Violences en Guadeloupe: appel au calme de Macron, Castex annonce une «instance de dialogue»

La Guadeloupe est secouée depuis une semaine par un mouvement, qui a dégénéré en crise sociale émaillée de nombreuses violences dans la nuit de jeudi à vendredi, quand ont débuté des violences et des pillages. (AFP)
La Guadeloupe est secouée depuis une semaine par un mouvement, qui a dégénéré en crise sociale émaillée de nombreuses violences dans la nuit de jeudi à vendredi, quand ont débuté des violences et des pillages. (AFP)
Short Url
Publié le Mardi 23 novembre 2021

Violences en Guadeloupe: appel au calme de Macron, Castex annonce une «instance de dialogue»

  • Les troubles se sont cependant poursuivis durant le week-end, conduisant le rectorat à suspendre lundi l'accueil des élèves "dans les écoles, collèges et lycées"
  • Castex «condamne avec la plus extrême fermeté» les violences et «appelle au calme»

POINTE-A-PITRE: L'exécutif a vivement condamné lundi les violences urbaines et pillages et appelé au calme face à la "crise très explosive" en Guadeloupe, en proie à une contestation sociale liée à l'obligation vaccinale contre le Covid, en reconnaissant "un dialogue nécessaire" avec les élus.


Après avoir "condamné avec la plus extrême fermeté" les violences, le Premier ministre Jean Castex a annoncé la création d'une "instance de dialogue" afin de "convaincre et d'accompagner individuellement, humainement" les professionnels concernés par l'obligation vaccinale. Finalement testé positif au Covid-19, il s'exprimait à l'issue d'une réunion qui s'est tenue en visioconférence avec les élus de l'île antillaise.


"Une mission du ministère de l'Intérieur sera à pied d'œuvre sur place dès demain pour examiner avec eux les voies et moyens pour permettre les conditions de déploiement de l'obligation vaccinale et discuter aussi des sujets propres au fonctionnement du service départemental d'incendie et de secours de Guadeloupe", a poursuivi le chef du gouvernement, alors que les pompiers font partie des forces vives de la contestation. 

«La seule solution pour être entendu!»

Des carcasses et pneus de voitures brûlées, des débris variés et des palissades dressées pour faire barrage: pour Pascal, le blocage des routes de Guadeloupe, en proie à une crise sociale depuis une semaine, constitue "la seule solution pour être entendu" jusqu'à Paris.


Avec d'autres habitants de Mare-Gaillard, cet homme de 55 ans, qui préfère conserver l'anonymat, participe depuis une semaine au barrage qui entrave ce bourg situé sur la nationale 4.


Sur cette route qui longe la côte sud de Grande-Terre, les stigmates d'une semaine de mobilisation et de violences sont visibles: à proximité du Gosier, une voiture retournée au milieu de la chaussée. D'autres sur les bas-côtés, également calcinées.

Pascal se désolidarise des violences et pillages, dénoncés par les habitants de l'île interrogés par l'AFP à proximité des barrages, qui cependant soutiennent la contestation.


"Il n'y a pas de réaction (des autorités NDLR) tant qu'on n'emploie pas la manière forte", déplore Pascal. "Vous seriez venus de Paris, vous, sinon?", ajoute-il à l'adresse des journalistes de l'AFP.


En ce lundi matin, Pascal et les autres laissent passer les voitures, enlevant les débris déblayés la veille au soir par les forces de l'ordre pendant le couvre-feu instauré entre 18H00 et 05H00 jusqu'au 23 novembre.


"Les policiers n'avaient pas fait 10 kilomètres qu'on les avait déjà remis! Ils le savaient d'ailleurs: ils nous ont dit à plus tard!" lance Pascal.


Si le barrage de Mare-Gaillard est filtrant, en d'autres endroits de l'île c'est interdiction d'avancer. 


Comme au "rond-point Perrin", important point de passage à proximité des Abymes.


Samuel Louis, 31 ans et intérimaire dans le BTP, y tient à peu près le même discours: "On n'est pas là pour commettre des violences, juste qu'on nous respecte. On ne fout pas le bordel, on empêche juste les gens de passer."


Les raisons avancées de la contestation sont également similaires.


L'opposition à l'obligation vaccinale des soignants, déclencheur de la crise, en est une, alors que 85% des soignants et près de 50% de la population de plus de 18 ans ont reçu au moins une dose de vaccin en Guadeloupe, frappée de plein fouet cet été par l'épidémie de Covid-19.


"Qui dit que le vaccin ne va pas être exigé pour tout le monde pour travailler?" avance Samuel Louis, évoquant aussi des rumeurs infondées selon lesquelles "le RSA serait supprimé aux allocataires refusant de se vacciner." 

«La goutte d'eau»
Mais l'obligation vaccinale "n'est que la goutte d'eau qui fait déborder le vase" guadeloupéen, selon Pascal.


Il évoque principalement le coût croissant de la vie, avec une "bouteille de gaz coûtant 28 euros et un litre d'essence autour d'1,60 euros", "des gens qui n'arrivent plus à payer leurs assurances ni à manger".


"On se bat aussi pour de meilleurs salaires. On travaille beaucoup pour peu" abonde Samuel Louis, pointant le "manque de travail" dans un département au taux de chômage bien supérieur à la métropole, notamment chez les jeunes (35% en 2020 contre une moyenne nationale de 20%).


Les contestataires "demandent la parole mais se sentent délaissés, pas écoutés. Alors ils font comme ils peuvent", explique Patrice Angel.


Il rejette les pillages et violences - "les grévistes sont les grévistes, les casseurs, les casseurs" - mais dit comprendre les revendications des manifestants.


De même que Philippe Manioc, 60 ans, qui travaille dans le BTP à son compte: "Cela me dérange car je ne peux pas aller bosser mais en même temps je les comprends."


Dans ses revendications, Patrice pointe aussi du doigt une "différence de traitement par rapport à la métropole", notamment selon lui pour les hôpitaux: "Ils (l'Etat) ne peuvent pas nous ouvrir 50 lits supplémentaires ni envoyer de l'oxygène mais peuvent envoyer 2.000 flics supplémentaires?", s'indigne-t-il?


Face à la situation tendue, 200 policiers et gendarmes, ainsi que 50 membres des unités du GIGN et du Raid, ont été dépêchés de Paris, portant à 2.250 les forces mobilisées sur place.


"S'ils commencent à tabasser les gens, ça va mal aller" pense Pascal. Et pour Samuel Louis, "s'il n'y a pas de réponse de l'Etat à la crise, la situation va empirer".

«Nuit plus calme»

Plus tôt dans la journée, Emmanuel Macron a assuré la Guadeloupe de la "solidarité" de la nation et demandé de "ne rien céder au mensonge et à la manipulation par certains de cette situation" en marge d'un déplacement à Amiens.


"On ne peut pas utiliser la santé des Françaises et des Français pour mener des combats politiques" et "il faut que "l'ordre public soit maintenu", a-t-il souligné sur un ton apaisant, insistant sur "une adhésion croissante à la vaccination" sur l'île, malgré l'opposition d'une "toute petite minorité".


La Guadeloupe, qui connaît un fort taux de chômage qui atteint 35% chez les jeunes, et frappée de plein fouet par l'épidémie du Covid-19 cet été, est secouée depuis une semaine par un mouvement, ayant pour origine la contestation de l'obligation vaccinale des soignants, qui a dégénéré en crise sociale émaillée de nombreuses violences dans la nuit de jeudi à vendredi, quand ont débuté des violences et des pillages.


Menace avec un "fusil à pompe", médecin "tenu en joue", l'Agence régionale de santé de Guadeloupe a fustigé "les agressions physiques que les professionnels de santé ont subies ces derniers jours alors qu'ils allaient soigner les pères, les mères et les enfants de Guadeloupe".


Face à une situation se détériorant rapidement, le gouvernement a envoyé 200 policiers et gendarmes, ainsi que 50 membres des unités du GIGN et du Raid - déployés dès leur descente d'avion -, portant à 2.250 les forces mobilisées sur place, tandis que le préfet a instauré un couvre-feu entre 18H00 et 05H00, jusqu'au 23 novembre.

«Nuit plus calme»
Les troubles se sont cependant poursuivis durant le week-end, conduisant le rectorat à suspendre lundi l'accueil des élèves "dans les écoles, collèges et lycées". Les cours n'ont déjà pas eu lieu vendredi.


La nuit de dimanche à lundi a cependant été plus calme que la précédente selon la préfecture, pour qui la mobilisation des forces de l'ordre "a permis d'empêcher dans les centres villes et en zone rurale, la majorité des tentatives de regroupement et d'atteinte aux biens".


"Il y a eu beaucoup de barrages mais peu de pillages", confirme une source policière qui ne note pas de "faits marquants".


Le procureur de la République Patrick Desjardins a confirmé à l'AFP des informations de presse sur le vol d'armes et de munitions à la station des gardes-côtes de la Douane de Pointe-à-Pitre, dans la nuit du 19 au 20 novembre, sans donner plus de détail.


En Martinique voisine, l'appel à la grève générale lancé par 17 organisations syndicales aux revendications variées dont la fin de l'obligation vaccinale pour les soignants, a conduit à des blocages qui ont paralysé une bonne partie de l'activité économique.


Des manifestants à Fort-de-France ont envahi lundi le village d’arrivée de la transat Jacques Vabre.


"Je condamne les violences, mais il y a une situation extrêmement éruptive dans nos pays en ce moment", a déclaré lundi la sénatrice PS de Martinique Catherine Conconne, pour qui "la vie chère constitue l'élément le plus compliqué à gérer et l'élément de récrimination le plus fort de nos populations".


Depuis l'été, le taux de vaccination a progressé en Guadeloupe, avec désormais un taux de près de 90% des soignants vaccinés, et approchant 50% dans la population générale - loin toutefois des plus de 75% de vaccinés en métropole.


Burkini à la piscine: la justice française suspend l'autorisation donnée par la ville de Grenoble

La maire de Grenoble , Eric Piolle, a souhaité modifier le code vestimentaire dans les piscines pour y autoriser le burkini  et le monokini. Le nouveau règlement devait entrer en vigueur le 1er juin. (Photo, AFP)
La maire de Grenoble , Eric Piolle, a souhaité modifier le code vestimentaire dans les piscines pour y autoriser le burkini et le monokini. Le nouveau règlement devait entrer en vigueur le 1er juin. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le tribunal administratif de Grenoble se prononçait suite au dépôt par le représentant local de l'Etat d'un « référé laïcité» réclamant la suspension de cette mesure controversée
  • Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est immédiatement félicité sur Twitter de cette « excellente nouvelle»

GRENOBLE : La justice française a suspendu mercredi une disposition du nouveau règlement des piscines municipales de la ville de Grenoble (sud-est) autorisant le port du burkini, à l'origine d'une vive polémique en France.

Le tribunal administratif de Grenoble se prononçait suite au dépôt par le représentant local de l'Etat d'un "référé laïcité" réclamant la suspension de cette mesure controversée.

Le tribunal relève que l'article en cause permet aux usagers de "déroger à la règle générale d’obligation de porter des tenues ajustées près du corps pour permettre à certains usagers de s’affranchir de cette règle dans un but religieux".

Ses auteurs ont par là-même "gravement porté atteinte au principe de neutralité du service public", affirme-t-il.

La maire de Grenoble, ville de quelque 158 000 habitants située au pied des Alpes et dirigée par un écologiste, Eric Piolle, a souhaité modifier le code vestimentaire dans les piscines pour y autoriser le burkini (un maillot de bain couvrant le corps et la tête, créé en Australie en 2004), et le monokini. Le nouveau règlement devait entrer en vigueur le 1er juin.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin s'est immédiatement félicité sur Twitter de cette "excellente nouvelle".

Le sujet polarise depuis plusieurs mois la classe politique française. Pour ses opposants, le burkini constitue un symbole flagrant d'oppression de la femme et s'apparente au voile intégral que les talibans viennent de réimposer à la gent féminine en Afghanistan.

Le président conservateur de la région Auvergne-Rhône-Alpes, où se trouve Grenoble, Laurent Wauquiez, avait accusé début mai le maire de Grenoble de "soumission à l'islamisme", dans un pays terrassé par plusieurs attentats jihadistes et où la question communautaire fait débat. 

En France, le burkini n'était jusqu'à présent autorisé dans les piscines d'une seule autre grande ville, à Rennes (ouest) depuis 2018.

En quelques semaines, et à l'approche des élections législatives des 12 et 19 juin, le débat a viré à la tempête politique, les deux camps s'affrontant à coups de tribunes, pétitions et prises de position musclées.

Le maire de Grenoble fait "du mal" aux "valeurs républicaines" avec ce projet "absolument grave", avait estimé une porte-parole du parti du président Emmanuel Macron: "On viendrait déroger à la règle pour répondre à une volonté politique religieuse".

Dans l'autre camp, une centaine de personnalités dont des féministes de renom, avaient publié une tribune de soutien: "les femmes musulmanes ont autant leur place à la piscine" que les autres citoyens et "personne ne doit être stigmatisée jusque dans les bassins en raison de son choix de maillot".


Après deux incendies, Bolloré veut réparer ses bus électriques

Un technicien travaille le 12 octobre 2017 à Ergue-Gaberic, dans l'ouest de la France, sur une ligne d'assemblage de bus électriques dans l'usine Bluebus du groupe Vincent Bollore. (AFP).
Un technicien travaille le 12 octobre 2017 à Ergue-Gaberic, dans l'ouest de la France, sur une ligne d'assemblage de bus électriques dans l'usine Bluebus du groupe Vincent Bollore. (AFP).
Short Url
  • Un autobus électrique Bluebus s'était embrasé dans le 13e arrondissement de la capitale le 29 avril, quelques semaines après un autre incendie de bus, sans faire de blessés
  • «Ces bus ne seront remis en circulation qu'au terme de l'enquête indépendante que nous avons lancée» avec la RATP, selon le directeur général d'Ile-de-France Mobilités, Laurent Probst

PARIS : La cause principale des deux incendies de bus électriques Bluebus (Bolloré) survenus en avril à Paris a été "très vraisemblablement" identifiée, ce qui devrait entraîner un rappel de la série défectueuse, a indiqué mercredi le PDG du groupe, Cyrille Bolloré.

"Nous avons très vraisemblablement identifié la cause racine et envoyé des courriers à nos clients", a dit le dirigeant lors de l'assemblée générale des actionnaires.

Un autobus électrique Bluebus s'était embrasé dans le 13e arrondissement de la capitale le 29 avril, quelques semaines après un autre incendie de bus, dans le 5e arrondissement. Ces deux incidents n'ont pas fait de blessé.

Après le deuxième sinistre, la RATP avait immédiatement retiré de la circulation, "par mesure de précaution", les 149 autobus électriques de la série produite par Blue Solutions, une société du groupe Bolloré - soit près d'un tiers de sa flotte de bus électriques.

Selon les premiers résultats de l'enquête menée par Bluebus, le problème principal ne viendrait pas d'un "défaut d'électrochimie" mais "peut-être de l'assemblage d'un composant électronique sur une série donnée", a indiqué Cyrille Bolloré.

Le rappel et la reproduction des modules occasionneraient une dépense supplémentaire de 10 millions d'euros pour le groupe en 2022, a-t-il ajouté.

La RATP - associée à Ile-de-France Mobilités, avec un expert indépendant de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris)- et le Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) ont également lancé des investigations.

Enquête indépendante

"Nous ne nous contenterons pas de cette annonce", a réagi le directeur général d'Ile-de-France Mobilités, Laurent Probst.

"Ces bus ne seront remis en circulation qu'au terme de l'enquête indépendante que nous avons lancée" avec la RATP. 

"Ile-de-France Mobilités a fait le choix de la sécurité des voyageurs et des conducteurs. (...) Nous appliquons un principe de précaution absolu", a-t-il souligné

Le premier incendie a été provoqué par "un défaut sur la batterie", avait-il indiqué le 9 mai.

De son côté, la RATP "prend note" des déclarations de M. Bolloré, mais elle "n'a pas reçu de courrier de la part de Bluebus/Bolloré, pour l'informer de l'identification vraisemblable de la cause de l'incendie sur le véhicule de la ligne 71 (le 29 avril)", selon un porte-parole. 

La Régie "n'a pas d'éléments permettant de confirmer l'origine de l'incendie", ajoutant que les investigations qu'elle a lancées avec Ile-de-France Mobilités après les incendies "sont toujours en cours".

"Pour rappel, la RATP et Ile-de-France Mobilités ont demandé à Bluebus/Bolloré une expertise complète afin de donner les explications sur les causes de ces incidents et de proposer un plan d'action pour permettre une remise en exploitation des 149 bus concernés en toute sécurité", a insisté le porte-parole de la Régie. 

Le groupe Bolloré, principalement actif dans la logistique et les médias (Vivendi), détient également plusieurs activités liées au stockage d'électricité. Il développe notamment un système de batteries solides Lithium Métal Polymère (LMP), concurrent des batteries Lithium ion les plus couramment utilisées pour les véhicules électriques.

"C'est un coup difficile, un coup dur", a reconnu mercredi Vincent Bolloré - père de Cyrille - lors de l'assemblée générale de la Compagnie de l'Odet, qui contrôle le groupe portant son nom.

Le dirigeant a salué la "compétence scientifique, technologique" de sa division de systèmes électriques. Mais, "quand vous devez fabriquer vous-même, ce qui est le cas de nos bus, c'est compliqué", notamment car un certain nombre de composants sont fabriqués par des tiers, a-t-il indiqué.


Mise en examen d'un homme de 18 ans qui préparait un acte terroriste au nom de l'EI

Des policiers, des pompiers et des membres des services d'urgence se tiennent dans une rue bloquée du centre de Paris après qu'une personne a été tuée par un homme armé d'un couteau en 2018. (Fichier/AFP)
Des policiers, des pompiers et des membres des services d'urgence se tiennent dans une rue bloquée du centre de Paris après qu'une personne a été tuée par un homme armé d'un couteau en 2018. (Fichier/AFP)
Short Url
  • Les premières investigations, confirmées par ses déclarations en garde à vue, ont démontré qu’il projetait un acte terroriste «au nom de l’organisation de l’Etat islamique à laquelle il avait prêté allégeance»
  • Issu d'une famille de confession musulmane, le suspect s'était radicalisé, mais les conditions de celle-ci n'ont pas été précisées

PARIS: Un jeune homme de 18 ans, soupçonné de vouloir commettre un acte terroriste imminent à l'arme blanche, a été interpellé dans la Drôme et mis en examen mardi à Paris, a-t-on appris mercredi auprès de sources judiciaire et proche du dossier. 

Les premières investigations, confirmées par ses déclarations en garde à vue, ont démontré qu’il projetait un acte terroriste « au nom de l’organisation de l’Etat islamique à laquelle il avait prêté allégeance », a-t-on ajouté de source judiciaire. 

Une vidéo d'allégeance a été découverte en sa possession, a-t-on précisé de source proche du dossier. 

Le jeune homme avait attiré très récemment l'attention sur lui, au point d'être considéré comme  porteur d'une menace, a-t-on expliqué de même source. 

Devant l'imminence d'un projet d'attaque de sa part, une enquête préliminaire a été ouverte par le Parquet national antiterroriste (PNAT) le 19 mai pour « association de malfaiteurs terroriste en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteintes aux personnes ». Il a été interpellé vendredi dans la Drôme par des enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a-t-on ajouté de source judiciaire. 

Il a été mis en examen mardi et placé en détention provisoire. 

Issu d'une famille de confession musulmane, le suspect s'était radicalisé, mais les conditions de celle-ci n'ont pas été précisées. Sa ou ses cibles n'ont pas été divulguées.