Lady Gaga, veuve noire d'un empire du luxe dans «House of Gucci»

Dans cette photo d'archive prise le 11 mars 2021, la chanteuse, compositrice et actrice américaine Lady Gaga (à gauche) et l'acteur américain Adam Driver (à droite) sont photographiés sur la Piazza Duomo, dans le centre de Milan, sur le tournage du nouveau film de Ridley Scott sur la "Black Widow" de Gucci. (Miguel Medina/AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 11 mars 2021, la chanteuse, compositrice et actrice américaine Lady Gaga (à gauche) et l'acteur américain Adam Driver (à droite) sont photographiés sur la Piazza Duomo, dans le centre de Milan, sur le tournage du nouveau film de Ridley Scott sur la "Black Widow" de Gucci. (Miguel Medina/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 20 novembre 2021

Lady Gaga, veuve noire d'un empire du luxe dans «House of Gucci»

  • Ridley Scott se saisit de l'un des faits divers les plus retentissants de l'Italie des années 1990: l'assassinat de Maurizio Gucci, héritier de la maison italienne, commandité par son ex-épouse, Patrizia Reggiani
  • La star mondiale de la pop Lady Gaga conforte dans ce film son statut d'actrice à part entière, deux ans après avoir été nommée aux Oscars pour "A star is Born"

PARIS : Lady Gaga sublimée en "veuve noire" de l'une des maisons iconiques de la mode italienne: dans "House of Gucci", en salles mercredi en France et aux États-Unis, Ridley Scott s'offre un casting de luxe pour tourner un fait divers en tragédie antique alliant amour, gloire et trahison.

Machine à créer des œuvres cultes ("Blade Runner", "Alien", "Gladiator", "Thelma et Louise"...), Ridley Scott livre son dernier opus un mois après le précédent, "Le Dernier Duel".

Il se saisit de l'un des faits divers les plus retentissants de l'Italie des années 1990: l'assassinat de Maurizio Gucci, héritier de la maison italienne, commandité par son ex-épouse, Patrizia Reggiani.

Une vengeance froide après des années de mariage et d'ascension dans le monde du luxe, parallèlement à la chute d'une grande maison familiale, vendue à un groupe financier.

Si le film s'est fait sans consulter celle que l'on a appelé la "veuve noire", sortie de prison il y a huit ans, il semble avoir recueilli l'assentiment de Gucci qui appartient désormais au groupe Kering, dirigé par François-Henri Pinault. Les sacs et accessoires de la marque apparaissent un nombre incalculable de fois à l'écran. L'actrice Salma Hayek, Mme Pinault à la ville, joue dans le film le rôle d'une voyante, complice du crime.

- D'Al Pacino à Camille Cottin -

Ridley Scott, qui a débuté dans la publicité, place dans ses décors et costumes opulents ce que l'on fait de plus séduisant à Hollywood: Adam Driver joue Maurizio Gucci, Al Pacino insuffle un peu de l'esprit du "Parrain", interprétant la génération qui va passer la main aux côtés de Jeremy Irons, et Jared Leto se métamorphose (moyennant plusieurs heures de maquillage quotidien) en Paolo Gucci, le mal-aimé de la famille, qui finira ruiné.

La Française Camille Cottin est également au rendez-vous dans la peau de Paola Franchi, qui séduira Maurizio Gucci et déclenchera la fureur et la chute de Patrizia.

Pas forcément le rôle le plus bavard de sa carrière (elle n'apparaît que dans la dernière partie du film), mais de loin le plus glamour -  "c'était très amusant d'être propulsée dans le milieu de la jet-set italienne des années 1980 !", a expliqué à l'AFP celle que la série "Dix pour cent" ("Call my agent" en anglais) a fait connaître aux Etats-Unis.

Surtout, la star mondiale de la pop Lady Gaga conforte son statut d'actrice à part entière, deux ans après avoir été nommée aux Oscars pour "A star is Born". Elle avait remporté la statuette... de la meilleure chanson.

- Le chat, le renard et la panthère -

Brune dans le film, elle teinte son anglais d'un fort accent italien pour jouer une insaisissable Patrizia Reggiani, fille d'un petit patron probablement lié à la mafia, manipulatrice à l'extrême.

Depuis leur rencontre jusqu'à la trahison et la chute, en passant par les années au sommet du luxe italien, Lady Gaga explique avoir voulu "créer (son) propre personnage", sans a priori sur la véritable Patrizia Reggiani.

"J'ai travaillé avec trois animaux différents" au fil de cette histoire tragique d'ascension sociale, a-t-elle expliqué en conférence de presse.

Au début, lorsque Patrizia rencontre Maurizio, "j'étais un chat domestique". Puis, au milieu du film, lorsque Patrizia devient toute puissante, "j'étais un renard. J'ai étudié comme les renards chassent, ils sont très joueurs. Et enfin j'ai étudié les panthères (...) en regardant beaucoup de vidéos. Pour chasser, les panthères séduisent, en quelque sorte. Puis elles bondissent".

Dans le rôle de la proie, Adam Driver (aussi à l'aise cette année chez Leos Carax dans "Annette" que déjà chez Ridley Scott en chevalier coupable de viol dans "Le Dernier Duel"), n'a d'autre choix que de subir.

Car pour Patrizia, issu d'un milieu modeste, "Gucci était une façon de survivre. C'était une opportunité pour compter, d'une façon dont elle n'avait jamais compté dans sa vie", analyse Lady Gaga.


Les enchères risquent de s'emballer pour un portrait du sultan ottoman Mehmed II, bientôt mis en vente

Contrairement à la peinture de l'artiste vénitien Gentile Bellini, le médaillon en bronze présenté ci-dessus est le seul portrait connu de Mehmed II jeune. (Getty Images/AFP)
Contrairement à la peinture de l'artiste vénitien Gentile Bellini, le médaillon en bronze présenté ci-dessus est le seul portrait connu de Mehmed II jeune. (Getty Images/AFP)
Contrairement à la peinture de l'artiste vénitien Gentile Bellini, le médaillon en bronze présenté ci-dessus est le seul portrait connu de Mehmed II jeune. (Getty Images/AFP)
Contrairement à la peinture de l'artiste vénitien Gentile Bellini, le médaillon en bronze présenté ci-dessus est le seul portrait connu de Mehmed II jeune. (Getty Images/AFP)
Short Url
  • Le médaillon récemment redécouvert présente un portrait du sultan Mehmed II Le Conquérant
  • L'objet devrait s’envoler pour environ 2 millions de livres sterling lors de la vente aux enchères organisée par Bonhams à Londres

LONDRES : Pour les chrétiens d'Europe du milieu du XVe siècle, le leader islamique Mehmed II était « la terreur du monde », un « dragon venimeux » à la tête de « hordes assoiffées de sang ».

Le pape catholique romain Nicolas V est allé encore plus loin. Pour lui, le septième souverain de l'Empire ottoman n'était rien de moins que « le fils de Satan, de la perdition et de la mort ».

Les sujets de Mehmed ne voyaient pas les choses de la même façon que l'homme qui, entre 1444 et 1481, allait tripler la taille de l'empire.

photo
Illustration représentant Mehmed II, le conquérant de Constantinople. (Shutterstock)

Pour eux, il était « le père de la conquête », l'homme qui, en 1453, à l'âge de 21 ans, a réalisé l'impossible en s'emparant de la forteresse prétendument imprenable de Constantinople.

Constantinople, la ville stratégiquement la plus importante du Moyen Âge, était aux mains des chrétiens depuis sa fondation en 330 après J.-C. par l'empereur romain Constantin.

Dans la Turquie d'aujourd'hui, Mehmed II est considéré par beaucoup comme un héros. Symboliquement, le pont Fatih Sultan Mehmet, achevé en 1988 et reliant l'Europe et l'Asie par le détroit du Bosphore, porte son nom.

Aujourd'hui, un portrait unique de Mehmed le Conquérant, redécouvert récemment et réalisé environ trois ans avant son plus célèbre fait d'armes, est proposé aux enchères organisées par la maison Bonhams de Londres, où il devrait atteindre 2 millions de livres sterling (2,53 millions de dollars).

Ce portrait est loin d'être le seul connu de Mehmed ; l'un des plus célèbres, peint par l'artiste vénitien Gentile Bellini vers 1480, est exposé à la National Gallery de Londres.

L'originalité du portrait figurant sur le médaillon de bronze réside dans le fait qu'il s'agit non seulement du seul portrait connu de Mehmed II jeune, photographié avant la prise de Constantinople, mais aussi le plus ancien portrait connu d'un souverain islamique par un artiste occidental.

La médaille n'est pas datée. Mais l'indice de la date à laquelle le portrait a été exécuté - presque certainement d'après modèle, par un artiste de la Renaissance compétent mais anonyme - réside dans l'inscription latine, qui se lit comme suit : « Grand Prince et Grand Émir, Sultan Maître Mehmet » .

Selon Oliver White, responsable de l'art islamique et indien chez Bonhams, « l'inscription ne comporte pas le titre « Imperatorial », qui figurait sur les médailles après la chute de Constantinople ».

Les experts ont également conclu qu'en raison de l'absence de tout dessin ou lettre au revers du médaillon en laiton, et de l'existence d'un trou à son sommet, par lequel une chaîne aurait pu être attachée, il pourrait bien s'agir d'une « possession très personnelle et significative du grand sultan ».


Marc Aymon et Milla Besson honorent la chanson suisse d’expression française

 Marc Aymon et Milla Besson, deux artistes suisses . (Fournie)
Marc Aymon et Milla Besson, deux artistes suisses . (Fournie)
Short Url
  • L’ambassade de Suisse vise à mettre en valeur la richesse de la langue française, l'une de ses principales langues parlées, avec un répertoire de chansons suisses interprétées en français par Marc Aymon et Milla Besson
  • «Nous allons jouer dans un magnifique auditorium, je me réjouis de débrancher ma guitare, en totale acoustique, de demander aux gens d'arrêter de nous filmer avec leurs téléphones et de vivre un moment d'une simplicité désarmante»

RIYAD : L’ambassade de Suisse à Riyad en collaboration avec l’ambassade de France et l’Alliance française organisera un concert de musique suisse le 18 avril prochain au Centre culturel (Cultural Palace), à 19h 30 heure locale, dans le quartier diplomatique de Riyad.

L’ambassade de Suisse vise ainsi à mettre en valeur la richesse de la langue française, l'une de ses principales langues parlées, avec un répertoire de chansons suisses interprétées en français par Marc Aymon et Milla Besson, deux artistes suisses pour faire connaître la chanson suisse d’expression française.

photo
Milla et Marc ont accordé une interview exclusive à Arab News en français durant laquelle ils ont évoqué leur passion et leur attachement à la culture suisse ainsi que leurs aventures et leurs voyages à travers le monde francophone. (Fournie)

 


L’artiste conceptuelle saoudienne Filwa Nazer revient sur les œuvres les plus marquantes de sa carrière

Preserving Shadows, de l’artiste conceptuelle saoudienne Filwa Nazer. (Photo fournie)
Preserving Shadows, de l’artiste conceptuelle saoudienne Filwa Nazer. (Photo fournie)
Short Url
  • Dans les années 1990, Filwa Nazer s’est installée à Milan, où elle a étudié le stylisme et a ensuite suivi une formation auprès du célèbre créateur de mode italien Gianfranco Ferré
  • Il y a quelque chose de sentimental dans les œuvres de Filwa Nazer, qui sont inspirées d’émotions, d’espaces, de transitions de vie et de souvenirs

DUBAÏ: D’aussi loin qu’elle se souvienne, l’artiste conceptuelle saoudienne Filwa Nazer – née à Swansea, au pays de Galles, dans les années 1970, mais ayant grandi dans le Royaume – a toujours aimé l’art. Elle raconte qu’elle passait son temps, lorsqu’elle était jeune, à dessiner, à peindre, à écrire des notes et à réfléchir à la vie dans une Arabie saoudite qui, à l’époque, ne disposait pas d’une éducation artistique. «En tant que jeune artiste, on ne se rend pas compte que tous les défis auxquels on est confronté finissent par influencer notre processus créatif», explique Mme Nazer à Arab News. 

Dans les années 1990, Filwa Nazer s’est installée à Milan, où elle a étudié le stylisme et a ensuite suivi une formation auprès du célèbre créateur de mode italien Gianfranco Ferré. 

«C’était un personnage assez intimidant. J’étais donc un peu en admiration devant lui, mais j’étais fascinée par le fait qu’il était architecte à l’origine. Ses chemises blanches étaient très structurées», se souvient Mme Nazer.  

photo
L’artiste saoudienne Filwa Nazer – née à Swansea, au pays de Galles, dans les années 1970, mais ayant grandi dans le Royaume – a toujours aimé l’art. (Photo fournie) 

Au sein de la maison de couture de Ferré, elle a été particulièrement attirée par le département des archives, où sont conservés toutes sortes de vêtements vintage. Elle s’est également initiée à la broderie. Ces expériences enrichissent son travail récent, qui met fortement l’accent sur les tissus, mais avec une touche d’émotion. 

Il y a quelque chose de sentimental dans les œuvres de Filwa Nazer, qui sont inspirées d’émotions, d’espaces, de transitions de vie et de souvenirs. «Pour moi, le travail vient toujours d’une expérience personnelle», souligne-t-elle. 

Dans ce qui suit, Filwa Nazer nous parle de six œuvres importantes, allant d’une installation à grande échelle dans le désert à une pièce de tissu intime se rapportant au corps des femmes.  

 

The Skin I Live In 

photo

Cette installation de 2019 est l’une des toutes premières œuvres textiles que j’ai réalisées. Elle est haute de deux mètres et elle ressemble à une grande jupe vue de face. À l’intérieur, il y a des couches de mousseline de coton brodée, découpée selon les plans de mon appartement à Londres. La mousseline est recouverte d’une couche de polyéthylène vert, un type de filet en plastique que l’on trouve sur les chantiers de construction. J’utilise ces matériaux de manière conceptuelle et symbolique. Je voulais voir si je pouvais utiliser la couture comme un langage et créer des paysages d’émotions par le biais de cette technique. Ce travail a été réalisé à un moment particulier où j’avais besoin de guérison et de protection, et cet espace m’a permis d’explorer tout cela. 

 

Preserving Shadows 

photo

Cette œuvre a été exposée à Desert X AlUla cette année. Je n’avais jamais réalisé quelque chose de cette envergure auparavant, surtout dans un environnement aussi difficile que le désert d’AlUla, ce qui m’a bloquée. J’aime cependant sortir de ma zone de confort et voir ce qui peut se passer si je travaille différemment. Au cours de mes recherches, je suis tombée sur un paragraphe concernant les plantes du désert et le surnaturel. Soudain, un déclic s’est produit dans ma tête et je me suis dit que mon blocage et mon inconfort dans cet environnement pourraient devenir mon concept. Je voulais créer un voyage qui soit un moment de transition; vous marchez à travers les ombres et, tout en marchant, vous vous élevez et les ombres reculent jusqu’à ce que vous atteigniez la fin. Il s’agit d’un voyage au cours duquel on surmonte métaphoriquement l’obscurité. 

 

The Hands Want to See, The Eyes Want to Caress 

photo

Cet ensemble d’œuvres a été présenté dans le cadre d’une exposition intitulée «Saudi Modern» en 2021. Un certain nombre d’artistes ont été chargés par Bricklab de créer des œuvres d’art inspirées d’un bâtiment particulier de l’architecture moderne de Djeddah. J’ai donc réalisé ces cinq œuvres en m’inspirant d’une résidence privée, la maison Bajnaid, dans le quartier d’Al-Kandarah. Cette maison incarnait la Djeddah moderniste et branchée des années 1950 et 1960, mais elle a complètement perdu ce statut aujourd’hui. Mes œuvres explorent en quelque sorte ce qu’il advient d’un espace ou d’une maison lorsqu’elle se dégrade, lorsqu’elle est abandonnée. Certaines d’entre elles témoignent de mon rapport à l’esthétique de la maison, tandis que d’autres, celles avec le bois et le tissu, évoquent ce que j’ai ressenti dans cette maison et la façon dont mon corps y a réagi. Devant cet ensemble d’œuvres, on peut se poser la question suivante: «Une maison abandonnée n’est-elle plus attrayante? Ou bien trouvez-vous de la beauté dans son état actuel?» 

 

Five Women 

photo

Il s’agit d’une série très spéciale. Elle a été commandée pour la 1re édition de la Biennale de Diriyah à Riyad en 2021. Elle raconte littéralement l’histoire de cinq Saoudiennes de ma génération, des femmes à qui j’ai parlé en privé et de manière anonyme. Chaque femme m’a raconté une histoire et m’a donné une robe correspondant à un événement particulier qui a changé la relation de cette femme avec son corps. Ces histoires évoquaient la douleur, le passage à l’âge adulte et la flamboyance de la beauté dans la société. Cette œuvre a également été exposée à la Biennale de Lyon en 2022. 

 

Missing A Rib (2019) 

photo

Cette œuvre réalisée en 2019 représente ma maison à Djeddah. Il s’agit d’une pièce sculpturale transparente à l’intérieur de laquelle est suspendue une structure qui ressemble à une cage thoracique brisée. Avant la conception de cette œuvre, je me suis blessée au niveau des côtes et je suis restée longtemps au lit. Outre l’allusion au mythe d’Adam et Ève, Ève ayant été créée à partir de la côte d’Adam, cette œuvre est également liée au thème de l’exploration des espaces sous l’influence du patriarcat. Les bandes blanches (une technique de décoration des ourlets des sous-vêtements des hommes en Arabie saoudite) sont une métaphore de l’énergie masculine contrôlant l’espace d’une femme. 

 

Topoanalysis 

photo

Il s’agit de l’une de mes dernières œuvres réalisées pour la galerie Selma Feriani en 2023. Elle fait partie d’une série de sept pièces qui explore les motifs des vêtements personnels en relation avec les espaces de vie personnels. On peut voir les grandes lignes d’un plan d’étage. Les carrés rouges sont constitués d’une superposition de motifs de couture. J’ai revisité ce type de couture abstraite que j’utilise symboliquement comme paysage d’émotions. Néanmoins, lorsqu’on les regarde, leur dualité leur donne l’aspect d’un corps ou d’une poitrine. Le vert que j’utilise toujours est symbolique de l’Arabie saoudite. Il représente donc la société et l’environnement. C’est une exploration assez philosophique de l’espace, mais aussi des émotions, des souvenirs et des influences sociopolitiques. 

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com