L'Otan rejette le veto de Moscou sur une éventuelle adhésion de l'Ukraine

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. (Photo, AFP)
Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Samedi 11 décembre 2021

L'Otan rejette le veto de Moscou sur une éventuelle adhésion de l'Ukraine

  • Accusant les Occidentaux d'avoir trahi leur promesse de la fin de la Guerre froide de ne pas élargir l'Otan à l'Est, Moscou rappelle sans cesse avoir des lignes rouges
  • Depuis sept ans, l'Est de l'Ukraine est déchiré par une guerre entre Kiev et des séparatistes, dont la Russie constitue le principal soutien militaire et financier, malgré ses dénégations

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, s'est opposé vendredi à toute ingérence de la Russie dans les relations entre l'Alliance et l'Ukraine, refusant d'exclure une éventuelle adhésion de Kiev, comme l'exige Moscou.

"La relation de l'Otan avec l'Ukraine ne peut être déterminée que par les trente membres de l'Alliance et l'Ukraine elle-même, et par personne d'autre", a déclaré M. Stoltenberg après une rencontre avec le nouveau chancelier allemand Olaf Scholz.

"Nous ne pouvons accepter que Moscou tente de rétablir un système où les grandes puissances comme la Russie possèdent leurs sphères d'influence au sein desquelles elles peuvent contrôler ce que les pays font ou pas (...) Nous ne ferons aucun compromis sur le droit de chaque nation en Europe à choisir son propre destin", a-t-il ajouté.

Le ministère russe des Affaires étrangères a exigé vendredi que l'Otan retire "formellement" une décision de 2008 ouvrant la porte à l'adhésion de l'Ukraine et de la Géorgie, à laquelle Moscou s'oppose catégoriquement.

Lors d'un entretien mardi avec son homologue américain Joe Biden, le président russe Vladimir Poutine a réclamé des "garanties juridiques" excluant la possibilité d'une adhésion de l'Ukraine à l'Alliance.

Accusant les Occidentaux d'avoir trahi leur promesse de la fin de la Guerre froide de ne pas élargir l'Otan à l'Est, Moscou rappelle sans cesse avoir des lignes rouges et souligne que l'Ukraine s'en rapproche dangereusement en déployant des drones militaires turcs, en réaffirmant son ambition d'adhérer à l'Otan et en réclamant plus d'armes occidentales.

Pour autant, Washington et les Européens ont clairement dit à maintes reprises qu'une adhésion ukrainienne à l'Alliance atlantique n'était pas dans les cartes --des propos qui ont beaucoup agacé Kiev.

"Le président Biden m'a dit, et a dit publiquement, que ce n'était pas aux Américains, à la Russie ou aux membres de l'Alliance mais aux seuls citoyens ukrainiens de faire le choix d'une adhésion à l'Otan", a affirmé vendredi le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans un entretien à la télévision nationale 1+1.

"Malheureusement, il a omis d'ajouter que la décision (sur l'adhésion de Kiev à l'Otan) n'appartient pas in fine aux citoyens ukrainiens, mais à tous ces pays que je viens de nommer! Nous voulons poursuivre notre chemin vers l'Otan, mais une muraille invisible nous bloque", a-t-il déploré.

De son côté, Olaf Scholz a exprimé vendredi à Bruxelles la "profonde préoccupation" de l'Allemagne face aux troupes russes massées à la frontière avec l'Ukraine, appelant l'UE à "maintenir sa fermeté" face à Moscou.

Le nouveau chancelier allemand et le président français Emmanuel Macron, qu'il a également rencontré plus tôt vendredi à Paris, ont affiché leur volonté de poursuivre la médiation franco-allemande dans la crise ukrainienne, une initiative qualifiée de "base positive" par M. Scholz.

Les deux dirigeants vont examiner les "initiatives à prendre pour apaiser les tensions et ouvrir la perspective d’une solution durable au conflit dans le Donbass", a précisé la présidence française dans un communiqué.

Depuis sept ans, cette zone est déchirée par une guerre entre Kiev et des séparatistes prorusses. Ce conflit a fait plus de 13.000 morts et son règlement politique, prévu par les accords de Minsk de 2015, est dans l'impasse.

La Russie est considérée comme le principal soutien militaire et financier de ces rebelles, malgré ses dénégations.


La Turquie exhibe ses drones de combat en Azerbaidjan

Les avions de combat de l'armée de l'air turque forment «l'étoile et le croissant» du drapeau national lors de la cérémonie d'ouverture du festival de l'aérospatiale et de la technologie «Teknofest Azerbaïdjan» au Baku Crystal Hall à Bakou, le 27 mai 2022. (AFP)
Les avions de combat de l'armée de l'air turque forment «l'étoile et le croissant» du drapeau national lors de la cérémonie d'ouverture du festival de l'aérospatiale et de la technologie «Teknofest Azerbaïdjan» au Baku Crystal Hall à Bakou, le 27 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • La Turquie exhibe cette semaine chez son allié régional, l'Azerbaidjan, ses drones de combat qui ont assis leur réputation sur plusieurs terrains de conflit, tout particulièrement en Ukraine
  • En 2019, les drones turcs avaient sauvé le gouvernement légal en Libye des offensives du maréchal Haftar en Libye, avant de s'avérer décisifs pour l'Azerbaïdjan fin 2020 au Nagorny-Karabakh, face à l'Arménie

BAKOU, Azerbaïdjan : A la vitesse de l'éclair les drones s'élèvent puis plongent en piqué dans le ciel de Bakou, applaudis par une foule aux anges.

La Turquie exhibe cette semaine chez son allié régional, l'Azerbaidjan, ses drones de combat qui ont assis leur réputation sur plusieurs terrains de conflit, tout particulièrement en Ukraine où une chanson leur a été dédiée.

Le salon de l'aérospatiale et de la technologie «Teknofest», organisé depuis 2018 en Turquie, se tient cette année dans la capitale de l'Azerbaïdjan, signe des liens solides entre les deux pays.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'y rendra d'ailleurs samedi.

Mercredi, son gendre, Selcuk Bayraktar, directeur technique de la société Baykar, conceptrice des drones de combat TB2, a survolé Bakou à bord d'un Mikoyan MiG-29 de l'armée de l'air azerbaïdjanaise.

La vidéo le montrant en combinaison de pilote frappée des drapeaux turc et azerbaïdjanais aux commandes du jet, escorté par un de ses drones, modèle Akinci, est devenue virale sur les réseaux sociaux en Turquie.

En 2019, les drones turcs avaient sauvé le gouvernement légal en Libye des offensives du maréchal Haftar en Libye, avant de s'avérer décisifs pour l'Azerbaïdjan fin 2020 au Nagorny-Karabakh, face à l'Arménie.

En Irak et en Syrie, Ankara les utilise contre les forces syriennes - soutenues par Moscou - à Idleb (nord-ouest) et contre le groupe Etat islamique (EI) et les combattants kurdes du PKK.

Les embargos imposés par les alliés de l'Otan à la Turquie, dont les États-Unis, ont poussé Ankara «à prendre son destin en main», explique un haut-responsable de l'industrie de la défense turque présent à Bakou.

- «Précision et létalité» -

La Turquie a ainsi cherché à moderniser son armée de l'air après avoir été exclue du programme d'avions de chasse américains F-35, conséquence de l'achat par Ankara du système anti-missile russe S-400, perçu comme une menace pour le F-35.

En avril, l'administration américaine a déclaré que fournir à la Turquie des avions de chasse F-16 servirait les intérêts stratégiques de Washington.

«Les drones turcs tels que les Bayraktar TB2 sont de plus en plus répandus et de plus en plus importants dans les conflits modernes», relève Michael Boyle, spécialiste des drones à l'université Rutgers (Etats-Unis).

Longtemps, les principaux pays exportateurs de drones, comme les États-Unis et Israël, ont limité le nombre de pays auxquels ils les vendaient, ainsi que les modèles qu'ils étaient prêts à commercialiser, rappelle M. Boyle.

«Cela a créé un appel d'air que d'autres pays, dont la Turquie et la Chine, ont voulu combler.»

La Turquie investit dans l'industrie de la défense depuis les années 2000, mais le tournant date de 2014, avec de lourds investissements dans les technologies avancées et le passage à l'utilisation de produits fabriqués localement, souligne le haut-responsable turc.

Les exportations turques de technologies de défense, inférieures à 250 millions de dollars début 2000, ont dépassé les 3 milliards de dollars en 2021 et devraient atteindre 4 milliards de dollars en 2022, estime cette même source.

Aujourd'hui, la Turquie exporte ses drones relativement bon marché vers plus de 25 pays, en Afrique notamment.

Admiratif, un concurrent occidental estimait au début du conflit en Ukraine qu'avec ses drones, la Turquie a «réinventé la +kalach+ du 21e siècle» - référence à l'universel fusil d'assaut AK47, bon marché et facile d'emploi.

«Ces drones peuvent être utilisés pour des frappes directes, en particulier contre des insurgés ou des groupes terroristes, mais aussi comme outil de reconnaissance de champs de bataille afin d'accroître la précision et la létalité des frappes», détaille Michael Boyle.

«Ils sont un catalyseur des forces terrestres, ce qui les rend particulièrement utiles pour les pays.»


Foot: L'Iran dénonce une décision «  politique » derrière l'annulation de l'amical contre le Canada

Short Url
  • Le chef adjoint du pouvoir judiciaire iranien, Kazem Gharibabadi a regretté dans un tweet vendredi que "le soi-disant pays de la liberté" ne puisse pas "garder la politique" hors du terrain
  • La Fédération canadienne de football a annoncé annuler la tenue de la rencontre, le 5 juin à Vancouver

TEHERAN: Téhéran a dénoncé vendredi une décision "politique" à l'origine de l'annulation d'un match amical controversé entre l'Iran et le Canada, préparatoire pour la Coupe du monde au Qatar (21 novembre-18 décembre).

La veille, la Fédération canadienne de football avait annoncé annuler la tenue de la rencontre, le 5 juin à Vancouver.

Ce match entre deux équipes déjà qualifiées avait déclenché une polémique au Canada, deux ans après qu'un avion de ligne transportant notamment des ressortissants canadiens a été abattu par erreur par la défense anti-aérienne iranienne peu après son décollage à Téhéran.

Le chef adjoint du pouvoir judiciaire iranien, Kazem Gharibabadi a regretté dans un tweet vendredi que "le soi-disant pays de la liberté" ne puisse pas "garder la politique" hors du terrain.

Récemment, le premier ministre canadien Justin Trudeau avait déclaré que le match "n'était pas une très bonne idée".

Le 8 janvier 2020, le vol PS752 Téhéran-Kiev de la compagnie aérienne Ukraine International Airlines (UIA) s'était écrasé, tuant les 176 personnes à son bord, dont 85 citoyens ou résidents permanents canadiens.

Les forces armées iraniennes avaient reconnu trois jours plus tard avoir abattu l'appareil "par erreur".

L'Association des familles des victimes du vol PS752 avait demandé à Canada Soccer d'annuler le match.

Peu après l'annonce de l'annulation de la rencontre, Mohammad Jamaat, responsable médias de l'équipe iranienne, a déclaré à la télévision locale que Téhéran allait "déposer plainte auprès de la Fifa" contre cette décision.


« Trouver à manger », ou le désespoir des habitants de Lyssytchansk, dans l'est de l'Ukraine

Short Url
  • L'encerclement de Lyssytchansk et Severodonetsk est actuellement un objectif clé des forces russes du Donbass
  • Avant la guerre, l'agglomération formée par Lyssytchansk et Severodonetsk comptait quelque 200.000 habitants

LYSSYTCHNANSK: Il pensait pouvoir négocier avec les Russes, pour qu'ils le laissent passer sur la dernière route goudronnée permettant de sortir de la ville ukrainienne de Lyssytchansk, dans le Donbass, pilonnée par les forces russes.

Mais Artem Ivassenko, mineur de profession, a failli se faire tuer en essayant d'aller chercher de la nourriture et des médicaments pour son père et pour les gens réfugiés avec lui dans la cave de leur immeuble. Ce alors même que la route, qui mène vers des localités légèrement moins bombardées, était encore techniquement sous contrôle ukrainien.

Mais cette chaussée - au cœur de la dernière poche de résistance ukrainienne de la région de Lougansk, une des deux régions du Donbass dont les Russes veulent prendre le contrôle total - est désormais dans l'angle de tirs des chars russes. Et s'est transformée, après trois mois de guerre, en champ de bataille fumant.

Artem Ivassenko, 34 ans, n'en savait rien en quittant son abri, car Lyssytchansk et la ville voisine de Severodonetsk sont depuis des semaines privées d'électricité et de toute possibilité de communication avec le monde extérieur.

"Je ne sais que ce que je vois", dit-il, sous la lumière blafarde d'une ampoule de sa cave, alimentée par un générateur. "Et ce que j'ai vu, ce sont des obus exploser à 10-15 mètres de mon camion la dernière fois que j'ai pris cette route", dit-il, tout en réconfortant son père souffrant, allongé dans un coin sur un lit de camp.

Quelques femmes âgées apportent en souriant une soupe qu'elles ont préparée sur un braséro dans la cour, jonchée d'éclats d'obus.

Malgré son inquiétude, Artem Ivassenko se prépare néanmoins à tenter une fois encore d'emprunter cette route, quelles que soient les forces qui la contrôlent désormais.

"Si ce sont les Russes, je leur dirais que je cherche de l'aide pour des gens qui sont mourants", dit-il. "N'importe qui devrait comprendre qu'il s'agit d'une raison légitime et me laisser passer. Et s'ils me tuent, ils me tuent".

« Si déprimés qu'ils n'ont plus peur »

L'encerclement de Lyssytchansk et Severodonetsk est actuellement un objectif clé des forces russes du Donbass. Avec la dernière route sortant de Lyssytchansk devenue champ de bataille, ils sont sur le point de bloquer l'accès aux deux villes, ce qui leur permettrait de poursuivre leur offensive plus vers l'ouest.

Pour ces deux villes, le seul lien restant avec le reste de l'Ukraine est une route de campagne poussiéreuse, que même les chars ou des camions militaires équipés de pneus géants peinent à emprunter.

Oleksandr Kozyr s'inquiète beaucoup à cause de cette petite route.

Lui qui gère le principal centre de distribution d'aide humanitaire de Lyssytchansk a affaire quotidiennement à des gens angoissés et affamés, qui vivent sur leurs dernières réserves.

"Les gens sont prêts à prendre tous les risques pour de l'eau et de la nourriture, dit cet homme de 33 ans, la voix fatiguée. "Ils sont si déprimés qu'ils n'ont plus peur. Tout ce qu'ils veulent, c'est trouver à manger".

« Beaucoup plus difficile »

Après avoir aidé une femme inquiète pour sa mère malade, Oleksandr Kozyr raconte une scène qui témoigne du désespoir auquel il est confronté.

"Des pompiers distribuaient de l'eau quand des bombardements ont commencé. Ils ont couru se mettre à l'abri, mais les gens qui attendaient de l'eau s'en fichaient (...) Les gens leur ont couru après sous les bombardements, tellement ils avaient besoin d'eau", dit-il.

Son centre de distribution, renforcé par des sacs de sable, a été en partie détruit par une attaque au mortier cette semaine. L'escalier mène à une cave où vivent depuis bientôt trois mois des dizaines de familles, installées à même le sol, dans l'obscurité.

La dernière grande route étant désormais impraticable, ils risquent d'y passer encore des semaines, alors que les distributions de nourriture deviennent de plus en plus imprévisibles. "Les choses sont devenues beaucoup plus difficiles ces derniers jours", dit Oleksandr Kozyr.

« Rester et attendre »

Avant la guerre, l'agglomération formée par Lyssytchansk et Severodonetsk comptait quelque 200.000 habitants. Les gens qui distribuent de la nourriture estiment qu'ils sont encore au moins 20.000 dans les caves de Lyssytchansk. Mais personne ne se risque vraiment à deviner combien ils pourraient être encore dans le déluge de feu de Severodonetsk.

Evguenia Mykhno, retraitée, et son mari viennent juste de quitter Severodonetsk, grâce à un bénévole qui a profité d'un bref répit dans les combats pour évacuer les premières personnes qu'il a croisées dans la rue.

Le couple s'est retrouvé sur une place de Lyssytchansk, sans aucune affaire ni idée de l'évolution de la guerre.

"Je ne vois pas très bien ce qu'on peut faire si la grande route a été coupée", dit Evguenia Mykhno, 67 ans. "On ne peut pas rebrousser chemin et on ne peut pas sortir".

"On peut rester ici et attendre", dit son mari Oleksandr avec une pointe d'humour. "Ca, on sait faire".