Des Beatles à OrelSan, les documentaires musicaux à plein volume

Le musicien et chanteur britannique et ancien membre des Beatles Richard Starkey, également connu sous le nom de Ringo Starr, se produit lors d'un concert à l'Olympia, à Paris, le 6 juin 2018. (Photo, AFP)
Le musicien et chanteur britannique et ancien membre des Beatles Richard Starkey, également connu sous le nom de Ringo Starr, se produit lors d'un concert à l'Olympia, à Paris, le 6 juin 2018. (Photo, AFP)
Short Url
Publié le Jeudi 03 février 2022

Des Beatles à OrelSan, les documentaires musicaux à plein volume

  • Olivier Forest met en avant un «écosystème technologique» déterminant
  • «On écoute un artiste sur une plateforme musicale, on suit ce même artiste sur les réseaux sociaux, on va sur une autre plateforme d'images pour voir un documentaire»

PARIS : Des Beatles à OrelSan, en passant par Kanye West ou Angèle: les documentaires musicaux, parfois déclinés en série, envahissent les écrans et font l'événement.

"C'est la première fois que ça occupe autant le devant de la scène, on assiste à une floraison de formats, entre documentaires classiques, séries-documentaires ou docu-fictions", commente pour l'AFP Olivier Forest. Spécialiste des films sur la musique, il est co-programmateur de Fame, le festival international de films sur la musique (à la Gaîté Lyrique à Paris, 16-20 février).

Des projets très attendus autour du rap en 2022 attestent de l'ébullition actuelle, de la série documentaire "Dear Mama" sur le parcours de la militante Afeni Shakur, mère de la star du hip-hop disparue Tupac (Disney+), à la série docu-fiction "Le monde de demain" sur les débuts de NTM, produite par Arte en collaboration avec Netflix.

Le genre "s'est réinventé", éclaire Olivier Forest, depuis les "films très créatifs type +Don't look back+ sur Bob Dylan de D.A. Pennebaker" et les "concerts filmés à partir de Woodstock" dans les années 1960-70.

Puis vient "l'endormissement quand MTV arrive" dans les années 1980, avec "un format +images d'archives/intervenant devant une console de mixage+ qui commence à lasser". Et survient "le renouvellement de la forme pour le web", poursuit cet expert.

Olivier Forest met en avant un "écosystème technologique" déterminant: "on écoute un artiste sur une plateforme musicale, on suit ce même artiste sur les réseaux sociaux, on va sur une autre plateforme d'images pour voir un documentaire".

«Regard documentaire» ou «objet promotionnel»

Evidemment, certains projets auto-centrés, par exemple celui autour de Lady Gaga, posent la question du "statut entre regard documentaire et objet promotionnel". Kanye West demande d'ailleurs un droit de regard à Netflix pour la version finale du documentaire qui lui est consacré.

Mais la concurrence entre les plateformes a du bon car, comme le dit Olivier Forest, avec un "public bien éduqué à l'image, aujourd'hui, il faut être créatif, apporter une grosse plus-value, soit des archives jamais vues comme le +Get Back+ sur les Beatles de Peter Jackson, soit un accès intimiste aux artistes".

Dans le genre, OrelSan a frappé un grand coup avec les 20 ans d'archives filmées par son frère dans la série-documentaire "Montre jamais ça à personne" (Amazon Prime Video).

"Il y a plus d'archives que d'années de carrière et cette richesse des sources fait qu'il y a des choses à raconter", décrypte pour l'AFP Pierre-Olivier Toublanc, directeur du label 3ème Bureau, structure associée au rappeur.

"Il ne s'agit pas de faire briller OrelSan mais de raconter Aurélien Cotentin (vrai nom de l'artiste), montrer son parcours semé d'embûches et d'échecs". Une séquence marquante dévoile l'apprenti OrelSan ridiculisé lors d'un duel d'improvisation rap, sous l'oeil d'un jury où trônent des pointures comme Diam's et Booba.

L'effervescence actuelle autour de ces documentaires/séries témoigne en outre de "l'importance de la musique dans nos vies", souligne auprès de l'AFP Anne Georget, présidente du Fipadoc (Festival international de documentaires).

«Intérêt chez les plus jeunes»

Un documentaire au Fame montre l'artiste britannique Charli XCX, bloquée chez elle par le confinement, tenter d'enregistrer un album en s'appuyant sur les compétences de certains de ses fans, par écrans interposés.

"Ca s'appelle +Alone together+ (+Seuls ensemble+) et ça encapsule tout le paradoxe contemporain: être connectés en restant isolés, décrit Benoît Hické, autre programmateur de Fame. Et ça décortique la création musicale, comment ça se fabrique. Ca peut parler aux fans et aux non-fans".

"Ca dit aussi beaucoup des pratiques contemporaines puisque Charli XCX documente elle-même sa création en se filmant, elle devient sa propre archiviste", ajoute-t-il.

Evidemment, si les plateformes "ont jeté leur dévolu sur les documentaires musicaux", comme le formule Olivier Forest, c'est que ça "leur permet d'acquérir de nouveaux abonnés, les stars arrivant avec leurs réseaux sociaux et leurs fans".

Mais, là encore, des portes peuvent s'ouvrir. "Ca permet de développer l'intérêt pour le format du documentaire chez les plus jeunes par le biais de la musique", conclut Anne Georget.


Cannes: «Tori et Lokita», plaidoyer des frères Dardenne pour les mineurs étrangers

L'actrice Nadege Ouedraogo, l'acteur albanais du Kosovo Alban Ukaj, le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne et l'actrice Mbundu Joely saluent leur arrivée pour la projection du film "Tori et Lokita" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France , le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
L'actrice Nadege Ouedraogo, l'acteur albanais du Kosovo Alban Ukaj, le réalisateur belge Jean-Pierre Dardenne et l'actrice Mbundu Joely saluent leur arrivée pour la projection du film "Tori et Lokita" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France , le 24 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • «Notre ambition en faisant ce film, c'est de raconter la vie de ces deux enfants»
  • «Tori et Lokita» se distingue grâce à ses deux acteurs principaux

CANNES: Déjà auréolés de deux Palmes d'Or, les frères Jean-Pierre et Luc Dardenne tentent un triplé inédit avec "Tori et Lokita", un drame en forme de plaidoyer pour les enfants exilés, présenté mardi, dans la pure tradition de ces pilliers du cinéma social.

Humiliations, exploitation sexuelle et professionnelle : Tori et Lokita, un enfant hébergé dans un foyer et une adolescente, inséparables depuis leur rencontre sur les routes de l'exil, tentent de survivre dans un environnement qui ne veut pas d'eux.

Pour envoyer de l'argent à leur famille et payer leur dette aux passeurs, ils doivent vendre de la drogue pour un restaurateur italien, qui les tient sous sa coupe. Leur espoir ? Que Lokita obtienne des papiers et puisse leur offrir une vie meilleure, avant que l'on ne découvre leur secret: ils ne sont pas frère et soeur.

"Notre ambition en faisant ce film, c'est de raconter la vie de ces deux enfants, ces adolescents qui sont des êtres fragiles dans nos sociétés", a expliqué à l'AFP Jean-Pierre Dardenne, pour la neuvième fois en compétition avec son frère Luc.

"La réponse à cette cruauté, à cette violence dans le film, c'est leur amitié (...) L'amitié est ce qui vous sauve, ce qui vous permet de survivre et de rire (...) C'est ce qui les maintient en vie", poursuit-il. "Pas une déclaration politique", selon ses réalisateurs, le film, dans un style épuré, est un appel pour une meilleure prise en charge de ces jeunes exilés, livrés à eux-mêmes.

"Notre cinéma, c'est quand même de regarder comment va le monde. Il nous a semblé que la fragilité de ces enfants, de leur situation, qu'à travers leur histoire, c'était une façon de regarder le monde d'aujourd'hui", ajoute le réalisateur, titulaire comme son frère d'une Palme d'Or pour Rosetta, en 1999, et pour L'Enfant (2005).

Allant à l'essentiel, d'une structure linéaire, "Tori et Lokita" se distingue grâce à ses deux acteurs principaux : Joely Mbundu (Lokita) et Pablo Schils (Tori), tous deux non professionnels. "Moi, je n’ai pas considéré ça comme du travail, plutôt comme un jeu, parce que je me suis bien amusé. Franchement, ils se sont adaptés par rapport à mon âge", a confié Pablo Schils.


Pour l'Ukrainien Loznitsa, le boycott systématique des artistes russes est «grotesque»

Le réalisateur biélorusse Sergei Loznitsa arrive pour la projection du film "The Natural History Of Destruction (L'Histoire Naturelle De La Destruction)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Le réalisateur biélorusse Sergei Loznitsa arrive pour la projection du film "The Natural History Of Destruction (L'Histoire Naturelle De La Destruction)" lors de la 75e édition du Festival de Cannes à Cannes, dans le sud de la France, le 23 mai 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • Le Festival de Cannes avait décidé de ne pas accueillir de représentation officielle russe ni de Russes
  • Thierry Frémaux avait défendu l'idée d'accueillir des dissidents russes

CANNES: Le cinéaste ukrainien Sergei Loznitsa, venu présenter mardi sur la Croisette son nouveau film, a manifesté son opposition au boycott des artistes russes en raison de leur nationalité, malgré la "dévastatrice" invasion russe en Ukraine, lors d'un entretien à l'AFP.

L'habitué de Cannes avec des films comme "Maïdan", sur la révolution ukrainienne, ou "Donbass", se démarque de nombre de ses compatriotes. Il a été écarté de l'Académie cinématographique d'Ukraine en mars pour avoir refusé de mettre tous les artistes russes dans le même panier.

Décider qui sont les bons et les mauvais est "grotesque", a affirmé le réalisateur, venu présenter "The Natural History of Destruction, un documentaire sur la destruction des villes allemandes par les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale.

"Cette attitude est inhumaine". "Comment définissez-vous le concept de russe? Etes-vous Russe en raison de votre passeport, de votre citoyenneté? De votre ethnie? C'est une pente glissante", a-t-il lancé.

"Je suis fermement convaincu qu'on doit juger les gens sur leurs déclarations, leurs actions individuelles et non en fonction de leurs passeports. Chaque cas individuel doit être jugé sur ses propres mérites".

Certaines voix se sont élevées contre la présence du Russe Kirill Serebrennikov, en compétition au 75e Festival de Cannes, avec son film "La femme de Tchaikovski". En rupture avec le régime, le réalisateur et metteur en scène de théâtre vit désormais à Berlin où il s'est installé depuis l'invasion russe en Ukraine.

Même s'il a condamné la guerre, certaines personnalités ukrainiennes du 7e art lui reprochent d'avoir accepté des financements de l'oligarque russe Roman Abramovitch.

"On me pose la question du rôle d'Abramovitch qui détient un des fonds qui a financé mon film. Abramovitch, c'est quelqu'un qui a beaucoup aidé les projets d'art contemporain, les ONG (...) et c'est quelqu'un qui a été dans les négociations entre l'Ukraine et la Russie", a-t-il expliqué récemment à l'AFP.

A la suite de l'invasion russe en Ukraine, le Festival de Cannes avait décidé de ne pas accueillir de représentation officielle russe ni de Russes qui défendent la ligne du Kremlin au sujet de l'Ukraine.

Mais, son délégué général Thierry Frémaux avait défendu l'idée d'accueillir des dissidents russes: "il y a des Russes artistes, journalistes, qui ont quitté la Russie. Kirill Serebrennikov est un homme qui a considéré que s'il ne quittait pas la Russie, il se rendait complice de cette guerre".


Sky News Arabia lance une nouvelle plate-forme numérique en langue arabe

(Photo, AN)
(Photo, AN)
Short Url
  • SNABusiness.com couvrira l’actualité et les analyses économiques et des affaires
  • SNABusiness.com proposera des informations plus complètes et des articles adaptés aux tendances actuelles du marché et aux attentes du public

 

ABU DHABI: Sky News Arabia a lancé une nouvelle plate-forme numérique en langue arabe, SNABusiness.com, qui propose des flashs infos, des analyses économiques et des reportages approfondis.

Le lancement de cette plate-forme répond à «la demande des consommateurs en matière de renseignements et d’informations économiques objectifs et concrets», selon un communiqué publié par la société.

Youssef Tsouri, directeur de l’information de Sky News Arabia, explique à Arab News que la nouvelle plate-forme avait été créée en réponse à «l’appétit croissant pour l’actualité des affaires».

«Au cours des dernières années, nous avons constaté une augmentation considérable du nombre de visiteurs de la section actualités des affaires de notre site principal, notamment au sein de la jeune génération arabe, qui est investie dans son avenir et recherche donc des informations plus approfondies et plus pertinentes», dit-il.

«C’est dans cet esprit que nous avons lancé la plate-forme d’actualités des affaires afin de fournir une couverture plus approfondie en vue d’offrir à la fois aux chefs d’entreprise et au grand public une valeur ajoutée dans le paysage économique actuel», ajoute-t-il. 

La publication numérique couvrira tous les sujets relatifs aux affaires et à l’économie dans tous les secteurs, y compris les technologies financières, l’énergie et le pétrole, le tourisme, l’immobilier et l’agriculture, entre autres.

SNABusiness.com proposera des informations plus complètes et des articles adaptés aux tendances actuelles du marché et aux attentes du public, précise M. Tsouri.

Le site comprendra des contenus divers, notamment des rapports, des vidéos et des interviews exclusives. SNABusiness.com vise à présenter des données complexes d’une manière facile à comprendre grâce à des graphiques, des infographies et des vidéos numériques.

«Grâce à sa population jeune et technophile, le monde arabe possède l’une des économies numériques les plus avancées au niveau mondial, de nombreux pays du Moyen-Orient étant les premiers à adopter des technologies numériques de pointe», observe M. Tsouri.

«Le site d’actualités des affaires et ses réseaux sociaux sont complétés par les secteurs d’activité et les programmes sur notre canal linéaire.»

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com