Zemmour toujours pas candidat mais une campagne qui tangue déjà

Condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, Eric Zemmour n'est en outre pas toujours le bienvenu dans ses déplacements. (Photo, AFP)
Condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, Eric Zemmour n'est en outre pas toujours le bienvenu dans ses déplacements. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 19 novembre 2021

Zemmour toujours pas candidat mais une campagne qui tangue déjà

  • Le polémiste d'extrême droite s'apprête à plonger dans le grand bain d'une candidature, avec les premières embûches que cela implique
  • Dans les sondages, après une ascension continue depuis la rentrée, l'ancien éditorialiste est confronté à de premiers tassements

PARIS : Après un démarrage fulgurant, Eric Zemmour, qui pourrait annoncer sa candidature à la présidentielle fin novembre, est déjà en butte aux difficultés d'une campagne avec des sondages qui stagnent, des salles qui le refusent et une organisation fragile qui suscite des critiques en interne.

Au terme d'une série de conférences aux allures de meetings fiévreux, le polémiste d'extrême droite s'apprête à plonger dans le grand bain d'une candidature, avec les premières embûches que cela implique.

Dans les sondages, après une ascension continue depuis la rentrée, l'ancien éditorialiste est confronté à de premiers tassements. Il perd jusqu'à deux points et reste derrière la candidate du RN Marine Le Pen, selon deux instituts, Odoxa et Elabe, qui le donnent entre 13 et 15%.

Plusieurs de ses proches le poussent à se déclarer au plus vite pour sortir, selon l'un d'eux, de "la spirale infernale".

Condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale, Eric Zemmour n'est en outre pas toujours le bienvenu dans ses déplacements. 

Une conférence à la Royal Institution à Londres vendredi a été annulée par cette dernière après "examen approfondi" de l'événement, qu'Eric Zemmour tiendra finalement à l'hôtel Ibis du centre de conférence Ilec.

Le maire de Londres, Sadiq Khan, interrogé jeudi par un élu Vert sur la venue du polémiste, a répondu que "toute personne désireuse de diviser nos communautés et d'inciter à la haine (...) n'était pas la bienvenue".

La maire de Genève, Frédérique Perlier, ne mettra aucune salle communale à la disposition du polémiste, qui doit s'y rendre les 24 et 25 novembre, pour ne pas se rendre "complice de la propagation de ses messages haineux".

«Frêle esquif»

Les propos radicaux, "ça finit par faire peur", a jugé jeudi sur BFMTV le maire de Béziers Robert Ménard, qui avait accueilli le polémiste dans sa ville le 16 octobre mais va parrainer la candidate du RN Marine Le Pen.

La venue controversée d'Eric Zemmour devant le Bataclan au soir des six ans des attaques, "bien sûr que non" ce n'est pas à la hauteur d'un candidat à la présidentielle, selon M. Ménard.

L'ancien président du FN Jean-Marie Le Pen salue, dans le Télégramme, ses "déclarations courageuses" qui "lui ont valu cette étonnante ascension", mais "il a brûlé ses cartes sans s’en rendre compte" et "il n’est pas à la hauteur de l’événement".

Plusieurs de ses soutiens s'inquiètent de l'organisation de la campagne, qu'ils jugent faible voire inexistante.

"C'est un frêle esquif", met en garde un de ses amis. "Il y a du monde et quelques jeunes matelots, mais avant d'appareiller, il faudrait s'assurer qu'il y ait un capitaine qui connaisse la navigation".

"Les législatives ça fait partie du package d’une campagne présidentielle. Il faut bâtir des coalitions électorales, des alliances", rappelle Jean-Frédéric Poisson, qui doit prendre la tête de la commission d'investiture du futur parti du candidat Zemmour.

«Occasion historique»

Mais "quand va-t-on s'y mettre" au parti ? se demande un ami du futur candidat. Il rapporte qu'Eric Zemmour et son éminence grise Sarah Knafo se comparent toujours à Donald Trump et à Emmanuel Macron, mais "ce sont des situations dans lesquelles ils ne sont pas".

L'influence de Sarah Knafo auprès du futur candidat fait particulièrement grincer des dents. Ils "se fascinent l'un l'autre. Ça finira mal", a confié Philippe de Villiers au journaliste Etienne Girard, auteur de "Zemmour, le radicalisé" (Seuil, octobre 2021).

"On a atteint la limite de l'exercice" de la campagne qui ne dit pas son nom, selon M. Poisson qui voudrait qu'Eric Zemmour se déclare "le plus tôt possible" pour avoir "des clarifications dans l'organisation et dans les propos".

Une autre source craint une prise de contrôle par les plus radicaux.

A l'instar de l'ancien cadre du Bloc identitaire et du Grece, l'ex-mégrétiste Philippe Milliau, actuel président de TV Libertés, chargé d'organiser la campagne en Bretagne. Ou de Tristan Mordrelle, proche de sphères néo-nazies chargé, selon Libération, de lever des fonds.

Tout tient grâce à l'ancien préfet Gilbert Payet mais la campagne à ce stade navigue à vue, selon cette source. 

"La métamorphose du vendeur de livres en candidat n'est pas faite. Il ne faut pas rater une occasion historique", prévient un ami.


Braquages chez Chanel et Chopard: 8 à 20 ans de prison requis contre une «équipe chevronnée»

Photo prise le 30 mai 2009 à Paris, montrant l'une des vitrines du magasin d'élite Chopard de la place Vendôme, où quelque six millions d'euros de bijoux ont été volés. (Photo, AFP)
Photo prise le 30 mai 2009 à Paris, montrant l'une des vitrines du magasin d'élite Chopard de la place Vendôme, où quelque six millions d'euros de bijoux ont été volés. (Photo, AFP)
Short Url
  • Aux "piteux mensonges" des accusés, l'avocat général a opposé une "enquête extrêmement fouillée"
  • Deux d'entre eux, qui ne se sont pas présentés à l'audience, sont jugés par défaut

PARIS: Des peines de huit à vingt ans de réclusion ont été réclamées mercredi à Paris contre sept hommes accusés de braquages en 2015 chez le joailler Chopard et en 2016 chez Chanel, des réquisitions "particulièrement excessives" selon la défense.

La justice doit faire preuve de "fermeté" face à cette équipe au "caractère chevronné", a estimé l'avocat général Philippe Courroye devant la cour d'assises de Paris.

Sept hommes y sont jugés depuis le 4 janvier, soupçonnés d'être impliqués, à des degrés divers, dans le braquage d'une boutique Chopard à Paris en décembre 2015 et celui d'une bijouterie Chanel de la capitale en mai 2016, pour un préjudice de plus de 3 millions d'euros.

Ils répondent également du vol d'une mallette contenant 20 000 euros dans un véhicule de transport de fonds, du vol de cinq Range Rover et de la constitution d'une cache d'armes où des explosifs et deux kalachnikov avaient été retrouvés.

Deux d'entre eux, qui ne se sont pas présentés à l'audience, sont jugés par défaut. Trois autres mis en examen, qui ont contracté le Covid-19 au début du procès, seront jugés ultérieurement.

Aux "piteux mensonges" des accusés, l'avocat général a opposé une "enquête extrêmement fouillée" qui, à partir d'un heureux hasard (une plaque d'immatriculation filmée par la vidéosurveillance du ministère de l'Intérieur lors du braquage chez Chopard), a su "remonter le fil d'Ariane" pour "confondre les accusés".

«Réquisition extravagante»

Dans son réquisitoire, il a relevé le casier judiciaire très chargé de la plupart des accusés, qui selon lui "ont fait le choix délibéré de la délinquance et de la criminalité pour avoir de l'argent facile".

La peine la plus lourde, 20 ans de réclusion, a été requise contre Philippe Enriquez, le "chef d'orchestre" de la bande.

Détenu depuis juillet 2016, il a notamment été filmé passant devant la boutique Chopard juste avant le vol, a été reconnu par une témoin comme le conducteur de la voiture qui attendait les braqueurs devant chez Chanel et son ADN a été retrouvé dans un box utilisé par les malfaiteurs, ainsi que sur des mèches dans la cache d'armes.

Dix-sept ans de prison ont été réclamés contre deux "lieutenants" de l'équipe, pour "association de malfaiteurs" et "vol en bande organisée avec arme". Chez l'un, Frédéric Cruz, les enquêteurs ont saisi plusieurs outils qui se trouvaient dans un utilitaire volé, ayant servi au braquage Chanel.

L'autre, Joseph Toffa, aurait conduit la moto utilisée lors du même braquage (les clés du véhicule et ceux du box ont été retrouvés chez lui). Considéré comme "en fuite", il refuserait en fait de sortir de chez lui en raison d'un délire de persécution, a indiqué son avocat, qui estime que "sa place, c'est à l'hôpital".

L'accusation a ensuite demandé 14 à 15 ans contre "le plus diplômé de la bande", accusé d'avoir participé à la préparation des braquages et d'avoir servi d'intermédiaire pour écouler les bijoux Chanel, qui n'ont jamais été retrouvés.

Dix ans ont été requis contre le frère cadet de Frédéric Cruz, également absent. Mis en garde à vue quelques jours avant le braquage chez Chopard dans une affaire de vols de véhicules, il n'a pas pu y participer.

Cependant, les policiers ont saisi chez lui un téléphone faisant partie d'une "flotte" de sept appareils prépayés n'ayant servi que trois jours avant les faits et le jour même du vol à main armée.

Si c'est un "voleur à la petite semaine", qui a reconnu les vols de Range Rover, il n'a "pas l'étoffe d'un braqueur", a plaidé son avocat, demandant son acquittement sur les faits d'"association de malfaiteurs".

La même peine de dix ans a été demandée contre celui décrit par les enquêteurs comme l'"armurier" (un pistolet automatique a été trouvé à son domicile, et son ADN sur un sac dans la cache d'armes), également poursuivi pour le recel de la mallette de la Brink's.

Selon ses avocats, une durée "disproportionnée" qui réduirait "quasiment à néant ses chances de réinsertion" et "ne correspond pas à son implication dans le dossier", ceux-ci estimant que l'accusation de recel ne repose que sur des "raccourcis et des insinuations".

Enfin huit ans de détention ont été réclamés à l'encontre d'un garagiste, ami de Philippe Enriquez, accusé d'avoir fourni une plaque d'immatriculation utilisée pour le braquage Chopard.

Là encore, son avocat a jugé cette demande "absolument extravagante", affirmant qu'il ne connaissait pas les projets criminels de la bande

Le verdict est attendu en fin de semaine.


Pass vaccinal: le Sénat met sur les rails une commission d'enquête

Le ministre français de la Santé, Olivier Véran prononce un discours au Sénat, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Le ministre français de la Santé, Olivier Véran prononce un discours au Sénat, le 11 janvier 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • La commission des Affaires sociales du Sénat a demandé de se voir conférer les pouvoirs d'une commission d'enquête
  • Actée mercredi en conférence des présidents, cette demande sera soumise jeudi au vote des sénateurs dans l'hémicycle

PARIS : Le Sénat dominé par l'opposition de droite a mis sur les rails mercredi une commission d'enquête pour suivre "l'adéquation" du pass vaccinal, qui doit entrer en vigueur dans les prochains jours, avec l'évolution de l'épidémie de Covid-19.

La commission des Affaires sociales du Sénat a demandé de se voir conférer les pouvoirs d'une commission d'enquête, importants, pour six mois.

Actée mercredi en conférence des présidents, cette demande sera soumise jeudi au vote des sénateurs dans l'hémicycle. 

"Nous allons contrôler l'adéquation du pass vaccinal avec la situation pandémique", a indiqué mercredi matin le président du Sénat Gérard Larcher (LR).

Le Sénat avait prévu la semaine dernière, lors de l'examen en première lecture du projet de loi transformant le pass sanitaire en pass vaccinal, un mécanisme d'extinction, fonction du nombre de patients hospitalisés en lien avec la Covid-19. Cette disposition n'a pas été retenue par les députés.

Le projet de loi controversé instaurant le pass vaccinal à partir de 16 ans, que le gouvernement veut voir entrer en vigueur au plus vite, a été définitivement adopté dimanche par un dernier vote de l'Assemblée nationale.

Le Conseil constitutionnel, saisi par des députés et sénateurs de l'opposition, doit rendre vendredi sa décision sur ce texte.


Drame dans le jura: quatre lycéens meurent dans leur voiture tombée dans un lac

Une patrouille de gendarmerie a pu «très rapidement arriver sur les lieux (...) Les gendarmes se sont jetés à l'eau pour extraire les occupants du véhicule mais n'y sont pas parvenus». (Photo, AFP)
Une patrouille de gendarmerie a pu «très rapidement arriver sur les lieux (...) Les gendarmes se sont jetés à l'eau pour extraire les occupants du véhicule mais n'y sont pas parvenus». (Photo, AFP)
Short Url
  • Un cinquième occupant de la voiture est miraculeusement parvenu à s'extraire du véhicule et à donner l'alerte
  • La chaussée était très «verglacée», une «véritable patinoire»: la voiture «a quitté la route» et «est tombée dans le lac»

STRASBOURG : "Un drame qui touche toute la communauté éducative" : quatre lycéens, trois mineurs et une jeune majeure, sont morts mercredi, restés prisonniers de leur voiture tombée dans un lac du Jura alors qu'ils circulaient sur une route verglacée.

Un cinquième occupant de la voiture est miraculeusement parvenu à s'extraire du véhicule et à donner l'alerte, a précisé Lionel Pascal, procureur de la République de Lons-le-Saunier, confirmant des informations du quotidien régional Le Progrès.

Les cinq jeunes étaient scolarisés au lycée de Champagnole, commune jurassienne située à une vingtaine de kilomètres au nord-est des lieux de l'accident, selon David Philot, préfet du Jura, qui a évoqué un accident "dramatique" qui "nous touche tous".

Selon M. Pascal, la plus jeune victime était âgée de 15 ans.

Le drame s'est produit en fin d'après-midi, alors que leur véhicule circulait sur la route longeant le lac de Chalain, le plus grand du Jura, à l'est de Lons-le-Saunier.

La chaussée était très "verglacée", une "véritable patinoire" : la voiture "a quitté la route" et "est tombée dans le lac", selon le magistrat.

"L'un des occupants a réussi à s'extraire du véhicule" mais "les quatre autres sont restés bloqués à l'intérieur et n'ont pas survécu à l'accident", a-t-il poursuivi.

"Après ce drame qui touche toute la communauté éducative et tout particulièrement l'académie de Besançon, je veux exprimer ma peine et adresser toutes mes pensées aux familles et aux proches des lycéens", a tweeté dans la soirée le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer.

"Les services de l'État sont pleinement mobilisés auprès de l'entourage des victimes", a-t-il ajouté.

"Mes pensées vont aux familles des victimes et toute la communauté éducative du lycée Paul-Emile Victor de Champagnole", a également réagi sur Tweeter Marie-Guite Dufay, présidente PS de la Région Bourgogne-Franche-Comté.

"Tout le monde est atterré", a déclaré de son côté le maire de Champagnole, Guy Saillard, joint par l'AFP. L'élu ignorait l'identité des jeunes victimes, les internes n'étant selon lui pas originaires de Champagnole mais de communes alentours.

«Drame»

La route sur laquelle les cinq lycéens circulaient se situe en surplomb du lac, bordée par "une pente assez raide et assez boisée", a expliqué M. Pascal.

Leur véhicule a fait "une chute d'une dizaine de mètres avant de finir dans le lac", précise sur son site internet France Bleu.

Elle est passée "au seul endroit où il n'y avait pas d'arbre, en a tout de même heurté légèrement un, ce qui n'a pas suffi pour changer sa course et elle est tombée dans l'eau", a indiqué le procureur.

Le rescapé a "prévenu quelqu'un qui passait par là, cette personne a ensuite alerté les secours", a poursuivi le magistrat.

Le lycéen a ensuite été pris en charge par les secours et hospitalisé, M. Pascal précisant ne pas disposer d'éléments indiquant "que son pronostic vital était engagé".

Une patrouille de gendarmerie a pu "très rapidement arriver sur les lieux (...) Les gendarmes se sont jetés à l'eau pour  extraire les occupants du véhicule mais n'y sont pas parvenus", a-t-il encore relaté.

Arrivés eux aussi très rapidement sur les lieux, les pompiers n'ont pas davantage réussi à sauver les occupants du véhicule, a-t-il ajouté.

La jeune majeure qui figure parmi les victimes "était la propriétaire du véhicule et avait un permis de conduire, on imagine que c'est elle qui conduisait", a avancé M. Pascal.

Les quatre corps ont été acheminés vers l'hôpital de Lons-le-Saunier pour que les proches puissent les identifier.

Une enquête de gendarmerie a été ouverte afin de déterminer les circonstances exactes du drame, selon le procureur.