Confidentialité et pub ciblée, la chèvre et le chou des géants numériques

Google Campus, Californie, USA. (AFP).
Google Campus, Californie, USA. (AFP).
Short Url
Publié le Mercredi 16 février 2022

Confidentialité et pub ciblée, la chèvre et le chou des géants numériques

  • Facebook et Google cherchent un équilibre entre la confidentialité des données des utilisateurs et les besoins du ciblage publicitaire, vis à vis de la pression des régulateurs
  • Meta explore des technologies de ciblage laissant les données des utilisateurs «sur leurs appareils au lieu d'envoyer des infos individuelles à des serveurs», selon une source

SAN FRANCISCO: Facebook et Google cherchent désespérément le bon équilibre entre la confidentialité des données de leurs utilisateurs et les besoins du ciblage publicitaire, alors que les régulateurs font monter la pression et qu'Apple modifie unilatéralement ses règles.

Les géants d'internet devraient-ils avoir accès à autant d'informations personnelles sur la vie de chacun? Ce flot de données, au cœur du débat, permet aux services numériques de générer des milliards de dollars de recettes publicitaires.

La loi européenne sur les données personnelles (RGPD), entrée en vigueur en 2018, oblige les entreprises à obtenir le consentement explicite des internautes avant d'installer des cookies dits "tiers" sur leur ordinateur.

Ces fichiers informatiques suivent à la trace leur navigation en ligne, pour permettre à des tiers de les cibler ensuite avec des annonces personnalisées.

Et l'Europe entend aller plus loin dans la régulation des plateformes. Les Etats-Unis, de leur côté, multiplient les enquêtes et poursuites contre Meta (Facebook, Instagram, etc) et Alphabet (Google).

"Ils sont vraiment pris entre le marteau et l'enclume. Leur modèle économique entier est menacé", souligne l'analyste indépendant Rob Enderle.

Les "cookies tiers", de plus en plus largement perçus comme désagréables, voire effrayants, constituent l'un des principaux champs de bataille.

Google a promis de remplacer cette technologie, et donc de transmettre moins de données à des tiers. Mais les critiques estiment que les alternatives envisagées pourraient lui permettre de continuer à récolter des infos détaillées sur ses utilisateurs.

Meta, de son côté, souffre avant tout de la décision par Apple d'obliger les éditeurs d'applications mobiles à demander à leurs utilisateurs s'ils veulent bien être pistés. Or la marque compte pas moins d'un milliard d'iPhone actifs, soit autant de consommateurs susceptibles de refuser.

Un changement justifié par le respect de la confidentialité des données, mais qui n'empêche pas la société elle-même de récolter des infos.

Meta estime que cette nouvelle règle, qui affecte la précision du ciblage et donc le prix des espaces publicitaires, va lui coûter 10 milliards de dollars de revenus perdus cette année.

Autorités remontées

Autant de nouvelles qui ont suscité des questions sur les perspectives de la société sur le long terme et une chute historique de son cours en Bourse ces dernières semaines.

Le géant des réseaux sociaux explore des technologies de ciblage qui laisseraient les données des utilisateurs "sur leurs appareils, en local, au lieu d'envoyer des infos individuelles à des serveurs", a indiqué l'été dernier Graham Mudd, un vice-président de Meta en charge du marketing des produits.

Rob Enderle estime que Facebook pourrait ainsi contourner le changement d'Apple.

"Mais comme Apple considère Google et Facebook comme des concurrents, il ne va sans doute pas leur faciliter la tâche", note-t-il.

De leur côté, les élus et autorités américaines ont haussé le ton sur ce sujet, surtout depuis le scandale de cet automne, quand une lanceuse d'alerte a fait fuiter des documents internes et clamé devant plusieurs parlements que Meta faisait passer les profits avant la sécurité de ses utilisateurs.

Des Etats et collectivités américaines ont aussi lancé leurs propres procès. Le Texas, l'Indiana, ou encore la capitale fédérale Washington accusent par exemple Google de géolocaliser ses utilisateurs en dépit des promesses de protéger leur confidentialité sur ses services.

En 2022, la publicité numérique devrait rapporter plus de 171 milliards de dollars à Google, soit 30% du gâteau mondial, juste devant Facebook (24% de parts de marché).

Question de perception

Et quels que soient les changements mis en place par le duopole, des ONG militent pour une remise en cause en profondeur de leur fonctionnement.

"Je pense que les pubs basées sur le comportement (des gens) sont tout simplement mauvaises pour la société", a déclaré Bennett Cyphers de l'association Electronic Frontier Foundation.

"Les effets négatifs ne se limitent pas aux violations de vie privée. Ce modèle économique a permis à certains aspects les plus toxiques d'internet de prospérer, parce que tout ce qui compte c'est d'attirer l'attention".

Il cite notamment les "attrape-clics" (liens sensationnalistes), la désinformation et les contenus incendiaires qui génèrent des recettes publicitaires.

Il prône des publicités basées sur le contexte - comme à la télévision - avec des annonces pour des voitures sur un site d'information automobile, par exemple.

Du point de vue de l'industrie, la bataille se joue aussi en matière de perception du public.

"Il y a beaucoup d'inquiétudes sur comment les cookies sont utilisés", reconnaît Angelina Eng, la vice-présidente de l'Interactive Advertising Bureau, une organisation d'entreprises du secteur.

"Nous n'avons juste pas encore trouvé le bon équilibre parce que certains mauvais acteurs donnent l'impression aux gens qu'ils sont suivis à la trace".


Grèce: l'ambassade d'Iran visée par un cocktail Molotov

Des femmes iraniennes ont coupé leurs cheveux en geste de solidarité avec Mahsa Amini, brandissant des pancartes portant le slogan (Photo, AFP).
Des femmes iraniennes ont coupé leurs cheveux en geste de solidarité avec Mahsa Amini, brandissant des pancartes portant le slogan (Photo, AFP).
Short Url
  • L'agence cite la police grecque selon laquelle vers 01H00, deux personnes circulant sur une moto le visage couvert ont lancé le cocktail Molotov
  • Samedi après-midi, environ 200 personnes s'étaient rassemblées sur la place Syntagma au centre d'Athènes pour protester contre la répression en Iran des manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa Amini

ATHENES: Un cocktail Molotov a été lancé dans la nuit de samedi à dimanche sur l'ambassade d'Iran à Athènes, sans faire de dégâts, a rapporté dimanche l'agence de presse grecque Athens News Agency (ANA).

L'agence cite la police grecque selon laquelle vers 01H00 (10H00 GMT samedi soir), deux personnes circulant sur une moto le visage couvert ont lancé le cocktail Molotov qui a explosé sur le mur de l'ambassade.

Samedi après-midi, environ 200 personnes s'étaient rassemblées sur la place Syntagma au centre d'Athènes pour protester contre la répression en Iran des manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa Amini après son arrestation par la police des moeurs.

Des femmes iraniennes ont coupé leurs cheveux en geste de solidarité avec Mahsa Amini, brandissant des pancartes portant le slogan: "dites son nom!".


Quand Mozart taquine Wagner pour «sauver des vies» en Ukraine

Des soldats ukrainiens sont assis sur des véhicules blindés à l'extérieur de la ville d'Izioum, le 24 septembre 2022 (Photo, AFP).
Des soldats ukrainiens sont assis sur des véhicules blindés à l'extérieur de la ville d'Izioum, le 24 septembre 2022 (Photo, AFP).
Short Url
  • La Russie est accusée d'utiliser des hommes du groupe paramilitaire Wagner, à la réputation sulfureuse, en Ukraine aux côtés de l'armée
  • La musique de Richard Wagner, réputé pour son antisémitisme, a été admirée par Adolf Hitler et reste boycotté en Israël

REGION DE DONETSK: Des anciens Marines américains veulent "sauver des vies" en Ukraine, en faisant de l'humanitaire et de la formation militaire avec le groupe Mozart, dont le nom est un "pied de nez" au groupe paramilitaire russe Wagner.

Talkie-walkie en main, Steve, 52 ans, dont 23 dans les Marines, conduit une Jeep remplie de sacs de denrées alimentaires fournis par l'ONG World Central Kitchen.

Dans un village proche du front dans la partie de la région de Donetsk sous contrôle ukrainien, il s'arrête devant le centre culturel, suivi d'un fourgon et d'une autre voiture remplis de sacs jusqu'au toit.

Au total, le groupe Mozart vient livrer ce jour-là 260 paquets qui sont entreposés sur la scène du théâtre, avant d'être distribués aux citoyens.

Jusqu'à présent selon Steve, qui n'a pas souhaité donner son nom de famille, "nous avons peut-être livré environ 12 tonnes de nourriture". "Ca parait peu, mais nous sommes une petite organisation", ajoute-t-il. L'homme estime que du fait de la taille modérée de ses équipes, Mozart est capable d'aller plus loin que "les grosses organisations".

"L'humanitaire nous aide beaucoup. Parce qu'avec ma retraite, je ne gagne pas beaucoup et c'est dur de survivre dans ces conditions-là (de guerre, ndlr)", dit Maksym, un homme d'une soixantaine d'années, une miche de pain à la main.

Pour ne pas revenir avec des véhicules "à vide" le petit groupe, qui compte entre 10 et 25 personnes selon les périodes de l'année, pratique aussi les évacuations de civils.

"Nous évacuons des civils, adultes, enfants et animaux domestiques", explique Steve qui se rend avec ses co-équipiers dans des zones proches du front, sous les bombardements. Ils les emmènent dans des lieux d'accueil gérés par le gouvernement ukrainien, dit-il.

«Un fusil pas une guitare»

Mozart organise aussi des formations pour les militaires ukrainiens, mais "en aucun cas nous ne conduisons des opérations militaires comme le groupe Wagner", affirme Steve en précisant qu'aucun d'eux n'est armé.

La Russie est accusée d'utiliser des hommes du groupe paramilitaire Wagner, à la réputation sulfureuse, en Ukraine aux côtés de l'armée.

Baptiser Mozart le groupe américain, c'était un "pied de nez" à Wagner, sourit Andy Bain, ancien officier de réserve des Marines, qui assure que tout ce qui est enseigné relève "du bon sens".

La musique de Richard Wagner, réputé pour son antisémitisme, a été admirée par Adolf Hitler et reste boycotté en Israël.

Quelque part dans la région de Donetsk, un groupe d'une vingtaine de soldats ukrainiens s'entraîne avec des instructeurs étrangers du groupe Mozart.

Dans un champ, les Ukrainiens avancent à découvert. "Contact! bang, bang, bang", hurle un instructeur à l'autre bout du champ. Les soldats se jettent dans l'herbe et crient à leur tour "bang, bang, bang".

Toute la séquence est ensuite décortiquée par les instructeurs qui essaient de corriger les erreurs des soldats.

"Regardez l'ennemi, bon sang visez-le!", vocifère en anglais un des formateurs. Par l'intermédiaire de l'interprète, il dit à un soldat: "tiens ton fusil comme ça, c'est un fusil pas une guitare!"

Sous couvert d'anonymat, un autre instructeur assure: "Ils sont bons, bien meilleurs qu'il y a deux jours".

"On améliore nos compétences grâce aux instructeurs", estime Gueorgiï, un officier de 32 ans qui suit la formation avec ses hommes. "Ce type de formation est très efficace parce que même quand on a l'expérience du feu, on apprend toujours des choses nouvelles", assure-t-il.

Mais nombre de ces soldats sont des novices.

"Beaucoup n'avaient jamais tiré avec une arme à feu avant. Les armes sont très dangereuses dans les mains de gens qui ne savent pas s'en servir", dit Martin Wetterauer, 55 ans, chef des opérations du groupe Mozart.

Selon cet ancien officier des Marines, les formations de Mozart tournent autour de "la survie sur le champ de bataille", grâce à un enseignement des connaissances "basiques": savoir porter correctement un gilet pare-balles, se protéger de l'artillerie ennemie en creusant des abris, ou encore prodiguer des soins médicaux.

"Nous avons un très petit impact stratégiquement sur le déroulement du conflit, on le sait", reconnait M. Wetterauer, mais "pour nous tout réside dans le fait de sauver des vies", par l'aide humanitaire et la formation militaire.


Après les trafiquants, les chiens errants s'acharnent sur les pangolins de Taïwan

Sur cette photo d'archive prise le 31 août 2022, un jeune pangolin est transporté après avoir reçu un traitement médical pour sa queue, vraisemblablement blessée lors d'une attaque de chiens, au zoo du village de Leofoo à Hsinchu, dans le nord de Taïwan. (Photo : Sam YEH / AFP)
Sur cette photo d'archive prise le 31 août 2022, un jeune pangolin est transporté après avoir reçu un traitement médical pour sa queue, vraisemblablement blessée lors d'une attaque de chiens, au zoo du village de Leofoo à Hsinchu, dans le nord de Taïwan. (Photo : Sam YEH / AFP)
Short Url
  • Tseng Shao-tung, un vétérinaire de 28 ans, constate de première main ce qu'un molosse est capable de faire subir à un pangolin
  • La vétérinaire en chef Chen Yi-ru dit avoir remarqué une augmentation constante du nombre de pangolins présentant des lésions traumatiques au cours des cinq dernières années

HSINCHU, Taïwan :Victime du trafic, le pangolin a l'homme pour principal prédateur. Mais à Taïwan, le petit mammifère à écailles fait face à un nouvel ennemi: les chiens errants, dont la population a explosé.

Depuis cinq ans, ces chiens ne sont plus abattus à Taïwan, et sont de plus en plus nombreux. Tseng Shao-tung, un vétérinaire de 28 ans, constate de première main ce qu'un molosse est capable de faire subir à un pangolin.

Le mois dernier, dans la clinique où il travaille à Hsinchu, près de Taipei, il a sauvé la vie d'un jeune mâle qui avait agonisé dans la nature pendant des jours, la moitié de la queue arrachée.

«Il a une grande plaie ouverte sur la queue et les tissus de son corps se sont décomposés», raconte M. Tseng en retournant soigneusement le pangolin sous anesthésie pour désinfecter sa blessure béante.

C'est le cinquième pangolin que M. Tseng et ses collègues ont sauvé cette année. Tous ont été victimes d'attaques présumées de chiens errants.

La vétérinaire en chef Chen Yi-ru dit avoir remarqué une augmentation constante du nombre de pangolins présentant des lésions traumatiques au cours des cinq dernières années. La plupart d'entre eux avaient la queue sectionnée.

Les pangolins, couverts d'écailles dures qui se chevauchent, se roulent en boule en cas de danger mais leur queue reste vulnérable. «C'est pourquoi, lorsqu'il est attaqué, la queue est généralement la première à être mordue», explique Mme Chen.

Les attaques de chiens, qui expliquent plus de la moitié des blessures depuis 2018, sont devenues «la principale menace pour les pangolins à Taïwan», ont averti des chercheurs et des responsables de l'environnement dans un rapport publié l'année dernière.

Les pangolins sont considérés comme étant le mammifère le plus affecté au monde par les trafics illégaux.

La croyance non prouvée, en médecine traditionnelle chinoise, selon laquelle leurs écailles en kératine favorisent la lactation chez les mères allaitantes, a décimé les populations de pangolins en Asie et en Afrique, malgré une interdiction mondiale, et a financé un lucratif marché noir international.

Les huit espèces de pangolins des deux continents sont toutes classées comme étant en danger ou menacées d'extinction.

Taïwan est un exemple de conservation réussie. Après avoir failli disparaître de l'île en raison d'une chasse massive entre les années 1950 et 1970, le pangolin de Formose y prospère depuis qu'une loi a protégé l'espèce en 1989 et que les habitants du pays ont été sensibilisés. La population à l'état sauvage est estimée désormais entre 10.000 et 15.000 individus.

 - Faibles reproducteurs -

Mais l'augmentation de la population de chiens errants, conséquence d'une politique consistant depuis 2017 à ne plus les abattre, s'avère redoutable pour les pangolins, constate Chan Fang-tse, vétérinaire et chercheur à l'Institut officiel de recherche sur les espèces endémiques de Taiwan.

«Les pangolins sont les plus touchés car leur habitat recoupe largement celui des chiens et ils ne se déplacent pas aussi vite que les autres animaux», explique M. Chan.

Les pangolins de Formose sont également vulnérables en raison de leur faible taux de reproduction. Animaux solitaires, ils ne s'accouplent qu'une fois par an et ne donnent naissance qu'à un seul petit, après 150 jours de gestation.

Les programmes de reproduction en captivité ont peu de succès. «Il est peut-être plus difficile d'élever des pangolins que des pandas», estime M. Chan.

L'augmentation du nombre de pangolins blessés suppose un autre défi pour les soignants: trouver assez de fourmis et de termites pour nourrir ces gourmets difficiles, qui rejettent souvent les mélanges de larves de substitution.

«Nous devons être constamment à l'affût et aller chercher des nids de fourmis tous les deux jours maintenant, car nous avons plus de pangolins à nourrir», explique le vétérinaire Tseng Shao-tung.

Un pangolin peut manger chaque jour un nid de fourmis de la taille d'un ballon de football. Le gouvernement a appelé la population à signaler les nids de fourmis afin d'aider les vétérinaires à nourrir leurs pensionnaires à écailles avant de les relâcher dans la nature.

Mais le pangolin blessé dont s'occupe M. Tseng devra probablement être envoyé dans un zoo après sa guérison.

«Il aura du mal à grimper aux arbres et ne sera pas capable de se rouler en pelote», explique M. Tseng. «Il est devenu incapable de se protéger dans la nature».