Exactions, viols, attentats: au procès du 13-Novembre à Paris, Abrini garde «tout» de l’EI

Ce croquis d'audience réalisé le 4 novembre 2021, montre Jean-Louis Périès président de la cour d'assises spéciale lors des attentats de Paris du 13 novembre 2015 - dans le procès qui se déroule dans une salle d'audience provisoire aménagée au Palais de Justice de Paris - Palais de justice historique de Paris. (AFP)
Ce croquis d'audience réalisé le 4 novembre 2021, montre Jean-Louis Périès président de la cour d'assises spéciale lors des attentats de Paris du 13 novembre 2015 - dans le procès qui se déroule dans une salle d'audience provisoire aménagée au Palais de Justice de Paris - Palais de justice historique de Paris. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 12 janvier 2022

Exactions, viols, attentats: au procès du 13-Novembre à Paris, Abrini garde «tout» de l’EI

  • Ecoutez, ceux qui se font exploser, c'est une réponse aux bombardements. A défaut d'avoir un soldat à tuer sur place, on fait des attentats. C'est attentats contre bombardements«»
  • «Partir en Syrie pour voir des innocents se faire tuer, puis revenir pour tuer des innocents - parce que c'était des innocents ... A un moment dans le cerveau, ça cale»

PARIS: Exactions, viols, attentats... Premier accusé interrogé au procès des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, mardi, Mohamed Abrini n'a rien renié du groupe Etat islamique (EI) et justifié les attaques, une "réponse à la violence" occidentale.  


Debout dans le box, le Belge de 37 ans, connu pour être l'"homme au chapeau" des attentats de 2016 à Bruxelles, est assailli de questions par le président de la cour d'assises spéciale, Jean-Louis Périès, qui le presse depuis dix minutes de dire ce qu'il pense vraiment de la religion, du jihad, de l'EI.


Finalement, il s'exécute.


"Ecoutez, ceux qui se font exploser, c'est une réponse aux bombardements. A défaut d'avoir un soldat à tuer sur place, on fait des attentats. C'est attentats contre bombardements", lâche-t-il.


Mohamed Abrini est le premier des 14 accusés présents à être interrogé sur le fond du dossier, quatre mois après l'ouverture du procès. Dans cette première phase, ils ne seront entendus que sur ce qu'il s'est passé avant l'été 2015.


Lui a basculé dans la radicalisation en 2014, à la mort de son "petit frère" tué en Syrie. Il confirme, mais nuance: "Pour vous c'est radical. Pour moi c'est l'islam normal". 


"L'islam tel qu'il est enseigné par le prophète n'est pas compatible avec la démocratie. Pour vous, un homme qui a trois femmes c'est +chelou+, vous arrivez à faire des polémiques même pour le halal", lance plus tard ce brun volubile en chemise à carreaux.

«C'est la guerre»
"Le Coran je le prends tout entier", ajoute-t-il, "fier" de son cadet qui s'est "sacrifié pour aider des innocents" en Syrie. 


La cour rappelle que son frère appartenait à une brigade connue pour sa cruauté, y compris envers les civils. "C'est la guerre c'est comme ça", élude Mohamed Abrini. "C'est un devoir pour tous les Musulmans d'aller faire le jihad".


Le président Périès pousse. Ça justifie de s'en prendre à des gens en terrasse, à des concerts ?"


"Les choses dégueulasses, ça ne vient pas que d'un seul camp".


Le président insiste, rappelle que les bombardements français en Syrie "n'ont commencé qu'en septembre 2015". Mohamed Abrini s'emporte. "On a l'impression d'entendre des enfants, +c'est vous qui a commencé !+. Avant il y avait eu des frappes de drones qui ont tué des civils". 


Le président demande encore: "et ça justifie les attentats ?"


"Moi ça, je suis pas capable de le faire, je l'ai toujours dit", balaie celui qui a renoncé à se faire exploser lors des attentats de Bruxelles et dont la véritable raison de la venue à Paris avec les commandos en novembre 2015 reste floue.


"Partir en Syrie pour voir des innocents se faire tuer, puis revenir pour tuer des innocents - parce que c'était des innocents ... A un moment dans le cerveau, ça cale", explique-t-il.

«J'accepte tout»
La cour, les parties, le poussent pendant des heures mais il refuse de condamner l'EI. Les décapitations filmées d'otages ? "Vous aussi vous avez coupé la tête de votre roi". Les viols de femmes yézidies ? "Ça s'est fait dans toutes les conquêtes... Des historiens qualifient cela de projet de natalité". 


"Moi j'accepte tout, au même titre que vous acceptez toute l'Histoire de France avec ses pages sombres et lumineuses", lâche Mohamed Abrini.


A une avocate des parties civiles, il refuse de répondre. "Vous me dégoutez", lui dit-elle, faisant sursauter la cour.


"Vous affirmez aux médias, ces hyènes, que nous sommes imperméables à la douleur des victimes. Je suis désolé moi ça me casse les couilles", s'emporte-t-il. "Je n'étais pas là le 13-Novembre, j'ai tué personne. J'ai entendu pendant deux mois des gens se plaindre à la barre".


Au tour des parties civiles dans la salle de sursauter. "Se plaindre ?", s'insurge-t-on sur les bancs.


Un autre avocat demande s'il a quelque chose à dire aux victimes. Long silence. "C'est une drôle de question, je ne sais pas quoi vous répondre". Un nouveau silence. "C'est vraiment triste ce qu'il leur est arrivé. Ils sont des doubles victimes, de la politique étrangère de la France et de celle de l'Etat islamique". 


L'avocat pousse encore, exaspérant l'accusé. "Vous allez bien dormir si je dis que je condamne ? Si je pouvais j'aurais acheté la paix universelle. Mais j'ai pas les moyens".  


Un mort et un blessé grave lors du crash d'un ULM dans la Creuse

Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Un anesthésiste surveille les fonctions vitales d'un patient lors d'une opération chirurgicale, le 25 juillet 2014, au CHU de Limoges (Photo, AFP).
Short Url
  • L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi
  • Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers

GUERET: Le pilote d'un avion bi-place a été tué et son passager grièvement blessé lors du crash de leur appareil jeudi près de Guéret, dans la Creuse, a-t-on appris auprès des pompiers.

L'ULM s'est écrasé dans un champ à proximité de l'aérodrome de Saint-Laurent jeudi en fin d'après-midi, à 6 km à l'est de Guéret, après une tentative de décollage manquée, a précisé le maire de Saint-Laurent Alain Clédière à un correspondant de l'AFP.

Selon M. Clédière, "l'avion appartenait à la famille du pilote".

Le pilote, un homme âgé de 26 ans, était décédé à l'arrivée des pompiers. Son passager, âgé de 20 ans a été transporté en état d’urgence absolue au CHU de Limoges.


Macron et le Premier ministre australien veulent «rebâtir une relation» de «confiance», selon l'Elysée

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. (Photo, AFP)
Short Url
  • «Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales»
  • La défaite de Scott Morrison aux législatives «me convient très bien», avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian

PARIS: Le Président de la République Emmanuel Macron et le nouveau Premier ministre australien Anthony Albanese veulent « rebâtir une relation » de « confiance », après la crise diplomatique liée à la rupture d'un mégacontrat de sous-marins français, a indiqué jeudi l'Elysée dans un communiqué.  

« Après avoir pris note de la profonde rupture de confiance qui a suivi la décision de l'ancien Premier ministre, Scott Morrison, de mettre fin au programme des futurs sous-marins », il y a 8 mois, Emmanuel Macron et Anthony Albanese, qui ont échangé jeudi au téléphone, « sont convenus de rebâtir une relation bilatérale fondée sur la confiance et le respect, pour surmonter ensemble les enjeux globaux, au premier rang desquels l'urgence climatique, et les défis stratégiques en Indopacifique », a précisé l'Elysée. 

« Une feuille de route sera préparée pour structurer ce nouvel agenda bilatéral, en identifiant des coopérations stratégiques entre nos deux pays avec pour objectif de renforcer notre résilience et de contribuer à la paix et la sécurité régionales », ajoute le communiqué. 

Le travailliste Anthony Albanese, 59 ans, a été investi lundi Premier ministre d'Australie, à l'issue de la victoire de son parti samedi aux législatives. 

La défaite de Scott Morrison aux législatives « me convient très bien », avait aussitôt déclaré le ministre français sortant des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. 

Canberra avait provoqué une brouille magistrale en septembre dernier avec Paris en dénonçant un contrat de vente de sous-marins français à la marine australienne pour plus de 50 milliards d'euros, leur préférant des sous-marins anglo-américains à propulsion nucléaire, dont les bâtiments français n'étaient pas pourvus. 

Pour marquer sa colère, la France avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis, un acte sans précédent vis-à-vis de cet allié historique, de même que celui en Australie, pays à l'origine de la crise. 

Début avril, les autorités australiennes ont admis que Canberra devrait payer jusqu'à 5,5 milliards de dollars australiens (3,7 milliards d'euros) pour mettre fin à l'accord avec la France.


Dans le Loiret, Elisabeth Borne au chevet des agriculteurs touchés par la sécheresse

Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse (Photo, AFP).
Short Url
  • Elisabeth Borne a rappelé le doublement de l'enveloppe à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau
  • Elle a assuré que son gouvernement allait «poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte»

SANDILLON: Elisabeth Borne, en déplacement jeudi dans le Loiret dans une exploitation agricole touchée par la sécheresse, a assuré que son gouvernement était "déterminé à agir pour éviter que la situation ne se dégrade" et "accompagner financièrement les agriculteurs".

En visite dans cette exploitation de 230 hectares, située entre la Beauce et la Sologne et spécialisée dans les céréales, les fraises et les asperges, la Première ministre a longuement échangé avec un jeune agriculteur qui lui a expliqué que "cette année, la sécheresse avait démarré de bonne heure". 

"Nous prenons des mesures pour gérer la ressource en eau et éviter que la situation ne soit ingérable cet été", a expliqué Mme Borne, qui était accompagnée du ministre de l'Agriculture Marc Fesneau et de la ministre de la Transition écologique Amélie de Montchalin. 

Consigne a été donnée aux préfets "de préserver au maximum la ressource en eau", avec "des messages à tous les Français pour baisser leur consommation d'eau", et pour les situations les plus difficiles "des arrêtés sécheresse et donc des restrictions sur les usages non prioritaires", a-t-elle ajouté, précisant que 19 départements sont aujourd'hui concernés.

La cheffe du gouvernement a par ailleurs rappelé que 400 millions d'euros seront alloués "aux éleveurs qui peuvent avoir du fait de la sécheresse des difficultés sur l'alimentation animale", dans le cadre du plan d'aide exceptionnelle mis en place suite à la guerre en Ukraine et à l'envolée des prix de ces aliments. 

"Le guichet de mise en place de cette aide ouvrira dès lundi", a-t-elle annoncé.

Elisabeth Borne a également rappelé le doublement de l'enveloppe (de 20 à 40 millions d'euros) à destination des agriculteurs désireux d'investir dans du matériel pour optimiser la consommation de l'eau, et les 100 millions d'euros supplémentaires mis à disposition des agences de l'eau pour aider les filières agricoles à s'adapter ou créer des retenues d'eau.

"Par ailleurs, partout où ça se justifiera nous activerons cette année le dispositif des calamités agricoles pour les fourrages", a-t-elle ajouté.

Enfin, elle a assuré que son gouvernement allait "poursuivre le grand chantier de la réforme de l'assurance-récolte", afin que "le nouveau dispositif s'applique à partir du 1er janvier 2023".

"Je veux le dire très clairement aux agriculteurs, mon gouvernement est à leurs côtés pour les accompagner dans cette transition", a conclu Mme Borne.