En Afghanistan, la crainte d'une reprise en main des médias par les talibans

Le gouvernement taliban a publié dimanche une série de « directives religieuses » destinées aux médias, la première tentative de régulation du secteur par les talibans depuis leur reprise du pouvoir mi-août. (Photo/AFP)
Le gouvernement taliban a publié dimanche une série de « directives religieuses » destinées aux médias, la première tentative de régulation du secteur par les talibans depuis leur reprise du pouvoir mi-août. (Photo/AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 24 novembre 2021

En Afghanistan, la crainte d'une reprise en main des médias par les talibans

  • Des journalistes et ONG afghanes ont dénoncé mardi les nouvelles règles imposées par le régime taliban aux télévisions afghanes, craignant un musèlement progressif des médias en Afghanistan
  • Les nouvelles directives stipulent également que femmes journalistes portent « le voile islamique » à l'écran, sans préciser qu'il s'agit d'un simple foulard, déjà habituellement porté à la télévision afghane, ou d'un voile plus couvrant

KABOUL : Le début d'une reprise en main ? Des journalistes et ONG afghanes ont dénoncé mardi les nouvelles règles imposées par le régime taliban aux télévisions afghanes, craignant un musèlement progressif des médias en Afghanistan.

Ils ont reçu le soutien de l'ONG Human Rights Watch (HRW), qui a accusé les talibans de vouloir "faire taire toute critique" contre leur régime, en dénonçant des menaces et pressions, notamment sur les femmes.

Le gouvernement taliban a publié dimanche une série de "directives religieuses" destinées aux médias, la première tentative de régulation du secteur par les talibans depuis leur reprise du pouvoir mi-août.

Il a notamment appelé les médias à éviter les programmes "opposés aux valeurs islamiques et afghanes".

"Imaginez à quoi pourront ressembler les médias avec ces nouvelles directives: un journaliste homme avec une épaisse barbe commençant son article avec quelques mots en arabe et le finissant par des louages" au régime des taliban, a twitté Zaki Daryabi, patron de l'Etilaat Roz ("Jour d'info"), l'un des principaux quotidiens afghans.

M. Daryabi est aujourd'hui ben exil, comme des centaines de journalistes afghans qui ont fui le pays depuis cet été par peur de représailles des talibans.

Ces derniers demandent également aux télévisions afghanes de ne plus diffuser de séries "montrant des femmes", comme les très populaires feuilletons et séries à l'eau de rose produits notamment en Inde et en Turquie, et indispensables à l'équilibre économique de nombreuses chaînes.

Si elles sont appliquées, ces directives "vont provoquer la fermeture d'une partie des médias, notamment des télévisions", a prévenu Hujatullah Mujadidi, un des fondateurs de la Fédération des journalistes afghans, en réclamant aux talibans un compromis, pouvoir diffuser les séries mais en coupant certaines scènes par exemple.

"Des millions d'Afghans meurent de faim mais oui, réduisons encore plus la liberté d'expression des médias, ça résoudra les problèmes de l'Afghanistan", a ironiquement twitté Shaharzad Akbar, présidente en exil de la Commission afghane indépendante des droits de l'Homme (AIHRC), très remontée.

"Mais à quoi pensez-vous, les talibans?", a-t-elle poursuivi. "Quand commencerez-vous vraiment à gouverner le pays et à le servir, plutôt que restreindre, détruire et réprimer ?"

« L'ennemi »

Les nouvelles directives stipulent également que femmes journalistes portent "le voile islamique" à l'écran, sans préciser qu'il s'agit d'un simple foulard, déjà habituellement porté à la télévision afghane, ou d'un voile plus couvrant.

"Ces directives menacent la liberté des médias" et réduiront "la présence de femmes journalistes", a twitté Zan TV, la première chaîne de télévision afghane dont les producteurs et reporters étaient exclusivement des femmes.

Les femmes journalistes "se sentiront davantage menacées", a abondé auprès de l'AFP Aslia Ahmadzai, journaliste indépendante dans le nord-ouest afghan.

Sous couvert d'anonymat, un journaliste afghan en exil y voit "le premier pas vers une interdiction de toutes les télévisions, comme dans les années 90".

Le gouvernement taliban, lui, se défend de toute censure. Mais ses dernières déclarations sur le sujet n'ont guère rassuré les médias afghans et ONG.

Dimanche dernier, Qari Abdul Sattar Saeed, chargé des médias auprès du Premier ministre taliban, avait désigné sur Twitter les médias comme des relais de la "propagande" de "l'ennemi".

Jusqu'ici, a-t-il estimé, "nous avons eu beaucoup de patience" en tolérant "la plupart de la propagande diffusée par tout le monde". "Mais lorsque nous voyons le comportement de l'ennemi, on ne peut ni les pardonner ni les tolérer. Ils doivent être traités comme ils le méritent, durement."

Sous leur premier règne, de 1996 à 2001, les talibans avaient interdit la télévision, et toutes les formes de divertissement jugées immorales. Après leur renversement en 2001, le paysage médiatique afghan a explosé et des dizaines de stations de radios et chaînes de télévision privées sont apparues, avec le soutien des Occidentaux notamment.

Après le retour au pouvoir des talibans, de nombreux médias ont fermé en raison de l'exil de leurs journalistes, du tarissement de l'aide internationale ou des recettes publicitaires.

Parmi les journalistes qui n'ont pas fui, certains ont arrêté de travailler, à commencer par les femmes. D'autres ont été frappés ou arrêtés par les talibans, notamment ceux qui couvraient des manifestations "non autorisées" de femmes contre le pouvoir.

Et selon HRW, de nombreux autres vivent dans la peur car menacés par les talibans ou sommés de publier des informations qui leur sont favorables.


Israël dit à Washington avoir commandité le meurtre d'un colonel iranien, selon le NYT

Le colonel  Sayyad Khodaï  était, selon la télévision d'Etat iranienne, un membre de la Force Qods, l'unité d'élite des Gardiens de la Révolution en charge des opérations extérieures. (AFP).
Le colonel Sayyad Khodaï était, selon la télévision d'Etat iranienne, un membre de la Force Qods, l'unité d'élite des Gardiens de la Révolution en charge des opérations extérieures. (AFP).
Short Url
  • Le colonel Sayyad Khodaï a été tué dimanche par deux motards ayant ouvert le feu sur lui dans l'est de Téhéran
  • Mardi, des milliers d'Iraniens ont rendu un dernier hommage au colonel Khodaï, qualifié de "martyr"

NEW YORK: Israël a déclaré aux Etats-Unis être responsable du meurtre d'un important officier des Gardiens de la Révolution, l'armée idéologique de l'Iran, selon des informations publiées mercredi par le quotidien américain The New York Times.


Le colonel Sayyad Khodaï a été tué dimanche par deux motards ayant ouvert le feu sur lui dans l'est de Téhéran, selon l'agence officielle iranienne Irna. Il était, selon la télévision d'Etat iranienne, un membre de la Force Qods, l'unité d'élite des Gardiens de la Révolution en charge des opérations extérieures.


L'Iran a accusé des "éléments liés à l'arrogance mondiale" d'avoir commandité son meurtre, une expression faisant référence aux Etats-Unis et à leurs alliés, comme Israël.


"D'après un responsable des services de renseignement suivant l'affaire, Israël a indiqué à des responsables américains être à l'origine de l'assassinat", a écrit mercredi The New York Times.


Selon cette source, qui s'est confiée au journal américain sous couvert de l'anonymat, Israël a déclaré aux Etats-Unis que cette opération était destinée à exiger la fin des agissements d'un groupe opérant au sein de la Force Qods.


Mardi, des milliers d'Iraniens ont rendu un dernier hommage au colonel Khodaï, qualifié de "martyr". "Mort à l'Amérique" et "Mort à Israël", ont-ils crié.


L'état-major interarmées iranien a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête sur les "circonstances exactes de l'assassinat" de Khodaï. Et le président Ebrahim Raïssi a affirmé que son meurtre serait "vengé".


Israël et les Etats-Unis sont des pays ennemis de l'Iran. Téhéran ne reconnaît pas l'existence de l'Etat d'Israël et ses liens diplomatiques avec Washington sont rompus depuis 1980.


Les Etats-Unis, seul pays occidental où la violence par arme à feu frappe «  tout le temps »

Les chiffres des décès par arme à feu aux Etats-Unis, y compris les suicides, sont  effarants: plus de 17.000 morts déjà cette année, dont près de 650 mineurs. (AFP).
Les chiffres des décès par arme à feu aux Etats-Unis, y compris les suicides, sont effarants: plus de 17.000 morts déjà cette année, dont près de 650 mineurs. (AFP).
Short Url
  • C'est dans cet Etat de la Nouvelle-Angleterre (nord-est) qu'un déséquilibré âgé de 20 ans avait tué 26 personnes, dont 20 enfants âgés de 6 et 7 ans, avant de se suicider, dans l'école primaire Sandy Hook le 14 décembre 2012
  • Le tabloïd New York Post a d'ailleurs titré mercredi "Sandy Hook Again" ("Un nouveau Sandy Hook") au lendemain du massacre de 19 enfants et deux enseignants dans l'école primaire Robb d'Uvalde, au Texas

NEW YORK: Malgré des massacres presque quotidiens dans des lieux publics depuis des décennies, les Etats-Unis ne parviennent pas à se doter d'une législation plus draconienne contre les armes à feu, au contraire d'autres pays occidentaux comme la Nouvelle-Zélande après la tuerie de Christchurch en 2019.


Pour se moquer avec une ironie grinçante de ce débat qui tourne à vide dans la première puissance mondiale, le média satirique "The Onion" a publié à 21 reprises depuis 2014 - et encore une fois mercredi - le même article titré "+On ne peut rien y faire+, affirme le seul pays où cela arrive tout le temps".


The Onion avait publié exactement le même papier il y a dix jours après une tuerie raciste dans un supermarché de Buffalo, dans l'Etat de New York, où un jeune suprémaciste blanc est accusé d'avoir assassiné dix personnes noires.


"Cela n'arrive que dans ce pays, et nulle part ailleurs. Dans aucun autre pays, les enfants vont à l'école en pensant qu'ils pourraient se faire tirer dessus", a tonné mardi soir le sénateur démocrate du Connecticut, Chris Murphy, qui a "supplié" ses pairs d'agir.

« Un nouveau Sandy Hook »

C'est dans cet Etat de la Nouvelle-Angleterre (nord-est) qu'un déséquilibré âgé de 20 ans avait tué 26 personnes, dont 20 enfants âgés de 6 et 7 ans, avant de se suicider, dans l'école primaire Sandy Hook le 14 décembre 2012.


Le tabloïd New York Post a d'ailleurs titré mercredi "Sandy Hook Again" ("Un nouveau Sandy Hook") au lendemain du massacre de 19 enfants et deux enseignants dans l'école primaire Robb d'Uvalde, au Texas.


Une nouvelle tuerie qui a immédiatement relancé les critiques sur la prolifération des armes à feu aux États-Unis (leur nombre est évalué à 393 millions). Et ce même si le débat reste désespérément stérile, compte tenu du très mince espoir d'adoption par le Congrès d'une loi nationale ambitieuse sur la question.


Les chiffres des décès par arme à feu, y compris les suicides, sont pourtant effarants: plus de 17.000 morts déjà cette année, dont près de 650 mineurs. En moyenne, 40.620 personnes meurent chaque année par arme à feu aux Etats-Unis, selon l'organisation Everytown For Gun Safety, soit 111 personnes par jour.


Mais, à l'opposé de l'inertie américaine, d'autres pays ont pris le taureau par les cornes.


Quelques heures après la massacre d'Uvalde, la Première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern était l'invitée de l'émission de CBS "The Late Show with Stephen Colbert" où elle a infligé une petite leçon à l'Amérique.


Le 15 mars 2019, un suprémaciste blanc avait ouvert le feu dans deux mosquées de Christchurch, tuant 51 personnes et blessant des dizaines d'autres.

« Plus jamais ça »

Moins d'un mois plus tard, l'archipel océanien interdisait quasiment toutes les armes semi-automatiques et les fusils d'assaut.


"Je ne pouvais pas concevoir que des armes aussi destructrices et meurtrières puissent être achetées légalement dans ce pays", avait dit à l'époque Mme Ardern.


Mardi, sur CBS, la cheffe du gouvernement néo-zélandais a expliqué que ses concitoyens étaient "des gens très pragmatiques".


"Quand on vu ce qui c'était passé, tout le monde s'est dit plus jamais ça" et "c'était à nous, politiciens, de répondre à cela", a poursuivi la dirigeante, dont le gouvernement s'est "débarrassé" des armes "semi-automatiques de type militaire".


L'Australie voisine, qui a elle aussi interdit les armes semi-automatiques après une tuerie de masse en 1996, a tenté de résumer, par la voix de son nouveau ministre des Finances Jim Chalmers, le sentiment des alliés de Washington : "Il est difficile d'imaginer qu'un grand pays comme les Etats-Unis puissent continuer comme ça, avec cette violence par arme à feu, ces atrocités", a-t-il dit à la presse.


Le président Joe Biden a d'une certaine manière répondu mardi soir: "Ne me dites pas qu'on ne peut rien faire contre ce carnage", a-t-il lancé en reconnaissant que "ce genre de tueries de masse se déroulait rarement ailleurs dans le monde".


Pour le sénateur Murphy, "il n'y a pas plus de gens avec des intentions meurtrières en Amérique que dans d'autres pays". Mais nulle part ailleurs, on peut "se rendre chez Walmart et acheter une arme qui tue 20 enfants en deux minutes", a-t-il dénoncé sur la chaîne MSNBC.


Une matinée d'horreur: ce que l'on sait de la tuerie d'Uvalde, au Texas

La sécurité de l'école primaire n'a pas pu empêcher le tueur d'entrer dans l'établissement par une porte d'accès. (AFP).
La sécurité de l'école primaire n'a pas pu empêcher le tueur d'entrer dans l'établissement par une porte d'accès. (AFP).
Short Url
  • Mardi vers 11H00 (16H00 GMT), le tueur, identifié plus tard comme Salvador Ramos, âgé de 18 ans, annonce "sur Facebook" qu'il va "tirer" sur sa grand-mère
  • Le jeune homme s'enfuit avec le pick-up de sa grand-mère. Sur Facebook, il annonce aussi qu'il va s'attaquer à "une école primaire"

UVALDE: Il l'avait annoncé sur Facebook: l'adolescent qui a tué mardi 19 enfants d'une école primaire d'Uvalde, au Texas, avait écrit le jour du drame qu'il allait tuer sa grand-mère puis s'attaquer à une école dans cette petite ville à majorité hispanique située à 130 km à l'ouest de San Antonio.

Que s'est-il passé?

Mardi vers 11H00 (16H00 GMT), le tueur, identifié plus tard comme Salvador Ramos, âgé de 18 ans, annonce "sur Facebook" qu'il va "tirer" sur sa grand-mère, chez qui il habite, a indiqué mercredi le gouverneur du Texas, Greg Abbott.


Touchée au visage, la femme de 66 ans peut néanmoins alerter la police. Elle sera transportée dans un état critique à l'hôpital University Health de San Antonio.

tueur
Cette capture d'écran non datée du compte instagram de Salvador Ramos, montre Ramos tenant ce qui semble être une munition. (Instagram/AFP)


Le jeune homme s'enfuit avec le pick-up de sa grand-mère. Sur Facebook, il annonce aussi qu'il va s'attaquer à "une école primaire", selon M. Abbott.


Après 3,5 km de route, il est victime d'un accident pour une raison indéterminée près de l'école primaire Robb, où plus de 500 enfants entre 7 et 11 ans sont scolarisés. Ils n'avaient plus que quelques jours de classe avant la fin de l'année scolaire.


Il sort du véhicule avec un fusil semi-automatique AR-15 et un sac à dos. Il est rapidement confronté à un policier assigné à la sécurité de l'école primaire qui ne peut l'empêcher d'entrer dans l'établissement par une porte d'accès, a précisé Steven McCraw, le chef du département de la sécurité publique du Texas.

« Carnage » à l'école

Quand il entre dans le bâtiment, il s'engage dans un couloir qui mène à deux salles de classe adjacentes, suivi par trois policiers qui demandent du renfort.


Il est 11H30 (16H30 GMT) quand il se barricade dans l'une d'elles et que "le carnage commence", selon Steven McCraw.


Il tue 19 élèves, âgés de 9 à 10 ans, et les deux enseignantes présentes, selon les autorités.  

Qui sont les victimes?

Les identités des enfants ont été révélées par leurs familles qui partagent leur douleur sur les réseaux sociaux. Parmi eux, Xavier Lopez, un petit garçon de 10 ans qui aimait danser ou Amerie Jo Garza, une petite fille au large sourire qui venait d'avoir 10 ans.


Le nom d'une professeure a également été dévoilé dans la presse. Eva Mireles, 44 ans, enseignait à Uvalde depuis 17 ans, selon sa famille et l'école primaire. Mariée, elle était mère d'une fille.