Apprentissage: en boucherie, chômage «zéro» mais «manque de bras»

Un boucher s'entretient avec un étudiant lors d'une distribution alimentaire aux étudiants dans le besoin dans sa boucherie de Vénissieux, le 18 mars 2021. (Photo, AFP)
Un boucher s'entretient avec un étudiant lors d'une distribution alimentaire aux étudiants dans le besoin dans sa boucherie de Vénissieux, le 18 mars 2021. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 02 février 2022

Apprentissage: en boucherie, chômage «zéro» mais «manque de bras»

  • Pour ce seul cours, Pascal Pichon, formateur depuis 12 ans, et boucher depuis 42 ans compte «12 agneaux et quatre demi-veaux»
  • L'école commande entre 1,5 et 2 tonnes de viande par semaine à des fournisseurs qui la récupèrent une fois préparée par les élèves

PARIS : "Le chômage est égal à zéro" mais "on manque de bras": à l'école professionnelle de la boucherie à Paris, des apprentis se décarcassent, avec la certitude de trouver un emploi à la clé, car "il y a du taf!".

Dans l'atelier, où la température avoisine les 8 ou 9 degrés, une trentaine de jeunes de 18 ans à la trentaine, en dernière année de brevet professionnel, s'affairent à la découpe d'agneaux.

Pour ce seul cours, Pascal Pichon, formateur depuis 12 ans, et boucher depuis 42 ans compte "12 agneaux et quatre demi-veaux". L'école commande entre 1,5 et 2 tonnes de viande par semaine à des fournisseurs qui la récupèrent une fois préparée par les élèves.

"C'est un métier qui s'apprend par l'expérience", explique à l'AFP le formateur, en s'affairant dans l'atelier où la discipline règne - sécurité oblige.

S'il reconnaît des "conditions contraignantes" comme le fait de travailler dans le froid ou les week-ends et jours fériés, il assure que c'est un secteur "où on va pouvoir s'éclater, gagner sa vie et plus que ça".

Mais il s'inquiète d'un "manque de jeunes" pour compenser toutes les boutiques où "la génération qui sera à la retraite d'ici un à deux ans tient un peu la baraque".

Le secteur, qui emploie quelque 90 000 personnes, selon la Dares, a perdu 12% de ses effectifs entre 2003-2005 et 2017-2019.

"On n'a pas le vivier", déplore aussi Thomas Weisz, le directeur général de cette école de boucherie, la plus ancienne en France, ouverte depuis 1927.

Plutôt qu'un boom de l'apprentissage, il fait état d'un "trou d'air". A cause de la Covid et faute d'informations métiers auprès des collégiens en 2020-2021, l'école n'accueille que quelque 320 élèves cette année contre 355 l'année précédente.

Déjà titulaires d'un CAP, les élèves de l'atelier sont en 4e année. Ils alternent entre une semaine au CFA et deux en entreprise, pour l'essentiel en artisanat (80%).

«Même pas peur!»

"Ils ne forment pas des salariés, ils forment de futurs entrepreneurs", se félicite Eva Jollans, 30 ans, une des deux seules femmes dans l'atelier, qui s'est reconvertie après avoir exercé dans la joaillerie, car "il y avait du taf!".

"On ne compte pas nos heures, donc tant qu'à faire, autant gagner sa croute après", poursuit-elle dans sa tenue d'école bleu marine à rayure, tablier blanc et casquette siglée "EPB". "Pro-apprentissage", elle vante "une partie théorique super bien faite" et une complémentarité en entreprise, où elle gagne davantage que le Smic.

Quant aux conditions de travail, "même pas peur!", lance-t-elle, notant que l'école compte 6% de femmes, taux qui progresse d'un point chaque année.

Vincent Scotto, qui se voit bien à la tête d'une boutique où les clients pourraient manger sur place, veut croire qu'avec la Covid, les Français "ont redécouvert les commerces de proximité" et la qualité.

Le jeune homme tatoué a lui aussi eu une autre vie professionnelle comme soigneur équin, un métier qu'il appréciait mais qui "ne nourrit pas une famille". Il voit dans la boucherie "un joli métier qui a de l'avenir".

"Je suis allé en boucherie parce que j'aimais bien manger", rapporte aussi François Bonnesire après un passage en IUT génie civil où il en a eu "marre de faire des maths". Le jeune de 23 ans, qui touche 1 500-2 000 euros, se voit grossiste et estime que l'apprentissage "permet de tout connaître".

Après avoir "loupé" son Bac S en 2012, Valentin Chapuis, 28 ans, s'est pour sa part dirigé vers la charcuterie puis les pompes funèbres avant la boucherie. Il veut croire que l'image du boucher a évolué, alors que dans les métiers de bouche, "on a longtemps eu l'image de ceux qui n'étaient pas doués à l'école".

Mais "on ne parle pas assez de ces métiers-là", déplore le directeur général, notant que les bons chiffres de l'apprentissage concernent les "niveaux supérieurs". M. Weisz vante pourtant "95% d'insertion en entreprise" dans les trois mois après la formation. Et des jeunes qui "réussissent très bien", des anciens élèves, revenant même quelques années après "en Porsche ou en Maserati"...


La santé mentale des jeunes travailleurs s'est dégradée, selon une étude

En 2022, 56% des moins de 30 ans se déclarent fatigués ou épuisés, contre 49% en 2019, 22% disent consommer des somnifères, des anxiolytiques ou des antidépresseurs (contre 11% en 2019). (Photo d'illustration, AFP)
En 2022, 56% des moins de 30 ans se déclarent fatigués ou épuisés, contre 49% en 2019, 22% disent consommer des somnifères, des anxiolytiques ou des antidépresseurs (contre 11% en 2019). (Photo d'illustration, AFP)
Short Url
  • En cause souvent, le travail lui-même: 44% des jeunes qui jugent négativement leur santé mentale l'imputent au seul contexte professionnel, intensité et temps de travail  (pour 67% d'entre eux)
  • La santé mentale des jeunes travailleurs s'est dégradée depuis 2019, après deux années marquées par la pandémie de Covid et des mesures de restriction

PARIS : Les salariés de moins de 30 ans ont une santé mentale plus fragile que l'ensemble des salariés, et celle-ci s'est dégradée depuis 2019, selon une étude et des données du groupe de protection sociale Malakoff Humanis publiées mercredi.

Selon cette étude, 23% des salariés de moins de 30 ans jugent négativement leur santé mentale (contre 16% pour l'ensemble des salariés), 48% déclarent mal dormir (contre 32%), 42% se disent stressés (contre 28%) et 34% sont émotionnellement épuisés (contre 22%) voire à bout de force (29% contre 19% de l'ensemble).

En cause souvent, le travail lui-même: 44% des jeunes qui jugent négativement leur santé mentale l'imputent au seul contexte professionnel (contre 35% pour l'ensemble des salariés): intensité et temps de travail  (pour 67% d'entre eux), rapports sociaux au travail dégradés (47%).

La santé mentale des jeunes travailleurs s'est dégradée depuis 2019, après deux années marquées par la pandémie de Covid et des mesures de restriction.

Ainsi en 2022, 56% des moins de 30 ans se déclarent fatigués ou épuisés, contre 49% en 2019, 22% disent consommer des somnifères, des anxiolytiques ou des antidépresseurs (contre 11% en 2019).

Sur le plan physique, 18% des salariés de moins de 30 ans jugent leur santé mauvaise, contre 14% pour l'ensemble des salariés.

Le renoncement ou le report de soins concerne près d'un quart des salariés au premier trimestre 2022. Ce taux atteint 37% chez les moins de 30 ans et 33% chez les managers. Parmi les raisons évoquées pour l'expliquer, le manque de temps (35%), les difficultés à obtenir un rendez-vous (29%) et les raisons financières (23%).


Ukraine: TotalEnergies annonce renoncer à sa participation dans un champ pétrolier russe

Le géant énergétique TotalEnergies a annoncé mercredi avoir cédé sa participation de 20% dans le gisement de Khariaga, dans l'Arctique russe, à la société russe Zaroubejneft. (Photo, AFP)
Le géant énergétique TotalEnergies a annoncé mercredi avoir cédé sa participation de 20% dans le gisement de Khariaga, dans l'Arctique russe, à la société russe Zaroubejneft. (Photo, AFP)
Short Url
  • TotalEnergies avait déjà pris quelques distances avec la Russie, pays stratégique pour lui, en annonçant en mars renoncer à tout achat de pétrole, gazole et produits pétroliers russes au plus tard à la fin de l'année
  • En 2016, TotalEnergies avait déjà cédé une partie de sa participation dans le gisement de Khariaga à Zaroubejneft, de 40% à 20%

PARIS: Le géant énergétique TotalEnergies a annoncé mercredi avoir cédé sa participation de 20% dans le gisement de Khariaga, dans l'Arctique russe, à la société russe Zaroubejneft, qui avait déjà hérité du rôle d'opérateur du site depuis 2016. 

« En ligne avec nos principes d'actions énoncés le 22 mars dernier concernant notre désengagement du pétrole russe (...), TotalEnergies a convenu du transfert à Zaroubejneft des 20% d'intérêts résiduels » qu'il détenait dans le gisement, a indiqué le groupe français dans un communiqué, précisant que « cette transaction est soumise à l'accord des autorités russes ». 

Aucun montant n'a été dévoilé pour cette opération. 

Le groupe français se désengage ainsi complètement de ce projet, qui a produit « plus de 20 millions de tonnes » de pétrole depuis son démarrage en 1999 et qui »a généré plus de 4 milliards de dollars de recettes pour la Russie », selon le site internet de Zaroubejneft. 

En 2016, TotalEnergies avait déjà cédé une partie de sa participation dans le gisement de Khariaga à Zaroubejneft, de 40% à 20%. 

Fin avril, sur fond de conflit entre l'Ukraine et la Russie, le géant français de l'énergie avait annoncé un « début de repli » de la Russie et déprécié 4,1 milliards d'actifs concernant notamment le projet gazier Arctic LNG 2 après avoir cessé d'apporter des fonds au projet. 

TotalEnergies avait déjà pris quelques distances avec la Russie, pays stratégique pour lui, en annonçant en mars renoncer à tout achat de pétrole, gazole et produits pétroliers russes au plus tard à la fin de l'année. Il avait aussi annoncé qu'il n'apporterait plus de capital à de nouveaux projets là-bas. 

Il ne s'est pour autant pas retiré de ce pays dans lequel il est implanté depuis le début des années 1990, et où il produit 16,6% de ses hydrocarbures, et même 30% pour le gaz seul, s'attirant les critiques des partisans d'un retrait total de Russie après l'invasion des forces de Moscou en Ukraine. 


L'euro passe sous 1,02 dollar, une première depuis 2002

Vers 11H15 GMT (13H15 à Paris), l'euro cédait 0,77% à 1,0188 dollar, après avoir reculé jusqu'à 1,0187 dollar, un plus bas depuis décembre 2002. (Photo, AFP)
Vers 11H15 GMT (13H15 à Paris), l'euro cédait 0,77% à 1,0188 dollar, après avoir reculé jusqu'à 1,0187 dollar, un plus bas depuis décembre 2002. (Photo, AFP)
Short Url
  • L'euro recule depuis mardi « sous l'effet cumulé de craintes de récession en Europe et de turbulences financières alimentées par une nouvelle flambée des prix de l'énergie dans la région»
  • La Réserve fédérale américaine pourrait relancer l'économie en assouplissant sa politique monétaire alors que les Européens peineraient à compenser leur manque de gaz

LONDRES : L'euro poursuivait son recul face au dollar mercredi, atteignant un nouveau plus bas depuis deux décennies en raison des inquiétudes qui pèsent sur l'économie du Vieux continent.

Vers 11H15 GMT (13H15 à Paris), l'euro cédait 0,77% à 1,0188 dollar, après avoir reculé jusqu'à 1,0187 dollar, un plus bas depuis décembre 2002.

L'euro recule depuis mardi "sous l'effet cumulé de craintes de récession en Europe et de turbulences financières alimentées par une nouvelle flambée des prix de l'énergie dans la région (notamment les prix du gaz et de l'électricité)", explique Guillaume Dejean, analyste chez Western Union.

La fin forcée d'une grève en Norvège pour relancer coûte que coûte la production dans trois gisements de pétrole et de gaz n'a pas suffi à rassurer les investisseurs, qui restent focalisés sur la situation en Ukraine et en Russie.

"Si la Russie ne relance pas ses exportations, il est probable que l'UE soit en manque de gaz à la fin de l'hiver", prévient Holger Schmieding, analyste chez Berenberg, et la situation pourrait empirer avec une diminution de l'offre russe.

"Le pic des prix du gaz et l'incertitude sur le marché de l'énergie sont les principales raisons pour lesquelles nous nous attendons à une récession en zone euro à partir de l'automne 2022 et jusqu'à mi-2023, et pas une simple stagflation", estime-t-il.

Le spectre d'une croissance stagnante et d'une inflation forte (stagflation) était pourtant le scénario du pire il y a encore quelques mois, et reste l'inquiétude principale aux Etats-Unis.

«Impossible d'acheter» l'euro

La Réserve fédérale américaine pourrait relancer l'économie en assouplissant sa politique monétaire alors que les Européens peineraient à compenser leur manque de gaz, estime Ulrich Leuchtmann, analyste chez Commerzbank.

"Il est logique que le dollar américain soit le grand vainqueur de cette situation", conclut-il.

Par ailleurs, "la crédibilité de la Banque centrale européenne (BCE) a été érodée" par sa "réaction excessive" à une augmentation de l'écart dans les taux d'emprunts de pays membres de la zone euro, estime Kit Juckes, analyste chez Société Générale, qui juge donc l'euro "impossible à acheter" cet été.

La devise "est tellement peu attractive que même une crise politique majeure ne permet pas à l'euro de remonter face à la livre !", souligne-t-il.

La livre prenait en effet 0,44% à 85,57 pence pour un euro, alors que les incertitudes s'amoncèlent sur le futur du Premier ministre britannique Boris Johnson après les démissions spectaculaires de deux de ses ministres.

"Les déboires de Westminster ajoutent une couche d'incertitude aux perspectives peu réjouissantes de l'économie britannique et mondiale", commente Susannah Streeter, analyste chez Hargreaves Lansdown.

Selon elle, la réaction mesurée de la livre britannique (-0,34% à 1,1906 dollar, frôlant le plus bas depuis 2020 atteint la veille à 1,1899 dollar) est due au fait qu'"un gouvernement sans Boris Johnson à sa tête n'est pas vu comme un gros danger pour l'économie britannique".