Liban: Les lois désuètes sur la citoyenneté privent les apatrides de droits fondamentaux

Dans un pays qui perd rapidement sa capacité à s'occuper de ses citoyens en possession de documents légaux, être apatride au Liban est devenu un calvaire.
Dans un pays qui perd rapidement sa capacité à s'occuper de ses citoyens en possession de documents légaux, être apatride au Liban est devenu un calvaire.
Short Url
Publié le Vendredi 14 janvier 2022

Liban: Les lois désuètes sur la citoyenneté privent les apatrides de droits fondamentaux

  • Selon la loi libanaise, si un père est considéré comme apatride, ses enfants héritent de son statut juridique, même si leur mère est citoyenne libanaise
  • Au moins 27 000 personnes sont considérées comme apatrides au Liban, les privant ainsi de l'accès au travail, aux voyages, et aux services publics

DUBAÏ: S'exprimant depuis la baraque délabrée qu'il appelle sa «maison» dans le sud-ouest de Beyrouth, Khodar Khalaf, 58 ans, décrit sa vie en trois mots: «Je n'existe pas.»

Khalaf est né au Liban de parents pauvres, décédés alors qu’ils étaient jeunes. Sa naissance n'a pas été enregistrée et il a été élevé dans un orphelinat. Il devrait être citoyen libanais, mais se retrouve apatride. «Je ne peux ni voyager ni travailler, et je n’ai pas accès aux soins de santé. Je n'ai pas de papiers d'identité», affirme-t-il.

Le cas de Khalaf est similaire à celui d'au moins 27 000 autres personnes qui sont passées entre les mailles du filet pendant des décennies, prises dans le tourbillon de la guerre, de la confusion et de l’inertie bureaucratique.

Dans un pays qui perd rapidement sa capacité à s'occuper de ses citoyens en possession de documents légaux, être apatride au Liban est devenu un calvaire. Sans recours à des fonds ou à toute aide de l'État, Khalaf est obligé de se débrouiller seul pour survivre.

En plus de la pauvreté, de la discrimination et du manque d'accès aux procédures légales ou aux personnes influentes qui pourraient leur venir en aide, les apatrides du pays sont obligés de faire tout ce qu'ils peuvent pour survivre dans un contexte d’effondrement économique sans précédent qui appauvrit toute la population.

Selon Siren Associates, organisation non gouvernementale de conseil sur les initiatives de réforme de la gestion des affaires publiques, le nombre d'apatrides dans la seule ville de Tripoli, dans le nord du pays, s'élève à environ 2 200. Un chiffre qui devrait doubler au cours des quinze prochaines années.

Dans un rapport intitulé «Le sort des sans-droit: cartographie et compréhension des apatrides à Tripoli», initialement publié en 2019, Siren Associates note qu’environ 67 % des apatrides de la cité portuaire ont des mères libanaises et 70 % ont des pères libanais. Pourtant, ils continuent à passer entre les mailles du filet d'un système qui devrait les protéger.

Le rapport a aussi révélé que, dans de nombreux cas, les apatrides n’étaient pas en possession de documents de base comme un certificat de naissance nécessaires pour prouver leur statut, ni de moyens financiers ou de relations pour les obtenir.

La réfugiée syrienne Rima Jassem tenant sa fille âgée d’à peine quelques semaines, assise avec ses garçons dans une petite pièce sur le toit d'un immeuble surplombant le port ravagé de la capitale libanaise. (AFP/fichier photo)
La réfugiée syrienne Rima Jassem tenant sa fille âgée d’à peine quelques semaines, assise avec ses garçons dans une petite pièce sur le toit d'un immeuble surplombant le port ravagé de la capitale libanaise. (AFP/fichier photo)

Même dans les cas où un apatride épouse un citoyen en possession de papiers, son statut et celui de ses enfants n'est pas toujours résolu. En vertu de la loi libanaise, si un père est apatride, ses enfants héritent de son statut juridique, même si leur mère est citoyenne libanaise.

«Toute ma vie, on m'a fait sentir que j’étais en position d’infériorité, parce que mon père est palestinien», affirme à Arab News Ahmad, 38 ans, dont la mère est libanaise. «Il y a tellement d'opportunités qui ne me sont pas offertes, de secteurs d'emploi auxquels je n’ai pas accès; je ne peux même pas être chauffeur de taxi. Je ne peux pas posséder ma propre maison. J'ai une fille de quatre ans et elle a hérité de ma malédiction.»

Les Palestiniens du Liban ont longtemps été privés des protections de l'État. Pour éviter qu'ils ne tombent dans le dénuement, l'Office de secours et de travaux des Nations unies (UNRWA) propose des services de base.

Ahmad affirme cependant que le soutien de l'ONU n'est pas suffisant pour survivre, surtout depuis le début de l'effondrement économique au Liban en 2019. De nombreux Palestiniens étaient déjà confinés dans des camps, privés de la possibilité de voyager et d’opportunités d'emploi. Ils sont maintenant confrontés à des conditions de vie encore plus difficiles.

Des personnes échangeant des billets de banque en livres libanaises et en dollars américains sur le marché noir de Beyrouth, la capitale du Liban. (AFP/fichier photo)
Des personnes échangeant des billets de banque en livres libanaises et en dollars américains sur le marché noir de Beyrouth, la capitale du Liban. (AFP/fichier photo)

Une solution partielle au problème serait de modifier la loi, afin que les femmes libanaises soient autorisées à transmettre leur nationalité à leurs enfants et à leur conjoint.

Cependant, une telle démarche a reçu l’opposition farouche des gouvernements successifs, qui considèrent l'octroi de la citoyenneté comme un outil politique précieux.

Les dirigeants du pays disposent de quotas pour l'octroi de la citoyenneté, dont ils se servent comme d’une sorte de faveur politique. Dans le système strictement sectaire du Liban, cela se fait toujours selon des lignes confessionnelles, et récompense presque toujours des personnes influentes comme des hommes d'affaires, et non des personnes dans le besoin.

En 2018, le président Michel Aoun a ainsi accordé la citoyenneté libanaise à plus de 300 personnes dans un processus qui a suscité des critiques pour son manque de transparence et des accusations de corruption.

EN CHIFFRES

* 27 000 - Personnes estimées comme apatrides au Liban.

* 63% - Proportion d'individus non enregistrés nés de père libanais.

* 76% - Proportion d'individus non enregistrés nés de mère libanaise.

* 37% - Proportion d'apatrides qui déclarent avoir accès aux soins de santé.

* 58% - Taux de chômage plus élevé que celui des non-apatrides.

* 33% - Proportion d'apatrides qui n'ont reçu aucune scolarisation ou autre instruction.

Source: SIREN Associates 2019

Des reproches similaires ont été faits à l’égard du président du Parlement, Nabih Berri, et de l’ancien Premier ministre de l'époque, Saad Hariri, lorsqu'ils ont eux aussi pu attribuer la nationalité libanaise à une série de personnes. Cette année-là, un certain nombre d'hommes d'affaires syriens ayant des liens avec le régime du président Bachar al-Assad avaient obtenu la nationalité libanaise.

«Toute personne utile à l'État, qu'il s'agisse d'hommes d'affaires, d'investisseurs ou de personnes ayant une bonne réputation, et dont la naturalisation serait dans l'intérêt du Liban, est la bienvenue», avait alors affirmé Gebran Bassil, chef du parti du Courant patriotique libre (CPL) et gendre du président.

Cependant, Bassil reste opposé à la modification de la loi visant à permettre aux mères libanaises de transmettre leur nationalité à leurs enfants.

Les tentatives de changement de système se sont heurtées à une forte résistance. Vers la fin de l’année 2021, Moustafa Bayram, député du Hezbollah et ministre libanais du Travail, a annoncé son intention de supprimer les restrictions de travail imposées aux Palestiniens et aux Libanais sans papiers.

La classe politique s'est indignée de cette annonce, obligeant Bayram à faire une déclaration selon laquelle ses «propos avaient été sortis de leur contexte» et que «ce qui était interdit par la loi jusqu'à présent ne serait pas modifié».

Un homme portant un collier en forme de croix et vêtu d'un masque représentant le drapeau libanais se tenant à côté de pneus en flammes à un barrage routier de fortune érigé par des manifestants antigouvernementaux dans la région de Dora. (AFP/photo d'archives)
Un homme portant un collier en forme de croix et vêtu d'un masque représentant le drapeau libanais se tenant à côté de pneus en flammes à un barrage routier de fortune érigé par des manifestants antigouvernementaux dans la région de Dora. (AFP/photo d'archives)

Lina Abou-Habib, féministe connue et directrice de l’Institut Asfari pour la société civile et la citoyenneté à l'université américaine de Beyrouth, qualifie le gouvernement libanais de «régime patriarcal sans vergogne», car il considère que seuls les hommes sont des citoyens.

«Lorsque vous portez atteinte au droit d'une femme de transmettre sa nationalité, vous portez atteinte aux droits d'une génération entière aux services sociaux et à la participation politique», explique-t-elle à Arab News.

«Le Liban fait preuve de constance dans son déni des droits. Il ne faut pas seulement faire une réforme, mais changer tout le système, tout le statu quo», lance-t-elle.

Le dysfonctionnement politique du pays est aggravé par son insolvabilité économique. La semaine dernière, la livre libanaise (LL) s'échangeait à 33 000 LL pour un dollar, contre 1 500 il y a un peu plus d'un an.

Par ailleurs, les subventions de l'État sur les produits essentiels tels que le blé, l'essence et le diesel ont été réduites. Aujourd’hui, un plein d'essence coûte plus que le salaire mensuel moyen, que l'inflation a concrètement réduit à seulement 21 dollars (environ 18,5 euros).

De nombreux Libanais dépendent désormais presque entièrement des envois d’argent de leurs proches vivant à l'étranger. Les dollars provenant de la diaspora ont longtemps servi de complément à une économie largement fondée sur le tourisme. Cependant, ces devises étrangères sont désormais indispensables à de nombreuses familles.

Seuls 37% des apatrides au Liban déclarent avoir accès aux soins de santé. (Photo fournie/INSAN)
Seuls 37% des apatrides au Liban déclarent avoir accès aux soins de santé. (Photo fournie/INSAN)

Pour les apatrides qui n'ont pas accès à l'argent de l'étranger, la situation devient de plus en plus critique. Les organisations caritatives ont été forcées d'intervenir là où le gouvernement n'a pas pu ou n'a pas voulu fournir d'aide.

«Nous proposons des kits d'hygiène, une distribution de nourriture, l’éducation, des conseils juridiques et un soutien psychosocial», précise à Arab News Hassan Bahani, responsable des programmes de l'association Insan. «Les enfants apatrides et leurs parents sont souvent victimisés et sujets de discrimination, et nous proposons des séances de conseil aux enfants et à leurs parents.»

Cependant, les associations caritatives ne peuvent être qu'une solution à court terme. Theodore Caponis, qui a dirigé les recherches de Siren Associates sur l'apatridie, assure que le refus de fournir des documents adéquats était un problème de droits humains devant être traité de toute urgence.

«Si elle n'est pas résolue, cette question va piéger un nombre toujours croissant de personnes dans les limbes des droits humains et entraînera un défi encore plus grand pour l'État», ajoute-t-il.

Les enfants apatrides et leurs parents sont souvent victimes de discriminations, précise à Arab News Hassan Bahani, responsable des programmes de l'association Insan. (Photo fournie/INSAN)
Les enfants apatrides et leurs parents sont souvent victimes de discriminations, précise à Arab News Hassan Bahani, responsable des programmes de l'association Insan. (Photo fournie/INSAN)

«Il existe un besoin immédiat de simplifier et d'accélérer le processus de règlement du statut des personnes non enregistrées nées de père libanais, et de lancer simultanément une cartographie nationale de la population apatride.»

Pour Khalaf, qui vit dans son abri improvisé près de l'aéroport, le rugissement des avions qui décollent et atterrissent est un rappel constant de son incapacité à voyager. Pour survivre, il a eu recours au marché informel, vendant parfois des boîtes de mouchoirs en papier au bord de la route.

«La situation est insupportable», confie-t-il. «Il y a cinq ans, il était encore possible de se débrouiller. Les ONG avaient davantage d'opportunités pour aider des personnes comme moi, et les voisins disposaient aussi de plus de moyens pour donner un coup de pouce. Mais maintenant, tout le monde arrive à peine à joindre les deux bouts. «Parfois, j'aimerais ne jamais être né.»

 

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com


Crainte de manifestations au Liban en raison de la hausse des prix et du chômage

Une Libanaise participe à une manifestation sur la place des Martyrs, à Beyrouth, au Liban, le 19 octobre 2019 (Photo, AFP).
Une Libanaise participe à une manifestation sur la place des Martyrs, à Beyrouth, au Liban, le 19 octobre 2019 (Photo, AFP).
Short Url
  • La décision d'augmenter les tarifs des services de télécommunications aurait été provoquée par des problèmes avec les fournisseurs et les employés
  • L'aggravation de la crise économique et l'augmentation de ces tarifs pourraient inciter à nouveau les gens à descendre dans les rues

BEYROUTH: Le général Abbas Ibrahim, directeur général de la Sûreté générale libanaise, actuellement aux États-Unis en visite officielle, a exprimé ses inquiétudes face à «l'implosion de la situation sociale au Liban en raison de la situation économique», espérant que la sécurité n’en serait pas affectée.

 «La situation est très délicate.
Les prix des marchandises sont en train de doubler et certains commerçants demandent désormais à être payés en dollars américains, la monnaie locale continuant sa dépréciation de manière incontrôlable. Tout le monde n'a pas de billets de banque américains. Comment les gens pourront-ils survivre? À un moment donné, nous risquons de faire face à un scénario dangereux», a déclaré une source sécuritaire à Arab News.

«Les services de sécurité tirent une nouvelle fois la sonnette d'alarme sur la situation sociale déplorable des militaires. Comment peut-on accepter que les soldats en service ne mangent que des céréales et des conserves tous les jours?»

Mercredi, la société de télécommunications libanaise Ogero a doublé et triplé les prix de certains de ses services. Elle a annoncé des forfaits destinés aux étudiants et aux personnes à revenu limité, à condition que les modifications tarifaires entrent en vigueur à partir de juillet.

Avant de devenir un gouvernement démissionnaire, le Cabinet a tenu une dernière séance et a relevé les tarifs des services de téléphone prépayés.

«La décision d'augmenter les tarifs des services de télécommunications et d’internet a été provoquée par des problèmes avec les fournisseurs et les employés. Il n'y a pas moyen pour n’importe quel secteur de continuer à travailler dans ces circonstances sur la base du taux de 1500 LL pour 1 dollar», a expliqué le ministre par intérim des Communications, Johnny Corm.

«Le secteur se serait effondré. Nous avons donc réduit de moitié les dépenses, de 560 millions de dollars à 255 millions de dollars, et nous avons également pris plusieurs mesures pour réduire le fardeau. Les revenus du secteur ont chuté à 22% et nous sommes devenus l'un des secteurs des télécommunications les moins chers au monde, le taux moyen des revenus d'abonnement étant de 1,88 $ par mois, contre 11,5 $ en Jordanie, par exemple. Avec l'augmentation des tarifs, le prix devient de 7$, avec des exceptions pour les personnes à revenu limité, pour lesquelles il y aura des forfaits à 4,5$ et 7$, en tenant compte des personnes ayant des besoins spéciaux, des agents de sécurité et des étudiants.»

«Lorsque nous augmenterons les tarifs en juillet, nous percevrons la première facture le 8 août. Je comprends et je ressens la douleur des citoyens, mais les tarifs doivent être modifiés.»

En octobre 2019, le gouvernement dirigé par l'ancien Premier ministre Saad Hariri a discuté d'une proposition visant à imposer des frais de 20 cents sur les appels vocaux via des applications telles que WhatsApp, Facebook et FaceTime pour éviter l'effondrement économique imminent après la diminution rapide des réserves en dollars du Liban.

Cette proposition a été la première étincelle qui a provoqué l'une des plus grandes manifestations populaires au Liban lorsque des manifestants ont bloqué des routes avec des pneus enflammés et ont tenté de prendre d'assaut les sièges du gouvernement et du Parlement. Les manifestations se sont étendues sur deux ans, tandis que les conditions économiques s’aggravaient.

Le gouvernement a cherché à annuler sa proposition quelques heures après son annonce, mais l'effondrement a eu lieu. Le Liban n'a pas été en mesure de payer ses dettes extérieures et intérieures et la banque centrale a imposé des mesures sur les virements bancaires. Les manifestants ont accusé les autorités au pouvoir de corruption, tandis que la volonté des pays arabes et étrangers d’aider le Liban s'est relâchée en raison de l'influence croissante du Hezbollah soutenu par Téhéran.

L'aggravation de la crise économique et l'augmentation des tarifs des télécommunications et d’internet pousseront-ils les gens à descendre dans la rue?

L'ingénieur en télécommunications Abbas Qanso, qui travaille auprès d’un fournisseur d'accès à internet, a exclu la possibilité d’un retour aux manifestations. «Il y aura des manifestants contre la hausse des prix, mais beaucoup l'accepteront, tout comme ils l'ont fait pour la hausse des prix du carburant, des médicaments et même du pain.»

Les données officielles montrent que le taux de chômage au Liban est passé de 11,4 % en 2018-2019 à 29,6%, ce qui indique que près d'un tiers de la population active était au chômage en janvier 2022. Le pourcentage de femmes au chômage a atteint 32,7% contre 28,4% pour les hommes, tandis que le taux de chômage des jeunes était de 47,8%, soit le double du taux des adultes qui est de 25,6%.

Pour l'économiste Walid Bou Suleiman, «la livre libanaise se dépréciera encore plus dans un contexte d'incertitude sur la scène politique.»

«Rien ne peut freiner la dépréciation de la monnaie locale, excepté un impact favorable qui se présente sous la forme d’une formation rapide d’un gouvernement, mais il n'y a aucun signe précurseur en ce sens. Ce sera une descente en chute libre.»

«Depuis que le gouvernement est en charge des affaires courantes, il n'a plus le droit de prendre des décisions. Un nouveau gouvernement doit être formé dès que possible, et des plans de relance doivent être mis en œuvre immédiatement, sinon un sort inquiétant attend le Liban avec l'épuisement des dollars de la banque centrale, ce qui compromettra les importations.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


WEF 2022: les EAU en exemple pour le passage à une semaine de travail plus courte

Adam Grant Saul P. Steinberg et  la ministre d'État pour le Développement du gouvernement et l'Avenir au sein du gouvernement des Émirats arabes unis (EAU), Ohood Bent Khalfane al-Roumi lors du panel, "La semaine de quatre jours, une nécessité ou un luxe? ", au FEM 2022. (Capture d’écran/weforum.org)
Adam Grant Saul P. Steinberg et la ministre d'État pour le Développement du gouvernement et l'Avenir au sein du gouvernement des Émirats arabes unis (EAU), Ohood Bent Khalfane al-Roumi lors du panel, "La semaine de quatre jours, une nécessité ou un luxe? ", au FEM 2022. (Capture d’écran/weforum.org)
Short Url
  • Les EAU ont opté pour une semaine de travail de 4 jours et demi dès janvier 2022
  • 70% des employés rapportent qu’ils travaillaient plus efficacement et 71% soulignent qu’ils passent plus de temps avec leur famille

CASABLANCA: La semaine de quatre jours, une nécessité ou un luxe? C’est à cette question posée dans le cadre d’un panel ce mercredi, lors du Forum économique mondial, qu’ont tenté de répondre cinq conférenciers.

Lors de ce panel animé par Adam Grant Saul P. Steinberg, professeur de gestion et de psychologie, la ministre d'État pour le Développement du gouvernement et l'Avenir au sein du gouvernement des Émirats arabes unis (EAU), Ohood Bent Khalfane al-Roumi, a partagé l'expérience concrète des EAU.

En effet, les EAU ont opté pour une semaine de travail de 4 jours et demi dès janvier 2022. Pour prendre cette décision, Mme Al-Roumi explique que «nous sommes en train de créer le gouvernement du futur, nous poussons toujours nos limites et nous n’avons pas peur d’essayer de nouvelles choses». Elle ajoute que «nous sommes peut-être le premier pays à instituer une semaine de travail plus courte au niveau gouvernemental». 

La Ministre d'État pour le développement du gouvernement et l'avenir explique que cette décision se base sur quatre raisons: l'amélioration du bien-être; la consolidation des relations familiales et sociales; l’avantage économique dans la mesure où, en gagnant plus de temps libre, les ménages consommeront plus et donc dépenseront plus; et enfin, un meilleur alignement avec les mutations du travail à l'international.

Ce cap aujourd’hui franchi par les EAU était en cours de développement avant même la pandémie de la Covid-19, explique-t-elle, précisant que le but ultime de cette stratégie est d'améliorer le bien-être au travail. Dans ce sens, le gouvernement émirati avait mis en place des outils de développement et de mesure de la performance. Une structure digitale adéquate était également disponible aux EAU pour permettre le développement de cette stratégie. Elle explique enfin que le soutien du leadership émirati a été également vital pour permettre ce passage à quatre jours et demi de travail possible.

Dans un registre plus chiffré, Ohood Bent Khalfane al-Roumi révèle qu’à la suite de cette décision stratégique, 70% des employés rapportent qu’ils travaillaient plus efficacement, 71% soulignent qu’ils passent plus de temps avec leur famille et l’on note une baisse de 55% en termes d'absentéisme.

Enfin la ministre explique que le gouvernement continue à suivre avec beaucoup d’attention cette période de transition et qu’il est nécessaire d'être flexible pour pouvoir s’adapter au changement. 

En effet, rapportant une anecdote qui date du premier long week-end aux Emirats arabes unis, elle explique, non sans humour, que beaucoup de gens étaient déroutés et ne savaient pas quoi faire du nouveau temps libre auquel ils ont désormais droit. Aujourd’hui, ils ont su s’adapter à ce changement et se sentent plus heureux.
 


L’Iran compromet systématiquement la stabilité de la région, affirme le président israélien lors du WEF

Le président israélien Isaac Herzog s’adressant à l’assemblée lors du Forum économique mondial (WEF) annuel à Davos, le 25 mai 2022. (AFP)
Le président israélien Isaac Herzog s’adressant à l’assemblée lors du Forum économique mondial (WEF) annuel à Davos, le 25 mai 2022. (AFP)
Short Url
  • Herzog: Israël a proposé de mener une enquête conjointe sur les circonstances de cet «événement tragique», mais les Palestiniens ont refusé de coopérer
  • Bien que le Royaume soit un «pays très important dans la région», le processus d’adhésion aux accords d’Abraham «doit prendre son temps», estime-t-il
Le président israélien, Isaac Herzog, souriant avant son discours au Forum économique mondial 2022 (WEF) dans la ville alpine de Davos, en Suisse, le 25 mai 2022. (Reuters)
Le président israélien, Isaac Herzog, souriant avant son discours au Forum économique mondial 2022 (WEF) dans la ville alpine de Davos, en Suisse, le 25 mai 2022. (Reuters)

DAVOS: L’Iran compromet systématiquement la stabilité de la région et Israël ne peut pas accepter que l’Iran cherche à se doter de capacités nucléaires, a affirmé le président israélien Isaac Herzog lors du Forum économique mondial mercredi.

«Le régime iranien compromet systématiquement la stabilité de la région. Israël et tous les pays du monde ne peuvent pas accepter le fait que l’Iran cherche à se doter de capacités nucléaires, compte tenu de la menace qu’il représente pour Israël et l’ensemble du Moyen-Orient», a déclaré M. Herzog.

Tout pays ou toute région infiltré(e) par l’Iran a vu «son peuple et sa terre se vider de leur vie», dit-il, ajoutant que Téhéran répand la haine, la douleur et la souffrance.

«La prospérité, la liberté humaine, la créativité et la croissance sont toutes effacées», regrette le président, rappelant ce qui s’est passé en Irak, au Yémen, à Gaza, en Syrie et au Liban.

«Israël est désireux de partager sa prospérité et ses succès avec tous ses voisins afin de faire tomber les barrières imposées par l’influence de l’Iran. Je crois sincèrement que si nous choisissons seulement les forces de la lumière, le chemin vers un avenir radicalement différent et plus radieux est plus proche que nous ne pouvons l’imaginer», poursuit M. Herzog.

Il assure que les Israéliens tendront toujours la main à leurs voisins pour faire la paix, «du Levant au Golfe, du Maghreb au Machrek, de nos voisins immédiats les Palestiniens à l’ensemble du monde musulman, à l’ensemble du continent africain et à l’ensemble du Moyen-Orient».

À la question de savoir si l’Arabie saoudite suivrait les traces de ses voisins du Golfe (les Émirats arabes unis et Bahreïn) en normalisant ses relations avec Israël, M. Herzog répond que, bien que le Royaume soit un «pays très important dans la région», le processus d’adhésion aux accords d’Abraham «doit prendre son temps».

«Je pense que le Royaume d’Arabie saoudite est un pays très important dans la région. Nous aimerions voir la situation évoluer dans cette direction, mais c’est un processus qui doit prendre son temps, je suppose», commente M. Herzog.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, réitère la position du Royaume concernant la normalisation des relations avec Israël lors du WEF mardi, affirmant que rien n’a changé, malgré les récents articles de presse non confirmés qui laissent entendre le contraire.

«J’ai abordé cette question à plusieurs reprises auparavant et rien n’a changé dans notre façon de voir le sujet. Je pense que nous avons toujours considéré la normalisation comme le résultat final, mais le résultat final d’un parcours», déclare le prince Faisal lors du WEF.

«Nous avons toujours envisagé une normalisation complète avec Israël, et j’ai déjà mentionné auparavant qu’une normalisation complète entre nous et Israël, entre la région et Israël, apporterait d’immenses avantages. Cependant, nous ne pourrons pas en tirer profit si nous ne traitons pas de la question de la Palestine», indique le ministre des Affaires étrangères.

 

1
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, le prince Faisal ben Farhane, a réitéré la position du Royaume concernant la normalisation des relations avec Israël lors du WEF mardi. (Photo fournie)

M. Herzog évoque également la mort de la journaliste palestino-américaine chevronnée Shireen Abu Akleh, qui a été tuée le 11 mai à Jénine alors qu’elle couvrait les raids israéliens sur un camp de réfugiés en Cisjordanie.

«Bien entendu, c’est un événement très triste. Il me fait de la peine, comme il en fait à de nombreux Israéliens», dit le président.

Il mentionne qu’Israël a proposé aux Palestiniens de mener une enquête conjointe sur les circonstances de cet «événement tragique», mais que les Palestiniens ont refusé de coopérer.

«Ils ont pris le corps, ils ont pris la balle, et il est impossible d’étayer l’un ou l’autre des scénarios sans ces faits. Israël a fait preuve d’ouverture et de transparence et a également proposé aux États-Unis de se joindre à ce processus d’enquête, car nous accordons une grande importance à la liberté d’expression et au travail des journalistes et des médias, et nous les respectons», ajoute-t-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com