Afghanistan: partir ou rester, le dilemme des derniers Sikhs

Photo prise le 31 décembre 2021 montrant le gardien du temple Gurnam Singh, priant avec d'autres au temple Karte Parwan Gurdwara, à Kaboul. (Photo, AFP)
Photo prise le 31 décembre 2021 montrant le gardien du temple Gurnam Singh, priant avec d'autres au temple Karte Parwan Gurdwara, à Kaboul. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 20 janvier 2022

Afghanistan: partir ou rester, le dilemme des derniers Sikhs

  • Responsable du principal temple sikh de Kaboul, Gurnam Singh embrasse du regard l'immense salle qui accueillait autrefois des centaines de fidèles
  • Pieds nus sur le sol recouvert de tapis rouges, les fidèles sont arrivés au compte-gouttes

KABOUL : Responsable du principal temple sikh de Kaboul, Gurnam Singh embrasse du regard l'immense salle qui accueillait autrefois des centaines de fidèles. Seule une poignée d'adeptes y prie: "Tout le monde aime ce pays. Nous sommes Afghans, c'est notre patrie. Mais nous partons par désespoir".

Pieds nus sur le sol recouvert de tapis rouges, les fidèles sont arrivés au compte-gouttes. Les femmes d'un côté, les hommes de l'autre, chaque groupe se réchauffant autour d'un poêle à bois, ils ont écouté des passages du Guru Granth Sahib, le livre saint sikh.

Puis l'ouvrage a été cérémonieusement replacé dans l'autel lui étant consacré. Début novembre, le gurdwara (temple, ndlr) Karte Parwan possédait encore trois exemplaires du livre saint. Mais deux ont été transportés à Delhi pour être "mis à l'abri".

La communauté sikhe d'Afghanistan, qui comptait dans les années 1970 au moins 150 000 membres, n'en a peut-être plus pour longtemps.

Quarante ans de guerre, de pauvreté et de discriminations ont provoqué leur exode. Après l'arrivée des talibans au pouvoir, mi-août, près d'une centaine se sont encore exilés. Selon Gurnam Singh, ils ne sont plus que 140 à travers le pays, la majorité à Kaboul et quelques dizaines à Jalalabad (est).

Manmohan Singh, 60 ans, un ancien respecté de la communauté, fait visiter le gurdwara. Il montre la cuisine partagée, les appartements où sont logées plusieurs familles.

"La joie ou la peine qu'on éprouvait, on la partageait ici. On a d'abord construit le gurdwara, puis les bâtiments autour, puis l'école. Moi aussi j'ai étudié ici", sourit-il.

"Quand ce gurdwara a été construit il y a 60 ans, tout le quartier appartenait aux Sikhs. Il n'y avait pas un seul musulman ici".

De l'extérieur, rien ne distingue le temple des autres bâtiments du quartier. Sa haute porte métallique, ses murs d'enceinte écrus pourraient être ceux de n'importe quelle résidence cossue.

Les mesures de sécurité sont drastiques: plusieurs attaques ont visé les Sikhs -- membres d'une religion hindouiste comptant 25 millions de fidèles surtout présents au Penjab, dans le nord-ouest de l'Inde -- ces dernières années.

Début octobre encore, des hommes armés, non identifiés, ont pénétré de force dans le gurdwara qu'ils ont vandalisé.

Pour aller où?

Manjit Singh, 40 ans, fait partie des quelques-uns ayant choisi de rester. Comme nombre de Sikhs, il tient une échoppe de produits pharmaceutiques et médicinaux.

Les affaires vont mal, plus à cause de la crise économique que des mauvaises relations avec les talibans ou les autres Afghans. "Ce sont nos amis. Nous sommes là les uns pour les autres", insiste-t-il.

Mais dans son quartier de Shor Bazar, dans le sud de Kaboul, "il reste à peine deux ou trois familles (...) Tous les autres sont partis".

L'an passé, sa fille a épousé un autre Sikh afghan puis a émigré à Delhi. L'Inde a offert son aide aux Sikhs, facilitant leur installation sans pour autant leur donner la nationalité.

Manjit Singh est resté. Partir, pour aller où? "Pas en Inde. Qu'est-ce que je ferais en Inde? Il n'y a pas de travail ou de maison là-bas".

Autrefois, Shor Bazar était un haut lieu sikh. Il en reste une rue, "Hindu Street", où se trouve le plus ancien gurdwara de Kaboul, vieux de "presque 400 ou 500 ans" selon Manjit Singh.

Entretenu par la communauté, il semble presque neuf mais reste vide. Pourtant "avant, beaucoup de gens venaient ici. Nous avions des prières collectives deux fois par semaine, le dimanche et le mercredi".

«Trop de pauvreté»

"Avant", c'était avant l'attaque de mars 2020 contre un autre gurdwara de Shor Bazar. L'assaut par plusieurs hommes, revendiqué par l'EI-K, la branche afghane de l'organisation Etat islamique, avait duré six heures, un jour de prière.

Vingt-cinq personnes étaient mortes, dont la sœur de Parmajeet Kaur. Cette mère de trois enfants, âgée de 30 ans, avait elle reçu un éclat dans l'œil gauche. Comme beaucoup d'autres après cette attaque, elle a fait ses valises, direction Delhi.

Mais dans la capitale indienne, "nous n'avions pas de travail et c'était cher alors nous sommes rentrés", raconte Parmajeet Kaur. C'était en juillet, quelques semaines avant le retour au pouvoir des talibans.

Depuis, Parmajeet et sa famille sont nourris et hébergés au gurdwara Karte Parwan. Leur logement, une pièce aux murs nus d'environ 20 m2, est seulement meublée d'un poêle, d'une immense télé et de couchettes posées le long des murs.

Les enfants ne vont pas à l'école et Parmajeet Kaur ne sort pas du gurdwara, rare endroit où elle se sent en sécurité. Elle pense à repartir mais pas en Inde, évoque le Canada ou les Etats-Unis.

"Il y a trop de pauvreté ici. Mon fils et mes filles sont encore petits. Si nous partons, nous pourrons faire quelque chose de notre vie".


Les Philippines accordent une licence aux services satellitaires d'Elon Musk

 Starlink, l'entreprise d'Internet par satellite à haut débit du milliardaire Elon Musk, a reçu samedi une licence du régulateur des télécommunications des Philippines (File/AP).
Starlink, l'entreprise d'Internet par satellite à haut débit du milliardaire Elon Musk, a reçu samedi une licence du régulateur des télécommunications des Philippines (File/AP).
Short Url
  • Il s'agit du premier pays d'Asie du Sud-Est à offrir des services Starlink
  • Les autorités affirment que Starlink permettra des activités de données élevées qui « n'ont jamais été possibles »

MANILLE : Le régulateur des télécommunications des Philippines a accordé une licence à Starlink, le projet d'Internet haut débit par satellite du milliardaire Elon Musk, qui devrait améliorer la connectivité dans un pays qui souffre d’un debit Internet lent.

La Commission nationale des télécommunications a déclaré que le feu vert donné à Starlink   pour fournir des services à valeur ajoutée signifie que la société peut accéder directement aux systèmes satellitaires et exploiter des installations à large bande pour proposer des services Internet à travers les Philippines.

Starlink, la division Internet par satellite de SpaceX, la société de fusées de Musk, devrait commencer à offrir ses services dans l'archipel dans les prochains mois, a déclaré la NTC dans un communiqué.

« La NTC est déterminée à faire en sorte que le déploiement des services d'accès à Internet de Starlink se fasse rapidement et de manière professionnelle », a déclaré Gamaliel Cordoba, commissaire de la NTC.

La NTC a déclaré que les Philippines seront le premier pays d'Asie du Sud-Est à offrir les services Starlink, dont les autorités espèrent qu'ils couvriront, à un coût avantageux, des zones encore non desservies ou mal desservies par l'accès à Internet.

« Grâce à l'utilisation de satellites avancés en orbite basse, Starlink permettra de réaliser des appels vidéo, des jeux en ligne, du streaming et d'autres activités à haut débit qui, historiquement, n'étaient pas possibles avec l'Internet par satellite », a déclaré la Commission.

Les services Starlink sont actuellement disponibles dans une trentaine de pays, principalement en Amérique du Nord et en Europe. L'entreprise a jusqu'à présent mis en place plus de 2 000 satellites et prévoit d'en lancer des milliers d'autres.

« Un seul Starlink peut fournir l'internet à une école entière comptant des centaines d'élèves... Le potentiel est énorme pour sortir les gens de la pauvreté. Fournir l'Internet, c'est apprendre aux gens à pêcher », a déclaré Musk dans quelques tweets samedi, qui ont suivi l’annonce de l'aval accordé à Starlink aux Philippines.

Les Philippines sont à la traîne par rapport à la plupart des pays d'Asie du Sud-Est en ce qui concerne la vitesse de l'Internet à large bande mobile et fixe, et se classe respectivement au 95e et au 59e rang mondial en avril 2022, selon l'indice mondial Speedtest.

Stephen Cutler, expert en cybersécurité et entrepreneur technologique de Manille, a déclaré que Starlink va fournir un bon réseau alternatif pour l'information aux Philippines.

« Je suis très, très enthousiasmé par la présence d'une entreprise comme Starlink qui va fournir un transfert de données relativement rapide à un coût compétitif », a déclaré M. Cutler à Arab News, ajoutant que les services fournis par les opérateurs de télécommunications opérant aux Philippines sont encore relativement coûteux.

Ce texte est la traduction d'un article paru sur Arabnews.com

 


Nigeria: au moins 31 morts lors d'une distribution de nourriture par une église

Les résidents voyagent dans une camionnette alors qu'ils quittent le village de Kukawa dans la zone de gouvernement local de Kanam de l'État du Plateau le 12 avril 2022 après que leurs maisons ont été incendiées lors d'une attaque par des bandits. (AFP)
Les résidents voyagent dans une camionnette alors qu'ils quittent le village de Kukawa dans la zone de gouvernement local de Kanam de l'État du Plateau le 12 avril 2022 après que leurs maisons ont été incendiées lors d'une attaque par des bandits. (AFP)
Short Url
  • Des chaussures et des sandales gisaient sur le sol après la catastrophe dans la ville de Port Harcourt, dans l'Etat de Rivers, ont affirmé la police et des témoins
  • Des images publiées sur les réseaux sociaux et vérifiées par l'AFP montrent des familles en pleurs et s'occupant de blessés, dont de nombreux enfants, devant l'hôpital militaire de la ville

ABUJA: Au moins 31 personnes ont été tuées samedi lors d'une bousculade survenue dans le sud du Nigeria durant une distribution de nourriture organisée par une Eglise, a déclaré la police.


Des chaussures et des sandales gisaient sur le sol après la catastrophe dans la ville de Port Harcourt, dans l'Etat de Rivers, ont affirmé la police et des témoins.


"Malheureusement, la foule est devenue agitée et incontrôlable et tous les efforts déployés par les organisateurs pour ramener le calme ont échoué, d'où la bousculade", a déclaré la police dans un communiqué. "Au total, 31 personnes ont perdu la vie dans la bousculade". 


Des images publiées sur les réseaux sociaux et vérifiées par l'AFP montrent des familles en pleurs et s'occupant de blessés, dont de nombreux enfants, devant l'hôpital militaire de la ville.


La police a annoncé l'ouverture d'une enquête criminelle pour déterminer les circonstances exactes du drame. 


"Une foule énorme venant de l'extérieur a déferlé dans le (polo) club par une porte étroite, ce qui a provoqué la bousculade", a déclaré à l'AFP un responsable local de l'Agence nationale de gestion des urgences, Godwin Tepikor. "Les blessés et les morts ont été évacués vers l'hôpital et la morgue".


Les responsable de l'Eglise n'étaient pas joignables dans l'immédiat pour réagir.


L'événement était organisé par l'Eglise King's Assembly pour offrir de la nourriture et diverses fournitures aux indigents sur un terrain du club de polo de la ville pétrolière. 


Ces dernières années, le Nigeria a connu plusieurs tragédies lors de bousculades liées à des distributions de nourriture, notamment en 2021 lors d'une opération organisée par une agence humanitaire dans l'Etat du Borno, dans le nord du pays, où sept femmes sont décédées après avoir été piétinées par la foule.


La bousculade de samedi matin est survenue alors que les dirigeants du Parti démocratique populaire (PDP), principal parti d'opposition, se réunissaient à Abuja, la capitale, pour choisir leur candidat à la présidence de 2023 parmi plusieurs responsables, dont le gouverneur de l'Etat de Rivers, Ezenwo Nyesom Wike.


Port Harcourt est le principal hub pétrolier du Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique et premier producteur d'or noir du continent. 


Malgré ces richesses en hydrocarbures, quatre Nigérians sur dix vivent sous le seuil de pauvreté, selon un récent rapport de la Banque mondiale.


Une situation aggravée par la crise ukrainienne qui a fait flamber le coût des denrées alimentaires et du carburant, affectant les approvisionnements en blé et en gaz.


26 disparus après le naufrage d'un ferry en Indonésie

Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi. (AFP)
Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi. (AFP)
Short Url
  • Le naufrage a eu lieu jeudi par mauvais temps mais la nouvelle n'a été connue des autorités que samedi
  • Le ferry transportait 43 personnes, et est tombé en panne de carburant. Malmené par le mauvais temps, il a fini par couler

JAKARTA: Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi.


Le naufrage a eu lieu jeudi par mauvais temps mais la nouvelle n'a été connue des autorités que samedi, a expliqué à l'AFP le chef des services de secours, Djuanidi (qui comme beaucoup d'Indonésiens, ne porte qu'un seul nom).


Le ferry transportait 43 personnes, et est tombé en panne de carburant. Malmené par le mauvais temps, il a fini par couler. Dix-sept personnes ont été secourues, et les recherches continuaient samedi pour les disparus, a-t-il précisé.


Les accidents en mer sont nombreux en Indonésie, un archipel composé de 17.000 îles, et où les consignes de sécurité ne sont pas toujours respectées.


La semaine dernière, un ferry transportant plus de 800 personnes s'est échoué dans la province de East Nusa Tenggara et est resté bloqué pendant deux jours. Personne n'a été blessé.


En 2018, plus de 150 personnes s'étaient noyées lors du naufrage d'un ferry à Sumatra, sur l'un des lacs les plus profonds du monde.