Ukraine : Zelensky tempère, Poutine et Macron prônent la désescalade

Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 28 janvier 2022 montre le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse avec des médias étrangers à Kiev.(AFP)
Cette photo prise et publiée par le service de presse présidentiel ukrainien le 28 janvier 2022 montre le président ukrainien Volodymyr Zelensky s'exprimant lors d'une conférence de presse avec des médias étrangers à Kiev.(AFP)
Short Url
Publié le Vendredi 28 janvier 2022

Ukraine : Zelensky tempère, Poutine et Macron prônent la désescalade

  • Plus de 100.000 soldats russes sont déployés aux frontières ukrainiennes depuis fin 2021, signe pour Washington qu'une invasion pourrait être imminente
  • La Russie dément tout projet d'invasion, mais s'estime menacée par l'expansion de l'Otan depuis 20 ans et par le soutien occidental à l'Ukraine

KIEV : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé vendredi les Occidentaux à ne pas semer la "panique" autour des tensions avec la Russie, accusée de préparer une invasion de l'Ukraine, tout en lui réclamant un geste prouvant qu’elle n’allait pas attaquer.

Ses déclarations sont intervenues à un moment où le président russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron sont convenus, dans un entretien téléphonique, de la "nécessité d'une désescalade", selon la présidence française.

Plus de 100.000 soldats russes sont déployés aux frontières ukrainiennes depuis fin 2021, signe pour Washington qu'une invasion pourrait être imminente.

"La probabilité de l'attaque existe, elle n'a pas disparu et elle n'a pas été moins grave en 2021", mais "nous ne voyons pas d'escalade supérieure à celle qui existait" l'année dernière, a cependant déclaré vendredi M. Zelensky, au cours d'une conférence de presse.

"Nous n'avons pas besoin de cette panique", a-t-il souligné, tout en appelant la Russie à "faire des pas pour prouver" qu'elle ne va pas passer à l'attaque.

"Le plus grand risque pour l'Ukraine" actuellement, c'est "la déstabilisation de la situation à l'intérieur du pays", a-t-il estimé.

La Russie dément tout projet d'invasion, mais s'estime menacée par l'expansion de l'Otan depuis 20 ans et par le soutien occidental à l'Ukraine.

Elle a donc lié la désescalade à la fin de la politique d'élargissement de l'Alliance atlantique, notamment à l'Ukraine, et au retour des déploiements militaires occidentaux aux frontières de 1997.

Les Etats-Unis et l'Otan ont formellement rejeté mercredi ces demandes.

"Les réponses des Etats-Unis et de l'Otan n'ont pas tenu compte des inquiétudes fondamentales de la Russie", a relevé le Kremlin dans un communiqué consacré à l'entretien entre MM. Poutine et Macron.

"La question clé a été ignorée, à savoir comment les Etats-Unis et leurs alliés comptent (...) mettre en oeuvre le principe selon lequel personne ne doit renforcer sa sécurité au détriment d'autres pays", a fait valoir le chef de l'Etat russe, selon la même source.

« Aucune intention offensive »

Selon l'Elysée, les deux dirigeants sont toutefois convenus de la "nécessité d'une désescalade" et d'une poursuite du "dialogue" dans la crise ukrainienne.

"Le président Poutine n'a exprimé aucune intention offensive", a noté la présidence française.

Les Européens et les Américains ont promis des sanctions féroces et sans précédent en cas d'attaque contre l'Ukraine.

Ont été évoqués le gazoduc stratégique Nord Stream 2 entre la Russie et l'Allemagne ou encore l'accès des Russes aux transactions en dollars, la monnaie reine dans les échanges internationaux.

Washington et l'Union européenne ont affirmé vendredi dans une déclaration commune qu'ils travaillaient à la fourniture de "volumes supplémentaires de gaz naturel" destinés à l'Europe, afin de faire face à un éventuel contre-coup d'une "nouvelle invasion russe de l'Ukraine".

Les Etats-Unis ont par ailleurs saisi jeudi le Conseil de sécurité de l'ONU, réclamant une réunion lundi en raison de la "menace claire" que fait peser à leurs yeux la Russie sur "la paix et la sécurité internationales".

De son côté, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré dans la matinée que la Russie ne voulait "pas de guerre" et préférait la "voie de la diplomatie".

Un haut responsable américain, sous couvert de l'anonymat, a "salué" ces déclarations. "Mais il faut que ce soit appuyé par des actes", a-t-il souligné, insistant sur le "retrait" des troupes russes de la frontière ukrainienne.

Moscou avait pour sa part prévenu qu'un rejet de ses demandes allait se traduire par des représailles d'ampleur, sans plus de précisions. "Nous ne permettrons pas (...) que nos intérêts soient grossièrement bafoués, ignorés", a souligné vendredi M. Lavrov.

Dans la soirée, la diplomatie russe a annoncé interdire d'entrée en Russie des représentants des forces de l'ordre, des organes législatifs et exécutifs de certains pays de l'UE qui sont "personnellement responsables de la propagation de la politique antirusse".

Des députés russes en vue ont proposé quant à eux que la Russie reconnaisse l'indépendance des territoires séparatistes prorusses en Ukraine et qu'elle les arme.

Le Kremlin est déjà considéré comme l'instigateur de ce conflit dans l'est du territoire ukrainien, qui a été déclenché en 2014 peu après l'annexion russe de la Crimée ukrainienne et dans la foulée d'une révolution pro-occidentale à Kiev. 


Canada: un homme armé provoque la panique à Toronto, le suspect décédé

Un homme armé d'un fusil et circulant à proximité d'une école a provoqué la panique jeudi à Toronto (Photo, AFP).
Un homme armé d'un fusil et circulant à proximité d'une école a provoqué la panique jeudi à Toronto (Photo, AFP).
Short Url
  • Alertées par des témoins, ayant aperçu un homme armé dans un quartier de l'est de la métropole canadienne, les autorités ont confiné les écoles alentours avant l'intervention de la police
  • Selon le compte Twitter de la police, le suspect, âgé d'environ 20 ans, portait une casquette blanche et un manteau long

MONTREAL: Un homme armé d'un fusil et circulant à proximité d'une école a provoqué la panique jeudi à Toronto, deux jours après la tuerie perpétrée dans une école primaire du Texas aux Etats-Unis, qui a fait 21 victimes.

Alertées par des témoins, ayant aperçu un homme armé dans un quartier de l'est de la métropole canadienne, les autorités ont confiné les écoles alentours avant l'intervention de la police.

"La police a été confrontée à cet individu", a déclaré James Ramer, le chef de police de la ville, lors d'une conférence de presse sans donner plus de détails, précisant toutefois que le suspect était "décédé".

Selon le compte Twitter de la police, le suspect, âgé d'environ 20 ans, portait une casquette blanche et un manteau long.

"En raison de la proximité de l'école, je comprends à quel point cela a pu être traumatisant pour les élèves, les parents et le personnel étant donné ce qui s'est produit récemment aux États-Unis", a précisé James Ramer, ajoutant qu'il "n'y a plus de menace à la sécurité publique".

"Nous allons renforcer notre présence dans le secteur, à court terme", a affirmé le chef de police qui dit ignorer les intentions de cet homme. 

Mardi, une fusillade dans une école primaire à Uvalde, au Texas, a tué fait 21 morts, dont 19 enfants et deux enseignantes.


La confiance dans la Russie est perdue pour «des générations» selon la Première ministre finlandaise

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la première ministre finlandaise Sanna Marin posant pour une photo avant leurs entretiens à Kiev (Photo, AFP).
Le président ukrainien Volodymyr Zelensky et la première ministre finlandaise Sanna Marin posant pour une photo avant leurs entretiens à Kiev (Photo, AFP).
Short Url
  • La Suède et la Finlande ont jugé nécessaire de se placer à l'abri du parapluie de l'Otan face à la Russie
  • Les deux pays tournent ainsi la page de décennies de neutralité puis de non-alignement militaire

KIEV: Après l'invasion de l'Ukraine, la confiance dans la Russie est "perdue pour des générations", a déclaré jeudi à Kiev la Première ministre finlandaise Sanna Marin, dont le pays vient de soumettre sa demande d'adhésion à l'Otan. 

"Ce que la Russie a fait est un tournant pour toute la famille européenne et pour le monde entier. Nous voyons que l'ancien système est détruit et qu'il n'y a pas de retour en arrière aux anciennes relations", a déclaré Mme Marin au cours d'un point de presse avec le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal. 

"La confiance est perdue pour des générations", a-t-elle ajouté.

Sanna Marin s'est également entretenue avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky et s'est rendue à Boutcha et Irpin, villes près de Kiev occupées puis abandonnées par l'armée russe, devenues symboles de massacres de civils imputés aux troupes russes. 

"Nous savons maintenant de quoi la Russie est capable dans ses actions agressives. Nous voyons maintenant quels crimes provoque l'impérialisme. Et nous voyons qu'aucun crime ne doit resté impuni", a-t-elle souligné. 

"Il est important que l'Union européenne soit unie, audacieuse et déterminée face à l'invasion russe", a déclaré la Première ministre citée dans un communiqué du gouvernement finlandais en ajoutant qu'il était "important de prendre des mesures concrètes" pour aider l'Ukraine à devenir membre de l'Union européenne. 

Après un bond spectaculaire en faveur de l'adhésion dans l'opinion publique, la Suède et la Finlande ont jugé nécessaire de se placer à l'abri du parapluie de l'Otan face à une Russie capable d'envahir militairement un de ses voisins.

Les deux pays tournent ainsi la page de décennies de neutralité puis de non-alignement militaire.


Ukraine: violents combats dans le Donbass, Zelensky accuse la Russie de «génocide»

Volodymyr Zelensky sur écran géant lors de son allocution par visioconférence dans le cadre du Forum économique mondial à Davos le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Volodymyr Zelensky sur écran géant lors de son allocution par visioconférence dans le cadre du Forum économique mondial à Davos le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Les accusations de M. Zelensky font écho à celles de Moscou, qui a justifié son invasion par un prétendu génocide
  • L'armée russe, qui, après avoir échoué à prendre Kiev et Kharkiv, a concentré ses efforts sur la conquête complète du Donbass

KHARKIV: L'Ukraine a décrit jeudi une offensive militaire russe d'"intensité maximale" et une situation extrêmement difficile dans le Donbass, dans l'est de son territoire, où le président Volodymyr Zelensky accuse Moscou de pratiquer un "génocide".

"L'actuelle offensive des occupants dans le Donbass pourrait rendre la région inhabitée", a affirmé M. Zelensky dans son adresse télévisée dans la nuit de jeudi à vendredi, accusant les forces russes de chercher à "réduire en cendres" plusieurs villes de la région.

Les forces russes pratiquent la "déportation" et "les tueries de masse de civils" dans le Donbass, a poursuivi M. Zelensky, selon qui "tout ceci (...) est une politique évidente de génocide menée par la Russie".

Les accusations de M. Zelensky font écho à celles de Moscou, qui a justifié son invasion par un prétendu "génocide" pratiqué par les Ukrainiens contre la population russophone dans le Donbass.

En avril, le Parlement ukrainien avait déjà adopté une résolution qualifiant de "génocide" les agissements de l'armée russe, et avait exhorté tous les pays étrangers et organisations internationales à faire de même. Le président américain Joe Biden a lui-même employé cette expression, tandis que son homologue français Emmanuel Macron s'y refuse.

L'armée russe, qui, après avoir échoué à prendre Kiev et Kharkiv, a concentré ses efforts sur la conquête complète du Donbass, bassin industriel de l'est déjà partiellement contrôlé par des séparatistes prorusses depuis 2014, continue de progresser lentement.

"C'est dur, mais nous tenons le coup. Nous combattons pour chaque centimètre de la ligne de front, pour chaque village. Les armes occidentales nous aident à rejeter l'ennemi hors de notre terre", a écrit sur Telegram le commandant en chef des forces armées ukrainiennes Valeriï Zaloujny.

"Nous avons grand besoin d'armes qui permettront de frapper l'ennemi à grande distance", a-t-il ajouté, soulignant que "tout délai (dans ces livraisons d'armes lourdes) se paie par la vie de gens qui protègent le monde du Ruscisme", la contraction de "Russie" et "fascisme" employée en Ukraine pour désigner le régime instauré à Moscou par Vladimir Poutine.

Pas de pacifisme faible

Appuyée par un déluge de bombes, l'armée russe menace Severodonetsk, une ville de 100.000 habitants avant la guerre, qui pourrait connaître le même sort que Marioupol, le port du sud-est en grande partie détruit après des semaines de siège.

"La mission est extrêmement difficile dans la région de Lougansk après trois mois d'attaques et de bombardements permanents. Et maintenant toutes les forces des Russes sont concentrées ici et nous devons contenir cette horde", a dit le gouverneur de cette région du Donbass, Serguiï Gaïdaï, sur Telegram.

"Il est clair que petit à petit nos gars reculent vers des positions mieux fortifiées", a-t-il ajouté.

"Les combats ont atteint leur intensité maximale et une étape longue et extrêmement difficile nous attend", a résumé à Kiev jeudi la vice-ministre de la Défense Ganna Malyar au cours d'un point de presse.

Elle s'est élevée contre ceux qui "ressortent encore une fois, du tiroir honteux de Munich, l'idée traîtresse d'apaiser l'agresseur".

"Nous rejetons ce pacifisme faible. L'Ukraine se battra pour la libération complète de ses territoires dans leurs frontières internationalement reconnues. Et Poutine peut sauver la face en se retirant de nos territoires", a-t-elle ajouté, dans une allusion apparente aux appels, notamment de Paris, à ne pas "humilier" la Russie.

Pour sa part Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk, a publié sur Telegram : "Des combats extrêmement durs font rage aux abords de Severodonetsk, ils (les Russes) sont en train de détruire complètement la ville".  

Rejet du plan italien

La Russie, qui selon des analystes veut consolider ses gains territoriaux dans l'est et le sud de l'Ukraine avant toute solution négociée, a rejeté jeudi un plan de paix italien.

Celui-ci qui prévoyait, sous garantie de l'ONU, un cessez-le-feu et le retrait des troupes, l'entrée de l'Ukraine dans l'UE mais pas dans l'Otan, et un statut d'autonomie pour le Donbass et la Crimée qui resteraient sous la souveraineté ukrainienne.

La Russie poursuit donc son offensive, bombardant à nouveau jeudi Kharkiv, deuxième ville du pays qui avait entamé un retour à une vie normale mi-mai et où la circulation du métro avait repris.