En photos: 2021, l'année de tous les désastres au Liban

2021, une année de mouvements de protestation stériles au Liban. (AFP).
2021, une année de mouvements de protestation stériles au Liban. (AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 31 décembre 2021

En photos: 2021, l'année de tous les désastres au Liban

  • Une autre année en enfer, les libanais s'y attendent, blasés
  • Retour sur une année qui a vu le pays dégringoler dans une crise économique si accrue qu'elle n'a pas eu de pareil depuis le milieu du 19e siècle

ATHENES: Une autre année en enfer, les libanais s'y attendent, blasés. Car après ce qu'ils ont subi en 2021, rien ne leur paraît plus improbable. Plus d'électricité? C'est fait. Plus d'eau potable? C'est fait. Plus de médicaments? C'est fait. Plus de carburant? C'est fait. Un pouvoir central inexistant qui ne décide plus de rien? C'est fait aussi. Sauf miracle, 2022 ne s'annonce pas plus douce pour les Libanais.

Retour sur une année qui a vu le pays dégringoler dans une crise économique si accrue qu'elle n'a pas eu de pareil depuis le milieu du 19e siècle.

Le PIB du Liban est ainsi passé d'environ 55 milliards de dollars en 2018 à 20,5 milliards de dollars en 2021. Une "contraction brutale" qui est "généralement associée à des conflits ou des guerres", selon la Banque mondiale.

hariri
Plus de huit mois après avoir été désigné pour former un gouvernement, Saad Hariri a annoncé sa récusation le 15 juillet 2020. (AFP).
tripoli
Aucune région du Liban n'a été épargnée par les manifestations, mais la capitale du Nord, Tripoli, a connu le plus gros lot. (AFP).
liban
A Beyrouth, les protestataires ont maintes fois réclamé la mise en application de la résolution 1559 de l'ONU: elle appelle au respect de la souveraineté et de l'indépendance politique du Liban, au retrait de toutes les troupes étrangères de son sol et à une élection présidentielle libre et équitable.
liban
La révolution, cet autre rêve brisé des Libanais. Entamé en octobre 2019, le mouvement ce sera écrasé sur l'autel des dissensions internes et de la pandémie. Elle a aussi été ravagée par l'explosion du port de Beyrouth du 4 août 2020. Plus d'un an après la gigantesque déflagration, l'enquête continue de piétiner faute de volonté politique et la "torche" de la révolution installée près du port n'est plus qu'un maigre symbole vide de sens. (AFP). 
liban
Riad Salamé, gouverneur de la Banque du Liban depuis les années 1990 et perçu aujourd'hui comme l'homme par qui le désastre économique et financier est arrivé. (AFP). 
liban
L'intellectuel chiite libanais, Lokman Slim, assassiné début 2021, pour ses positions clairement anti-Hezbollah. Zéro peur peut-on lire sur cette pancarte brandie par ses partisans après son assassinat. (AFP). 
liban
La veuve de Lokman Slim, Monika Borgmann, lors de la cérémonie rendant hommage à son mari. (AFP). 
liban
Toutes les prières n'auront pas suffi pour sortir le Liban du bourbier. Lors de sa visite à Chypre, le pape François a prié avec le cardinal Mgr Béchara Raì et l'Archevêque maronite de Chypre Sélim Sfeir. (AFP). 
liban
Les femmes, ces autres victimes de la crise au Liban. Ici, une campagne à Beyrouth contre les violences faites aux femmes. (AFP). 
liban
Un moment de douceur malgré tout, pour ce couple installé en bord de mer à Beyrouth. (AFP).
liban
Comme une crise ne vient jamais seule, les propos de l'ancien ministre de l'Education George Kordahi sur la guerre du Yémen a totalement plombé les relations de Beyrouth avec Riyad. Ce dernier a démissionné depuis. (AFP).
liban
Le secrétaire général Antonio Guterres à Beyrouth, l'air perplexe. Et il y a de quoi: la classe politique libanaise paralyse tout changement dans le pays. "La communauté internationale ne répondra probablement pas comme il le faut -abstraction faite de l'aide qui a déjà été fournie- si le pays est paralysé", a déclaré M. Guterres. 

 


Ankara et Téhéran s'efforcent de combler le «vide» laissé par Moscou en Syrie

Un soldat russe monte la garde dans le nord-est de la province de Hasakeh, en Syrie (Photo, AFP).
Un soldat russe monte la garde dans le nord-est de la province de Hasakeh, en Syrie (Photo, AFP).
Short Url
  • La crise ukrainienne risque d'accroître la dépendance du régime de Damas vis-à-vis de Téhéran, déclare un analyste à Arab News
  • Ankara et Téhéran soutiennent des camps rivaux dans le conflit syrien, l'Iran soutenant le régime d'Assad, tandis que la Turquie soutient l'opposition syrienne

ANKARA: Le retrait de dizaines de milliers de soldats russes de Syrie pour renforcer les troupes russes en Ukraine pourrait marquer un tournant dans le conflit syrien et conduire à une course entre Téhéran et Ankara pour combler le vide laissé par Moscou dans le pays, selon d’éminents analystes. 

La Russie, l'Iran et la Turquie sont les pays garants des pourparlers d'Astana sur la Syrie, qui visent à négocier un accord de paix permanent en réunissant les parties en conflit.

Cependant, la Russie a été la force d'équilibre dans ce trio, empêchant l’enracinement incontrôlé des milices soutenues par l'Iran.

Mais aujourd'hui, les bases russes abandonnées auraient été transférées au corps paramilitaire iranien des gardiens de la révolution (CGRI) et au Hezbollah, tandis que Téhéran devrait envoyer davantage de troupes en Syrie pour combler le vide laissé par le personnel militaire russe à destination de l'Ukraine.


Liban: Le gouvernement adopte un plan de redressement économique

Il s’agit une mesure indispensable pour obtenir l'aide internationale nécessaire en vue de relancer l’économie du Liban (Photo, Reuters).
Il s’agit une mesure indispensable pour obtenir l'aide internationale nécessaire en vue de relancer l’économie du Liban (Photo, Reuters).
Short Url
  • Cette réunion intervient cinq jours après des législatives marquées par une percée de candidats indépendants
  • Il reviendra au prochain gouvernement et au nouveau Parlement de mettre en oeuvre ce plan, qui comprend la restructuration et la recapitalisation des banques

BEYROUTH: Le gouvernement libanais a approuvé vendredi un plan de redressement économique, une mesure indispensable pour obtenir l'aide internationale nécessaire en vue de relancer son économie, qui s'effondre depuis plus de deux ans.

Cette réunion, la dernière du gouvernement de Najib Mikati, intervient cinq jours après des législatives marquées par une percée de candidats indépendants issus de la contestation populaire contre la classe politique.

Depuis 2019, le Liban est miné par la pire crise socio-économique de son histoire imputée par une grande partie de la population, des organisations internationales et pays étrangers à la corruption et l'inertie de la classe dirigeante, inchangée depuis des décennies.

"Tout retard dans la mise en oeuvre du plan de redressement économique coûtera très cher aux Libanais", a déclaré le Premier ministre Najib Mikati lors d'un point presse à l'issue de la réunion.

L'adoption de réformes ambitieuses, y compris la mise en oeuvre d'un plan de redressement économique, est l'une des nombreuses conditions exigées par le Fonds monétaire international (FMI) pour que le Liban puisse obtenir une aide financière cruciale.

Il reviendra au prochain gouvernement et au nouveau Parlement de mettre en oeuvre ce plan, qui comprend la restructuration et la recapitalisation des banques, et la protection des petits épargnants "dans la mesure du possible", selon le document officiel de cinq pages consulté par l'AFP.

Le plan évoque également la dissolution des banques en difficulté, tout en "protégeant les petits déposants".

Le gouvernement a par ailleurs augmenté les prix des télécommunications, une décision controversée dans un pays où la monnaie nationale a perdu plus de 90% de sa valeur.

A partir de juillet la facture d'Internet et des téléphones mobiles des Libanais va ainsi plus que doubler.

Jeudi, le ministre des Télécommunications Johnny Corm avait mis en garde contre l'effondrement de ce secteur en raison de la dévaluation de la monnaie.

En octobre 2019, un soulèvement populaire inédit avait été déclenché au Liban à la suite d'une décision du gouvernement d'imposer une taxe sur les appels effectués via l'application mobile WhatsApp. 


Cisjordanie: Les forces israéliennes ont tué un jeune Palestinien, affirme le ministre de la Santé

Cisjordanie: Les forces israéliennes ont tué un jeune Palestinien, affirme le ministre de la Santé
Short Url
  • «Un garçon de 17 ans a été tué, et un autre de 18 ans a été grièvement blessé par les balles de l'occupant israélien lors de son agression à Jénine», indique un communiqué de ce ministère.
  • Le camp de réfugiés de Jénine a été le centre de tensions récemment à la suite d'une vague d'attaques en Israël qui ont fait 19 morts

RAMALLAH: Un adolescent palestinien a été tué par les forces israéliennes samedi matin lors d'un raid à Jénine, en Cisjordanie occupée, a affirmé le ministère palestinien de la Santé.

"Un garçon de 17 ans a été tué, et un autre de 18 ans a été grièvement blessé par les balles de l'occupant israélien lors de son agression à Jénine", indique un communiqué de ce ministère.

Le camp de réfugiés de Jénine a été le centre de tensions récemment à la suite d'une vague d'attaques en Israël qui ont fait 19 morts.

Treize Palestiniens ont été blessés la semaine dernière lors d'une opération des forces israéliennes dans le camp au cours de laquelle un soldat israélien et un Palestinien ont également été tués.

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a identifié ce soldat israélien du nom de Noam Raz.

Le Palestinien a ensuite été identifié comme étant Daoud al-Zubaidi, un frère de Zakaria al-Zubaidi, qui dirigeait la branche armée du mouvement Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas et s'est brièvement évadé de la prison israélienne l'année dernière.

Les raids ont eu lieu quelques heures avant que les violences n'éclatent lors des funérailles de Shireen Abu Akleh, une journaliste d'Al Jazeera qui a été tuée la semaine dernière alors qu'elle couvrait un autre raid israélien dans le camp.

Lors de ses funérailles, la police israélienne a pris d'assaut les abords d'un hôpital de Jérusalem au moment où le corps de la journaliste était transporté pour l'enterrement, ce qui a provoqué un tollé international.