L'Europe attend sa première usine de semi-conducteurs de pointe

A Dresde est déjà implantée l’usine du fabricant allemand de semi-conducteurs Bosch.(AFP)
A Dresde est déjà implantée l’usine du fabricant allemand de semi-conducteurs Bosch.(AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 22 décembre 2021

L'Europe attend sa première usine de semi-conducteurs de pointe

  • Les problèmes actuels dans la chaîne logistique mondiale ont en effet mis en lumière le caractère crucial des semi-conducteurs
  • Selon son patron Pat Gelsinger, Intel veut implanter en Europe deux unités de production à 10 milliards d'euros et 1.500 employés chacune

PARIS : Le géant américain des semi-conducteurs Intel devrait annoncer début 2022 le lieu choisi pour implanter une usine de fabrication de semi-conducteurs de pointe, dans une course où l'Allemagne fait figure de grande favorite.

Selon son patron Pat Gelsinger, Intel veut implanter en Europe deux unités de production à 10 milliards d'euros et 1.500 employés chacune, potentiellement complétées à l'avenir par six autres - soit un investissement potentiel de 80 milliards d'euros.

Le groupe veut y fabriquer des composants à très grande finesse de gravure, de l'ordre de quelques nanomètres. Un projet en phase avec l'ambition du commissaire européen Thierry Breton qui juge "stratégique" pour l'Union européenne de disposer de telles usines.

Les problèmes actuels dans la chaîne logistique mondiale ont en effet mis en lumière le caractère crucial des semi-conducteurs, incorporés à un nombre croissant de produits, allant des appareils électriques ou électroniques aux voitures. Une pénurie mondiale de ces composants, aujourd'hui surtout fabriqués en Asie, a notamment causé plusieurs fermetures d'usines automobiles ces derniers mois. 

Pour beaucoup d'experts, le région de Dresde en Allemagne, où sont déjà implantés des grands noms des puces électroniques (Bosch, Global Foundries, Infineon...), tient la corde pour accueillir le projet d'Intel.

Dresde "semble cocher toutes les cases", souligne Jean-Christophe Eloy, président de la société d'études Yole Développements, spécialisée sur le marché des semi-conducteurs: la région environnante de Saxe, parfois surnommée "Silicon Saxony" par analogie avec la Silicon Valley californienne, dispose notamment de foncier et d'un potentiel de main d'oeuvre très important, avec notamment la proximité de la Pologne et de la République tchèque, explique-t-il.

Franck Bösenberg, directeur de l'association "Silicon Saxony" qui regroupe les acteurs locaux du secteur, a confirmé à l'AFP que des "discussions sont toujours en cours" pour accueillir le méga-projet d'Intel.

La zone bénéficie "d'une excellente base de main-d'œuvre qualifiée, un très bon environnement de formation (initiale) (...) un excellent environnement de recherche, (...) des fournisseurs importants et, ce qui est également important, l'expérience existante des pouvoirs publics, par exemple en matière de procédures d'autorisation", a-t-il fait valoir.

L'ouverture d'une usine de semi-conducteurs par Bosch cette année, six mois plus tôt que prévu initialement, montre que cette puissance de feu peut vraiment être mise en branle rapidement. "Or le temps ou la vitesse sont évidemment extrêmement importants dans notre secteur", a-t-il estimé.

La Bavière est également candidate à l'implantation de la "méga-fab" d'Intel. Mais ses chances semblent plus réduites, notamment en raison de l'encombrement physique d'un tel projet et des tensions déjà existantes sur le marché local de l'emploi.

L'usine aurait "une superficie de 700 terrains de football, un besoin quotidien en eau comparable à la consommation d'eau journalière d'environ 1 million de personnes", dénonce aussi la branche locale de l'association de défense de l'environnement Bund Naturschutz, qui a lancé une pétition contre le projet dont cette région prospère "n’a pas besoin".

Besoins « trop importants »

La France a un temps fait figure d'implantation possible pour le projet Intel. Mais ce choix paraît désormais assez improbable, selon des sources au sein des collectivités locales dans les régions qui auraient pu être concernées: l'Auvergne-Rhône-Alpes (sud-est) autour de Grenoble, le pôle français le plus important en matière de semi-conducteurs, ou l'Ile-de-France autour de Paris. 

"La métropole de Grenoble n'est pas sur ce projet", a laconiquement indiqué à l'AFP sa porte-parole. "A priori on ne se dirige pas vers un projet en Auvergne-Rhône-Alpes, ni même français", a ajouté une autre source locale ayant eu connaissance du dossier.

"On a arrêté assez tôt de travailler sur ce projet, les besoins d'Intel étaient trop importants", notamment en foncier, a également dit à l'AFP une source en région parisienne.

Selon Jean-Christophe Eloy, la France mais aussi l'Italie pourraient cependant être intégrées sous une autre forme dans le projet d'Intel.

L'Italie pourrait par exemple accueillir une usine plus en aval dans le cycle de production, chargée d'assembler les composants fabriqués dans l'usine de fabrication proprement dite.

"Et il y aura certainement une annonce en France" prédit-il. "Le projet qui apparaitrait évident, c'est un laboratoire de recherche commun" avec le laboratoire de recherche du CEA-Leti à Grenoble, avec lequel Intel a déjà une très forte collaboration.


Trois nouveaux hôtels s’ajoutent à la liste impressionnante de stations balnéaires de la mer Rouge

Parmi ces hôtels figurent le Ritz-Carlton Reserve et Miraval – les premiers à être opérationnels au Moyen-Orient – et la chaîne hôtelière internationale de luxe Rosewood. (Photo fournie)
Parmi ces hôtels figurent le Ritz-Carlton Reserve et Miraval – les premiers à être opérationnels au Moyen-Orient – et la chaîne hôtelière internationale de luxe Rosewood. (Photo fournie)
Short Url
  • Ritz-Carlton Reserve, Miraval et Rosewood ont signé des contrats avec la Red Sea Development Company
  • «Le projet de la mer Rouge compte 12 chaînes d’hôtels confirmées et démontre la volonté croissante des dirigeants mondiaux de participer à l’expansion du marché touristique saoudien», estime John Pagano, PDG de la Red Sea Development Company

RIYAD: Trois nouveaux contrats de gestion hôtelière ont été conclus avec des chaînes d’hôtels internationales afin d’exploiter des complexes durant la première phase de développement de du projet de la mer Rouge, a confirmé mardi la Red Sea Development Company (TRSDC). Cette annonce a été faite lors du Future Hospitality Summit à Riyad.

Parmi ces hôtels figurent le Ritz-Carlton Reserve et Miraval – les premiers à être opérationnels au Moyen-Orient – et la chaîne hôtelière internationale de luxe Rosewood. «Cette annonce témoigne de la confiance de l’industrie dans le projet de la mer Rouge, qui compte à présent 12 chaînes d’hôtels confirmées et démontre la volonté croissante des dirigeants mondiaux de participer à l’expansion du marché touristique saoudien. Avec l’entrée inédite de deux nouvelles chaînes dans la région, l’avenir du tourisme dans le Royaume s’annonce radieux», affirme John Pagano, PDG de TRSDC.
 

image 4
Lorsqu’il sera achevé en 2030, le projet comprendra 50 stations balnéaires, proposant jusqu’à 8 000 chambres d’hôtel et plus de 1 000 propriétés résidentielles sur 22 îles et 6 sites intérieurs. (Photo fournie)

Le Ritz-Carlton Reserve est situé sur les îles idylliques d’Oummahat, tandis que Miraval et Rosewood sont localisés sur l’île de Shoura, le centre principal du projet. La nouvelle chaîne d’hôtels compte au total près de 500 chambres d’hôtel sur les 3 000 prévues pour la première phase. «Avec notre groupe de partenaires mondialement reconnus et respectés, nous sommes ravis de jouer notre rôle dans l’ouverture de cette partie unique et inconnue du monde, tout en établissant de nouvelles références en matière de développement durable», explique M. Pagano.

«Noujouma, hôtel de la chaîne Ritz-Carlton Reserve, proposera une expérience de loisirs hautement personnalisée associant un service intuitif à une beauté naturelle époustouflante et à un design local. Le complexe sera entouré d’une beauté naturelle intacte et conçu pour se fondre parfaitement dans l’environnement», indique Jérôme Briet à Arab News, directeur du développement de Marriott International pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique.

«Nous travaillerons en étroite collaboration avec l’équipe de TRSDC pour promouvoir l’ensemble de la destination, ainsi que Noujouma, qui sera une destination en soi. C’est également là que le potentiel du système de distribution de Marriott, de nos canaux et de nos partenaires jouera un rôle clé. Lorsqu’il ouvrira ses portes, le complexe aura également accès à un réseau de plus de 160 millions de membres dans le cadre de notre programme de fidélité, Marriott Bonvoy, auquel Ritz-Carlton Reserve a récemment adhéré», ajoute-t-il. 

Pour sa part, Ludwig Bouldoukian, vice-président régional et du développement pour le Moyen-Orient et Afrique de Hyatt Hotels Corporation, a évoqué l’avenir prometteur de la mer Rouge en Arabie saoudite. «Miraval The Red Sea sera, avec le Grand Hyatt Read Sea, le deuxième hôtel Hyatt à ouvrir ses portes dans le cadre de la première phase du projet de développement de la mer Rouge. C’est une grande fierté pour Hyatt de jouer un rôle aussi central dans ce projet et de pouvoir collaborer avec des propriétaires qui partagent nos valeurs et nos ambitions. Nous sommes impatients de faire découvrir à nos clients un nouveau niveau de luxe et de bien-être, synonyme de la marque Miraval, où l’accent est mis sur la pleine conscience et la création d’un équilibre. Nous sommes convaincus que cette propriété sera un ajout unique au projet de la mer Rouge», précise M. Bouldoukian à Arab News.

image 4
Jérôme Briet, directeur du développement de Marriott International pour l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique. (Photo fournie)

Turquie: la banque centrale refuse de relever son taux directeur pour contrer l'inflation

La livre turque s'échangeait jeudi après-midi autour de 16,4 livres pour un dollar. (Photo d'illustration, AFP)
La livre turque s'échangeait jeudi après-midi autour de 16,4 livres pour un dollar. (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • Le président Recep Tayyip Erdogan, qui estime à rebours des théories économiques classiques que les taux d'intérêt élevés favorisent l'inflation, avait contraint la banque centrale à abaisser son taux directeur de 19% à 14%
  • La livre turque a ainsi vu sa valeur fondre de 44% face au dollar en 2021 et a encore perdu 23% face au billet vert depuis le 1er janvier, malgré des interventions répétées de la banque centrale.

ISTANBUL : La banque centrale turque a maintenu jeudi pour le cinquième mois consécutif son principal taux directeur à 14%, refusant de relever ce dernier pour tenter d'endiguer une inflation de 70%, au plus haut depuis 20 ans et que la guerre en Ukraine risque d'accentuer encore.

Le président Recep Tayyip Erdogan, qui estime à rebours des théories économiques classiques que les taux d'intérêt élevés favorisent l'inflation, avait contraint la banque centrale à abaisser son taux directeur de 19% à 14% entre septembre et décembre, provoquant l'effondrement de la monnaie nationale.

La livre turque a ainsi vu sa valeur fondre de 44% face au dollar en 2021 et a encore perdu 23% face au billet vert depuis le 1er janvier, malgré des interventions répétées de la banque centrale. 

Les rumeurs d'intervention turque en Syrie ces derniers jours l'ont encore enfoncée.

La livre turque s'échangeait jeudi après-midi autour de 16,4 livres pour un dollar, à des niveaux qui n'étaient plus atteints depuis décembre 2021, quand la livre avait connu son plus bas historique à 18,4 livres pour un dollar.  

"Le processus de désinflation débutera avec le rétablissement d'un environnement de paix dans le monde et la disparition des effets de base de l'inflation", indique la banque centrale dans un communiqué pour justifier sa décision.

Conséquence de l'effondrement de la livre turque et de l'envol des cours de l'énergie notamment, l'inflation s'est envolée à 69,97% sur un an en avril, selon les chiffres officiels, au plus haut depuis l'arrivée au pouvoir en 2002 du Parti de la justice et du développement (AKP) du président Erdogan.

Au pouvoir depuis dix-neuf ans comme Premier ministre puis comme président, le chef de l'Etat espère être réélu lors de la prochaine élection présidentielle, prévue en juin 2023.

Recep Tayyip Erdogan, qui a bâti ses succès électoraux des deux dernières décennies sur ses promesses de prospérité, a assuré fin avril que l'inflation "commencera à ralentir après le mois de mai".

 


Le Japon rouvre progressivement ses portes aux touristes

Des gens traversent une rue du quartier de Ginza à Tokyo le 21 mai 2022. (Photo, AFP)
Des gens traversent une rue du quartier de Ginza à Tokyo le 21 mai 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le gouvernement nippon a révisé les règles de contrôle aux frontières pour recommencer à accepter les voyages en groupe pour des touristes en provenance de 36 pays et régions où la situation liée à la Covid-19 est relativement stable
  • Le mois prochain, la limite quotidienne d'entrée au Japon sera doublée et portée à 20 000 personnes

TOKYO: Le Japon a annoncé jeudi qu'il rouvrirait ses portes aux touristes de 36 pays à partir du 10 juin, mettant fin ainsi à une fermeture des frontières de deux ans pour cause de pandémie, mais les voyageurs ne pourront entrer qu'en groupe.  

Cette décision est survenue après l'annonce par le gouvernement la semaine dernière qu'il testerait des voyages organisés en petits groupes avec des touristes venant des États-Unis, d'Australie, de Thaïlande et de Singapour à partir de ce mois-ci.  

Jeudi, le gouvernement nippon a révisé les règles de contrôle aux frontières pour recommencer à accepter les voyages en groupe pour des touristes en provenance de 36 pays et régions où la situation liée à la Covid-19 est relativement stable, a-t-il déclaré dans un communiqué.  

Ces pays comprennent la Grande-Bretagne, l'Espagne, le Canada, l'Arabie saoudite et la Malaisie. 

Le Japon va également porter à sept le nombre d'aéroports acceptant des vols internationaux en ajoutant Naha, dans le département d'Okinawa (sud), et Chitose, près de Sapporo, dans le département de Hokkaido (nord).  

Pendant la majeure partie de la pandémie, le Japon a interdit l'accès à son territoire à tous les touristes et n'a autorisé que les citoyens japonais et les résidents étrangers à y revenir, même si ces derniers ont été périodiquement exclus.  

Tous les arrivants doivent être testés négatifs avant de se rendre au Japon et la plupart doivent être testés à nouveau à leur arrivée, bien que les personnes triplement vaccinées provenant de certains pays puissent éviter le test supplémentaire, ainsi qu'une quarantaine de trois jours exigée pour les autres.  

Les groupes touristiques seront encadrés et devront veiller à ce que les visiteurs étrangers respectent le port du masque et d'autres mesures ayant permis de maintenir le nombre de victimes de Covid-19 à un niveau relativement bas au Japon.  

Le nombre total de personnes susceptibles de bénéficier de cette réouverture progressive et prudente reste incertain.  

Le mois prochain, la limite quotidienne d'entrée au Japon sera doublée et portée à 20 000 personnes, mais les groupes de touristes ne devraient pas être comptabilisés dans ce chiffre, selon des médias locaux.  

Le Premier ministre japonais Fumio Kishida a déclaré qu'il souhaitait assouplir les mesures de contrôle aux frontières, mais on s'attend à ce que les choses aillent lentement, le public étant favorable aux restrictions actuelles.  

Avant la pandémie, le Japon misait de plus en plus sur le tourisme pour soutenir son économie. En 2019, il avait accueilli 31,9 millions de visiteurs étrangers, un nouveau record, et visait la barre des 40 millions en 2020, l'année où les jeux Olympiques de Tokyo devaient initialement se tenir. 

La pandémie avait ruiné cet objectif et les JO s'étaient tenus à huis clos en 2021.