Peng Shuai: des Chinois percent des trous dans la censure

Peng Shuai. (Photo, AFP)
Peng Shuai. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 04 décembre 2021

Peng Shuai: des Chinois percent des trous dans la censure

  • Pour contourner la censure, les internautes ont d'abord commencé à utiliser les initiales ("PS") de l'ex-numéro une mondiale du double
  • Un subterfuge vite répéré et censuré

PÉKIN : Expressions codées, références aux "pastèques" ou à une certaine "PS": l'affaire de la tenniswoman Peng Shuai est passée sous silence en Chine mais des internautes font preuve d'ingéniosité pour contourner la censure des réseaux sociaux.

Dans un message publié en ligne début novembre, la championne évoquait longuement sa relation compliquée avec l'ancien vice-Premier ministre chinois Zhang Gaoli et évoquait un rapport sexuel avec lui qu'elle s'est sentie "forcée" d'accepter.

Le texte est resté seulement quelques minutes sur le compte officiel de la joueuse de 35 ans sur le réseau social chinois Weibo, avant d'être effacé par les censeurs. 

Depuis, l'affaire est totalement passée sous silence dans les médias chinois. Et les censeurs redoublent d'efforts pour effacer toute allusion au scandale sur les réseaux sociaux.

La majorité des Chinois ne sont ainsi pas au courant de l'affaire, d'autant plus que la plupart des sites internet de médias étrangers sont bloqués en Chine.

Mais l'information circule tout de même via les messageries privées et le bouche-à-oreille.

Pour contourner la censure, les internautes ont d'abord commencé à utiliser les initiales ("PS") de l'ex-numéro une mondiale du double. Un subterfuge vite répéré et censuré.

D'où l'apparition d'un ingénieux mot-dièse "codé": "#Peng Yuyan est super beau", une référence à Peng Yuyan, un acteur taïwanais populaire en Chine. 

"Beau" se disant "shuai" en mandarin, le hashtag a donc pour premier et dernier caractère chinois "Peng" et "Shuai" -- soit le nom de la championne.

D'autres utilisateurs de Weibo se sont rendus sur la page consacrée au tennis pour y évoquer une "grosse pastèque" ayant fait les gros titres de l'actualité.

En chinois, l'expression "manger de la pastèque" signifie s'intéresser aux nouvelles racoleuses ou qui attirent l'oeil.

"Même quand je dors, je me réveille pour manger de la pastèque", écrivait un utilisateur de Weibo dans un message depuis supprimé. Il n'évoquait pas nommément Zhang Gaoli mais en parlait comme de "la personne sensible politiquement".

Sur le compte Weibo de la WTA, l'instance internationale gérant le circuit féminin de tennis, certains affichaient leur "soutien" à l'organisation qui a décidé d'annuler ses tournois en Chine, ceci sans mentionner explicitement Peng Shuai.

Les internautes se réfugient aussi parfois dans les recoins les plus insoupçonnés du web.

Certains commentaient ainsi l'affaire sur le site de critiques de films Douban, à la page consacrée à une série sud-coréenne au nom évocateur: "Le Premier ministre et Moi"...

Ces différentes astuces n'ont pas tenu bien longtemps face à la vigilance des censeurs.


Six morts dans l'incendie d'une maison de retraite en Espagne

Parmi les policiers et sauveteurs, onze personnes ont dû être soignées après avoir inhalé de la fumée. (Photo, AFP)
Parmi les policiers et sauveteurs, onze personnes ont dû être soignées après avoir inhalé de la fumée. (Photo, AFP)
Short Url
  • Selon cette source, les six victimes sont trois femmes de 78, 89 et 95 ans et trois hommes de 67, 79 et 85 ans
  • Neuf camions de pompiers et dix ambulances ont été déployés sur les lieux

MADRID: Six personnes âgées sont décédées et deux autres ont été grièvement blessées dans la nuit de mardi à mercredi dans l'est de l'Espagne, dans l'incendie d'une maison de retraite qui a surpris les résidents dans leur sommeil. 

Selon les services de secours, 71 personnes ont été évacuées lors de cet incendie, qui s'est déclaré mardi vers 23H20 (22H20 GMT) dans une résidence médicalisée située dans la commune de Moncada, près de Valence. 

Les autorités avaient initialement fait état de cinq morts et trois blessés graves, mais le bilan s'est alourdi mercredi matin avec le décès de l'une des personnes prises en charge par les sauveteurs. 

« Je confirme qu'une sixième personne est décédée, une autre personne âgée », a déclaré une porte-parole des services de secours.  

Selon cette source, les six victimes sont trois femmes de 78, 89 et 95 ans et trois hommes de 67, 79 et 85 ans. Outre les deux blessés graves, 14 personnes ont été victimes d'inhalations de fumée, parmi lesquelles des secouristes. 

D'après les autorités, l'incendie de l'une des ailes de la résidence faisait déjà rage lorsque les pompiers sont arrivés sur les lieux.  

« Lorsque la première équipe est arrivée, le premier étage était plein de fumée et le feu était bien engagé », a raconté à la radio COPE l'un des pompiers, Rafael Esteve, décrivant une évacuation « compliquée » par l'heure tardive. 

« Beaucoup (de résidents) dormaient encore. Certains ont été réveillés par la fumée, mais la plupart se trouvaient au lit et étaient incapables de bouger », a-t-il expliqué, précisant que c'était la fumée qui avait « fait le plus de mal ». 

« Survivre était impossible »  

Neuf camions de pompiers et dix ambulances ont été déployés sur les lieux. Parmi les policiers et sauveteurs, onze personnes ont dû être soignées pour avoir inhalé des fumées. 

D'après le chef régional des pompiers, José Miguel Basset, l'incendie s'est déclaré dans une pièce située au premier étage de la résidence. Pour ceux qui se trouvaient dans cette partie du bâtiment, « survivre était impossible », a-t-il expliqué. 

La maire de Moncada, Amparo Orts, a assuré sur la radio publique espagnole RNE que le bâtiment avait été « très sévèrement endommagé », précisant ne pas être certaine que la résidence puisse continuer à fonctionner. 

Selon des médias locaux, l'incendie pourrait avoir été provoqué par un court-circuit sur une machine d'alimentation en oxygène dans l'une des chambres de l'établissement, mais Mme Orts a assuré qu'il était « trop tôt » pour établir la cause du sinistre. 

Mercredi midi, plusieurs dizaines de personnes ont observé une minute de silence devant l'établissement. Les autorités ont, par ailleurs, décrété un deuil officiel de trois jours jusqu'à vendredi. 

Selon les médias locaux, cette même résidence pour personnes âgées avait été touchée par un autre incendie voilà 14 ans. Le sinistre avait coûté la vie à une octogénaire et fait plusieurs blessés, victimes d'inhalations toxiques. 

Sur Twitter, le Premier ministre espagnol Pedro Sánchez a transmis mercredi ses « condoléances aux familles des personnes décédées », disant suivre « avec inquiétude l'évolution de l'état des blessés ». 

Le président de la région de Valence, Ximo Puig, qui s'est rendu sur les lieux, a lui aussi présenté ses condoléances aux proches des victimes. 

« L'essentiel à ce stade est que les blessés se rétablissent », a déclaré l'élu sur la radio RNE, précisant que des enquêteurs étaient actuellement sur place pour déterminer la cause de cette tragédie. 


Emeutes au Kazakhstan: fin du retrait des forces menées par la Russie

Photo prise et publiée par le ministère russe de la Défense le 15 janvier 2022 montrant des troupes russes débarquant un avion-cargo militaire à l'atterrissage à Ivanovo après avoir terminé leur mission au Kazakhstan. (Photo, AFP)
Photo prise et publiée par le ministère russe de la Défense le 15 janvier 2022 montrant des troupes russes débarquant un avion-cargo militaire à l'atterrissage à Ivanovo après avoir terminé leur mission au Kazakhstan. (Photo, AFP)
Short Url
  • Les forces armées russes et leurs alliés ont achevé mercredi leur retrait du Kazakhstan, après leur déploiement visant à épauler le pouvoir dans ce pays autoritaire d'Asie centrale
  • Plus de 2 000 soldats avaient été dépêchés dans l'ex-république soviétique à la demande du président Kassym-Jomart Tokaïev la suite de violences jamais vues depuis l'indépendance du pays en 1991

ALMATY : Les forces armées russes et leurs alliés ont achevé mercredi leur retrait du Kazakhstan, après leur déploiement visant à épauler le pouvoir dans ce pays autoritaire d'Asie centrale, menacé début janvier par des émeutes meurtrières.

Plus de 2 000 soldats avaient été dépêchés dans l'ex-république soviétique à la demande du président Kassym-Jomart Tokaïev la suite de violences jamais vues depuis l'indépendance du pays en 1991.

Début janvier, des manifestations contre une augmentation des prix de l'énergie avaient dégénéré en émeutes et en répression armée, faisant plus de 200 morts, des centaines de blessés et provoquant au moins 12 000 arrestations.

"L'opération de maintien de la paix (...) sur le territoire de la république du Kazakhstan est achevée", a déclaré le général Andreï Serdioukov, à la tête de cette mission de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), alliance militaire conduite par Moscou.

Le ministère russe de la Défense a précisé que "quatre avions de l'aviation de transport militaire russe avec des soldats de maintien de la paix ont décollé des aéroports de Nur-Sultan et d'Almaty" au Kazakhstan.

Ces troupes n'ont pas participé aux combats ayant opposé émeutiers et forces kazakhes, mais leur envoi a signifié le soutien politique et militaire de la Russie de Vladimir Poutine au régime en place.

L'état d'urgence instauré dans la foulée des manifestations et des émeutes a également pris fin mercredi, le porte-parole de la présidence Berik Ouali écrivant sur Facebook que "l'unité et l'intégrité du peuple, des forces de l'ordre et de l'armée" avaient permis le rétablissement de l'ordre dans le pays.

Les autorités ont imputé les violences à des "terroristes", formés à l'étranger, une version qui a permis d'appeler à la rescousse les soldats russes et de l'OTSC, qui compte, en plus de la Russie, l'Arménie, le Bélarus, le Tadjikistan, le Kirghizstan et le Kazakhstan.

Le contingent, dépêché le 6 janvier dans cette ex-république soviétique d'Asie centrale à l'invitation de son président comprenait 2.030 troupes russes, bélarusses, arméniennes, tadjikes et kirghizes. Le retrait avait commencé le 13 janvier.

Dans les rues d'Almaty, plus grande ville du pays, des journalistes de l'AFP ont constaté mercredi que la police bloquait toujours l'accès à plusieurs rues centrales après qu'un groupe d'opposition banni a appelé à manifester.

Lutte au sommet du pouvoir?

Les évènements ayant ensanglanté le Kazakhstan restent très opaques, avec des signes d'une lutte interne au sommet du pouvoir.

Mardi, l'influent "Chef de la Nation", l'ex-président Noursoultan Nazarbaïev, s'est exprimé pour la première fois depuis le début de la crise pour faire allégeance au président actuel.

Après près de deux semaines de silence, M. Nazarbaïev, âgé de 81 ans, a affirmé se trouver dans la capitale Nur-Sultan (renommée en son honneur), mais l'on ignore quand son discours a été enregistrée.

Il y a assuré que son successeur Kassym-Jomart Tokaïev, à qui il a cédé la présidence en 2019, avait "tous les pouvoirs". "Il n'y a par conséquent aucun conflit ou confrontation au sein de l'élite", a-t-il ajouté, dénonçant des "rumeurs sans fondement".

Lors des émeutes de début janvier, la colère des protestataires était notamment dirigée contre M. Nazarbaïev, accusé d'avoir encouragé la corruption dans cette ex-république soviétique, qu'il a dirigée pendant trois décennies.

Plusieurs de ses proches ont été écartés ces derniers jours de positions clés, et d'autres ont été incarcérés.

Les violences de début janvier sont les plus graves au Kazakhstan depuis l'indépendance de ce pays en 1991.

Le bilan officiel est de 225 morts et les autorités ont fait état en outre de quelque 12 000 arrestations.

Le pouvoir kazakh a affirmé que les assaillants pilotés de l'étranger avaient instrumentalisé le mouvement social contre la vie chère mais n'a pas avancé de preuves quant à la nature "terroriste" des émeutes.

Les violences les plus graves ont eu lieu à Almaty avec des échanges de tirs, le pillage de magasins et l'incendie de la mairie et de la résidence présidentielle.


Un médecin syrien jugé pour crimes contre l'humanité à Francfort

L'accusé Alaa Moussa, accusé de crimes contre l'humanité, notamment de torture et de meurtre dans sa patrie déchirée par la guerre, la Syrie, est assis à côté de ses avocats Oussama Al-Agi, Stefan Bonn et Ulrich Endres alors qu'il attend le 19 janvier 2022, au tribunal de Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le début de son procès. (Photo, AFP)
L'accusé Alaa Moussa, accusé de crimes contre l'humanité, notamment de torture et de meurtre dans sa patrie déchirée par la guerre, la Syrie, est assis à côté de ses avocats Oussama Al-Agi, Stefan Bonn et Ulrich Endres alors qu'il attend le 19 janvier 2022, au tribunal de Francfort-sur-le-Main, dans l'ouest de l'Allemagne, le début de son procès. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'accusé s'était dans ce dernier cas, remontant à 2011, «vanté d'avoir inventé une nouvelle méthode de torture», a précisé mercredi une représentante du parquet
  • Alaa Moussa, âgé de 36 ans, est arrivé à 09H00 GMT menotté dans le box des accusés

FRANCFORT: Des prisonniers torturés, frappés sur des blessures, leurs membres aspergés d'alcool puis brûlés: les exactions reprochées à un médecin syrien ont été longuement détaillées mercredi devant le tribunal allemand qui le juge pour crimes contre l'humanité commis sous le régime de Bachar al-Assad.

Alaa Moussa, âgé de 36 ans, s'est installé dans le box des accusés, le visage dissimulé par la large capuche de son manteau vert avant la lecture de l'acte d'accusation au premier jour de son procès devant le tribunal régional de Francfort.

C'est la deuxième fois que l'Allemagne, pionnière dans la poursuite des exactions commises par les autorités syriennes, juge des crimes imputés à d'anciens exécutants du régime.

Alaa Moussa doit répondre de 18 cas de torture d'opposants et du meurtre par injection d'un détenu lorsqu'il travaillait dans des hôpitaux militaires. Il encourt la prison à vie. 

Il a confirmé au tribunal avoir exercé dans des établissements de l'armée "jusqu'en juillet 2014", sans s'exprimer sur les accusations. Depuis 2015, ce père de deux enfants réside en Allemagne où il est arrivé avec un visa officiel.

L'accusé a contribué à perpétrer "une attaque systématique visant la population civile" en Syrie, a déclaré la procureure fédérale Anna Zabeck. Il a "torturé et infligé de graves dommages physiques ainsi que psychologiques aux détenus", a-t-elle affirmé à la cour en énumérant les sévices qui lui sont reprochés.

Rouages de la répression 

Les opposants torturés ont subi, selon les cas, coups à la tête, au ventre, dans les parties génitales, sur des blessures.

Selon des éléments recueillis par la justice, le médecin aurait procédé à la correction d'une fracture osseuse sans anesthésie, arrosé une plaie avec un désinfectant contenant de l'alcool, avant d'y mettre le feu. L'accusé s'était dans ce dernier cas, remontant à 2011, "vanté d'avoir inventé une nouvelle méthode de torture", a précisé mercredi une représentante du parquet.

L'accusé est également soupçonné, au cours de l'été 2011, année du déclenchement du soulèvement en Syrie, d'avoir aspergé d'alcool avant d'y mettre le feu les parties génitales d'un adolescent dans la salle d'urgence de l'hôpital militaire de Homs. 

A un détenu qu'il avait frappé avec une matraque, le médecin aurait ensuite administré une injection avec une substance létale.

Ce procès doit notamment "montrer que les hôpitaux militaires étaient, et sont probablement toujours, intégrés dans la lutte systématique contre la société civile syrienne, en complément des prisons des services secrets", a expliqué à l'AFP un avocat des parties civiles, Me René Bahns.

Le médecin a toujours fermement nié les faits reprochés, qui auraient été commis dans deux hôpitaux militaires à Homs, dans le centre de la Syrie, et à Damas. 

"Ni partisan, ni opposant" 

Mercredi, s'exprimant dans un allemand clair, il a déroulé son CV de médecin formé en Syrie, originaire "d'un petit village à l'ouest de Homs", où vit une minorité chrétienne à laquelle appartient sa famille.  

"Il n'est ni un partisan ni quelqu'un qui s'est détourné du régime parce qu'il n'a rien à voir avec le régime. Il n'est pas non plus un résistant, c'est très clair", a commenté son avocat, Me Ulrich Enders, à l'issue de l'audience, promettant de "réfuter" les charges au cours du procès qui durera plusieurs mois.

Après son arrivée en Allemagne, Alaa Moussa, chirurgien orthopédique, a exercé dans plusieurs établissements hospitaliers avant d'être reconnu par des réfugiés syriens et arrêté en 2020.

Le procès de Francfort est "un engagement clair de la justice allemande en faveur du principe du droit mondial (...) et un signal fort dans la lutte contre l'impunité des crimes contre l'humanité", a souligné la procureure fédérale. 

Au nom de sa "compétence universelle", la justice allemande avait condamné la semaine dernière un ancien gradé syrien à la prison à vie pour crimes contre l'humanité dans le cadre du premier procès au monde lié aux exactions attribuées au régime de Bachar al-Assad.

Le conflit en Syrie a fait près de 500 000 morts et poussé à l'exil 6,6 millions de personnes. L'Allemagne a accueilli quelque 800 000 réfugiés syriens.