Pour les partisans de Marine Le Pen, les ralliés à Zemmour sont des « traitres »

Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national s'exprime lors d'un meeting de campagne à Vienne, près de Lyon, le 18 février 2022 (Photo, AFP).
Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national s'exprime lors d'un meeting de campagne à Vienne, près de Lyon, le 18 février 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 19 février 2022

Pour les partisans de Marine Le Pen, les ralliés à Zemmour sont des « traitres »

  • René, fonctionnaire n'est plus adhérent au RN car il a été déçu par Marine Le Pen à la dernière présidentielle. Il note qu'Eric Zemmour « va un peu plus vite, il est percutant »
  • Christiane Cuomo est une ancienne restauratrice à la retraite, passionnée de moto. Elle pense qu'il n’y a que Marine qui peut « changer les choses »

VIENNE: "Un ami va voter Zemmour, j’ai failli le mettre à la porte". Christelle est venue applaudir Marine Le Pen vendredi à Vienne (Isère) où les militants étaient peu nombreux à hésiter entre la candidate du RN et son rival, et unanimes à qualifier de "traitres" ceux qui le rallient.

"Huit sur 1.000 (élus), ça n’est pas beaucoup", soutient Hélène, gardienne d'immeuble de 53 ans, venue de Lyon, en attendant d'entrer dans la salle pour écouter Marine Le Pen. Elle faisait allusion aux dernières défections de son parti vers le camp d'Eric Zemmour, dont mercredi l'ancien dirigeant RN Nicolas Bay.

Mais cela ne l'empêchera pas de voter pour Marine Le Pen car pour elle, Eric de Zemmour "c’est un traitre". "S'il était honnête, il se battrait à ses côtés".

Elle est venue avec un ami, Christian Robin. Pour lui, Eric Zemmour "c'est un fils à papa. Et Macron c'est pareil, il m'a ruiné". Cet ancien marchand de combustibles a voté Le Pen "toute sa vie" et pour lui, les élus qui sont partis chez Eric Zemmour "n'ont pas de couilles".

Si le rival de Marine Le Pen arrive au second tour, il votera "nul". "Un ami vient de m'appeler pour me dire qu'il était Zemmour, eh bien les gens font ce qu'ils veulent!", lance-t-il.

Zemmour « percutant »

Christelle, écharpe dorée autour du cou, a fait 1h15 de route pour venir de Grenoble. Elle voudrait que "tout le monde soit à la même enseigne" comme son "ami maghrébin (qui) ne veut pas travailler et touche toutes les aides".

Un ami est venu chez elle récemment pour lui dire qu’il "voterait Zemmour". "J’ai failli le mettre à la porte", raconte cette animatrice commerciale.

Tatouage "tribal" sur son crâne rasé et grosse croix autour du cou, Serge vote FN (devenu RN) depuis 1994 et "préférait ce que disait le père" Jean-Marie Le Pen, à qui Eric Zemmour est souvent comparé. "On est envahi, tout leur est dû", dit-il. Mais il votera quand même pour sa fille car "Eric Zemmour il n'a rien inventé", "c’est un opportuniste" aux mains des "financiers".

Ceux qui ont des doutes sont peu nombreux. Parmi eux, Patrick, jeune retraité de la fonction publique hospitalière,regrette que Marine Le Pen ait "retourné sa veste sur l'Europe, sur la double nationalité". "Les idées pour lesquelles on avait adhéré, on ne les retrouve pas", alors qu’Eric Zemmour "il reste droit dans ses bottes".

Son camarade René, fonctionnaire comme lui, n'est plus adhérent au RN car il a été "déçu" par Marine Le Pen à la dernière présidentielle. Il note qu'Eric Zemmour "va un peu plus vite, il est percutant" alors que Marine Le Pen "elle a du mal à s’affirmer".

Si bien que le 10 avril "ce sera l'un ou l'autre".

« Téléréalité »

Christiane Cuomo, en tailleur bleu et blanc soigneusement maquillée, est une ancienne restauratrice à la retraite, passionnée de moto. Elle pense qu'il n’y a "que Marine qui peut changer les choses" et qu’une femme présidente "ce serait bien".

"Eric Zemmour c’est que du buzz", alors que Marine Le Pen "elle a rajouté des choses mais elle ne change pas ses bases et elle fait une campagne formidable de terrain", selon elle.

Alexis Jolly, le patron du RN dans l'Isère, département marqué par des départs de militants proches de Marion Maréchal, trouve "dommageable" les défections mais elles sont pour lui des "trahisons" à "caractère plus personnel que politique".

Dans son département, il affirme que seuls 10 militants sur 800 sont partis chez Eric Zemmour dont "le but est de paralyser la campagne. Tout est orchestré".

Sans jamais nommer son rival, Marine Le Pen a assuré aux 700 militants réunis vendredi soir que sa candidature était "la seule" capable de battre Emmanuel Macron et que la présidentielle n'était "pas un jeu de téléréalité" ou "un fantasme de recomposition pour 2027".

Elle a défendu un projet "sérieux" pour "que la France reste la France" mais aussi "social".


Guadeloupe: 7 hommes déférés au parquet après les violences urbaines

Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Une personne marche près d'une barricade en feu sur une route du Lamentin (Photo, AFP).
Short Url
  • Sept hommes, «tous ayant des casiers», ont été déférés vendredi au parquet
  • Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits

POINTE-À-PITRE, France: Sept hommes ont été déférés au parquet de Pointe-à-Pitre vendredi, après des pillages au Lamentin en novembre sur fond de crise sociale et sanitaire en Guadeloupe, et deux d'entre eux ont été condamnés, a-t-on appris dimanche auprès du parquet.

Huit suspects au total avaient été placés en garde à vue en milieu de semaine - cinq interpellés par les forces de l'ordre et trois "extraits de leurs cellules" car incarcérés entretemps pour d’autres affaires, a précisé à l’AFP Patrick Desjardins, procureur de la République de Pointe-à-Pitre.

Sept hommes, "tous ayant des casiers", ont finalement été déférés vendredi au parquet.

Deux d'entre eux, "plutôt impliqués comme suiveurs et qui ont reconnu les faits", ont été condamnés à un an et à six mois de prison ferme en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, puis incarcérés immédiatement, selon la même source.

Cinq autres suspects devaient comparaître devant le tribunal correctionnel vendredi, mais l’affaire a été renvoyée au 25 juillet.

Trois d’entre eux étaient déjà incarcérés, un a été placé en détention provisoire jusqu’au procès et le cinquième a été placé sous contrôle judiciaire.

Un petit centre commercial de la commune de Lamentin avait été attaqué avec une tractopelle dans la nuit du 20 au 21 novembre 2021, au tout début des manifestations et émeutes urbaines qui étaient survenues en Guadeloupe, en pleine contestation du passe sanitaire et de l’obligation vaccinale contre le Covid-19.

Lors de cette crise sociale, les violences avaient concerné une grande partie de l’archipel entre fin 2021 et début 2022, avec des pillages voire des incendies de commerces.

Un local des douanes à Pointe-à-Pitre avait été attaqué, ainsi que des casernes de gendarmerie, et des forces de l’ordre avaient été prises pour cible et visées par des tirs. Des barrages avaient par ailleurs été érigés sur les routes.

Plusieurs personnes ont été mises en examen ou condamnées dans le cadre des enquêtes sur ces faits.


Coquerel dénonce des «rumeurs infondées» sur son comportement envers les femmes

Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Eric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis du mouvement de gauche français La France Insoumise (LFI), prend la pose lors d'une séance photo à Aubervilliers (Photo, AFP).
Short Url
  • Cette rumeur a été relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette
  • Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer

PARIS: Le député LFI Eric Coquerel, élu jeudi 30 juin président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, dénonce dans une tribune au JDD dimanche des "rumeurs infondées" concernant son comportement envers les femmes.

"Je fais cette tribune pour affirmer que je n’ai jamais exercé une violence ou une contrainte physique ou psychique pour obtenir un rapport, ce qui caractérise la porte d’entrée d’un comportement délictuel dans le domaine des violences sexistes et sexuelles", écrit M. Coquerel dans le Journal du Dimanche, en se disant "obligé de prendre la parole pour la première fois".

Le comité contre les violences sexuelles de La France insoumise avait défendu jeudi le député Eric Coquerel, élu président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, contre des "rumeurs sur son comportement avec les femmes", assurant n'avoir jamais reçu de signalement à son sujet.

"Plusieurs rédactions ont mené des enquêtes journalistiques", souligne le député, un très proche du dirigeant de LFI Jean-Luc Mélenchon : "Rien n’est jamais sorti faute d’avoir trouvé un témoignage pouvant s’apparenter à un comportement délictuel, a fortiori criminel. Cette rumeur a été pourtant relancée par une enquête sur le sexisme à LFI dans le journal Causette en septembre 2018. La journaliste évoque deux brefs témoignages anonymes à propos d’un député lui aussi anonyme coupable de 'dérapages, à la limite du harcèlement'. Je ne me suis pas inquiété outre-mesure sur le moment de cet article dont on disait qu’il me concernait, car il était visiblement bâclé".

Dès lors, écrit Eric Coquerel, "comment réagir à une rumeur qui n’est basée sur aucune plainte, aucun signalement à la cellule interne de LFI, malgré de fréquents appels et communiqués de LFI à pouvoir le faire, aucun témoignage public, aucun résultat d’enquête journalistique sérieuse en plus de cinq ans mais dont on explique que seul le silence de LFI et son refus de mener une enquête l’expliquerait ?"

Le député explique par ailleurs s'être senti contraint à s'exprimer, pour la première fois publiquement, par une intervention sur RTL cette semaine de l'auteure et militante Rokhaya Diallo. Cette dernière avait évoqué, sans plus de précisions, des "sources au sein de LFI" mettant en cause le comportement de M. Coquerel.


Militaire tué à Bitche: Ouverture d'une information judiciaire pour assassinat

Un mirador de la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Photo, AFP).
Un mirador de la maison d'arrêt de Metz-Queuleu (Photo, AFP).
Short Url
  • Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte
  • Selon les premiers éléments de l'enquête, ce militaire nourrissait un fort ressentiment à l'égard de la victime

METZ: Le parquet de Metz a ouvert samedi une information judiciaire pour "assassinat" après le décès d'un militaire de 25 ans jeudi à Bitche (Moselle), et le suspect, lui aussi militaire, a été mis en examen et placé en détention provisoire.

"Il n'a pas fait de déclaration devant le juge d'instruction", a précisé le procureur de la République, Yves Badorc. Ce caporal-chef de 24 ans du 16e bataillon de chasseurs à pied avait néanmoins reconnu les faits lors de sa garde à vue, a ajouté le magistrat.

Selon les premiers éléments de l'enquête, ce militaire "nourrissait un fort ressentiment à l'égard de la victime", première classe de 25 ans, a indiqué M. Badorc.

Les faits se sont produits jeudi aux alentours de 07H00 du matin au camp de Bitche et une enquête de flagrance avait été ouverte dans un premier temps pour "homicide volontaire" avant d'être requalifiée en assassinat.

Selon le parquet, "les premières constatations médico-légale confirment l'usage d'une arme à feu et d'un couteau". Une vingtaine de témoins ont déjà été entendus et une autopsie doit avoir lieu la semaine prochaine, a précisé le procureur.

L'enquête avait été confiée à la section de recherches de Metz et à la brigade de recherche de gendarmerie de Sarreguemines.