L’Expo 2020 Dubaï a veillé à ce que chaque pays y soit bien représenté

L'Expo 2020 Dubaï peut à juste titre prétendre être la toute première exposition universelle dans laquelle toutes les nations sont représentées. (Fourni)
L'Expo 2020 Dubaï peut à juste titre prétendre être la toute première exposition universelle dans laquelle toutes les nations sont représentées. (Fourni)
L'Expo 2020 Dubaï peut à juste titre prétendre être la toute première exposition universelle dans laquelle toutes les nations sont représentées. (Fourni)
L'Expo 2020 Dubaï peut à juste titre prétendre être la toute première exposition universelle dans laquelle toutes les nations sont représentées. (Fourni)
Short Url
Publié le Dimanche 21 novembre 2021

L’Expo 2020 Dubaï a veillé à ce que chaque pays y soit bien représenté

  • Les Émirats arabes unis engagés à « une nation, un pavillon », ont mis à disposition des conseils d'architecture et de conception pour s'assurer que chaque pays est représenté
  • Al-Gargawi, le porte-parole de l'Expo 2020 Dubaï, l'a exprimé ainsi : « Chaque pays a une voix et chaque pays a une position égale ici. C'est la première fois dans l'histoire de l'Exposition universelle que les pays ne sont pas séparés par leur économie

DUBAΪ : Au cours de la première semaine d'octobre, alors que la prise de contrôle du pays par les talibans et le chaos qui s'en est suivi étaient encore frais dans l'esprit des visiteurs de l'Expo 2020 Dubaï, le pavillon de l'Afghanistan était bien visible malgré sa fermeture.

Cependant, le pavillon a été ouvert depuis lors, en partie grâce au soutien du gouvernement hôte. Il en va de même pour les pavillons du Liban, du Yémen, de la Syrie et des Bahamas.

À l'intérieur du pavillon de l'Afghanistan, situé dans le district de la durabilité, se trouve une impressionnante collection de tapis, de pierres précieuses, de poignards, de bijoux anciens et de vêtements traditionnels - les totems d'un pays au patrimoine culturel diversifié, carrefour de nombreuses civilisations et des empires pendant des siècles.

La collection appartient à Omar Rahimy, qui a fui l'Afghanistan en 1978 à la demande de son père pour échapper aux troubles qui ont suivi la prise de pouvoir communiste. Lorsque Rahimy est parti pour l'Autriche, il a emporté des objets de la boutique d'antiquités de son père à Kaboul, qui ont maintenant trouvé leur place au pavillon de l'exposition.

L'ouverture du pavillon de l'Afghanistan est le résultat des efforts du gouvernement des Émirats arabes unis, associés à l'engagement et au dévouement de Rahimy lui-même, déclarent des sources à Arab News.

Alors que le gouvernement hôte a fourni un soutien généreux, Rahimy a fait tout son possible pour éviter que le pavillon ne soit victime des aléas de la politique afghane.

La souscription à la construction et à l'entretien de pavillons d'États en proie à une grave crise économique ou de gouvernance vise à éviter qu'un pays ne soit pas représenté à l'Expo 2020 Dubaï, dernier événement mondial en date qui vise à éduquer le public, partager l'innovation, promouvoir le progrès et favoriser la coopération.

Cela fait partie de la mission de l'exposition de s'assurer que tous les 192 pays du monde (tels que désignés par l'ONU) soient présents à Dubaï à travers leur propre pavillon.

En conséquence, l'Expo 2020 Dubaï peut à juste titre prétendre être la toute première exposition universelle dans laquelle toutes les nations sont représentées et où aucune entité participante n'est désavantagée en termes d'opportunités et de possibilités économiques.

Comme l'Afghanistan, l'inclusion du Liban est un exploit remarquable compte tenu des défis politiques, économiques et sociaux auxquels le pays est confronté, qui vont des pannes de courant, des pénuries de carburant et des troubles civils à l'effondrement du système bancaire central.

 

'
L'inclusion du Liban est un exploit remarquable compte tenu des défis politiques, économiques et sociaux auxquels le pays est confronté. (Fourni)

 

À l'intérieur du pavillon du Liban, situé dans le quartier des opportunités, se trouvent des pièces maîtresses de la riche scène créative du pays, notamment des œuvres d'art, des objets de design, de l'artisanat, de la mode et de la gastronomie.

« Notre espace pavillon et sa construction ont eu lieu grâce à une généreuse subvention des Émirats arabes unis au Liban », déclare Mohammed Abu Haider, directeur général du Liban au ministère de l'Économie.

« Ce n'était pas une surprise pour nous parce que les Émirats arabes unis ont toujours soutenu le Liban et son peuple dans les bons comme dans les mauvais moments. Nous sommes vraiment reconnaissants, d'autant plus que sans cette subvention, le Liban n'aurait pas été représenté à la plus grande exposition au monde. »

Le pavillon offre aux fabricants et concessionnaires libanais une plate-forme de connexions et d'exploration de nouvelles voies de commerce et de coopération.

« Le fait d'être situé dans le quartier des opportunités de l'exposition permet au Liban d’aller à la rencontre d'autres cultures, visions et réussites afin de tirer parti de toutes les opportunités disponibles qui peuvent profiter à l'économie libanaise et au peuple libanais », précise Abu Haider.

Le pavillon de la Syrie en est un autre exemple. Située dans le Sustainability District, la structure rend hommage au patrimoine du pays berceau de certains des premiers alphabets et notations musicales connus au monde, aux côtés des arts et des designs contemporains sous le thème « Nous nous élèverons ensemble ».

Les Émirats arabes unis ont payé l'intégralité du pavillon.

 

'
Les Émirats arabes unis ont payé l'intégralité du pavillon syrien, également situé dans le district de la durabilité. (Fourni)

Les Émirats arabes unis ont payé l'intégralité du pavillon syrien, également situé dans le district de la durabilité. (Fourni)

« La Syrie traverse une crise depuis le début de la guerre civile en 2011 », déclare Hala Khayat, conseillère du pavillon syrien.

« Participer à l'Expo 2020 Dubaï était un rêve que nous ne pensions pas possible à l'origine car nous avions des problèmes internes à résoudre. Cependant, grâce à la générosité des Émirats arabes unis qui ont financé le pavillon, nous avons eu la chance d'écrire un nouveau chapitre pour montrer au monde le meilleur de la Syrie.

Les Émirats arabes unis engagés à « une nation, un pavillon », ont mis à disposition des conseils d'architecture et de conception pour s'assurer que chaque pays est représenté.

Souvent lors d'événements mondiaux, la participation dépend des moyens économiques et de l'influence culturelle d'une nation. Ceux qui échouent ont tendance à être relégués à l’arrière-plan ou complètement exclus.

« À l'Expo de Milan en 2015, je me souviens de la façon dont la plupart des pays africains étaient placés dans une grande salle sans caractéristiques distinctes », souligne Ahmed Al-Enezi, directeur principal des arts et de la culture à l'Expo 2020.

« C'est un exploit incroyable que les Émirats arabes unis aient permis à chaque pays d'être représenté, quelles que soient les difficultés économiques et les conflits auxquels ils sont confrontés. »

La mission de l'Expo 2020 est d'offrir une plate-forme mondiale de « pollinisation croisée » entre les cultures, déclare Maha Al-Gargawi, porte-parole d'Expo 2020 Dubaï.

« Il y a 192 pays participants, ce qui en fait non seulement l'Exposition universelle la plus internationale, mais la plus inclusive », dit-elle.

Ce ne sont pas seulement les voisins des Émirats arabes unis au Moyen-Orient et en Asie centrale qui ont bénéficié de subventions et de soutien : les Bahamas aussi, un archipel et un pays à la limite nord-ouest des Antilles.

Bien que les Bahamas soient bien connues pour leur tourisme de luxe et leurs industries bancaires offshore, leur économie est aux prises avec une crise sans précédent provoquée par une des catastrophes naturelles couplées à la pandémie de Covid-19.

'
Le message du pavillon des Bahamas est lié à la vision collective d'Expo 2020 Dubaï de travailler en harmonie avec l'environnement pour vivre de manière plus durable. (Fourni)

 

« Les Bahamas devaient à la base, pour l'Expo 2020 de Dubaï, construire un pavillon de 15 000 pieds carrés en collaboration avec des étudiants en architecture de l'Université des Bahamas », déclare Tony S. Joudi, l'ambassadeur des Bahamas aux Émirats arabes unis et au Qatar.

« Mais depuis l'époque de cet engagement, un ouragan majeur a frappé les Bahamas et a causé de graves dégâts aux infrastructures de notre économie et a fait des milliers de morts et de sans-abri. »

« Cela a été suivi en 2020 par la pandémie de Covid qui n'a pas épargné les Bahamas et a ainsi causé un autre revers majeur dans le système de santé, ajoutant une brèche supplémentaire à l'économie et dévastant la vie du peuple des Bahamas. »

Situé dans le Sustainability District, le message du pavillon est lié à la vision collective de l'Expo 2020 Dubaï de travailler en harmonie avec l'environnement pour vivre de manière plus durable.

« Les Émirats arabes unis ont été extrêmement solidaires, généreux et passionnés par notre cause et ont aidé les Bahamas de plusieurs manières... en accordant tous les droits et privilèges destinés à tout ami dans le besoin », poursuit Joudi.

Al-Gargawi, le porte-parole de l'Expo 2020 Dubaï, l'a exprimé ainsi : « Chaque pays a une voix et chaque pays a une position égale ici. C'est la première fois dans l'histoire de l'Exposition universelle que les pays ne sont pas séparés par leur économie ou leur géographie. »

« Cela découle de la vision des dirigeants des Émirats arabes unis qui croient que la ville de Dubaï et les Émirats arabes unis sont une plate-forme pour le monde entier et c'est ce que l'Expo 2020 a essayé de faire. »

Twitter : @rebeccaaproctor

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Un monde, un film choc sur le harcèlement scolaire

Un monde, le premier long-métrage de Laura Wandel, sort aujourd’hui dans les cinémas en France. (Photo, AFP)
Un monde, le premier long-métrage de Laura Wandel, sort aujourd’hui dans les cinémas en France. (Photo, AFP)
Short Url
  • Avec Un monde, la réalisatrice belge Laura Wandel réalise une parabole immersive à hauteur d’enfant qui dépeint également la brutalité de nos sociétés
  • «J’avais envie de montrer l’enfance, ses découvertes, mais aussi une certaine cruauté, parce que c’est aussi ça, l’enfance», explique à Arab News en français la réalisatrice

ABU DHABI : Ultraréaliste à la manière des frères Dardenne, Un monde, le premier long-métrage de Laura Wandel, sort aujourd’hui dans les cinémas en France. À première vue, le film est un récit maîtrisé de la violence et du harcèlement dans une cour d’école. On y suit Nora, 7 ans, qui entre à l’école primaire et découvre les tourments de son frère aîné Abel. Nora cherche à l’aider, mais elle se trouve prise dans un terrible conflit de loyauté, entre l’amour fraternel et son besoin de s’intégrer. 

1
Laura Wandel : Le cinéma pour moi, c’est une fenêtre ouverte sur le monde, qui permet de découvrir d’autres cultures, de me projeter dans la vie de quelqu’un d’autre. (Photo fournie)

À travers une histoire sur le monde impitoyable des enfants, la réalisatrice belge met en lumière celui des adultes. Une parabole immersive à hauteur d’enfant qui dépeint aussi la brutalité de nos sociétés. 

Récompensé au dernier festival de Cannes par le prix Fipresci des critiques internationaux dans la catégorie «Un certain regard», Un monde a été présélectionné cette année pour les Oscars parmi quinze films internationaux. Arab News en français a rencontré Laura Wandel, qui dévoile les coulisses de sa création. 

Un monde peut être vu comme un récit du harcèlement à l’école, mais votre réflexion va bien au-delà, c’est un prétexte pour mener une réflexion plus large sur nos sociétés? 

Mon film ne parle pas seulement de harcèlement à l’école. C’est bien plus que ça. Il était important pour moi de renvoyer le spectateur à ses premiers souvenirs personnels, lorsqu’il a ressenti le besoin d’intégration, de reconnaissance, et d’appartenance. Ce besoin que l’on va retrouver dans notre vie d’adulte. J’ai l’impression que c’est vraiment à l’école, lorsque l’on quitte le cocon familial, que l’on est confronté pour la première fois à toutes ces problématiques. 

Nous passons plus de douze ans de notre vie, huit heures par jour, à l’école, et cela influence notre vision du monde en tant qu’adulte, notre rapport à l’Autre. C’est comme si des choses s’ancraient en nous à ce moment-là. J’aborde ici aussi la question de la territorialité: par exemple, le terrain de foot prend toute la place dans la cour de récréation, et j’ai l’impression que c’est assez universel. Dans la plupart des cours de récréation, les enfants qui n’ont pas envie de jouer au foot ont le droit à de tout petits espaces à côté. C’est assez révélateur de notre société, et je pense profondément que les conflits dans le monde sont liés à tous ces rapports de force. 

1

Selon vous donc, le monde est en quelque sorte une grande cour de récréation?  

Oui j’ai l’impression. C’est vraiment un miroir de notre société, de notre monde. 

Vous avez aussi écrit le scénario du film. Comment vous avez eu l’idée de traiter ce sujet? 

Dans mon travail, je pars toujours d’un lieu, et cette fois, j’avais envie d’explorer l’école. C’est un microcosme et j’aime beaucoup les lieux qui représentent un microcosme. J’ai fait le choix de parler d’une enfant qui arrive dans la même école que son frère. J’avais envie de montrer l’enfance, ses découvertes, mais aussi une certaine cruauté, parce que c’est aussi ça, l’enfance.  

Maya Vanderbeque, la jeune fille qui incarne Nora, capte le spectateur par ses émotions dès les premiers instants du film. Sur quels critères vous avez fait le casting des enfants? 

Pour le rôle de Nora, je savais que j’avais besoin d’une enfant qui ait les épaules pour porter ce film. J’ai vu environ 200 enfants pendant le casting. Mais quand Maya est arrivée, la première chose qu’elle m’a dit a été «je vais donner toute ma force à ce film», alors qu’elle n’avait que 7 ans. Cela m’avait vraiment impressionné. Et devant la caméra, elle dégageait quelque chose d’incroyable et de très beau, juste par son visage. C’est ça aussi la magie du cinéma. C’est quand la caméra arrive à révéler quelque chose que l’on ne voit pas spécialement à l’œil nu. Une fois que nous l’avons choisie, nous avons organisé tout le casting en fonction d’elle et nous avons sélectionné Günter Duret pour le rôle d’Abel, le frère de Nora. 

Quel a été le processus que vous avez mis en place pour préparer les enfants à la thématique du harcèlement? 

J’ai travaillé avec Maya pendant environ deux ans. La première étape a été de lui apprendre à nager. Cela nous a permis de bien nous connaître et de construire une relation de confiance. Ensuite, nous avons mis en place une méthode particulière avec une orthopédagogue. Chaque enfant devait créer la marionnette de son personnage. Il fallait qu’ils fassent bien la distinction entre eux et le personnage, qu’ils ne mélangent pas les deux. C’était une étape très importante. Ensuite, on leur a expliqué le début d’une scène et on leur a demandé d’improviser la suite pour qu’ils puissent aussi engager leur corps et proposer des dialogues par eux-mêmes. Lors de la dernière étape, ils devaient dessiner chaque scène et cela devenu leur scénario visuel, leur propre story-board. 

Les enfants n’ont jamais reçu de scénario, contrairement aux adultes, parce qu’il était très important pour moi qu’ils gardent une part de créativité et qu’il puissent participer à l’histoire. Pendant deux mois avant le tournage, nous avons travaillé avec eux tous les week-ends. 

1
Laura Wandel: Les enfants n’ont jamais reçu de scénario, contrairement aux adultes, parce qu’il était très important pour moi qu’ils gardent une part de créativité et qu’il puissent participer à l’histoire. (Photo fournie)

Dans le film, vous explorez aussi le sujet de la fraternité, la relation entre frère et sœur? 

C’était une manière presque symbolique de dire qu’on est tous frères et sœurs, en tant qu’humains, et de montrer jusqu'où l’on peut aller, renier sa propre identité afin de s’intégrer. 

Vous avez fait le choix de positionner votre caméra à hauteur d’enfant. Était-ce pour plonger le spectateur encore plus dans l’histoire? 

Oui, c’est une manière d’immerger le spectateur et de le confronter à la vision d’un enfant. J’ai aussi fait appel au hors champ. Il était très important pour moi que spectateur participe à la narration et j’ai impression que ce choix le permet. C’est aussi le cas pour le fond sonore, qui pourrait paraître placé là par hasard, mais qui a été réalisé avec beaucoup de précision. Je l’ai construit comme une véritable partition musicale. Les ingénieurs du son sont allés capter des vrais sons dans des cours de récréations pendant des mois. L’un travaillait uniquement sur les sons intérieurs et l’autre a enregistré les sons extérieurs. Ensuite, chaque cri et chaque son ont été placés à des endroits très précis pour faire monter ou baisser la tension dans le film. 

Avant sa sortie en salle, Un monde a déjà été visionné par de nombreux enfants dans les écoles. Ce film a-t-il été réalisé dans un but pédagogique? 

Pas au départ, non. Ce film était a priori davantage destiné aux adultes, mais en Belgique et en France, il est beaucoup demandé par les écoles. Il est en fait, en train de devenir un outil pédagogique. C’est quelque chose qui me touche beaucoup, parce que je ne m’y attendais pas. C’est très beau qu’il ne soit plus juste un «objet cinématographique». 

Combien de temps avez-vous travaille sur ce film? 

J’ai travaillé dessus pendant sept ans, dont cinq ans sur l’écriture du scenario. J’ai passé d’ailleurs énormément de temps à observer les enfants dans des cours de récréation, parce que je ne voulais pas me baser uniquement sur mes souvenirs personnels. J’ai aussi rencontré pas mal d’instituteurs et des parents d’élèves. 

Vous avez terminé le film avant la pandémie, pourtant Un monde sort seulement aujourd’hui au cinéma. Comment avez-vous vécu cette période de la pandémie? 

En effet, le film devait sortir en 2020, mais nous avons décidé de reporter sa sortie, à cause de la Covid-19. D’ailleurs, le dernier jour de la postproduction était le premier jour du premier confinement en Belgique. J’ai vraiment eu peur que ce film n’existe jamais, mais aujourd’hui je ne regrette pas ma décision. 

Pendant la pandémie et les confinements, cela a été difficile pour tout le monde. En revanche, il y a quelques semaines, une très belle chose est arrivée: les salles de cinéma ont résisté face au gouvernement belge qui voulait les fermer à nouveau. Je trouve cela vital parce que la société a besoin de culture et qu’il faut revendiquer ses droits. L’accès à la culture est un droit.

1
Laura Wandel: C’était une manière presque symbolique de dire qu’on est tous frères et sœurs, en tant qu’humains, et de montrer jusqu'où l’on peut aller, renier sa propre identité afin de s’intégrer. (Photo fournie)

 Un monde est votre premier long-métrage. Vous avec étudié le cinéma à l’IAD (Institut des arts de diffusion) en Belgique et depuis vous avez tourné plusieurs courts-métrages. Qui sont vos grands maîtres dans le cinéma? 

Je suis entrée à l’IAD tout de suite après l’école secondaire, à 18 ans. Je savais que je voulais faire du cinéma. À la sortie de l’école j’ai beaucoup travaillé sur des tournages, j’avais besoin de me confronter au milieu professionnel. Aujourd’hui, je suis tout d’abord influencée par les frères Dardenne – ma grande référence –, mais aussi par l’Iranien Abbas Kiarostami, Bruno Dumont, un réalisateur français, et le cinéaste autrichien Michael Haneke.  

Laura Wandel, qu’est-ce que le cinéma pour vous? 

Le cinéma pour moi, c’est une fenêtre ouverte sur le monde, qui permet de découvrir d’autres cultures, de me projeter dans la vie de quelqu’un d’autre. C’est ça, pour moi la puissance du cinéma, sa force empathique. Pendant une heure ou deux, on peut rentrer dans la vie de quelqu’un d’autre et comprendre ce qu’il vit. En ce moment, c’est très important et peut-être qu’on ne le fait pas assez. Le cinéma, c’est ce qui me fait vivre. C’est vraiment mon lien à la vie et aux autres. 


Disney+ sera lancé en Arabie saoudite et dans 41 autres pays du Moyen-Orient, d’Europe et d’Afrique

(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • Nouveaux pays pour Disney+ : Algérie, Bahreïn, Égypte, Irak, Jordanie, Koweït, Liban, la Libye, Maroc, Oman, Palestine, Qatar, Arabie saoudite, Tunisie, Émirats arabes unis et Yémen
  • Disney+ propose un contenu original exclusif et des milliers d’épisodes et de films

RIYAD: Le service de streaming Disney+, de Walt Disney Company, a confirmé qu’il sera lancé en été dans 42 pays et 11 nouveaux territoires, y compris 16 marchés de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (zone Mena).  

Parmi ces nouveaux pays figurent l’Algérie, Bahreïn, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, le Maroc, Oman, la Palestine, le Qatar, l’Arabie saoudite, la Tunisie, les Émirats arabes unis et le Yémen. 

Proposant un contenu original exclusif et des milliers d’épisodes et de films de Disney, Pixar, Marvel, Star Wars, National Geographic, et des émissions de divertissement général diffusées sur Star, Disney+ est la maison de streaming de certaines des histoires les plus appréciées au monde. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 

 


France: «Illusions perdues» en tête des nominations pour les César

«Illusions perdues», ce film de Xavier Giannoli faisant la course en tête avec 15 nominations dont le meilleur film et la meilleure réalisation. (Photo, AFP)
«Illusions perdues», ce film de Xavier Giannoli faisant la course en tête avec 15 nominations dont le meilleur film et la meilleure réalisation. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les nominations pour les prix les plus prestigieux du cinéma français ont été annoncées mercredi
  • Les 4 363 professionnels du cinéma membres de l'Académie ont désormais un mois pour voter

PARIS: Adaptation enlevée du grand roman de Balzac, fresque acide sur la presse et ses dérives, le film « Illusions perdues » fait figure de favori pour les César 2022, qui seront décernés le 25 février à Paris et tenteront de redorer l'image de cette institution. 

1
Les nominations dans les principales catégories pour la 47e cérémonie des César du 25 février à l'Olympia à Paris. (Graphique, AFP)

Les nominations pour les prix les plus prestigieux du cinéma français ont été annoncées mercredi, ce film de Xavier Giannoli faisant la course en tête avec 15 nominations dont le meilleur film et la meilleure réalisation.

D'ici à la cérémonie, la course reste ouverte pour succéder à « Adieu les Cons » d'Albert Dupontel, qui avait triomphé l'an dernier avec sept statuettes. 

Derrière l'adaptation du grand roman balzacien, les membres de l'Académie ont placé l'opéra-rock « Annette » de Leos Carax, qui décroche 11 nominations, dont celui de meilleur acteur pour l'Américain Adam Driver, qui côtoie dans sa catégorie Benoît Magimel et Pierre Niney. 

Fermant le trio de tête, « Aline », le biopic de Valérie Lemercier consacré à la star québécoise Céline Dion, obtient dix nominations, dont logiquement la meilleure actrice pour elle, aux côtés de Léa Seydoux ou Laure Calamy, qui avait remporté le titre l'an dernier. 

Dans la catégorie reine du « meilleur film », outre ces trois œuvres, l'Académie a plébiscité « BAC Nord » de Cédric Jimenez, sur les dérives policières dans les quartiers Nord de Marseille, dans le sud-est de la France, « L'évènement » d'Audrey Diwan, qui a décroché le Lion d'Or à Venise, « la Fracture » de Catherine Corsini sur la France agitée par le mouvement social des « Gilets jaunes » ainsi que « Onoda, 10 000 nuits dans la jungle » d'Arthur Harari. 

Du côté de la meilleure réalisation, décernée une seule fois dans l'histoire des César à une réalisatrice, l'Académie a retenu quatre hommes, MM. Carax, Jimenez, Giannoli et Harari, et trois femmes, Valérie Lemercier, Audrey Diwan et Julia Ducournau, qui a décroché la Palme d'Or à Cannes pour « Titane ». 

Les 4 363 professionnels du cinéma membres de l'Académie ont désormais un mois pour voter. 

Malgré un profond renouvellement, la cérémonie de l'an dernier a fait un flop d'audience et suscité un torrent de critiques déplorant le nombrilisme du monde du cinéma en pleine pandémie. 

Cette année, les organisateurs ont misé sur des valeurs sûres, avec l'animateur et humoriste Antoine de Caunes comme maître de cérémonie et la scénariste et réalisatrice Danièle Thompson en présidente. Mais ils auront fort à faire tant le désamour pour les grandes cérémonies semble croissant, à l'instar des Golden Globes, évincés de la télévision américaine.