Fin de la prise d'otage à Amsterdam, l'homme armé est maîtrisé

Des policiers près de Leidseplein lors d'une prise d'otages dans un Apple Store d'Amsterdam le 22 février 2022. (AFP)
Des policiers près de Leidseplein lors d'une prise d'otages dans un Apple Store d'Amsterdam le 22 février 2022. (AFP)
Short Url
Publié le Mercredi 23 février 2022

Fin de la prise d'otage à Amsterdam, l'homme armé est maîtrisé

  • L'opération de police était toujours en cours après la libération de plusieurs personnes
  • La police a indiqué être réticente à communiquer davantage d'informations pour préserver la sécurité des personnes impliquées

 

LA HAYE: La police néerlandaise a annoncé mardi soir la fin de la prise d'otage dans une boutique Apple Store sur une des principales places d'Amsterdam qui a duré plusieurs heures, précisant que l'homme armé était aux mains des forces de l'ordre.


"Nous avons réussi à arrêter le preneur d'otages en le touchant avec un véhicule lorsqu'il est sorti en courant" de la boutique, a indiqué la police sur Twitter, évoquant des "images violentes" de la scène circulant sur les réseaux sociaux.


Après avoir examiné à l'aide d'un robot l'homme, allongé dans la rue, "nous savons maintenant que le suspect n'avait pas d'explosifs sur son corps et le personnel médical s'occupe maintenant de lui", a-t-elle ajouté.


La prise d'otages a duré plusieurs heures, tenant en haleine les habitants des alentours de la place Leidseplein, un endroit du centre-ville d'Amsterdam prisé par les Amstellodamois et les touristes, notamment pour ses nombreux bars et cafés.


La place a rapidement été bouclée, des cafés et des théâtres fermés. Les personnes présentes sur la place au moment du début de la prise d'otage ont été invitées à se retrancher dans les cafés, sous les ordres de la police, et les journalistes ont été tenus à distance.


Plusieurs personnes ont été libérées de la boutique Apple Store au cours de la soirée, a indiqué la police, sans préciser le nombre total d'individus pris en otages. Les médias locaux parlent de plusieurs dizaines de personnes.


La police a indiqué ne pas être en mesure pour le moment de fournir d'informations sur l'état et l'identité du preneur d'otages.


Des images filmées par des internautes circulaient sur les réseaux sociaux, montrant notamment un homme armé tenant un autre homme sans arme et selon le média AT5, plusieurs témoins ont entendu des coups de feu dans la boutique plus tôt dans la soirée.


Les forces de l'ordre, qui étaient sur place pendant toute la soirée avec de nombreuses unités spécialisées, n'ont pas fait état de blessés. Mais selon la télévision publique néerlandaise NOS, le preneur d'otage a été blessé lors de son interpellation et était pris en charge dans une ambulance.

Armes au poing 
La police avait reçu un signalement d'un vol à main armée à 17H40 (16H40 GMT), selon NOS. Ce braquage présumé s'est ensuite transformé en prise d'otage.

Le journaliste indépendant Tim Wagemakers, qui se trouvait dans un autre bâtiment donnant sur la place, a déclaré sur Twitter avoir vu des policiers armes au poing.


"La place a été vidée, les gens sont enfermés dans les bars, les portes sont fermées" et les personnes doivent "s'éloigner des fenêtres", avait-t-il déclaré plus tôt dans la soirée. Le bâtiment dans lequel M. Wagemakers se trouvait a depuis été évacué. 


L'Ouzbékistan reconnaît 18 morts lors de troubles antigouvernementaux

Le président de l'Ouzbékistan, Chavkat Mirzioïev, avait reconnu dimanche des «victimes», parmi les civils et la police, à la suite de manifestations vendredi et samedi pour dénoncer un projet de réforme constitutionnelle. (AFP).
Le président de l'Ouzbékistan, Chavkat Mirzioïev, avait reconnu dimanche des «victimes», parmi les civils et la police, à la suite de manifestations vendredi et samedi pour dénoncer un projet de réforme constitutionnelle. (AFP).
Short Url
  • Ce nouvel épisode de violences s'ajoute à la longue liste de heurts, d'émeutes, de répressions et d'affrontements qui secouent régulièrement les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale sur lesquelles la Russie exerce une grande influence
  • Le président de l'Ouzbékistan, Chavkat Mirzioïev, avait reconnu dimanche des «victimes», parmi les civils et la police, à la suite de manifestations vendredi et samedi pour dénoncer un projet de réforme constitutionnelle

TACHKENT : Le parquet ouzbek a fait état lundi de 18 morts lors des troubles ayant opposé en fin de semaine dernière manifestants antigouvernementaux et forces de sécurité dans le nord-ouest de l'Ouzbékistan, pays où aucune opposition n'est tolérée.

Ce nouvel épisode de violences s'ajoute à la longue liste de heurts, d'émeutes, de répressions et d'affrontements qui secouent régulièrement les ex-républiques soviétiques d'Asie centrale sur lesquelles la Russie exerce une grande influence.

"Dix-huit personnes sont mortes de leurs blessures lors des troubles de masse à Noukous", a indiqué, selon l’agence Ria Novosti, Abror Mamatov, représentant du parquet, lors d’un briefing consacré à ces événements. La garde nationale ouzbèke a de son côté fait état de 243 blessés.

Le président de l'Ouzbékistan, Chavkat Mirzioïev, avait reconnu dimanche des "victimes", parmi les civils et la police, à la suite de manifestations vendredi et samedi pour dénoncer un projet de réforme constitutionnelle réduisant l'autonomie du Karakalpakistan, région pauvre du nord-ouest ouzbek dont Noukous est la capitale.

Le représentant du parquet a annoncé l'ouverture d'une enquête pour "attaque contre l'ordre constitutionnel du pays".

Le déroulé des événements reste très flou, les autorités ayant coupé l'essentiel des moyens de communication durant les affrontements. Quelques vidéos ont filtré sur internet, montrant des personnes blessées et inconscientes.

Samedi, un état d’urgence d'un mois a été décrété dans la région. Parallèlement, le président ouzbek a promis de retirer les amendements constitutionnels décriés.

M. Mirzioïev a aussi accusé les organisateurs des manifestations de "se cacher derrière des slogans" politiques pour chercher à "prendre le contrôle des bâtiments officiels du gouvernement local" et pour s'emparer d'armes.

Depuis son indépendance à la chute de l'URSS, l’Ouzbékistan n'a jamais laissé émerger d'opposition.

Crise interne

Arrivé au pouvoir en 2016 à la mort de son prédécesseur Islam Karimov, Chavkat Mirzioïev, jusqu'alors Premier ministre, a mené d'importantes réformes économiques et sociales, promettant aussi de timides mesures de libéralisation politique.

Réélu l'année dernière, il a plus récemment donné un tour de vis. Le chef de l'Etat veut ainsi réformer la Constitution pour qu'elle lui permette de rester au pouvoir plus longtemps.

Les troubles de Noukous sont la crise interne la plus grave à laquelle le président Mirzioïev a été confronté jusqu'ici.

En 2005, Islam Karimov avait fait réprimer dans le sang des manifestations à Andijan (est). Des centaines de personnes y sont mortes.

Le Kremlin, allié traditionnel de Tachkent, a jugé que les évènements de Noukous  étaient "une affaire interne".

L'Union européenne, qui a encouragé des efforts de réformes ces dernières années, a appelé à une "enquête transparent et indépendante" et regretté "les pertes de vies humaines".

Elle a relevé que le président avait renoncé aux amendements controversés, tout en l'appelant à "garantir les droits humains".

Région de troubles

L'Ouzbékistan, frontalier de l'Afghanistan, est de loin le plus peuplé des pays de l'Asie centrale ex-soviétique avec quelque 35 millions d'habitants.

En janvier, c'est un autre Etat autoritaire de la région, le Kazakhstan, qui a écrasé un vaste mouvement de contestation, faisant plus de 230 morts. Ces événements avaient constitué un choc, ce pays ayant été jusqu'alors considéré comme le plus stable et le plus prospère de la région.

Les pays voisins ont aussi connu des périodes mouvementées dans le passé récent, le Tadjikistan et le Kirghizstan s'affrontant par exemple régulièrement à leur frontière commune, du fait notamment de conflits sur l'accès aux terres et à l'eau.

Les autorités tadjikes viennent aussi de mener une opération présentée comme "antiterroriste" pour neutraliser d'influentes figures locales dans la région autonome de Gorno-Badakhchan (BGAO), une vaste zone montagneuse du massif du Pamir.

Le Kirghizstan a lui connu depuis 2005 trois révolutions (2005, 2010, 2020), ainsi que de graves violences ethniques visant la minorité ouzbèke en 2010 dans le sud du pays.

La Russie soutient les pouvoirs en place dans ces pays qu'elle considère comme appartenant à son pré carré.

L'Asie centrale, au carrefour entre l'Asie du Sud, la Chine, l'Europe et la Russie, dispose de vastes ressources naturelles (hydrocarbures, minerais) qui suscitent les convoitises russes, chinoises et occidentales.


Le Japon proteste après le passage d'un navire militaire chinois près d'îlots contestés

Tokyo a fait part à Pékin de «sa grande préoccupation» par voie diplomatique et a une nouvelle fois exigé que de tels incidents ne se reproduisent plus, a déclaré le secrétaire général adjoint du gouvernement japonais. (AFP).
Tokyo a fait part à Pékin de «sa grande préoccupation» par voie diplomatique et a une nouvelle fois exigé que de tels incidents ne se reproduisent plus, a déclaré le secrétaire général adjoint du gouvernement japonais. (AFP).
Short Url
  • Tokyo a fait part à Pékin de «sa grande préoccupation» par voie diplomatique et a une nouvelle fois exigé que de tels incidents ne se reproduisent plus, a déclaré le secrétaire général adjoint du gouvernement japonais
  • Des incursions de navires de garde-côtes chinois près des îles inhabitées Senkaku, appelés Diaoyu par Pékin, sont fréquentes

TOKYO : Le Japon a protesté lundi après qu'une frégate chinoise a frôlé des îlots en mer de Chine orientale administrés par Tokyo mais revendiqués par Pékin, plusieurs médias nippons évoquant aussi le passage d'un navire militaire russe dans la même zone.

Tokyo a fait part à Pékin de "sa grande préoccupation" par voie diplomatique et a une nouvelle fois exigé que de tels incidents ne se reproduisent plus, a déclaré à la presse Seiji Kihara, le secrétaire général adjoint du gouvernement japonais.

Des incursions de navires de garde-côtes chinois près des îles inhabitées Senkaku, appelés Diaoyu par Pékin, sont fréquentes.

Mais c'est la première fois depuis 2018 qu'un bateau militaire chinois s'en rapproche d'aussi près, en s'introduisant dans la "zone contiguë", une bande de 12 milles marins de large (environ 22 km) s'étendant juste après les eaux territoriales.

Un bateau militaire russe aurait également été repéré lundi dans cette même zone, selon plusieurs médias nippons citant des sources au sein du ministère japonais de la Défense. Sollicité par l'AFP, le ministère n'avait pas confirmé cette information pour l'heure.

Fin mai, des bombardiers chinois et russes avaient volé ensemble à proximité du Japon, ce qui avait été vu comme une provocation par Tokyo, qui venait d'accueillir un sommet du "Quad", alliance informelle entre les Etats-Unis, le Japon, l'Inde et l'Australie visant à faire contrepoids à la Chine en Asie-Pacifique.

Les relations entre le Japon et la Russie se sont par ailleurs nettement détériorées depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine, Tokyo s'étant joint aux sanctions occidentales contre Moscou.


Ukraine: Kiev tente de ralentir l'armée russe, conférence sur la reconstruction en Suisse

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen prend la parole lors d'un débat dans le cadre d'une session plénière au Parlement européen, le 8 juin 2022 à Strasbourg, dans l'est de la France. (Photo : Frederick FLORIN / AFP)
La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen prend la parole lors d'un débat dans le cadre d'une session plénière au Parlement européen, le 8 juin 2022 à Strasbourg, dans l'est de la France. (Photo : Frederick FLORIN / AFP)
Short Url
  • Alors que l'issue de la guerre est incertaine, la conférence de Lugano doit tenter lundi et mardi de dessiner les contours de la future reconstruction de l'Ukraine
  • Dimanche soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a tenté de faire bonne figure, insistant sur les autres lignes de front, où Kiev affirme «progresser»

SLOVIANSK, Ukraine : Kiev tente lundi de ralentir la progression de l'armée russe dans l'est de l'Ukraine, après la chute de la ville stratégique de Lyssytchansk, au moment où s'ouvre en Suisse une conférence internationale pour préparer la reconstruction à venir du pays.

L'état-major des forces armées ukrainiennes a annoncé dimanche soir son retrait de la ville de Lyssytchansk, dernier bastion tenu par les ukrainiens dans la région de Lougansk, reconnaissant la «supériorité» des troupes russes sur le terrain.

«Nous continuons de défendre une infime partie [du territoire] de la région de Lougansk de façon que notre armée puisse» préparer une nouvelle ligne de défense, a déclaré lundi matin Serguiï Gaïdaï, gouverneur de cette province que Moscou a annoncé dimanche contrôler totalement.

Selon M. Gaïdaï, des combats avaient lieu près de Bilogorivka, localité limitrophe de la région de Donetsk, à quelques kilomètres à l'ouest de Lyssytchansk.

Après la prise de Lyssytchansk, pièce maîtresse du plan de conquête du Donbass, bassin industriel largement russophone et en partie contrôlé par des séparatistes prorusses depuis 2014, l'armée russe semble désormais concentrer ses efforts sur Sloviansk et Kramatorsk, deux villes majeures plus à l'ouest, pilonnées depuis dimanche.

«Les Russes tuent des civils !» a déclaré lundi matin le gouverneur de la région de Donetsk, faisant état de dix morts, dont deux enfants, la veille dans des frappes russes, à Sloviansk et dans les environs.

- «Un jour viendra»... -

Dimanche soir, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a tenté de faire bonne figure, insistant sur les autres lignes de front, où Kiev affirme «progresser», dans les régions de Kharkiv (nord-est) ou Kherson (sud). «Un jour viendra où nous dirons la même chose du Donbass», a assuré le président Zelensky.

Alors que la ligne de front se rapproche de Sloviansk, les autorités ukrainiennes appellent désormais les habitants à quitter la région.

Les rues de la ville étaient presque désertes lundi matin, selon des journalistes de l'AFP sur place. Sur le grand marché du centre-ville largement ravagé par un incendie provoqué par une frappe russe, quelques vendeurs proposaient des produits de première nécessité tandis que d’autres déblayaient des débris calcinés.

Des vendeurs et habitants interrogés par l’AFP, certains encore sous le choc, faisaient part de leur inquiétude pour les jours et semaines à venir, alors que l'on peut entendre des bruits de bombardements.

A Siversk, entre Lyssytchansk et Sloviansk, les forces ukrainiennes semblent vouloir s'appuyer sur une ligne de défense entre cette ville et Bakhmout plus au sud. Les habitants

interrogés par l'AFP évoquent des bombardements de plus intenses sur Siversk, ces derniers jours.

«L'ennemi a intensifié ses bombardements sur nos positions dans la direction de Bakhmout», a confirmé l'état-major de l'armée ukrainienne, dans son premier point lundi matin.

Le ministère de la Défense russe a indiqué de son côté détruite «sept postes de commandement» ukrainiens au cours des dernières 24 heures, «dont celui de la 25e division aéroportée dans la région de Siversk».

- 104 milliards de dollars -

A Boutcha, ville-martyre dans la banlieue de la capitale, même si certains se sont remis à planter des fleurs au pied des immeubles ou à s'affairer au potager, les habitants n'osent pas encore penser à la reconstruction, quand l'issue des combats reste si incertaine. Ici, les stigmates des combats sont encore visibles partout: vitres brisées, impacts de balles, murs troués...

«On va se coucher sans savoir si on se réveillera demain», souffle Vera Semeniouk, 65 ans. «Tout le monde est revenu, commence à réparer les maisons, beaucoup posent de nouvelles fenêtres. Ce serait terrible si ça recommençait et qu'il faille à nouveau tout quitter».

Alors que l'issue de la guerre est incertaine, la conférence de Lugano doit tenter lundi et mardi de dessiner les contours de la future reconstruction de l'Ukraine.

La «tâche est vraiment colossale» ne serait-ce que dans les territoires libérés, a reconnu dimanche M. Zelensky, en évoquant la conférence. Ses hôtes suisses espéraient sa venue en personne mais il participera, comme il en a désormais l'habitude, par visioconférence à cette réunion rassemblant les responsables des alliés de l'Ukraine, des institutions internationales mais aussi le secteur privé.

La conférence avait été planifiée bien avant la guerre et devait initialement se concentrer sur les réformes en Ukraine et notamment la lutte contre une corruption endémique.

Le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal et le président du Parlement, Rouslan Stefantchouk, sont arrivés à Lugano dès dimanche. Ils doivent y rencontrer notamment la présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, pour poser les bases du «Plan Marshall» pour l'Ukraine, alors même qu'il n'y a pas de fin en vue à la guerre et que les chiffrages vont de dizaines à des centaines de milliards de dollars.

Robert Mardini, directeur général du Comité international de la Croix-Rouge, a jugé sur la chaîne publique suisse RTS que si la reconstruction à proprement parler devra attendre la fin des combats, il est cependant vital de donner «une perspective positive aux civils».

La Kyiv School of Economics (KSE) a estimé les dommages causés jusqu'à présent aux bâtiments et aux infrastructures à près de 104 milliards de dollars. L'économie du pays aurait déjà perdu 600 milliards de dollars selon certaines estimations.

La Banque européenne d'investissement (BEI) doit proposer la création d'un nouveau fonds pour l'Ukraine, qui pourrait atteindre 100 milliards d'euros, selon des sources informées de ce plan.

Le Royaume-Uni, l'un des alliés les plus actifs de l'Ukraine, soutiendra notamment la reconstruction de la ville et de la région de Kiev, à la demande du président Zelensky, a indiqué le Foreign Office dimanche.