L'Allemagne vers un nouveau tour de vis, avant l'obligation vaccinale

Si la situation sanitaire connaît ces derniers jours une timide amélioration, elle reste globalement alarmante, avec des dizaines de milliers de cas supplémentaires chaque jour, une incidence supérieure à 440 et de nombreux hôpitaux proches de la saturation. (Photo, AFP)
Si la situation sanitaire connaît ces derniers jours une timide amélioration, elle reste globalement alarmante, avec des dizaines de milliers de cas supplémentaires chaque jour, une incidence supérieure à 440 et de nombreux hôpitaux proches de la saturation. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 décembre 2021

L'Allemagne vers un nouveau tour de vis, avant l'obligation vaccinale

  • Le point le plus saillant de la contre-offensive anti-Covid est bien sûr l'obligation vaccinale
  • Un texte de loi devrait être soumis au parlement d'ici la fin de l'année, avec une liberté de vote totale accordée aux députés

BERLIN : Un nouveau tour de vis avant une obligation vaccinale qui fait désormais consensus: l'Allemagne va décider jeudi de restrictions supplémentaires contre la virulente quatrième vague d'infections, dont de possibles fermetures de bars et autres lieux publics.

Après un premier round de discussions mardi, Angela Merkel, son successeur annoncé, Olaf Scholz et les dirigeants des 16 régions du pays se réunissent de nouveau jeudi pour peaufiner leur arsenal de mesures.

Si la situation sanitaire connaît ces derniers jours une timide amélioration, elle reste globalement alarmante, avec des dizaines de milliers de cas supplémentaires chaque jour, une incidence supérieure à 440 et de nombreux hôpitaux proches de la saturation.

Le contexte est compliqué par l'actuelle période de transition en Allemagne, entre une Angela Merkel sur le départ - elle donnera un discours d'adieu jeudi soir lors d'une cérémonie militaire - et un Olaf Scholz qui ne devrait être élu chancelier que la semaine prochaine par le Bundestag.

Pas de «vide du pouvoir»

Cette réunion et les restrictions impulsées par la nouvelle coalition doivent ainsi montrer, espère le futur chancelier, qu'"il n'y a pas de vide du pouvoir, comme certains l'évoquent en ce moment".

Le point le plus saillant de la contre-offensive anti-Covid est bien sûr l'obligation vaccinale, qui pourrait être décrétée à partir de février ou mars.

Critiqué pour sa discrétion sur l'identité du futur ministre de la Santé, Olaf Scholz a créé la surprise en plaidant pour cette mesure radicale, déjà engagée par le voisin autrichien.

Un texte de loi devrait être soumis au parlement d'ici la fin de l'année, avec une liberté de vote totale accordée aux députés.

"Presque tout le monde en Allemagne a une opinion à ce sujet, et je pense que ce sont exactement les cas qui doivent être tranchés" par un vote, a confié sur la chaîne publique ARD le futur chancelier.

L'opinion publique allemande a elle-même largement évolué sur la question.

Si deux tiers environ des sondés étaient contre une obligation vaccinale l'été dernier, la proportion s'est totalement inversée, avec 64% d'Allemands désormais favorables, selon un sondage pour RTL et ntv.

Dans les rues de Berlin, l'obligation à venir est plutôt bien accueillie.

"En principe, je trouve toujours qu'une obligation est délicate. Mais je pense que nous sommes déjà si profondément dans la pandémie qu'il n'y a pas moyen" de faire autrement, explique ainsi à l'AFPTV Clara.

"Dès le début, ça aurait été une bonne idée. Parce qu'apparemment, ça ne marche pas" quand seuls certains font la démarche de se faire vacciner, abonde Alicia Münch.

Huis clos

La mesure est également soutenue par les Verts et les Libéraux, pourtant traditionnellement rétifs à toute contrainte, ainsi que les conservateurs d'Angela Merkel, désormais dans l'opposition.

Seul le parti d'extrême droite Afd s'y oppose, avec une campagne d'affichage "Le vaccin obligatoire? Non merci!" reprenant un slogan des opposants au nucléaire.

En attendant que la mesure entre en vigueur dans les prochains mois, l'Allemagne va devoir prendre d'autres dispositions pour enrayer la flambée épidémique.

Les régions ont déjà considérablement renforcé les restrictions d'accès pour les non vaccinés. Un pas supplémentaire devrait être franchi jeudi en leur interdisant l'entrée dans les commerces non essentiels.

Des fermetures de bars et clubs, pour l'ensemble de la population, sont aussi évoquées.

La Bundesliga, pourrait, elle, renouer avec les matches à huis clos, quelques jours après un derby rhénan entre le FC Cologne et Mönchengladbach, disputé devant 50 000 supporters, une image qui a choqué l'Allemagne.

"Du point de vue de la médecine intensive et d'urgence, la situation de la pandémie n'a jamais été aussi menaçante et grave qu'aujourd'hui", s'alarme ainsi l'Association allemande de médecine intensive (DIVI) qui réclame un confinement partiel de la population.

En Bavière, un des foyers de l'épidémie, un hôpital de Rosenheim a attiré l'attention sur la situation catastrophique de son service d'urgences, totalement saturé, en éclairant en rouge l'intérieur de l'établissement.

Les autorités allemandes essuient également des critiques sur l'embouteillage constaté pour accéder à la vaccination, avec des difficultés à obtenir un rendez-vous médical. Les pharmacies pourraient être mises à contribution pour élargir la distribution.


La Cédéao lève les sanctions économiques au Mali, accord pour deux ans de transition au Burkina

La Guinée a mené cette semaine une intense campagne diplomatique pour apaiser les dirigeants ouest-africains et éviter de nouvelles sanctions. (Photo, AFP)
La Guinée a mené cette semaine une intense campagne diplomatique pour apaiser les dirigeants ouest-africains et éviter de nouvelles sanctions. (Photo, AFP)
Short Url
  • «C'est acté! Nous avons décidé de lever les sanctions économiques et financières contre le Mali», a déclaré un participant au sommet de la Cédéao sous couvert de l'anonymat
  • La levée de l'embargo sur les transactions commerciales et financières était très attendue au Mali, épuisé par dix ans de conflit, et où les négociations entre la junte et la Cédéao durent depuis des mois

ACCRA: Le Mali va pouvoir souffler: les dirigeants ouest-africains ont levé dimanche à Accra les sanctions commerciales et financières qui étouffaient depuis janvier ce pays plongé dans une grave crise politique et sécuritaire. 

Autre mesure forte prise au cours du sommet de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), l'accord avec le Burkina Faso d'un calendrier de 24 mois avant un retour des civils au pouvoir à compter du 1er juillet 2022. 

« C'est acté! Nous avons décidé de lever les sanctions économiques et financières contre le Mali », a déclaré un participant au sommet de la Cédéao sous couvert de l'anonymat. 

« C'est bien acté! », a confirmé un autre responsable de la Cédéao. « Mais les chefs d'état ont précisé que conformément à la charte, les militaires de la junte ne peuvent pas être candidats à l'élection présidentielle », a-t-il ajouté. 

L'adoption d'une nouvelle loi électorale ouvrant la voie à la candidature d'un militaire à l'élection présidentielle demeurait un possible point de blocage dans les négociations. 

La levée de l'embargo sur les transactions commerciales et financières était très attendue au Mali, épuisé par dix ans de conflit, et où les négociations entre la junte et la Cédéao durent depuis des mois. 

Les signaux étaient plutôt positifs ces derniers jours avec l'adoption par le Mali d'un certain nombre de prérequis indispensables pour l'allègement des sanctions. 

Les autorités ont annoncé mercredi un calendrier électoral fixant la présidentielle à février 2024, le référendum constitutionnel à mars 2023, et les législatives entre octobre et novembre 2023. 

Il vient compléter l'adoption le 17 juin d'une nouvelle loi électorale et la mise en place d'une commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution. 

Négociations  

« Sur le Burkina Faso, nous avons demandé à la junte de revoir sa copie. Elle demandait 36 mois. Aujourd'hui tout le monde est d'accord que c'est 24 mois de transition à compter du 1er juillet 2022 », a également assuré un participant au sommet sous couvert de l'anonymat. 

Lors de sa visite samedi à Ouagadougou, le médiateur de la Cédéao, l'ex-président nigérien Mahamadou Issoufou, a donc convaincu la junte au pouvoir depuis fin janvier de baisser la durée de la transition de 36 à 29 mois. 

Dans ce pays sahélien aussi frappé par les attaques jihadistes, M. Issoufou avait salué « l'ouverture au dialogue » des militaires et dit avoir « échangé sur le chronogramme de la transition » présenté mercredi aux leaders politiques. 

Les autorités burkinabè prévoyaient jusqu'alors les dates du 24 décembre 2024 pour un référendum constitutionnel et du 25 février 2025 pour la tenue d'élections législatives et présidentielle. Le nouveau calendrier n'a pas encore été annoncé. 

Vendredi, les partis de l'ex-majorité du président Roch Marc Christian Kaboré renversé avaient dénoncé l'agenda présenté par la junte comme une « manœuvre solitaire qui contraste avec les impératifs d'une transition inclusive et réussie », regrettant « l'absence de concertations en amont ». 

L'Afrique de l'Ouest a vu se succéder les coups de force des colonels et lieutenants-colonels en moins de deux ans: putsch le 18 août 2020 à Bamako, nouveau fait accompli parachevant le premier le 24 mai 2021, putsch le 5 septembre 2021 à Conakry, putsch le 24 janvier 2022 à Ouagadougou. 

Depuis 2020, la Cédéao, alarmée du risque de contagion dans une région vulnérable, multiplie les sommets, les médiations et les pressions pour accélérer le retour des civils à la direction de ces pays. 

La Guinée a par ailleurs mené cette semaine une intense campagne diplomatique pour apaiser les dirigeants ouest-africains et éviter de nouvelles sanctions. 

La junte avait suscité l'ire de ses voisins en actant une durée de transition de 36 mois. Un délai qualifié d'« impensable » par le chef de l'Etat sénégalais Macky Sall, président en exercice de l'Union africaine. 

« La Cédéao va devoir prendre des mesures », avait-il dit. 

Le Premier ministre de transition Mohamed Béavogui a reçu samedi le représentant spécial des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mahamat Saleh Annadif. 

Le message de la Guinée est de rassurer « les frères de la Cédéao », sur l’engagement du pays à mener une transition apaisée et inclusive, a souligné le gouvernement. 

Lundi, le gouvernement a aussi reçu les principales formations politiques en vue d'engager un dialogue. Plusieurs mouvements politiques ont conditionné leur participation à la nomination d'un médiateur ouest-africain. 

 


Trois morts dans une fusillade à Copenhague, un Danois de 22 ans arrêté

Des personnes quittent le centre commercial Fields de Copenhague dans la précipitation pendant l'évacuation pour échapper à une fusillade qui a fait plusieurs victimes. (Photo, AFP)
Des personnes quittent le centre commercial Fields de Copenhague dans la précipitation pendant l'évacuation pour échapper à une fusillade qui a fait plusieurs victimes. (Photo, AFP)
Short Url
  • D'importants renforts de police ont été dépêchés aux abords du centre commercial Fields dans le quartier d'Amager, situé entre le centre-ville et l'aéroport de la capitale, indique la police de Copenhague
  • Lorsque les premiers coups de feu ont été entendus, plus d'une centaine de personnes se sont ruées à l'extérieur de la galerie commerciale, selon des témoins cités par les médias danois

COPENHAGUE: Une fusillade a fait trois morts et plusieurs blessés dimanche dans un centre commercial de Copenhague, selon la police, qui a arrêté un suspect, un Danois de 22 ans.

Le jeune homme, armé selon des témoins d'un imposant fusil, a été arrêté sans violence peu après l'arrivée de la police aux abords de la grande galerie marchande Fields, située entre le centre-ville et l'aéroport de la capitale danoise.

"Il y a trois morts et plusieurs blessés, dont trois dans un état critique", a déclaré l'inspecteur en chef de la police de Copenhague, Søren Thomassen, lors d'une conférence de presse.

Les motivations du suspect, décrit par la police comme "un Danois de souche" de 22 ans, restent floues. Il est connu de la police "mais seulement de façon périphérique", a expliqué M. Thomassen. "Ce n'est pas quelqu'un qu'on connaît particulièrement".

Les trois tués sont un homme d'une quarantaine d'années et deux jeunes dont l'âge n'a pas été précisé.

"Sur les réseaux sociaux, on voit fleurir qu'il s'agirait d'un mobile raciste, ou une autre forme de mobile, mais je ne peux pas dire que nous ayions quelque chose qui soutienne cela à cet instant", a précisé le chef de l'enquête.

La police a toutefois confirmé enquêter sur des vidéos publiées en ligne assurant montrer le suspect avec des armes dont il pointe le canon vers sa tempe, qui interrogent aussi sur son état psychiatrique. Un peu plus tôt, les enquêteurs s'étaient refusés à exclure un acte de terrorisme", mais expliqué que leur hypothèse était que le tireur présumé ait agi seul.

Deux jours après le passage du Tour de France dans la capitale danoise, avec de grandes scènes de liesse, un important dispositif de police a été déployé sur les lieux de la fusillade et dans plusieurs endroits de Copenhague.

La tuerie s'est produite vers 17H30 locales (15H30 GMT), provoquant un mouvement de panique. De nombreux visiteurs se trouvaient sur place avant un concert de la star britannique Harry Styles dans une grande salle voisine, qui a été annulé dans la soirée.

Selon des témoins interrogés par les médias danois, le suspect a tenté de piéger des victimes, disant par exemple que son arme était fausse pour les inciter à se rapprocher. "Il était suffisamment psychopathe pour aller traquer les gens, mais il ne courait pas", a déclaré un témoin interrogé par la télévision publique DR.

Lorsque les premiers coups de feu ont été entendus, plus d'une centaine de personnes se sont ruées à l'extérieur de la galerie commerciale, selon des images de l'incident. D'autres ont été contraints de se cacher à l'intérieur.

"Tout d'un coup on a entendu des coups de feu, j'ai entendu dix tirs, et nous avons couru tout ce que nous avons pu pour nous réfugier aux toilettes", a expliqué à DR Isabella, qui y est restée cachée deux heures. "J'ai eu peur, beaucoup de gens pleuraient".

«Couru pour notre vie»

Une cellule de crise a été déclenchée, selon la maire de Copenhague Sophie Haestorp Andersen, ainsi qu'un centre de prise en charge psychologique.

"Mes filles devaient aller voir Harry Styles. Elles m'ont appelé pour dire que quelqu'un tirait. Elles étaient dans un restaurant quand ça s'est passé", a dit à l'AFP Hans Christian Stolz, un Suédois de 53 ans venu chercher ses enfants sur place. "Nous pensions au départ que c'était des gens qui couraient parce qu'ils avaient vu Harry Styles, puis on a compris que c'était des gens en panique (...) On a couru pour notre vie", ajoute sa fille, Cassandra.

"Mon équipe et moi-même prions pour tous ceux touchés par la fusillade dans le centre commercial de Copenhague. Je suis choqué", a déclaré la star britannique sur Snapchat.

La police n'a donné aucune indication sur les motivations de la fusillade. Des images de l'arrestation montrent le suspect, revêtu d'une combinaison blanche pour préserver les preuves ADN, être embarqué par les policiers.

La Première ministre danoise Mette Frederiksen a fustigé une "attaque cruelle" dans un centre commercial où se trouvaient des "adultes, des jeunes et des enfants". La reine du Danemark Margrethe II et plusieurs dirigeants étrangers ont transmis leurs pensées et condoléances, de même que l'organisation du Tour de France.

Le dernier attentat à Copenhague remonte au 14 et 15 février 2015, lorsqu'une série de fusillades à motivation islamiste avait fait deux morts et cinq blessés.


Ouzbékistan: le président reconnaît des «victimes» lors de manifestations

Pour la majorité de la population, la principale source de préoccupation n'est pas la situation des droits humains, mais le contexte économique de plus en plus difficile (Photo, AFP).
Pour la majorité de la population, la principale source de préoccupation n'est pas la situation des droits humains, mais le contexte économique de plus en plus difficile (Photo, AFP).
Short Url
  • C'est la plus grave crise interne qu'affronte le président ouzbek depuis son arrivée au pouvoir en 2016
  • L'état d'urgence est entré en vigueur le soir même à minuit et doit durer jusqu'au 2 août

TACHKENT: Le président de l'Ouzbékistan a reconnu dimanche des "victimes" lors de manifestations antigouvernementales dans la république autonome du Karakalpakstan, dans le nord-ouest de ce pays d’Asie centrale où toute opposition est réprimée.

"Malheureusement, il y a des victimes chez les civils et parmi les forces de l'ordre", a affirmé Chavkat Mirzioïev, cité par son service de presse, lors d'un discours depuis le Karakalpakstan.

Il n'a pas précisé le nombre des victimes, ni indiqué s'il s'agissait de morts ou de blessés, accusant les organisateurs des manifestations de "se cacher derrière des slogans" et de chercher à "prendre le contrôle des bâtiments officiels du gouvernement local".

"Plusieurs groupes ont tenté de prendre le contrôle de bâtiments du Département des Affaires intérieures de la ville de Noukous - la capitale du Karakalpakstan, ndlr - et du Département de la Garde nationale afin de se procurer des armes", a ajouté le président.

"Profitant du fait qu'ils étaient plus nombreux, ces hommes s'en sont pris à des officiers de police, qui ont été frappés et grièvement blessés", a-t-il fait valoir.

Des vidéos des affrontements avec les forces de l'ordre montrent des personnes qui semblent blessées ou inconscientes, faisant craindre un lourd bilan humain.

«Provocations honteuses»

Un représentant ouzbek, Bobur Bekmurodov, a dénoncé des images diffusés sur Twitter montrant des hommes en uniforme marchant dans une rue couverte d'un liquide rouge.

"Les amis, ne rejoignez pas ces provocations honteuses. Vérifiez les informations. C'est juste de l'eau de couleur rouge. S'il vous plaît faites connaître la vérité!", a-t-il tweeté.

Des "organisateurs des émeutes" ont été arrêtés, a déclaré de son côté la police sans donner davantage de détails.

C'est la plus grave crise interne qu'affronte le président ouzbek depuis son arrivée au pouvoir en 2016.

Deux habitants de Noukous ont affirmé à l'AFP qu'un petit groupe tentant de protester samedi soir, pour la seconde nuit consécutive, avait été dispersé par les forces de l'ordre.

Selon ces témoins qui ont requis l'anonymat, la police semble avoir fait usage de gaz lacrymogènes et de grenades fumigènes.

L'Ouzbékistan, un pays où l'opposition est violemment réprimée, a décrété samedi l'état d'urgence pour un mois au Karakalpakstan, secoué la veille par une rare manifestation antigouvernementale qui a poussé le président Chavkat Mirzioïev à renoncer à un projet d'amendement constitutionnel.

Cet amendement aurait amoindri le degré d'autonomie de la république peuplée de 2 millions de personnes, l'une des plus pauvres du pays.

L'état d'urgence est entré en vigueur le soir même à minuit et doit durer jusqu'au 2 août.

Noukous semblait calme dimanche et était quadrillée par les forces de l'ordre, ont indiqué des témoins à l'AFP.

Frontalier de l'Afghanistan, l'Ouzbékistan est situé dans une région stratégique, où la Russie et la Chine exercent une forte influence.

Arrivé au pouvoir en 2016 à la mort de son prédécesseur, l'impitoyable Islam Karimov, Chavkat Mirzioïev a mené d'importantes réformes économiques et sociales.

Réélu l'année dernière, il est désormais accusé de faire prendre un nouveau tour autoritaire au pays.

Avec la révision de la Constitution projetée, le mandat présidentiel passerait de cinq à sept ans, au profit de l'actuel chef de l'État.

Pour la majorité de la population, la principale source de préoccupation n'est pas la situation des droits humains, mais le contexte économique de plus en plus difficile.

La pandémie de Covid-19 a enrayé la forte croissance du PIB, plongeant le tourisme dans l'abîme. Ce qui a alimenté le mécontentement populaire, en raison de la nette augmentation du chômage et du coût de la vie.

En 2005, des centaines de civils ouzbeks avaient été tués dans la ville d'Andijan (est), lors de la répression d'un mouvement de contestation.