Kenza Zouari, une pionnière de l'art digital

Les NFT, certificat de propriété d'une œuvre digitale, sont le sujet du moment (Photo fournie).
Les NFT, certificat de propriété d'une œuvre digitale, sont le sujet du moment (Photo fournie).
Short Url
Publié le Mercredi 02 mars 2022

Kenza Zouari, une pionnière de l'art digital

  • «On a ce besoin de documenter, d'écrire et d'archiver»
  • «Les NFT permettent d'avoir accès beaucoup plus facilement à une audience internationale»

PARIS: Les NFT – «jetons non fongibles», un certificat digital de propriété d'une œuvre digitale – sont le sujet du moment. Comme bien souvent avec les phénomènes de mode, il y a une querelle entre des opinions viscéralement opposées. L'intérêt de la NFT est de remettre au centre du débat l'importance de la valorisation de l'art. Or, dans ce domaine, Kenza Zouari est une pionnière, tant dans l'art digital que dans l'art traditionnel.

Démarche singulière en Tunisie
Ayant pris une année de césure après une licence en management obtenue à la Mediterranean School of Business de Tunis, Kenza Zouari va travailler dans le domaine du cinéma, sa plus grande passion. Mais ce secteur si difficile d’accès à Tunis va la mener vers d'autres chemins artistiques. En 2017, elle va vivre ce qu'elle décrit comme un «déclic» en rejoignant la Fondation Kamel Lazaar, qui promeut l'art en Afrique du Nord et au Moyen-Orient notamment par le biais du festival d'art contemporain Jaou.

Kenza Zouari (Photo fournie).

C'est grâce à cette fondation qu'elle rencontre Kaïs Dhifi. Ce directeur artistique lui expose son «projet de vie»: fonder avec elle une agence créative d'un nouveau genre en Tunisie. Local Groupe voit le jour en 2020. Organiser des expositions de A à Z puis publier un livre qui relate cet événement: telle est la matrice de Local Groupe. Les deux premiers artistes furent les photographes Kaïs Dhifi lui-même avec City of Poets en 2020, et Souheila Ghorbel avec Winter Bloom en 2021. Le prochain créateur sollicité est l'illustrateur Issam Smiri. «On aime dénicher les artistes puis les accompagner. C'est souvent leur première exposition et leur premier ouvrage. On les accompagne sur ces deux volets», explique Kenza Zouari.
Local Groupe porte une attention très particulière aux livres dans sa démarche de valorisation des artistes. «On a ce besoin de documenter, d'écrire et d'archiver. À Tunis, il y a très peu d’ouvrages ou de beaux livres pour documenter les événements culturels. Or, c'est à travers les livres que l'on comprend l'évolution de l'art, mais aussi de l'artiste, dans un pays. À chaque fois que nous voyageons, nous distribuons nos livres.»
Nos fidèles lecteurs parisiens peuvent retrouver les livres de Local Groupe à la librairie Classic Paris, dans le IIe arrondissement.

Dans cette optique de valorisation, Kenza Zouari souhaite accompagner Local Groupe vers le monde des NFT.

Les NFT, une fenêtre d'opportunités
Elle va découvrir le monde des NFT lors du confinement, à Tunis, en mars 2020. En écoutant les différents salons de la plate-forme Clubhouse, elle prend conscience de l'importance des NFT.
Par l’intermédiaire de cette plate-forme, elle fait la connaissance de Pedro, qui la guide dans ce monde nouveau puis lui propose de travailler avec Unit, une galerie d'art contemporain située à Londres qui a fondé Institut, une curated marketplace (système qui permet de réunir des œuvres présélectionnées au sein d'une place de marché) pour les NFT. «Notre but est d'arriver à relier l'art traditionnel avec les NFT en disposant de collectionneurs du monde traditionnel de l'art qui investissent dans les NFT, mais aussi dans le sens contraire.»

La visibilité et la valorisation des artistes africains sont des sujets qui la tiennent à coeur (Photo fournie).

Les NFT apparaissent ici comme complémentaires avec la démarche de Local Groupe, mais avec des spécificités particulières. «Les NFT sont des œuvres digitales. Cela peut être une photographie, une vidéo, une peinture ou bien une animation. Ils permettent d'avoir accès beaucoup plus facilement à une audience internationale. L'artiste peut ainsi vendre ses œuvres plus facilement.» Kenza Zouari tempère néanmoins: en Tunisie, un flou légal persiste. Mais elle a bon espoir que le gouvernement se penche sur la question. Kenza Zouari insiste également sur la place importante du marketing dans les NFT. C'est pourquoi elle représente des artistes talentueux, comme l'artiste hollandais Niels Broszat.

Forte de ses expériences, elle a rejoint en novembre 2021 la Libano-Sénégalaise Linda Dounia, qui a fondé Cyber Baat, une DAO (organisation autonome décentralisée inhérente à la blockchain). Elle y est chargée de la partie représentation en Afrique du Nord, car Cyber Baat a pour mission de valoriser et de donner plus de visibilité aux artistes africains. C’est la raison pour laquelle Kenza Zouari sera présente au Art Dubai Digital qui se tiendra au mois de mars prochain.

La visibilité et la valorisation des artistes africains sont des sujets qui lui tiennent à cœur. En septembre dernier, elle a écrit un texte curatorial au titre éloquent et percutant: «Ma Terre n'est pas votre Terre. Une perspective décolonisée». Cet écrit fait partie de son exposition visible dans un métavers sur le site Cryptovoxels.

Kenza Zouari n'est pas seulement une pionnière, elle est surtout un exemple à suivre. La solidarité et l'humanité doivent rester au cœur de toute démarche.


Accusés de sexualiser les enfants, Demna s'excuse, Balenciaga abandonne sa plainte

La star de téléréalité et titan des médias sociaux Kim Kardashian a déclaré qu'elle "réévaluait" sa participation à la maison de mode de luxe Balenciaga (Photo de Jean-Baptiste Lacroix / AFP)
La star de téléréalité et titan des médias sociaux Kim Kardashian a déclaré qu'elle "réévaluait" sa participation à la maison de mode de luxe Balenciaga (Photo de Jean-Baptiste Lacroix / AFP)
Short Url
  • «Je veux m'excuser personnellement pour le mauvais choix artistique (...) et j'assume ma responsabilité», a écrit vendredi soir sur Instagram le styliste géorgien, qui a récemment laissé tomber son nom de famille Gvasalia pour l'univers de la mode
  • Balenciaga tout en prenant «la pleine responsabilité du manque de surveillance et de contrôle», avait dit en début de semaine avoir «porté plainte» contre la maison de production North Six et le décorateur Nicholas Des Jardins

PARIS : Demna, le directeur artistique de Balenciaga, s'est excusé «personnellement» après une campagne mêlant des enfants et des accessoires sexuellement connotés ayant mis dans l'embarras la maison qui annonce abandonner tout recours en justice.

«Je veux m'excuser personnellement pour le mauvais choix artistique (...) et j'assume ma responsabilité», a écrit vendredi soir sur Instagram le styliste géorgien, qui a récemment laissé tomber son nom de famille Gvasalia pour l'univers de la mode.

«Si j'ai voulu parfois provoquer à travers mon travail, je n'ai jamais eu l'intention de le faire avec un sujet aussi horrible que la maltraitance des enfants, que je condamne», poursuit-il.

Maître en provocation et auteur de défilés dérangeants porteurs de messages sociétaux, Demna est sur la sellette après une récente campagne publicitaire de Balenciaga, qui appartient au géant du luxe Kering.

Sur certaines images, retirées il y a plus d'une semaine, on pouvait voir une enfant, debout sur un canapé, ou sur un lit qui tient comme un doudou un sac en forme d'ourson en peluche, sanglé de ceintures noires inspirées du BDSM, ou bondage, une pratique sexuelle sadomasochiste.

Muse de Balenciaga, la star américaine des réseaux sociaux Kim Kardashian a dit qu'elle voulait «réévaluer» sa relation avec la marque de luxe après cette campagne.

Des internautes ont aussi relevé que sur une autre photo, un sac issu d'une collaboration avec Adidas est posé dans un décor de bureau, sur des documents où sont imprimés des extraits d'une décision de la Cour suprême américaine sur la pornographie infantile.

Pour cet épisode, Balenciaga tout en prenant «la pleine responsabilité du manque de surveillance et de contrôle», avait dit en début de semaine avoir «porté plainte» pour «l'inclusion de ces documents non validés, résultat d'une négligence irresponsable».

Le directeur général de la maison, Cédric Charbit a finalement annoncé que Balenciaga «avait décidé de ne pas intenter d'action en justice», dans un communiqué posté vendredi soir sur Instagram, où il s'excuse également «personnellement».

Selon le New York Post, la plainte, déposée devant la justice new-yorkaise, était dirigée contre la maison de production North Six et le décorateur Nicholas Des Jardins et réclamait 25 millions de dollars en réparation.

Pour Balenciaga, cette polémique tombe mal, car la marque avait déjà dû couper les ponts en octobre avec le rappeur Kanye West après ses dérapages antisémites. Trois semaines plus tôt, il avait ouvert le défilé Balenciaga à Paris.


La finale mondiale du Red Bull Car Park Drift à Djeddah sera «la meilleure», selon les leaders saoudiens de la discipline

Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Pour la toute première fois, la finale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah (Photo fournie)
Short Url
  • Djeddah accueillera 21 drifters de 18 pays différents qui s’affronteront pour devenir le roi du Red Bull Car Park Drift
  • Les pilotes saoudiens affronteront des drifters qualifiés dans des compétitions de la Jamaïque à l’île Maurice, du Sri Lanka au Pakistan, du Kenya à l’Afrique du Sud mais aussi de la Pologne, l’Estonie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, le Qatar, Oman, les EAU,

DJEDDAH : Pour la toute première fois, la finale mondiale du Red Bull Car Park Drift se tiendra en Arabie Saoudite le 8 décembre à Djeddah.

Alors que les billets de la finale venaient d’être mis en vente, les organisateurs Saudi Motorsport Company et Djeddah Corniche Circuit promettent aux fans le « meilleur » évènement de fin de saison de tous les temps.

Djeddah accueillera 21 drifters de 18 pays différents qui s’affronteront pour devenir le roi du Red Bull Car Park Drift de 2022.

Le contrôle expert de la puissance, le rythme pur et les plus délicates des touches sont des éléments qui feront toute la différence entre victoire et défaite pour les concurrents prêts à offrir des tribunes bondées et une atmosphère festive.

Pour les fans de sports automobiles saoudiens, l’évènement accueillera trois concurrents du Royaume qui seront confirmés lors d’une épreuve de qualification le 3 décembre.

Avec des billets disponibles pour tous les fans. Le PDG de Saudi Motorsport Company (SMC) Martin Whitaker a déclaré qu’il comptait les jours avant l’un des plus grands moments automobiles de Djeddah.

Il a déclaré « À mon avis, le circuit de la corniche de Djeddah est l’un des meilleurs sites de la longue et impressionnante histoire du Red Bull Car Park Drift et nous attendons un grand évènement dans un endroit magnifique. »

« Il s’agit d’un évènement extrêmement spécial pour la région et nous sommes si fiers de pouvoir l’amener à Djeddah et de donner aux fans de drift la chance de vivre une compétition de classe mondiale. »

Il a ajouté : « Evidemment, avec trois pilotes saoudiens en compétition dans la finale, nous nous attendons à ce que la foule soit plus enthousiaste que jamais. Et ce serait tellement spécial de voir un pilote local couronné King of Drift »

Les pilotes saoudiens affronteront des drifters qui se sont qualifiés dans des compétitions allant de la Jamaïque à l’île Maurice, du Sri Lanka au Pakistan, du Kenya à l’Afrique du Sud mais aussi de la Pologne, l’Estonie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan, le Qatar, Oman, les EAU, Bahreïn, la Jordanie et le Liban.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com


Les passionnés de musique en sweats à capuche au MDLBEAST Soundstorm 2022 à Riyad

MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
MDLBEAST dispose d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts. (Photo fournie)
Short Url
  • Nana, visitant le festival de musique avec ses amis, a déclaré à Arab News : « Je suis ici depuis que tout a commencé en 2019. Chaque année, je suis surprise par les changements qui ont lieu. Cette année, nous avons remarqué une meilleure organisation dan
  • Les gens aiment acheter des souvenirs du festival afin qu’ils puissent chérir depuis leur maison un morceau de MDLBEAST

RIYAD : Alors que Riyad commençait à voir des baisses de température, des milliers de passionnés de musique ont afflué au MDLBEAST Soundstorm 2022 jeudi à Riyad, habillés de sweats à capuche et de vestes de différentes couleurs et de motifs variés.

Nana, 22 ans, a été aperçue dans la Dance Tent (soit tente de danse, l’une des scènes de MDLBEAST), portant une veste colorée du style des années 70 avec un jean déchiré et des paillettes autour des yeux.

Elle a déclaré à Arab News : « Je suis ici depuis que tout a commencé en 2019. Chaque année, je suis surprise par les changements qui ont lieu. Cette année, nous avons remarqué une meilleure organisation dans la zone de parking. »

De nombreux magasins de vêtements étaient présents à l’évènement afin de vendre des sweats à capuche et des vêtements de streetwear confortables.

MDLBEAST dispose également d’une station de personnalisation où les visiteurs peuvent imprimer des images ou des lettres sur leurs sweats à capuche et leurs t-shirts.