Allemagne : verdict crucial pour la reconnaissance du «génocide» des Yazidis

Dans cette photo d'archive prise le 24 avril 2020, l’accusé irakien Taha Al-Jumailly cache son visage avant  le début de son procès pour génocide et meurtre d'une jeune fille yézidie qu'il détenait comme esclave, devant le tribunal régional supérieur (OLG) de Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne. Un tribunal de Francfort doit rendre son verdict lors du procès le 30 novembre 2021. (Photo, AFP)
Dans cette photo d'archive prise le 24 avril 2020, l’accusé irakien Taha Al-Jumailly cache son visage avant le début de son procès pour génocide et meurtre d'une jeune fille yézidie qu'il détenait comme esclave, devant le tribunal régional supérieur (OLG) de Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne. Un tribunal de Francfort doit rendre son verdict lors du procès le 30 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mardi 30 novembre 2021

Allemagne : verdict crucial pour la reconnaissance du «génocide» des Yazidis

  • «C'est la première fois dans l'histoire des Yazidis qu'un auteur (de crimes) se retrouve devant un tribunal pour des accusations de génocide»
  • L'Irakien Taha Al-Jumailly, qui a rejoint les rangs de l'EI en 2013, répond depuis avril 2020 de génocide, crimes contre l'humanité, crimes de guerre et trafic d'êtres humains, notamment

BERLIN : La justice allemande doit décider mardi si un jihadiste irakien s'est rendu coupable de génocide de la minorité yazidie, un verdict crucial pour la reconnaissance des exactions commises contre cette communauté kurdophone par l'organisation Etat islamique (EI). 

Le jugement, qui sera prononcé par la Haute Cour régionale de Francfort, est très attendu car en cas de condamnation de l'accusé, ce serait la première fois au monde qu'une instance judiciaire juge que les exactions commises contre les Yazidis relèvent du "génocide", déjà reconnu comme tel par des enquêteurs de l'ONU.

«Moment historique»

"C'est un moment historique pour la communauté", souligne auprès de l'AFP Natia Navrouzov, avocate et membre de l’ONG Yazda, qui rassemble les preuves des crimes commis par l’EI envers les Yazidis. 

"C'est la première fois dans l'histoire des Yazidis qu'un auteur (de crimes) se retrouve devant un tribunal pour des accusations de génocide", dit-elle.

L'Irakien Taha Al-Jumailly, qui a rejoint les rangs de l'EI en 2013, répond depuis avril 2020 de génocide, crimes contre l'humanité, crimes de guerre et trafic d'êtres humains, notamment. 

Il risque la perpétuité sans possibilité de demander une libération au bout de 15 ans.

La justice allemande lui reproche d'avoir durant l'été 2015 à Falloujah, en Irak, laissé mourir de soif une fillette yazidie de 5 ans qu'il avait avec sa mère "achetée comme esclave", selon l'accusation.

Pour ce forfait, son ex-épouse Jennifer Wenisch, 30 ans, a déjà été condamnée à dix ans de réclusion le mois dernier pour "crime contre l'humanité ayant entraîné la mort" de l'enfant. 

La mère de la petite fille, Nora B., a raconté à la barre le calvaire enduré par son enfant, "attachée à une fenêtre" à l'extérieur de la maison par des températures "pouvant aller jusqu'à 50°", selon le parquet.

L'accusé, aujourd'hui âgé de 29 ans, entendait punir la fillette, à qui il infligeait des maltraitances, pour avoir uriné sur un matelas.

Multiples viols

La mère, analphabète et qui s'exprime parfois avec confusion en kurmandji, l'une des langues kurdes, a témoigné avoir été violée à de multiples reprises par des jihadistes de l'EI après qu'ils eurent envahi son village des monts Sinjar, dans le nord-ouest de l'Irak, en août 2014.

La minorité ethno-religieuse yazidie a été particulièrement persécutée par l'EI qui a réduit ses femmes à l'esclavage sexuel et tué des hommes par centaines.

La mère est représentée par trois avocats, dont la Libano-britannique Amal Clooney. Celle-ci est à la tête - avec le Prix Nobel de la Paix 2018, Nadia Murad, ancienne esclave sexuelle de l'EI et originaire du même village que la victime - d'une campagne pour faire reconnaître ces crimes comme un génocide. 

Pour juger cet Irakien, arrêté en Grèce en 2019 sur mandat d'arrêt international, l'Allemagne applique le principe de la "compétence universelle" qui permet à un Etat de poursuivre les auteurs d'infractions les plus graves même quand elles ont été commises hors du territoire national.

Ce procès envoie donc "un message clair : peu importe où les crimes ont été commis et peu importe où se trouvent les auteurs, grâce à la compétence universelle, ils ne peuvent pas se cacher", insiste Natia Navrouzov.

L'Allemagne, où vit une importante diaspora yazidie, est l'un des rares pays à s'être saisi judiciairement des exactions commises par l'Etat islamique contre cette minorité. 

La justice a déjà prononcé cinq condamnations pour crimes contre l'humanité de femmes, qui s'étaient rendues dans les territoires conquis par l'EI, pour des crimes en lien avec cette communauté aujourd'hui décimée. 

En mai, une équipe d'enquête spéciale de l'ONU avait annoncé avoir recueilli la "preuve claire et convaincante" qu'un génocide a été commis par les jihadistes contre les Yazidis.

Nadia Murad avait alors réclamé au Conseil de sécurité de l'ONU de saisir la Cour pénale internationale ou de créer un tribunal spécifique pour le "génocide" commis contre sa communauté.


Les refoulements de migrants sont « illégaux », selon la commissaire UE Johansson

La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre allemand de l'intérieur au ministère de l'intérieur à Berlin, le 14 janvier 2022.(AFP)
La commissaire européenne aux affaires intérieures, Ylva Johansson, lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre allemand de l'intérieur au ministère de l'intérieur à Berlin, le 14 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Des milliers de migrants, principalement du Moyen-Orient, ont traversé ou tenté de franchir la frontière orientale de l'Union européenne vers la Lettonie, la Lituanie ou la Pologne, depuis l'été dernier
  • Rien qu'en Lituanie, près de 8.200 personnes se sont vu refuser l'entrée dans ce que les groupes d'aide décrivent comme des refoulements illégaux

VILNIUS : La commissaire européenne Ylva Johansson a dénoncé comme "illégaux" les refoulements de migrants à la frontière, juste avant une conférence en Lituanie qui est critiquée pour cette pratique par des groupes de défense des droits de l'Homme.

"Les refoulements sont clairement illégaux. Les gens ont le droit de demander l'asile", a déclaré Mme Johansson, commissaire européenne aux Affaires intérieures. 

Des milliers de migrants - principalement du Moyen-Orient - ont traversé ou tenté de franchir la frontière orientale de l'Union européenne vers la Lettonie, la Lituanie ou la Pologne, depuis l'été dernier.

Rien qu'en Lituanie, près de 8.200 personnes se sont vu refuser l'entrée dans ce que les groupes d'aide décrivent comme des refoulements illégaux.

Les gouvernements des trois pays ont défendu cette tactique, affirmant qu'il s'agit du seul moyen possible pour arrêter l'afflux.

Les trois pays ont sollicité des fonds européens pour financer les barrières qu'ils construisent le long de leurs frontières avec le Bélarus dont le régime est accusé par l'Occident d'organiser ce flux migratoire.

Mais Johansson s'oppose à ce financement.

"Si les États membres souhaitent construire des clôtures, ils peuvent le faire, mais c'est une position de longue date de la Commission de ne pas financer des murs ou des barbelés", a-t-elle déclaré.

Les ministres de 14 États membres de l'UE se sont rendus vendredi à la frontière enneigée entre la Lituanie et le Bélarus, avant la conférence sur ce thème tenue dans la capitale Vilnius.

Les tentatives de passages illégaux ont considérablement diminué ces dernières semaines, mais selon la ministre lituanienne de l'Intérieur, Agne Bilotaite, le calme à la frontière est "trompeur".

"Nos garde-frontières savent qu'un groupe de migrants poussé de force par des responsables bélarusses pourrait y apparaître à tout moment", a-t-elle déclaré. 

Mme Bilotaite a appelé l'UE à trouver un terrain d'entente sur la migration. 

"Si nous voulons nous défendre avec efficacité, nous devons tous nous mettre d'accord (...) sur une nouvelle norme de protection des frontières extérieures", a-t-elle insisté.


Meta supprime des faux comptes iraniens ciblant des utilisateurs d’Instagram en Écosse

Meta Platforms, la société mère de Facebook, a supprimé un réseau de faux comptes originaires d’Iran et ciblant des utilisateurs d’Instagram en Écosse avec du contenu promouvant l’indépendance de ce pays. (Photo, Reuters)
Meta Platforms, la société mère de Facebook, a supprimé un réseau de faux comptes originaires d’Iran et ciblant des utilisateurs d’Instagram en Écosse avec du contenu promouvant l’indépendance de ce pays. (Photo, Reuters)
Short Url
  • Le réseau pointé du doigt a utilisé des faux comptes pour se faire passer pour des habitants d’Angleterre et d’Écosse
  • Les comptes ont publié des commentaires sur l’indépendance de l’Écosse et articulé leur contenu autour de mots-dièse communs promouvant la cause

DUBAÏ: Meta Platforms, la société mère de Facebook, a supprimé un réseau de faux comptes originaires d’Iran et ciblant des utilisateurs d’Instagram en Écosse avec du contenu soutenant l’indépendance du pays, ont indiqué jeudi les enquêteurs de la société.

Le réseau incriminé a utilisé des faux comptes pour se faire passer pour des habitants d’Angleterre et d’Écosse, postant des photos et des mèmes sur l’actualité et critiquant le gouvernement du Royaume-Uni, selon Meta.

Les comptes ont publié des commentaires sur l’indépendance de l’Écosse et articulé leur contenu autour de mots-dièse communs promouvant la cause, bien qu’ils les aient parfois mal orthographiés, précise l'entreprise. Les comptes ont également publié du contenu sur le football et les villes britanniques, probablement pour rendre les personnages fictifs plus authentiques.

Le réseau a utilisé des photos de personnalités médiatiques et de célébrités britanniques et iraniennes, ainsi que des photos de profil probablement créées par le biais de techniques d’intelligence artificielle, indique Meta. Dans un référendum sur l’indépendance de l’Écosse en 2014, 55 % des Écossais avaient voté pour rester dans le Royaume-Uni, alors que 45 % ont voté pour en sortir. Toutefois, le Brexit et la gestion de la pandémie de Covid-19 par le gouvernement britannique ont renforcé le soutien à la cause indépendantiste écossaise et multiplié les appels à la tenue d’un second vote.

Meta affirme que son enquête a révélé des liens avec des individus en Irak, notamment des personnes ayant une expérience dans l’enseignement de l’anglais comme langue étrangère.
La société explique que l’opération avait des liens avec un petit réseau basé en Iran qu’elle avait supprimé en décembre 2020, qui ciblait principalement des publics arabophones, francophones et anglophones à l’aide de faux comptes. Elle n’a pas donné plus de détails sur les personnes qui se cachent derrière cette activité.

«Nous avons constaté toute une série d’opérations menées depuis l’Iran au cours des dernières années», a expliqué Ben Nimmo, responsable du renseignement sur les menaces mondiales de Meta pour les opérations d’influence, lors d’une conférence de presse. «Ce n’est pas un environnement monolithique.»

La société de réseaux sociaux précise avoir supprimé, en décembre, huit comptes Facebook et 126 comptes Instagram faisant partie de ce réseau, qui ont violé ses règles contre les comportements inauthentiques coordonnés.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


Le Forum de Davos en présentiel du 22 au 26 mai

Le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab (à gauche), s'adresse au chancelier allemand Olaf Scholz, avant le discours du chancelier pour l'Agenda 2022 de Davos, à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2022.(AFP)
Le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, Klaus Schwab (à gauche), s'adresse au chancelier allemand Olaf Scholz, avant le discours du chancelier pour l'Agenda 2022 de Davos, à la chancellerie de Berlin, en Allemagne, le 19 janvier 2022.(AFP)
Short Url
  • Le Forum reviendra pour la première fois depuis deux ans dans cette station de ski où les grands décideurs du monde l'économie, de la politique et de la diplomatie ont l'habitude de se rencontrer
  • La propagation foudroyante du variant Omicron a de nouveau forcé les organisateurs à déplacer à nouveau l'édition qui devait se tenir cette semaine à Davos

GENEVE: Le Forum économique mondial (WEF) se tiendra en présentiel dans la station de ski chic de Davos en Suisse du 22 au 26 mai, annoncent vendredi ses organisateurs, alors que des réunions en ligne se sont tenues cette semaine.  

Le Forum reviendra pour la première fois depuis deux ans dans cette station de ski où les grands décideurs du monde l'économie, de la politique et de la diplomatie ont l'habitude de se rencontrer, précisent les organisateurs qui ont dû repousser l'événement face à la propagation rapide du variant Omicron.

Le thème choisi pour cette édition est "Travailler ensemble, Restaurer la confiance", précisent les organisateurs dans le communiqué, avec au programme des discussions notamment sur la reprise après la pandémie, le changement climatique, l'évolution du travail ou les changements technologiques avec la quatrième révolution industrielle.

"Après toutes les réunions virtuelles qui se sont tenues au cours des deux dernières années, les leaders de la politique, des affaires et de la société civiles doivent enfin se réunir à nouveau en personne", a déclaré Klaus Schwab, son fondateur et président exécutif, cité dans le communiqué, pour "relever les multiples défis auxquels nous faisons face", a-t-il ajouté. 

Depuis le début de la pandémie, toutes les rencontres prévues pour cette événement ont été repoussées compte tenu des restrictions sanitaires et de voyages qui ont compliqué l'organisation de grands événements. 

L'an passé, les organisateurs avaient d'abord reporté l'événement au mois de mai, le déplaçant au Bürgenstock, non loin de Lucerne, en Suisse centrale, avant de décider de la repousser au mois d'août à Singapour avant que la rencontre ne soit simplement annulée.

La propagation foudroyante du variant Omicron a de nouveau forcé les organisateurs à déplacer à nouveau l'édition qui devait se tenir cette semaine à Davos. Ils ont cependant mis en place une série de sessions virtuelles avec pour ambition de faire le point sur l'état du monde.