Hausse des investissements dans les fintechs en Arabie saoudite, selon le bilan 2021

Le nombre d'entreprises de technologie financière en Arabie saoudite continue de croître, le nombre d'entreprises étant passé cette année à 82. (Shutterstock)
Le nombre d'entreprises de technologie financière en Arabie saoudite continue de croître, le nombre d'entreprises étant passé cette année à 82. (Shutterstock)
Short Url
Publié le Lundi 10 janvier 2022

Hausse des investissements dans les fintechs en Arabie saoudite, selon le bilan 2021

  • Le nombre d'entreprises spécialisées dans les technologies financières a augmenté de 37 % au Royaume par rapport à l'année 2020
  • Ce spectre d'investissement témoigne de la disponibilité de fonds destinés aux entreprises du secteur des technologies financières à des stades importants de leur évolution

RIYAD : Le secteur des technologies financières en Arabie saoudite a connu une hausse considérable au niveau des investissements en capital-risque : 16 transactions ont été conclues au cours des huit premiers mois de 2021 pour une valeur totale de 157,2 millions de dollars.

Ce chiffre se compare aux sept investissements de capital-risque signés en 2020, pour un montant de 7,8 millions de dollars. En effet, les restrictions imposées par la pandémie ont ralenti l'activité du secteur, selon le rapport annuel sur les technologies financières en Arabie saoudite.

Cette année a également été marquée par des financements répartis sur une série de projets en phase de démarrage : 46 % des financements ont été accordés à des projets appartenant aux séries A et B, 38 % à des projets en phase d'amorçage et 15 % à des projets en phase de pré-amorçage.

Le financement des projets de pré-amorçage correspond à la première étape de l'investissement ; il est souvent assuré par les fondateurs, la famille et les personnes proches des fondateurs.  Viennent ensuite les phases plus formelles que sont le démarrage et les séries classées, au cours desquelles on procède au rachat de parts de l'entreprise.

Ce spectre d'investissement témoigne de la disponibilité de fonds destinés aux entreprises du secteur des technologies financières à des stades importants de leur évolution.

EN BREF

Cette année a aussi été marquée par des financements répartis sur une série de projets en phase de démarrage : 46 % des financements ont été accordés à des projets appartenant aux séries A et B, 38 % à des projets en phase d'amorçage et 15 % à des projets en phase de pré-amorçage.

Le financement des projets de pré-amorçage correspond à la première étape de l'investissement ; il provient souvent des fondateurs, de la famille et des personnes proches des fondateurs.

Viennent ensuite les phases plus formelles que sont le démarrage et les séries classées, au cours desquelles on procède au rachat de parts de l'entreprise.

Ce spectre d'investissement témoigne de la disponibilité de fonds destinés à soutenir les entreprises du secteur des technologies financières à des stades importants de leur évolution.

On observe notamment une croissance des investissements dans les entreprises en phase d'amorçage et de pré-amorçage.

En 2021, les accords conclus par les investisseurs dans les entreprises en phase d'amorçage et de pré-amorçage se sont chiffrés à 12,9 millions de dollars, contre 6, 2 millions de dollars investis en 2020. Ces chiffres correspondent à un bond de 108 %.

Le secteur des paiements continue de figurer parmi les technologies financières les plus prisées dans le Royaume ; il détient jusqu'à présent près de 93 % des investissements en capital-risque de l'année.

Citons notamment les investissements de série A dans l'application Hala pour les paiements par téléphone mobile (6,5 millions de dollars) et dans l'entreprise Tamara pour les paiements différés (110 millions de dollars).  De son côté, le fournisseur de services aux restaurants Foodics a obtenu un financement de série B à hauteur de 20 millions de dollars.

En dépit de la croissance du volume d'investissement dans les technologies financières au Royaume, la taille médiane des transactions réalisées en Arabie saoudite ne dépasse pas les 2, 7 millions de dollars contre 7, 3 millions de dollars pour les transactions mondiales.

En 2022, l'Arabie saoudite adoptera le système bancaire ouvert (Open Banking) permettant aux entreprises de partager les données relatives aux comptes courants des consommateurs après avoir obtenu l'autorisation de ces derniers. Cette mesure contribuera sans doute à accélérer le développement des technologies financières.

Les experts s'attendent à ce que cette initiative fournisse davantage d'opportunités aux investisseurs dans les entreprises de technologie financière en attirant de nouveaux fonds dans ce secteur.

Le nombre d'entreprises spécialisées dans les technologies financières en Arabie saoudite ne cesse de croître ; leur nombre est passé à 82 cette année.

Adhésion à la Vision 2030

La décision de la banque centrale de l'Arabie saousite (SAMA) de passer au système bancaire ouvert (Open Banking) stimulera le secteur financier, conformément à la Vision 2030 de l'Arabie saoudite et au Programme de développement du secteur financier (Financial Sector Development Program) qui a été lancé en 2017.

Ce programme se fixe pour objectif de développer l'économie numérique et de donner aux intermédiaires financiers la possibilité de soutenir le secteur privé en ouvrant les services financiers à de nouveaux investisseurs. Il favorisera par ailleurs la création d'un marché de capitaux performants dans le Royaume.


UE: les compagnies aériennes devront payer pour leurs émissions de CO2

Les compagnies aériennes devront payer pour les émissions de CO2 de leurs vols intra-européens (Photo, AFP).
Les compagnies aériennes devront payer pour les émissions de CO2 de leurs vols intra-européens (Photo, AFP).
Short Url
  • Les compagnies se voyaient jusqu'ici offrir des quotas gratuits couvrant l'essentiel de leurs émissions pour les aider à rester compétitives face à leurs rivales étrangères
  • Un nouveau mécanisme allouera des quotas gratuits d'émissions de CO2 en contrepartie de l'adoption de carburants aériens durables

BRUXELLES: Les compagnies aériennes devront payer pour les émissions de CO2 de leurs vols intra-européens, avec la disparition de quotas gratuits dont elles bénéficiaient jusqu'ici, mais les vols internationaux resteront épargnés, selon un accord conclu mercredi dans l'UE.

Le texte, approuvé après de longues négociations par les eurodéputés et les Etats membres, s'inscrit dans le vaste plan climat européen. Outre les vols intérieurs à l'UE, il s'appliquera aussi aux vols entre l'UE et le Royaume-Uni ou la Suisse, mais exclut pour le moment les vols entre l'Europe et le reste du monde, selon un communiqué du Conseil européen.

Les vols intra-européens sont déjà soumis au marché des quotas d'émissions carbone (ETS) où les compagnies aériennes peuvent acheter et échanger les "droits à polluer" requis pour compenser leurs émissions, à l'instar des industriels et des énergéticiens.

Mais elles se voyaient jusqu'ici offrir des quotas gratuits couvrant l'essentiel de leurs émissions pour les aider à rester compétitives face à leurs rivales étrangères.

Un privilège que les eurodéputés et Etats membres ont décidé de supprimer progressivement d'ici trois ans: 25% de ces allocations "gratuites" disparaîtront dès 2024 et 25% de plus en 2025. Elles seront entièrement supprimées en 2026.

Une partie des recettes collectées par la vente des quotas sera transférée au Fonds d'innovation européen, pour subventionner des technologiques bénéfiques au climat.

Un nouveau mécanisme allouera des quotas gratuits d'émissions de CO2 en contrepartie de l'adoption de carburants aériens durables (SAF), permettant aux compagnies de compenser en partie la différence de prix avec le kérosène classique.

Ce mécanisme sera appliqué de façon plus généreuse dans certain cas pour contribuer à garantir l'approvisionnement en carburants "verts" des îles de petite taille, des petits aéroports et des régions ultrapériphériques.

"Nous avons trouvé un bon équilibre entre l'ambition climatique pour les compagnies aériennes et le soutien à ce secteur pour accomplir cette transition, avec un outil tangible pour l'aider à se décarboner", a observé l'eurodéputée Suncana Glavak (PPE, droite), négociatrice pour le Parlement.

A contrario, l'association européenne des compagnies aériennes Airlines for Europe (A4E) s'est dite "extrêmement déçue" de la disparition programmée des quotas gratuits d'ici 2026. A cette date, les solutions de décarbonation ne seront pas disponibles à grande échelle, a-t-elle déploré dans un communiqué.

Enfin, selon l'accord, les compagnies devront, à partir de 2025, déclarer non seulement leurs émissions de CO2, mais également d'autres particules polluantes (dioxyde d’azote, suie…) contribuant au réchauffement climatique, en vue d'un possible durcissement réglementaire de l'UE en 2028.

Pour autant, les eurodéputés n'ont pas obtenu gain de cause sur l'inclusion des vols internationaux au départ de l'Europe: ces derniers seront toutefois couverts de 2022 à 2027 par le mécanisme international de compensation carbone (CORSIA), dans lequel les compagnies aériennes seront contraintes d'acheter des "crédits carbone" au-delà d'un certain seuil d'émissions, précise l'accord.

La Commission devra cependant examiner après 2025 l'efficacité de ce mécanisme international, et, si elle est jugée insuffisante, préparer une proposition pour soumettre au marché carbone de l'UE ces vols internationaux.

En excluant les vols internationaux, l'accord européen "ignore 58% des émissions de CO2 de l'aviation européenne (...) Nous sommes sur le point de perdre une décennie en inaction climatique", déplore l'ONG environnementale Transport&Environment. Selon elle, le système CORSIA ne "couvrirait qu'à peine 22% des émissions internationales totales d'ici 2030".


Le travail forcé des Ouïghours contribue à l'industrie automobile, selon une étude

Le travail forcé des Ouïgours se retrouve "de manière significative" sur la chaîne d'approvisionnement de pratiquement tous les grands constructeurs automobiles dans le monde (Photo, AFP).
Le travail forcé des Ouïgours se retrouve "de manière significative" sur la chaîne d'approvisionnement de pratiquement tous les grands constructeurs automobiles dans le monde (Photo, AFP).
Short Url
  • «Si vous avez acheté une voiture au cours des cinq dernières années, certaines de ses pièces ont probablement été fabriquées par des Ouïghours et d'autres, forcés de travailler en Chine»
  • La Chine est accusée par des organisations de défense des droits humains d'enrôler des Ouïghours dans des programmes de «transfert de main-d'oeuvre» forcée

LONDRES: Acier, aluminium ou cuivre, batteries ou électronique: le travail forcé des Ouïgours se retrouve "de manière significative" sur la chaîne d'approvisionnement de pratiquement tous les grands constructeurs automobiles dans le monde, affirme une étude de l'université britannique de Sheffield Hallam.

"Si vous avez acheté une voiture au cours des cinq dernières années, certaines de ses pièces ont probablement été fabriquées par des Ouïghours et d'autres, forcés de travailler en Chine", résument les quatre auteurs de cette étude publiée mardi, fruit de six mois d'enquête.

Toutes les grandes marques sont concernées, selon les chercheurs, qui citent en particulier Volkswagen, BMW, Honda, Ford, GM, Mercedes-Benz, Toyota, Stellantis (dont Fiat, Chrysler, Dodge et Jeep), Tesla et le chinois Nio.

Le puissant syndicat américain de l'automobile UAW a réagi en "demandant de toute urgence à l'industrie automobile de déplacer toute sa chaîne d'approvisionnement hors de la région" du Xinjiang, dans le nord-est de la Chine, où vivent de nombreux Ouïghours.

La Chine est accusée par des organisations de défense des droits humains d'enrôler des Ouïghours dans des programmes de "transfert de main-d'oeuvre" forcée, liés à des chaînes d'approvisionnement internationales de divers secteurs allant des vêtements aux voitures.

Selon Pékin, qui nie toute persécution de cette minorité musulmane dans la province de l'extrême-est du pays, ces initiatives permettent de réduire la pauvreté en procurant des emplois bien rémunérés pour des résidents ruraux à faible revenu.

L'étude publiée mardi fait partie d'une série de l'université de Sheffield Hallam faisant état d'un recours aux travaux forcés au Xinjiang dans de multiples secteurs, allant du coton aux matériaux de construction en PVC, en passant par les panneaux solaires.

Les universitaires se sont appuyés sur des sources telles que des rapports annuels d'entreprises, sites web et campagnes publicitaires, mais aussi des directives gouvernementales et médias d'État chinois ainsi que des registres douaniers.

L'étude relève notamment que "les plus grands producteurs mondiaux d'acier et d'aluminium se sont déplacés vers la région ouïghoure grâce aux subventions et aux incitations du gouvernement chinois".

Selon les chercheurs, les constructeurs automobiles ont rétorqué "qu'une traçabilité approfondie de la chaîne d'approvisionnement est hors de portée et que comprendre la situation dans la région ouïghoure est un défi".

Mais l'industrie doit garantir la traçabilité de ses chaînes d'approvisionnement pour "s'assurer qu'elle n'est pas complice du régime de travail forcé dans la région ouïghoure" faute de quoi elle court "un énorme risque juridique, éthique et de réputation", selon les universitaires.

Chez General Motors, "nous surveillons activement notre chaîne d'approvisionnement mondiale et effectuons des vérifications étendues, en particulier lorsque nous identifions ou sommes informés d'infractions potentielles à la loi, à nos accords ou à nos politiques", a assuré un porte-parole du groupe américain dans un message à l'AFP.

En cas d'infractions avérées ou présumées, "nous réagissons rapidement et de manière appropriée, y compris en résiliant un contrat", a-t-il ajouté sans toutefois répondre à une question sur la présence ou non de fournisseurs du groupe dans la région du Xinjiang.


Scandale Theranos: 13 ans de prison pour l'ex-numéro deux de la start-up

Ramesh "Sunny" Balwani, ex-directeur des opérations de Theranos (Photo, AFP).
Ramesh "Sunny" Balwani, ex-directeur des opérations de Theranos (Photo, AFP).
Short Url
  • M. Balwani avait été déclaré coupable en juillet sur tous les dossiers de fraude envers les investisseurs et les patients de l'entreprise
  • Aux commandes de Theranos, les deux amants avaient levé des centaines de millions de dollars de fonds

SAN FRANCISCO: Ramesh "Sunny" Balwani, ex-directeur des opérations de Theranos, qui promettait de révolutionner les tests sanguins, a été condamné à presque 13 ans de prison mercredi, soit encore plus que son ancienne compagne Elizabeth Holmes, la fondatrice de la start-up californienne déchue.

Jugé lors d'un procès distinct, M. Balwani avait été déclaré coupable en juillet sur tous les dossiers de fraude envers les investisseurs et les patients de l'entreprise.

L'ancien numéro deux de la start-up a écopé mercredi de 155 mois de prison, selon une décision rendue par un juge fédéral américain.

Fondée en 2003, Theranos promettait d'inventer une machine capable de réaliser des centaines de diagnostics sanguins à partir d'une seule goutte de sang prélevée sur le doigt.

Grâce à ce projet révolutionnaire, la start-up avait suscité l'enthousiasme de nombreux hommes d'affaires et hauts personnages, y compris l'ex-secrétaire d'Etat Henry Kissinger, l'ancien ministre de la Défense James Mattis ou le magnat des médias Rupert Murdoch.

Mais elle s'était effondrée lorsque le Wall Street Journal avait révélé en 2015 que la technologie n'avait jamais fonctionné comme prévu.

La condamnation de M. Balwani intervient moins d'un mois après celle de la fondatrice de Theranos, Elizabeth Holmes, qui a écopé mi-novembre de 11 ans de prison. Un jugement dont elle a fait appel.

L'ex-compagne de M. Balwani s'était imposée comme une star de la Silicon Valley, grâce à un récit et une apparence très travaillés qui lui avaient permis de gagner la confiance des investisseurs.

Aux commandes de Theranos, les deux amants, qui étaient initialement poursuivis ensemble mais ont finalement été jugés séparément, avaient levé des centaines de millions de dollars de fonds.

A son apogée, leur start-up était valorisée près de 10 milliards de dollars.