Des marins étrangers victimes de travail forcé à bord de dangereux navires iraniens

Fortune, un pétrolier battant pavillon iranien, arrive à la raffinerie d’El Palito à Puerto Cabello, à Carabobo, au Venezuela, le 25 mai 2020. (Ministère vénézuélien du Pouvoir populaire pour la communication et l’information/AFP)
Fortune, un pétrolier battant pavillon iranien, arrive à la raffinerie d’El Palito à Puerto Cabello, à Carabobo, au Venezuela, le 25 mai 2020. (Ministère vénézuélien du Pouvoir populaire pour la communication et l’information/AFP)
Short Url
Publié le Samedi 15 janvier 2022

Des marins étrangers victimes de travail forcé à bord de dangereux navires iraniens

  • Le Washington Post a interrogé des dizaines de marins qui disent être envoyés en Iran, privés de nourriture et parfois contraints de transporter de la drogue et des marchandises interdites
  • La main-d’œuvre indienne est particulièrement attrayante pour les entreprises iraniennes qui ont du mal à recruter

LONDRES: Les entreprises maritimes iraniennes collaborent avec des sociétés de recrutement internationales pour forcer un grand nombre de marins indiens à venir travailleren Iran dans des conditions dangereuses, en contrepartie de salaires dérisoires ou carrément inexistants, rapporte le Washington Post.

Des milliers d’hommes indiens seraient attirés chaque année en Iran par des recruteurs qui leur promettent des salaires et de l’expérience sur des navires de renom, ou leur font mêmeparfois des propositions alléchantes dans d’autres pays du Moyen-Orient.

Le quotidien a interrogé des dizaines de marins qui disent être envoyés en Iran, privés de nourriture et parfois contraints de transporter de la drogue et des marchandises interdites.

Ashkay Kumar, un jeune homme de 24 ans, originaire de Delhi, déclare: «Ils prennent les marins pour cible et recourent à leurs services sans leur payer de salaire. Ce n’est qu’un très gros piège. Ils nous contraignent à travailler comme des esclaves.»

Ashwani Pandit, quant à lui, a dû s’endetter pour payer 2 600 dollars américains (1 dollar = 0,88 euro) à un recruteur afin d’obtenir un emploi à bord d’un navire qu’il pensait être à Dubaï.

Il a été très surpris de recevoir un billet d’avion et un visa pour l’Iran.

Il a découvert la supercherie en dernière minute, mais s’est vu refuser le remboursement. Il n’a eu d’autre choix que de se rendre en Iran, où il a travaillé pendant sept mois sur un petit cargo transportant de l’urée et du fer vers l’Irak.

«Mes amis travaillant sur des navires en Iran m’ont prévenu que les entreprises là-bas ne payent pas de salaires. Il m’est arrivé la même chose», précise-t-il.

Des dizaines d’autres affirment avoir payé des milliers de dollars à des recruteurs en contrepartie d’emplois et de visas, seulement pour découvrir qu’ils sont envoyés en Iran, plutôt que dans un pays plus prisé du Moyen-Orient.

M. Pandit a quitté l’Iran les mains vides en août 2020. En effet, son employeur a refusé de lui délivrer un visa de sortie avant qu’il ne signe un contrat où il accepte de ne recevoir aucune rémunération pour son travail.

Les Indiens représentent une part importante des travailleurs maritimes dans le monde. Environ 316 000 marins – soit 20% de la main-d’œuvre mondiale totale – sont originaires d’Inde.

La main-d’œuvre indienne est particulièrement attrayante pour les entreprises iraniennes qui ont du mal à recruter. Les sanctions paralysantes imposées au pays rendent le processus d’embauche plus difficile.

Andy Bowerman, directeur régional pour le Moyen-Orient et l’Asie du Sud au sein de l’association caritative Mission to Seafarers, explique au Washington Post: «Des liens étroits unissent l’Iran et l’Inde. C’est donc particulièrement attrayant en matière d’obtention de visas.»

«Beaucoup de gens désespérés accepteront un contrat, en sachant ou non qu’il comprend des risques», poursuit-il.

Beaucoup de personnes travaillant sur des navires iraniens risquent également d’être entraînées dans des événements géopolitiques bien au-delà de leur contrôle.

Jamil Akhtar, 29 ans, est un jeune homme originaire de Mumbai. Il faisait partie d’un groupe de marins qui ont travaillé sur des navires de contrebande de carburant et d’autres produits iraniens soumis à des restrictions en vertu des sanctions américaines.

Selon lui, son pétrolier, surpris en flagrant délit de transport de carburant iranien fin 2020, a été saisi par les autorités émiraties et est resté ancré au port pendant des mois.

Puis, en juillet, quatre personnes portant des lunettes et des masques noirs sont montées à bord du navire, munies de fusils. Elles ont menotté les membres de l’équipage, menaçant de tirer sur quiconque se déplacerait.

Les membres de l’équipage ont été tenus en otage pendant que le pétrolier naviguait vers Bandar Abbas, en Iran. Ils ont ensuite été libérés par l’ambassade indienne locale qui les a aidés à rentrer chez eux.

Selon les enquêteurs, le Corps des gardiens de la révolution islamique serait probablement à l’origine de l’enlèvement.

 

 Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Le président arménien démissionne sur fond de crise nationale

Le président arménien Armen Sarkissian a annoncé dimanche sa démission (Photo, AFP/Russian Foreign Ministry).
Le président arménien Armen Sarkissian a annoncé dimanche sa démission (Photo, AFP/Russian Foreign Ministry).
Short Url
  • Cette décision fait suite à une période d'instabilité en Arménie, une nation du Caucase confrontée à des difficultés économiques
  • La Constitution précise que le Parlement doit organiser un vote pour désigner le prochain chef de l'Etat dans les 35 jours

EREVAN: Le président arménien Armen Sarkissian a annoncé dimanche sa démission, évoquant son incapacité inhérente à ses fonctions largement honorifiques à "influer" sur la politique tant intérieure qu'étrangère de son pays, qui traverse une véritable crise.

Cette décision fait suite à une période d'instabilité en Arménie, une nation du Caucase confrontée à des difficultés économiques, à la suite d'une guerre sanglante -plus de 6.500 morts- pour le contrôle de la région contestée du Nagorny-Karabakh avec son rival de longue date, l'Azerbaïdjan, une autre petite ex-république soviétique.

L'humiliante défaite militaire des Arméniens, qui s'est soldée par la perte de territoires contestés, fin 2020 a finalement déclenché des manifestations de rue massives et une lutte entre le chef de l'Etat et le Premier ministre, Nikol Pachinian.

"Il ne s'agit pas d'une décision motivée par l'émotion et elle découle d'une logique spécifique", a expliqué M. Sarkissian dans un communiqué diffusé sur son site internet officiel.

"Le président ne dispose pas des outils nécessaires pour influer sur les processus importants de la politique étrangère et intérieure dans des moments difficiles pour le peuple et le pays", a-t-il ajouté, le pouvoir exécutif étant pour l'essentiel dans les mains du chef du gouvernement.

Réviser la Constitution

Au cœur du désaccord entre MM. Sarkissian et Pachinian, il y a eu le limogeage du chef d'état-major de l'armée arménienne, le premier ayant refusé de signer un ordre du second en vue de le destituer, un coup dur pour un Premier ministre alors en difficulté.

Le chef de l'Etat avait à l'époque argué du fait que la crise que connaissait l'Arménie ne pouvait être désamorcée par de fréquents changements de personnes dans les structures dirigeantes de l'Etat.

Dimanche, Armen Sarkissian s'est insurgé contre une "réalité dans laquelle le président ne peut mettre son veto à des lois qu'il juge mauvaises pour le peuple et pour le pays".

"J'espère que les modifications dans la Constitution seront finalement mises en œuvre et que le prochain président et l'administration présidentielle seront en mesure d'agir dans un environnement plus équilibré", peut-on encore lire dans le communiqué.

La Constitution précise que le Parlement - qui est dominé par des partis proches de Nikol Pachinian - doit organiser un vote pour désigner le prochain chef de l'Etat dans les 35 jours.

Ancien professeur de physique, Armen Sarkissian, né en 1953 à Erevan, a été Premier ministre en 1996-1997, avant d'être élu à une large majorité par les parlementaires président en mars 2018, après avoir été ambassadeur au Royaume-Uni.

L'annonce de sa démission est intervenue peu après une visite aux Emirats arabes unis à l'issue de laquelle son bureau avait fait savoir qu'il prendrait un congé pour se soumettre à des contrôles médicaux, sans fournir d'autres détails.

Depuis l'effondrement il y a un peu plus de trente ans de l'Union soviétique, la situation économique en Arménie est marquée par des difficultés.

L'argent envoyé par les Arméniens de l'étranger a dans ce contexte eu un impact considérable, contribuant à la construction d'écoles, d'églises et à la réalisation d'autres projets d'infrastructures, y compris au Nagorny-Karabakh.

Dans de nombreux pays, il existe en effet aujourd'hui une importante communauté arménienne, qui y jouit d'une réelle influence politique, après un exil massif dans le monde entier à la suite des massacres de la fin de l'époque ottomane.

La diaspora arménienne est aujourd'hui évaluée à dix millions de personnes (contre trois millions d'habitants en Arménie), principalement en Russie, aux Etats-Unis et en France.


Taïwan: nouveau pic d'incursions d'avions de guerre chinois

Le mois d'octobre reste le plus actif avec 196 incursions, dont 149 en quatre jours seulement, alors que Pékin célébrait sa fête nationale. (Photo, AFP)
Le mois d'octobre reste le plus actif avec 196 incursions, dont 149 en quatre jours seulement, alors que Pékin célébrait sa fête nationale. (Photo, AFP)
Short Url
  • Parmi ces incursions figuraient 24 chasseurs J-16, 10 chasseurs J-10 et un bombardier H-6 à capacité nucléaire
  • Le dernier trimestre 2021 a été marqué par un pic de ces incursions

TAIPEI : Les avions de l'armée chinoise ont effectué dimanche 39 incursions dans la zone de défense aérienne de Taïwan, selon le gouvernement de l'île, la plus importante incursion quotidienne depuis octobre, dans un contexte de pression militaire croissante de Pékin sur l'île démocratique.

Parmi ces incursions figuraient 24 chasseurs J-16, 10 chasseurs J-10 et un bombardier H-6 à capacité nucléaire. 

Le ministère taïwanais de la Défense a indiqué dans un communiqué publié dimanche soir qu'il avait fait décoller ses propres avions pour suivre les 39 avions chinois qui avaient pénétré dans la zone d'identification de défense aérienne (Adiz) de Taïwan.

Le ministère taïwanais de la Défense a commencé à rendre publiques ces incursions d'avions de guerre chinois dans l'Adiz en septembre 2020 et l'AFP a constitué une base de données rassemblant les détails de ces vols, qui ont augmenté en taille et en fréquence.  

Le dernier trimestre 2021 a été marqué par un pic de ces incursions. Le mois d'octobre reste le plus actif avec 196 incursions, dont 149 en quatre jours seulement, alors que Pékin célébrait sa fête nationale.

La zone de défense ne correspond pas à l'espace aérien de Taïwan, mais englobe une zone beaucoup plus vaste qui recoupe une partie de la zone d'identification de défense aérienne de la Chine.

Taïwan a enregistré 969 incursions d'avions de guerre chinois dans sa zone de défense aérienne en 2021 selon la base de données compilée par l'AFP, plus du double des quelque 380 effectuées en 2020.

L'armée de l'air taïwanaise a subi une série d'accidents mortels ces dernières années, sa flotte vieillissante étant maintenue sous pression par la Chine. 

L'armée de l'air a temporairement cloué au sol sa flotte de chasseurs F-16 au début du mois après que l'un de ses F-16V, ses avions de combat les plus avancés, s'est écrasé en mer lors d'une mission d'entraînement, tuant un pilote.


Burkina: des soldats se mutinent pour exiger le départ des chefs de l'armée

Le calme était revenu dimanche soir dans les rues et les casernes de Ouagadougou, mais le président Kaboré a décrété «jusqu'à nouvel ordre», à partir de dimanche, un couvre-feu de 20H00 à 05H30. (Photo, AFP)
Le calme était revenu dimanche soir dans les rues et les casernes de Ouagadougou, mais le président Kaboré a décrété «jusqu'à nouvel ordre», à partir de dimanche, un couvre-feu de 20H00 à 05H30. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le gouvernement a rapidement réagi en reconnaissant des tirs dans plusieurs casernes, mais a démenti «une prise de pouvoir par l'armée»
  • Tout au long de la journée, des manifestants ont apporté leur soutien aux mutins et ont dressé des barrages de fortune dans plusieurs avenues de la capitale

OUAGADOUGOU : Des soldats se sont mutinés dimanche dans plusieurs casernes du Burkina Faso pour réclamer le départ des chefs de l'armée et des "moyens adaptés" à la lutte contre les djihadistes qui frappent ce pays depuis 2015.

Ces mouvements d'humeur dans les casernes du Burkina, pays qui a connu par le passé plusieurs coups d'Etat et tentatives de putsch, illustrent la fragilité du pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré face aux violences djihadistes qui s'accroissent dans son pays et qu'il n'arrive pas à contrer.

Le gouvernement a rapidement réagi en reconnaissant des tirs dans plusieurs casernes, mais a démenti "une prise de pouvoir par l'armée".

Tout au long de la journée, des manifestants ont apporté leur soutien aux mutins et ont dressé des barrages de fortune dans plusieurs avenues de la capitale, avant d'être dispersés par la police, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Des tirs nourris" ont été entendus à partir du milieu de la nuit et se sont poursuvis pendant une partie de la journée dans plusieurs casernes de Ouagadougou - dont la base aérienne -, Kaya et Ouahigouya, dans le nord du Burkina, selon des habitants et des sources militaires.

Des habitants du quartier Gounghin de Ouagadou ont affirmé que des militaires du camp Sangoulé Lamizana sont sortis de leur caserne, tirant des coups de feu en l'air, et ont bouclé le périmètre aux alentours de la caserne.

Dimanche après-midi, une quarantaine de soldats se trouvant à l'extérieur de cette caserne, tiraient en l'air près de plusieurs centaines de personnes en liesse portant des drapeaux du Burkina et soufflant dans des vuvuzelas, venues leur apporter leur soutien, a constaté un journaliste de l'AFP.

Le périmètre autour de la caserne de la base aérienne, était également bouclé par des soldats encagoulés tirant en l'air.

«Effectifs conséquents»

"Nous voulons des moyens adaptés à la lutte" anti-djihadiste "et des effectifs conséquents", ainsi que le "remplacement" des plus hauts gradés de l'armée nationale, indique dans un enregistrement sonore parvenu à l'AFP un militaire de la caserne Sangoulé Lamizana, sous couvert de l'anonymat.

Il a en outre souhaité "une meilleure prise en charge des blessés" lors des attaques et des combats avec les djihadistes, ainsi que "des familles des défunts".

À aucun moment ce militaire n'a réclamé le départ du président burkinabè Roch Christian Kaboré, accusé par une grande partie de la population d'être "incapable" de contrer les groupes djihadistes.

Ces revendications ont été confirmées par d'autres sources militaires et des discussions ont eu lieu entre des représentants des mutins et le ministre de la Défense, le général Barthélémy Simporé, selon une source gouvernementale. Rien n'avait filtré dimanche soir sur le contenu de la rencontre.

Dans la matinée, une centaine de personnes qui tentaient de se rassembler place de la Nation, en plein centre de Ouagadougou, pour exprimer leur soutien au mouvement des soldats, ont été dispersées à coups de gaz lacrymogène par les policiers, a constaté l'AFP.

Plus tard dans la journée, des partisans des militaires mutins ont incendié le siège du parti au pouvoir dans la capitale avant d'être dispersés par la police, selon l'AFP qui a également constaté que l'internet mobile a été coupé dimanche dans la matinée.

Couvre-feu

Le calme était revenu dimanche soir dans les rues et les casernes de Ouagadougou, mais le président Kaboré a décrété "jusqu'à nouvel ordre", à partir de dimanche, un couvre-feu de 20H00 à 05H30 (locales et GMT).

Les écoles resteront en outre fermées lundi et mardi, selon le gouvernement.

Le camp Sangoulé Lamizana abrite la Maison d'arrêt et de correction des armées (Maca) où est détenu le général Gilbert Diendéré, proche de l'ancien président Blaise Compaoré renversé en 2014 qui vit depuis en Côte d'Ivoire.

Le général Diendéré a été condamné à 20 ans de prison pour une tentative de putsch en 2015 et est actuellement jugé pour son rôle présumé dans l'assassinat de l'ancien président Thomas Sankara, icône panafricaine, en 1987.

"Aucune institution de la République n’a pour le moment été inquiétée", a affirmé le général Barthélémy Simporé, dans une intervention à la télévision.

Ces mouvements dans des casernes surviennent au lendemain de nouvelles manifestations de colère d'habitants excédés par l'impuissance des autorités à faire face à la violence jihadiste.

Samedi, des incidents ont éclaté à Ouagadougou et dans d'autres villes du pays entre les forces de l'ordre et des manifestants qui ont bravé l'interdiction de se rassembler pour protester contre l'insécurité.

Comme le Mali et le Niger voisins, le Burkina Faso est pris dans une spirale de violences attribuées à des groupes armés jihadistes, affiliés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique. 

Les attaques qui visent civils et militaires sont de plus en plus fréquentes et en grande majorité concentrées dans le nord et l'est du pays.

Les violences des groupes jihadistes ont fait en près de sept ans plus de 2 000 morts et contraint 1,5 million de personnes à fuir leur foyer.

La Communauté des pays ouest-africains de la Cédéao a dit suivre "avec une grande préoccupation la situation au Burkina Faso" et exprimé dans un communiqué "sa solidarité avec le président Roch Marc Christian Kaboré, le gouvernement et le peuple" de ce pays.