Vietnam: une île paradisiaque, livrée aux ambitions démesurées des promoteurs

Cette photo prise le 18 novembre 2021 montre la partie du complexe de loisirs Vinpearl à Phu Quoc, alors que l'île se prépare à accueillir ses premiers touristes internationaux après le lancement d'un programme de passeport pour le vaccin contre le coronavirus Covid-19 ce mois-ci au Vietnam. (Photo, AFP)
Cette photo prise le 18 novembre 2021 montre la partie du complexe de loisirs Vinpearl à Phu Quoc, alors que l'île se prépare à accueillir ses premiers touristes internationaux après le lancement d'un programme de passeport pour le vaccin contre le coronavirus Covid-19 ce mois-ci au Vietnam. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 20 novembre 2021

Vietnam: une île paradisiaque, livrée aux ambitions démesurées des promoteurs

  • Quelque 200 Sud-Coréens ont les été premiers visiteurs étrangers depuis 20 mois à débarquer sur l'île, nichée à quelques encablures du Cambodge, dans les eaux cristallines du golfe de Thaïlande
  • Les ambitions du groupe du milliardaire Phạm Nhật Vượng sont grandes: faire de Phu Quoc «une nouvelle destination internationale sur la carte touristique mondiale»

PHU QUOC : Des milliers de chambres d'hôtel, un téléphérique au Guinness des records, une Venise en miniature: l'île vietnamienne de Phu Quoc, qui a rouvert samedi au tourisme international, a profité de la pandémie pour accélérer son développement, un bétonnage à haut risque pour le paradis tropical.

Quelque 200 Sud-Coréens ont les été premiers visiteurs étrangers depuis 20 mois à débarquer sur l'île, nichée à quelques encablures du Cambodge, dans les eaux cristallines du golfe de Thaïlande.

"C'est la première fois que je quitte la Corée du Sud depuis le début de la crise sanitaire (...) Je me sens en sécurité. On est tous vaccinés", commente à l'AFP Tae Hyeong Lee.

Le groupe logera dans un resort de 12 000 chambres, pourra se promener en gondole, s'étourdir sur les manèges du parc d'attractions, taper la balle sur un 18 trous immaculé, nourrir les girafes au zoo safari et jouer à la roulette dans un casino digne de Las Vegas.

"Je suis tellement excitée à l'idée d'accueillir nos premiers visiteurs", s’enthousiasme Ngo Thi Bich Thuong, employée du gigantesque complexe, baptisé Phu Quoc United Center.

Sur plus de 1 000 hectares et des kilomètres de littoral au nord-ouest de l'île, il a ouvert ses portes il y a six mois, en pleine pandémie.

Le puissant conglomérat vietnamien VinGroup (BTP, tourisme, automobile, centres commerciaux, éducation...) a investi 2,8 milliards de dollars dans le projet.

Les ambitions du groupe du milliardaire Phạm Nhật Vượng sont grandes: faire de Phu Quoc "une nouvelle destination internationale sur la carte touristique mondiale".

40 000 chambres d'hôtel

Le bétonnage se propage ailleurs sur l'île.

"En tout, 40 000 chambres d'hôtel ont été construites, sont prévues ou en cours de construction", relève Ken Atkinson, vice-président du Conseil consultatif du tourisme vietnamien. "C'est plus de clés d'hôtel qu'à Sydney".

Au sud, un autre promoteur, Sun Group, a investi dans des parcs de loisirs et un téléphérique de près de 8 kilomètres, l'un des plus longs du monde, enregistré au Guinness des records.

"L'île d'émeraude" est longtemps restée à l'écart des circuits touristiques, se consacrant à la pêche, la culture du poivre vert et l'élevage de perles. 

La nature y est si florissante qu'en 2006 elle est classée "réserve mondiale de la biosphère" par l'Unesco.

Mais les plages de sable blanc ne tardent pas à attirer les investisseurs qui rêvent d'en faire un nouveau Phuket, l'île thaïlandaise qui a accueilli dix millions de visiteurs internationaux en 2019.

En 2012, un aéroport international est ouvert à Phu Quoc. Sept ans plus tard, cinq millions de touristes, dont plus de 500.000 étrangers - des Chinois, Russes, Japonais, Sud-Coréens - déferlent sur les plages.

«Déluge de plastique»

Même si une partie de l'île reste classée zone protégée, ce développement éclair inquiète.

"Phuket a mis des années à grandir, mais le Vietnam a tendance à vouloir tout faire d'un seul coup", déplore Ken Atkinson. "Je ne pense pas que l'on accorde suffisamment d'attention à ce qui serait dans l'intérêt à long terme de Phu Quoc". 

Les eaux cristallines regorgent de récifs coralliens et les plages étaient autrefois des lieux de ponte plébiscités par les tortues vertes et les tortues imbriquées, des espèces menacées. 

Aucune nidification n'a eu lieu ces dernières années, relevait l'UNESCO en 2018.

Et les déchets plastiques engendrés par le tourisme ont déjà eu un effet désastreux sur l'écosystème.

Avant la pandémie, environ 160 tonnes d'ordures étaient générées chaque jour, d'après le Fonds mondial pour la nature (WWF).

L'organisation dénonçait "un déluge presque inimaginable de plastique" qui menaçait la vie marine. Elle mettait en garde contre une gestion des déchets "inadaptée" face à l’explosion du tourisme.

"De plus en plus de visiteurs sont conscients de l'environnement, ils ne voudront pas se rendre sur des plages jonchées de détritus ou se baigner dans une mer polluée par les eaux usées", prévient Ken Atkinson.

Mais les habitants, coupés de la manne financière des touristes étrangers depuis des mois, ont hâte de voir les affaires repartir. 

"Si Phu Quoc ne se développait pas, ce ne serait qu'une perle non découverte", estime Chu Dinh Duc qui a monté une petite structure hôtelière à l'écart des gigantesques resorts.

Lai Chi Phuc, guide touristique, attend aussi avec impatience le retour des visiteurs.

"Tout le monde voulait s'échapper de Phu Quoc quand j'étais enfant", se souvient le jeune homme de 33 ans, parti longtemps travailler sur le continent. "Grâce aux touristes, j'ai pu enfin revenir dans mon île".


Seule la «diplomatie» mettra fin à la guerre en Ukraine, assure Zelensky

La guerre en Ukraine ne peut prendre fin que par des biais «diplomatiques», a assuré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
La guerre en Ukraine ne peut prendre fin que par des biais «diplomatiques», a assuré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky (Photo, AFP).
Short Url
  • Le 17 mai, un conseiller du président ukrainien, Mykhaïlo Podoliak, avait indiqué que les pourparlers entre Moscou et Kiev étaient «en pause»
  • Le lendemain, le Kremlin avait accusé l'Ukraine d'«absence totale de volonté» de négocier avec la Russie pour mettre fin à l'invasion de l'Ukraine

KIEV: La guerre en Ukraine ne peut prendre fin que par des biais "diplomatiques", a assuré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, alors que les négociations entre Moscou et Kiev sont dans l'impasse.

"La fin (du conflit) sera diplomatique", a-t-il déclaré lors d'un entretien à la chaîne télévisée ukrainienne ICTV. La guerre "sera sanglante, ce sera des combats, mais elle prendra fin définitivement via la diplomatie".

"Les discussions entre l'Ukraine et la Russie auront résolument lieu. Je ne sais pas sous quel format: avec des intermédiaires, sans eux, dans un cercle élargi, au niveau présidentiel", a-t-il déclaré.

"Il y a des choses que nous ne pourrons atteindre qu'à la table des négociations. Nous voulons que tout revienne" comme avant le début de l'invasion russe de l'Ukraine le 24 février, ce que "la Russie ne veut pas", a-t-il ajouté, sans donner plus de détails.

Les résultats de ces pourparlers - dont le sujet peut varier "selon le moment de la rencontre" - doivent être "justes" pour l'Ukraine, a souligné le président.

Evoquant un document portant sur les garanties de sécurité de l'Ukraine, il a affirmé qu'il sera signé par "les amis et partenaires de l'Ukraine, sans la Russie", tandis qu'en parallèle se tiendra "une discussion bilatérale avec la Russie".

Il a aussi rappelé avoir mis comme condition sine qua non de la poursuite des pourparlers le fait que les militaires ukrainiens retranchés dans le vaste complexe métallurgique d'Azovstal à Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, ne soient pas tués par l'armée russe.

Or les troupes russes "ont donné la possibilité, trouvé une façon pour que ces personnes sortent vivantes" d'Azovstal, a-t-il noté. "Le plus important pour moi est de sauver le maximum de gens et de militaires".

Le 17 mai, un conseiller du président ukrainien, Mykhaïlo Podoliak, avait indiqué que les pourparlers entre Moscou et Kiev étaient "en pause", estimant que Moscou ne faisait preuve d'aucune "compréhension" de la situation.

Le lendemain, le Kremlin avait accusé l'Ukraine d'"absence totale de volonté" de négocier avec la Russie pour mettre fin à l'invasion de l'Ukraine.

Plusieurs rencontres entre négociateurs des deux camps ont eu lieu mais n'ont donné aucun résultat concret.

La dernière rencontre entre les chefs des délégations - Vladimir Medinski côté russe et David Arakhamia pour l'Ukraine - remonte au 22 avril, selon les agences de presse russes.

Après avoir échoué à prendre le contrôle de Kiev et sa région, l'armée russe concentre désormais ses efforts dans une offensive contre l'Est de l'Ukraine, où les combats sont intenses.


Londres veut une Moldavie «équipée aux normes de l'Otan» contre une éventuelle agression russe

La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss souhaite voir la Moldavie, pays voisin de l'Ukraine, «équipée aux normes de l'OTAN» (Photo, AFP).
La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss souhaite voir la Moldavie, pays voisin de l'Ukraine, «équipée aux normes de l'OTAN» (Photo, AFP).
Short Url
  • Liz Truss a expliqué que le Royaume-Uni discutait avec ses alliés des moyens de s'assurer que l'Ukraine soit «capable de se défendre de façon permanente»
  • Elle a estimé que la Russie représente «absolument» une menace pour la sécurité de la Moldavie

LONDRES: La ministre des Affaires étrangères britannique Liz Truss souhaite voir la Moldavie, pays voisin de l'Ukraine, "équipée aux normes de l'OTAN" pour la protéger contre une éventuelle agression russe, a-t-elle déclaré dans une interview publiée samedi dans le Telegraph. 

Liz Truss a expliqué que le Royaume-Uni discutait avec ses alliés des moyens de s'assurer que l'Ukraine soit "capable de se défendre de façon permanente", ce qui s'applique également à d'autres "États vulnérables" comme la Moldavie qui n'est pas membre de l'Otan. 

"Ce sur quoi nous travaillons actuellement, c'est une commission conjointe avec l'Ukraine et la Pologne sur la mise à niveau des défenses ukrainiennes aux normes de l'Otan", a-t-elle déclaré. 

"Cela s'applique également à d'autres États vulnérables comme la Moldavie. Parce qu'encore une fois, la menace venant de la Russie est plus large, nous devons également nous assurer qu'ils sont équipés aux normes de l'Otan", a ajouté Mme Truss.

Elle a estimé que la Russie représente "absolument" une menace pour la sécurité de la Moldavie. Cette ancienne République soviétique de 2,6 millions d'habitants est située au sud-ouest de l'Ukraine qui a été envahie le 24 février par les troupes russes.

"Poutine a été clair sur ses ambitions de créer une plus grande Russie. Et ce n'est pas parce que ses tentatives de prendre Kiev ont échoué qu'il a abandonné ces ambitions", a ajouté Mme Truss.

Selon un assistant de la ministre cité par le Telegraph, "équiper la Moldavie aux normes de l'Otan" impliquerait que des membres de l'alliance fournissent des équipements modernes pour remplacer ceux de l'ère soviétique et forment les soldats à leur utilisation.


Tempête en Allemagne: un mort et près de 60 blessés

Ce phénomène rare et localisé aurait également frappé la ville de Lippstadt, à une trentaine de kilomètres (Photo, AFP).
Ce phénomène rare et localisé aurait également frappé la ville de Lippstadt, à une trentaine de kilomètres (Photo, AFP).
Short Url
  • Dans le sud, dans la région de Roth, une cabane en bois où s'étaient réfugiés des randonneurs s'est effondrée
  • Quatorze personnes ont été blessées, dont une femme et un enfant grièvement, a indiqué la police bavaroise locale

 

BERLIN: La tempête qui a balayé l'Allemagne vendredi a fait au moins un mort, près de 60 blessés et des dégâts considérables essentiellement dans l'ouest du pays, selon un bilan samedi des autorités locales.

En Rhénanie-Palatinat, un homme de 38 ans est décédé après subi un choc électrique en pénétrant dans une cave inondée suite aux intempéries, et avoir chuté sur la tête, a indiqué la police de Coblence.

La Rhénanie du nord-Westphalie a été particulièrement touchée: une tornade a traversé Paderborn faisant 43 blessés, dont dix graves, a précisé samedi la police de cette ville de quelque 150 000 habitants.

Une trentaine d'entre eux étaient soignés à l'hôpital, une femme est "en danger de mort", a-t-elle détaillé. 

La police a évalué à "plusieurs millions" d'euros les "ravages" provoqué par la tornade.

Ce phénomène rare et localisé aurait également frappé la ville de Lippstadt, à une trentaine de kilomètres, selon un porte-parole des pompiers, mais sans faire de blessé. 

Les intempéries, survenues après plusieurs jours de températures anormalement élevées pour la saison dans le pays, ont provoqué de nombreux dommages dans cette région de l'ouest de l'Allemagne, les forces de l'ordre faisant état d'innombrables arbres déracinés, de toits arrachés, de magasins dévastés.

Les trafics ferroviaire et routier restaient perturbés samedi matin.

Dans le sud, dans la région de Roth, une cabane en bois où s'étaient réfugiés des randonneurs s'est effondrée. Quatorze personnes ont été blessées, dont une femme et un enfant grièvement, a indiqué la police bavaroise locale.

Les services météorologiques allemands ont levé samedi la plupart des avis de tempête, mettant toutefois en garde contre des risques d'orages violents isolés en Bavière et de fortes rafales de vent à l'est.

La violence de la tempête vendredi est liée à l'arrivée en Allemagne d'air particulièrement chaud en provenance d'Espagne et de France, d'une part, et d'air froid venant du nord d'autre part, avait expliqué le météorologue Özden Terli à la télévision publique ZDF, parlant d'un "mélange explosif".