Rétrospective 2021 : Le PIF, cette force motrice qui stimule la diversification économique

Une photo montre la conférence annuelle de la Future Investment Initiative (FII) dans la capitale saoudienne Riyad le 27 octobre 2021. L'Arabie saoudite pourrait devenir neutre en carbone avant son objectif de 2060 si la technologie évolue assez rapidement, a déclaré le prince Abdelaziz ben Salmane, quelques jours avant la COP26. (Fayez Nureldine/AFP)
Une photo montre la conférence annuelle de la Future Investment Initiative (FII) dans la capitale saoudienne Riyad le 27 octobre 2021. L'Arabie saoudite pourrait devenir neutre en carbone avant son objectif de 2060 si la technologie évolue assez rapidement, a déclaré le prince Abdelaziz ben Salmane, quelques jours avant la COP26. (Fayez Nureldine/AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 02 janvier 2022

Rétrospective 2021 : Le PIF, cette force motrice qui stimule la diversification économique

  • La diversification économique en Arabie saoudite privilégie plusieurs secteurs non pétroliers
  • C'est le tourisme qui a donné le coup d'envoi aux grandes initiatives du PIF en 2021

DUBAÏ : L'année qui vient de s'écouler a été déterminante pour le Fonds d'investissement public (PIF). Le fonds souverain de l'Arabie saoudite a en effet annoncé une stratégie sur cinq ans en faveur d'une économie plus diversifiée dans le Royaume.

Cette stratégie s'inscrit dans la lignée du plan quinquennal lancé en 2017, en vertu duquel le gouvernement saoudien avait confié au PIF la mission de « piloter la transformation économique dans le pays ».

À la fin de l'année 2020, les actifs gérés par le PIF s'élevaient à environ 1 500 milliards de SAR (soit 400 milliards de dollars), ce qui représente le triple de la valeur enregistrée en 2015 (570 milliards de SAR).

Les objectifs du fonds souverain saoudien consistent à atteindre, voire dépasser, le double de cette croissance ; en portant la valeur des actifs sous gestion à quelque 4 000 milliards SAR d'ici à 2025 et en investissant plusieurs milliards de dollars en faveur du produit intérieur brut (PIB) du Royaume dans les secteurs non pétroliers.

 

La diversification économique en Arabie saoudite privilégie en effet plusieurs secteurs non pétroliers : le logement, les soins médicaux et les services financiers.

Mais c'est le tourisme qui a donné le coup d'envoi aux grandes initiatives du FIP en 2021.

FAITS MARQUANTS

En janvier, le Fonds souverain a lancé le projet Cruise Saudi qui propose une série de croisières de loisirs à travers le littoral du Royaume.

Le secteur du tourisme a été marqué par un autre grand projet : la société Soudah Development Co. a été inaugurée le mois suivant dans la région d'Asir, avec un investissement à hauteur de 11 milliards de SAR.

Le PIF a par ailleurs réalisé d'autres projets remarquables dans le domaine du tourisme, notamment The Rig, une destination touristique (150 000 m²) qui sera construite sur une plate-forme pétrolière offshore. Le fonds s'est associé à la société E1 Series pour organiser le premier championnat mondial de bateaux à moteur électrique. En outre, deux sociétés détenues par le PIF –  The Red Sea Development Co. et Amaala –  ont fusionné pour créer un centre touristique de premier plan sur la mer Rouge.

En janvier, le fonds a lancé Cruise Saudi qui propose une série de croisières de loisirs à travers le littoral du Royaume. Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la Vision 2030 de l'Arabie Saoudite qui vise à ouvrir le pays au monde.

Un autre projet majeur dans le domaine du tourisme, la Soudah Development Co. dans la région d'Asir, a été annoncé le mois suivant avec un investissement de 11 milliards de SAR.

Le PIF a par ailleurs réalisé d'autres projets remarquables dans le domaine du tourisme, notamment The Rig : une destination touristique (150 000 m²) construite sur une plate-forme pétrolière offshore. Le fonds s'est également associé à la société E1 Series en vue d’organiser le premier championnat mondial de bateaux à moteur électrique. En outre, deux sociétés détenues par le PIF - The Red Sea Development Co. et Amaala - ont fusionné pour créer un centre touristique de premier plan sur la mer Rouge.

Dans les mois qui ont suivi, le PIF a entrepris une série de démarches internes visant à étoffer son équipe et à profiter d'un plus grand nombre d'opportunités d'investissement nationales et internationales.

Deux gouverneurs adjoints ont rejoint le fonds en juin : Turqi Al-Nowaiser et Yazeed Alhumeid. Trois autres cadres supérieurs ont suivi : Eyas Al-Dossari, Omar Al-Madhi et Abdallah Shaker.

Le prince héritier Mohammed ben Salmane a déclaré que les investissements du fonds se sont chiffrés à environ 84 milliards de SAR cette année. L’objectif de cette croissance est de relancer l'économie saoudienne qui connaît un déficit depuis plusieurs années et qui a souffert de la chute historique des prix du pétrole au cours de l'année dernière.

Au mois de décembre, le prince héritier a annoncé que 75 milliards de SAR seront investis dans le projet dirigé par la société Central Jeddah Development appartenant au PIF. La nouvelle destination touristique disposera de plusieurs milliers de chambres d'hôtel et de résidences et sera entourée de grands complexes touristiques et de loisirs répartis sur 5,7 millions de m². 

Ce projet apportera 47 milliards de SAR à l'économie du Royaume d'ici à 2030.

Cette année a également connu de grands investissements du PIF dans des entreprises majeures, notamment l'acquisition de 25 % des parts d'Emaar The Economic City (la ville économique d'Emaar). Le PIF a également mis sur le marché une partie de ses parts dans STC, la plus grande entreprise de télécommunications du Royaume.

Aux côtés d'autres investisseurs, le PIF a conclu un accord de 410 millions de dollars pour le rachat du club de football Newcastle United, qui participe à la Premier League en Angleterre.

À la suite de cette opération médiatisée, le fonds saoudien est devenu le principal actionnaire de l'équipe de football britannique North East, dont il détient 80 % des parts.

Dans le souci de renforcer l'économie saoudienne, le PIF réalise des investissements au-delà des frontières du Royaume. En 2021, il a acheté des actions de Walmart (géant de la vente au détail) et de Pinterest (entreprise de médias sociaux) : il a ainsi triplé son portefeuille d'actions cotées en bourse aux États-Unis qui a atteint 43,45 milliards de dollars au troisième trimestre.

Les quatre années à venir seront déterminantes pour le PIF à mesure que le Royaume se rapprochera de son objectif pour l'année 2030.

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Un événement international sur les technologies de boisement se tiendra à Riyad

L'Initiative verte saoudienne et l'Initiative verte du Moyen-Orient visent à planter 10 milliards d'arbres. (SPA)
L'Initiative verte saoudienne et l'Initiative verte du Moyen-Orient visent à planter 10 milliards d'arbres. (SPA)
Short Url
  • Des experts discuteront des questions d'environnement, de climat, de durabilité et d'investissement

RIYAD : L'Exposition et le forum internationaux sur les technologies de boisement débutent dimanche à Riyad sous le patronage du prince héritier Mohammed ben Salmane.

L’évènement, organisé par le Centre national pour le développement de la couverture végétale et la lutte contre la désertification se tient au Centre international de conventions et d'expositions de Riyad, en coordination avec le ministère de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture.

Le ministre saoudien de l'environnement, de l'eau et de l'agriculture, Abdul Rahman Al-Fadhli, a déclaré que la Stratégie nationale pour l'environnement était une feuille de route permettant de réaliser les aspirations de la Vision saoudienne 2030 en matière de protection et de développement de l'environnement.

Talal S. Al-Rashid, consultant chez Gulf Energy pour la Consultation environnementale.
Talal S. Al-Rashid, consultant chez Gulf Energy pour la Consultation environnementale.

Il a souligné les efforts du prince héritier pour promouvoir la couverture végétale au niveau local, régional et international par le biais de plans ambitieux, notamment l'Initiative verte saoudienne, l'Initiative verte du Moyen-Orient, l'Initiative mondiale sur la réduction de la dégradation des terres et l'Initiative internationale pour les récifs coralliens.


USA: le gendarme boursier a demandé des explications à Elon Musk sur sa montée au capital de Twitter

Sur cette photo d'archive prise le 02 mai 2022, Elon Musk arrive pour le Met Gala 2022 au Metropolitan Museum of Art de New York (Photo, AFP).
Sur cette photo d'archive prise le 02 mai 2022, Elon Musk arrive pour le Met Gala 2022 au Metropolitan Museum of Art de New York (Photo, AFP).
Short Url
  • L'agence fédérale interroge aussi le patron de Tesla sur son choix initial du formulaire 13G
  • Elon Musk a passé un accord avec le conseil d'administration de la plateforme pour la racheter

SAN FRANCISCO: L'étau se resserre autour d'Elon Musk, accusé par des investisseurs et aussi désormais par le gendarme boursier américain, d'avoir révélé plus tard que prévu par la loi son investissement dans Twitter, qu'il est en train d'acheter.

L'autorité de régulation des marchés financiers américains, la SEC, a publié vendredi une lettre adressée au multimilliardaire le 4 avril, date à laquelle il avait annoncé avoir atteint plus de 9% du capital de Twitter.

La SEC se demande pourquoi il a attendu ce jour-là, alors qu'il avait dépassé les 5% le 14 mars. La loi impose aux investisseurs de rendre publiques leurs prises de participation au-delà de ce seuil dans les dix jours.

L'agence fédérale interroge aussi le patron de Tesla sur son choix initial du formulaire 13G, réservé aux investisseurs dits "passifs".

"Votre réponse doit mentionner, entre autres, vos déclarations publiques récentes", souligne la SEC, citant un tweet d'Elon Musk du 4 avril où il demandait à ses dizaines de millions d'abonnés s'ils pensaient que Twitter "applique rigoureusement les principes de la liberté d'expression".

Mercredi, des actionnaires de Twitter ont porté plainte contre le fantasque entrepreneur, qu'ils accusent d'avoir manipulé le marché pour faire des économies dans son opération de rachat du réseau social.

Eux aussi lui reprochent d'avoir retardé le moment où il a révélé être monté au capital de Twitter.

Ils estiment que l'homme le plus riche au monde a ainsi économisé quelque 156 millions de dollars, car s'il avait informé le marché dans les temps impartis, il aurait payé plus cher une partie des actions.

Elon Musk a passé un accord avec le conseil d'administration de la plateforme pour la racheter.

Et depuis début avril, la valeur du réseau social en Bourse fluctue au gré des tweets du multimilliardaire.

"Musk a fait des déclarations, envoyé des tweets et mené d'autres actions conçues pour semer le doute et faire baisser substantiellement l'action de Twitter pour se créer une marge de manœuvre qu'il espérait utiliser pour se retirer de la transaction ou renégocier le prix", affirme les actionnaires dans leur plainte.

Les avocats d'Elon Musk, Tesla et la SEC n'ont pas réagi à des sollicitations de l'AFP dans l'immédiat vendredi.

L'entrepreneur aux multiples casquettes (Tesla, SpaceX, Neuralink...) a déjà eu maille à partir avec le gendarme boursier américain à cause de sa propension à tweeter des informations qui font bouger les cours de ses sociétés cotées.

Suivi sur Twitter par plus de 95 millions de personnes, il a prévu de retirer la réseau social de la Bourse quand il en sera propriétaire.


Pétrole russe: pourquoi la Hongrie veut échapper à l'embargo

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Le Premier ministre hongrois Viktor Orban fait un geste en présentant les membres du nouveau gouvernement hongrois avant une cérémonie de prestation de serment au bâtiment du Parlement hongrois à Budapest le 24 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Le dirigeant hongrois, qui entend «protéger les familles hongroises» d'une insécurité énergétique inédite, est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays
  • Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine

BUDAPEST: A l'approche du Conseil européen de lundi, Viktor Orban persiste dans son refus de sevrer la Hongrie d'un pétrole russe bon marché, pierre angulaire d'une série de mesures populistes garantes de son maintien au pouvoir.

Le dirigeant hongrois est le dernier à bloquer le projet d'embargo et réclame une exemption pure et simple pour son pays.

Il entend "protéger les familles hongroises" d'une insécurité énergétique inédite, entre pénuries, flambée des prix et possible récession à la clé.


Si les Slovaques et les Tchèques semblent se satisfaire d'une dérogation de deux années, lui parle de "bombe atomique" lancée sur son économie et exige au moins le double de temps ainsi que près de 800 millions d'euros en financements européens pour adapter les installations. 


Car il lui faut transformer son unique raffinerie dans les environs de Budapest et doper la capacité de l'oléduc Adria qui part de Croatie.


Une surenchère faisant dire au ministre allemand de l'Economie, Robert Habeck, qu'il serait moins coûteux pour l'UE de faire l'embargo sans la Hongrie.


Depuis son retour au pouvoir il y a douze ans, Viktor Orban, proche de Vladimir Poutine avant la guerre et critique du pouvoir ukrainien, joue régulièrement les trouble-fête. 


Au risque cette fois de briser pour la première fois l'unité affichée par les 27 depuis l'invasion de l'Ukraine.