L'invasion de l'Ukraine plombe les marchés, mais Wall Street finit en hausse

Colisée de Rome le 24 février 2022, illuminé aux couleurs du drapeau ukrainien (Photo, AFP).
Colisée de Rome le 24 février 2022, illuminé aux couleurs du drapeau ukrainien (Photo, AFP).
Short Url
Publié le Vendredi 25 février 2022

L'invasion de l'Ukraine plombe les marchés, mais Wall Street finit en hausse

  • En Europe, les places boursières ont connu l'une des plus mauvaises séances depuis mars 2020 et la mise en place des confinements, perdant jusqu'à 5% au pire de la journée
  • Le prix du baril de pétrole a dépassé au cours de la journée les 100 dollars, autant pour le baril américain que celui de la mer du Nord, une première depuis 2014

NEW YORK: Les Bourses européennes ont chuté, les matières premières ont flambé, et Wall Street a terminé en hausse, au terme d'une journée folle marquée par l'invasion de l'Ukraine.

En Europe, les places boursières ont connu l'une des plus mauvaises séances depuis mars 2020 et la mise en place des confinements, perdant jusqu'à 5% au pire de la journée. 

Après la clôture, Francfort a perdu 3,96%, Paris 3,83%, Milan 4,14%, Londres 3,88% (chiffre ajusté peu après la clôture) et l'Eurostoxx 50, indice de référence, 3,63%. La Bourse de Varsovie, principale place financière de l'Europe centrale et orientale, a chuté de plus de 10% et celle de Moscou s'est effondrée de plus de 35%.

Wall Street, en revanche, a fait l'élastique et terminé sur une hausse. Le Dow Jones a terminé en hausse de 0,28%, l'indice Nasdaq, fortement influencé par les valeurs technologiques, a lui gagné 3,34%, et l'indice élargi S&P 500 a pris 1,50%.

Le prix du baril de pétrole a dépassé au cours de la journée les 100 dollars, autant pour le baril américain que celui de la mer du Nord, une première depuis 2014. L'aluminium et le blé battaient aussi des records.

Vladimir Poutine a lancé jeudi dans la nuit l'invasion de l'Ukraine, avec frappes aériennes et entrée de forces terrestres depuis plusieurs directions.

L'offensive a suscité un tollé international auquel Moscou reste sourd.

"Les marchés mondiaux n'avaient pas prévu un scénario de guerre et s'adaptent maintenant à l'ampleur de cette action militaire", estiment les analystes d'Amundi dans une note. 

Les investisseurs se ruent vers les valeurs refuges telles que l'or, qui a frôlé les 2.000 dollars l'once, et les obligations d’État. Le rendement de la dette américaine à 10 ans reculait à 1,94%, contre 1,99% mercredi, avec un plus bas à 1,84% à 11H30 GMT.

Les Etats-Unis ont annoncé un nouveau train de sanctions, qui vise notamment les deux premières banques russes et les plus importantes entreprises du pays.

"Le marché était descendu trop bas", a commenté Tom Cahill, de Ventura Wealth Management au sujet du mouvement de fin de séance à New York, "donc le temps était venu d'un rebond."

Par ailleurs, les investisseurs, qui estimaient avoir intégré une invasion de l'Ukraine, se sont repositionnés une fois l'attaque engagée. "Quand il y a un événement géopolitique ou une guerre, "vous achetez aux premiers sons des canons", selon Tom Cahill.

«Beaucoup de pays importateurs de céréales vont être fragilisés», selon un chercheur français

Blé, maïs, tournesol: l'invasion russe en Ukraine pourrait compromettre les exportations d'un des principaux vendeurs de céréales de la planète et ainsi fragiliser de nombreux pays importateurs, avertit Sébastien Abis, directeur général du club de réflexion sur l'agriculture Demeter.

Les premiers concernés par de l'insécurité alimentaire, ce sont les Ukrainiens. Tout théâtre de guerre a des conséquences immédiates sur les vies quotidiennes.

Le blé, le maïs, le tournesol, mais aussi un peu de soja, beaucoup de colza, de l'orge, l'Ukraine est une grande puissance productive.

L'Ukraine, c'est 12% des exportations mondiales de blé, en maïs quasiment 20%, en colza 20%. En tournesol, c'est la moitié de l'exportation mondiale!

L'invasion russe en Ukraine peut-elle compromettre la sécurité alimentaire mondiale?

Nous étions déjà avec des prix extrêmement élevés, de la volatilité ces derniers mois. Il y aura forcément des impacts sur les prix moyens parce qu'il n'y a pas beaucoup d'alternatives en termes d'origines et donc beaucoup de pays importateurs vont être fragilisés.

Est-ce qu'il faut s'attendre à des pénuries dans certains pays importateurs?

Est-ce que les volumes ukrainiens qui restaient à sortir cette année en maïs ou en blé vont pouvoir sortir? En maïs, il y avait encore 9 millions de tonnes à sortir, en blé 6 à 7 millions de tonnes. 
Si les ports sont détruits, si la circulation, le transport logistique ne sont pas permis, on peut avoir de la casse. Tout cela va évidemment avoir un impact sur la stabilité des approvisionnements agricoles mondiaux, les prix. 
Je n'oublie pas non plus les engrais, parce que la Russie produit beaucoup d'ammoniaque et d'urée, l'Ukraine aussi. 
Le tout, c'est de savoir jusqu'où des pays vont pouvoir payer très cher une nourriture qui est déjà très élevée. L’Égypte, par exemple, fait venir 90% de son blé de Russie et d'Ukraine. 

Des pays comme les États-Unis ou la France ont-ils des stocks qui permettraient de servir en urgence des pays comme le Liban ou l'Egypte ?

On a toujours des stocks de sécurité, dont les volumes ne sont pas connus. Sur du très court terme, sans doute que les volumes pourraient le permettre.

Sur le blé, assurément, encore qu'il faut voir. La France, pas toute seule, c'est certain, donc il faudrait une coalition pour satisfaire les besoins.

En revanche, sur des marchandises comme le maïs, le tournesol, là, il y a un problème. La moitié du maïs européen importé vient d'Ukraine.

Si tout cela perdure et s'aggrave, si demain l'Ukraine ne produit pas et ne peut pas exporter, qui la remplace ?

Les matières premières s'embrasent

La Russie et l'Ukraine sont des pays essentiels pour l'approvisionnement en pétrole, gaz, blé et autres matières premières cruciales.

"Les approvisionnements en pétrole et en gaz ne sont pas encore affectés par l'escalade actuelle", mais Michael Hewson, analyste de CMC Markets, craint qu'"ils soient coupés" en cas de sévères sanctions de la part des Occidentaux.

Le cours du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril, référence de l'or noir en Europe, qui s'envolait de 8,78% à 105,34 dollars en matinée, a clôturé en hausse de 2,27% à 99,08 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en avril, qui plus tôt grimpait de 8,66% à 100,10 dollars, a terminé en progrès de 0,77% à 92,81 dollars.

Du côté du gaz naturel, le marché de référence en Europe a explosé de 33% par rapport à la veille.

"La flambée des prix de l'énergie est un gros casse-tête pour l'Europe, puisque 40% de son gaz naturel et 30% de son pétrole viennent de Russie", explique une analyste de Swissquote.

Les groupes miniers fortement liés à la Russie se sont effondrés à Londres: Polymetal de près de 40%, Ferrexpo de plus de 42%, Evraz de 30% et Petropavlovsk de 27%.

Les groupes ayant des activités en Russie étaient particulièrement touchés sur les marchés. A Francfort, Uniper, lié au gazoduc Nord Stream 2, a baissé de 13,95%.

Les valeurs de la défense étaient les rares à échapper au marasme, comme Thalès (+4,87%) à Paris, ou BAE Systems (+5,16%) à Londres ou Leonardo (+4,34%) à Milan. 

Les banques pénalisées

Les banques et le secteur financier ont été visés par les premières sanctions prononcées par l'Union européenne et les Etats-Unis. A Moscou, Sberbank a dégringolé de 36,61%, VTB Bank de 41,25%. A Vienne, Raiffeisen a cédé plus de 23%.

A Paris, Société Générale, présente en Russie via Rosbank, a perdu 12,15%. A Milan, UniCredit a lâché 13,69%, sanctionnée pour son exposition à la Russie. A Francfort, Deutsche Bank a chuté de 12,54% et Commerzbank de 13,11%.

«important risque économique» pour la région et le monde, alerte la patronne du FMI

La directrice générale du FMI et le président de la Banque mondiale alertent sur "un important risque économique pour la région et le monde", selon les mots de Kristalina Georgieva.

Le Fonds était en train de déployer un programme d'aide de 2,2 milliards de dollars pour l'Ukraine, d'ici juin, avait rappelé Mme Georgieva début février, précisant que le Fonds se tenait prêt à apporter une aide supplémentaire si nécessaire pour l'Ukraine et les autres pays qui seraient affectés par le conflit.


Le patron de la Banque mondiale, David Malpass, s'est pour sa part dit "horrifié par la violence choquante et les pertes en vies humaines à la suite des événements qui se déroulent en Ukraine". 


"Nous sommes un partenaire de longue date de l'Ukraine et sommes aux côtés de son peuple en ce moment critique", a ajouté le président de la Banque mondiale précisant se coordonner avec le FMI pour "évaluer les coûts" de l'impact social et économique de l'attaque.


"Nous sommes prêts à fournir un soutien immédiat à l'Ukraine et préparons des options pour un tel soutien, y compris un financement à décaissement rapide", a encore indiqué M. Malpass dans un communiqué.

Chute du rouble, bond du dollar 

Le rouble restait proche de son plus bas historique, atteint plus tôt à 90 roubles pour un dollar, mais se stabilisait (84,31 roubles) après l'intervention de la Banque centrale russe pour "stabiliser la situation". 

L'euro perdait 0,99% face au dollar américain, à 1,1194 dollar, après être descendu à son plus bas depuis juin 2020.

Le bitcoin se reprenait un peu et gagnait 2,46% à 38.503 dollars.


Efforts de reconstruction au Moyen-Orient pour alimenter la demande d’électricité croissante

La production d’électricité dans la région devrait être accélérée, selon Majid al-Monif.
La production d’électricité dans la région devrait être accélérée, selon Majid al-Monif.
Short Url
  • Le président de l’Association saoudienne pour l’économie d’énergie note que la production d’électricité dans la région devrait être augmentée
  • Il soutient que le Royaume ferait en sorte que les sources solaires et éoliennes représentent la moitié de la capacité totale de production d’électricité d’ici à 2030

RIYAD: La demande d’électricité devrait augmenter de façon spectaculaire au Moyen-Orient, alors que d’importants travaux de reconstruction ont lieu dans la région, selon Majid al-Monif, président de l’Association saoudienne pour l’économie d’énergie.

Dans un entretien accordé au Meed, M. Al-Monif déclare que l’expansion des activités industrielles pourrait également renforcer le besoin de produire plus d’électricité.

«Il y aura une demande croissante d’électricité dans de nombreux pays, notamment en Irak, en Syrie et en Libye, où d’importants efforts de reconstruction devraient avoir lieu, ainsi que l’expansion des activités industrielles dans d’autres juridictions», affirme M. Al-Monif.

Le président de l’Association saoudienne pour l’économie d’énergie note par ailleurs que la production d’électricité dans la région devrait être augmentée. De plus, l’électricité devrait être utilisée de manière efficace.

M. Al-Monif, qui est également président du Comité consultatif international du Centre d’études et de recherches sur le pétrole du roi Abdallah, basé à Riyad, ajoute que l’Arabie saoudite est sur la voie d’un avenir durable, au moment où le Royaume augmente sa capacité de production d’énergie renouvelable.

Il soutient que le Royaume fera en sorte que les sources solaires et éoliennes représentent la moitié de la capacité totale de production d’électricité d’ici à 2030.

«Nous nous engageons à atteindre zéro émission nette de carbone d’ici à 2060. Nous augmenterons considérablement notre capacité d’énergie renouvelable pour atteindre cet objectif. Nous exploiterons également les technologies de capture de carbone pour soutenir et augmenter la capacité de nos centrales électriques au pétrole ou au gaz», ajoute-t-il.

Selon M. Al-Monif, les tensions géopolitiques comme le conflit en cours en Ukraine et la pandémie de Covid-19 ont contribué à retarder la transition énergétique.

Il a en outre souligné que les efforts de transition énergétique ne représentaient aucune menace pour les fournisseurs et les exportateurs d’énergie conventionnelle de la région.

«Ce sont de nouveaux ajouts à la panoplie énergétique. […] Nous avons besoin de davantage d’énergies renouvelables, d’hydrogène et de nucléaire. Nous avons besoin de plus de pétrole et de gaz», poursuit M. Al-Monif.

Plus tôt dans le mois de janvier, lors du Forum économique mondial (WEF) de Davos, le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie, Fatih Birol, a fait savoir que le monde assistait à la plus grande crise énergétique jamais enregistrée dans l’histoire, en particulier après l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Selon M. Birol, les préoccupations actuelles ont donné un grand coup de pouce au développement de l’énergie propre. Il a ajouté que les problèmes de sécurité étaient à l’origine des progrès qu’enregistre le secteur des énergies renouvelables.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Royaume-Uni: dans un fief pro-Brexit, l'heure des regrets est arrivée

Leader du United Kingdom Independence Party (UKIP), Nigel Farage prend la parole lors du lancement du manifeste du parti à Thurrock dans l'Essex, à l'Est de Londres, le 15 avril 2015. (AFP)
Leader du United Kingdom Independence Party (UKIP), Nigel Farage prend la parole lors du lancement du manifeste du parti à Thurrock dans l'Essex, à l'Est de Londres, le 15 avril 2015. (AFP)
Short Url
  • L'europhobe et populiste Nigel Farage ne s'y était pas trompé: c'était de Thurrock qu'il avait dévoilé dès avril 2015 son manifeste anti-UE
  • Depuis des années, c'est une région qui souffre et la crise sociale actuelle, avec une inflation à plus de 10%, ne fait qu'aggraver les choses

THURROCK: Grays, ville à une trentaine de kilomètres à l'Est de Londres, avait voté massivement en faveur du Brexit. Trois ans après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, en pleine crise sociale, certains expriment des regrets.

"J'ai voté Brexit mais je le regrette": Maria Yvars, 42 ans, se sent flouée par les politiques. "Ils ne nous ont pas donné tous les éléments. (...) Ils nous ont vendu quelque chose qui n'existait pas", s'emporte cette psychologue.

"Maintenant ce pays est comme un bateau sans capitaine", dit-elle alors que trois Premiers ministres se sont succédés à la tête du gouvernement conservateur en 2022.

Lors du référendum en juin 2016, 72,3% des électeurs ont voté en faveur du Brexit dans la circonscription locale de Thurrock, dont Grays est la plus grande ville avec environ 75.000 habitants, contre 52% à l'échelle du Royaume-Uni.

Cela en fait la quatrième du pays, sur un total de 382, à avoir voté le plus massivement pour une sortie de l'UE, devenue effective le 31 janvier 2020 après des années de chaos politique.

L'europhobe et populiste Nigel Farage ne s'y était pas trompé: c'était de Thurrock qu'il avait dévoilé dès avril 2015 son manifeste anti-UE.

Thurrock est une vieille région industrielle, située sur l'estuaire de la Tamise, qui a attiré beaucoup de migrants d'Europe de l'Est. La circonscription couvre la ville de Tilbury, l'un des principaux ports de containers du pays. L'AFP s'y était rendu en reportage en 2017: les Brexiters n'exprimaient alors aucun regret.

Depuis des années, c'est une région qui souffre et la crise sociale actuelle, avec une inflation à plus de 10%, ne fait qu'aggraver les choses. L'autorité locale a fait faillite en décembre, après une série d'investissements désastreux.

Dans la rue piétonne du centre de Grays s'enchaînent les magasins discount qui promettent des articles à une livre sterling, d'autres qui rachètent de l'or, de l'électroménager et encore des enseignes de paris sportifs. "Fermé pour toujours", lit-on sur une vitrine abandonnée.

Lassitude 

"Oui, j'ai voté Brexit et je regrette de l'avoir fait", lâche une femme d'une cinquantaine d'années, qui veut rester anonyme. "Regardez le pays, c'est un désastre n'est-ce pas?". Elle affirme que la plupart des gens qu'elle connait regrettent, comme elle, leur vote.

Des proches qui se vantaient d'avoir voté Brexit sont désormais "embarrassés", voire même "honteux", assure Maria Yvars.

Selon un sondage YouGov paru en novembre, le soutien au Brexit n'a jamais été aussi faible. Moins d'un tiers des Britanniques estime que c'était une bonne décision. Un Brexiter sur cinq a changé d'avis.

A Grays, la plupart des passants que l'AFP a essayé d'interroger se sont éloignés aussitôt le mot "Brexit" prononcé, peut-être par lassitude. "Pas intéressé", ont répondu les plus polis.

"A quoi s'attendaient les Brexiters?", lance une employée du NHS, le système public et gratuit de santé, qui elle voulait rester dans l'Union. "Nous avons perdu des fonds de l'UE!"

Sauver le NHS faisait partie des promesses du Brexit. "Nous envoyons à l'UE 350 millions de livres par semaine. Finançons plutôt le NHS", était-il écrit sur des bus rouges. Mais le système de santé est à bout de souffle et les infirmières ont commencé une grève historique en décembre.

Situation «terrible»

Mais tous, loin de là, ne regrettent pas leur choix. Elaine Read, une femme de 73 ans qui travaillait dans la finance à Londres revoterait "probablement Brexit".

"Déjà en 1975, j'avais voté contre l'adhésion" à l'Europe, raconte-t-elle. "Nous sommes une île, nous sommes isolationnistes. J'avais l'impression avec l'UE que nous n'étions plus en contrôle".

Avec la pandémie de Covid-19 puis la guerre en Ukraine, "tant de choses se sont passées que nous n'avons pas eu l'occasion de voir les bénéfices" du Brexit. Pour elle, pas de doute: "la crise du coût de la vie n'est pas due au Brexit".

Le Royaume-Uni est le seul pays du G7 à n'avoir pas encore renoué avec son Produit intérieur brut (PIB) d'avant la pandémie. Malgré l'accord de libre-échange signé avec l'UE, l'organisme public de prévision budgétaire OBR estime que la sortie de l'UE réduira la taille de l'économie britannique d'environ 4% à long terme.

Ray Yates, un ancien docker de 70 ans, reconnait que la situation à Thurrock est "terrible" mais il croit toujours dur comme fer au Brexit. "Je soutiens toujours le Brexit, mais ça prendra du temps. Au moins dix ans et un nouveau gouvernement".


Tunisie: la pénurie de lait, symptôme d'une filière «en lent effondrement»

De 30 litres de lait par jour, chaque vache n'en produit plus que 12. (AFP)
De 30 litres de lait par jour, chaque vache n'en produit plus que 12. (AFP)
Short Url
  • Le marché tunisien absorbe 1,8 million de litres quotidiennement alors que la production atteint au maximum 1,2 million, selon des données officielles
  • Cette pénurie est apparue au grand jour fin octobre quand des supermarchés ont placardé l'injonction: «deux briques de lait par citoyen»

EL BATTAN: Noura arpente le centre de Tunis à la recherche de lait. "Quand j'en trouve, je ne peux pas acheter plus de deux briques", dit-elle à propos d'une pénurie qui illustre les affres d'une filière "en lent effondrement".

Le marché tunisien absorbe 1,8 million de litres quotidiennement alors que la production atteint au maximum 1,2 million, selon des données officielles.

"Le lait est indispensable, surtout pour nos enfants", confie à l'AFP Noura Bchini, ménagère quinquagénaire. Près d'elle, une autre cliente, Leila Chaouali, dit s'en procurer "mais à des moments précis, surtout le matin. L'après-midi il n'y en a plus".

Cette pénurie est apparue au grand jour fin octobre quand des supermarchés ont placardé l'injonction: "deux briques de lait par citoyen".

A 40 km à l'ouest de Tunis, Mohamed Gharsallaoui, éleveur dans le village d'El Battan, penché sur sa trayeuse, explique avoir dû vendre quatre vaches ces derniers mois pour acheter du fourrage et nourrir sa vingtaine de bêtes.

Sur son exploitation, cet éleveur de 65 ans montre ses factures de foin, d'orge ou de complément maïs-soja, qu'il peine à régler.

Le prix du sac de 50 kg de complément a été multiplié par 8 en 10 ans pour atteindre 81 dinars (24 euros).

"Pourquoi on manque de lait? Parce qu'on ne donne pas aux vaches les quantités de nourriture dont elles ont besoin", explique-t-il à l'AFP.

«A perte»

De 30 litres de lait par jour, chaque vache n'en produit plus que 12. "Nous leur fournissons la moitié de la quantité précédente de fourrage et d'herbe", souligne-t-il.

Eleveur passionné qui a débuté il y a 50 ans avec une seule vache, M. Gharsallaoui est triste de voir son troupeau s'étioler.

"Ce sont les vaches qui faisaient vivre ma famille", se désole ce père de quatre enfants adultes. "Aujourd'hui je dois envoyer (mes enfants) travailler ailleurs pour faire vivre mes vaches."

L'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche (Utap) a tiré la sonnette d'alarme il y a un an "quand les éleveurs ont commencé à vendre leur lait à perte".

"Les prix de l'alimentation animale sont devenus fous avec 30 à 40% de hausse sur un an. C'est lié à la situation internationale, à la guerre en Ukraine en particulier" qui a fait flamber les cours des céréales dont la Tunisie est fortement importatrice, souligne son porte-parole Anis Kharbeche.

Il s'inquiète pour le mois du Ramadan qui débutera vers le 22 mars, "au cours duquel la consommation de lait augmente et où la pénurie atteindra un million de litre par jour".

Ces difficultés sont accentuées par la sécheresse qui sévit sur la Tunisie, avec des barrages remplis au maximum à 30%, selon l'Utap.

«herbe fraîche»

Pour limiter leurs pertes, beaucoup d'agriculteurs sont contraints de vendre une partie de leur cheptel, soit à des bouchers locaux, soit à des éleveurs dans l'Algérie voisine.

Selon l'Utap, les troupeaux tunisiens se sont réduits de 30% en 2022.

Face à ce "lent effondrement", l'Etat, qui avait soutenu après l'indépendance (en 1956) l'établissement d'une filière lait, doit reprendre l'initiative, estime M. Kharbeche, rappelant que la Tunisie parvenait à exporter du lait certaines années jusqu'en 2017.

Pour le moment, l'Etat s'est contenté, dans la loi de finances 2023, de lever les taxes sur l'importation de lait en poudre, au risque de concurrencer la production locale.

Et des déclarations récentes du président Kais Saied imputant à des "spéculateurs" non identifiés les problèmes de la filière n'ont pas rassuré les éleveurs.

Pour l'Utap, la solution serait "un prix variable" appliqué par l'Etat aux achats de lait, qui fluctuerait en fonction des cours de l'alimentation animale. Et il faudrait "aider les agriculteurs pour la production d'herbe fraîche", avec une stratégie de retraitement des eaux usées et les soutenir dans l'achat de compléments alimentaires.

Le lait n'est qu'un des produits touchés par des pénuries sporadiques ces derniers mois, à côté du café, du sucre ou de l'huile.

Des experts les expliquent par un manque de liquidités de l'Etat tunisien, qui a le monopole de l'approvisionnement en produits de base subventionnés. Très endetté, le pays négocie depuis des mois un prêt de presque 2 milliards de dollars avec le FMI.