Irak: le courant du leader chiite Moqtada Sadr vainqueur des législatives

Moqtada Al-Sadr, chef de milice irakien et religieux chiite, donne une conférence de presse dans la ville sanctuaire centrale de Najaf. (Dossier/AFP)
Moqtada Al-Sadr, chef de milice irakien et religieux chiite, donne une conférence de presse dans la ville sanctuaire centrale de Najaf. (Dossier/AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 01 décembre 2021

Irak: le courant du leader chiite Moqtada Sadr vainqueur des législatives

  • L'Alliance de la conquête remporte elle 17 sièges contre 48 dans l'assemblée sortante
  • Près de deux mois après la tenue du scrutin, la commission électorale a confirmé la victoire du courant sadriste aux dépens de l'Alliance de la conquête

BAGDAD: Le courant du leader chiite Moqtada Sadr a remporté les élections législatives du 10 octobre en Irak, devenant le premier bloc au Parlement avec 73 sièges, selon les résultats définitifs publiés mardi.


Près de deux mois après la tenue du scrutin, la commission électorale a confirmé la victoire du courant sadriste aux dépens de l'Alliance de la conquête, vitrine politique des anciens paramilitaires pro-Iran du Hachd al-Chaabi, qui n'a eu de cesse de crier à la fraude.


Les résultats définitifs étaient attendus depuis plusieurs semaines dans un contexte de tensions larvées qui ont culminé début novembre avec une attaque de drones piégés contre la résidence à Bagdad du Premier ministre Moustafa al-Kazimi qui en est sorti indemne. L'attaque n'a pas été revendiquée. 


Lors d'une conférence de presse à Bagdad, les membres de la commission électorale ont lu tour à tour les noms des 329 députés du nouveau Parlement et le nombre de voix obtenus par chacun. Le taux de participation s'est élevé à 44%.


Selon les résultats envoyés à la presse par la commission, le parti de l'influent leader chiite Moqtada Sadr a obtenu 73 sièges, ce qui en fait le premier bloc au Parlement.


L'Alliance de la conquête remporte elle 17 sièges contre 48 dans l'assemblée sortante.


Pour protester contre les résultats préliminaires des élections, des partisans du Hachd al-Chaabi organisent  depuis plusieurs semaines un sit-in à l'une des entrées de la zone verte, tentant parfois de pénétrer par la force dans ce secteur ultrasécurisé accueillant instances gouvernementales et ambassades.


Malgré un échec symbolique, le Hachd al-Chaabi reste un acteur incontournable sur la scène politique, fort du soutien de l'Iran et de ses 160.000 combattants intégrés aux forces régulières. Le grand voisin iranien chhite exerce une forte influence en Irak.


Le Hachd a fait son entrée pour la première fois au Parlement en 2018, surfant sur les victoires contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).


Il peut aussi compter sur le jeu des alliances.: l'un de ses partenaires incontournables, l'ancien Premier ministre Nouri al-Maliki a effectué une percée notable, sa "coalition de l'Etat de droit" remportant 33 sièges.

«Risque d'escalade»
Les résultats définitifs doivent maintenant être envoyés au Tribunal fédéral pour être entérinés. Le Parlement pourra ensuite tenir sa session inaugurale et élire ensuite le président de la République.


En parallèle, les négociations doivent se poursuivre sur la formation du gouvernement.


Dans un Irak multiconfessionnel et multiethnique, ce processus s'accompagne d'interminables tractations et les grands partis dominant la communauté chiite, majoritaire en Irak, doivent traditionnellement arriver à un compromis, indépendamment du nombre de députés.


Les positions de M. Sadr sont diamétralement opposées à celles des formations pro-Iran, qui veulent perpétuer la tradition du compromis.


Répétant inlassablement que le futur Premier ministre sera désigné par son courant, Moqtada Sadr réclame un gouvernement "de majorité", composé des formations politiques ayant obtenu les scores les plus élevés.


Fait inédit, il pourrait chercher à construire sa propre majorité parlementaire en s'alliant à d'autres formations, hors de la communauté chiite. Des analystes évoquent une possible coalition avec l'influent chef sunnite du Parlement Mohamed al-Halboussi (37 députés pour son courant Taqadom), et le Parti démocratique du Kurdistan (31 députés).


"Il s'agit de voir qui cèdera face à la pression de l'autre camp", estime l'analyste Hamdi Malik, du Washington Institute, en parlant du courant sadriste et du Hachd. "Jusqu'à présent, aucun des deux camp n'a cédé. C'est pourquoi le risque d'escalade et d'affrontements est élevé à ce stade."


Maroc: les professionnels du tourisme réclament la réouverture des frontières

Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Des membres de l'Association nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) portent des pancartes alors qu'ils manifestent dans la capitale Rabat le 26 janvier 2022, contre la fermeture des frontières alors que le pays tente de lutter contre la flambée des cas de coronavirus Omicron. (Photo, AFP)
Short Url
  • Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier
  • Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières

RABAT : Les professionnels de l'industrie du tourisme au Maroc ont manifesté mercredi pour dénoncer la fermeture des frontières, en vigueur depuis deux mois pour juguler la propagation du variant Omicron mais qui plombe ce secteur vital de l'économie.

Rassemblés devant le siège du ministère du Tourisme à Rabat, près de 200 voyagistes ont appelé à la réouverture des frontières, fermées depuis le 29 novembre et au moins jusqu'au 31 janvier.

"La fermeture nous assène un coup très dur puisque nous sommes maintenant à l'arrêt alors que nos charges sont toujours fixes", a déploré Mimoun Azzouzi, propriétaire d'une agence de voyage à Témara, près de la capitale. 

"Nous avons été obligés de fermer à cause de la pandémie et malgré ça, nous avons maintenu les salaires de nos travailleurs", a-t-il expliqué à l'AFP.

Ces voyagistes se disent "exclus" du plan de soutien au tourisme de deux milliards de dirhams (190 millions d'euros) approuvé le 18 janvier par le gouvernement. 

L'aide prévoit le versement d'une indemnité de 2 000 dirhams (190 EUR) par mois durant le premier trimestre 2022 pour l'ensemble des employés de ce secteur qui pesait près de 7% du PIB marocain en 2019. 

L'Etat a décidé d'allouer également un milliard de dirhams (950 M EUR) en soutien aux hôteliers pour préparer la reprise d'activité (entretien, rénovation, formation, etc.).

Ces mesures n'apaisent pas la colère des opérateurs qui ont aussi manifesté mercredi à Agadir et Marrakech, les deux capitales touristiques du pays, selon les médias locaux.

"Le peuple veut la réouverture des frontières", scandaient quelques centaines de protestataires à Marrakech, selon des vidéos publiées sur Facebook.

Interrogé lundi au parlement, le chef de la diplomatie Nasser Bourita a estimé qu'il était "important de rouvrir les frontières aériennes comme il est important de suivre l'évolution de la pandémie". 

La fermeture de l'espace aérien soulève les protestations de l'importante diaspora marocaine, d'autant que des compagnies de jets privés opèrent à des prix exorbitants -- plus de 10.000 euros par passager pour un aller simple vers le Maroc --, selon des sites d'information et des témoignages sur les réseaux sociaux.

Si le pic des contaminations au variant Omicron semble avoir été atteint pendant la semaine du 17 au 23 janvier, selon le ministère de la Santé, les autorités s'inquiètent d'une hausse des décès et des cas en réanimation.

Le gouvernement doit se prononcer d'ici le 31 janvier sur une possible réouverture des frontières.


Blinken: les États-Unis apprécient le soutien du Koweït en faveur d’un retour mutuel au respect de l’accord sur le nucléaire iranien

Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, tiennent une conférence de presse conjointe à Washington, DC. (Photo, AFP)
Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, tiennent une conférence de presse conjointe à Washington, DC. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon M. Blinken, le PAGC est «le moyen le plus efficace de garantir que l’Iran ne puisse pas développer une arme nucléaire»
  • Cheikh Ahmad a remercié les États-Unis pour leur engagement en faveur de la stabilité et de la sécurité du Koweït et de la région

LONDRES: Le secrétaire d’État américain, Antony Blinken, a déclaré que les États-Unis appréciaient le soutien du Koweït en faveur d’un retour mutuel au respect de l’accord sur le nucléaire iranien. 

Lors d’une conférence conjointe organisée à l’occasion de la visite aux États-Unis du ministre koweïtien des Affaires étrangères, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammed al-Sabah, M. Blinken a précisé qu’ils avaient discuté de l’Iran et que le Plan d'action global commun (PAGC) était «le moyen le plus efficace d’empêcher l’Iran de développer une arme nucléaire». 

«Nous sommes très reconnaissants au Koweït pour son étroite coordination dans le cadre d’instances telles que le groupe de travail du Conseil de coopération du Golfe (CCG) sur l’Iran, où nous avons fait front commun contre les actions déstabilisatrices de l’Iran dans la région», a indiqué le secrétaire d’État. 

M. Blinken a remercié le Koweït pour avoir contribué à «réduire considérablement la menace que représente Daech pour la sécurité internationale, même si nous restons très vigilants face à la menace permanente». 

Il a également rappelé que le pays du Golfe a soutenu les États-Unis lors de l’évacuation de l’Afghanistan en août 2021, alors que la population fuyait le régime des talibans. 

Le Koweït a aidé les États-Unis à évacuer des milliers de personnes d’Afghanistan, dont des citoyens américains, des ressortissants étrangers et des Afghans, a mentionné M. Blinken. 

«Grâce à l’aide du Koweït, des milliers de personnes ont trouvé refuge, et des familles afghanes ont pu commencer une nouvelle vie aux quatre coins du monde. Ce geste témoigne de la générosité du Koweït et de son engagement envers l’humanitarisme et la stabilité internationale.» 

«Nous pouvons le constater dans le rôle de leader que joue le Koweït dans des institutions telles que le CCG et la Ligue arabe», a-t-il ajouté. 

Quant au cheikh Ahmad, il a remercié les États-Unis pour leur engagement en faveur de la stabilité et de la sécurité du Koweït et de la région. 

«Les États-Unis et le Koweït sont des partenaires solides et de grands amis, et nous apprécions cette relation historiquement forte», a affirmé le ministre. 

«Nous sommes partenaires dans la lutte contre le terrorisme depuis les attentats du 11 septembre 2001 et nous avons également été partenaires dans la libération de l’Irak, a-t-il souligné, ajoutant que le Koweït a également fourni des couloirs de transit sûrs aux personnes craignant le régime taliban dans le pays. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com 


Le prince Khaled ben Salmane discute de la coopération avec le ministre chinois de la Défense

Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane. (@kbsalsaud)
Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane. (@kbsalsaud)
Short Url
  • Le prince Khaled et Wei Fenghe ont évoqué les liens historiques entre l’Arabie saoudite et la Chine
  • Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, et le ministre chinois de la Défense nationale ont discuté mercredi de la coopération en matière de défense

RIYAD: Le vice-ministre saoudien de la Défense, le prince Khaled ben Salmane, et le ministre chinois de la Défense nationale ont discuté mercredi de la coopération en matière de défense. Lors d’une réunion virtuelle, le prince Khaled et Wei Fenghe ont évoqué les liens historiques entre l’Arabie saoudite et la Chine et ont étudié les moyens de renforcer leur coordination militaire. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com