À l'Expo 2020 de Dubaï, le pavillon d'Oman rend un bel hommage à l'encens

Le Pavillon omanais, situé dans le quartier de la Mobilité, rend hommage à la substance précieuse de l'encens. (Fourni)
Le Pavillon omanais, situé dans le quartier de la Mobilité, rend hommage à la substance précieuse de l'encens. (Fourni)
Short Url
Publié le Vendredi 26 novembre 2021

À l'Expo 2020 de Dubaï, le pavillon d'Oman rend un bel hommage à l'encens

  • Oman produit la meilleure variété au monde de l'arôme épicé que les anciens Égyptiens appelaient «la sueur des dieux»
  • Le Pavillon omanais souligne l'engagement du pays pour la durabilité de sa précieuse flore naturelle, mais aussi de sa jeunesse

DUBAÏ: L'encens est une résine aromatique récoltée sur des arbres qui poussent dans une ceinture climatique étroite: cette dernière s’étend de la Corne de l'Afrique à l'Inde et à certaines parties du sud de la Chine. Il est utilisé depuis six mille ans à la fois comme parfum et comme panacée pour une multitude de maux.

La majeure partie de l'approvisionnement mondial provient de la Somalie, de l'Érythrée et du Yémen. Mais c'est Oman qui produit l'encens le plus fin et le plus cher du monde. Les anciens Égyptiens appelaient son arôme riche et épicé «la sueur des dieux».

Le commerce de l'encens a prospéré dans cette région pendant des siècles. Cette substance comptait parmi les produits les plus appréciés du monde antique et médiéval.

Aujourd'hui, la résine, récoltée à partir de l'arbre appelé «boswellie», est toujours très prisée: c’est ce que montre, à l'Expo 2020 de Dubaï, le Pavillon d'Oman. Des experts en développement durable avertissent que la variété d'arbres à l'échelle mondiale est menacée; le pavillon rend donc un hommage particulièrement approprié à l'encens et à la riche histoire de ce produit précieux.

Lab50, une initiative impliquée dans la conception du pavillon, a engagé plus de trois cents jeunes Omanais issus de structures gouvernementales et de PME pour développer le programme et le message du pavillon. (Fourni)
Lab50, une initiative impliquée dans la conception du pavillon, a engagé plus de trois cents jeunes Omanais issus de structures gouvernementales et de PME pour développer le programme et le message du pavillon. (Fourni)

Le mot «encens» vient du vieux français «franc encens» (qui signifie «noble» ou «pur encens»), et c’est la version anglaise de l'arabe «Al-luban».

Aujourd'hui, la valeur de la résine d'encens est toujours déterminée par sa couleur, la taille de ses touffes et sa teneur en huile. La qualité la plus précieuse, connue sous le nom de «hojari», provient d'une ceinture étroite et sèche des montagnes du Dhofar, à Oman. Les arbres de boswellie qui parsèment cette région constituent une caractéristique du site de la terre de l'encens d'Oman, classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le Pavillon omanais, situé dans le quartier de la Mobilité, met à l’honneur cette substance précieuse. Même la qualité de l’incontournable désinfectant pour la main est rehaussée par l'arôme de la résine, grâce à ses propriétés antivirales naturelles.

Compte tenu de la longue histoire de l'encens, qui s'étend sur des millénaires, on pourrait s'attendre à ce que le Pavillon d'Oman soit construit selon des méthodes traditionnelles qui l’ancrent dans le passé. En réalité, il constitue un témoignage des générations futures d'Oman et a été créé par la jeunesse omanaise, qui incarne l'avenir de l'économie du pays.

Lab50, une initiative impliquée dans la conception du pavillon, a engagé plus de trois cents jeunes Omanais issus de structures gouvernementales et de PME pour développer le programme et le message du pavillon.

Ce qui en résulte est un récit moderne qui a pour trame l'encens. La conception du pavillon a été dirigée par des jeunes fraîchement diplômés; sa technologie est conçue et construite par de jeunes Omanais. Le contenu audiovisuel multisensoriel de réalité mixte a été écrit, tourné et produit par des talents locaux.

L'extérieur du pavillon montre comment un jeune, avec son regard neuf, peut interpréter la tradition. L'extérieur, large et détaillé, révèle les caractéristiques d'un arbre à encens.

Les visiteurs qui entrent dans le pavillon, au rez-de-chaussée, sont accueillis par une réplique de l’«arbre mère». Ils sont alors initiés au processus d'extraction de la résine et découvrent l’utilisation de l'encens à travers l'histoire.

 

EN BREF

* Depuis six mille ans, l'encens est utilisé pour remonter le moral et favoriser le bien-être.

* Les cinq zones du pavillon montrent de quelle manière l'encens a contribué aux progrès omanais dans différents domaines.

* Les expositions proposent des expériences interactives qui utilisent la technologie de réalité augmentée et mixte.

Les expositions mettent en évidence le rôle joué par l'encens dans la liturgie et dans le domaine médical, de la momification des anciens dirigeants égyptiens jusqu’à son rôle dans la médecine traditionnelle chinoise. Au premier étage, les visiteurs découvrent la «Forêt de la durabilité», une exposition moderne dans laquelle des expositions en forme d'arbre racontent l'histoire des projets d'Oman consacrés à l'innovation durable.

Grâce aux affichages numériques et aux codes QR, ces histoires prennent vie: il y a par exemple un sujet sur la collaboration d'Oman avec les Émirats arabes unis destinée à récolter l'énergie éolienne, et un autre sur le projet d'Oman intitulé «Un million de palmiers dattiers».

De nombreuses études de cas sont liées aux efforts d'Oman en matière de conservation de la faune, notamment les oiseaux de proie, le léopard des neiges d'Arabie et les plantes rares.

Le Pavillon omanais souligne l'engagement du pays pour la durabilité de sa précieuse flore naturelle, mais aussi de sa jeunesse. (Fourni)
Le Pavillon omanais souligne l'engagement du pays pour la durabilité de sa précieuse flore naturelle, mais aussi de sa jeunesse. (Fourni)

Malgré sa présence omniprésente au Pavillon omanais, l'arbre boswellie est menacé et pourrait disparaître d'ici à vingt ans, estiment les experts en développement durable. Des spécialistes affirment que de nombreux arbres plus âgés n'ont pas donné naissance à de jeunes arbres depuis un demi-siècle.

Lorsque le site de l’Unesco à Wadi Dawkah, dans le gouvernorat du Dhofar, a été créé, en 2000, seuls environ mille deux cents arbres à encens y poussaient. Depuis, des milliers d'autres ont été plantés; l'objectif du site est d'atteindre le nombre de dix mille.

Un système d'irrigation a été installé pour aider à nourrir les jeunes arbres; il y a également des arbres sauvages qui fleurissent au-delà de la clôture périphérique. L'investissement d'Oman dans la durabilité et les futures générations d'arbres à encens semble porter ses fruits.

Après avoir visité la Forêt de la durabilité, les visiteurs entrent dans la salle des cristaux d'encens, où de précieux cristaux, placés dans des lampes suspendues, ajoutent une dimension moderne à leur voyage. En sortant du hall, ils entrent dans le «Tunnel commercial» et gagnent le «Rivage commercial», qui explique le rôle de plaque tournante commerciale qu’a joué Oman, avec plus de deux cents voies maritimes et quatre-vingt-six ports mondiaux en deux semaines de voyage par voie maritime.

Au troisième étage, les visiteurs sont invités à «entrer dans le futur». Les traditions anciennes peuvent être admirées à travers une lentille scientifique moderne. L'accent est mis sur la technologie et l'avenir de l'encens.

Les usages modernes de cette inestimable substance vont de la sphère personnelle aux domaines religieux, spirituel et médical. Selon les informations du pavillon d'Oman, «il est scientifiquement prouvé que l'encens a des effets sur le cancer, la dépression et l'asthme». Il «est toujours utilisé comme désinfectant lorsqu'il est brûlé».

Les visiteurs du pavillon ont également l'occasion de ramener chez eux le doux parfum de l'encens; les cadeaux proposés vont du tissage traditionnel à l'argent omanais aux produits à base d'encens.

Le Pavillon omanais souligne l'engagement du pays pour la durabilité de sa précieuse flore naturelle, mais aussi de sa jeunesse.

L'innovation apportée par et pour les jeunes talents omanais représentera, n’en doutons pas, une source d'inspiration et d'opportunités pour les futures générations d'Omanais.

 

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le vice-ministre saoudien de la Défense rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, rencontre l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg. (SPA/Délégation de l’UE au Yémen)
Short Url
  • Le vice-ministre de la Défense a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites
  • Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khalid ben Salmane, a rencontré jeudi l'envoyé de l'ONU au Yémen, Hans Grundberg, pour discuter des derniers développements au Yémen. 

Il a souligné l'engagement de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite à soutenir le gouvernement et le peuple yéménites ainsi que les efforts pour parvenir à un règlement politique qui assure la stabilité de la région. 

«Lors de ma rencontre avec Grundberg, nous avons discuté des derniers développements au Yémen et des efforts de l'ONU pour parvenir à un règlement politique», a affirmé le prince Khalid, ajoutant: «J'ai mis l’accent sur la détermination de la coalition dirigée par le Royaume à assurer la sécurité et la stabilité au Yémen.» 

Grundberg a indiqué qu'ils ont discuté des moyens de mettre fin à la guerre et de maintenir la stabilité dans la péninsule Arabique. 

«Nous sommes convenus de travailler en étroite collaboration, et j’espère poursuivre cette coopération», a-t-il ajouté. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


L'EI attaque une grande prison en Syrie et libère des djihadistes

Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Détenus soupçonnés d'être affiliés à Daech, prison de Ghwayran, Al-Hasakah, 26 octobre 2019. (AFP)
Short Url
  • Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie
  • Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire

BEYROUTH : Le groupe Etat islamique (EI) a lancé jeudi un assaut contre une prison contrôlée par les forces kurdes dans le nord-est de la Syrie, libérant un nombre indéterminé de djihadistes, a rapporté une ONG syrienne.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de sources en Syrie, n'a pas fait état dans l'immédiat d'éventuelles victimes dans cette attaque rare survenue dans la ville de Hassaké contrôlée par les Kurdes syriens.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes et fer de lance de la lutte anti-EI, ont confirmé l'assaut contre la prison de Ghwayran, l'une des plus grandes abritant des djihadistes en Syrie, mais pas l'évasion de djihadistes.

Selon l'OSDH, une voiture piégée a explosé à l'entrée de la prison et une deuxième explosion s'est produite à proximité avant que des djihadistes de l'EI n'attaquent de front les forces de sécurité kurdes gardant l'établissement pénitentiaire. 

"Un nombre de prisonniers à réussi à s'enfuir", a précisé l'ONG, sans préciser leur nombre.

Ghwayran est l'un des plus grands centres de détention abritant des combattants de l'EI en Syrie, pays en guerre depuis 2011, a déclaré à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Une tentative d'évasion de terroristes de Daech (un acronyme arabe pour désigner l'EI) détenus à la prison de Hassaké a eu lieu après une explosion et l'explosion d'une voiture piégée", ont indiqué les FDS dans un communiqué.

"Des membres de cellules dormantes de Daech ont surgi des quartiers environnants et affronté les forces de sécurité" kurdes, ont-elles poursuivi.

Les FDS ont dépêché des renforts à la prison et bloqué le secteur, a indiqué l'OSDH.

Dans un autre communiqué, un porte-parole des FDS, Ferhad Sahmi, a affirmé que "la situation à l'intérieur de la prison est maintenant sous contrôle" et fait état "d'affrontements intermittents entre les combattants kurdes et les djihadistes près de la prison".

Survol de la coalition

Des avions de la coalition internationale anti-djihadistes dirigée par les Etats-Unis ont survolé le secteur et largué des fusées éclairantes dans les environs de la prison, d'après l'OSDH.

Selon les autorités kurdes, qui contrôlent de vastes pans du nord de la Syrie, quelque 12 000 djihadistes de plus de 50 nationalités sont détenus dans les prisons sous leur contrôle.

En première ligne dans le combat contre l'EI, les FDS, soutenues par la coalition internationale, ont vaincu en 2019 le groupe djihadiste en Syrie en le chassant de son dernier fief de Baghouz dans la province de Deir Ezzor (est).

Malgré sa défaite, l'EI mène des attaques meurtrières, notamment dans le vaste désert syrien, qui s'étend de la province centrale de Homs jusqu'à celle de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

Ces attaques ciblent aussi bien l'armée syrienne et ses alliées que les forces kurdes, longtemps soutenues par Washington dans leur lutte contre l'EI qui semait la terreur dans ces deux pays et perpétrait des attentats sanglants à travers le monde.

En Syrie comme en Irak, le groupe djihadiste conserve des cellules dormantes.

Déclenchée en mars 2011 par la répression de manifestations pro-démocratie, la guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans avec l'implication de puissances régionales et internationales et la montée en puissance des djihadistes.

Elle a fait près d'un demi-million de morts selon l'OSDH et a déplacé des millions de personnes.


La navigation aérienne dans le Royaume est à l’abri de l’interférence des réseaux 5G, selon les autorités saoudiennes

Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Un appareil cellulaire 5G d’Ericsson sur un poteau électrique. (Photo, AFP)
Short Url
  • L’Autorité générale de l’aviation civile travaille constamment sur la modernisation de l’infrastructure de navigation aérienne et suit les développements techniques
  • Selon un communiqué, les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne

RIYAD: Les autorités saoudiennes de l’aviation civile et de la communication ont déclaré que la navigation aérienne dans le Royaume ne risquait pas d’être perturbée par les réseaux 5G. 

L’Autorité générale saoudienne de l’aviation civile et la Commission des communications et des technologies de l’information (CITC) ont publié un communiqué conjoint affirmant que les systèmes de navigation dans l’espace aérien et les aéroports du Royaume sont à l’abri des interférences potentielles des réseaux mobiles 5G. 

Le communiqué indique que les fréquences utilisées dans le transport aérien ne perturbent pas la navigation aérienne et répondent aux exigences de fourniture de services de navigation de qualité dans lesquels sont appliqués les plus hauts niveaux de sécurité aérienne. 

La CITC a confirmé que les bandes de fréquence du réseau 5G dans le Royaume adhèrent aux normes techniques compatibles avec les meilleures pratiques internationales de plus de quarante pays dans le monde. 

La commission a ajouté qu’elle est chargée de la régulation du spectre des fréquences au niveau national et qu’elle met en place et soutient divers services radio pour les secteurs nationaux dans le domaine de la défense, de la sécurité, de l’espace, de l’aviation, des communications et de la météorologie. 

Certains vols à destination et en provenance des États-Unis ont été annulés mercredi par crainte que le déploiement du service sans fil à haut débit n’interfère avec les appareils de mesure de l’altitude. 

Les transporteurs internationaux qui utilisent beaucoup le gros-porteur Boeing 777 ainsi que d’autres appareils Boeing ont annulé des vols matinaux ou changé d’avion mercredi à la suite d’avertissements de la Federal Aviation Administration (FAA) et du constructeur d’avions basé à Chicago concernant de possibles interférences avec les radioaltimètres. 

Les géants américains des télécommunications AT&T et Verizon ont déployé mercredi le service 5G aux États-Unis sans perturbation majeure des vols, après que le lancement de la nouvelle technologie sans fil a été retardé. 

Ces entreprises ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour obtenir des licences 5G l’année dernière, mais les groupes de l’industrie aéronautique ont fait part de leurs inquiétudes quant aux interférences possibles avec les radioaltimètres des avions, qui peuvent fonctionner sur les mêmes fréquences et sont indispensables pour atterrir de nuit ou par mauvais temps. 

Cette semaine, AT&T et Verizon ont accepté de retarder le lancement de la 5G à proximité des aéroports, à la suite de la réaction des compagnies aériennes américaines, qui avaient prévenu que ce déploiement entraînerait des perturbations massives. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com