Dans le conflit du Tigré, l'armée éthiopienne poussée dans ses retranchements

Des manifestants acclamant l'arrestation de soldats rebelles à Tigré. (AFP)
Des manifestants acclamant l'arrestation de soldats rebelles à Tigré. (AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 décembre 2021

Dans le conflit du Tigré, l'armée éthiopienne poussée dans ses retranchements

  • Depuis l'arrivée la semaine dernière du Premier ministre Abiy Ahmed dans la zone de combats, le gouvernement a revendiqué avoir repris plusieurs villes aux rebelles.
  • Dans son combat contre le TPLF, l'armée fédérale a reçu l'appui de milices locales, en particulier celles de la région de l'Amhara.

Malgré une puissance de feu supposée supérieure et de vastes campagnes de recrutement, l'armée fédérale éthiopienne est engagée dans un féroce combat pour tenter de contenir la progression des rebelles tigréens vers la capitale Addis Abeba.

Depuis l'arrivée la semaine dernière du Premier ministre Abiy Ahmed dans la zone de combats, le gouvernement a revendiqué avoir repris plusieurs villes aux rebelles, dont le célèbre site de Lalibela, classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

Voici quelques données sur l'armée éthiopienne, qui a connu des fortunes diverses dans le conflit qui ravage le nord de l'Ethiopie depuis plus d'un an.

Comment les combats ont-ils commencé ? 

Les combats ont éclaté après qu'Abiy Ahmed a annoncé le 4 novembre 2020 l'envoi de troupes dans la région septentrionale du Tigré pour y destituer les autorités locales issues du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité depuis des mois et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

Réputée comme l'une des plus grandes armées permanentes d'Afrique, forte d'environ 140.000 hommes, la Force de défense nationale éthiopienne (ENDF) s'est emparée de la capitale régionale Mekele le 28 novembre. Abiy Ahmed a proclamé la victoire.

Mais sept mois plus tard, les rebelles ont renversé la situation, repris la majeure partie du Tigré, dont Mekele le 28 juin, puis avancé dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara.

Pourquoi la situation s'est-elle inversée ? 

Malgré un armement de meilleure qualité, l'armée déploie d'intenses efforts pour contenir les rebelles du TPLF, qui ont une longue histoire de lutte face à des armées régulières.

Ses combattants ont renversé le régime autocratique du Derg en 1991 après plus de 15 ans d'insurrection, puis participé à la guerre frontalière entre l'Ethiopie et l'Erythrée de 1998 à 2000.

Le TPLF disposait d'une importante force paramilitaire et d'une milice locale bien entraînée, estimées à 250.000 hommes par l'International Crisis Group (ICG).

Selon plusieurs experts, l'armée fédérale n'était ni préparée, ni équipée pour affronter une insurrection de ce type.

"L'armée éthiopienne a été conçue pour combattre l'armée érythréenne, pas une rébellion. Alors, elle l'a fait   épouvantablement", explique un analyste, sous couvert d'anonymat.

Par ailleurs, des réformes au sein de l'armée ont entraîné la mise à la retraite de nombreux hauts gradés avant le conflit, la privant d'une direction expérimentée. Après le début des combats, une purge des officiers tigréens l'a encore affaiblie.

"A la veille de la guerre, 18% de l'armée était composée de Tigréens, qui occupaient souvent les postes les plus techniques et les plus pointus, et environ la moitié des officiers étaient tigréens. Avec leur départ, l'ENDF a perdu sa colonne vertébrale", résume l'historien René Lefort.

 Les soutiens de l'armée sont-ils efficaces ?  

Dans son combat contre le TPLF, l'armée fédérale a reçu l'appui de milices locales, en particulier celles de la région de l'Amhara.

L'armée a aussi enrolé -et continue d'enrôler- massivement des civils dans le cadre de campagnes de recrutement. Mais cela se retourne parfois contre elle.

"Ils ont envoyé des recrues à peine entraînées au combat, aux côtés des milices locales. Cela a conduit à des problèmes de commandement et de contrôle, et à une approche plutôt désordonnée", explique William Davison, analyste principal à l'ICG.

L'aviation et les drones armés, qui ont mené des frappes aériennes au Tigré ces derniers mois, n'ont pour l'instant pas produit de changement majeur.

"Tout ce nouveau matériel et ces nouvelles recrues ne semblent jusqu'à présent pas à la hauteur de la motivation et de la réflexion stratégique des forces tigréennes", estime William Davison.

L'armée peut-elle reprendre l'avantage ?

Malgré de récents revers, un renversement en faveur de l'armée éthiopienne n'est pas à exclure dans ce conflit jalonné de rebondissements.

Elle a jusqu'à présent défendu avec succès Mille, ville de l'Afar située sur une route cruciale tant pour l'acheminement d'aide humanitaire au Tigré que pour l'approvisionnement d'Addis Abeba. 

Depuis la semaine dernière, le Premier ministre Abiy Ahmed est présent, selon plusieurs médias d'Etat, dans la zone de combats pour mener en personne la "contre-offensive".

Le gouvernement a depuis revendiqué avoir repris plusieurs localités, notamment Shewa Robit, située à 220 kilomètres au nord d'Addis Abeba, et celle située plus loin de la capitale mais très emblématique de Lalibela, célèbre pour ses églises monolithiques taillées dans la roche.


Le gouvernement taliban annonce sa participation aux pourparlers de Doha sous égide de l'ONU

Une délégation talibane participe au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) à Saint-Pétersbourg, le 6 juin 2024. (AFP).
Une délégation talibane participe au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF) à Saint-Pétersbourg, le 6 juin 2024. (AFP).
Short Url
  • Les autorités talibanes participeront au troisième cycle de pourparlers sur l'Afghanistan organisé par les Nations unies au Qatar, après avoir décliné la précédente invitation
  • La délégation talibane - dont la composition reste à annoncer - y participera car l'ordre du jour semble "bénéfique pour l'Afghanistan", a déclaré M. Mujahid à des médias afghans

KABOUL: Les autorités talibanes participeront au troisième cycle de pourparlers sur l'Afghanistan organisé par les Nations unies au Qatar, après avoir décliné la précédente invitation, a annoncé dimanche un porte-parole du régime.

"Une délégation de l'Emirat islamique participera à la prochaine conférence à Doha. Elle y représentera l'Afghanistan et exprimera la position de l'Afghanistan", a déclaré le porte-parole du gouvernement taliban, Zabihullah Mujahid, à propos de ces pourparlers prévus les 30 juin et 1er juillet.

La délégation talibane - dont la composition reste à annoncer - y participera car l'ordre du jour semble "bénéfique pour l'Afghanistan", a déclaré M. Mujahid à des médias afghans.

L'ordre du jour inclut des "sujets comme l'aide à l'Afghanistan et la création d'opportunités pour les investisseurs en Afghanistan, ce qui est important", a-t-il dit.

Des émissaires pour l'Afghanistan s'étaient réunis mi-février à Doha, pour aborder le renforcement de l'engagement de la communauté internationale en Afghanistan, sous l'égide de l'ONU et en compagnie de représentants de la société civile afghane dont des femmes.

Le gouvernement taliban, qui a repris les rênes du pouvoir en Afghanistan en 2021 et avait été exclu d'une première réunion à Doha en mai 2023, avait refusé d'y participer à moins que ses membres ne soient les seuls représentants du pays.

Il exigeait également un tête-à-tête avec le Secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. Des conditions jugées à l'époque "pas acceptables".

Selon des sources diplomatiques à l'AFP, une consultation des groupes de la société civile est cette fois prévue avant et après le troisième cycle de pourparlers, auquel n'assistera pas M. Guterres, mais pas dans des réunions avec les autorités talibanes.

"Il est impensable que des diplomates puissent se réunir pour discuter de l'Afghanistan au milieu d'une telle crise et qu'ils le fassent sans que les droits des femmes ne soient la principale question à l'ordre du jour et sans que les femmes afghanes soient pleinement associées à la discussion", a réagi auprès de l'AFP Heather Barr, directrice adjointe des droits des femmes pour l'ONG Human Rights Watch.

Les réunions doivent porter sur des sujets économiques et financiers ainsi que sur les efforts de lutte contre le trafic de stupéfiants, selon des sources diplomatiques.

Plusieurs autres groupes de la société civile ont également pressé l'ONU de donner la priorité aux sujets concernant les droits des femmes.

Depuis leur retour au pouvoir, les autorités talibanes n'ont été officiellement reconnues par aucun pays et appliquent une interprétation ultra-rigoriste de l'islam, multipliant les mesures liberticides à l'encontre des femmes, une politique qualifiée d'"apartheid de genre" par l'ONU.

De nombreux gouvernements et organisations humanitaires ont suspendu ou réduit leurs financements dans ce pays où la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté et où 15 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire, selon la Banque mondiale.


Grèce: trois touristes étrangers retrouvés morts en une semaine

Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin. (AFP).
Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin. (AFP).
Short Url
  • Le corps d'un touriste américain de 55 ans a été découvert dimanche sur l'île de Corfou, ce qui porte à trois le nombre de touristes étrangers retrouvés morts en Grèce en une semaine
  • La plupart de ces touristes avaient entrepris des randonnées sous un soleil écrasant, alors que la canicule sévit en Grèce

ATHENES: Le corps d'un touriste américain de 55 ans a été découvert dimanche sur l'île de Corfou, ce qui porte à trois le nombre de touristes étrangers retrouvés morts en Grèce en une semaine, tandis que des recherches étaient en cours pour retrouver trois autres touristes étrangers sur d'autres îles grecques, selon les medias grecs.

La plupart de ces touristes avaient entrepris des randonnées sous un soleil écrasant, alors que la canicule sévit en Grèce.

Le corps de l'Américain, qui a été découvert en mer près du port de Mathraki par un touriste, doit être transféré à l'hôpital de Corfou pour être autopsié, ont indiqué l'agence grecque Athens News Agency et la télévision publique ERT.

Selon Athens News Agency, le cinquantenaire était en vacances à Mathraki. Il a été vu pour la dernière fois par des habitants dans un café mardi dernier.

Il s'agit de la dernière découverte du corps d'un touriste étranger, après celle du médecin star de la télévision britannique Michael Mosley, retrouvé mort le 9 juin sur l'île grecque de Symi en mer Egée puis celle samedi d'un touriste néerlandais sur l'île de Samos.

Deux femmes françaises sont par ailleurs portées disparues sur l'île de Sikinos et un autre touriste sur l'île d'Amorgos.

Le corps du touriste néerlandais de 74 ans a été repéré samedi matin sur l'île de Samos par un drone des pompiers, gisant dans un ravin à quelques centaines de mètres de l'endroit où il a été vu pour la dernière fois dimanche dernier, en train de marcher avec difficulté.

Vendredi, deux femmes françaises ont été portées disparues à Sikinos, une petite île des Cyclades en mer Egée. Les deux femmes, âgées de 73 et 64 ans, avaient quitté leurs hôtels respectifs pour se rencontrer, selon les medias locaux.

Le 9 juin, le journaliste et médecin britannique Michael Mosley, connu pour ses apparitions dans des émissions phare de la télévision britannique, avait été retrouvé mort sur l'île de Symi, plusieurs jours après sa disparition le 4 juin.

Son corps sans vie a été repéré par une équipe de la chaîne publique grecque ERT qui était en train de filmer la zone où avait disparu cet homme de 67 ans. Michael Mosley avait entrepris une promenade sur la côte, en pleine chaleur.

Selon les météorologues, la Grèce a connu la vague de chaleur d'une durée d'au moins trois jours - ce qui pour la Grèce signifie des températures dépassant 38 degrés - la plus précoce jamais enregistrée.


Les musulmans d'Asie célèbrent l'Aïd al-Adha par des sacrifices et des fêtes traditionnelles

Bien que l’Indonésie compte le plus grand nombre de musulmans au monde, ses traditions pour célébrer l’Aïd al-Adha ont été influencées par d’autres religions. (AFP)
Bien que l’Indonésie compte le plus grand nombre de musulmans au monde, ses traditions pour célébrer l’Aïd al-Adha ont été influencées par d’autres religions. (AFP)
Short Url
  • De nombreux fidèles ont participé aujourd’hui aux prières communes dans la capitale indonésienne, Djakarta
  • Dans leurs sermons, les prédicateurs ont appelé les gens à prier pour les musulmans de Gaza et de Rafah

DJAKARTA: Aujourd’hui, les musulmans d’Asie ont célébré l’Aïd al-Adha («la fête du sacrifice») en mangeant et en priant pour les habitants de Gaza qui souffrent de la guerre entre Israël et le Hamas.

Cette fête, l’une des plus importantes de l’islam, commémore la force de la foi du prophète Ibrahim (Abraham) par l’abattage de bétail et la distribution de viande aux pauvres. C’est une occasion joyeuse où la nourriture constitue un élément essentiel: les musulmans pieux achètent et abattent des animaux et partagent deux tiers de la viande avec les pauvres. Cette fête coïncide avec les derniers rites du pèlerinage du Hajj en Arabie saoudite.

Une grande partie de l’Asie, notamment l’Indonésie, la Malaisie, l’Inde et le Bangladesh, a célébré l’Aïd al-Adha aujourd’hui, tandis que les musulmans d’autres régions du monde, notamment l’Arabie saoudite, la Libye, l’Égypte et le Yémen, ont célébré la fête dimanche.

De nombreux fidèles ont participé aujourd’hui aux prières communes dans la capitale indonésienne, Djakarta. Dans leurs sermons, les prédicateurs ont appelé les gens à prier pour les musulmans de Gaza et de Rafah.

«Nos prières et nos pensées vont à nos frères et sœurs qui souffrent actuellement en Palestine», a déclaré le fidèle Adi Prasetya après avoir prié dans un champ dans le sud de Djakarta. «Nous avons aujourd'hui de nombreuses possibilités d’envoyer notre aide par l’intermédiaire d’organisations caritatives.»

«Qu’Allah donne de la force à ceux qui sont victimes de la guerre. Que ceux qui sont divisés puissent à nouveau vivre en paix», a prié Berlina Yustiza, une autre fidèle.

Bien que l’Indonésie compte le plus grand nombre de musulmans au monde, ses traditions pour célébrer l’Aïd al-Adha ont été influencées par d’autres religions.

Les habitants de Yogyakarta, ancien centre de la culture javanaise et siège de dynasties royales depuis des siècles, pensent que s’ils parviennent à récupérer les récoltes disposées sous la forme d’une montagne conique appelée «gunungan», qui défile du palais royal à la grande mosquée de Kauman, cela peut leur porter chance. Ils se précipitent alors pour récupérer diverses offrandes de nourriture, composées de fruits, de légumes et d’en-cas traditionnels.

Un jour avant le festival du sacrifice, les habitants de la ville de Pasuruan, dans l’est de Java, expriment leur gratitude et leur respect pour les animaux sacrifiés en les habillant aussi joliment qu’une mariée. La vache à sacrifier est vêtue d’une couronne de sept fleurs, d’un tissu blanc, d’un turban et d’un tapis de prière et défile dans les rues avant d’être remise au comité des sacrifices. Cette tradition est appelée «manten sapi» («vache mariée»).

Les habitants de Demak, un village de la province de Java, ont célébré l’Aïd al-Adha par une procession de bétail appelée «apitan», en signe de gratitude pour la nourriture et les récoltes. Ils apportent de la nourriture dans des récipients en bambou sur la place du village et ils mangent ensemble après avoir prié. Les habitants croient que cette procession apportera la prospérité et qu’un désastre surviendrait si elle n’avait pas lieu.

L’Aïd al-Adha commémore le récit coranique de l’acceptation par Ibrahim de sacrifier son fils Ismaël par obéissance à Dieu. Avant qu’il ne puisse procéder au sacrifice, Dieu lui fournit un bélier en guise d’offrande. Dans les récits chrétiens et juifs, Abraham reçoit l’ordre de tuer un autre fils, Isaac.

En Malaisie, le Premier ministre, Anwar Ibrahim, s’est joint à des milliers de fidèles, dont des touristes étrangers, pour effectuer la prière du matin dans une mosquée proche de son bureau à Putrajaya, au sud de la capitale Kuala Lumpur.

Par ailleurs, dans un marché de gros à Selayang, à l’extérieur de la capitale, des travailleurs musulmans se sont agenouillés sur des tapis placés sur un grand tissu blanc posé à l’extérieur du marché pour accomplir leurs prières.

Dans son message, Anwar Ibrahim affirme que la possibilité d’effectuer le pèlerinage du Hajj à La Mecque est l’un des plus grands dons de Dieu et que cette occasion devrait faire de nous des personnes plus simples et authentiques.

«J’invite les musulmans à vivre le message de simplicité que prêche le Hajj, à rester toujours humbles et à ne pas se laisser envoûter par l’attrait des richesses terrestres temporaires. Ne nous écartons pas de cet objectif. Le monde devrait être un pont vers la terre éternelle», ajoute le Premier ministre.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com