Le carnaval de Rio reporté sine die pour cause de coronavirus

L'école de samba Viradouro lors de la première nuit du carnaval de Rio, le 23 février 2020 (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 25 septembre 2020

Le carnaval de Rio reporté sine die pour cause de coronavirus

  • L'Etat de Rio est le deuxième Etat le plus touché par l'épidémie au Brésil, derrière celui de Sao Paulo
  • La dernière édition a attiré 120.000 personnes pour admirer les écoles de samba au Sambodrome de l'Anhembi, tandis que les « blocs » ont drainé plus de 15 millions de fêtards

RIO DE JANEIRO : Au tour du carnaval de Rio d'entrer dans la danse des événements victimes de la pandémie de coronavirus: son édition 2021, qui devait se tenir en février prochain, a été reportée sine die.

« Nous sommes arrivés à la conclusion que l'événement devait être reporté. Nous ne pouvons tout simplement pas le faire en février. Les écoles de samba n'auront ni le temps ni les ressources financières et organisationnelles pour être prêtes pour février », a dit à des journalistes Jorge Castanheira, le président de la Ligue indépendante des écoles de samba de Rio de Janeiro (LIESA), jeudi soir à l'issue de la réunion des dirigeants de cette association qui organise l'événement.

En juillet, un premier avant-goût de cette décision avait affleuré, lorsque cinq des douze écoles de samba avaient assuré qu'en l'absence d'un vaccin fin septembre, elles demanderaient le report de l'événement.

« Ce n'est pas une annulation, c'est un report. Nous cherchons une solution alternative, quelque chose à faire quand la sécurité sanitaire nous permettra de donner notre contribution à la ville (...) Mais nous n'en sommes pas assez sûrs pour fixer une date », a précisé M. Castanheira.

L'annonce de la LIESA s'applique uniquement à la compétition des écoles de samba, qui se déroule dans l'emblématique Sambodrome de la Ville merveilleuse. Chaque école y défile avec près de 3.000 membres costumés, dansant très près les uns des autres et chantant tout le long du cortège, qui dure un peu plus d'une heure.

Les autorités municipales n'ont en revanche pas encore dit si les festivités de rue seraient autorisées. Le carnaval de Rio se compose en effet d'innombrables défilés de « blocs », ces groupements de quartiers qui déambulent en dansant, dans un joyeux cocktail détonant de musique, déguisement et, souvent, alcool.

Après Sao Paulo

Ces célébrations sont surtout un cauchemar pour un épidémiologiste au vu de la promiscuité et de l'immense foule qu'elles drainent: des millions de personnes y participent chaque année, des Cariocas aux autres Brésiliens en passant par les touristes.

Une telle annonce de la part de la LIESA était dans l'air ces derniers temps surtout en raison de la forte prévalence du coronavirus au Brésil, qui déplore le deuxième plus grand nombre de morts au monde, environ 140.000, derrière les Etats-Unis. Près de 4,7 millions de personnes ont été contaminées.

L'épidémie sur le sol du géant latino-américain a quelque peu ralenti depuis son pic en juillet, mais il y a néanmoins eu, ces deux dernières semaines, une moyenne quotidienne de 30.000 nouveaux cas et 735 nouveaux décès, selon les chiffres du ministère de la Santé.

L'Etat de Rio est le deuxième Etat le plus touché par l'épidémie au Brésil, derrière celui de Sao Paulo.

Le carnaval de Sao Paulo de 2021, lui, avait été reporté sine die dès le 24 juillet, y compris le défilé des « blocs ». 

Le carnaval de la ville de Sao Paulo est l'un des plus importants du Brésil. La dernière édition a attiré 120.000 personnes pour admirer les écoles de samba au Sambodrome de l'Anhembi, tandis que les « blocs » ont drainé plus de 15 millions de fêtards, selon le maire, Bruno Covas.

La nouvelle date du carnaval n'a pas été déterminée mais cela pourrait être « à la fin mai ou au début de juillet » 2021, avait précisé le maire de la ville de 12 millions d'habitants.


La pandémie ternit le clinquant de la saison des prix à Hollywood

Les spécialistes de la communication ont donc dû improviser, délaissant les palaces de Los Angeles pour une formation accélérée en techniques de visioconférence: toutes les rencontres et interviews de stars se sont déroulées via internet, presque comme des banales réunions de bureau (Photo, AFP).
Short Url
  • La cérémonie des Golden Globes sera principalement virtuelle et la plupart des lauréats devraient recevoir leur trophée à domicile
  • La cérémonie se tiendra à cheval entre la Californie et New York, avec deux maîtresses de cérémonie, Amy Poehler et Tina Fey, qui se passeront le relais d'une côte à l'autre

LOS ANGELES: Habituellement, les semaines précédant la saison des prix à Hollywood sont un clinquant tourbillon mêlant soirées chics, luxueuses suites d'hôtel où les célébrités défilent pour venir chercher des cadeaux de marques, et cérémonie de gala des Golden Globes à Beverly Hills. Mais 2021 n'est pas une année comme les autres.

Les nominations dans les principales catégories pour les 78e Golden Globes seront annoncées dimanche soir, 28 février sur NBC.

La pandémie de coronavirus est passée par là et a bousculé tous les usages.

L'industrie avait pu un temps espérer un retour à la normale mais l'explosion des cas de Covid-19 dans le sud de la Californie cet hiver a rendu inenvisageable l'organisation de soirées VIP et autres panels mettant en présence des célébrités, des journalistes et les jurys des prix cinématographiques.

Les spécialistes de la communication ont donc dû improviser, délaissant les palaces de Los Angeles pour une formation accélérée en techniques de visioconférence: toutes les rencontres et interviews de stars se sont déroulées via internet, presque comme des banales réunions de bureau.

"J'ai été très strict et évité toute rencontre en chair et en os. Et je dois dire que les studios et chaînes de télévision ont été très compréhensifs", dit Scott Feinberg, expert du magazine The Hollywood Reporter. "Tout le monde a dû s'adapter".

Les Golden Globes eux-mêmes ont renoncé à leur soirée baignée de champagne, un rendez-vous attendu par tous à Hollywood, pour une cérémonie principalement virtuelle durant laquelle la plupart des lauréats devraient recevoir leur trophée à domicile.


Emotion à l'ONU après la reprise par Rockefeller d'une tapisserie Guernica

L'ambassadeur américain aux Nations Unies Nikki Haley passe devant une réplique de "Guernica" de Pablo Picasso. (Photo, AFP/Archives)
Short Url
  • Après l'annonce jeudi du retrait de ce prêt, le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric avait rapidement twitté son amertume
  • « Quel dommage ! Cette tapisserie a été la toile de fond d'une partie de ma vie professionnelle », renchérissait aussi sur Twitter un diplomate britannique

NATIONS-UNIES, ETATS-UNIS : La reprise par la famille Rockefeller d'une vaste tapisserie représentant le Guernica de Picasso, à l'entrée du Conseil de sécurité de l'ONU depuis plus de trois décennies, a suscité l'émotion de nombreux diplomates et des plus hauts responsables de l'Organisation.

Après l'annonce jeudi par l'ONU du retrait de ce prêt, décidé par son propriétaire Nelson Rockefeller Junior, le porte-parole de l'ONU Stéphane Dujarric avait rapidement twitté son amertume, à l'instar de nombreux diplomates affectés auprès des Nations unies.

« C'est vraiment triste. Ce mur sans la tapisserie est vide de sens. Cette tapisserie suspendue ailleurs perdra beaucoup de sa valeur », a estimé M. Dujarric.

« Quel dommage ! Cette tapisserie a été la toile de fond d'une partie de ma vie professionnelle », renchérissait aussi sur Twitter un diplomate britannique, Mungo Woodifield.

La présence de la tapisserie, devant laquelle passaient régulièrement des présidents, ministres et autres ambassadeurs allant au Conseil de sécurité, visait à les sensibiliser à la tragédie de la guerre.

Pour le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, l'annonce de la récupération de la tapisserie a été une surprise. « Ce n'était pas prévu », a souligné vendredi son porte-parole, en indiquant ne disposer d'aucune explication de la famille Rockefeller sur cette décision soudaine.

Avec des lettres, des appels téléphoniques, « le secrétaire général et d'autres ont énormément essayé de garder la tapisserie ici mais nous n'avons pas réussi » à faire changer d'idée le propriétaire, a ajouté dans une déclaration Stéphane Dujarric, lors de son point-presse quotidien.

« C'est comme une perte de regarder ce mur vide », a-t-il insisté. « Cette tapisserie n'était pas seulement le rappel émouvant des horreurs de la guerre, mais en raison de son positionnement, elle témoignait également de tant d'histoires qui se déroulaient depuis 1985 aux abords du Conseil de sécurité », a-t-il ajouté.

Commandée en 1955 par Nelson Rockefeller, la tapisserie tirée de l’œuvre de Pablo Picasso et qui représente le bombardement de la ville de Guernica le 26 avril 1937 par l'Allemagne nazie et l'Italie fasciste, a été tissée par l'atelier français Jacqueline de La Baume-Dürrbach.

Aucun commentaire, notamment pour savoir si une vente de la tapisserie est prévue, n'a pu être obtenue auprès du Bureau de la famille Rockefeller, du Centre d'archives Rockefeller, et de la Fondation Rockefeller.


The Breakdown: Joana Hadjithomas et Khalil Joreige évoquent Cedar IV, A Reconstitution

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige sont des artistes libanais basés à Paris (Photo fournie)
Short Url
  • Nous nous sommes demandé pourquoi un projet aussi intéressant avait disparu de notre histoire et de notre mémoire
  • La reconstitution est une manière de donner de la matière – la réalité – à nos souvenirs perdus

DUBAÏ: L’installation de 2011 du duo d’artistes libanais basé à Paris, est inspirée de la Lebanese Rocket Society des années 1960. 

1
La Lebanese Rocket Society (Photo fournie) 

Joana Hadjithomas: Tout a commencé avec ma sœur. Elle faisait des recherches sur l'histoire du Liban et elle est tombée sur cette histoire de fusées lancées depuis le Liban (dans les années 1960). Cela nous est resté en tête. Quelques années plus tard, nous avons vu le timbre de la fusée Cedar IV, émis en 1964, et nous avons trouvé que c'était vraiment intéressant. 

Khalil Joreige: Nous nous sommes demandé pourquoi un projet aussi intéressant avait disparu de notre histoire et de notre mémoire. 

Joana: La Lebanese Rocket Society a vu le jour en 1960 à l'université de Haigazian. Un professeur – Manoug Manougian – avait une passion pour tout ce qui avait trait aux fusées. Ses étudiants ont commencé à fabriquer des fusées et des propulseurs à l'université. L'armée libanaise s’est jointe au projet, mais pour Manoug et ses étudiants, ça a toujours été un projet éducatif – jamais militaire. 

Khalil: Ce n’était pas non plus nationaliste. La plupart des personnes impliquées n’étaient pas libanaises – elles venaient de toute la région. Elles construisaient la paix à travers l’éducation. 

Joana: Les acteurs du programme pensaient qu'ils contribuaient à la course à l'espace – ils partageaient cette fascination de l’époque pour l'espace. Il s’agit d’espoir et de rêves. Nous avons donc estimé que nous devions raconter cette histoire et retrouver ceux qui en avaient fait partie. Cela n’a pas été facile car ils étaient dispersés dans le monde entier. 

Khalil: Nous avons dû réfléchir à différentes stratégies afin de conjuguer le passé au présent. 

Joana: Nous avons donc reconstruit une fusée avec  le soutien de la Biennale de Sharjah et nous l'avons offerte à l'université de Haigazian. La reconstitution est une façon de donner de la matière – la réalité – à nos souvenirs perdus. C’est pourquoi il était important de reconstituer la fusée à l’identique. Nous avons choisi Cedar IV parce que c’était l’une des plus réussies, mais nous n’y avons pas affiché le drapeau libanais. 

Khalil: Si vous y posez un drapeau, cela devient nationaliste et militariste. En le laissant blanc, cela reste un lieu de projection, une présence fantomatique. 

Joana: Aujourd'hui, la fusée ressemble à un missile militaire, mais ça n’en est pas un. 

Khalil: La sonde des Émirats arabes unis (qui a atteint Mars le 9 février) s'appelle «Hope». Lorsque vous visez une autre dimension, quelque chose que vous ignorez, il s’agit toujours d'espoir. 

Joana: La principale richesse du Liban est son peuple, mais nous sommes les otages de gens corrompus qui ne pensent qu'à eux-mêmes. Nous étions vraiment heureux pour les Émirats arabes unis quand «Hope» a atteint Mars, et je pense que les Libanais y ont été sensibles parce que cela touche à leur droit de rêver aussi – et d’avoir la possibilité de se reconstruire et de se libérer de ces gens corrompus. 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com