Dans les campagnes isolées de France, aide alimentaire pour les plus précaires

Créée en 1985 par le célèbre humoriste français Coluche (1944-86), les Restos du Cœur ont alerté fin novembre sur «l'aggravation de la précarité» des plus démunis provoquée par la crise sanitaire. (Photo, AFP)
Créée en 1985 par le célèbre humoriste français Coluche (1944-86), les Restos du Cœur ont alerté fin novembre sur «l'aggravation de la précarité» des plus démunis provoquée par la crise sanitaire. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 04 décembre 2021

Dans les campagnes isolées de France, aide alimentaire pour les plus précaires

  • La pandémie de Covid-19 avait marqué les esprits l'an dernier, avec l'allongement des files d'attente devant les centres de distribution alimentaire
  • Plus que de fabriquer de «nouveaux pauvres», l'épidémie de Covid-19 a surtout enfoncé ceux qui étaient déjà fragilisés

AUXERRE : A moins de 200 km de Paris, les camions des Restos du Coeur sillonnent les routes deux fois par semaine, de village en village. Ils apportent aux personnes pauvres et isolées, de plus en plus nombreuses depuis le début de la pandémie, des produits alimentaires et d'hygiène, mais aussi du contact humain.

Créée en 1985 par le célèbre humoriste français Coluche (1944-86), les Restos du Cœur ont alerté fin novembre sur "l'aggravation de la précarité" des plus démunis provoquée par la crise sanitaire.

La pandémie de Covid-19 avait marqué les esprits l'an dernier, avec l'allongement des files d'attente devant les centres de distribution alimentaire. L'association a aidé 1,2 million de personnes depuis novembre 2020 et distribué 142 millions de repas, contre 136 millions l'année précédente.

Trois camions floqués "Restos du Coeur" entrent sur le parking de la salle des fêtes de Seignelay, à quinze kilomètres d'Auxerre (centre). Plusieurs voitures stationnent déjà, à l'écart du centre ville. "Ils sont là", murmure Babeth Manseau, responsable de la maraude itinérante.

Il est presque 9h30, le thermomètre peine à atteindre trois degrés. Un café fumant pour se réchauffer, puis les bénévoles de l'association, emmitouflés, bonnet sur la tête, rejoignent leur poste, prêts à servir les bénéficiaires.

Leur nombre a augmenté depuis la crise sanitaire, qui a précipité la venue d'une "nouvelle population": "des personnes licenciées", mais aussi "énormément de jeunes", a constaté Babeth Manseau.

Seignelay est une bourgade de 1 500 habitants, peu desservie par les transports en commun. Une vingtaine de personnes attendent la venue des Camions le mardi, et reçoivent l'équivalent de six repas par membre de leur foyer.

«Les sous qu'on n'a pas»

"On va au devant des gens, (...) chez ceux qui sont loin de tout, n'ont pas forcément de moyen pour se déplacer", explique Jean-Bernard Gaudry, bénévole retraité de 69 ans. "Dans ces patelins paumés, les gens sont contents de nous voir".

Pour Aurore Berthet, 45 ans, sans emploi et mère d'une famille recomposée de sept enfants, la venue des Camions est une aubaine. Elle habite à quelques minutes de marche.

"Je n'ai pas le permis, juste un scooter, et avec les enfants à la maison, c'est pas évident", confie-t-elle, en remplissant son caddie d'une douzaine de briques de lait. À ses pieds, plusieurs sacs remplis à ras bord.

Dans des cartons, de petits pères Noël nagent au milieu de guirlandes à accrocher sur le sapin. Aurore en choisit un. "Ça fera plaisir aux enfants", dit-elle en souriant.

Sur le parking, Michel Gohon, 64 ans, charge le coffre de sa voiture. Cet ancien mécanicien, cheveux longs et barbe grise, perçoit 250 euros d'allocation par mois. "Ça nous évite de dépenser les sous qu'on n'a pas", souffle-t-il, ému.

A Ligny-le-Châtel (20 km d'Auxerre), deuxième stop de la journée. Michel et Françoise sont deux habitués, retraités. "Avec le prix du gasoil, on se déplace le moins possible", déclare Michel.

«Ils n'ont rien »

Les Camions du Coeur, c'est aussi une des seules sorties de la semaine. "On leur apporte non seulement de quoi manger, mais aussi du lien social. Il y a certaines personnes qui n'ont que nous", lâche Jean-Bernard Gaudry.Chablis (20 km d'Auxerre) est la troisième étape de la tournée.

Elizabeth N'Guessan élève seule ses cinq enfants, et se rend au point de distribution toutes les semaines, à proximité de son lieu de travail. "Sans cela, je serais dans la rue", admet cette aide à domicile.

Dans ces campagnes reculées, certains se retrouvent "totalement à l'abandon et partent parfois à la dérive", déplore Babeth Manseau. "Si on n'est pas là, je ne sais pas ce qu'il se passe. Ils n'ont rien".

Il faudrait un camion supplémentaire pour pouvoir "distribuer des habits", dit-elle. "À Chablis, on a beaucoup de réfugiés, certains ne connaissent pas le froid".

Plus que de fabriquer de "nouveaux pauvres", l'épidémie de Covid-19 a surtout enfoncé ceux qui étaient déjà fragilisés, selon les Restos du Coeur. Plus de la moitié de ses bénéficiaires déclarent avoir subi une perte de revenus liée à la crise sanitaire.


Mélenchon considère Borne comme une «libérale jusqu'au bout des ongles»

Le leader du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 mai 2022 (Thomas SAMSON / AFP).
Le leader du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 mai 2022 (Thomas SAMSON / AFP).
Short Url
  • «Mme Borne a un casier de maltraitance sociale extrêmement chargé. Elle est libérale jusqu'au bout des ongles et elle va au bout de sa logique», a déclaré le chef de file LFI Jean-Luc Mélenchon
  • A ce titre, le leader insoumis a notamment rappelé que la nouvelle cheffe du gouvernement avait «changé le régime d'allocation chômage»

PARIS : Jean-Luc Mélenchon a considéré dimanche qu’Élisabeth Borne était "libérale jusqu'au bout des ongles", ironisant sur les commentaires visant à dépeindre la nouvelle Première ministre comme une femme de gauche.

"Mme Borne a un casier de maltraitance sociale extrêmement chargé. Je ne lui fais pas un procès d'intentions. Je pense que c'est une femme cohérente. Je la respecte. Elle est libérale jusqu'au bout des ongles et elle va au bout de sa logique", a déclaré le chef de file LFI au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

A ce titre, le leader insoumis a notamment rappelé que la nouvelle cheffe du gouvernement avait, dans ses précédents portefeuilles ministériels, "aboli le statut des cheminots" ou encore "changé le régime d'allocation chômage".

Alors que l'exécutif s'apprête à dévoiler de nouvelles mesures anti-inflation, M. Mélenchon, qui souhaite que les prochaines élections législatives lui permettent d'accéder à Matignon, a balayé les propositions de l'actuelle majorité pour tenter d'enrayer la hausse des prix.

En référence au chèque alimentation annoncé par l'exécutif, M. Mélenchon a considéré qu'il n'était "pas la réponse" sans pour autant le refuser en bloc. 

"Il y a des moments où c’est bien qu’il y ait des chèques (...) mais ce n'est pas la réponse", a déclaré M. Mélenchon car c'est "le trésor public qui alimente le trésor privé". 

"Je suis pour le blocage des prix", a-t-il rappelé, insistant pour trouver la solution qui permettra d'arrêter "la spirale inflationniste" en particulier sur les carburants et les prix de l'énergie. 


Retraites : Borne fait le voeu de «ne pas mentir» aux Français

La Première ministre française et candidate à la députation Elisabeth Borne visite une ferme laitière à Bernières-le-Patry, le 21 mai 2022, lors d'une visite de campagne dans la 6e circonscription du Calvados (Photo, AFP).
La Première ministre française et candidate à la députation Elisabeth Borne visite une ferme laitière à Bernières-le-Patry, le 21 mai 2022, lors d'une visite de campagne dans la 6e circonscription du Calvados (Photo, AFP).
Short Url
  • La Première ministre Elisabeth Borne défend dimanche dans le JDD le projet de réforme des retraites
  • Pour la Première ministre annoncer aux Français qu’ils vont travailler moins, brandir la retraite à 60 ans, c’est leur mentir

PARIS: La Première ministre Elisabeth Borne défend dimanche dans le JDD le projet de réforme des retraites, insistant sur son voeu de "ne pas mentir" aux Français.

"Ceux qui voudraient faire croire (que la réforme des retraites) n’est pas indispensable ne disent pas la vérité aux Français", affirme la cheffe du gouvernement.

Emmanuel Macron a proposé pendant la campagne présidentielle de "décaler l'âge légal" de départ à la retraite "de 4 mois par an" pour le porter "en 2031 à 65 ans", avec un dispositif de "carrières longues" et un autre de "pénibilité".

"L’enjeu, pour notre pays, est d’assurer la force de notre modèle social, de poursuivre le progrès social et d’investir, notamment dans la santé et l’éducation", plaide Mme Borne : "Le président de la République a pris des engagements clairs : ni hausse d’impôts, ni augmentation de la dette. Or, nous vivons de plus en plus longtemps, le rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités diminue… Si on veut préserver le système de retraite par répartition, auquel nos concitoyens sont attachés, il faudra progressivement travailler un peu plus longtemps".

La retraite à 65 ans "n’est pas un totem", assure-t-elle, "mais il faut assurer le financement de notre modèle social. Et annoncer aux Français qu’ils vont travailler moins, brandir la retraite à 60 ans, c’est leur mentir. C’est ce qu’a fait le RN pendant des années. C’est aussi une mesure que l’on retrouve dans le programme de la Nupes et qui n’est pas crédible. Les promesses façon +demain, on rase gratis+, les Français n’y croient pas. Moi, je ne leur mentirai pas.".


France: manifestation contre un projet d'usine d'un groupe danois, jugée polluante

Cette vue générale montre une brume de pollution sur Lyon, dans le sud-est de la France, le 15 octobre 2021. (Photo, AFP)
Cette vue générale montre une brume de pollution sur Lyon, dans le sud-est de la France, le 15 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le projet avait pourtant reçu un avis défavorable après une enquête publique concluant aux nuisances du site, liées notamment à son impact environnemental
  • Samedi, 400 à 500 manifestants ont critiqué une usine «qui serait une des plus polluantes de France» et dénoncé un «déni de démocratie»

LILLE : Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi dans le nord de la France contre un projet d'une usine de laine de roche du géant danois Rockwool, dénonçant notamment la pollution de l'air qu'il génèrerait.

Leader mondial de la fabrication d'isolants en laine de roche, Rockwool a été autorisé l'an dernier de la préfecture de l'Aisne à exploiter l'usine à Courmelles, un village au sud de la ville de Soissons, dans le département de l'Aisne.

Le projet avait pourtant reçu un avis défavorable après une enquête publique concluant aux nuisances du site, liées notamment à son impact environnemental dans ce département essentiellement rural.

Samedi, 400 à 500 manifestants ont critiqué une usine "qui serait une des plus polluantes de France" et dénoncé un "déni de démocratie" mais aussi la production d'un produit utilisé pour l'isolation thermique "non durable, non recyclable, déjà obsolète", selon le collectif d'opposants Stop Rockwool.

Le conseil municipal de Courmelles s'est lui aussi prononcé, à l'unanimité, contre cette implantation, tout comme de nombreux riverains et un collectif de médecins qui alerte sur le rejet de substances toxiques dans l'atmosphère (particules fines, ammoniac, acide chlorhydrique...).

Dans ce bras de fer, les deux parties ont saisi le tribunal administratif.

Les associations s'opposant au projet ont déposé des recours contre l'arrêté préfectoral en juillet 2021 tandis que la préfecture de l'Aisne et la société Rockwool ont attaqué l'arrêté municipal refusant le permis de construire.

Sur son site internet, Rockwool explique transformer une ressource naturelle abondante en des produits qui répondent aux "plus grands défis de notre monde" en améliorant les performances thermiques des bâtiments.