Pour les partisans de Marine Le Pen, les ralliés à Zemmour sont des « traitres »

Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national s'exprime lors d'un meeting de campagne à Vienne, près de Lyon, le 18 février 2022 (Photo, AFP).
Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national s'exprime lors d'un meeting de campagne à Vienne, près de Lyon, le 18 février 2022 (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Samedi 19 février 2022

Pour les partisans de Marine Le Pen, les ralliés à Zemmour sont des « traitres »

  • René, fonctionnaire n'est plus adhérent au RN car il a été déçu par Marine Le Pen à la dernière présidentielle. Il note qu'Eric Zemmour « va un peu plus vite, il est percutant »
  • Christiane Cuomo est une ancienne restauratrice à la retraite, passionnée de moto. Elle pense qu'il n’y a que Marine qui peut « changer les choses »

VIENNE: "Un ami va voter Zemmour, j’ai failli le mettre à la porte". Christelle est venue applaudir Marine Le Pen vendredi à Vienne (Isère) où les militants étaient peu nombreux à hésiter entre la candidate du RN et son rival, et unanimes à qualifier de "traitres" ceux qui le rallient.

"Huit sur 1.000 (élus), ça n’est pas beaucoup", soutient Hélène, gardienne d'immeuble de 53 ans, venue de Lyon, en attendant d'entrer dans la salle pour écouter Marine Le Pen. Elle faisait allusion aux dernières défections de son parti vers le camp d'Eric Zemmour, dont mercredi l'ancien dirigeant RN Nicolas Bay.

Mais cela ne l'empêchera pas de voter pour Marine Le Pen car pour elle, Eric de Zemmour "c’est un traitre". "S'il était honnête, il se battrait à ses côtés".

Elle est venue avec un ami, Christian Robin. Pour lui, Eric Zemmour "c'est un fils à papa. Et Macron c'est pareil, il m'a ruiné". Cet ancien marchand de combustibles a voté Le Pen "toute sa vie" et pour lui, les élus qui sont partis chez Eric Zemmour "n'ont pas de couilles".

Si le rival de Marine Le Pen arrive au second tour, il votera "nul". "Un ami vient de m'appeler pour me dire qu'il était Zemmour, eh bien les gens font ce qu'ils veulent!", lance-t-il.

Zemmour « percutant »

Christelle, écharpe dorée autour du cou, a fait 1h15 de route pour venir de Grenoble. Elle voudrait que "tout le monde soit à la même enseigne" comme son "ami maghrébin (qui) ne veut pas travailler et touche toutes les aides".

Un ami est venu chez elle récemment pour lui dire qu’il "voterait Zemmour". "J’ai failli le mettre à la porte", raconte cette animatrice commerciale.

Tatouage "tribal" sur son crâne rasé et grosse croix autour du cou, Serge vote FN (devenu RN) depuis 1994 et "préférait ce que disait le père" Jean-Marie Le Pen, à qui Eric Zemmour est souvent comparé. "On est envahi, tout leur est dû", dit-il. Mais il votera quand même pour sa fille car "Eric Zemmour il n'a rien inventé", "c’est un opportuniste" aux mains des "financiers".

Ceux qui ont des doutes sont peu nombreux. Parmi eux, Patrick, jeune retraité de la fonction publique hospitalière,regrette que Marine Le Pen ait "retourné sa veste sur l'Europe, sur la double nationalité". "Les idées pour lesquelles on avait adhéré, on ne les retrouve pas", alors qu’Eric Zemmour "il reste droit dans ses bottes".

Son camarade René, fonctionnaire comme lui, n'est plus adhérent au RN car il a été "déçu" par Marine Le Pen à la dernière présidentielle. Il note qu'Eric Zemmour "va un peu plus vite, il est percutant" alors que Marine Le Pen "elle a du mal à s’affirmer".

Si bien que le 10 avril "ce sera l'un ou l'autre".

« Téléréalité »

Christiane Cuomo, en tailleur bleu et blanc soigneusement maquillée, est une ancienne restauratrice à la retraite, passionnée de moto. Elle pense qu'il n’y a "que Marine qui peut changer les choses" et qu’une femme présidente "ce serait bien".

"Eric Zemmour c’est que du buzz", alors que Marine Le Pen "elle a rajouté des choses mais elle ne change pas ses bases et elle fait une campagne formidable de terrain", selon elle.

Alexis Jolly, le patron du RN dans l'Isère, département marqué par des départs de militants proches de Marion Maréchal, trouve "dommageable" les défections mais elles sont pour lui des "trahisons" à "caractère plus personnel que politique".

Dans son département, il affirme que seuls 10 militants sur 800 sont partis chez Eric Zemmour dont "le but est de paralyser la campagne. Tout est orchestré".

Sans jamais nommer son rival, Marine Le Pen a assuré aux 700 militants réunis vendredi soir que sa candidature était "la seule" capable de battre Emmanuel Macron et que la présidentielle n'était "pas un jeu de téléréalité" ou "un fantasme de recomposition pour 2027".

Elle a défendu un projet "sérieux" pour "que la France reste la France" mais aussi "social".


«Burkinis» à Grenoble: l'opposition municipale porte plainte contre Éric Piolle

Un officier de la police municipale observe les membres de l'association "Alliance Citoyenne" se rassembler devant la piscine municipale Jean Bron à Grenoble, dans le centre-est de la France, après que l'association a appelé à une "sortie piscine familiale" le 30 juin 2019 (Photo,AFP)
Un officier de la police municipale observe les membres de l'association "Alliance Citoyenne" se rassembler devant la piscine municipale Jean Bron à Grenoble, dans le centre-est de la France, après que l'association a appelé à une "sortie piscine familiale" le 30 juin 2019 (Photo,AFP)
Short Url
  • L'entrée de trois femmes en tenue couvrante ajustées dans la piscine Jean Bron avait suscité un tollé de l'opposition municipale fin juillet, avec des flots de réactions sur les réseaux sociaux
  • Cette question vestimentaire agite le monde politique depuis que le conseil municipal de Grenoble a modifié le règlement intérieur des piscines municipales le 16 mai dernier

LYON: L'opposition municipale de Grenoble a indiqué vendredi avoir déposé plainte contre le maire écologiste de la ville Eric Piolle, la politique vestimentaire dans les piscines municipales contredisant selon elle la décision récente du Conseil d'Etat interdisant le port du burkini.

"Il appartient à tout organisme public d'assurer la neutralité du service public", a déclaré à l'AFP Alain Carignon, ancien maire et président du groupe d'opposition municipale "société civile, divers droite, centre".

Selon lui, "Éric Piolle contrevient à la décision de la plus haute juridiction administrative française" en ayant "expressément autorisé l'intrusion dans la piscine de Grenoble de femmes en burkini", le 28 juillet dernier.

Le maire estime au contraire que les entrées autorisées dans les piscines municipales - ce jour là en particulier- sont conformes à la décision du conseil d'Etat interdisant les combinaisons féminines destinées aux musulmanes orthodoxes -avec jupette- mais pas les combinaisons ajustées au corps.

L'entrée de trois femmes en tenue couvrante ajustées dans la piscine Jean Bron avait suscité un tollé de l'opposition municipale fin juillet, avec des flots de réactions sur les réseaux sociaux.

A l'époque, la mairie avait cependant affirmé que tout était fait en respect des décisions du tribunal administratif et du Conseil d'Etat concernant le règlement de ses piscines municipales, puisque les maillots couvrant autorisés n'avaient pas de jupettes et n'étaient donc pas des burkinis.

Cette question vestimentaire agite le monde politique depuis que le conseil municipal de Grenoble a modifié le règlement intérieur des piscines municipales le 16 mai dernier.

Saisi par la mairie après suspension du texte au tribunal administratif fin mai, le conseil d'Etat a confirmé le 21 juin que "la dérogation très ciblée apportée, pour satisfaire une revendication religieuse, aux règles de droit commun de port de tenues de bain près du corps édictées pour des motifs d'hygiène et de sécurité, est de nature à affecter le bon fonctionnement du service public et l'égalité de traitement des usagers dans des conditions portant atteinte au principe de neutralité des services publics".

Sollicité par l'AFP, Eric Piolle n'a pas souhaité faire de commentaires vendredi.


Un cas autochtone de dengue dans le Var, le deuxième de l'année en métropole

L'ARS invite enfin les particuliers à tout faire pour éviter la prolifération des moustiques autour de leur domicile (éviter notamment les eaux stagnantes), à se protéger des piqûres de moustiques et à "consulter" en cas de "symptômes évocateurs", en particulier "s'ils apparaissent dans les 15 jours suivant un voyage en zone tropicale" (AFP)
L'ARS invite enfin les particuliers à tout faire pour éviter la prolifération des moustiques autour de leur domicile (éviter notamment les eaux stagnantes), à se protéger des piqûres de moustiques et à "consulter" en cas de "symptômes évocateurs", en particulier "s'ils apparaissent dans les 15 jours suivant un voyage en zone tropicale" (AFP)
Short Url
  • La personne victime de cette maladie infectieuse, transmise par le moustique tigre en métropole, est aujourd'hui guérie
  • Si la présence de moustiques tigres a été recensée dans 67 départements français, les cas de dengue autochtones, c'est à dire qui viennent directement de la piqûre d'un moustique sur le territoire restent rares en métropole

MARSEILLE: Un cas autochtone de dengue a été détecté dans le Var, a annoncé vendredi l'Agence régionale de santé (ARS) de Provence-Alpes-côte d'Azur, ce qui porte à deux le nombre de cas signalés en métropole depuis le début de l'année.

Un cas autochtone signifie qu'il est provoqué par la piqûre d'un moustique sur le territoire.

La personne victime de cette maladie infectieuse, transmise par le moustique tigre en métropole, est aujourd'hui guérie, a précisé l'ARS dans un communiqué.

Si la présence de moustiques tigres a été recensée dans 67 départements français, les cas de dengue autochtones, c'est à dire qui viennent directement de la piqûre d'un moustique sur le territoire restent rares en métropole.

Depuis le début de l'année, seul un autre cas avait été signalé fin juillet à Perpignan dans les Pyrénées orientales. L'an dernier, deux cas avait été détectés dont déjà un dans le Var. A ces chiffres s'ajoutent chaque année les cas de personnes malades diagnostiquées au retour d'un voyage en outre-mer ou à l'étranger.

L'Agence régionale de santé de Paca précise dans son communiqué avoir mis en place les actions de terrain pour éviter toute propagation.

"Une démoustication a été réalisée par l'Entente interdépartementale pour la démoustication du littoral méditerranéen (EID-Med) dans un rayon de 200 mètres dans le quartier du lieu de résidence de la personne atteinte (...) ainsi que dans le quartier fréquenté pendant la période de sa contamination", a détaillé l'ARS.

"L'objectif est d'éliminer les moustiques adultes potentiellement infectés pour éviter qu'ils ne piquent une autre personne de l'entourage et supprimer les gîtes larvaires", a-t-elle précisé.

Les hôpitaux, médecins libéraux et laboratoires d'analyse dans secteurs concernés sont également mobilisés pour prendre en charge et signaler à l'ARS des personnes qui présenteraient les symptômes de la dingue (forte fièvre, douleurs musculaires, articulaires ou oculaires, fatigue et maux de tête).

L'ARS invite enfin les particuliers à tout faire pour éviter la prolifération des moustiques autour de leur domicile (éviter notamment les eaux stagnantes), à se protéger des piqûres de moustiques et à "consulter" en cas de "symptômes évocateurs", en particulier "s'ils apparaissent dans les 15 jours suivant un voyage en zone tropicale".


L'incendie dans la forêt de Brocéliande s'étend, deux avions suédois en action

Une fumée noire s'élève dans le ciel lors d'un incendie de forêt à Campeneac, en Bretagne, dans l'ouest de la France, le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Une fumée noire s'élève dans le ciel lors d'un incendie de forêt à Campeneac, en Bretagne, dans l'ouest de la France, le 12 août 2022. (Photo, AFP)
Short Url
  • Le feu s'est déclaré vers une heure du matin sur la commune de Campénéac, à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de Rennes
  • Plus de 300 pompiers sont engagés, avec des renforts des départements voisins ainsi que de l'école militaire voisine de Saint-Cyr-Coëtquidan

CAMPÉNÉAC : Un incendie qui s'est déclaré dans la forêt de Brocéliande à l'ouest de Rennes a déjà détruit plus de 300 hectares de végétation et deux bombardiers d'eau suédois effectuaient des largages pour le combattre, selon la préfecture du Morbihan et les pompiers.

Le feu s'est déclaré vers une heure du matin sur la commune de Campénéac, à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de Rennes.

Il n'était "toujours pas fixé" à la mi-journée, a précisé devant la presse le directeur du SDIS du Morbihan, Jean-François Gouy.

"Nous avons un vent qui est tournant, qui est par moment assez fort, donc de nombreuses reprises", a-t-il poursuivi, précisant que le feu progressait "vers l'ouest, vers une zone forestière".

Quatre largages ont été effectués par deux avions Air Tractor AT 802, qui se ravitaillaient en eau dans le Golfe du Morbihan et sur le lac de Ploërmel, a ajouté l'officier.

Les deux avions Air Tractor AT 802 étaient "arrivés hier soir de Suède dans le cadre de la solidarité européenne", avait  précisé plus tôt la préfecture dans un communiqué. Ils avaient atterri à l'aérodrome de Vannes.

Cent cinquante personnes ont été "évacuées de façon préventive" de Campénéac, selon le communiqué.

De nombreux véhicules de pompiers circulaient dans le village de Campénéac, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.

Plus de 300 pompiers sont engagés, avec des renforts des départements voisins ainsi que de l'école militaire voisine de Saint-Cyr-Coëtquidan.

La forêt de Brocéliande est un haut-lieu de la légende arthurienne, à cheval sur l'est du Morbihan et le sud-ouest de l'Ille-et-Vilaine.

Par ailleurs, en Vendée, un millier de personnes ont été évacuées en pleine nuit à Olonne-sur-Mer, près des Sables d’Olonne, suite à un "feu de broussailles", a annoncé la préfecture de Vendée. Aucun blessé n’est à déplorer et aucune maison détruite, à l'exception d'un cabanon inhabité. Ces personnes ont pu rentrer chez elles à partir de 7H00 du matin.

L’incendie, "d’origine humaine" selon la préfecture, est désormais fixé. Il a détruit 15 ha de végétation et sous-bois.

La France a commencé à recevoir des renforts en avions et pompiers de l'UE ainsi que de cinq pays européens pour faire face aux feux de forêts qui ravagent notamment le sud-ouest du pays.