GB: la cheffe de la diplomatie reprend les dossiers post-Brexit après le départ du secrétaire d'Etat

Après avoir d'abord défendu le maintien dans l'Union européenne lors du référendum de 2016, Liz Truss, ex-ministre du Commerce extérieur avait changé d'avis. (Photo, AFP)
Après avoir d'abord défendu le maintien dans l'Union européenne lors du référendum de 2016, Liz Truss, ex-ministre du Commerce extérieur avait changé d'avis. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Lundi 20 décembre 2021

GB: la cheffe de la diplomatie reprend les dossiers post-Brexit après le départ du secrétaire d'Etat

  • Cheffe de la diplomatie britannique depuis septembre, Liz Truss, 46 ans, mènera les négociations avec l'Union européenne
  • Elle bénéficie d'une forte popularité dans les rangs de la majorité conservatrice, au point que son nom revient régulièrement pour succéder au Premier ministre

LONDRES : La ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss a été désignée dimanche pour reprendre les dossiers post-Brexit, après la démission du secrétaire d'Etat chargé du Brexit David Frost, au terme d'une semaine particulièrement éprouvante pour Boris Johnson.

Cheffe de la diplomatie britannique depuis septembre, Liz Truss, 46 ans, mènera les négociations avec l'Union européenne sur le protocole controversé qui régit les dispositions douanières spécifiques en Irlande du Nord, selon un communiqué des services du Premier ministre britannique.

"Liz Truss assumera la responsabilité ministérielle des relations avec l'Union européenne avec effet immédiat", précise le texte.

Le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic a indiqué sur Twitter qu'il "continuerait à coopérer avec le Royaume-Uni dans le même esprit constructif".

Après avoir d'abord défendu le maintien dans l'Union européenne lors du référendum de 2016, Liz Truss, ex-ministre du Commerce extérieur avait changé d'avis, expliquant voir dans le Brexit une source d'opportunités économiques.

Elle bénéficie d'une forte popularité dans les rangs de la majorité conservatrice, au point que son nom revient régulièrement pour succéder au Premier ministre.

Invoquant des désaccords avec la direction prise par le gouvernement de Boris Johnson, le secrétaire d'Etat chargé du Brexit David Frost a présenté sa démission samedi soir alors que les difficiles négociations avec l'UE sur la mise en oeuvre du protocole nord-irlandais n'ont pas abouti. Elles doivent reprendre en janvier.

Boris Johnson «désolé»

Deux ans après son triomphe électoral sur la promesse de réaliser le Brexit, Boris Johnson a essuyé cette semaine une fronde de son camp à propos des mesures contre la Covid-19, puis la perte d'un bastion conservateur à l'occasion d'une élection partielle en Angleterre.

Alors que se multiplient les accusations de non-respect des restrictions sanitaires dans les cercles du pouvoir en 2020, au point d'aboutir à l'ouverture d'une enquête interne sur des fêtes de Noël à Downing Street, Boris Johnson a vu surgir dimanche soir une photo embarrassante.

Publiée par le journal The Guardian, elle montre le chef du gouvernement et des collaborateurs avec planche de fromages et verres de vin dans le jardin de Downing Street. L'image est datée de mai 2020, période de tels moments de sociabilisation étaient proscrits. Downing Street a évoqué une réunion de travail.

Boris Johnson se trouve également confronté à une flambée des cas de Covid-19, due au variant Omicron.

Dans sa lettre de démission, David Frost a invoqué les nouvelles mesures comme le passeport sanitaire pour lutter contre le coronavirus, la hausse des impôts et la politique suivie pour parvenir à la neutralité carbone d'ici à 2050 pour expliquer son départ.

"Vous connaissez mes préoccupations au sujet de la direction actuelle des choses", a-t-il écrit à Boris Johnson, soulignant que, le Brexit assuré, "le défi pour le gouvernement est à présent de réaliser les opportunités qu'il nous donne".

Boris Johnson s'est dit "désolé" de la démission de David Frost, lui exprimant sa gratitude pour le travail qu'il a accompli.

Le ministre de la Santé, Sajid Javid, a dit sur la chaîne Sky News "comprendre les raisons" qui ont conduit David Frost, "un homme de principes", à partir.

«Moment décisif»

Sur Times radio, l'ancienne Première ministre nord-irlandaise Arlene Foster, poussée au départ en avril car considérée comme trop modérée, a jugé le départ de David Frost "très, très décevant", estimant qu'il "comprenait" les problèmes créés par les nouvelles dispositions post-Brexit en Irlande du Nord.

Tenant d'une ligne dure face à l'UE, David Frost a dirigé pour Londres les négociations sur l'accord de Brexit puis sa mise en oeuvre, tout particulièrement concernant le protocole nord-irlandais. Créé pour éviter toute frontière terrestre qui risquerait de fragiliser l'accord de paix conclu en 1998 après trois décennies sanglantes, ce texte maintient la province britannique dans le marché unique et l'union douanière européens.

Le Royaume-Uni et l'UE tentent depuis plusieurs mois de s'accorder sur la mise en oeuvre du texte, effectif depuis le début de l'année. Si David Frost a adopté une position inflexible pour exiger que soit écarté tout recours à la justice européenne pour le règlement des différends, le gouvernement a semblé récemment assouplir sa position à ce sujet.

"Nous avons eu des relations difficiles, mais nous avons toujours poursuivi le dialogue" franco-britannique, a tweeté le ministre français des Affaires européennes Clément Beaune, saluant "avec respect" David Frost. "Il est temps pour le gouvernement britannique de rebâtir un climat de confiance avec la France et l'UE, dans l'intérêt de tous".


2024, année décisive pour que le sida cesse d'être une menace de santé publique

Le président guatémaltèque Bernardo Arevalo (à droite) serrant la main du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, au Palais de la culture à Guatemala City, le 16 juillet 2024.
Le président guatémaltèque Bernardo Arevalo (à droite) serrant la main du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Volker Turk, au Palais de la culture à Guatemala City, le 16 juillet 2024.
Short Url
  • Si les chiffres de 2023 montrent globalement un mieux, l'agence de l'ONU rappelle que la pandémie a tué plus de 42 millions de personnes et que ces progrès restent fragiles.
  • Et si dans certains pays d’Afrique subsaharienne les nouvelles infections ont baissé de plus de moitié et les décès jusqu’à 60% depuis 2010, "nous avons également des régions comme l'Europe de l'Est, l'Asie centrale et l'Amérique latine .

GENEVE : L'année 2024 et les décisions prises par les responsables politiques détermineront si oui ou non le monde atteindra l'objectif d'éliminer le sida comme menace de santé publique d'ici 2030, a jugé Onusida lundi.

Si les chiffres de 2023 montrent globalement un mieux, l'agence de l'ONU rappelle que la pandémie a tué plus de 42 millions de personnes et que ces progrès restent fragiles.

En 2023, un peu moins de 40 millions de personnes vivaient avec le virus du sida, le VIH, révèle le rapport annuel de l'organisation. Environ 1,3 million ont été nouvellement infectées l'année dernière, soit quelque 100.000 de moins qu'un an plus tôt.

C'est 60% de moins que lors du pic de 1995, quand 3,3 millions de personnes avaient attrapé le VIH.

Mais Onusida n'est pas satisfait parce que l'objectif de seulement 330.000 infections en 2025 semble inatteignable.

Le sida tue aussi beaucoup moins : 630.000 morts en 2023, contre 670.000 décès l'année précédente. C'est aussi 69% de moins qu'en 2004 l'année noire de la pandémie.

L'accès à une thérapie antirétrovirale est l'enjeu majeur, parce que très efficace aujourd'hui.

A fin décembre 2023, 30,7 millions de personnes avaient accès à une de ces thérapies, contre seulement 7,7 millions en 2010, mais ce chiffre demeure en deçà de l'objectif 2025 fixé à 34 millions de personnes.

Et surtout presque un quart des personnes infectées par le virus n'ont pas de traitement.

L'Afrique orientale et Australe reste la région la plus touchée : 20,8 millions de personnes y vivent avec le VIH, 450.000 ont été infectées l'année dernière et 260.000 en sont mortes.

- Stigmatisation = infection -

Si elle note les progrès réalisés, Winnie Byanyima a souligné qu'il "existe un important déficit de financement qui freine la riposte au VIH dans les pays à revenu faible ou intermédiaire".

Elle l'estime à 9,5 milliards de dollars par an. Vient s'y ajouter le poids de la dette publique qui force de nombreux pays pauvres, à choisir entre le remboursement et les dépenses de santé par exemple.

Elle a aussi appelé à accélérer la distribution d'anti-rétroviraux à longue durée, comme le lenacapavir, qui nécessite seulement deux injections par an. Elle exhorte le laboratoire américain Gilead à en partager sa licence.

Une étude montre que "les fabricants de génériques pourraient produire du lenacapavir, non pas pour 40.000 dollars ou plus par an, mais pour moins de 100 dollars par personne et par an", a souligné Mme Byanyima.

"Une personne meurt encore chaque minute de maladies liées au VIH",  rappelle-t-elle.

Enfin la stigmatisation et la discrimination, parfois la criminalisation, dont sont victimes certains groupes de personnes empêchent aussi les progrès parce qu'elles ne peuvent pas se faire aider et se soigner sans danger.

Les chiffres sont éloquents : dans le monde, la prévalence médiane du VIH chez les adultes âgés de 15 à 49 ans était de 0,8%.

La prévalence est de 2,3% chez les jeunes femmes et les filles âgées de 15 à 24 ans en Afrique orientale et australe, elle est de 7,7% chez les gays et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, de 3% chez les travailleurs et travailleuses du sexe, de 5% chez les consommateurs et consommatrices de drogues injectables, de 9,2% chez les personnes transgenres et de 1,3% chez les personnes en prison.

- Action coordonnée -

Dans un entretien à l'AFP, Mme Byanyima a dénoncé une "action bien coordonnée et bien financée" contre les droits LGBT+, les droits reproductifs et l'égalité des sexes menée par des pays et des groupes socialement conservateurs, comme l'Organisation de la coopération islamique ou des organismes chrétiens américains.

Et si dans certains pays d’Afrique subsaharienne les nouvelles infections ont baissé de plus de moitié et les décès jusqu’à 60% depuis 2010, "nous avons également des régions comme l'Europe de l'Est, l'Asie centrale et l'Amérique latine où les nouvelles infections évoluent dans la mauvaise direction et augmentent", insiste t-elle.

En Europe de l'est et Asie centrale, seulement la moitié des personnes infectées par le VIH sont traitées et en Afrique du nord et Moyen-Orient c'est seulement 49% contre 77% de moyenne mondiale.

"La stigmatisation tue. La solidarité sauve des vies", ont résumé Mme Byanyima et le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme, Volker Türk dans un communiqué commun.


Kamala Harris, la pionnière face à l'ultime plafond de verre, compte «  battre Donald Trump  »

Kamala Harris, surnommée "Momala" dans sa famille recomposée, est aussi férue de cuisine. Lors d'un voyage officiel à Paris, elle s'était rapidement échappée pour acheter des casseroles en cuivre. (AFP)
Kamala Harris, surnommée "Momala" dans sa famille recomposée, est aussi férue de cuisine. Lors d'un voyage officiel à Paris, elle s'était rapidement échappée pour acheter des casseroles en cuivre. (AFP)
Short Url
  • Celle qui a brisé un après l'autre les plafonds de verre, selon les propres mots de Joe Biden, a récolté son soutien pour remporter l'investiture du Parti démocrate
  • La native d'Oakland, en Californie, avait durement attaqué un certain Joe Biden sur son opposition passée à une politique de déségrégation raciale qui consistait à transporter en bus certains enfants vers des écoles éloignées, et dont elle avait bénéficié

WASHINGTON: Brisera-t-elle l'ultime plafond de verre? La vice-présidente Kamala Harris, lancée dans la course pour remplacer Joe Biden comme candidate des démocrates à l'élection de novembre, pourrait écrire une nouvelle page de l'histoire américaine.

Elle l'a déjà fait en devenant en janvier 2021 la première femme, la première Afro-Américaine et la première personne d'origine asiatique à accéder à la vice-présidence.

Celle qui a brisé un après l'autre les plafonds de verre, selon les propres mots de Joe Biden, a récolté son soutien pour remporter l'investiture du Parti démocrate.

"Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour unifier le Parti démocrate -- et unir notre nation -- pour battre Donald Trump", a-t-elle déclaré dans un communiqué, saluant "l'acte désintéressé et patriotique" du président.

La vice-présidente, âgée de 59 ans, raconte souvent avoir manifesté enfant pour les droits civiques, en compagnie de son père jamaïcain, professeur d'économie, et de sa mère indienne, chercheuse spécialiste du cancer du sein.

La « petite fille » du bus

C'est aussi dans son enfance qu'elle a puisé le souvenir qui l'a révélée pendant un débat de la primaire démocrate en 2019.

La native d'Oakland, en Californie, avait durement attaqué un certain Joe Biden sur son opposition passée à une politique de déségrégation raciale qui consistait à transporter en bus certains enfants vers des écoles éloignées, et dont elle avait bénéficié.

"La petite fille (dans le bus), c'était moi", avait-elle lancé.

Cette sortie remarquée n'avait pas sauvé une campagne ratée, interrompue avant même le premier scrutin des primaires.

Joe Biden l'a ensuite invitée sur son "ticket", l'exposant ainsi aux attaques de son adversaire républicain Donald Trump.

En 2020, l'ancien président a qualifié la démocrate de "monstre" et de "femme colérique", des termes renvoyant à des stéréotypes racistes sur les femmes noires.

Après un débat calamiteux de Joe Biden face à Donald Trump le 27 juin 2024, le milliardaire de 78 ans, anticipant un retrait du président américain, a relancé ses attaques.

Toujours en quête de surnoms moqueurs pour ses opposants, il a commencé à l'appeler "Kamala l'hilare" ("Laffin' Kamala"), en référence à son rire tonitruant, tandis que son équipe de campagne a entrepris de la décrire comme une gauchiste invétérée.

Diplômée de l'université Howard, fondée à Washington pour accueillir les étudiants afro-américains en pleine ségrégation, Kamala Harris est fière de son parcours emblématique du rêve américain.


Joe Biden annonce renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024 

Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale. (AFP)
Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale. (AFP)
Short Url
  • Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin
  • "Je pense qu'il est dans l'intérêt de mon parti et du pays que je me retire et que je me concentre uniquement sur l'exercice de mes fonctions de président jusqu'à la fin de mon mandat"

WASHINGTON: Le président américain Joe Biden a annoncé dimanche renoncer à se présenter à l'élection présidentielle de 2024, une annonce choc survenant à moins de quatre mois du scrutin et après des semaines de remise en question de sa condition physique et mentale.

"Je pense qu'il est dans l'intérêt de mon parti et du pays que je me retire et que je me concentre uniquement sur l'exercice de mes fonctions de président jusqu'à la fin de mon mandat", a déclaré le démocrate de 81 ans dans un communiqué, annonçant qu'il s'exprimerait à la nation dans la soirée.

Les réactions internationales 

De Moscou à Israël, les réactions internationales au retrait de la candidature du président démocrate Joe Biden pour un deuxième mandat à la Maison blanche face à un camp républicain au mieux de sa forme avec Donald Trump ont commencé à affluer dès dimanche soir.

Russie

Le Kremlin a réagi en se disant "attentif" à l'évolution de la situation.

"Les élections sont dans quatre mois. C'est une longue période pendant laquelle beaucoup de choses peuvent changer. Nous devons être attentifs, suivre ce qui va se passer", a déclaré le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov au média Life.ru.

L'ex-président Dmitri Medvedev a souhaité "une bonne santé" à Joe Biden dans un message sur Telegram, ajoutant que "les objectifs de l'opération militaire spéciale (seraient) atteints", en référence à la guerre menée par Moscou en Ukraine.

Israël

En Israël, le président Isaac Herzog a remercié son homologue américain "pour son soutien inébranlable au peuple israélien".

"Je tiens à exprimer mes plus sincères remerciements à Joe Biden pour son amitié et son soutien inébranlable au peuple israélien au cours de sa longue carrière de plusieurs décennies", déclare M. Herzog dans un message sur X.

"En tant que premier président américain à s'être rendu en Israël en temps de guerre (...) et en tant que véritable allié du peuple juif, il est un symbole du lien indéfectible entre nos deux peuples", a-t-il ajouté.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a loué Joe Biden pour son "inébranlable soutien à Israël au fil des années". "Votre soutien ferme, en particulier pendant la guerre, a été inestimable", a-t-il ajouté, le remerciant pour son "leadership" et son "amitié".

Ukraine

Le président Volodymyr Zelensky a remercié Joe Biden pour les "mesures courageuses" qu'il a prises pour soutenir l'Ukraine, saluant sa "décision difficile mais forte" de ne pas se représenter.

France

"Un grand président, un grand homme : Joe Biden choisit l'intérêt de son pays. Acteur du progrès aux Etats-Unis, ardent défenseur de la démocratie et de la stabilité du monde, il parachève ce soir son œuvre politique avec courage et sagesse", a salué sur X la présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet.

Japon

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a estimé que le retrait de Joe Biden était "la meilleure décision politique qu'il pouvait prendre", qualifiant l'alliance Japon-Etats-Unis de "pierre angulaire de la diplomatie et de la sécurité" japonaise.

Pologne

Le Premier ministre polonais Donald Tusk a rendu hommage au président Biden en estimant qu'il rendait "la démocratie plus forte".

"Vous avez pris de nombreuses décisions difficiles grâce auxquelles la Pologne, l'Amérique et le monde sont plus sûrs et la démocratie plus forte", a réagi le dirigeant polonais sur X.

"Je sais que vous étiez animés par les mêmes motivations lorsque vous avez annoncé votre décision finale. Probablement la plus difficile de votre vie".

Allemagne

A Berlin, le chancelier Olaf Scholz a salué une décision qui mérite "le respect".

"Mon ami Joe Biden a accompli beaucoup de choses : pour son pays, pour l'Europe, pour le monde", a écrit le chancelier sur X, ajoutant: "sa décision de ne pas se représenter mérite le respect".

Royaume-Uni

Le Premier ministre britannique Keir Starmer a dit "respecter" la décision du président américain.

"Je sais que comme il l'a fait tout au long de sa remarquable carrière, il aura pris sa décision en fonction de ce qu'il estime être le mieux pour le peuple américain", a-t-il ajouté sur X.

Canada

"Je connais le président Biden depuis des années. C'est un grand homme, et tout ce qu’il fait est guidé par l'amour qu'il porte à son pays. En tant que président, il est un partenaire des Canadiens et un véritable ami", a écrit le Premier ministre canadien Justin Trudeau sur X.

Australie

Le Premier ministre australien Anthony Albanese a salué le "leadership" de Joe Biden et son engagement "en faveur des valeurs démocratiques, de la sécurité internationale, de la prospérité économique et de l'action climatique pour les générations actuelles et futures".

Venezuela

"Je pense qu'il a pris la décision la plus sensée et la plus correcte. Il a donné la priorité à sa famille, à sa santé et s'est rendu compte qu'à cet âge, avec la santé fragilisée, il ne pouvait plus tenir les rênes de son pays et encore moins (présenter) une nouvelle candidature", a réagi Nicolas Maduro, le président du Venezuela sous sanctions américaines.