Elections reportées en Libye: les raisons d'un fiasco

Les candidats aux élections présidentielles libyennes Ahmed Maiteeq (à gauche) et Fathi Bashagha (au centre) arrivent pour une réunion avec le chef militaire oriental de la Libye, Khalifa Haftar, dans la ville de Benghazi le 21 décembre 2021.(AFP)
Les candidats aux élections présidentielles libyennes Ahmed Maiteeq (à gauche) et Fathi Bashagha (au centre) arrivent pour une réunion avec le chef militaire oriental de la Libye, Khalifa Haftar, dans la ville de Benghazi le 21 décembre 2021.(AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 23 décembre 2021

Elections reportées en Libye: les raisons d'un fiasco

  • Loi électorale contestée, candidats controversés, tensions sur le terrain... Le scénario d'un report se dessine depuis des semaines
  • La Haute commission électorale libyenne (HNEC) a proposé mercredi de reporter d'un mois l'élection présidentielle du 24 décembre

TRIPOLI : L'absence de consensus sur la base juridique du scrutin, des conflits d'intérêts et certaines lacunes de la médiation onusienne expliquent en partie l'échec à tenir l'élection présidentielle en Libye le 24 décembre, estiment des experts.

La Haute commission électorale libyenne (HNEC) a proposé mercredi de reporter d'un mois l'élection présidentielle du 24 décembre, peu après qu'une commission du Parlement a conclu à l'"impossibilité" de la tenir à cette date.

C'est un accroc majeur dans le processus de transition parrainé par l'ONU, censé sortir ce pays d'Afrique du Nord d'une crise majeure qui perdure depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. 

Loi électorale contestée, candidats controversés, tensions sur le terrain... Le scénario d'un report se dessine depuis des semaines.

Un symbole de l'ancien régime en la personne de Seif al-Islam Kadhafi, fils du défunt dictateur, l'homme fort de l'Est Khalifa Haftar qui a mis le pays à feu et à sang en envoyant ses troupes conquérir la capitale, en vain, où encore l'actuel Premier ministre par intérim Abdelhamid Dbeibah qui s'était engagé à ne pas concourir, figuraient ainsi parmi les candidats les plus en vue à une élection pourtant censée inaugurer une Libye nouvelle. 

Et pour ajouter à la confusion, l'émissaire de l'ONU pour la Libye Jan Kubis a jeté l'éponge un mois avant la présidentielle. 

« Véritable catastrophe »

Comment expliquer ce fiasco? "Il y a eu des fautes partagées, des fautes de la part de l'ONU et une attitude d'une extrême mauvaise foi de la part des acteurs libyens", décrypte pour l'AFP Jalel Harchaoui, du centre de réflexion Global Initiative.

Le processus a déraillé quand Aguilah Saleh, le chef du Parlement siégeant à Tobrouk (est) a promulgué en septembre, sans vote, une loi électorale controversée taillé sur mesure pour son allié Khalifa Haftar, avant de se porter lui-même candidat.

C'est M. Saleh "en personne, et non pas le Parlement, qui a été responsable des lois électorales qui sont une véritable catastrophe. Cet obstacle de nature légale et législative, a été absolument capital pour expliquer l'échec des élections", souligne M. Harchaoui.

Le texte, qui permettait au maréchal Haftar en cas de défaite de retrouver son poste à la tête de son autoproclamée armée dans l'Est, au grand dam du camp de Tripoli, a été approuvé par M. Kubis, l'émissaire de l'ONU, malgré les critiques qu'il suscitait au sein de la classe politique. 

"A partir de là, l'ONU a perdu toute marge de manoeuvre", ajoute M. Harchaoui.

« Consensus »

Pour Emadeddin Badi, chercheur au sein du même centre de réflexion, "on peut blâmer autant qu'on veut les acteurs politiques nationaux, c'était la responsabilité de la Mission onusienne d'assurer la médiation pour accompagner la transition post-LPDF (Forum de dialogue politique libyen, nom du processus politique), d'une manière propice à la tenue d'élections, avec un minimum de consensus, et sans avoir une crise fabriquée par ce processus".

"Cela ne veut pas dire que les politiciens libyens n'ont pas de responsabilité mais c'était une décision presque volontaire de leur passer le volant de la transition et c'était presque inévitable qu'on en arrive là", ajoute-t-il à l'AFP.

Malgré les signaux d'alerte, la communauté internationale s'est accrochée à la tenue des élections à la date prévue, y voyant un remède à tous les maux de la Libye sans tenir compte du caractère problématique de la loi électorale.

Les élections "ne sont pas la solution miracle qui peut assurer la stabilité politique de la Libye", soutient Hamish Kinnear, de l'institut Verisk Maplecroft, selon lequel une victoire d'un des trois principaux candidats que sont Abdelhamid Dbeibah, Khalifa Haftar ou Seif al-Islam Kadhafi "aurait été contestée".

Critiquant lui aussi le soutien "mal-avisé" de l'émissaire de l'ONU à la loi électorale contestée, Wolfram Lacher, expert de la Libye à l'Institut allemand SWP, estime que M. Kubis n'aurait pas réussi à faire imposer ce texte sans le soutien d'acteurs étrangers impliqués dans le dossier libyen comme la France et l'Egypte.

"Dès l'adoption de la loi d'Aguilah Saleh, les scénarios d'un échec du processus se sont multipliés, ainsi que les mises en garde. C'était comme si on assistait au ralenti à un accident de train sur le point de se produire", a écrit M. Lacher sur Twitter.


La ministre des EAU affirme que les jeunes sont le principal outil pour construire un avenir durable

La ministre de la Culture et de la Jeunesse des Émirats arabes unis, Noura bent Mohammed al-Kaabi. (Fichier/AFP)
La ministre de la Culture et de la Jeunesse des Émirats arabes unis, Noura bent Mohammed al-Kaabi. (Fichier/AFP)
Short Url
  • «Les jeunes sont le véritable capital et le principal outil de notre chemin vers la croissance pour construire un avenir durable»
  • La Federal Youth Authority a été créée pour mettre en œuvre trente-cinq initiatives relatives à la jeunesse à travers quinze centres créatifs destinés aux jeunes dans tout le pays

DUBAÏ: La ministre de la Culture et de la Jeunesse des Émirats arabes unis, Noura bent Mohammed al-Kaabi, a affirmé que le fait d’investir dans la jeunesse et de lui donner les moyens d'apporter une contribution à son pays et à sa communauté était le fondement du développement d'une nation.

«Les jeunes sont le véritable capital et le principal outil de notre chemin vers la croissance pour construire un avenir durable. Afin de les préparer à de futurs postes de dirigeants, il est impératif de les inclure dès aujourd’hui dans des rôles décisionnels clés», a-t-elle déclaré dans un communiqué à l'occasion de la Journée internationale de la jeunesse, célébrée chaque année le 12 août.

Le gouvernement des Émirats arabes unis (EAU), a-t-elle soutenu, tient à entendre la voix des jeunes et à leur donner les moyens d'atteindre leurs objectifs.

La Stratégie nationale pour les secteurs culturels et créatifs est l'une des approches qui permet aux EAU d'investir dans les jeunes talents prometteurs et «contribue à encourager la créativité et à capter leur énergie dans le but de travailler pour un avenir durable», selon WAM, l'agence de presse officielle.

Les EAU ont également lancé des initiatives et ils ont trouvé des organisations spécialisées qui répondent aux besoins des jeunes.

Parmi elles, la Federal Youth Authority (Autorité fédérale de la jeunesse, ou FYA) a été créée pour mettre en œuvre trente-cinq initiatives relatives à la jeunesse à travers quinze centres créatifs destinés aux jeunes dans tout le pays. Son but est que la population jeune prenne part aux différents secteurs de la société.

La ministre a en outre affirmé que les EAU se concentraient également sur les jeunes du monde entier.

«C'est la raison pour laquelle la jeunesse arabe, pendant dix années consécutives, a jeté son dévolu sur les EAU le considérant comme le meilleur pays où vivre et travailler. Cela montre que la stratégie du pays qui vise à attirer des jeunes créatifs, à prendre soin d’eux et à leur fournir un environnement propice porte ses fruits et renforce les capacités du pays et de sa jeunesse», a-t-elle déclaré.

 

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Tunisie: deux soldats blessés dans un accrochage avec des djihadistes présumés

Les autorités tunisiennes affirment avoir réalisé des progrès significatifs dans la lutte contre les djihadistes. (Photo, AFP)
Les autorités tunisiennes affirment avoir réalisé des progrès significatifs dans la lutte contre les djihadistes. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'accrochage s'est produit au cours d'une opération de l'armée dans la zone du Mont Salloum, près de Kasserine, se trouvent des maquis djihadistes
  • « Il y a eu des blessés parmi les terroristes qui ont pris la fuite" et "deux militaires ont subi des blessures sans gravité»

TUNIS : Deux soldats tunisiens ont été légèrement blessés vendredi dans un échange de tirs avec des djihadistes présumés dans une zone montagneuse du centre de la Tunisie, a appris l'AFP auprès du ministère de la Défense.

L'accrochage s'est produit au cours d'une opération de l'armée dans la zone du Mont Salloum, près de Kasserine (centre-ouest), ville proche de la frontière avec l'Algérie, où se trouvent des maquis djihadistes, selon les médias locaux.

"Il y a eu un échange de tirs entre des militaires et un groupe de terroristes dans la zone de Kasserine", a indiqué à l'AFP Mohamed Zekri, porte-parole du ministère de la Défense.

Selon lui, "il y a eu des blessés parmi les terroristes qui ont pris la fuite" et "deux militaires ont subi des blessures sans gravité".

Le dernier accrochage similaire en Tunisie remonte à mars dernier quand des djihadistes présumés avaient tiré sur des gendarmes à l'entrée d'une caserne de la garde nationale à Kairouan, grande ville située à environ 150 km à l'est de Kasserine.

Après la révolte populaire de 2011 en Tunisie, le pays a connu un essor des groupes djihadistes qui ont mené plusieurs attaques sanglantes ayant fait des dizaines de morts parmi les touristes et les forces de sécurité.

Les autorités tunisiennes affirment avoir réalisé des progrès significatifs dans la lutte contre les djihadistes.

La dernière attaque d'ampleur menée par les djihadistes contre les forces de sécurité remonte à 2016 à Ben Guerdane (sud-est) au cours de laquelle 13 membres des forces de sécurité et 7 civils avaient péri, de même que 55 djihadistes.


Alors que son mandat touche à sa fin, l’ambassadeur danois revient sur son séjour en Arabie saoudite

M. Moesby évoque certains de ses plus beaux souvenirs dans le Royaume, l’interaction avec la communauté locale aux voyages et l’épanouissement personnel qu’il a trouvé à travers la culture et le patrimoine de l’Arabie saoudite. (Photo/Yawed Abdullah)
M. Moesby évoque certains de ses plus beaux souvenirs dans le Royaume, l’interaction avec la communauté locale aux voyages et l’épanouissement personnel qu’il a trouvé à travers la culture et le patrimoine de l’Arabie saoudite. (Photo/Yawed Abdullah)
Les routes larges et peu encombrées de Riyad sont très agréables pour faire du vélo. (Photo fournie)
Les routes larges et peu encombrées de Riyad sont très agréables pour faire du vélo. (Photo fournie)
L’ambassadeur fait du vélo – pour défendre une cause – avec le personnel de l’ambassade dans le quartier diplomatique de Riyad. (Photo fournie)
L’ambassadeur fait du vélo – pour défendre une cause – avec le personnel de l’ambassade dans le quartier diplomatique de Riyad. (Photo fournie)
L’ambassadeur profite d’une balade à dos de chameau dans les déserts de Riyad, loin de l’agitation de la vie urbaine. (Photo fournie)
L’ambassadeur profite d’une balade à dos de chameau dans les déserts de Riyad, loin de l’agitation de la vie urbaine. (Photo fournie)
Short Url
  • Ole Emil Moesby est ambassadeur du Danemark auprès de l’Arabie saoudite, d’Oman, de Bahreïn, du Koweït et du Yémen depuis le 5 septembre 2017
  • L’ambassadeur soutient que les gens ne devraient pas se faire une opinion d’un pays sans l’avoir visité et sans s’approprier sa culture

RIYAD: L’ambassadeur du Danemark auprès de l’Arabie saoudite, Ole Emil Moesby, fera ses adieux au Royaume à la fin de sa période de service à Riyad, plus tard au cours du présent mois.

«Je tiens à dire merci du fond du cœur», déclare-t-il à Arab News. «J’ai passé un moment fantastique ici. On est plus ou moins touché lorsqu’il s’agit de changement, mais, en tant que diplomate, on est assez habitué à changer de pays.»

«Je n’ai jamais ressenti cela auparavant. J’ai l’impression d’abandonner quelque chose derrière moi. Cela va me manquer en raison de la façon dont j’ai été reçu et de l’inspiration que j’ai trouvée ici. Par ailleurs, la communication avec les gens a été extraordinaire», confie M. Moesby.

«L’expérience que j’ai vécue a été remarquable. Je tiens donc à dire merci.»

L’ambassadeur Ole Emil Moesby rend une visite de courtoisie au roi Salmane. (Photo fournie)
L’ambassadeur Ole Emil Moesby rend une visite de courtoisie au roi Salmane. (Photo fournie)

M. Moesby est ambassadeur du Danemark auprès de l’Arabie saoudite, d’Oman, de Bahreïn, du Koweït et du Yémen depuis le 5 septembre 2017. Son dernier jour de service est le 31 août.

S’adressant à Arab News, M. Moesby évoque certains de ses plus beaux souvenirs au Royaume, où il a passé cinq ans. Il parle de l’interaction avec la communauté locale, des voyages et de son épanouissement personnel grâce à la culture et au patrimoine de l’Arabie saoudite.

«Ce fut une période fantastique au cours de laquelle j’ai pu assister aux changements mis en place en Arabie saoudite», précise-t-il.

«Bien sûr, la région d’AlUla a connu un essor remarquable. Toutefois, même des endroits comme Yanbu ou Djeddah ont beaucoup changé, en réalité. Sans oublier Riyad, évidemment.»

L’ambassadeur est en équilibre sur le «Bout du monde» – Jebel Fihrayn –, qui fait partie de l’escarpement Tuwaiq, à Riyad, et comprend des falaises de 300 mètres de haut. (Photo fournie)
L’ambassadeur est en équilibre sur le «Bout du monde» – Jebel Fihrayn –, qui fait partie de l’escarpement Tuwaiq, à Riyad, et comprend des falaises de 300 mètres de haut. (Photo fournie)

«Il est en outre intéressant de constater de quelle manière l’évolution a changé les attitudes et la culture dans ces endroits, tout en gardant intact le patrimoine de ces lieux», explique M. Moesby.

L’ambassadeur a été témoin de nombreux changements, notamment l’ouverture de salles de cinéma dans le Royaume et la levée de l’interdiction de conduire imposée aux femmes, en 2018.

«C’est vraiment exceptionnel d’assister à cette évolution», poursuit-il. «J’ai assisté aux premières projections de films dans les cinémas et, auparavant, mon équipe de travail, essentiellement composée de femmes, était conduite à l’ambassade le matin. Désormais, elles conduisent elles-mêmes», fait-il observer.

«Ainsi, au lieu de connaître des problèmes de circulation comme c’était le cas autrefois, nous avons désormais des difficultés de stationnement», plaisante l’ambassadeur.

«C’est un changement notable qui restera dans ma mémoire une fois que je serai parti.»

L’ambassadeur s’est également rendu dans l’emblématique Centre du roi Abdelaziz pour la connaissance et la culture (Ithra) à Dhahran, construit par Saudi Aramco. (Photo fournie)
L’ambassadeur s’est également rendu dans l’emblématique Centre du roi Abdelaziz pour la connaissance et la culture (Ithra) à Dhahran, construit par Saudi Aramco. (Photo fournie)

M. Moesby soutient qu’il lisait Arab News tous les matins pour se tenir au courant des derniers événements.

«Tout a changé depuis le 5 septembre 2017. Ainsi, chaque jour, Arab News m’informe de ce qui se passe ici. Cela a été une expérience extraordinaire en raison des changements que vous avez mis en place», indique-t-il.

L’ambassadeur souligne la manière dont sa mission a renforcé les relations bilatérales entre le Danemark et l’Arabie saoudite grâce à des initiatives et des collaborations dirigées par l’ambassade.

«En tant qu’ambassadeur, il faut comprendre ce qui se passe en Arabie saoudite et en informer les Danois. Il faudrait également faire comprendre aux gens d’Arabie saoudite ce que pense le Danemark. C’est ainsi que s’établit une relation bilatérale», précise-t-il.

La plupart de ses initiatives s’articulent autour du commerce, des partenariats commerciaux et de la promotion des échanges culturels. L’une d’elles consiste à organiser un tournoi international de football féminin – la coupe Global Goals – en Arabie saoudite avec vingt-huit équipes venues de l’ensemble du Royaume.

«Nous avons été très actifs dans la mise en place du football féminin. Le tournoi que nous avons organisé a été un grand succès […] puisqu’il a également montré le rôle que les femmes peuvent jouer dans les événements sportifs», déclare-t-il.

Au mois de février, l’ambassade a organisé les célébrations du jubilé d’or de la reine Margrethe II du Danemark et l’ambassadeur a convié de jeunes artistes saoudiennes pour peindre un portrait de la reine en vue de commémorer l’événement.

«On assiste à un développement incroyable des capacités et des possibilités culturelles en Arabie saoudite. Pour la reine du Danemark, c’est un indicateur des bonnes relations à long terme entre l’Arabie saoudite et le Danemark», affirme M. Moesby.

L’ambassadeur Ole Emil Moesby a visité l’ancienne ville d’AlUla, une merveille archéologique située dans la région nord-ouest de Médine. (Photo fournie)
L’ambassadeur Ole Emil Moesby a visité l’ancienne ville d’AlUla, une merveille archéologique située dans la région nord-ouest de Médine. (Photo fournie)