Emerging Valley, «un point de rencontre entre incubateurs européens et africains»

Expert et conférencier international, Samir Abdelkrim partage son expertise sur les start-up. (Photo fournie).
Expert et conférencier international, Samir Abdelkrim partage son expertise sur les start-up. (Photo fournie).
Short Url
Publié le Jeudi 16 décembre 2021

Emerging Valley, «un point de rencontre entre incubateurs européens et africains»

  • L’objectif de la cinquième édition est de démultiplier les investissements entre l’Europe et l’Afrique, en particulier en faveur des start-up africaines
  • Le message que l’on veut envoyer est de ne plus parler d’aide mais de partenariat et d’enrichissement mutuel

PARIS: La cinquième édition d’Emerging Valley, le sommet international Europe/Afrique sur l’innovation, sous la thématique «Mettre la technologie au service du bien commun», s’est déroulée le 14 décembre à Marseille. Ce sommet a pour objectif de faire émerger des innovations croisées entre l’Afrique, la Méditerranée et l’Europe. Créé par le Franco-Algérien Samir Abdelkrim, Emerging Valley est un événement annuel qui rassemble des leaders de la Tech africaine, des investisseurs et des experts africains et mondiaux de l’innovation.

Expert et conférencier international, Samir Abdelkrim partage son expertise sur les start-up africaines en Europe, au Moyen-Orient ainsi qu’aux États-Unis. Il a notamment pris part au Forum Banque du Liban Accelerate à Beyrouth, au sommet New York Africa Forum, au festival du numérique South by South West à Austin au Texas, ou encore au Global Entrepreneurship Summit organisé par Barack Obama à Marrakech. Il répond aux questions d’Arab News en français.

emerging valley
Emerging Valley a été lancé en 2013-2014. (Photo fournie).

Comment est née l’idée de lancer Emerging Valley?

Emerging Valley a commencé en 2013-2014, une époque où on parlait très peu de l’innovation en Afrique. Appelé «Tech Africa», le projet consistait à aller à la recherche et à la découverte de l’innovation africaine en matière de start-up, d’incubateurs et d’accélérateurs. Épaulé par une campagne de financement participatif, ce travail de recherche a permis de fédérer un réseau sur l’Afrique numérique.

En effet, je me suis rendu dans vingt-cinq pays d’Afrique où j’ai rencontré plusieurs centaines de créateurs de start-up, d’incubateurs, d’investisseurs ainsi que d’autres acteurs de l’écosystème de l’innovation. De retour à Marseille après ce long périple, j’avais deux projets en tête: l’écriture de Start-up Lions, au cœur de l'African Tech, un livre pour restituer toute cette innovation africaine, préfacé par Xavier Niel, homme d’affaires dans le domaine des télécoms et PDG de l’entreprise Free, et engager une démarche pour donner à mon territoire (qui, selon moi, a toute sa légitimité) l’opportunité d’être au centre des rapports entre l’Afrique et la Méditerranée en termes de proximité géographique, économique, démographique et sociologique. En réunissant l’écosystème local – incubateurs, opérateurs économiques et collectivités locales –, l’idée de Emerging Valley est née, sa première édition a eu lieu en 2017.    

EN BREF

  • Samir Abdelkrim a été sélectionné en 2019 par l’Élysée pour faire partie des dix personnalités qui proposeront des actions aux chefs d’État du 5+5 (qui regroupe l’Espagne, la France, l’Italie, Malte, et le Portugal ainsi que l’Algérie, la Libye, le Maroc, la Mauritanie et la Tunisie), afin de relancer la coopération entre l’Europe et la Méditerranée dans le cadre du Sommet des deux rives initié par le président français, Emmanuel Macron.
  • Son initiative Emerging Mediterranean a été sélectionnée par le chef de l’État et les ministres des Affaires étrangères du 5+5 parmi les quatorze projets retenus (sur deux cent soixante-dix).

Quelle est l’évolution des éditions précédentes d’Emerging Valley, et quelles sont les principales actions?

Montée en un temps record, la première édition a réuni quatre cents participants. La deuxième édition a été un tournant pour notre événement. En remettant mon livre au président français, Emmanuel Macron, la deuxième édition d’Emerging Valley s’est tenue, en novembre 2018, sous son haut patronage, et elle a rassemblé, au palais du Pharo, plus de mille participants avec plus de cent start-up africaines.

L’édition 2019 a, quant à elle, permis à Emerging Valley de prendre sa dimension Europe/Afrique avec la présence des représentants de l’Union européenne (UE) et des incubateurs européens. Emerging Valley est devenu le point de rencontre entre les incubateurs européens et africains. Pour cause de pandémie de Covid-19, l’édition 2020 était un vrai challenge. Tenu en 100 % digital, l’événement a réuni plus de deux mille participants, en présence de Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, et de plusieurs ministres africains ainsi que d’autres personnalités du monde institutionnel et économique.  

emerging valley
L’objectif de la cinquième édition est de démultiplier les investissements entre l’Europe et l’Afrique, en particulier en faveur des start-up africaines mais aussi et surtout de pouvoir changer le narratif, affirme Samir Abdelkrim. (Photo fournie).

Quels sont les objectifs de cette cinquième édition?

L’objectif de la cinquième édition est de démultiplier les investissements entre l’Europe et l’Afrique, en particulier en faveur des start-up africaines mais aussi et surtout de pouvoir changer le narratif. Le 1er janvier 2022 sera l’année de la présidence française de l’UE et de la tenue du prochain sommet Europe/Afrique, qui aura lieu à Bruxelles en février prochain. Cela sera l’occasion de transformer l’image de l’Afrique et de permettre de voir cette jeunesse africaine qui entreprend et qui innove, déjouant ainsi les caricatures et les clichés que l’on véhicule à ce sujet. Cette jeunesse veut créer de la valeur et elle souhaite établir des partenariats économiques gagnant-gagnant.

Cette vivacité africaine est mise à l’honneur pour que l’Europe voit le continent comme un grand partenaire d’aujourd’hui et de demain afin de pouvoir peser sur le sujet numérique vis-à-vis des Gafam (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) de la Silicon Valley, omniprésents. Entre les modèles américain et chinois, notre objectif serait de faire émerger une alternative entre l’Europe et l’Afrique.

La coopération Afrique/Europe dans le domaine de la technologie a démarré et semble évoluer dans le bon sens. Est-ce une opportunité pour concrétiser un partenariat équilibré et profitable aux écosystèmes des deux partenaires?

Aujourd’hui, le narratif a évolué. Au niveau de la Commission européenne, on est en train de changer la manière d’aborder le sujet. Le message que l’on veut envoyer est de ne plus parler d’aide mais de partenariat et d’enrichissement mutuel. Le groupe de travail au sein de la Commission européenne dont je fais partie, propose de créer avec les entrepreneurs africains des incubateurs sur le principe de la co-incubation et de mettre en place des fonds d’investissement pour les start-up africaines, afin d’être dans une logique d’accompagnement de l’écosystème, de sorte que l’entreprenariat digital soit un levier et un accélérateur de développement économique et humain. C’est tout l’enjeu du prochain sommet Europe/Afrique.

Quel est l’impact de la technologie dans l’instauration du développement durable et humain qui serait profitable aux pays africains?

Je vais vous surprendre. Il y a bien un secteur dans lequel l’Europe aura à apprendre de l’Afrique, il s’agit du domaine de la e-santé. Nous avons eu une assemblée plénière passionnante avec des intervenants européens et africains de la e-santé et la télémédecine. L’objectif est de montrer l’innovation africaine en matière de lutte contre les épidémies, de déserts médicaux avec par exemple le Rwanda qui expérimente, depuis cinq ans, la livraison de poches de sang avec des drones, une expérience qui sera appliquée à Marseille. Ceci explique l’avance du continent dans cette filière par rapport à l’Europe.

Les pays maghrébins suivent-ils cette dynamique? Sont-ils présents lors de cette édition?

Absolument! Nous avons réussi, cette année, quelque chose de très fort: réunir des start-up de la Mauritanie à l’Égypte puisque nous comptons parmi nous des représentants de Mauritanie, du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, de la Libye ainsi qu’une très forte délégation d’Égypte, laquelle est spécialisée dans le domaine de la production cinématographique 3.0.


USA: Boeing va échapper à un procès pénal mais devra se doter d'un superviseur

Des personnes brandissent des portraits de victimes alors que le président-directeur général de Boeing, Dave Calhoun, témoigne lors d'une audition de la sous-commission des enquêtes de la commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales du Sénat pour examiner "la culture de sécurité brisée de Boeing" au Capitole à Washington, DC, le 18 juin 2024. (Photo par Samuel Corum  AFP)
Des personnes brandissent des portraits de victimes alors que le président-directeur général de Boeing, Dave Calhoun, témoigne lors d'une audition de la sous-commission des enquêtes de la commission de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales du Sénat pour examiner "la culture de sécurité brisée de Boeing" au Capitole à Washington, DC, le 18 juin 2024. (Photo par Samuel Corum AFP)
Short Url
  • Le ministère a prévenu mi-mai d'un risque de poursuites pénales contre l'avionneur pour non-respect d'un accord conclu le 7 janvier 2021 après le crash de deux 737 MAX 8, ayant fait 346 morts
  • Accusé de fraude dans le processus de certification du 737 MAX -son avion vedette-, Boeing avait accepté en 2021 de payer 2,5 milliards de dollars et s'était engagé, entre autres, à renforcer son programme de conformité

NEW YORK : Le ministère américain de la Justice compte proposer à Boeing un nouvel accord de poursuites différées (DPA), mais avec nomination d'un superviseur indépendant, jugeant un procès trop risqué pour la survie de l'avionneur, a écrit vendredi le New York Times (NYT).

Un responsable du ministère a néanmoins démenti, auprès d'un avocat de parties civiles, avoir pris une décision.

Le quotidien new-yorkais, faisant référence à des sources proches des discussions, a rapporté qu'après un «intense débat interne, de hauts responsables du ministère paraissent avoir conclu que poursuivre Boeing serait trop risqué juridiquement».

Ils «considèrent que la nomination d'un superviseur indépendant est une façon plus rapide et plus efficace de s'assurer» que Boeing améliore ses processus de production et de contrôle de qualité, a poursuivi le journal.

Le ministère a prévenu mi-mai d'un risque de poursuites pénales contre l'avionneur pour non-respect d'un accord conclu le 7 janvier 2021 après le crash de deux 737 MAX 8, ayant fait 346 morts.

Boeing a officiellement contesté ces conclusions mi-juin.

Le ministère doit désormais se positionner. Il s'est engagé à faire connaître, au plus tard le 7 juillet, sa décision au juge fédéral du Texas chargé de cette affaire.

Sollicités par l'AFP au sujet des informations du NYT, Boeing et les avocats des familles dans le volet civil n'ont pas réagi. Le ministère s'est refusé à tout commentaire.

«Cet article est tout simplement incorrect», a fait savoir un responsable du ministère à Paul Cassell, professeur de droit à l'université de l'Utah et avocat des familles pour le volet pénal, dans un courriel que ce dernier a relayé auprès de médias.

- Aucune décision -

«Le ministère n'a pas pris de décision sur la façon de procéder ni sur l'opportunité de poursuivre Boeing», lui a assuré Glenn Leon, chef de la section fraude du service pénal au ministère, s'engageant à l'informer de «toutes décisions majeures» dans cette affaire.

«Nous espérons que le démenti du ministère (...) n'est pas un stratagème pour gagner du temps afin de parvenir à un autre DPA avec Boeing», a réagi M. Cassell. «Le premier DPA a échoué. Il n'y a pas de raison de penser qu'un second ferait mieux».

«Il est temps de mettre un terme à cette affaire en allant au procès et en obtenant un verdict de culpabilité contre Boeing», a-t-il poursuivi.

Accusé de fraude dans le processus de certification du 737 MAX -son avion vedette-, Boeing avait accepté en 2021 de payer 2,5 milliards de dollars et s'était engagé, entre autres, à renforcer son programme de conformité.

Il prévoyait une mise à l'épreuve de trois ans.

Mais l'avionneur multiplie, surtout depuis début 2023, les problèmes de production et de contrôle de qualité sur trois de ses quatre avions commerciaux (737 MAX, 787 Dreamliner et 777).

L'incident en vol sur un 737 MAX 9 d'Alaska Airlines le 5 janvier, dont une porte-bouchon -opercule condamnant une issue de secours redondante- s'est détachée, a été de trop.

- Crucial pour l'économie américaine -

Des enquêtes ont été ouvertes par les régulateurs, la justice et des commissions parlementaires, dont certains membres plaident pour des poursuites.

Des familles de victimes des crashes réclament également un procès pénal contre le groupe et ses dirigeants, ainsi qu'une amende de près de 25 milliards de dollars.

Dave Calhoun, patron de Boeing depuis début 2020 et qui doit partir d'ici la fin de l'année en retraite anticipée à cause des problèmes de l'avionneur, a reconnu mardi devant une commission d'enquête sénatoriale la «gravité» de la situation. Il a affirmé que des progrès avaient déjà été effectués.

Mais, selon le NYT, un procès pénal entraîne souvent le dépôt de bilan de l'entreprise visée. Or Boeing est un groupe crucial pour l'économie américaine et pour la sécurité nationale.

D'après le quotidien, une condamnation pénale pourrait l'exclure des contrats gouvernementaux et militaires américains.

Sa branche Défense, Espace et Sécurité (BDS) a généré quasiment 25 milliards de dollars en 2023, soit près d'un tiers du chiffre d'affaires du groupe.


Comment le dessalement solaire permet à l'Arabie saoudite de produire de l'eau potable de manière durable

L’usine de dessalement d'Al-Khafji, la plus grande au monde. (Photo Vision 2030)
L’usine de dessalement d'Al-Khafji, la plus grande au monde. (Photo Vision 2030)
Short Url
  • Le dessalement de l'eau de mer permet aux pays desséchés du Golfe d'accéder à une eau abondante pour l'agriculture et la consommation humaine
  • Pour réduire les émissions, le Royaume adopte des sources d'énergie renouvelables pour alimenter ses usines de filtration et de traitement

RIYAD : Dans les régions où les précipitations sont limitées, le dessalement est un moyen pratique d'obtenir de l'eau en abondance pour l'agriculture et la consommation humaine. Cependant, le processus de transformation de l'eau de mer en eau douce est notoirement gourmand en énergie.

En effet, le dessalement contribue de manière significative aux émissions de carbone dans la péninsule arabique, qui manque d'eau. C'est pourquoi l'Arabie saoudite a investi dans des sources d'énergie verte pour alimenter ses usines de dessalement.

« L'utilisation d'énergies renouvelables pour le dessalement est essentielle car elle contribue à réduire l'empreinte carbone de l'opération et les coûts de production de l'eau », a déclaré à Arab News Sultan Al-Rajhi, porte-parole de l'Autorité saoudienne de l'eau.

En raison de la rareté des ressources en eau douce dans une région où la population augmente rapidement, le dessalement de l'eau de mer est essentiel pour répondre à la demande, a-t-il ajouté.

« L'Arabie saoudite dépend du dessalement de l'eau de mer en raison de la nature du climat désertique, dans lequel la présence d'eau de surface et de rivières naturelles est rare », a déclaré Al-Rajhi.

En fait, le dessalement représente environ 75 % de l'approvisionnement en eau du Royaume.

« Le dessalement de l'eau de mer attire de nombreux investissements afin de répondre à la demande liée à la croissance démographique et économique observée dans l'ensemble de la région du Golfe ».

Chaque année, le Royaume a besoin d'une moyenne de 5,5 milliards de mètres cubes d'eau douce. Le besoin en eau est particulièrement élevé pendant les saisons du Hajj et de la Omra, lorsque bien plus d'un million de pèlerins arrivent du monde entier.

Le Royaume, qui compte plus de 37 millions d'habitants, est le troisième plus grand consommateur d'eau au monde par habitant. L'agriculture représente à elle seule environ 84 % de la consommation totale d'eau.

Une ferme de production de luzerne dans le gouvernorat de Wadi Ad-Dawasir, dans la région de Riyad. (Fourni)
Une ferme de production de luzerne (alfalfa) dans le gouvernorat de Wadi Ad-Dawasir, dans la région de Riyad. (Fourni)

Le dessalement est un processus complexe qui consiste à éliminer le sel et d'autres impuretés de l'eau de mer. Ce processus nécessitant une quantité importante d'énergie, l'adoption d'énergies renouvelables telles que l'énergie solaire pour alimenter ces installations est devenue une priorité absolue.

« Pour développer une infrastructure résistante au climat pour un dessalement durable, l'Arabie saoudite devrait donner la priorité aux technologies innovantes et renouvelables », a déclaré à Arab News Abdulaziz Daghestani, directeur des ventes de la zone des services d'eau et directeur national chez Grundfos.

Grundfos est une entreprise danoise qui travaille avec les États de la région pour fournir des solutions de pompage innovantes pour l'approvisionnement en eau, la gestion des eaux usées, le chauffage et le refroidissement, ainsi que les processus industriels.

Selon  Daghestani, l'intégration de systèmes de surveillance avancés peut contribuer à optimiser les opérations de dessalement et à améliorer l'efficacité.

« En utilisant des données et des analyses en temps réel, nous pouvons améliorer les pratiques de gestion de l'eau et procéder à des ajustements en temps voulu pour répondre à la demande croissante de la consommation humaine et de l'agriculture », a-t-il expliqué.

Le programme Qatrah, qui signifie « gouttelette » en arabe, a été lancé par le ministère de l'Environnement, de l`Eau et de l`Agriculture en 2020 et vise à réduire la consommation excessive d`eau en éliminant le gaspillage et en encourageant la conservation et la réutilisation de l`eau douce existante.

Son objectif est de réduire la consommation quotidienne d'eau par habitant de 263 litres à 150 litres d'ici 2030. Pour ce faire, le ministère a créé un cadre unifié, connu sous le nom de Stratégie nationale de l'eau, pour le pays.

Cependant, malgré ces efforts pour améliorer la durabilité des systèmes d'approvisionnement en eau, le dessalement reste un moyen crucial de répondre à la demande en eau, ce qui fait de l'adoption de sources d'énergie propres et de techniques de production efficaces une priorité essentielle.


GWEC: le Moyen-Orient dispose d’un potentiel éolien offshore de 1 400 GW

Le vent en mer est plus fort, plus régulier et moins turbulent que sur la terre ferme, ce qui permet de produire de l’énergie de manière fiable. (Shutterstock)
Le vent en mer est plus fort, plus régulier et moins turbulent que sur la terre ferme, ce qui permet de produire de l’énergie de manière fiable. (Shutterstock)
Short Url
  • Ce mode de production d'électricité est considéré comme crucial dans le processus de transition énergétique
  • Dans son rapport, le Conseil mondial de l’énergie éolienne prévoit que l’Arabie saoudite disposera d’une capacité offshore globale de 106 GW le long de ses côtes orientale et occidentale

RIYAD: Une analyse révèle que des investissements importants sont nécessaires pour exploiter le potentiel de 1 400 gigawatts (GW) d’énergie éolienne en mer au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (Mena).

Dans son dernier rapport, le Conseil mondial de l’énergie éolienne (GWEC) indique que l’Arabie saoudite, le Maroc, l’Égypte et Oman pourraient ouvrir la voie au développement de ce secteur, qui n’en est encore qu’à ses débuts, les activités offshore de la région étant principalement liées au pétrole et au gaz.

Ce mode de production d'électricité est considéré comme crucial dans le processus de transition énergétique. En effet, l’énergie éolienne en mer est bonne pour l’environnement, car elle produit de l’électricité sans brûler de combustible ni émettre de dioxyde de carbone.

En outre, le vent en mer est plus fort, plus régulier et moins turbulent que sur la terre ferme, ce qui permet de produire de l’énergie de manière fiable.

«L’important potentiel de l’énergie éolienne en mer signifie qu’elle peut (et doit) être développée au Moyen-Orient. Toutefois, cela dépend fortement de l’environnement d’investissement, des réglementations nationales et des procédures d’octroi d’autorisation, ainsi que de la disponibilité d’une main-d’œuvre qualifiée ayant de l’expérience dans ce secteur», indique le rapport du GWEC.

Le document ajoute que le Moyen-Orient n’a pas encore connu de développement majeur dans la production d’énergie éolienne en mer en raison des investissements massifs nécessaires et des sites terrestres facilement disponibles.

«Cependant, les tendances évoluent au Moyen-Orient. Les efforts de diversification des sources d’énergie, la mise en place potentielle de liaisons sous-marines avec l’Europe et le potentiel d’exportation d’énergie et de produits verts pourraient inciter les pays de la région Mena à reconsidérer leur position initiale sur l’énergie éolienne en mer», poursuit le GWEC.

 

L’Arabie saoudite va devenir un acteur phare

Dans son rapport, le GWEC prévoit que l’Arabie saoudite disposera d’une capacité offshore globale de 106 GW le long de ses côtes orientale et occidentale.

L’analyse note également que l’attention croissante portée par l’Arabie saoudite aux sources d’énergie renouvelable catalysera la croissance de la production d’énergie éolienne à l’avenir.

«Le Royaume riche en pétrole ne dispose actuellement que d’un seul parc éolien terrestre en exploitation (Dumat al-Djandal), mais il envisage d’ambitieux projets en matière d’énergies renouvelables. D’ici à 2030, le pays vise à générer la moitié de son approvisionnement énergétique à partir de sources d’énergie renouvelables et à atteindre zéro émission nette d’ici à 2060», précise le GWEC.

D’après le rapport, les objectifs de l’Arabie saoudite en matière d’énergies renouvelables, associés à la programmation de grands projets d’hydrogène vert et à la volonté d’exporter des produits propres, devraient favoriser le développement de projets éoliens terrestres et marins.

 

Le Maroc envisage des projets éoliens en mer

Selon le GWEC, le gouvernement marocain envisage sérieusement de mettre en place des projets éoliens en mer, car le pays dépend fortement des importations d’énergie, plus de 91% de son électricité provenant de sources extérieures.

De plus, le gouvernement marocain a réalisé des progrès considérables dans le domaine des énergies renouvelables et il s’est fixé pour objectif de produire 51% de l’électricité à partir de sources vertes d’ici à la fin de la décennie.

«Bien qu’il n’y ait pas d’objectifs fixés pour le développement de l’énergie éolienne en mer, le gouvernement prend des mesures sérieuses pour envisager la possibilité d’utiliser cette technologie dans la région», souligne le GWEC.

Par ailleurs, la Banque européenne d’investissement a récemment accordé à l’Agence marocaine pour l’énergie durable une subvention de 2 milliards de dollars (1 dollar = 0,94 euro) pour la réalisation d’une étude de faisabilité sur l’énergie éolienne en mer au Maroc.

Une étude précédente menée par le GWEC avait estimé le potentiel éolien offshore du Maroc à 200 GW.

 

Perspectives mondiales

Selon le rapport, l’industrie a connecté 10,8 GW d’éoliennes offshore au réseau en 2023, ce qui représente une augmentation de 24% en glissement annuel, portant la capacité totale à 75,2 GW à l’échelle mondiale.

Pour la sixième année consécutive, la Chine est en tête du développement annuel de l’éolien en mer, avec 6,3 GW ajoutés l’année dernière.

D’autre part, l’Europe a ajouté 3,8 GW de capacité éolienne en mer grâce à onze parcs éoliens mis en service sur sept marchés, ce qui représente la majeure partie de la nouvelle capacité.

En Amérique du Nord, cependant, des turbines éoliennes ont été installées dans deux projets éoliens offshore à grande échelle aux États-Unis avant la fin de l’année dernière, mais aucune turbine n’a été mise en service en 2024.

Le rapport indique également que le secteur de l’énergie éolienne en mer connaîtra un taux de croissance annuel moyen de 25% jusqu’en 2028 et de 15% jusqu’au début des années 2030.

GWEC Market Intelligence précise qu’au moins 410 GW de capacité éolienne offshore seront ajoutés entre 2024 et 2033, dont plus de deux tiers devraient être ajoutés au cours de la seconde moitié de cette période de prévision.

«La croissance du secteur de l’éolien en mer est désormais bien plus qu’une histoire européenne, chinoise ou américaine. Cette industrie mondiale doit désormais “tracer une voie” pour la formidable croissance à venir», déclare Rebecca Williams, chef de la stratégie pour l’éolien en mer au GWEC.

«Il convient de noter que le secteur de l’éolien en mer et ses partenaires au sein des gouvernements, des institutions et de la société civile sont en train de se regrouper et de créer une dynamique en prévision de la croissance imminente du secteur et de son importance en tant que technologie d’énergie propre», souligne-t-elle.

Le rapport révèle que le nombre de membres de l’Alliance mondiale pour l’éolien en mer, une initiative diplomatique et multipartite fondée par le GWEC, l’Agence internationale pour les énergies renouvelables et le Danemark, dépasse désormais les vingt pays.

Le GWEC note que ces vingt pays se sont engagés à collaborer pour installer 380 GW d’éoliennes en mer d’ici à 2030 et 2 000 GW d’ici à 2050.

«Le GWEC constate que l’industrie et les gouvernements reconnaissent largement que les principaux moteurs du secteur de l’éolien en mer sont désormais en place, qu’il s’agisse des engagements gouvernementaux, de la croissance économique durable, de l’augmentation de la demande des consommateurs ou de la décarbonisation de l’industrie», observe Mme Williams.

Enfin, le rapport souligne les progrès réalisés par les différents pays dans le secteur de l’énergie éolienne en mer.

Au Brésil, ce type d’énergie est considéré comme la source d’énergie propre de l’avenir pour son industrie lourde, tandis qu’aux Philippines, le gouvernement adopte l’éolien en mer pour répondre à la croissance rapide de la demande intérieure et au programme de développement économique durable.

«Pour la Pologne, l’éolien en mer constitue un moyen de stimuler la croissance industrielle. L’Irlande, quant à elle, a défini un futur cadre ambitieux pour la croissance de ce secteur», affirme Rebecca Williams.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com