisine en Arabie saoudite, de créer des recettes qui serviront de référence en boulangerie et en pâtisserie, et de définir un cadre pour les futures entreprises.

L’académie propose des cours de boulangerie et de pâtisserie et des masterclasses plus courtes, axées sur différents domaines et techniques.

Les cours s’adressent aux personnes de différents niveaux et leur apprennent à cuisiner à partir de rien. Ils portent sur les pâtisseries sucrées et salées, le pain, les gâteaux, les viennoiseries, les croissants, et bien plus encore.

L'académie propose également des cours relatifs à la création d'entreprises alimentaires, à la photographie culinaire, à la présentation des plats et au marketing.

«Le nom de l’académie est inspiré du mot aysh, qui signifie pain en arabe. Aysh a également une autre signification en arabe: la vie», explique Mme Suhail.

Devenir l’une des premières académies de boulangerie et de pâtisserie certifiées du Royaume n’a pas été facile. «J’avais l’impression que nous devions marcher et ouvrir la voie à tous ceux qui étaient derrière nous. Ce n’était pas facile, mais je ne peux pas dire que ce n’était pas agréable non plus», confie Mme Suhail. «L’académie Aysh a vraiment été créée par les gens d’ici.»

«Quand une personne vient nous voir et nous avoue qu’elle est très heureuse que nous existions, elle nous dit aussi qu’elle cherchait quelque chose de ce genre depuis très longtemps.»

La fondatrice se réjouit par ailleurs de voir les étudiants recevoir leur diplôme, car le bonheur se lit sur leur visage.

«Parfois, certains étudiants pleurent et une fois la cérémonie terminée, ils vont se faire des câlins. Ce sont ces choses-là qui me donnent envie de continuer sur cette voie.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

 


Ronaldo rappelé à l'ordre par la police après avoir tapé de la main le téléphone d'un fan

Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie. (AFP)
Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie. (AFP)
Short Url
  • Accusé d'agression et de «dommages criminels», le Portugais de 37 ans a été entendu par des officiers de police
  • Une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux avait permis d'identifier Ronaldo, qui a été «rappelé à l'ordre» mercredi par la police du comté de Merseyside

LONDRES: Cristiano Ronaldo, dont l'avenir à Manchester United fait l'objet d'intenses débats, a promis mercredi sur Instagram de bientôt dire sa "vérité", tout en s'en prenant aux "médias qui ne racontent que des mensonges".

Dans une réponse à la publication d'un fan, le Portugais a écrit dans sa langue natale que les supporteurs connaîtront "la vérité quand je donnerai une interview dans quelques semaines".

Sans fournir de précisions, "CR7" indique que "les médias ne racontent que des mensonges". J’ai un cahier et sur 100 actualités à mon sujet (ces derniers mois), seules cinq étaient vraies. Imaginez comment c'est. Gardez ce conseil".

Le quintuple Ballon d'or (37 ans), qui a encore un an de contrat à ManU, avait séché la reprise des entraînements des Red Devils en juillet, puis la tournée en Asie et Australie.

"Il a eu des problèmes familiaux", avait alors indiqué Bruno Fernandes, son coéquipier portugais.

Cette absence avaient été vue par de nombreux médias britanniques comme une expression de la volonté de la star de quitter Manchester, sixième de Premier League et non qualifié pour la prestigieuse Ligue des champions.

Le week-end dernier, l'ancien attaquant du Real Madrid a joué les 90 minutes de la déroute 4-0 de ManU à Brentford. Après deux journées, le club mancunien entraîné par Erik ten Hag occupe la dernière place du championnat d'Angleterre avant de recevoir Liverpool lundi prochain.

Le groupe de supporters "The 1958" a annoncé à cette occasion une marche de protestation devant Old Trafford contre la famille Glazer, propriétaire du club qui, selon un communiqué de ces fans, "affame et tue par cupidité la plus grande institution du football mondial. Montrons à la famille Glazer que cette fois, ça ne passera pas".

L'actuelle stratégie de recrutement de ManU qualifiée d'"horreur" par l'ancien joueur Gary Neville est pointée du doigt par les supporteurs.


Le premier prix littéraire de la rentrée pour Blandine Rinkel

Dessin de Blandine Rinkel. (Photo : Instagram)
Dessin de Blandine Rinkel. (Photo : Instagram)
Short Url
  • C'est le troisième roman d'une autrice de 31 ans, également musicienne, comédienne et danseuse
  • La narratrice y évoque la figure d'un père aimé, «imposant, moqueur et viril», mais «un homme que je ne connais pas» parce que ce policier se livre peu et se montre brutal

PARIS : Le premier prix littéraire attribué aux livres de la rentrée 2022, le prix Méduse, a été attribué mercredi à la journaliste Blandine Rinkel pour "Vers la violence" (éditions Fayard), a annoncé le jury mercredi.

C'est le troisième roman d'une autrice de 31 ans, également musicienne, comédienne et danseuse.

La narratrice y évoque la figure d'un père aimé, "imposant, moqueur et viril", mais "un homme que je ne connais pas" parce que ce policier se livre peu et se montre brutal.

Le prix Méduse était remis pour la première fois. Il est doté de 5 000 euros.

Les prix les plus importants de l'automne publient leur première sélection en septembre, pour être remis entre fin octobre et novembre.