Interview : Carla DiBello parle de Maskoon, du Red Sea Film Festival et des projets saoudiens dans le cinéma

Short Url
Publié le Lundi 13 décembre 2021

Interview : Carla DiBello parle de Maskoon, du Red Sea Film Festival et des projets saoudiens dans le cinéma

  • Arab News s'entretient avec la productrice de Maskoon Carla DiBello sur le court métrage du Red Sea International Film Festival
  • Carla DiBello:  Vous savez, je pense que nous avons fait beaucoup dans le genre documentaire au Royaume

Arab news 

En quoi ce film mettant en vedette un Américain en Arabie saoudite diffère-t-il de tout autre film qui se déroule généralement avec un protagoniste occidental dans un pays arabe ou du Moyen-Orient ? 

Carla DiBello 

En quoi est-ce différent ? Tout d'abord, Paris Verra est une actrice en herbe. Elle a vécu à LA de nombreuses années et réside en Arabie saoudite depuis deux ans. Et en quoi c'est différent, je dirais simplement que c'est plus fiable. Nous avons notre première réalisatrice saoudienne, Lina Malaika, que nous accompagnons depuis quelques années, en collaboration avec David Darg, qui est un réalisateur nominé aux Oscars et lauréat d'un Emmy. Et c'est un projet dont on parle depuis un moment. Nous avons toujours voulu faire quelque chose à Al-Balad (en Arabie Saoudite) car rien n'y a vraiment été tourné. 

Arab News 

Quelle est la spécificité de ce lieu pour y tourner un film ? 

Carla DiBello 

Je pense que son histoire est particulière. Ce quartier historique est également l’endroit où se déroule le tout premier Festival du film de la mer Rouge. Et c'est juste magique. C’est génial de pouvoir montrer cela au monde. C'est un peu l'ancien et le moderne à Djeddah en guise de contraste. La Formule 1 a permis aux gens de vraiment découvrir la corniche, la plage et l'eau. Mais vous avez aussi ce contraste d'Al-Balad avec son histoire riche. 

Arab News 

Que pouvez-vous me dire sur le travail avec le réalisateur saoudien et les assistants réalisateurs saoudiens, disons, ou l'équipe sur le terrain ? 

Carla DiBello 

C’est quelque chose qui nous passionne vraiment depuis probablement quatre ans et demi. Nous avons donc trouvé le tout premier documentaire sur la Formule E et Diriyah. Et notre structure a vraiment sélectionné de jeunes cinéastes saoudiens et de jeunes créateurs saoudiens pour rejoindre notre équipe, qui est composée de producteurs et réalisateurs chevronnés. Nous avons vraiment besoin d'eux et ils ont besoin de nous. Donc, ça a toujours été une collaboration très productive. Nous travaillons en particulier avec Lina depuis trois ans et demi, juste pour lui apprendre le métier, et elle collabore étroitement avec notre réalisateur. Pouvoir lui donner libre cours, a été tout simplement stimulant à observer, car elle a maintenant les outils et l'expérience de notre équipe occidentale aux États-Unis. Donc je pense que ce n'est que le début d'une nouvelle collaboration fructueuse entre les productions étrangères et les équipes saoudiennes. 

Arab News 

Pourquoi choisir un thriller au départ plutôt qu'un genre différent ? 

Carla DiBello 

Vous savez, je pense que nous avons fait beaucoup dans le genre documentaire au Royaume. Nous avons beaucoup travaillé avec les différents ministères, du ministère des Sports au ministère de la Culture, et nous voulions vraiment quelque chose de diversifié où nous pouvions montrer une autre facette de l'Arabie saoudite et ces histoires très riches qui existent et que le monde extérieur ne connaît peut-être pas. Nous lançons donc une plateforme à la fin du mois appelée Arabia+, qui proposera des histoires du Moyen-Orient racontées en anglais à un public international. Et j'ai l'impression qu'avec la Vision 2030 et tout ce qui est en cours de développement, par opposition au Royaume qui est resté fermé si longtemps, c'est vraiment une excellente occasion pour utiliser cette plate-forme qui présente des histoires riches dont les gens ne connaissent pas vraiment l'existence, comme Maskoon qui relate les croyances du djinn. Il y a tellement de livres sur ce sujet, mais les gens de mon monde ou venant du Royaume-Uni ou des États-Unis ne sauraient pas vraiment que ces histoires existent. Ils tournent donc beaucoup de productions maintenant en Arabie saoudite, ce qui est génial. Mais je pense que nous sommes maintenant à un point où nous voulons vraiment développer des thématiques locales et travailler avec des talents du pays pour vraiment montrer que nous avons nos propres histoires. Je suis ici depuis si longtemps, et je viens dans le Royaume depuis 2013, je vis, évidemment, à Dubaï depuis huit ans et souvent nous faisons ces énormes productions hollywoodiennes à gros budget, mais il n'y a vraiment aucune histoire sur le lieu même. 

Arab News 

Où avez-vous trouvé ces histoires ? S'agit-il de personnes qui ont écrit des scénarios ou de courts récits que vous pouvez adopter ? 

Carla DiBello 

Ce que nous avons fait, qui n'est peut-être pas la manière habituelle de procéder quand une société de production normale cherche des scénarios c’est travailler avec de jeunes cinéastes locaux. Nous les écoutons raconter comment ils ont grandi, nous parler de croyances dans différents domaines. Je veux dire, nous avons tourné à Abha, Khamis Mushait, Rijal Almaa, tous ces endroits reculés que même les Saoudiens n'ont jamais visités. Donc je pense que dans chaque endroit où nous sommes allés, que ce soit avec un guide touristique, ou un jeune qui y vit, ou un jeune cinéaste avec qui nous travaillons, ou quelqu'un de notre équipe, nous prenons connaissance de ces histoires qui sont réellement authentiques à la source, et nous les aidons simplement à les développer. 

Arab News 

Que pouvez-vous me dire sur l'ambiance du tout premier Red Sea Film Festival ? 

Carla DiBello 

Eh bien, l'atmosphère relevait résolument de l'histoire en marche. Je pense que l'Arabie saoudite, en tant que pays, devrait être très fière. Je ne pense pas avoir personnellement déjà vu cela - et j’ai fréquenté beaucoup de festivals de films - cela m'a vraiment rappelé le Festival de Cannes en 2008. Tout était si glamour, il y avait cet air hollywoodien désuet, je pense que certains festivals ont un peu changé, mais qu'ils ont vraiment fait du bon travail pour attirer les bonnes personnes, présenter leur travail et rien que la région à elle seule représente un moment historique comme le tapis rouge d’ailleurs. Avant d'entrer dans Al-Balad, nous avons fait le tour de tous les vieux magasins, où certains de ces travailleurs - parce que nous sommes en fait entrés et leur avons parlé auparavant, sont ici depuis 20, 30, 40 ans. Et pour eux, voir des limousines, des voitures noires, des femmes en robes, le tapis rouge et des flashs qui crépitent est inimaginable. 

Arab News 

Que pouvez-vous me dire sur l’après Maskoon ? 

Carla DiBello 

Nous avons donc quelques éléments en cours de développement. Nous commençons une série télévisée avec le ministère de la Culture intitulée « Seven Wonders of Saudi » dont nous avons déjà tourné une bande-annonce. C’est un peu une série télévisée très semblable à celle d'Anthony Bourdain, où nous sommes allés en quelque sorte dans tous ces endroits différents, comme AlUla, Abha, Rijal Almaa, Al-Souda, parler aux habitants. Là, nous sommes allés plonger sur l'île de Farasan, nous avons rencontré une femme qui n'a jamais quitté l'île et Jizan qui a cuisiné pour nous dans son jardin. Nous essayons donc vraiment de trouver des histoires très authentiques et riches à raconter qui n'ont jamais été relayées auparavant. Et en mars, nous prévoyons de tourner à nouveau la Formule 1, qui se déroule ici. Nous nous concentrons vraiment sur Arabia+, que nous souhaitons être une plateforme destinée aux cinéastes du Moyen-Orient pour présenter leur travail à un public mondial, et créons notre propre contenu original d'histoires du Moyen-Orient racontées en anglais. 

Arab News 

Où et quand peut-on voir le film ? 

Carla DiBello 

Nous le lancerons exclusivement après la première sur Arabia+, nous lancerons donc en parallèle Arabia+, où on pourra le voir. C'est une plateforme de streaming gratuite. Il y sera. Et nous avons environ trois projections, je crois, à Vox Cinemas. 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com 


Malgré l'orage, les «Eurocks» confiants en l'avenir

Les festivités ont repris samedi (Photo, Instagram @eurocksensolo).
Les festivités ont repris samedi (Photo, Instagram @eurocksensolo).
Short Url
  • «C'était une édition très particulière»
  • Les soirées des samedi et dimanche ont affiché complet avec 60.000 festivaliers au total

BELFORT: Après une édition meurtrie par un très violent orage jeudi qui a fait sept blessés et entraîné l'annulation de deux des quatre soirées de concerts, les organisateurs des Eurockéennes ont affirmé dimanche regarder vers l'avenir avec "de nombreuses raisons d'espérer".

"C'était une édition très particulière", a déclaré dimanche soir le président du festival, Matthieu Pigasse, lors d'une conférence de presse sur le site des Eurockéennes.

Après deux éditions annulées pour cause de Covid, cette 32e édition devait signer le grand retour des "Eurocks", sacrées en mars 2020 "meilleur festival" au monde aux Arthur Awards.

Mais jeudi, avant même le premier concert, un violent orage s'est abattu sur la presqu'île du Malsaucy, au pied des Vosges, où se tient le festival belfortain.

Des tentes du camping se sont envolées, des arbres ont été arrachés et une tour métallique portant du matériel électrique est tombée sur des festivaliers, faisant sept blessés, dont un grave.

"Cet épisode météorologique d'une violence rare, imprévu et imprévisible, nous a conduits à annuler les soirées de jeudi et vendredi, c'est-à-dire à peu près deux tiers des 54 concerts prévus sur l'ensemble festival", a rappelé M. Pigasse. Stromae, le duo Bob Sinclar et Pedro Winter, Nick Cave ou encore Clara Luciani n'ont ainsi pas pu se produire.

"La reprise du festival était difficile parce qu'un coup de vent de cette ampleur nécessite de vérifier la sécurité des structures", a relevé le préfet du Territoire de Belfort, Raphaël Sodini, saluant le "remarquable esprit de responsabilité" de l'équipe d'organisation.

Les festivités ont repris samedi avec une "incroyable énergie, aussi bien au niveau du public que des artistes", a constaté le programmateur Kem Lalot. "Izïa a tout donné, les Last Train ont fait un concert fantastique, Meute à remplacé au pied levé Foals sur la grande scène, et ce soir on finit en apothéose avec Muse".

Le groupe Britannique, qui sortira son nouvel album "Will of the people" en août, avait fait sa première grande scène européenne aux "Eurocks" en 2001.

Les soirées des samedi et dimanche ont affiché complet avec 60.000 festivaliers au total.

"On a de nombreuses raisons d'espérer et d'être confiants en l'avenir: la première ce sont les festivaliers, venus en nombre après l'annulation, et la deuxième c'est la force du collectif des Eurocks, le sens des responsabilités et le sang froid dont a fait preuve l'équipe", selon Matthieu Pigasse.

Après trois années difficiles, le directeur du festival, Jean-Paul Roland, entend regarder vers l'avenir. Pour l'année prochaine, les Eurockéennes tenteront de mettre en place des "mécanismes de mutualisation" entre plusieurs festivals, "pour mutualiser les équipes techniques", alors que la main d'oeuvre se raréfie.

Par ailleurs, les organisateurs on l'intention de renouveler dès septembre les "Résidences secondaires", mini-festival qui a accueilli 5.000 spectateurs, testé en 2021.


Première victoire de Sainz en F1, au terme d'un GP de Grande-Bretagne fou

Carlos Sainz Jr. de Ferrari célèbre sa victoire sur le podium avec Sergio Perez de Red Bull, deuxième, et Lewis Hamilton, troisième de Mercedes (Photo, Reuters).
Carlos Sainz Jr. de Ferrari célèbre sa victoire sur le podium avec Sergio Perez de Red Bull, deuxième, et Lewis Hamilton, troisième de Mercedes (Photo, Reuters).
Short Url
  • Sainz offre à la Scuderia sa première victoire depuis le GP d'Australie début avril
  • «C'est incroyable, première victoire en course 150 courses plus tard, avec Ferrari et à Silverston»

SILVERSTONE, Royaume-Uni: La Grande-Bretagne aura servi son lot de "premières" à Carlos Sainz: auteur la veille de la première pole position de sa carrière en Formule 1, l'Espagnol a remporté dimanche son premier Grand Prix, au terme d'une course mouvementée marquée dès le départ par un spectaculaire accident sans gravité.

"C'est incroyable, première victoire en course 150 courses plus tard, avec Ferrari et à Silverstone", a réagi le pilote Ferrari de 27 ans, qui s'impose devant le Mexicain Sergio Pérez (Red Bull), tombé à la 16e place en début de course après un accrochage, et le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes).

Sainz offre à la Scuderia sa première victoire depuis le GP d'Australie début avril.

L'autre Ferrari, celle du Monégasque Charles Leclerc, un temps aux commandes de la course, termine au pied du podium, victime de la stratégie de son équipe.

Contrairement à Sainz ou à Hamilton, Leclerc n'a pas été appelé à changer de pneus lors d'un drapeau jaune à quelque dix tours de la fin. Ses pneus durs usés lui ont fait perdre l'avantage sur la concurrence.

Loin derrière, le Néerlandais Max Verstappen, toujours leader au championnat à l'issue de la course mais en difficulté au volant de sa Red Bull, termine à une modeste 7e place après avoir lutté contre l'Allemand Mick Schumacher (Haas), qui, huitième, marque ses premiers points en F1.

Luttes en série

Sur le mythique tracé de Silverstone, où plus de 400.000 spectateurs étaient attendus ce week-end, le spectacle a tenu ses promesses. Et même plus.

Les derniers tours de piste ont notamment vu Sergio Pérez, Lewis Hamilton et Leclerc s'offrir une belle lutte pour la deuxième place. Pérez remportant la bataille, c'est ensuite une haletante lutte pour la troisième place que se sont livrés Hamilton et Leclerc.

S'il assure "avoir tout donné", Hamilton, septuple champion du monde de la discipline, signe un triste record personnel: celui du plus grand nombre de courses disputées – 11 en l'occurrence - sans la moindre victoire. En revanche, son podium, le 13e à Silverstone - lui offre le record absolu sur un seul tracé.

A l'issue de cette manche britannique, la 10e de la saison, statu quo au championnat des pilotes pour les trois premiers: Verstappen compte 181 points au championnat et devance son coéquipier Pérez (147 points) et Leclerc (138 points).

Accident et intrusions 

Plus tôt dans l'après-midi, le Grand Prix a été interrompu seulement quelques instants après le départ en raison d'un accident impliquant plusieurs pilotes.

Sur les images diffusées par les producteurs de la F1, les monoplaces de Pierre Gasly, de George Russell (Mercedes) et de Zhou Guanyu (Alfa-Romeo) sont entrées en contact à l'approche du premier virage. La monoplace de Zhou Guanyu, percutée par celle de Russell, s'est retournée pour terminer sa course de l'autre côté des barrières de sécurité, contre les grillages séparant la piste des spectateurs.

Dans le même temps, Alexander Albon (Williams), Esteban Ocon - mais également l'Allemand Sebastian Vettel (Aston Martin) et le Japonais Yuki Tsunoda (AlphaTauri) - ont aussi été impliqués indirectement dans l'accident - la Williams ayant été envoyée contre les barrières alors que le pilote tentait de ralentir.

Si Zhou est sorti du centre médical "en bonne santé", Albon a été transporté à l'hôpital "pour des examens de précaution". George Russell (Mercedes) a également dû abandonner.

A la suite de cet accident, les autres pilotes sont rentrés dans les stands pour près d'une heure. Et si au premier départ Verstappen avait pris l'avantage sur Sainz, la reprise de la course s'est fait selon l'ordre établi lors des qualifications... au détriment donc du Batave.

Par ailleurs, alors que la course était encore neutralisée, plusieurs personnes ont "tenté" selon la Fédération internationale de l'automobile, de s'introduire sur la piste. "Ces personnes ont été immédiatement éloignées et l'affaire est maintenant traitée par les autorités locales", a indiqué la FIA.

L'opération a été revendiquée par les militants pour le climat de Just Stop Oil, un groupe qui réclame l'arrêt de l'exploration des énergies fossiles au Royaume-Uni.


Le fondateur des bijoux Dinh Van décédé à 94 ans

Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC (Photo, Twitter).
Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC (Photo, Twitter).
Short Url
  • Jean Dinh Van «était un travailleur et un grand joueur de polo, il était très brillant et très modeste à la fois»
  • La démarche de Jean Dinh Van consistait à «proposer un luxe moderne, une joaillerie à porter au quotidien»

PARIS: Le bijoutier Jean Dinh Van, fondateur de la marque de bijoux Dinh Van et qui avait cédé son entreprise il y a une vingtaine d'années, est décédé dans la nuit de samedi à dimanche des suites d'un AVC, a annoncé à l'AFP son épouse.

Jean Dinh Van "est décédé dans la nuit à Neuilly-sur-Seine", a déclaré Marie-Françoise Dinh Van. "Il allait bien récemment, mais il y a une quinzaine de jours, il a fait une chute en arrière sur la tête qui a déclenché un hématome cérébral. Hier soir, il a fait un très, très gros AVC qui lui a été fatal", a-t-elle expliqué.

Une cérémonie sera organisée à Boulogne-Billancourt, là où il est né en 1927, vendredi 8 ou lundi 11 juillet, a indiqué Mme Dinh Van.

Le joaillier, breton d'origine vietnamienne par son père, s'était formé chez Cartier avant d'ouvrir sa première boutique à Paris en 1965, selon le site internet de la marque qui a connu la gloire dans les années 90 avant d'être cédée à un groupe d'investisseurs emmené par Eric Laporte.

Jean Dinh Van "était un travailleur et un grand joueur de polo. Il était très brillant et très modeste à la fois", selon son épouse.

"Il avait revendu il y a plus d'une vingtaine d'années son affaire, qu'il avait entièrement créée lui-même", a poursuivi Marie-Françoise Dinh Van. "Avec lui, c'était une société très confidentielle qui fabriquait à la main de façon artisanale. Maintenant, elle fabrique à l'étranger de façon tout à fait autre et industrialisée".

La démarche de Jean Dinh Van consistait à "proposer un luxe moderne, une joaillerie à porter au quotidien", précise la marque pour expliquer la renommée de son fondateur.

Celui-ci s'est inspiré de nombreux objets du quotidien (lames de rasoir, boutons de manchettes, menottes) qu'il détournait pour en faire des bijoux.