Migrants mineurs: une amende requise contre Eric Zemmour pour ses «propos outrageants»

Le procès du candidat putatif à la présidentielle Eric Zemmour, jugé pour des propos controversés sur les mineurs migrants isolés, s'ouvre à Paris. (Photo, AFP)
Le procès du candidat putatif à la présidentielle Eric Zemmour, jugé pour des propos controversés sur les mineurs migrants isolés, s'ouvre à Paris. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 18 novembre 2021

Migrants mineurs: une amende requise contre Eric Zemmour pour ses «propos outrageants»

Le procès du candidat putatif à la présidentielle Eric Zemmour, jugé pour des propos controversés sur les mineurs migrants isolés, s'ouvre à Paris. (Photo, AFP)
  • Le parquet a requis mercredi 10 000 euros d'amende, avec possibilité d'emprisonnement en cas de non paiement
  • Éric Zemmour est cité à comparaître pour complicité de provocation à la haine raciale et d'injure raciale, pour des propos tenus sur Cnews le 29 septembre 2020

PARIS: Des "propos méprisants, outrageants", et "un rejet violent" de la population immigrée. Le parquet a requis mercredi 10 000 euros d'amende, avec possibilité d'emprisonnement en cas de non paiement, à l'encontre du polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, jugé en son absence pour ses propos controversés sur les migrants mineurs isolés. 

"Les limites de la liberté d'expression ont été franchies", et Eric Zemmour s'est rendu coupable de provocation à la haine et injure raciale, a estimé la procureure Manon Adam, demandant "100 jours amende à 100 euros" en condamnation.

Au début de ses réquisitions, elle a relu une grande partie des propos reprochés au candidat putatif à la présidentielle et habitué des procédures judiciaires.

Lors d'un débat sur les mineurs isolés sur CNews le 29 septembre 2020, après un attentat devant les ex-locaux de Charlie Hebdo, Eric Zemmour affirme: "Ils n'ont rien à faire ici, ils sont voleurs, ils sont assassins, ils sont violeurs, c'est tout ce qu'ils sont, il faut les renvoyer et il ne faut même pas qu'ils viennent". 

"Tous les mineurs isolés ne sont pas des violeurs" tempère ensuite, sur demande de la présentatrice, celui qui était alors le chroniqueur star de l'émission "Face à l'info". "Mais la responsabilité de la France et du gouvernement c'est de ne pas prendre le risque (...) Dans le doute il ne faut laisser rentrer personne". 

"Pas tous", tente la présentatrice. "Tous, ils n'ont rien à faire ici", vocifère Eric Zemmour. "C'est une invasion permanente", "c'est un problème de politique d'immigration", dit-il aussi.

"Ce n'est pas un accident de langage, il persiste et signe", constate la procureure dans ses réquisitions. "Sous couvert de parler des mineurs, il vise la population immigrée", contre laquelle il semble avoir "une détestation très forte".

Les expressions utilisées "synthétisent les mécanismes de la haine", il use "du lexique de la guerre", parle "d'invasion, de conquête", avance-t-elle. Il fonctionne par "généralisations, un procédé classique du racisme", ajoute-t-elle, souhaitant "insister" sur le danger de la "banalisation du discours d'un ennemi commun".

"On sape le fondement du contrat social, on interdit une vie collective apaisée, et on sape les valeurs de la République", martèle la procureure.

- "Se payer Zemmour" -

Ce réquisitoire a fait suite à une journée d'audience largement occupée par les demandes de renvoi et interminables questions de procédure de la défense. Les parties civiles ont tour à tour souligné "la grande violence" des propos de celui qui "teste la République" et "a une influence", selon Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

"On essaie de faire croire que ces audiences sont liées au statut de candidat putatif de M. Zemmour", dit M. Sopo à la barre, mais les associations anti-racistes ont "assez peu" l'habitude de poursuivre les candidats à la présidentielle, note-t-il. 

Au total, une trentaine d'entre elles sont constituées, dont les associations SOS Racisme, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) et la Licra, ainsi qu'une vingtaine de conseils départementaux - les mineurs non accompagnés étant pris en charge par l'aide sociale à l'enfance, gérée par les départements. 

La défense a longuement contesté la recevabilité de la plupart d'entre eux.

"Ils sont là parce qu'ils veulent se payer Eric Zemmour. Si vous voulez débattre avec lui, vous vous présentez à l'élection présidentielle !", leur a lancé Me Pardo. 

"Nous sommes aujourd'hui objectivement dans un moment d'hégémonie de la pensée raciste", lance Me Arié Alimi, avocat de la LDH, qui rappelle la multiplication de projets d'actions violentes de groupes d'extrême droite ces dernières années. M. Zemmour "a vocation à se présenter à la présidentielle, et il y a une possibilité qu'il devienne président de la République", insiste-t-il, appelant le tribunal à être ferme "dans un moment d'Histoire où tout peut se passer".  

Plus tôt dans la journée, l'avocat du polémiste Me Pardo avait soutenu que la citation pour provocation à la haine raciale ne se tenait pas : "Quand on dit +les Arabes+, on sait de quoi on parle", a-t-il dit. "Mais les mineurs isolés ne sont ni une race, ni une nation, ni une ethnie".

Les prises de position d'Eric Zemmour, 63 ans, lui ont valu depuis une dizaine d'années une quinzaine de poursuites en justice. Plusieurs fois relaxé, il a été condamné à deux reprises pour provocation à la haine.

L'ancien journaliste a été contraint à la mi-septembre de quitter l'émission phare de CNews à cause de ses ambitions présidentielles pour 2022. Il ne s'est encore pas déclaré candidat mais, selon des sources proches, il devrait le faire avant un premier meeting de campagne envisagé début décembre.

 


France: le projet de loi de « réparation » envers les « harkis » débattu au Sénat

La sous-ministre française de la Défense Geneviève Darrieussecq salue un enfant debout avec des vétérans Harki lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre 2018 à Paris.(AFP)
La sous-ministre française de la Défense Geneviève Darrieussecq salue un enfant debout avec des vétérans Harki lors d'une cérémonie aux Invalides le 25 septembre 2018 à Paris.(AFP)
Short Url
  • Une cinquantaine d'amendements seront examinés dans l'hémicycle
  • Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit

PARIS : Le Sénat français débute mardi l'examen en première lecture du projet de loi visant à demander "pardon" et tenter de "réparer" les préjudices subis par les harkis et leurs familles, un texte jugé "insuffisant" par la majorité des sénateurs.

Près de soixante ans après la Guerre d'Algérie (1954-1962, près de 500.000 morts), il se veut la traduction législative d'un discours du président français Emmanuel Macron, qui, le 20 septembre, avait demandé "pardon" à ces Algériens ayant combattu aux côtés de l'armée française, mais qui furent "abandonnés" par la France.

"La Nation exprime la reconnaissance envers les harkis, les moghaznis et les personnels des diverses formations supplétives (...) qui ont servi la France en Algérie et qu'elle a abandonnés", stipule le projet de loi, auquel l'Assemblée nationale a donné un premier feu vert le 18 novembre.

Le texte reconnaît "les conditions indignes de l'accueil" réservé aux 90.000 harkis et à leurs familles, qui ont fui l'Algérie après l'indépendance en 1962. 

Près de la moitié d'entre eux ont été relégués dans des camps et des "hameaux de forestage", directement gérés par l'Etat.

Pour ceux-ci, le projet de loi prévoit "réparation" du préjudice avec, à la clef, une somme forfaitaire tenant compte de la durée du séjour dans ces structures. Le nombre de bénéficiaires potentiels est estimé par le gouvernement à 50.000, pour un coût global de 302 millions d'euros sur environ six ans.

En commission, les sénateurs ont précisé le texte pour s'assurer que "certaines prisons reconverties en lieux d'accueil pour rapatriés" puissent être intégrées dans la liste des structures éligibles au mécanisme de réparation.

Mais les critiques se cristallisent sur ceux qui ne sont pas inclus dans le champ de l'indemnisation, les quelque 40.000 rapatriés qui n'ont pas séjourné dans ces structures, mais dans des "cités urbaines", où il n'étaient pas privés de liberté de circulation, mais ont connu des conditions de vie précaires. 

Certains harkis considèrent ainsi, a relevé la rapporteure Marie-Pierre Richer, que le texte "crée une séparation entre ce que l'on appelle +les harkis des villes+ et les +harkis des camps+".

Une cinquantaine d'amendements seront examinés dans l'hémicycle.

Jusqu'à 200.000 harkis avaient été recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit.

Une journée d'hommage de la nation leur est consacrée chaque 25 septembre, depuis un décret de 2003.

"Je crois qu'il faut prendre ce texte non comme une fin en soi, mais comme une avancée de plus dans la reconnaissance de l'abandon des harkis", a déclaré la rapporteure Marie-Pierre Richer: "une avancée qui, loin d'être +solde de tout compte+, nous permet de poursuivre notre chemin commun, complexe, mais nécessaire, vers la réconciliation nationale et la transmission de la mémoire".


Présidentielle: premier grand meeting de Pécresse le 13 février au Zénith

La candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse (AFP)
La candidate Les Républicains (LR) à la présidentielle, Valérie Pécresse (AFP)
Short Url
  • La candidate LR s'était jusqu'à présent limitée à des salles plus petites en raison de l'épidémie de Covid-19
  • Le grand meeting initialement prévu porte de Versailles le 11 décembre, une semaine après son investiture par le congrès de LR, avait dû être annulé en raison de la crise sanitaire

PARIS: Valérie Pécresse tiendra son premier grand meeting de campagne le 13 février au Zénith à Paris, a indiqué son entourage mardi, confirmant une information du Figaro.

La candidate LR s'était jusqu'à présent limitée à des salles plus petites en raison de l'épidémie de Covid-19. 

Le grand meeting initialement prévu porte de Versailles le 11 décembre, une semaine après son investiture par le congrès de LR, avait dû être annulé en raison de la crise sanitaire.

Ce meeting au Zénith lui permettra de développer sa vision de la France et son projet pour la présidentielle, "l'ordre, la concorde et la liberté", selon Le Figaro.


Pour Darmanin, les propos du rappeur Gims sur l'islam ne sont pas «une bonne preuve d'assimilation»

Interprète des titres «Bella» ou «Sapé comme jamais», Gims est arrivé en France à l'âge de deux ans avec ses parents fuyant le Zaïre du président Mobutu Sese Seko. (Photo, AFP)
Interprète des titres «Bella» ou «Sapé comme jamais», Gims est arrivé en France à l'âge de deux ans avec ses parents fuyant le Zaïre du président Mobutu Sese Seko. (Photo, AFP)
Short Url
  • La star du rap congolaise, ayant vécu en France presque toute sa vie, avait annoncé redemander la nationalité française qui lui a été refusée
  • «Les services de l'Intérieur vont réétudier évidemment sa demande», a poursuivi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin

PARIS: Gérald Darmanin a laissé mardi peu d'espoir au rappeur Gims d'obtenir la nationalité française, en faisant valoir qu'elle était refusée « de manière générale aux tenants de l'islam rigoriste ». 

La star du rap congolaise, ayant vécu en France presque toute sa vie, avait annoncé redemander la nationalité française qui lui a été refusée. 

« Les services de l'Intérieur vont réétudier évidemment sa demande », a poursuivi le ministre de l'Intérieur sur France Inter. 

Mais, a-t-il enchaîné, « ne pas souhaiter la bonne année parce que ce ne serait pas conforme à ce que font les amis, les copains ou les frères de tel ou tel personnage aussi sacré soit-il, ce n'est pas une bonne preuve d'assimilation à la société française ». 

Le rappeur a présenté ses excuses dimanche dans le Journal du Dimanche pour une vidéo le 1er janvier où il appelait les musulmans à ne pas fêter la nouvelle année.  

« Cette vidéo, je la regrette totalement (...) Je ne voulais pas blesser les gens. La foi, ça relève de l'intime », a-t-il affirmé. 

Interprète des titres « Bella » ou « Sapé comme jamais », le chanteur est arrivé en France à l'âge de deux ans avec ses parents fuyant le Zaïre du président Mobutu Sese Seko.  

« Il me manque ‘le papier officiel’. Mais ça, ça ne dépend pas que de moi. Apparemment le refus est lié à un délit que j'aurais commis quand j'étais mineur. Mais mon casier est vierge », détaille le rappeur. 

Le quotidien Le Parisien, qui a publié une enquête sur Gims, présente toutefois une autre version. 

Sa première demande de naturalisation est déposée en 2013, mais « la procédure s'enlise ». Selon « un ancien ministre de l'Intérieur » interrogé par le journal, le refus finalement essuyé en 2017 est dû à « des défauts de paiement d'amendes pour des délits routiers et son incapacité à établir en France le centre de ses intérêts matériels », le chanteur résidant une bonne partie de l'année à Marrakech (Maroc). 

Gims aurait relancé sa demande en 2018, évoquant le sujet auprès de l'épouse du président Brigitte Macron, sans plus de succès, d'après Le Parisien.