L’ONU avertit que sa crédibilité sur la question palestinienne est en jeu

Abdallah Shahid appelle les États membres à unir leurs forces pour résoudre le conflit, conformément aux lois humanitaires, aux droits humains internationaux et à la charte des Nations unies. (AFP)
Abdallah Shahid appelle les États membres à unir leurs forces pour résoudre le conflit, conformément aux lois humanitaires, aux droits humains internationaux et à la charte des Nations unies. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 décembre 2021

L’ONU avertit que sa crédibilité sur la question palestinienne est en jeu

  • Le président de l’Assemblée générale des nations unies, Abdallah Shahid, qualifie de «décourageante» l’absence de progrès sur une question qui est à l’ordre du jour de l’ONU depuis les premières années de sa création
  • La séance plénière se tient quelques jours après le soixante-quatorzième anniversaire de la résolution 181, qui recommande le partage de la Palestine en deux États, arabe et juif

NEW YORK: Dans le conflit israélo-palestinien, l’enjeu est bien plus grand que la paix et la sécurité au Moyen-Orient, affirme Abdallah Shahid, président de l’Assemblée générale des nations unies.

La réputation de la communauté internationale, ainsi que sa capacité à faire preuve de solidarité pour résoudre les différends internationaux, conformément à la vision fondatrice de l’Organisation des nations unies (ONU), sont également en jeu, avertit-il.

«C'est pour cela que nous ne pouvons perdre espoir», soutient M. Shahid, en appelant les États membres à unir leurs forces pour résoudre le conflit, conformément aux lois humanitaires, aux droits humains internationaux et à la charte des Nations unies.

«Nous devons préserver la crédibilité de cette grande institution et promouvoir un dialogue et un engagement positifs entre les parties concernées.»

S’exprimant mercredi lors d’une séance plénière de l’Assemblée générale consacrée aux enjeux palestiniens et à la situation du Moyen-Orient, M. Shahid a qualifié de «décourageante» l’absence de progrès sur une question qui est à l’ordre du jour de l’ONU depuis les premières années de sa création.

Les situations en Palestine et dans la région au sens large sont «étroitement liées», précise-t-il.

«Nous avons vu à maintes reprises comment les répercussions du conflit israélo-palestinien compromettent la stabilité de la région dans son ensemble», poursuit-il.

«Tant que le peuple palestinien sera privé d’État, tant que des colonies illégales continueront d’être construites sur des terres auxquelles les Palestiniens ont droit à juste titre, tant que les familles palestiniennes seront obligées de fuir la violence et les injustices dont elles sont victimes et qu’elles ne pourront pas rentrer chez elles, la colère et le ressentiment ne feront que s’attiser.»

«Cela contribuera à un cycle de violence qui dure depuis bien trop longtemps.»

La séance plénière se tient quelques jours après le soixante-quatorzième anniversaire de la résolution 181, adoptée par l’Assemblée générale le 29 novembre 1947. Elle recommande le partage de la Palestine en deux États, arabe et juif, tandis que la ville de Jérusalem serait placée sous contrôle international.

Adopter une solution à deux États sur la base des frontières d’avant 1967 est ce que le monde peut faire de «plus important» pour aider à résoudre le conflit, affirme M. Shahid, qui appelle à une accélération du processus politique multilatéral pour trouver un règlement juste et pacifique.

Évoquant les défis majeurs auxquels font face les Palestiniens, il souligne qu’il est temps pour la communauté internationale de traduire ses paroles en actes en matière d’aide humanitaire, de soutien aux efforts de résolution du conflit et de respect de la dignité des Palestiniens.

«D’année en année, nous parlons de la crise humanitaire abominable en Palestine, en particulier dans la bande de Gaza. Mais les mots sont insuffisants. Les mots ne peuvent pallier le manque d’eau courante, d’électricité, d’assainissement adéquat et de conditions de vie décentes qui touche des millions de Palestiniens», explique-t-il.

«Les mots peuvent exprimer comment ces défis ont été exacerbés par la pandémie de Covid-19, sans pour autant pouvoir les résoudre. Les mots ne peuvent sauver le peuple palestinien des décennies d’occupation, des arrestations arbitraires et du recours excessif à la force. Les mots ne peuvent restaurer leurs maisons démolies ou mettre fin à la prolifération des colonies illégales sur leurs terres.»

«Plus de la moitié des cinq millions de Palestiniens des territoires occupés dépendent de l’aide humanitaire pour survivre. Ce nombre atteint 80 % à Gaza, où les habitants réclament l’accès aux services et équipements de base», indique M. Shahid.

Les nombreux réfugiés palestiniens à travers le Moyen-Orient sont également en danger, ajoute-t-il, soulignant l’important déficit de financement de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient. Il appelle la communauté internationale à fournir un soutien financier suffisant pour maintenir le travail salvateur de l’organisme en question.

«Il est temps de nous rassembler en tant que communauté internationale et de réitérer notre engagement à protéger les droits du peuple palestinien», souligne M. Shahid.

«Accordons-leur ce qu'ils réclament à juste titre depuis si longtemps: dignité, indépendance et respect.»

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Naufrage d'un bateau de migrants au large de la Tunisie : Six morts et 30 personnes portées disparues

Des migrants secourus au large de Lampedusa, le mardi 25 janvier 2022. (AP)
Des migrants secourus au large de Lampedusa, le mardi 25 janvier 2022. (AP)
Short Url
  • Les 34 survivants ont affirmé aux sauveteurs que le bateau transportait 70 personnes et qu'ils se dirigeaient vers l'Italie
  • Près de 60 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer en 2021, et environ 1 200 sont mortes ou ont été portées disparues lors de leur traversée, selon le HCR

TUNIS: Au moins six Africains tentant de migrer vers l'Europe sont morts et une trentaine d'autres sont portés disparus en mer Méditerranée, après le naufrage de leur bateau jeudi au large des côtes tunisiennes, selon le ministère tunisien de la Défense.

Les forces navales et les garde-côtes tunisiens ont récupéré les corps, secouru 34 survivants, et recherchent les personnes portées disparues, a indiqué le ministère dans un communiqué. Les survivants ont dit aux sauveteurs que le bateau transportait 70 personnes et qu'ils se dirigeaient vers l'Italie, a indiqué le ministère.

Le bateau, qui était parti de la Libye voisine, a coulé à environ 40 kilomètres (24 miles) au large de la ville tunisienne de Zarzis, près de la frontière libyenne, a-t-il ajouté.

Parmi les survivants figurent des personnes originaires d'Égypte, du Soudan et de Côte d'Ivoire, selon Mongi Slim, directeur du Croissant-Rouge tunisien.

Il s’agit du dernier naufrage de bateaux de migrants parmi tant d’autres dans la région. La route de la Méditerranée centrale, qui relie l'Afrique du Nord au sud de l'Italie, est la voie migratoire la plus fréquentée et la plus meurtrière pour rejoindre l'Europe. Les migrants voyagent depuis la Libye et la Tunisie dans des bateaux bondés, à la merci des passeurs qu'ils paient pour leur faire traverser la mer.

Près de 60 000 personnes sont arrivées en Italie par la mer l'année dernière, et environ 1 200 sont mortes ou ont été portées disparues au cours de leur voyage, selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Le ministère tunisien de la Défense a déclaré que les autorités étaient parvenues à arrêter huit voyages migratoires en bateau ces dernières 48 heures, au large de la ville de Sfax, et que 130 personnes originaires de Tunisie et d'Afrique subsaharienne avaient été arrêtées.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: arrestation d'une femme planifiant un attentat

La franco-tunisienne Umm Yussef, 21 ans, alors qu'elle se dirige vers les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes après avoir quitté Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, au nord de la Syrie, le 22 février 2019.(AFP)
La franco-tunisienne Umm Yussef, 21 ans, alors qu'elle se dirige vers les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes après avoir quitté Baghouz, dans la province de Deir Ezzor, au nord de la Syrie, le 22 février 2019.(AFP)
Short Url
  • Agée de 22 ans, cette jihadiste présumée, de nationalité tunisienne, a été arrêtée le 10 janvier à l'aéroport de Tunis-Carthage à son arrivée en provenance de Turquie
  • Lors de son interrogatoire, elle a affirmé avoir quitté la Tunisie à l'été  2020 pour la Turquie avant de se rendre en Syrie en 2021

TUNIS : Le ministère tunisien de l'Intérieur a annoncé vendredi avoir déjoué une opération "terroriste" après l'arrestation d'une jeune femme, de retour de Syrie, qui projetait de se faire exploser dans une zone touristique en Tunisie.

Agée de 22 ans, cette jihadiste présumée, de nationalité tunisienne, a été arrêtée le 10 janvier à l'aéroport de Tunis-Carthage à son arrivée en provenance de Turquie, a indiqué le ministère dans un communiqué.

Lors de son interrogatoire, elle a affirmé avoir quitté la Tunisie à l'été  2020 pour la Turquie avant de se rendre en Syrie en 2021 où elle a rejoint une "organisation terroriste au sein de laquelle elle s'est préparée à mener un attentat suicide", selon la même source.

L'enquête a aussi révélé l'implication dans ce projet d'attentat d’un autre "élément terroriste" de nationalité tunisienne qui devait fournir une ceinture explosive à la jihadiste présumée, a précisé encore le ministère.

L'homme se trouve déjà en détention pour son implication présumée "dans la préparation d'opérations terroristes qui devaient viser fin 2021 des hauts responsables de l'Etat", selon le communiqué.

Après la chute de la dictature de Ben Ali en 2011, la Tunisie a été frappée par plusieurs attaques menées par des groupes jihadistes qui ont coûté la vie à des dizaines de soldats et de policiers, mais aussi à de nombreux civils et touristes étrangers.

En 2018, la capitale tunisienne a été secouée par un attentat perpétré par une femme kamikaze visant des policiers.


Bahaa, le fils de Rafic Hariri, déterminé à «poursuivre le parcours» de son père

Bahaa Hariri, fils de feu le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Fichier/Sawa Li Lubnan)
Bahaa Hariri, fils de feu le Premier ministre libanais Rafic Hariri. Fichier/Sawa Li Lubnan)
Short Url
  • Bahaa Hariri a déclaré dans un discours enregistré qu'il «entrerait dans la bataille pour reprendre» le pays et qu'il se rendrait bientôt au Liban
  • Son frère Saad, trois fois Premier ministre, s'est retiré de la politique libanaise au début de la semaine

BEYROUTH : Bahaa Hariri, frère de Saad Hariri, l’un des chefs de file de la communauté sunnite libanaise et dirigeant du courant du Futur, a déclaré vendredi qu'il poursuivrait le parcours de son père, le Premier ministre décédé Rafic Hariri.

Bahaa a déclaré dans un discours enregistré qu'il «entrerait dans la bataille pour reprendre» le pays et qu'il se rendrait bientôt au Liban.

Son frère Saad, trois fois Premier ministre, s'est retiré de la politique libanaise au début de la  semaine, ouvrant une nouvelle phase dans la politique confessionnelle du Liban.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com