Pour les Palestiniens, les États-Unis progressent trop lentement pour faire avancer la paix

Riyad al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères. (AFP)
Riyad al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères. (AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 21 janvier 2022

Pour les Palestiniens, les États-Unis progressent trop lentement pour faire avancer la paix

  • Al-Maliki a appelé le Conseil de sécurité à prendre des mesures urgentes pour résoudre le conflit israélo-palestinien qui dure depuis plusieurs décennies
  • Thomas-Greenfield a réaffirmé le «fort soutien de l'administration Biden à une solution à deux États»

NEW YORK (Reuters): Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Riyad al-Maliki, a critiqué jeudi dernier le président américain, Joe Biden, en raison de la lenteur dont il fait preuve pour modifier toutes les politiques de l'administration de l'ancien président Donald Trump défavorables envers les Palestiniens. Il lui reproche en outre de ne pas avoir utilisé la relation spéciale de Washington pour faire pression sur Israël afin qu'il revienne sur «son rejet d'une solution à deux États et reprenne des négociations de paix».
Al-Maliki a déclaré au Conseil de sécurité de l'ONU qu’il y avait lieu d’espérer que la fin de l'administration de Donald Trump et du gouvernement du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, «suffirait à un nouvel élan pour la paix».
Mais, alors que l'administration Biden a annulé plusieurs politiques Trump «illégales et malavisées», Al-Maliki a déclaré qu'elle avait mis du temps à agir, en particulier au sujet de l'engagement américain de rouvrir le consulat américain à Jérusalem-Est, ce qui pourrait rétablir la principale mission diplomatique de Washington pour les Palestiniens dans la ville.
Après l'entrée en fonction de Biden, il y a un an, les Palestiniens pensaient que les États-Unis «pourraient faire pression en notre faveur», a indiqué ensuite Al-Maliki aux journalistes.
«Mais nous avons constaté que les Israéliens sont plutôt parvenus à tirer la couverture américaine de leur côté – et cela nous inquiète.»
Les États-Unis «doivent encore s'assurer que le gouvernement israélien actuel renonce à sa politique coloniale et accepte une solution à deux États et des négociations de paix», a précisé Al-Maliki.
«C'est une position inacceptable qui ne saurait être tolérée ni excusée et qui doit être inversée.»
Al-Maliki a déclaré qu'il avait eu «une discussion très ouverte et franche» mercredi avec l'ambassadrice américaine Linda Thomas-Greenfield, notamment sur les relations américano-palestiniennes, le processus de paix, les attentes palestiniennes vis-à-vis des États-Unis et «ce qu'ils essaient de faire dans un avenir proche afin de voir les choses avancer dans la bonne direction».
Il a déclaré que les Palestiniens évoquaient avec l'administration américaine les moyens possibles pour éliminer les restrictions imposées par le Congrès sur la réouverture de la mission diplomatique palestinienne à Washington.
Tor Wennesland, l'envoyé de l'ONU au Moyen-Orient, a déclaré au Conseil de sécurité que six hommes palestiniens avaient été tués par les forces de sécurité israéliennes, qu’un autre était mort dans des circonstances peu claires et que deux cent quarante-neuf Palestiniens avaient été blessés en Cisjordanie au cours du mois dernier, parmi lesquels quarante-six enfants.
Il a précisé en outre que quinze Israéliens avaient été blessés dans des attaques menées par des Palestiniens.
Al-Maliki a appelé le Conseil de sécurité à prendre des mesures urgentes pour résoudre le conflit israélo-palestinien qui dure depuis plusieurs décennies et pour sauver la solution à deux États. Il a rappelé la construction accélérée de colonies par Israël, la démolition de maisons palestiniennes, la confiscation de terres palestiniennes «et même l'annexion de terres palestiniennes».
«En l'absence de ce sentiment d'urgence, préparez-vous alors à voir enterrée cette solution, avec toutes les conséquences d'une telle mort pour la vie de millions de gens, des Palestiniens et d’autres», a averti Al-Maliki.
«Le peuple palestinien survivra, mais la solution à deux États peut-être pas», a-t-il lancé.
«Que se passera-t-il alors? Vous convertirez-vous en défenseurs de la solution à un État de liberté et d'égalité des droits pour tous entre le fleuve et la mer? Ce serait alors la seule option disponible.»
Al-Maliki a exhorté à tenir une conférence internationale sur la paix et il a rappelé que la Russie avait appelé à une réunion ministérielle du Quatuor des médiateurs du Moyen-Orient – les États-Unis, l'ONU, l'Union européenne (UE) et la Russie – «le plus tôt possible pour sortir de l'impasse actuelle».
Il a déclaré que l'ONU, l'UE et la Russie étaient convenues d'une réunion ministérielle, mais «nous attendons toujours l'approbation de la partie américaine», souligne-t-il.
Il a ajouté que les trois autres membres du Quatuor devraient convaincre les États-Unis de l'importance d'une réunion ministérielle afin de faire avancer le processus de paix au Moyen-Orient.
Thomas-Greenfield, l'ambassadrice des États-Unis, n'a fait aucune mention de la rencontre avec Al-Maliki ou du Quatuor dans son exposé au Conseil de sécurité, mais elle a réaffirmé le «fort soutien de l'administration Biden à une solution à deux États» et a précisé que «cette année offrait une opportunité renouveler son engagement à parvenir à une solution politique au conflit».
L'envoyée américaine, qui s'est rendue en Israël et en Cisjordanie au mois de novembre, a répété qu'Israël et les Palestiniens «étaient pris dans une spirale de méfiance».
«Les Israéliens ne croient pas qu'ils ont un partenaire pour la paix, tandis que les Palestiniens sont pris au piège d’un désespoir qui a pour cause l'absence totale d'horizon politique», a-t-elle déclaré.
Thomas-Greenfield a fait savoir que, pour progresser, les deux parties doivent s'abstenir de mesures unilatérales qui augmentent les tensions et sapent les efforts vers une solution à deux États.
Cela signifie qu'Israël doit s'abstenir d'annexer des territoires, de mener des actions colonialistes, de démolir et d’expulser «comme ce que nous avons vu à Cheikh Jarrah». Dans ce quartier de Jérusalem, Israël a chassé mercredi dernier les résidents palestiniens d'une propriété contestée et a démoli cette dernière. Les Palestiniens, de leur côté, devraient cesser d'inciter à la violence et d'indemniser les individus emprisonnés «pour des actes de terrorisme», déclare Thomas-Greenfield.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


«Demander du pétrole est tout simplement inadmissible», selon l’attachée de presse de la Maison Blanche

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, prenant la parole lors d’une conférence de presse quotidienne à la Maison Blanche, le 26 mai 2022 à Washington (AFP)
L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, prenant la parole lors d’une conférence de presse quotidienne à la Maison Blanche, le 26 mai 2022 à Washington (AFP)
Short Url
  • Deux hauts responsables américains se sont rendus en Arabie saoudite pour des pourparlers cette semaine
  • «Nous consultons tous les producteurs concernés pour étudier les conditions du marché, y compris celles de l’Arabie saoudite», a expliqué Karine Jean-Pierre

L’attachée de presse de la Maison Blanche, Karine Jean-Pierre, a déclaré que deux hauts responsables américains s’étaient rendus en Arabie saoudite cette semaine pour «faire le point sur l’engagement» en matière de «sécurité énergétique», et non pour demander une augmentation des exportations de pétrole.

«Demander du pétrole est tout simplement inadmissible. C’est ainsi que nous voyons les choses et il s’agit d'une mauvaise compréhension de la complexité de cette question et de nos discussions à multiples volets avec les Saoudiens», a souligné Mme Jean-Pierre jeudi.

Selon l’attachée de presse, l’Opep+ prendra ses propres décisions en ce qui concerne le pétrole. «Nous consultons tous les producteurs concernés pour étudier les conditions du marché, y compris celles de l’Arabie saoudite», a-t-elle ajouté.

Les hauts responsables américains qui se sont rendus à Riyad étaient Brett McGurk, le principal conseiller de M. Biden pour le Moyen-Orient à la Maison Blanche, et Amos Hochstein, l’envoyé du département d’État pour les affaires énergétiques.

Leur visite avait pour objectif d’assurer le suivi des conversations portant notamment sur les activités déstabilisatrices de l’Iran et d’autres questions régionales, a indiqué Mme Jean-Pierre aux journalistes.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com
 


L’Europe peu mobilisée sur la condition des migrants en Libye, selon le chef d’une ONG

Après avoir été interceptés au large de la mer Méditerranée par les gardes-côtes libyens, les migrants sont détenus à Gasr Garabulli, au nord-ouest de la Libye, le 23 mai 2022. (Photo AP)
Après avoir été interceptés au large de la mer Méditerranée par les gardes-côtes libyens, les migrants sont détenus à Gasr Garabulli, au nord-ouest de la Libye, le 23 mai 2022. (Photo AP)
Short Url
  • Federico Soda, chef de la mission de l’OIM, affirme que les efforts déployés sont trop faibles pour avoir une incidence sur «le cadre de détention arbitraire et les conditions déplorables» du pays
  • Un rapport publié récemment par l’OIM révèle qu’un nombre record de trente-deux mille quatre cent vingt-cinq personnes ont été renvoyées en Libye après avoir tenté de se rendre en Europe l’année dernière

LONDRES: L’Europe se mobilise très peu pour se préoccuper du sort de milliers de migrants qui sont, pour la plupart, détenus arbitrairement et dans des «conditions déplorables» en Libye, déclare le chef d’une organisation non gouvernementale (ONG) internationale.
Federico Soda, chef de la mission de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) des nations unies en Libye, affirme que les efforts déployés sont trop faibles pour avoir une incidence sur «le cadre de détention arbitraire et les conditions déplorables» du pays pour les migrants.
«La plupart des États membres gardent le silence sur ces questions», précise-t-il aux journalistes à Bruxelles. «Sur de nombreux sujets concernant la Libye, l’OIM est la seule voix. C’est problématique. Ce qui me préoccupe par-dessus tout, c’est cette forme de complaisance.»
Il décrit l’attitude qui prévaut en Europe ainsi: «Le problème ne se passe pas chez nous, alors gardons-le éloigné.»
M. Soda soutient que la communauté internationale devrait «condamner» plus fermement ce qui se passe et réclamer «l’adoption de lois et d’enquêtes» sur la situation en Libye.
Un rapport publié récemment par l’OIM révèle qu’un nombre record de trente-deux mille quatre cent vingt-cinq personnes ont été renvoyées en Libye après avoir tenté de se rendre en Europe l’année dernière.
La majorité d’entre elles ont été interceptées ou sauvées dans de petites embarcations souvent dangereuses dans lesquelles elles voyagent pour traverser la mer Méditerranée.
Federico Soda affirme que le problème concerne la société dans son ensemble. De nombreux groupes sont coupables d’avoir permis à la crise de perdurer.
«Il ne s’agit pas que des représentants élus. L’ensemble de la communauté a une part de responsabilité, car lorsque les sociétés deviennent aussi polarisées que nous le sommes sur les questions de migration, je pense que nous devrions tous nous regarder dans le miroir et nous mettre à la place de ces gens», conclut-il.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Entrée interdite à La Mecque sans permis pour les expatriés

Short Url
  • Le général de brigade Sami al-Shuwairekh, porte-parole de la sécurité publique, déclare que cette mesure est conforme au règlement du pèlerinage du Hajj pour cette année
  • Le Royaume déploie par ailleurs d’importants efforts pour améliorer les services logistiques pendant le Hajj dans le but de proposer une saison de pèlerinage réussie

LA MECQUE: La Direction générale de la sécurité publique a exigé que les expatriés qui souhaitaient entrer à La Mecque pour le Hajj obtiennent un permis des autorités à partir de jeudi.
Pour que les expatriés aient la possibilité d’entrer dans la Ville Sainte, l'un des documents suivants est requis: un permis d'entrée pour travailler dans les Lieux saints délivré par l'autorité compétente, une autorisation de résidence (iqama) délivrée par La Mecque, un permis d’Omra ou de Hajj.
Le général de brigade Sami al-Shuwairekh, porte-parole de la sécurité publique, déclare que cette mesure est conforme au règlement du pèlerinage du Hajj pour cette année.
«Selon ces instructions, seuls les expatriés qui obtiennent un permis d'entrée à La Mecque seront autorisés à entrer dans la Ville sainte à partir de jeudi. Ils peuvent obtenir les permis auprès des autorités compétentes. L’ensemble des véhicules et des résidents qui ne présenteront pas les documents requis seront refoulés», souligne-t-il.
Ahmed Saleh al-Halabi, spécialiste des services du Hajj et de l’Omra, a déclaré à Arab News que ces changements sont le résultat d'années de surveillance des entrées dans les Lieux saints. Des mesures pratiques permettent d'organiser en toute sécurité l'entrée des résidents à La Mecque, précise-t-il.
«Ce dispositif est mis en place afin d'éradiquer toute forme d'infiltration des Lieux saints, notamment en ce qui concerne les résidents qui ne détiennent pas de permis, qui sont en vacances et se rendent à La Mecque pour travailler ou qui restent chez leurs parents et leurs amis et s'infiltrent ensuite dans les Lieux saints pour accomplir le pèlerinage. Ils dorment alors sur les trottoirs, ce qui a des conséquences déplorables sur l'environnement et la propreté publique», explique-t-il.
Le Dr Othman Qazzaz, chef du département de recherche et d'études sur les médias à l'Institut de recherche sur le Hajj et l’Omra du Gardien des deux Saintes Mosquées, fait savoir à Arab News que le Royaume déploie par ailleurs d’importants efforts pour améliorer les services logistiques pendant le Hajj dans le but de proposer une saison de pèlerinage réussie.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com