À trois mois de la présidentielle, forte augmentation des violences contre les élus en France

Le député de la majorité Pascal Bois. (Photo, AFP)
Le député de la majorité Pascal Bois. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Dimanche 23 janvier 2022

À trois mois de la présidentielle, forte augmentation des violences contre les élus en France

  • Plus de 300 plaintes pour «menace de mort» ont été déposées par ces derniers depuis juillet
  • Selon le ministère de l'Intérieur, 1 186 élus ont été pris pour cible dans les onze premiers mois de 2021

PARIS : Le député de la majorité Pascal Bois dormait chez lui fin décembre lorsque des pompiers l'ont réveillé pour lui annoncer que son garage brûlait. En France, les violences contre les élus ont fortement augmenté ces dernières années, à quelques mois de la présidentielle.

"Il y a eu naturellement un moment de sidération, que j'ai assez vite dépassé. J'ai essayé de garder mon sang-froid", raconte-t-il. Le garage étant situé dans une dépendance, son domicile n'a heureusement pas été touché. "Très vite, j'ai compris que c'était un acte délibéré."

Sur le muret de sa maison, située à une trentaine de kilomètres de Paris, deux tags confirment son intuition : "Ça va péter" et "Votez non" au pass vaccinal, un projet de loi alors en discussion, depuis lors validé par l'Assemblée nationale, où siège Pascal Bois, et le Sénat. 

Le député de La République en marche, le parti du président Emmanuel Macron, a soutenu ce dispositif détesté des non vaccinés, qui leur interdit l'accès aux activités de loisir, restaurants, bars, et autres transports interrégionaux.

Ce n'était pas sa première alerte. En novembre, il avait déjà reçu des menaces de mort dans un courrier accompagné d'une balle.

Biens incendiés, dégradations, jets de pierre, courriels ou tweets d'intimidation ou d'insulte... "Nous constatons une augmentation extrêmement forte des menaces, et donc des violences contre les élus", regrettait le 11 janvier le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

«Je vais te décapiter»

Plus de 300 plaintes pour "menace de mort" ont été déposées par ces derniers depuis juillet, dont 60 sur les dix premiers jours de 2022, poursuivait-il.

Selon le ministère de l'Intérieur, 1 186 élus ont été pris pour cible dans les onze premiers mois de 2021, dont 162 parlementaires et 605 maires ou adjoints victimes d'agressions physiques, soit une hausse de 47% par rapport à 2020. 419 outrages ont aussi été recensés (+30%).

À quatre mois de la présidentielle, que suivront des législatives en juin, la défiance envers le personnel politique semble atteindre un paroxysme, entretenu par un mouvement anti-vaccin qui lui aussi se radicalise.

En novembre, 60% des personnes interrogées pour un sondage sur la perception de l'Assemblée nationale disaient comprendre les comportements violents à l'endroit des députés, et 13% les approuvaient.

Début janvier, les chefs des principaux partis politiques sont entrés ensemble dans l'hémicycle pour dénoncer à l'unisson "la montée de la haine" à leur encontre, une démonstration d'unité rare.

"Des députés reçoivent des messages, où il est écrit : 'Je vais te décapiter', 'Je vais te poignarder'. Des mots qui veulent inspirer le crime", s'est inquiété le président de l'Assemblée Richard Ferrand, dans un entretien au quotidien Le Monde. 

Ces citoyens, "finissent par adopter parfois la violence pour tenter de se faire entendre", a-t-il analysé. "On a longtemps parlé d'exclusion sociale, je crois qu'aujourd'hui un certain nombre de Français se vivent en exclusion politique."

Intensification depuis Macron

Un sentiment qui semble s'être fortement intensifié depuis l'élection d'Emmanuel Macron en 2017, les épisodes de violence s'étant encore "accélérés ces derniers mois et semaines", selon Isabelle Sommier, spécialiste de la violence politique à l'université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Les "Gilets jaunes", un mouvement de contestation des élites et notamment du président sortant, incarnent ce phénomène. Partis des zones rurales et des petites villes, ils ont embrasé la France entre fin 2018 et début 2020, jusqu'au premier confinement lié à la Covid-19.

Les anti-vaccin, qui ont pris leur suite, paraissent recouper géographiquement et socio-économiquement les "Gilets jaunes", note Mme Sommier, pour qui la  manière très centralisée de gouverner de M. Macron, parfois perçue comme pro-riches et provocatrice, a pu attiser les flammes.

Le chef de l'Etat français, giflé lors d'un bain de foule improvisé dans le sud-est de la France en juin, a ainsi déclaré début janvier qu'il voulait "emmerder" les non-vaccinés. 

Le pays reste toutefois moins violent qu'après-guerre, et les incidents d'aujourd'hui doivent être relativisés, relève Isabelle Sommier. Mais après les meurtres de deux députés en Grande-Bretagne depuis 2016, ces attaques inquiètent fortement de nombreux élus français.

"Je fais un petit peu plus attention à ce qui se passe autour de moi", résume Pascal Bois. "Je regarde si je ne suis pas suivi en voiture. Tous mes collègues ont pris l'habitude de faire la même chose."


Mélenchon considère Borne comme une «libérale jusqu'au bout des ongles»

Le leader du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 mai 2022 (Thomas SAMSON / AFP).
Le leader du parti de gauche français La France Insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, lors d'une conférence de presse à Paris, le 19 mai 2022 (Thomas SAMSON / AFP).
Short Url
  • «Mme Borne a un casier de maltraitance sociale extrêmement chargé. Elle est libérale jusqu'au bout des ongles et elle va au bout de sa logique», a déclaré le chef de file LFI Jean-Luc Mélenchon
  • A ce titre, le leader insoumis a notamment rappelé que la nouvelle cheffe du gouvernement avait «changé le régime d'allocation chômage»

PARIS : Jean-Luc Mélenchon a considéré dimanche qu’Élisabeth Borne était "libérale jusqu'au bout des ongles", ironisant sur les commentaires visant à dépeindre la nouvelle Première ministre comme une femme de gauche.

"Mme Borne a un casier de maltraitance sociale extrêmement chargé. Je ne lui fais pas un procès d'intentions. Je pense que c'est une femme cohérente. Je la respecte. Elle est libérale jusqu'au bout des ongles et elle va au bout de sa logique", a déclaré le chef de file LFI au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro.

A ce titre, le leader insoumis a notamment rappelé que la nouvelle cheffe du gouvernement avait, dans ses précédents portefeuilles ministériels, "aboli le statut des cheminots" ou encore "changé le régime d'allocation chômage".

Alors que l'exécutif s'apprête à dévoiler de nouvelles mesures anti-inflation, M. Mélenchon, qui souhaite que les prochaines élections législatives lui permettent d'accéder à Matignon, a balayé les propositions de l'actuelle majorité pour tenter d'enrayer la hausse des prix.

En référence au chèque alimentation annoncé par l'exécutif, M. Mélenchon a considéré qu'il n'était "pas la réponse" sans pour autant le refuser en bloc. 

"Il y a des moments où c’est bien qu’il y ait des chèques (...) mais ce n'est pas la réponse", a déclaré M. Mélenchon car c'est "le trésor public qui alimente le trésor privé". 

"Je suis pour le blocage des prix", a-t-il rappelé, insistant pour trouver la solution qui permettra d'arrêter "la spirale inflationniste" en particulier sur les carburants et les prix de l'énergie. 


Retraites : Borne fait le voeu de «ne pas mentir» aux Français

La Première ministre française et candidate à la députation Elisabeth Borne visite une ferme laitière à Bernières-le-Patry, le 21 mai 2022, lors d'une visite de campagne dans la 6e circonscription du Calvados (Photo, AFP).
La Première ministre française et candidate à la députation Elisabeth Borne visite une ferme laitière à Bernières-le-Patry, le 21 mai 2022, lors d'une visite de campagne dans la 6e circonscription du Calvados (Photo, AFP).
Short Url
  • La Première ministre Elisabeth Borne défend dimanche dans le JDD le projet de réforme des retraites
  • Pour la Première ministre annoncer aux Français qu’ils vont travailler moins, brandir la retraite à 60 ans, c’est leur mentir

PARIS: La Première ministre Elisabeth Borne défend dimanche dans le JDD le projet de réforme des retraites, insistant sur son voeu de "ne pas mentir" aux Français.

"Ceux qui voudraient faire croire (que la réforme des retraites) n’est pas indispensable ne disent pas la vérité aux Français", affirme la cheffe du gouvernement.

Emmanuel Macron a proposé pendant la campagne présidentielle de "décaler l'âge légal" de départ à la retraite "de 4 mois par an" pour le porter "en 2031 à 65 ans", avec un dispositif de "carrières longues" et un autre de "pénibilité".

"L’enjeu, pour notre pays, est d’assurer la force de notre modèle social, de poursuivre le progrès social et d’investir, notamment dans la santé et l’éducation", plaide Mme Borne : "Le président de la République a pris des engagements clairs : ni hausse d’impôts, ni augmentation de la dette. Or, nous vivons de plus en plus longtemps, le rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de retraités diminue… Si on veut préserver le système de retraite par répartition, auquel nos concitoyens sont attachés, il faudra progressivement travailler un peu plus longtemps".

La retraite à 65 ans "n’est pas un totem", assure-t-elle, "mais il faut assurer le financement de notre modèle social. Et annoncer aux Français qu’ils vont travailler moins, brandir la retraite à 60 ans, c’est leur mentir. C’est ce qu’a fait le RN pendant des années. C’est aussi une mesure que l’on retrouve dans le programme de la Nupes et qui n’est pas crédible. Les promesses façon +demain, on rase gratis+, les Français n’y croient pas. Moi, je ne leur mentirai pas.".


France: manifestation contre un projet d'usine d'un groupe danois, jugée polluante

Cette vue générale montre une brume de pollution sur Lyon, dans le sud-est de la France, le 15 octobre 2021. (Photo, AFP)
Cette vue générale montre une brume de pollution sur Lyon, dans le sud-est de la France, le 15 octobre 2021. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le projet avait pourtant reçu un avis défavorable après une enquête publique concluant aux nuisances du site, liées notamment à son impact environnemental
  • Samedi, 400 à 500 manifestants ont critiqué une usine «qui serait une des plus polluantes de France» et dénoncé un «déni de démocratie»

LILLE : Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi dans le nord de la France contre un projet d'une usine de laine de roche du géant danois Rockwool, dénonçant notamment la pollution de l'air qu'il génèrerait.

Leader mondial de la fabrication d'isolants en laine de roche, Rockwool a été autorisé l'an dernier de la préfecture de l'Aisne à exploiter l'usine à Courmelles, un village au sud de la ville de Soissons, dans le département de l'Aisne.

Le projet avait pourtant reçu un avis défavorable après une enquête publique concluant aux nuisances du site, liées notamment à son impact environnemental dans ce département essentiellement rural.

Samedi, 400 à 500 manifestants ont critiqué une usine "qui serait une des plus polluantes de France" et dénoncé un "déni de démocratie" mais aussi la production d'un produit utilisé pour l'isolation thermique "non durable, non recyclable, déjà obsolète", selon le collectif d'opposants Stop Rockwool.

Le conseil municipal de Courmelles s'est lui aussi prononcé, à l'unanimité, contre cette implantation, tout comme de nombreux riverains et un collectif de médecins qui alerte sur le rejet de substances toxiques dans l'atmosphère (particules fines, ammoniac, acide chlorhydrique...).

Dans ce bras de fer, les deux parties ont saisi le tribunal administratif.

Les associations s'opposant au projet ont déposé des recours contre l'arrêté préfectoral en juillet 2021 tandis que la préfecture de l'Aisne et la société Rockwool ont attaqué l'arrêté municipal refusant le permis de construire.

Sur son site internet, Rockwool explique transformer une ressource naturelle abondante en des produits qui répondent aux "plus grands défis de notre monde" en améliorant les performances thermiques des bâtiments.