Hong Kong: Des hommages à Tiananmen déboulonnés, les étudiants en deuil

Une vue générale montre des fleurs et des bougies placées sur le site de la statue de la «Déesse de la démocratie» après son retrait de l'Université chinoise de Hong Kong le 24 décembre 2021. (Bertha Wang/AFP)
Une vue générale montre des fleurs et des bougies placées sur le site de la statue de la «Déesse de la démocratie» après son retrait de l'Université chinoise de Hong Kong le 24 décembre 2021. (Bertha Wang/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 25 décembre 2021

Hong Kong: Des hommages à Tiananmen déboulonnés, les étudiants en deuil

  • Pékin a imprimé sa marque autoritaire sur l'ancienne colonie britannique après les grandes et parfois violentes manifestations de 2019
  • Au moins deux autres universités de Hong Kong abritent des statues de « la Déesse de la démocratie »

HONG KONG, Chine : Des étudiants de Hong Kong ont rendu symboliquement vendredi un hommage solennel à deux sculptures commémorant le mouvement pro-démocratie de Tiananmen déboulonnées dans la nuit par deux universités de la ville, où Pékin imprime sa marque autoritaire.

Désireuses d'effacer les hommages à la répression sanglante du 4 juin 1989 à Pékin, les autorités avaient déjà fait retirer la veille de l'université de Hong Kong (HKU) une autre statue à la mémoire des victimes de Tiananmen.

Hong Kong a longtemps été le seul endroit en Chine où la commémoration des événements de Tiananmen était tolérée.

Sur le campus de l'Université chinoise de Hong Kong (CUHK), la statue de la «Déesse de la démocratie » a été retirée avant l'aube, avant que quelques dizaines d'étudiants n'allument des bougies et posent des fleurs à la place.

Ceux qui se sont rassemblés, portaient des pancartes disant «Honte à CUHK» ou «Portée disparue: l'avez-vous vue ?». Des chants commémorant le soulèvement de Tiananmen ont été repris dans un mégaphone.

Cette statue de Chen Weiming était une réplique de six mètres de haut de celle érigée par les étudiants manifestant sur la place Tiananmen en 1989 et un puissant symbole du mouvement pro-démocratie à Hong Kong.

L'artiste, basé aux Etats-Unis, a exprimé auprès de l'AFP ses «regrets» et sa «colère ». «Ils agissent comme un voleur dans la nuit », a réagi M. Chen. « C'est le contraire d'être propre et honnête... Ils avaient peur d'être exposés et de subir un retour de bâton de la part des étudiants et des anciens élèves ».

- Honte -

Le sculpteur a assuré que son œuvre était un prêt et qu'il engagerait une action en justice si elle était endommagée. Il a dit envisager de demander son renvoi vers la Californie, où il dirige le Liberty Sculpture Park.

De son côté, l'université Lingnan a annoncé le retrait d'un bas-relief commémorant Tiananmen, oeuvre du même artiste. Un mur avec»la Déesse de la démocratie" a aussi été repeint, avant que n'apparaissent sur le campus des prospectus portant le caractère chinois signifiant»honte".

Deux jeunes femmes se disant anciennes étudiantes ont assuré être à l'origine de ces prospectus, expliquant être en colère après la décision de l'université.

« Ils effacent l'histoire. Je ne veux pas être obligée d'oublier », a expliqué une femme nommée Tsang, qui se dit originaire de Chine continentale.

« La décision de l'université de Lingnan est une insulte à la protection des monuments historiques et à la liberté académique », a critiqué un leader étudiant Eric Tong, tandis qu'une poignée d'étudiants déposaient des fleurs et des bougies à l'emplacement du bas relief.

« Ce qui se passe ces jours-ci sur les campus de l'université est un condensé de la société hongkongaise », a commenté Eri Lai, ancien président des étudiants de la CUHK, aujourd'hui à l'université de Georgetown aux Etats-Unis, se disant triste mais pas surpris.

« Les piliers de la libre expression, la diversité et les opinions contraires ne sont plus tolérées par le gouvernement », a-t-il ajouté. A l'époque, raconte-t-il, la direction du campus ne voulait déjà pas de la statue mais n'avait pas osé y toucher de peur d'être publiquement critiquée.

Pékin a imprimé sa marque autoritaire sur l'ancienne colonie britannique après les grandes et parfois violentes manifestations de 2019, avec notamment une draconienne loi de sécurité nationale.

Le syndicat étudiant de CUHK, connu pour son rôle actif dans la mouvement pro-démocratie de Hong Kong, a été démantelé en octobre.

Pour Horace Cheung, vice-président du DAB, le plus grand parti pro-chinois de Hong Kong, ôter ces statues est au contraire souhaitable.

« De nombreux valets politiques ont manipulé les sentiments populistes et incité à la haine en utilisant la bannière de la démocratie et de la liberté. Aujourd'hui, les Hongkongais peuvent enfin respirer librement et retrouver une vie normale », a-t-il écrit.

- D'autres statues ? -

Au moins deux autres universités de Hong Kong abritent des statues de « la Déesse de la démocratie » et vendredi, l'université baptiste de Hong Kong en a enfermé l'une d'elle dans une pièce de rangement.

La direction a indiqué qu'elle « examinait régulièrement son environnement pour s'assurer que les pièces exposées étaient légales et sans problème de sécurité ».

Dans une autre université, la City University de Hong Kong, la « Déesse de la démocratie » était toujours à sa place mais le leader étudiant du campus a indiqué avoir été prévenu qu'elle serait retirée en application de la loi sur la sécurité nationale, selon les médiaux locaux.

Avec cette loi, toute commémoration de Tiananmen est passible de poursuites.

La veillée annuelle du 4 juin est interdite depuis 2020, officiellement pour des raisons sanitaires et de sécurité. Plusieurs de ses organisateurs ont été arrêtés et un musée relatant la répression du mouvement étudiant chinois de 1989 a été fermé.


Le pape crée 21 cardinaux appelés à peser sur l'élection de son successeur

L'archevêque de Tanzanie Potrase Rugambwaa (R) est élevé au rang de cardinal par le pape François lors d'un consistoire visant à créer 21 nouveaux cardinaux sur la place Saint-Pierre au Vatican, le 30 septembre 2023. (AFP)
L'archevêque de Tanzanie Potrase Rugambwaa (R) est élevé au rang de cardinal par le pape François lors d'un consistoire visant à créer 21 nouveaux cardinaux sur la place Saint-Pierre au Vatican, le 30 septembre 2023. (AFP)
Short Url
  • Dans une Eglise catholique en pleine réflexion sur son avenir, les profils de ces «promus» reflètent les priorités fixées par Jorge Bergoglio qui a progressivement dessiné un Sacré Collège moins occidental
  • Neuvième Consistoire ordinaire depuis l'élection du jésuite argentin en 2013, cette cérémonie solennelle s'est tenue samedi matin sur la place Saint-Pierre de Rome, sous un grand soleil

CITÉ DU VATICAN, SAINT-SIÈGE: Des diplomates, de proches conseillers et des hommes de terrain: le pape François a créé samedi 21 cardinaux issus de quatre continents, dont la majorité seront appelés à élire un jour son successeur.

Dans une Eglise catholique en pleine réflexion sur son avenir, les profils de ces "promus" reflètent les priorités fixées par Jorge Bergoglio qui a progressivement dessiné un Sacré Collège moins occidental.

Neuvième Consistoire ordinaire depuis l'élection du jésuite argentin en 2013, cette cérémonie solennelle s'est tenue samedi matin sur la place Saint-Pierre de Rome, sous un grand soleil.

Vêtus de leur soutane rouge, les nouveaux cardinaux se sont agenouillés devant le pape pour recevoir la barrette - une toque quadrangulaire pourpre - et un anneau cardinalice.

"Courage!", "En avant!", a glissé le pape en souriant pour les encourager, sous les acclamations des milliers de fidèles, certains agitant des drapeaux de leur pays.

Parmi les 21 prélats appelés à assister le pape dans le gouvernement de l'Eglise, 18 - ceux qui sont âgés de moins de 80 ans - participeront au conclave appelé à élire le prochain pape.

Devant des cardinaux "originaires de toutes les parties du monde", François a comparé le collège cardinalice à un "un orchestre symphonique" où "la diversité est indispensable" mais où "chaque musicien doit écouter les autres".

«Rupture»

Sensible aux "périphéries" et aux communautés minoritaires, François cherche à promouvoir le clergé de pays en développement aux plus hauts rangs de l'Eglise, s'affranchissant de l'usage consistant à distinguer systématiquement certains archevêques titulaires de grands diocèses.

"Il cherche des cardinaux qui correspondent à l'époque. Ce sont des gens qui ont tous fait un pas par rapport à l'Eglise d'autrefois, qui assurent positivement une rupture", explique à l'AFP un observateur avisé du Saint-Siège. "Il aime les évêques qui sont dans l'action".

La liste des nouveaux cardinaux issus de 15 nationalités reflète ainsi des régions où l'Eglise est en expansion, comme l'Amérique latine et l'Afrique, avec la promotion des archevêques de Juba (Soudan du Sud), du Cap (Afrique du Sud) et de Tabora (Tanzanie).

L'Asie, qui a vu sa représentation croître en 10 ans, est représentée par l'évêque de Penang (Malaisie) et celui de Hong Kong, Stephen Chow Sau-Yan, vu comme pouvant jouer un rôle important pour améliorer les relations difficiles entre l'Eglise et Pékin.

Parmi les nouveaux entrants figurent deux Français, portant à six le nombre d'électeurs de l'Hexagone: l'évêque d'Ajaccio, Mgr François Bustillo, 54 ans, un Franciscain d'origine espagnole, et Christophe Pierre, 77 ans, nonce apostolique (ambassadeur du Saint-Siège) aux Etats-Unis après une riche carrière diplomatique.

Quelque 800 fidèles corses ont fait le déplacement pour assister à la cérémonie.

En tant que nonces, "nous sommes des intermédiaires, des serviteurs. Comme cardinal, je pense que ça ne changera pas", a déclaré Mgr Pierre à l'AFP, tout en reconnaissant sentir "un certain poids sur les épaules".

L'archevêque italien Pierbattista Pizzaballa est quant à lui le premier patriarche de Jérusalem en exercice - plus haute autorité catholique d'Orient - créé cardinal.

La ligne de François

L'Europe, dont la représentation a baissé en dix ans, est cette fois en bonne place avec huit représentants, dont le Portugais Américo Aguiar, 49 ans et benjamin de la liste.

A noter également, la distinction de trois proches du pape membres de la Curie, le "gouvernement" central du Saint-Siège: l'Italien Claudio Gugerotti, l'Argentin Victor Manuel Fernandez et l'Américain Robert Prevost.

La nomination des cardinaux est scrutée par les observateurs, qui y voient une indication sur la possible ligne du futur chef spirituel de l'Eglise catholique et de ses 1,3 milliard de fidèles revendiqués.

D'autant que le pape de 86 ans, qui se déplace désormais en fauteuil roulant, a laissé la "porte ouverte" à une renonciation, à l'image de son prédécesseur Benoît XVI, si sa santé déclinante le justifiait.

François a désormais choisi 99 cardinaux électeurs sur le total actuel de 137, soit près des trois quarts, tandis qu'environ 22% ont été créés par Benoît XVI et 6% par Jean-Paul II.

Cette répartition pourrait peser sur la majorité des deux tiers nécessaire pour élire un nouveau pape en augmentant la probabilité qu'il partage les idées de François, même si l'élection d'un pape est toujours imprévisible, comme le dit un vieux dicton romain: "Celui qui entre pape au conclave en ressort cardinal".


Tuerie de l'armée en RDC: peines allant de 10 ans à perpétuité requises contre six militaires

Le colonel Mike Mikombe (C), l'un des officiers de la Garde républicaine accusés, discute avec un officier militaire après l'audience au tribunal militaire de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 6 septembre 2023. (AFP)
Le colonel Mike Mikombe (C), l'un des officiers de la Garde républicaine accusés, discute avec un officier militaire après l'audience au tribunal militaire de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, le 6 septembre 2023. (AFP)
Short Url
  • La peine la plus lourde, la prison à vie, a été demandée contre le colonel Mike Mikombe, commandant de la garde républicaine à Goma, deux peines de 10 ans et trois de 20 ans ayant été requises contre les cinq autres accusés
  • Le procès se poursuit samedi avec les plaidoiries de la défense

GOMA, RD Congo: Des peines de prison allant de dix ans à la perpétuité ont été requises vendredi contre six militaires jugés à Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), pour la répression par l'armée d'une manifestation qui avait fait plus de 50 morts le 30 août.

La peine la plus lourde, la prison à vie, a été demandée contre le colonel Mike Mikombe, commandant de la garde républicaine à Goma, deux peines de 10 ans et trois de 20 ans ayant été requises contre les cinq autres accusés (un autre officier et quatre soldats de 2e classe).

Le colonel Mikombe s'est notamment rendu coupable de "crimes de guerre et crimes contre l'humanité", a déclaré, à l'issue d'un long réquisitoire, l'auditeur supérieur de la cour militaire du Nord-Kivu, le colonel Michel Kachil.

Le procès se poursuit samedi avec les plaidoiries de la défense.

En cours depuis le 5 septembre, les débats n'ont pas permis de répondre à toutes les questions sur les circonstances de la tuerie qui, selon un dernier bilan officiel, a fait 57 morts et provoqué un regain de tension à Goma, au cœur d'une région en proie aux violences armées et rébellions.

Après les faits, le gouvernement avait rapidement annoncé des arrestations de militaires et promis que justice serait faite.

Mais le ministre de l'Intérieur notamment, Peter Kazadi, avait indiqué que la garde républicaine était intervenue en représailles du lynchage d'un policier par des adeptes d'une secte qui avait appelé à manifester ce jour-là contre la présence des forces de l'ONU et d'Afrique de l'Est.

Or, les témoins appelés au procès, parmi lesquels deux colonels, ont affirmé que l'opération avait été lancée avant la mort du policier.

Les mêmes témoins ont aussi affirmé qu'avant la tuerie, des négociations entre l'armée et les fidèles avançaient bien, mais qu'au milieu des discussions, les militaires avaient ouvert le feu sur les adeptes désarmés.

La question restait de savoir si le colonel Mikombe, le principal accusé, avait donné l'ordre de tirer, et s'il l'avait fait pour répondre à des ordres ou de son propre chef.

Au procès, il a laissé entendre qu'il avait été induit en erreur par un "ordre opérationnel" de la 34e région militaire (Nord-Kivu) présentant les adeptes de la secte comme des "supplétifs" des rebelles du M23 et de l'armée rwandaise - qui occupent des pans entiers de la province - chargés de "faciliter l'infiltration de l'ennemi" en "semant des troubles dans la ville".

Par la suite, il avait demandé à l'audience que le gouverneur militaire du Nord-Kivu, rappelé pour "consultations" à Kinshasa après la tuerie et remplacé depuis à Goma par un autre officier, soit entendu par la cour. "On ne peut pas salir l'unité qui est la garde républicaine devant cette auguste cour parce qu'on doit protéger le gouverneur!", avait-il lancé.


Washington alerte sur un lourd déploiement militaire serbe à la frontière du Kosovo

Des officiers de police du Kosovo fouillent un restaurant et un bâtiment dans la partie nord dominée par les Serbes de la ville ethniquement divisée de Mitrovica, le 29 septembre 2023. (AFP)
Des officiers de police du Kosovo fouillent un restaurant et un bâtiment dans la partie nord dominée par les Serbes de la ville ethniquement divisée de Mitrovica, le 29 septembre 2023. (AFP)
Short Url
  • Washington «appelle la Serbie à retirer (ses) troupes», a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche, en annonçant un renforcement de la présence de la force de l'Otan au Kosovo
  • Les relations entre Belgrade, qui refuse toujours de reconnaître l'indépendance déclarée en 2008 par Pristina, vont de crise en crise mais le dernier accès de fièvre en date est le plus grave depuis plusieurs années

WASHINGTON: Les Etats-Unis ont alerté vendredi sur un "important déploiement militaire serbe le long de la frontière avec le Kosovo" à un moment où les tensions entre Pristina et Belgrade sont très vives.

Washington "appelle la Serbie à retirer (ses) troupes", a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche, en annonçant un renforcement de la présence de la force de l'Otan au Kosovo.

A Belgrade, le président serbe Aleksandar Vucic, rendant compte devant les médias d'un échange vendredi avec le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, a accusé Washington de proférer des "contre vérités" sans démentir explicitement la présence de militaires serbes près de la frontière avec le territoire.

Il a indiqué n'avoir "pas signé" pour ordonner le "plus haut niveau de préparation au combat" des forces serbes, et a assuré: "Nous n'avons même pas la moitié des troupes que nous avions il y a deux ou trois mois" dans la zone à proximité de la frontière avec le Kosovo.

Les relations entre Belgrade, qui refuse toujours de reconnaître l'indépendance déclarée en 2008 par Pristina, vont de crise en crise mais le dernier accès de fièvre en date est le plus grave depuis plusieurs années.

L'Otan s'est dite prête vendredi à renforcer les effectifs de la Kfor, la force qu'elle déploie au Kosovo, pour "faire face à la situation" après une attaque menée dimanche dans le nord par un commando lourdement armé.

L'alliance militaire ne précise pas quel type de forces pourrait être déployées, mais le ministère britannique de la Défense a indiqué de son côté qu'un bataillon, soit environ 500 à 650 hommes, avait été mis à disposition de la Kfor, en cas de besoin.

La Maison Blanche a observé "la mise en place sans précédent d'artillerie sophistiquée, de chars et d'unités d'infanterie" à la frontière du Kosovo, a détaillé John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, précisant que ces mouvements de troupes avaient eu lieu "depuis une semaine".

«Intentions»

Il n'a pas souhaité s'exprimer sur les "intentions" de la Serbie ou sur le risque d'une éventuelle invasion du Kosovo.

John Kirby a indiqué qu'Antony Blinken avait appelé le président serbe pour lui exprimer la "préoccupation" américaine et "souligner la nécessité d'une réduction immédiate des tensions et d'un retour au dialogue."

Le conseiller à la sécurité nationale américain Jake Sullivan s'est lui entretenu avec le Premier ministre kosovar Albin Kurti.

Dans un bref communiqué mercredi, Belgrade avait indiqué que le ministre de la Défense Milos Vucevic s'était rendu, avec le chef d'état-major des armées, le général Milan Mojsilovic, "dans la zone de déploiement d’une partie des unités de l'armée serbe", sans plus de détails.

Les relations entre la Serbie et le Kosovo sont toujours exécrables deux décennies après une guerre meurtrière entre guérilla indépendantiste kosovare et forces serbes qui ne prit fin qu'avec une campagne de bombardements de l'Otan.

Un policier kosovar albanais a été tué dimanche dans une embuscade dans le nord du Kosovo, où les Serbes sont majoritaires dans plusieurs villes. Une fusillade s'en est suivie, opposant les forces spéciales de la police kosovare et un commando lourdement armé, dont les membres identifiés sont des Serbes du Kosovo.

Environ 120 000 Serbes vivent au Kosovo, dont un tiers dans le nord, sur une population d'1,8 million d'habitants, en grande majorité des Albanais kosovars. Les dernières violences remontent au printemps, lorsque les autorités kosovares ont décidé de nommer des maires albanais dans quatre municipalités à majorité serbe.

Cette mesure a déclenché d'importantes manifestations, l'arrestation de trois policiers kosovars par la Serbie et une émeute de manifestants serbes qui a fait plus de 30 blessés parmi les soldats de la KFOR.