Le lycéen américain qui a semé la mort dans son école décrit comme «sans pitié»

Six élèves blessés restaient hospitalisés mercredi alors que l'enseignant, légèrement touché à l'épaule, est sorti de l'hôpital dès mardi. (Photo, AFP)
Six élèves blessés restaient hospitalisés mercredi alors que l'enseignant, légèrement touché à l'épaule, est sorti de l'hôpital dès mardi. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 décembre 2021

Le lycéen américain qui a semé la mort dans son école décrit comme «sans pitié»

Six élèves blessés restaient hospitalisés mercredi alors que l'enseignant, légèrement touché à l'épaule, est sorti de l'hôpital dès mardi. (Photo, AFP)
  • Le jeune meurtrier, arrêté sur place et identifié sous le nom d'Ethan Crumbley, pourrait passer le reste de ses jours en prison
  • «Il est clairement venu pour tuer des gens», a résumé sur CNN le shérif Bouchard, en ajoutant qu'il avait refusé d'expliquer les motifs de son équipée meurtrière

WASHINGTON: L'adolescent de 15 ans qui a semé la mort mardi dans son lycée au nord des Etats-Unis était « sans pitié », faisant preuve d'une détermination « à glacer le sang », a décrit mercredi le shérif chargé d'enquêter sur cette énième tragédie liée aux armes à feu aux Etats-Unis. 

« Il tirait sur les gens à bout portant, souvent en visant la tête ou la poitrine », a précisé Michael Bouchard. Le bilan des victimes, qui s'est aggravé mercredi, se monte à quatre morts et sept blessés par balle, presque tous âgés de 14 à 17 ans. 

Le jeune meurtrier, arrêté sur place et identifié sous le nom d'Ethan Crumbley, pourrait passer le reste de ses jours en prison, car il sera poursuivi comme s'il était majeur, a annoncé la procureure locale Karen McDonald. 

Ville traumatisée 

Les policiers sont convaincus que son attaque était « totalement préméditée », a ajouté cette responsable, qui a détaillé les chefs d'accusation dont devra répondre Ethan Crumbley, parmi lesquels « assassinats » et « acte de terrorisme ». La fusillade, perpétrée dans un établissement scolaire d'Oxford, a profondément choqué cette petite ville de l'Etat du Michigan, au nord de la métropole de Detroit. 

Le tireur, porteur d'un pistolet semi-automatique Sig Sauer calibre 9 mm, acheté quatre jours plus tôt par son père, a ouvert le feu peu avant 13H00 locales, progressant méthodiquement dans le lycée et tirant notamment sur les portes des classes où s'étaient barricadés les élèves. Il a tiré au moins 30 balles. 

« Il est clairement venu pour tuer des gens », a résumé sur CNN le shérif Bouchard, en ajoutant qu'il avait refusé d'expliquer les motifs de son équipée meurtrière. 

Les identités des adolescents décédés ont été rendues publiques: il s'agit de deux filles âgées de 14 et 17 ans et de deux garçons âgés de 16 et 17 ans. D'autres jeunes victimes restaient hospitalisées mercredi, un enseignant de 47 ans légèrement touché à l'épaule ayant lui pu rentrer chez lui. 

Les autorités envisagent des poursuites à l'encontre des parents du tireur, a fait savoir la procureure Karen McDonald. En plus du pistolet utilisé dans l'attaque, acheté vendredi à l'occasion des grandes promotions du Black Friday, des fusils ont été saisis au domicile familial. 

Ethan Crumbley s'est préalablement entraîné avec le pistolet, publiant sur les réseaux sociaux des photos de l'arme et des cibles qu'il avait visées. Mardi, il aurait apporté l'arme dans son sac à dos, sans être inquiété. Le lycée d'Oxford ne dispose pas de portique détecteur de métaux, comme on en voit souvent aux Etats-Unis. 

Il a ouvert le feu en sortant des toilettes avant d'arpenter les couloirs, alors que les élèves terrorisés se cachaient dans les salles de classe.  

« Nous savons qu'il a tenté d'entrer dans les salles, qu'il a fait feu sur les portes de plusieurs d'entre elles », a expliqué le shérif Bouchard. 

« Droit au silence »  

Sept balles étaient encore dans le chargeur quand il s'est rendu aux policiers à l'intérieur du lycée, quelques minutes seulement après le premier appel au numéro d'urgence 911. 

Placé en détention dans un centre pour délinquants mineurs, le tireur a « invoqué son droit au silence » après avoir reçu la visite de ses parents qui lui ont demandé de ne pas parler aux enquêteurs et ont pris un avocat, a expliqué la police.  

Ethan Crumbley fait l'objet d'une surveillance particulièrement stricte, les autorités craignant qu'il attente à ses jours. 

Les six élèves blessés l'ont été à des degrés divers à la tête, au cou, à la jambe, à la hanche ou au torse. 

L'une des victimes, une jeune fille âgée de 14 ans, est dans un état critique. Elle a été placée sous respirateur artificiel après avoir été opérée pour des blessures à la poitrine et au cou, avait indiqué mardi soir le shérif. 

La tuerie a provoqué un choc dans la population et toutes les écoles du district resteront fermées pour la semaine. De nombreux lycéens ont participé mardi soir à une veillée de recueillement.  

Le shérif Bouchard a démenti mardi soir que ses services aient été au courant de menaces visant le lycée. Il a aussi balayé des rumeurs selon lesquelles le tireur avait été victime de harcèlement ou qu'il ait eu des problèmes de discipline. 

Les enquêteurs s'intéressaient mercredi à des « écrits » retrouvés à son domicile, dans lesquels il exprimait « ses pensées ». 


« First Cat of the United States »:les Biden accueillent Willow à la Maison Blanche

Cette image non datée de la Maison Blanche montre le nouveau chat présidentiel "Willow". Les Bidens amoureux des chiens ont enfin rempli un engagement clé de la Maison Blanche : adopter un chat.(AFP)
Cette image non datée de la Maison Blanche montre le nouveau chat présidentiel "Willow". Les Bidens amoureux des chiens ont enfin rempli un engagement clé de la Maison Blanche : adopter un chat.(AFP)
Short Url
  • Le service de presse de la "First Lady", a expliqué que le désormais « First Cat » avait « fortement impressionné » Jill Biden en sautant sur l'estrade et en interrompant un discours qu'elle donnait en Pennsylvanie
  • La professeure d'université et le chat, venu d'une ferme, se sont immédiatement liés d'amitié

WASHINGTON : Elle a conquis le cœur de Jill Biden en interrompant un discours de campagne: la Première dame a annoncé vendredi l'arrivée de Willow, chatte de deux ans, auprès du couple présidentiel américain.

"Et voilà Willow": Jill Biden a tweeté quelques photos du félin, qui doit son nom à sa ville natale, Willow Grove, clichés accompagnés de deux petits cœurs roses.

L'on y voit Willow, pelage tigré dans les tons gris et blancs, longues moustaches et grands yeux verts, allongée sur un rebord de fenêtre ou explorant, le port altier, les couloirs de la Maison Blanche.

Le service de presse de la "First Lady", a expliqué que le désormais "First Cat" avait "fortement impressionné" Jill Biden en sautant sur l'estrade et en interrompant un discours qu'elle donnait en Pennsylvanie (nord-est), pendant la campagne de Joe Biden en 2020.

La professeure d'université et le chat, venu d'une ferme, se sont immédiatement liés d'amitié, avec la bénédiction du propriétaire de l'exploitation agricole en question, a précisé la Maison Blanche.

La chatte "prend ses marques à la Maison Blanche avec ses jouets favoris, des friandises, et un grand espace à renifler et à explorer", a indiqué le porte-parole de Jill Biden.

Pas un mot en revanche de l'accueil réservé au "First Cat" par le "First Dog", le jeune berger allemand Commander, qui s'ébat depuis quelques semaines sur les pelouses du 1600 Pennsylvania Avenue, à Washington.

Renouant avec une longue tradition présidentielle interrompue par les Trump, qui n'avaient pas d'animal de compagnie, les Biden ont toujours été accompagnés d'un chien à la Maison Blanche, et toujours un berger allemand.

Ils y sont arrivés avec Champ, qui est mort l'an dernier à un âge avancé, et Major, qui est depuis reparti à la campagne faute d'avoir pu s'acclimater, avant d'accueillir Commander.

 


Ukraine : Zelensky tempère, Poutine et Macron prônent la désescalade

Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 28 janvier 2022 montre le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse avec des médias étrangers à Kiev.(AFP)
Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 28 janvier 2022 montre le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse avec des médias étrangers à Kiev.(AFP)
Short Url
  • Plus de 100.000 soldats russes sont déployés aux frontières ukrainiennes depuis fin 2021, signe pour Washington qu'une invasion pourrait être imminente
  • La Russie dément tout projet d'invasion, mais s'estime menacée par l'expansion de l'Otan depuis 20 ans et par le soutien occidental à l'Ukraine

KIEV : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé vendredi les Occidentaux à ne pas semer la "panique" autour des tensions avec la Russie, accusée de préparer une invasion de l'Ukraine, tout en lui réclamant un geste prouvant qu’elle n’allait pas attaquer.

Ses déclarations sont intervenues à un moment où le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron sont convenus, dans un entretien téléphonique, de la "nécessité d'une désescalade", selon la présidence française.

Plus de 100.000 soldats russes sont déployés aux frontières ukrainiennes depuis fin 2021, signe pour Washington qu'une invasion pourrait être imminente.

"La probabilité de l'attaque existe, elle n'a pas disparu et elle n'a pas été moins grave en 2021", mais "nous ne voyons pas d'escalade supérieure à celle qui existait" l'année dernière, a cependant déclaré vendredi M. Zelensky, au cours d'une conférence de presse.

"Nous n'avons pas besoin de cette panique", a-t-il souligné, tout en appelant la Russie à "faire des pas pour prouver" qu'elle ne va pas passer à l'attaque.

"Le plus grand risque pour l'Ukraine" actuellement, c'est "la déstabilisation de la situation à l'intérieur du pays", a-t-il estimé.

La Russie dément tout projet d'invasion, mais s'estime menacée par l'expansion de l'Otan depuis 20 ans et par le soutien occidental à l'Ukraine.

Elle a donc lié la désescalade à la fin de la politique d'élargissement de l'Alliance atlantique, notamment à l'Ukraine, et au retour des déploiements militaires occidentaux aux frontières de 1997.

Les Etats-Unis et l'Otan ont formellement rejeté mercredi ces demandes.

"Les réponses des Etats-Unis et de l'Otan n'ont pas tenu compte des inquiétudes fondamentales de la Russie", a relevé le Kremlin dans un communiqué consacré à l'entretien entre MM. Poutine et Macron.

"La question clé a été ignorée, à savoir comment les Etats-Unis et leurs alliés comptent (...) mettre en oeuvre le principe selon lequel personne ne doit renforcer sa sécurité au détriment d'autres pays", a fait valoir le chef de l'Etat russe, selon la même source.

« Aucune intention offensive »

Selon l'Elysée, les deux dirigeants sont toutefois convenus de la "nécessité d'une désescalade" et d'une poursuite du "dialogue" dans la crise ukrainienne.

"Le président Poutine n'a exprimé aucune intention offensive", a noté la présidence française.

Les Européens et les Américains ont promis des sanctions féroces et sans précédent en cas d'attaque contre l'Ukraine.

Ont été évoqués le gazoduc stratégique Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne ou encore l'accès des Russes aux transactions en dollars, la monnaie reine dans les échanges internationaux.

Washington et l'Union européenne ont affirmé vendredi dans une déclaration commune qu'ils travaillaient à la fourniture de "volumes supplémentaires de gaz naturel" destinés à l'Europe, afin de faire face à un éventuel contre-coup d'une "nouvelle invasion russe de l'Ukraine".

Les Etats-Unis ont par ailleurs saisi jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU, réclamant une réunion lundi en raison de la "menace claire" que fait peser à leurs yeux la Russie sur "la paix et la sécurité internationales".

De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré dans la matinée que la Russie ne voulait "pas de guerre" et préférait la "voie de la diplomatie".

Un haut responsable américain, sous couvert de l'anonymat, a "salué" ces déclarations. "Mais il faut que ce soit appuyé par des actes", a-t-il souligné, insistant sur le "retrait" des troupes russes de la frontière ukrainienne.

Moscou avait pour sa part prévenu qu'un rejet de ses demandes allait se traduire par des représailles d'ampleur, sans plus de précisions. "Nous ne permettrons pas (...) que nos intérêts soient grossièrement bafoués, ignorés", a souligné vendredi M. Lavrov.

Dans la soirée, la diplomatie russe a annoncé interdire d'entrée en Russie des représentants des forces de l'ordre, des organes législatifs et exécutifs de certains pays de l'UE qui sont "personnellement responsables de la propagation de la politique antirusse".

Des députés russes en vue ont proposé quant à eux que la Russie reconnaisse l'indépendance des territoires séparatistes prorusses en Ukraine et qu'elle les arme.

Le Kremlin est déjà considéré comme l'instigateur de ce conflit dans l'est du territoire ukrainien, qui a été déclenché en 2014 peu après l'annexion russe de la Crimée ukrainienne et dans la foulée d'une révolution pro-occidentale à Kiev. 


Les États-Unis autorisent plus d'antennes 5G autour des aéroports

Une tour cellulaire 5G se dresse (L) alors qu'un avion United Airlines atterrit à l'aéroport international de Los Angeles (LAX) dans le quartier Lennox de Los Angeles, Californie, le 19 janvier 2022. (AFP)
Une tour cellulaire 5G se dresse (L) alors qu'un avion United Airlines atterrit à l'aéroport international de Los Angeles (LAX) dans le quartier Lennox de Los Angeles, Californie, le 19 janvier 2022. (AFP)
Short Url
  • L'agence avait déjà indiqué la veille avoir autorisé environ 90% de la flotte d'avions américains à atterrir dans la majeure partie des cas
  • Des contraintes restent encore en place pour quelques modèles d'avions et quelques pistes d'aéroports en cas de faible visibilité

NEW YORK : L'autorité américaine de l'aviation, la FAA, a annoncé vendredi avoir autorisé le déploiement par les opérateurs de téléphonie mobile AT&T et Verizon d'antennes 5G supplémentaires autour des aéroports, certaines restrictions restant en place pour garantir la sécurité des atterrissages. 

La FAA craignait des interférences entre les nouvelles fréquences de l'internet ultra-rapide et celles utilisées par des instruments importants pour la sécurité des avions, les altimètres. Les opérateurs avaient accepté mi-janvier de commencer à déployer leur réseau 5G en différant l'activation des tours installées près de certains aéroports. 

"Grâce à une collaboration technique continue, la FAA, Verizon et AT&T se sont mis d'accord sur des mesures qui permettront à plus d'avions d'utiliser en toute sécurité les principaux aéroports tout en activant plus d'antennes pour leur réseau 5G", explique la FAA dans un communiqué. 

L'agence avait déjà indiqué la veille avoir autorisé environ 90% de la flotte d'avions américains à atterrir dans la majeure partie des cas. 

Les informations fournies par les opérateurs sur la localisation exacte des antennes et de nouvelles analyses sur les interactions entre les signaux 5G et les altimètres ont permis de réduire davantage les zones posant potentiellement problème, a souligné la FAA vendredi.  

Des contraintes restent encore en place pour quelques modèles d'avions et quelques pistes d'aéroports en cas de faible visibilité.

Les fédérations représentant aux États-Unis les secteurs de la téléphonie mobile (CTIA) et de l'aviation (A4A) ont salué cette avancée. 

A4A a toutefois relevé qu'il y avait "encore beaucoup de travail à faire" pour minimiser les perturbations sur le trafic aérien au fur et à mesure que les tours 5G sont déployées. 

Les plus grandes compagnies ont signalé ces derniers jours que les concessions effectuées par les opérateurs avaient permis d'éviter des annulations massives de vols, mais qu'il fallait encore s'attendre à de petites perturbations.

Le patron de JetBlue a ainsi indiqué jeudi faire face à des restrictions dans certains aéroports pour les Embraer 190 de sa flotte. "Il s'agit heureusement d'un très faible pourcentage de vols, mais ça existe", a-t-il déclaré lors d'une conférence téléphonique.

L'association représentant les compagnies régionales aux États-Unis a aussi souligné que ses membres étaient plus affectés que les grandes sociétés de transport aérien.