Nucléaire iranien: la diplomatie européenne à l’épreuve des négociations de Vienne

Le palais de Coburg où se déroulent les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne. (AFP).
Le palais de Coburg où se déroulent les négociations sur le nucléaire iranien à Vienne. (AFP).
Short Url
Publié le Lundi 31 janvier 2022

Nucléaire iranien: la diplomatie européenne à l’épreuve des négociations de Vienne

  • Le test de Vienne 2022 est capital pour l’aura d’une Union européenne qui peine à trouver sa place parmi les grandes puissances d’aujourd’hui
  • L’UE pourrait être considérablement affectée par un accord mal ficelé et non étendu à des questions plus larges (missiles balistiques et stabilité régionale), ou par un échec retentissant

PARIS: Les négociations de Vienne sur le nucléaire iranien entrent dans une phase critique d’un processus relancé en novembre dernier. Elles représentent un défi au niveau mondial et un test pour le rôle médian de l’Union européenne (UE).

Après tant de suivi et d’efforts de l’UE et de la troïka européenne (France, Grande-Bretagne, Allemagne), l’influence européenne n’est plus la même que lors du mandat de Hassan Rohani et s’est réduite depuis l’élection du nouveau président iranien, Ebrahim Raïssi. Cela inclut l’ordre du jour des négociations, tout comme la perception et l’efficacité des démarches européennes. Ainsi, dans le cas d’un accord de Vienne bis ou d’un accord provisoire, ou même en cas d’échec cuisant, le dilemme de la diplomatie européenne est certain compte tenu de l’impact du résultat sur les équilibres régionaux et internationaux, ainsi que le système de non-prolifération des armes nucléaires.

Depuis l’épisode de Federica Mogherini comme «Haute représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité» (2014-2019), l’accord sur le nucléaire de 2015 fut l’un de rares succès diplomatiques de l’UE en tant que tel. Pour cette raison, le test de Vienne 2022 est aussi capital pour l’aura d’une UE qui peine à trouver sa place parmi les grandes puissances d’aujourd’hui.

Négociations menacées d’enlisement

Les négociations de Vienne qui traînent en longueur depuis avril 2021 ont été en pratique paralysées par l’intransigeance et la procrastination de l’Iran. Téhéran refuse le principe de la concomitance entre la levée des sanctions américaines et l’engagement iranien pour un retour au respect de clauses de l’accord de 2015.

Il semble que toutes les tentatives de trouver un compromis aient échoué. Au point que le ministre français des Affaires étrangères (après une réunion avec ses homologues allemand et britannique) a estimé, le 20 janvier, que la négociation à Vienne «ne peut se poursuivre à un rythme aussi lent» sous peine de rendre impossible la relance de l'accord. Il serait en effet vidé de sa substance en raison de violations iraniennes. Cette mise en garde s’explique par la crainte qu’ont les Occidentaux que les progrès de la République islamique lui permettent d’obtenir le statut d’«État de seuil nucléaire». En somme, ils redoutent un possible enrichissement d’uranium passant de 60% à 90% et la mise en service de centrifugeuses très développées.

Pour les spécialistes européens, nous sommes dans la dernière ligne droite pour sauver les négociations. Ils insistent sur «l’urgence» à conclure ces négociations, alors que Téhéran se rapproche de «manière significative» du stock d'uranium nécessaire à la fabrication d’une bombe. Ce constat est partagé par une source diplomatique américaine qui précise qu’en novembre dernier, la partie américaine a été prise de court par l’accélération du programme nucléaire iranien, et par le fait que Téhéran soit plus belliqueux dans ses activités régionales.

Dans ce cadre, Européens et Américains s’accordent à dire que les enjeux vont bien au-delà de l'Iran, ils concernent le Moyen-Orient et le système mondial de prolifération.

La sécurité régionale en question

Les négociations nucléaires de Vienne oscillent donc entre progrès timides et risques d’échec. Bien que tous les participants aux négociations parient sur le succès, la méfiance et les grands antagonismes dominent encore en Amérique et en Iran.

Dans tous les cas de figure, le grand absent des négociations est le Moyen-Orient, qui sera le plus impacté par les résultats des négociations: l'échec comme le succès représentent un problème. Plus critique encore, l’Iran donne l’impression de négocier en position de force, parce que les Américains et les Européens négocient en effet à partir de positions dispersées et manquent de leviers de pression ou de plan B. Téhéran profite de sa position géopolitique et de ses atouts pour naviguer entre Américains, Européens, Russes et Chinois. L’Iran parvient à imposer l'ordre du jour: aucune discussion ne concerne autre chose que  l'accord nucléaire de 2015. Aucune négociation directe ne se tient avec les États-Unis (avant la levée de toutes les sanctions américaines).

Ainsi, l’Iran ne fait pas de concessions sur son retour à ses obligations contenues dans l’accord depuis le retrait unilatéral de Washington à l’ère Trump. Téhéran insiste pour que soient d’abord levées toutes les sanctions américaines, et qu’un processus soit mis en œuvre pour éviter qu’une partie à l’accord puisse s’en retirer de son propre gré en imposant à nouveau des sanctions (la dernière condition est inapplicable, elle nécessite la transformation de l’accord en traité validé par le Congrès).

Pire encore, l’administration Biden, tout comme les Européens, ont accepté d’abandonner leur insistance sur un accord «plus long et plus fort», et de discuter du programme de missiles de l'Iran et du comportement iranien déstabilisateur au Moyen-Orient.

Dans ce contexte, l’histoire se répète. L’administration Obama avait déjà commis l’erreur de   «remodeler» toute la politique américaine dans la région (en abandonnant ses alliés arabes) pour parvenir à un accord nucléaire sans aucune discussion sur l'influence régionale de l'Iran. L'argument était qu'un accord serait «meilleur pour la sécurité de l'Amérique et la sécurité de ses alliés et de ses entreprises». Pour l’Europe, voisine du Moyen-Orient, les risques pour la sécurité régionale pourraient concerner la sécurité stratégique européenne et les intérêts de l’UE dans la zone.

Grosso modo, en cas d’accession de l’Iran à la bombe nucléaire ou au statut d’État de seuil, tout le Moyen-Orient risque de se transformer en «lac nucléaire». En effet, au Moyen-Orient, Israël possède l'arme nucléaire depuis la fin des années soixante, d’autres pays comme l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Turquie pourraient développer des programmes nucléaires. Ceci signifie que l’effondrement de l’ordre nucléaire au Moyen-Orient pourrait mettre en péril le système international de non-prolifération des armes de destruction massive.

Possible bouleversement de l’ordre nucléaire mondial 

Sous la pression de mutations et du «chaos stratégique mondial», l’ordre nucléaire mondial, déjà périlleux, risque désormais de s'effilocher, alors que les États-Unis, la Russie et la Chine modernisent leurs arsenaux (le Pentagone estime que la Chine pourrait disposer d'au moins mille bombes d'ici à 2030), les négociations avec Téhéran représentent un test pour toute la communauté internationale, car elles visent à empêcher un dixième pays – le dernier en date étant la Corée du Nord, en 2006 – de se doter de la bombe.

L’échec des pourparlers avec l'Iran (le premier grand exercice diplomatique de Biden et un acte majeur de l’UE) aurait ainsi des conséquences dans le monde entier. Dans ce contexte, le coordinateur de l’UE, Enrique Mora, qui préside les pourparlers, prédit des discussions encore «très difficiles» dans les «jours et les semaines à venir».

Selon une source européenne à Bruxelles, la situation est très inquiétante, car pendant que les négociations s’enlisent, l’Iran installe des centrifugeuses IR-6 et IR-9, qui sont beaucoup plus rapides que les IR-1 autorisées par l'accord de 2015. La même source avertit sans nuances: «Le temps nécessaire pour que l'Iran produise suffisamment de carburant pour une bombe a chuté, passant de plus d'un an à un délai entre trois semaines et deux mois». Tous ces éléments mettent la France et l’Europe dans une position délicate, car tout succès sera attribué aux États-Unis, tandis que l’UE pourrait être considérablement affectée par un accord mal ficelé et non étendu à des questions plus larges (missiles balistiques et stabilité régionale), ou par un échec retentissant.


Ukraine: Moscou prête à appuyer sur les divisions des opinions européennes

Face à une guerre en Ukraine qui s'inscrirait dans la durée et une Russie organisée de la sorte, «une réponse globale de l'ensemble des acteurs sera nécessaire pour identifier efficacement, isoler, informer, et contrer les tentatives directes et indirectes de la Russie», estime Recorded Future. (AFP)
Face à une guerre en Ukraine qui s'inscrirait dans la durée et une Russie organisée de la sorte, «une réponse globale de l'ensemble des acteurs sera nécessaire pour identifier efficacement, isoler, informer, et contrer les tentatives directes et indirectes de la Russie», estime Recorded Future. (AFP)
Short Url
  • De très nombreux observateurs estiment que le temps joue en faveur des Russes, entre autres parce qu'il usera le soutien occidental à l'Ukraine contre l'invasion russe lancée le 24 février
  • Recorded Future croit que les tentatives directes pour saper et diviser la coalition occidentale en créant ou exacerbant les divisions visent avant tout la France, l'Allemagne, la Pologne et la Turquie

PARIS: L'appareil d'influence informationnelle russe est en ordre de marche pour exploiter les divisions à venir au sein des opinions publiques européennes sur le soutien à l'Ukraine, selon une étude d'un cabinet américain publiée jeudi.

Plus la guerre va durer, "plus il est probable que cela entraîne naturellement une érosion du soutien à la coalition occidentale, provoquée par la lassitude de la guerre et le peu d'enthousiasme pour subir des effets économiques de long terme", estime le cabinet américain spécialisé dans le renseignement, Recorded Future.

Et "il est presque certain que les opérations informationnelles russes vont encore plus tenter d'exploiter cette opportunité pour retourner l'opinion internationale en leur faveur", selon cette étude.

De très nombreux observateurs estiment que le temps joue en faveur des Russes, entre autres parce qu'il usera le soutien occidental à l'Ukraine contre l'invasion russe lancée le 24 février. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a d'ailleurs récemment insisté sur l'urgence de mettre fin au conflit avant l'hiver.

Recorded Future affirme que la Russie est en train de mener une série d'opérations d'influence pour travailler sur les opinions publiques internationales sous plusieurs angles, ciblant particulièrement certains pays.

"En se basant sur les observations des réseaux d'influence russe, Recorded Future croit que les tentatives directes pour saper et diviser la coalition occidentale en créant ou exacerbant les divisions visent avant tout la France, l'Allemagne, la Pologne et la Turquie", selon le rapport.

Ces opérations sont lancées par une multitude de vecteurs: des médias d'Etat russe comme RT, des sites suspectés d'être des couvertures des services, comme Southfront, ou des relais de désinformation et de propagande déjà connus, comme la chaîne Telegram de la ferme à troll Cyber Front Z, selon le cabinet.

En prenant plusieurs exemples, il a défini cinq grands narratifs incitant à la division: accentuer le mécontentement vis-à-vis des dirigeants, noircir l'image des réfugiés ukrainiens, exploiter les craintes économiques sur l'énergie et la nourriture, faire de l'Ukraine une racine du nazisme et du fascisme, et décrédibiliser les médias occidentaux.

La Russie a par le passé été accusée à plusieurs reprises par gouvernements et observateurs d'exploiter les réseaux sociaux à fin de perturber ou parasiter les sociétés occidentales, comme lors des élections américaines de 2016 par exemple.

Face à une guerre en Ukraine qui s'inscrirait dans la durée et une Russie organisée de la sorte, "une réponse globale de l'ensemble des acteurs sera nécessaire pour identifier efficacement, isoler, informer, et contrer les tentatives directes et indirectes de la Russie", estime Recorded Future.


Inspirés par l'Ukraine, des civils taïwanais se forment à la guérilla urbaine

Cette photo prise le 18 juin 2022 montre une taïwanaise visant une réplique d'arme de poing dans le cadre d'un atelier d'armes à feu dans le district de Linko, à New Taipei City. (AFP)
Cette photo prise le 18 juin 2022 montre une taïwanaise visant une réplique d'arme de poing dans le cadre d'un atelier d'armes à feu dans le district de Linko, à New Taipei City. (AFP)
Short Url
  • Pour Yeh, la question n'est pas de savoir s'ils devront ou non un jour mettre en pratique leurs nouvelles connaissances, mais quand
  • Il cite l'exemple de Hong Kong, où Pékin mène une sévère reprise en main ces dernières années. Pour lui, «Taïwan est le prochain»

NOUVEAU TAIPAI: En tenue de camouflage, fusil d'assaut à la main, le "Prof" Yeh risque un regard depuis derrière un véhicule. Il observe les environs et attend le signal d'avancer.

Dans la vraie vie, Yeh, 47 ans, travaille dans le marketing. Son arme est une réplique. Mais le temps d'un weekend, il s'est enrôlé dans un cours de guérilla urbaine pour se préparer à une invasion chinoise de Taïwan, une perspective très réelle selon lui.

"La guerre Russie-Ukraine, c'est la grande raison pour laquelle je suis venu à cet atelier", explique "Prof" - son "nom de guerre" pendant l'entraînement - pendant une pause entre deux séances.

Quand le président russe Vladimir Poutine a ordonné à ses troupes d'envahir l'Ukraine en février, il a réveillé les craintes les plus noires chez de nombreux Taïwanais.

L'île démocratique vit sous la menace permanente de la Chine communiste, qui la considère comme une partie de son territoire et s'est jurée de la reprendre un jour.

Mais pour Yeh, la guerre en Ukraine est aussi une source d'inspiration. La résistance acharnée des forces ukrainiennes lui a donné l'espoir qu'en employant les bonnes tactiques, Taïwan aura une chance de se défendre contre son puissant voisin.

Il n'est pas le seul. Depuis février, le nombre de participants à la formation au combat de rue a quadruplé, selon les organisateurs. Les Taïwanais se bousculent également dans les cours de maniement d'armes à feu et de premiers secours.

A Taïwan, les inquiétudes concernant la Chine couvaient déjà bien longtemps avant l'invasion de l'Ukraine. Selon Max Chiang, le patron de l'entreprise qui organise les formations, les Taïwanais ont développé "un sens aigu de la crise" depuis 2020, quand les avions militaires chinois ont commencé à multiplier les incursions dans la zone d'identification de défense aérienne de l'île.

Environ 380 de ces sorties aériennes menaçantes ont été signalées cette année-là. Le nombre a plus que doublé en 2021, et est en passe de faire de même cette année, selon une base de données de l'AFP.

Supériorité écrasante 

La supériorité militaire de Pékin face à Taipei est écrasante. Selon le ministère américain de la Défense, l'Armée populaire de libération compte plus d'un million d'hommes, contre 88.000 pour l'armée taïwanaise, 6.300 chars contre 800, et 1.600 avions de chasse contre 400.

Mais l'Ukraine a fourni un modèle très concret de comment réduire les effets de cette disparité. Elle a notamment démontré à quel point le combat pour le contrôle des villes pouvait s'avérer difficile et coûteux pour l'assaillant. Or la plupart des 23 millions de Taïwanais habitent dans des zones urbaines.

Courant en colonne à travers le parking, s'abritant derrière des bâtiments et des véhicules pour simuler l'attaque de positions ennemies, Yeh et ses quinze coéquipiers tentent de mettre en pratique certaines des leçons apprises dans les villes ukrainiennes dévastées.

"La meilleure défense, c'est l'attaque", affirme Yeh alors que non loin de là, ses instructeurs vêtus de gilets fluo prennent des notes. "Ou pour dire les choses crûment: anéantir l'ennemi et freiner toutes ses avancées".

Dans un entrepôt à côté du parking, Ruth Lam, 34 ans, tient entre ses mains un pistolet pour la première fois de sa vie. Cette employée d'un fabriquant d'ampoules pour automobiles raconte que la plupart de ses clients européens lui affirmaient qu'il n'y aurait jamais de guerre en Ukraine.

"Mais c'est arrivé", dit-elle.

«Penser au parapluie avant l'averse»

Elle espère qu'apprendre le maniement des armes lui permettra de se protéger, elle et sa famille, en cas de guerre. Elle prévoit d'approfondir son apprentissage en compagnie de ses amis. "C'est avant l'averse qu'il faut penser à son parapluie", poursuit-elle. "Nous ne savons pas quand les choses vont se produire".

Selon un sondage réalisé en mai, 61,4% des personnes interrogées se déclarent prêtes à prendre les armes en cas d'invasion de l'île.

"La volonté du peuple ukrainien de lutter contre l'agresseur a renforcé la détermination des Taïwanais de protéger leur patrie", explique à l'AFP Chen Kuan-ting, qui dirige le groupe de réflexion NextGen Foundation.

Lin Ping-yu, un ancien parachutiste, qui participe au cours de guérilla urbaine "pour rafraîchir ses connaissances en matière de combat", est du même avis.

"Ce n'est que quand les citoyens d'un pays ont la forte volonté et la détermination de défendre leur terre qu'ils peuvent convaincre la communauté internationale de les aider", affirme cet homme de 38 ans.

Pour Yeh, la question n'est pas de savoir s'ils devront ou non un jour mettre en pratique leurs nouvelles connaissances, mais quand.

Il cite l'exemple de Hong Kong, où Pékin mène une sévère reprise en main ces dernières années. Pour lui, "Taïwan est le prochain".


En Ukraine, une mode guerrière qui surfe sur le patriotisme

Anna Perebynos, 22 ans, pose avec un t-shirt de la marque Balcony Garment sur lequel on peut lire "Ici & Maintenant", à Kiev le 2 juillet 2022. (AFP)
Anna Perebynos, 22 ans, pose avec un t-shirt de la marque Balcony Garment sur lequel on peut lire "Ici & Maintenant", à Kiev le 2 juillet 2022. (AFP)
Short Url
  • Les t-shirts, créés par le label local J.Cook, représentent Patron, un chien décoré par le président Volodymyr Zelensky en mai pour son talent de dénicheur de mines
  • «Dans 90% des cas, les gens choisissent des t-shirts aux thèmes militaires. C'est une sorte de moyen d'expression. Les gens veulent montrer que ça les touche», explique l'homme d'affaires

KIEV: Dans un grand magasin de vêtements du centre de Kiev, la capitale ukrainienne, une mère et sa jeune fille flânent en regardant des t-shirts affublés d'un personnage de chien en gilet pare-balles et lunettes de soleil.

"On en a plusieurs des comme ça", lance Tatiana, qui dit venir souvent ici pour acheter des articles du genre, à la faveur d'une mode des vêtements patriotiques en plein essor en Ukraine, confrontée depuis fin février à une invasion russe.

Les t-shirts, créés par le label local J.Cook, représentent Patron, un chien décoré par le président Volodymyr Zelensky en mai pour son talent de dénicheur de mines.

"J'aime le petit Patron", dit Valeria, la fille de Tatiana, sa mère hochant la tête.

Selon le fondateur de J.Cook, Serguiï Fiout, les t-shirts avec Patron sont "actuellement les plus populaires" de la marque, nommée d'après l'explorateur britannique James Cook et qui produit ses vêtements dans l'Ouest de l'Ukraine.

"Dans 90% des cas, les gens choisissent des t-shirts aux thèmes militaires. C'est une sorte de moyen d'expression. Les gens veulent montrer que ça les touche", explique l'homme d'affaires de 34 ans, heureux de voir ses ventes exploser.

Selon lui, bon nombre de clients sont des femmes achetant ces t-shirts pour en faire cadeau à leur mari ou proche combattant actuellement sur le front.

«Talisman»

Au magasin Vsi Svoï ("Tous les nôtres") sur la principale artère commerçante de Kiev, on trouve un large choix de vêtements patriotiques.

Un mannequin à l'entrée est affublé d'un t-shirt montrant un missile anti-tank américain Javelin sur fond de fleurs, un création d'un autre label local baptisé SIL' wear.

Maria Iakniounas, 31 ans, co-propriétaire de la marque, assure que ce design, nommé "Talisman", est l'un des plus populaires. Il est inspiré d'une coutume populaire ukrainienne, les paysans ayant pour habitude d'accrocher des serviettes brodées avec des motifs floraux pour conjurer le mauvais sort.

"Aujourd'hui, le Javelin entre les mains de nos guerriers est le talisman de chaque Ukrainien", lance-t-elle, rapportant également des ventes en pleine croissance.

Les deux labels, J.Cook et SIL' wear, reversent une partie de leurs bénéfices aux forces armées.

D'autres designs se moquent des affirmations de la propagande russe, par exemple de celle assurant que l'Ukraine utilise des oies et des pigeons génétiquement modifiés comme armes biologiques.

J.Cook propose ainsi un dessin de pigeon à l'allure belliqueuse portant un casque de tankiste et une ceinture de munitions, ou d'un troupeau d'oies avec des fusils.

Les Russes "nous donnent des idées pour nos dessins", reconnaît Serguiï Fiout, disant vouloir "ironiser" sur les affirmations de Moscou et s'en "moquer".

Envoyer un message 

Et les clients semblent saisir la blague au vol.

Mykola, 14 ans, indique que ses amis et lui même aiment ces chemisettes. Elles "envoient un message et c'est pourquoi il est important de les porter", dit-il. "Ou simplement parce qu'elles vous plaisent".

Un autre client, l'informaticien Anton Oliïnyk, porte un t-shirt noir avec l'emblème du trident ukrainien en motif à fleurs. "Je suis fier de mon pays et j'ai envie de le partager avec les gens", explique-t-il, disant posséder plusieurs modèles.

Dans un autre magasin à la mode, Kapsula ("Capsule"), des vêtements et bijoux créés par des designers ukrainiens affichent les couleurs jaune et bleu du drapeau national.

"Tout est si patriotique désormais", constate la gérante Anna Perebynos, 22 ans. Son magasin organise des événements spéciaux pour que les clients découvrent les designers ukrainiens qui sortent de nouvelles collections malgré les combats.

Dans les étals, un hoodie du label MY x MY est décoré d'une carte de l'Ukraine avec le slogan: "Un endroit pour les gens heureux".

Un t-shirt de Balcony Garment montre une roquette russe avec un symbole nucléaire juxtaposés sur des colombes et des fleurs. Il y aussi des blouses traditionnelles.

"On a beaucoup de commandes à l'étranger. Venant de gens qui sont nés ici et qui sont partis", affirme Anna Perebynos.

La vague de patriotisme s'étend jusqu'au maquillage, certaines femmes marquant leurs yeux des couleurs jaune et bleu.

"C'est une grande tendance, cela montre que les gens nous soutiennent", assure Mme Perebynos.