Nez qui coule, mal de tête: ça pourrait bien être Omicron ...

Des voyageurs font la queue à un comptoir d'enregistrement à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Des voyageurs font la queue à un comptoir d'enregistrement à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 02 décembre 2021

Nez qui coule, mal de tête: ça pourrait bien être Omicron ...

Des voyageurs font la queue à un comptoir d'enregistrement à l'aéroport international OR Tambo de Johannesburg, le 27 novembre 2021. (Photo, AFP)
  • «J'ai cru qu'elles avaient un rhume», dit Julia, 41 ans, en décrivant les symptômes apparus chez ses deux filles âgés de 8 et 6 ans
  • De nombreuses inconnues planent encore sur le variant qui compte un nombre inhabituel de mutations et représente quand même «un risque très élevé», selon l'OMS

JOHANNESBURG: Un nez qui coule, un mal de tête, pas de quoi fouetter un chat. Pourtant ces habitants de Johannesburg se sont tous révélés positifs à la Covid-19 et font vraisemblablement partie des nouveaux malades du variant Omicron. 

Dans la plupart des cas, le virus a voyagé par le corps de leurs enfants, avant de s'attaquer au système immunitaire de parents souvent vaccinés. En Afrique du Sud, près des trois quarts des nouvelles contaminations sont désormais dues à la forme mutante du coronavirus.  

« J'ai cru qu'elles avaient un rhume », dit Julia, 41 ans, en décrivant les symptômes apparus chez ses deux filles âgés de 8 et 6 ans.  

Elles sont tombées malades juste après l'annonce de la découverte d'Omicron par une équipe de chercheurs sud-africains, qui a déclenché une panique mondiale.  

Rapidement, Julia commence elle aussi à ressentir un petit mal de gorge, un léger vertige. « Les filles, ensuite moi: j'ai su que je l'avais », raconte la consultante en publicité. Et ce, malgré les deux doses de vaccin reçues en août.  

Les résultats du test en main, elle n'en revient toujours pas: « les symptômes sont si incroyablement faibles », dit-elle. « Je sens les odeurs normalement, je n'ai pas perdu le goût », deux symptômes jusqu'ici caractéristiques de la maladie.  

En deux jours, ses enfants ont été rétablies. Elle, de son côté, continue à prendre du paracétamol. Loin de l'interminable épreuve en dents de scie parfois décrite par les malades du Covid au cours des précédentes vagues de pandémie. 

Même scenario pour Jessica Willmore, 38 ans. Deux enfants apparemment grippés. En fait, une Covid.  

« On se sent déjà assez en forme pour plonger dans la piscine », dit cette Britannique, après seulement quelques jours de maladie.  

Déjà vu 

De nombreuses inconnues planent encore sur le variant qui compte un nombre inhabituel de mutations et représente quand même « un risque très élevé », selon l'OMS. Les scientifiques planchent en priorité sur son potentiel de propagation et sa résistance aux vaccins.  

Mais les premiers cas observés par plusieurs médecins sur le terrain, semblent montrer une version relativement légère de la maladie. Officiellement pays africain le plus touché par le virus, l'Afrique du Sud compte près de trois millions de cas et plus de 89 800 décès. 

Donovan Rothner, 42 ans, est positif et ne présente aucun symptôme. S'il n'avait pas une opération chirurgicale prévue bientôt, nécéssitant un test préalable, il ignorerait même être contaminé. « J'aurais pu mettre beaucoup de gens en danger », dit-il à la fois surpris et soulagé.  

Devant un centre de tests d'un quartier d'affaires, la file s'allonge avec un air de déjà vu. Plus d'une cinquantaine de personnes attendent sous le soleil d'été austral. Certains sont cas contact, d'autres veulent juste se débarrasser d'un doute. Aucun n'a vraiment l'air mal en point. 

Darienne Hallas, 40 ans, ne s'est pas sentie au mieux de sa forme cette semaine. Et les tests positifs de quelques collègues de bureau l'ont convaincue d'en faire un à son tour.  

Mais elle n'est pas très inquiète: « Des personnes récemment positives, qui avaient déjà eu la Covid, m'ont raconté se sentir nettement moins mal que la première fois ». Selon les spécialistes, les cas de réinfections semblent être plus fréquents avec Omicron.  

Teagan Paxman, 33 ans, reste serein lui aussi. « Même si je l'ai, c'est pas trop grave, je suis vacciné ». 

« On n'en a pas encore fini avec ce virus, il y a des tas de variants », est convaincu Mohamed Maalin, un ingénieur de 42 ans. « La meilleure chose à faire est d'apprendre à vivre avec », dit-il avec philosophie.  

philosophie.  


Italie: le braconnage des dattes de mer, grave menace pour la côte

Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers. (AFP)
Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers. (AFP)
Short Url
  • La croissance de la datte de mer est très lente, il lui faut trois décennies pour atteindre seulement cinq centimètres, ce qui signifie qu'une fois pêchée elle n'est pas vite remplacée
  • Il y a trente ans, le biologiste marin Stefano Piraino et ses collègues ont découvert que plus de 40% de la côte ouest des Pouilles était gravement endommagée par la récolte des dattes de mer

MONOPLI: Au large de la côte rocheuse du sud-est de l'Italie, deux plongeurs de la police financière font des allers-retours dans les eaux bleues, sous le regard curieux des vacanciers.

Ils ne cherchent aucun trésor enfoui mais des preuves de la chasse aux moules connues comme dattes de mer, un mollusque interdit devenu un symbole de statut social et dont le braconnage détruit de manière irréversible les côtes italiennes.

Juste sous la surface, la roche calcaire qui abrite d'innombrables organismes est éventrée par des centaines de trous artificiels, preuve que des braconniers sans scrupules ont brisé, écrasé, voire dynamité le récif pour en extraire les dattes de mer qui s'y trouvent.

"Ces hommes mettent leurs bouteilles d'oxygène et leurs masques, descendent... avec un marteau et un burin et commencent à casser la roche", explique Arcangelo Raffaele Gennari, commandant de la police financière à Monopoli, ville portuaire des Pouilles. "Il y a des cas où nous avons saisi des mini-marteaux-piqueurs", ajoute-t-il à l'AFP, assurant que "même des explosifs ont été utilisés".

Ce qui alimente ce trafic, c'est la flambée des prix atteints sur le marché noir pour la modeste "Lithophaga lithophaga" brune, qui peut coûter près de 200 euros (205 dollars) le kilo.

Les braconniers approvisionnent les marchés aux poissons ou les propriétaires de restaurants qui vendent au noir à tous ceux voulant exhiber leur richesse lors des déjeuners dominicaux avec un plateau de fruits de mer crus ou des spaghettis spéciaux.

"Si vous pensez qu'en une heure et demie ou deux, si vous trouvez le bon endroit, vous arrivez à sortir huit ou neuf kilos... vous avez gagné une somme d'argent exorbitante en une journée", indique M. Gennari.

Des récifs dénudés 

Il y a trente ans, le biologiste marin Stefano Piraino et ses collègues ont découvert que plus de 40% de la côte ouest des Pouilles était gravement endommagée par la récolte des dattes de mer.

Pour cette raison l'Italie a interdit en 1998 la collecte, la vente et la consommation de ces moules, suivie en 2006 d'une interdiction à l'échelle européenne.

Retournant cette année dans les mêmes zones, M. Piraino a jusqu'à présent trouvé moins de sites présentant des dommages récents, mais a peu d'espoir pour les récifs déjà détruits.

Le temps ne suffit pas à guérir la surface rocheuse "toute blanche, dénudée" et dépourvue de vie, a-t-il déclaré : "C'est un impact dévastateur".

La croissance de la datte de mer est très lente, il lui faut trois décennies pour atteindre seulement cinq centimètres, ce qui signifie qu'une fois pêchée elle n'est pas vite remplacée.

Mais l'impact sur le délicat écosystème marin, où non seulement le récif mais tous les organismes qui en dépendent sont détruits, est encore plus grave.

Une étude réalisée en 2019 par l'université Parthenope de Naples a révélé une moyenne de 1.500 trous artificiels par mètre carré dans les récifs du sud-ouest de la péninsule de Sorrente, des dommages qui finissent par provoquer l'effondrement de la roche et endommager les fonds marins.

Les chercheurs étudient les moyens d'aider les récifs à se reconstituer, notamment en éliminant les oursins, dont le broutage empêche la nouvelle végétation de pousser sur les rochers, ou en plantant des semis de minuscules organismes dans l'espoir qu'ils se propagent.

Mais le problème ne se limite pas à l'Italie, a averti M. Piraino, qui a appelé à mieux appliquer les règles dans toute la Méditerranée.

Une recherche sur TripAdvisor a permis de trouver des dattes de mer montrées sur des photos de l'année dernière dans des restaurants d'Albanie, de Slovénie et du Monténégro, où elles sont également illégales mais plus faciles à trouver.

Désastre environnemental 

En mars, des groupes de défense de l'environnement ont salué la condamnation à six ans de prison du chef d'un réseau criminel opérant dans des zones protégées près de Naples et de l'île de Capri - la toute première condamnation pour le crime de "désastre environnemental" lié aux dattes de mer, jugeant que ce braconnage "a un impact irréversible" sur l'écosystème.

Les autorités se montrent de plus en plus sévères à l'égard de chaque maillon de la chaîne, des pêcheurs aux consommateurs.

L'année dernière, les Pouilles ont saisi environ 97 tonnes de fruits de mer illégaux, dont des dattes de mer, soit les plus importantes saisies en Italie, selon le groupe environnemental Legambiente.

La plupart des infractions de pêche illégale se produisent en Sicile, dans les Pouilles et en Campanie.

Mais les autorités ne peuvent pas gagner la bataille tant qu'il existe un marché de consommateurs consentants.

"Nous devons faire comprendre que lorsque vous mangez une assiette de linguini avec des datte de mer, c'est un mètre carré entier d'écosystème qui a été détruit", conclut M. Piraino.


L'ancien président du Sri Lanka est arrivé en Thaïlande

Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie aérienne saoudienne à destination de Singapour et transportant le président en fuite du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa, sa femme et deux gardes du corps se prépare à décoller à l'aéroport international de Velana à Malé le 14 juillet 2022. (Photo par AFP)
Un Boeing 787 Dreamliner de la compagnie aérienne saoudienne à destination de Singapour et transportant le président en fuite du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa, sa femme et deux gardes du corps se prépare à décoller à l'aéroport international de Velana à Malé le 14 juillet 2022. (Photo par AFP)
Short Url
  • Le leader déchu a atterri en jet privé à l'aéroport international de Don Mueang vers 20h00 (1200 GMT), a indiqué un haut fonctionnaire thaïlandais
  • Il a quitté la section VIP de l'aéroport environ 40 minutes plus tard avec son épouse et est monté dans une berline noire, ont rapporté les médias locaux

BANGKOK: L'ancien président du Sri Lanka Gotabaya Rajapaksa est arrivé jeudi à Bangkok après l'expiration de son visa à Singapour, où il s'était réfugié après avoir fui son palais envahi par des manifestants.

Le leader déchu a atterri en jet privé à l'aéroport international de Don Mueang vers 20h00 (1200 GMT), a indiqué un haut fonctionnaire thaïlandais.

Il a quitté la section VIP de l'aéroport environ 40 minutes plus tard avec son épouse et est monté dans une berline noire, ont rapporté les médias locaux.

"En tant que détenteur d'un passeport diplomatique sri lankais, l'ancien président peut entrer en Thaïlande sans visa pour une période de 90 jours (...). Le séjour est temporaire avec l'intention d'effectuer un autre trajet (pour quitter la Thaïlande, ndlr). Aucun asile politique n'a été demandé", avait indiqué un porte-parole du ministère des Affaires étrangères dans un communiqué transmis à la presse.

Gotabaya Rajapaksa a fui le Sri Lanka le 9 juillet après la prise d'assaut de sa résidence officielle par des dizaines de milliers de manifestants exaspérés par la grave crise économique que traverse le pays.

Après une escale aux Maldives, il est arrivé à Singapour le 14 juillet, d'où il a présenté sa démission. Son visa de quatorze jours a été prolongé une fois par les autorités locales, jusqu'au 11 août.

"Il a demandé une nouvelle extension, mais il n'a pas eu de réponse mercredi matin", a indiqué à l'AFP depuis Colombo un proche de l'ancien président.

Son plan serait désormais de retourner à Singapour après un séjour de courte durée en Thaïlande, selon cette source.

L'AFP n'a pas pu joindre l'ambassade srilankaise à Singapour, qui a soutenu le projet de Gotabaya Rajapaksa de prolonger son séjour dans la cité-État.

Le leader déchu, âgé de 73 ans, serait prêt à retourner au pays, alors que les protestions contre son pouvoir se sont atténuées, mais son successeur Ranil Wickremesinghe lui a déconseillé de retourner si tôt, a expliqué à l'AFP l'un de ses proches.


L'Ethiopie dit avoir terminé la 3e phase du remplissage de son mégabarrage

Dans ce dossier photo prise le 19 février 2022 Cette vue générale montre le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) à Guba, en Éthiopie. (AFP)
Dans ce dossier photo prise le 19 février 2022 Cette vue générale montre le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (GERD) à Guba, en Éthiopie. (AFP)
Short Url
  • L'Ethiopie a annoncé vendredi avoir achevé avec succès la 3e phase du remplissage du réservoir de son mégabarrage sur le Nil-Bleu
  • La hauteur de l'eau dans le réservoir atteint désormais 600 m, soit 25m de plus qu'à l'issue de la 2e phase du remplissage à la même époque l'an dernier

ADDIS ABEBA: L'Ethiopie a annoncé vendredi avoir achevé avec succès la 3e phase du remplissage du réservoir de son mégabarrage sur le Nil-Bleu, en dépit des protestations du Soudan et de l'Egypte, riverains du Nil en aval.

"Ce que vous voyez derrière moi, c'est le 3e remplissage terminé", a annoncé le Premier ministre Abiy Ahmed dans un discours télévisé depuis le Grand barrage de la Renaissance éthiopienne (Gerd), situé dans le nord-ouest du pays, et présenté comme le plus grand d'Afrique.

La hauteur de l'eau dans le réservoir atteint désormais 600 m, soit 25m de plus qu'à l'issue de la 2e phase du remplissage à la même époque l'an dernier, a-t-il précisé.

"Le Nil est un cadeau que Dieu nous a offert pour que les Ethiopiens l'utilisent", a poursuivi M. Abiy, répondant implicitement aux critiques du Soudan et de l'Egypte. "Ceux qui n'assument pas les responsabilités qui leur ont été confiées sont critiquables".

Soudan et Egypte ont plusieurs fois demandé à l'Ethiopie de cesser ses opérations de remplissage du Gerd, en attendant la conclusion d'un accord tripartite sur ce sujet et sur les modalités de fonctionnement du barrage.

Tributaires du Nil, les deux pays affirment que ce mégabarrage, d'une puissance annoncée de plus de 5 000 mégawatts (MW) à terme et une capacité de retenue de 74 milliards de m3, va nuire à leur approvisionnement en eau.

Fin juillet, l'Egypte avait protesté auprès du Conseil de sécurité de l'ONU contre l'intention annoncée de l'Ethiopie de poursuivre "unilatéralement" durant la saison des pluies en cours le remplissage du réservoir entamé en juillet 2020, ce malgré l'absence d'accord entre les trois pays concernés par le sujet.

Jeudi, M. Abiy a démarré la deuxième turbine - sur les 13 prévues - de ce barrage qui doit permettre de doubler la production électrique actuelle de l'Ethiopie.